ARCHIVED -  Transcript

This page has been archived on the Web

Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject to the Government of Canada Web Standards and has not been altered or updated since it was archived. Please contact us to request a format other than those available.

Providing Content in Canada's Official Languages

Please note that the Official Languages Act requires that government publications be available in both official languages.

In order to meet some of the requirements under this Act, the Commission's transcripts will therefore be bilingual as to their covers, the listing of CRTC members and staff attending the hearings, and the table of contents.

However, the aforementioned publication is the recorded verbatim transcript and, as such, is transcribed in either of the official languages, depending on the language spoken by the participant at the hearing.

 

 

 

 

 

 

 

              TRANSCRIPT OF PROCEEDINGS BEFORE

             THE CANADIAN RADIO‑TELEVISION AND

               TELECOMMUNICATIONS COMMISSION

 

 

 

 

             TRANSCRIPTION DES AUDIENCES DEVANT

              LE CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION

           ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES

 

 

                       SUBJECT/SUJET:

 

 

 

VARIOUS BROADCASTING APPLICATIONS /

PLUSIEURS DEMANDES EN RADIODIFFUSION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HELD AT:                              TENUE À:

 

Conference Centre                     Centre de conférences

Pontiac Room                          Salle Pontiac

Portage IV                            Portage IV

140 Promenade du Portage              140, promenade du Portage

Gatineau, Quebec                      Gatineau (Québec)

 

April 30, 2007                        Le 30 avril 2007

 

 


 

 

 

 

Transcripts

 

In order to meet the requirements of the Official Languages

Act, transcripts of proceedings before the Commission will be

bilingual as to their covers, the listing of the CRTC members

and staff attending the public hearings, and the Table of

Contents.

 

However, the aforementioned publication is the recorded

verbatim transcript and, as such, is taped and transcribed in

either of the official languages, depending on the language

spoken by the participant at the public hearing.

 

 

 

 

Transcription

 

Afin de rencontrer les exigences de la Loi sur les langues

officielles, les procès‑verbaux pour le Conseil seront

bilingues en ce qui a trait à la page couverture, la liste des

membres et du personnel du CRTC participant à l'audience

publique ainsi que la table des matières.

 

Toutefois, la publication susmentionnée est un compte rendu

textuel des délibérations et, en tant que tel, est enregistrée

et transcrite dans l'une ou l'autre des deux langues

officielles, compte tenu de la langue utilisée par le

participant à l'audience publique.


               Canadian Radio‑television and

               Telecommunications Commission

 

            Conseil de la radiodiffusion et des

               télécommunications canadiennes

 

 

                 Transcript / Transcription

 

 

 

            VARIOUS BROADCASTING APPLICATIONS /

            PLUSIEURS DEMANDES EN RADIODIFFUSION

 

 

 

 

 

BEFORE / DEVANT:

 

Michel Arpin                      Chairperson / Président

Barbara Cram                      Commissioner / Conseillère

Andrée Noël                       Commissioner / Conseillère

 

 

 

 

 

ALSO PRESENT / AUSSI PRÉSENTS:

 

Jade Roy                          Secretary / Secrétaire

Francine Laurier-Guy              Hearing Manager /

Gérante de l'audience

Valérie Lagacé                    Legal Counsel /

Conseillère juridique

 

 

 

 

 

 

HELD AT:                          TENUE À:

 

Conference Centre                 Centre de conférences

Pontiac Room                      Salle Pontiac

Portage IV                        Portage IV

140 Promenade du Portage          140, promenade du Portage

Gatineau, Quebec                  Gatineau (Québec)

 

April 30, 2007                    Le 30 avril 2007

 


           TABLE DES MATIÈRES / TABLE OF CONTENTS

 

 

                                                 PAGE / PARA

 

PHASE I

 

 

PRÉSENTATION PAR / PRESENTATION BY:

 

Astral Media                                        8 /   43

 

 

 

PHASE II

 

 

INTERVENTION PAR / INTERVENTION BY:

 

ADISQ                                              87 /  612

 

 

 

PHASE III

 

 

RÉPLIQUE PAR / REPLY BY:

 

Astral Media                                      130 /  905

 

 

 

PHASE I

 

 

AFFIRMATION SOLENNELLE:  MICHEL MATHIEU           145 / 1010

 

PRÉSENTATION PAR / PRESENTATION BY:

 

Yves Sauvé                                        145 / 1011

 

Hellenic canadien câble radio ltée                211 / 1356

 

René Ferron (SDEC)                                273 / 1683

 

 

 

 


                 Gatineau (Québec) / Gatineau, Quebec

‑‑‑ L'audience débute le lundi 30 avril 2007 à 0930 /

    Upon commencing on Monday, April 30, 2007 at 0930

LISTNUM 1 \l 11                LE PRÉSIDENT:  A l'ordre s'il vous plaît.  Order please.

LISTNUM 1 \l 12                Bonjour, mesdames et messieurs, bienvenue à cette audience publique.

LISTNUM 1 \l 13                Je m'appelle Michel Arpin, je suis le vice-président en radiodiffusion du Conseil.  Je présiderai cette audience en compagnie de mes collègues Barbara Cram, conseillère régionale du Manitoba et de la Saskatchewan et de maître Andrée Noël, conseillère régionale du Québec.

LISTNUM 1 \l 14                Je vous avise qu'à la suite de la comparution d'Astral, nous ferons une substitution de membres du panel, monsieur Richard French, vice-président télécom remplacera madame Andrée Noël.

LISTNUM 1 \l 15                L'équipe du Conseil qui nous assiste comprend la gestionnaire de l'audience et analyste principale à la radio Francine Laurier-Guy, la conseillère juridique Valérie Lagacé et Jade Roy, secrétaire de l'audience.

LISTNUM 1 \l 16                Si vous avez des questions concernant le déroulement de cette audience, n'hésitez pas à vous adresser à madame Roy.


LISTNUM 1 \l 17                Deux comités d'audition distincts examineront, à compter d'aujourd'hui, les articles comparants et qui figurent à l'avis d'audience publique Radiodiffusion CRTC 2007-3.

LISTNUM 1 \l 18                Dans le cadre de l'audience que je préside, le comité d'audition examinera les demandes de renouvellement des licences de plusieurs stations  de radio commerciale de langue française appartenant à Astral Media Radio inc.

LISTNUM 1 \l 19                Il examinera ensuite les demandes pour exploiter de nouvelles stations de radio commerciale FM et AM dans le marché de Montréal ainsi qu'une demande en vue d'exploiter un nouveau service numérique de télévision dans le marché de Toronto.

LISTNUM 1 \l 110               Finalement, nous nous pencherons sur la demande renouvellement de la licence de la station de radio CKOD-FM Salaberry-de-Valleyfield.

LISTNUM 1 \l 111               Le comité d'audition commencera par étudier les demandes de renouvellement de licence de plusieurs stations de radio commerciale de langue française appartenant à Astral Media inc.

LISTNUM 1 \l 112               Toutes ces stations font l'objet d'un premier renouvellement depuis qu'elles sont la propriété d'Astral Media. 


LISTNUM 1 \l 113               Certaines furent acquises de Radiomutuelle en 2000 ; de Richard Desmarais et Jean-François Lebrun en 2001 ; de Télémédia Communication en 2003.  Les autres furent acquises de Corus Entertainment dans le cadre d'un échange d'actifs radiophoniques.

LISTNUM 1 \l 114               Le comité entend traiter avec Astral des sujets suivants : ses engagements à l'égard de la programmation locale ; de l'accès aux ondes ; de la diversité musicale et de l'information et ses engagements en matière d'appui au développement du contenu canadien et aux artistes canadiens émergents en regard avec la récente politique de 2006 sur la radio commerciale.

LISTNUM 1 \l 115               Nous examinerons ensuite cinq demandes visant l'exploitation de nouvelles stations de radio commerciale FM dans le marché de Montréal.  Ces demandes se livrent la concurrence sur le plan technique pour l'utilisation de la fréquence 106,3 MHz.

LISTNUM 1 \l 116               Les requérantes seront entendues dans l'ordre suivant: Yves Sauvé, Canadian Hellenic Cable Radio; René Ferron, Neeti P. Ray ; International Harvesters for Christ Evangelistic Association.


LISTNUM 1 \l 117               In addition, we will study three applications to operate a new AM commercial radio station in the Montreal market. The applicants will be heard in the following order:  S.S. TV, Radio Humsafar and Gospel Media Communications.

LISTNUM 1 \l 118               We will study the proposals in light of the cultural, economic and social objectives defined in the Broadcasting Act and the regulations flowing from it.  The panel will base its decisions on several criteia, including the state of competition and the diversity of industrial voices in the market, as well as the quality of the applications.  It will also look at the ability of the market to support new radio stations, the financial resources of each applicant and proposed initiatives for Canadian content development.

LISTNUM 1 \l 119               Next, the panel will consider an application by Lee David Weston for a licence to operate a community-based english language digital television service in Toronto.

LISTNUM 1 \l 120               Finalement, nous examinerons la demande de Radio Express inc. Visant à renouveler les licences de CKOD-FM Salaberry-de-Valleyfield.

LISTNUM 1 \l 121               En août 2006, le Conseil a décidé de renouveler la licence de la station pour une période de 9 mois puisque la titulaire n'avait pas respecté plusieurs de ses obligations.


LISTNUM 1 \l 122               Le Conseil a également émis quatre ordonnances exécutoires enjoignant la titulaire à se conformer au règlement de 1986 sur la radio et à sa condition de licence relative au versement annuel d'une contribution à des organismes tiers voués au développement des talents canadiens.

LISTNUM 1 \l 123               Dans le cadre de l'audience, le Conseil examinera si la titulaire a de nouveau enfreint l'article 9.2 du règlement concernant la soumission de son rapport annuel pour l'année se terminant le 31 août 2006.

LISTNUM 1 \l 124               Le Conseil s'attend à ce que la titulaire lui démontre les raisons pour lesquelles une nouvelle ordonnance exécutoire ne devrait pas être émise pour l'obliger à se conformer à cette obligation.

LISTNUM 1 \l 125               Nous comptons également discuter avec la titulaire des autres mesures prises et celles qui pourraient l'être, notamment l'imposition de conditions de licence afin de répondre aux préoccupations soulevées par cette situation.

LISTNUM 1 \l 126               J'inviterais maintenant la secrétaire de l'audience, madame Roy, à expliquer les procédures que nous suivrons.

LISTNUM 1 \l 127               Madame Roy.

LISTNUM 1 \l 128               LA SECRÉTAIRE :  Merci, Monsieur le Président.


LISTNUM 1 \l 129               Nous aimerions souligner quelques points d'ordre pratique qui contribueront au bon déroulement de cette audience publique.

LISTNUM 1 \l 130               Firstly, simultaneous interpretation service is available during the hearing.  Receivers are available from the Commissionaire outside the hearing room.  The English interpretation is on channel 6 et l'interprétation française se trouve au canal 7.

LISTNUM 1 \l 131               Tout d'abord lorsque vous êtes dans la salle d'audience, je vous demanderais d'éteindre vos téléphones cellulaires, téléavertisseurs et blackberries car ils risquent d'importuner les participants et les membres du Conseil.  Ils causent de l'interférence au système de communication utilisé notamment par les traducteurs.

LISTNUM 1 \l 132               Nous comptons sur votre collaboration à cet égard durant toute la durée de l'audience.

LISTNUM 1 \l 133               We expect the hearing to take approximately three days.  We will begin each morning at 8:30 a.m. starting tomorrow, and finish each day at approximately 6:00 or 6:30 p.m.  We will take 1 hour for lunch and a break in the morning and in the afternoon.  We will let you know of any schedule change that may occur.


LISTNUM 1 \l 134               Pendant toute la durée de l'audience, vous pourrez consulter les documents qui font partie du dossier public pour cette audience dans la salle d'examen qui se trouve dans la salle numéro 5 située à l'extérieur de la salle d'audience à votre droite.

LISTNUM 1 \l 135               Tel qu'indiqué dans l'ordre du jour, le numéro de téléphone de la salle d'examen est le 819-994-7929.

LISTNUM 1 \l 136               Une transcription des comparutions quotidiennes sera affichée sur le site Internet du Conseil peu après la fin de l'audience.  Les personnes qui désirent acheter des transcriptions peuvent s'adresser au sténographe qui se trouve à la table en face de moi durant la pause ou directement auprès de la compagnie Mediacopy.

LISTNUM 1 \l 137               We will now proceed with the presentations in the order of appearance set out in the agenda.  Each party will be granted a given time to make its presentation.  Questions from the Commission will follow each presentation.

LISTNUM 1 \l 138               Monsieur le Président, nous débuterons maintenant avec les articles 1 à 11 à l'ordre du jour qui sont des demandes présentées par Astral Media Radio en vue de renouveler des licences de plusieurs stations de radio commerciale de langue française qui expirent le 31 août 2007.


LISTNUM 1 \l 139               Ces stations sont : CFEI-FM Saint-Hyacinthe; CFZZ-FM Saint-Jean-sur-Richelieu; CHEY-FM Trois-Rivières; CHIK-FM Québec; CHRD-FM Drummondville; CIGB-FM Trois-Rivières; CIKI-FM Rimouski et son émetteur CIKI-FM2 Sainte-Marguerite; CITÉ-FM Montréal; CJDM-FM Drummondville; CJOI-FM Rimouski; CKMF-FM Montréal.

LISTNUM 1 \l 140               Monsieur Luc Sabbatini comparaît pour la requérante et il nous présentera ses collègues.

LISTNUM 1 \l 141               Vous disposez de 20 minutes pour faire votre présentation.

LISTNUM 1 \l 142               Monsieur Sabbatini.

PRÉSENTATION / PRESENTATION

LISTNUM 1 \l 143               M. SABBATINI:  Merci.

LISTNUM 1 \l 144               Monsieur le Président, mesdames les conseillers, membres du personnel, je suis Luc Sabbatini, vice-président exécutif et chef d'exploitation d'Astral Media Radio.

LISTNUM 1 \l 145               M'accompagnent aujourd'hui à ma droite Charles Benoît vice-président programmation et Claude Laflamme vice-présidente affaires corporatives et réglementaires.

LISTNUM 1 \l 146               A ma gauche Pierre Rodrigue vice-président développement et technologie et André Lallier directeur général d'Astral Media Radio Musique.


LISTNUM 1 \l 147               Astral Media Radio est fière de se présenter aujourd'hui devant vous pour renouveler les licences de plusieurs de ses stations de radio de langue française exploitées sous les bannières Énergie, RockDétente et BoomFM.

LISTNUM 1 \l 148               Depuis le dernier renouvellement de ces stations, le paysage radiophonique québécois a beaucoup évolué.  Plusieurs transactions ont permis à notre industrie de se consolider et d'améliorer sa capacité de faire face à la concurrence des autres médias.

LISTNUM 1 \l 149               En même temps, les modes d'accès aux contenus musicaux et les nouvelles plateformes de diffusion des contenus radiophoniques se sont multipliés et une douzaine de nouvelles stations ont été autorisées dans les marchés où nous sommes présents.

LISTNUM 1 \l 150               Il en a résulté un milieu de la radio plus complexe soumis à davantage de concurrence interne comme externe qui doit maintenir un état de veille technologique permanent et explorer, sans garantie de succès, des avenues que personne n'a encore balisées.

LISTNUM 1 \l 151               Ce qui fait que la radio québécoise est aujourd'hui beaucoup plus dynamique, plus compétitive, plus innovatrice que jamais.


LISTNUM 1 \l 152               L'objectif qu'Astral Media Radio s'était assigné, soit celui de dynamiser la radio de langue française, a donc été largement atteint.

LISTNUM 1 \l 153               Dans cet environnement exigeant, Astral Media Radio a réussi à tirer son épingle du jeu avec brio tout en respectant intégralement les obligations réglementaires, conditions d'approbation de transactions et conditions de licence qui lui étaient imposées.

LISTNUM 1 \l 154               Cela, grâce à la passion pour la radio et la musique que partagent tous nos collaborateurs et grâce à notre souci permanent de répondre le plus adéquatement possible aux attentes spécifiques des auditeurs de chacun de nos réseaux.

LISTNUM 1 \l 155               Nous avons développé pour ce faire des outils de recherche et de mesure d'appréciation du produit qui sont sans aucun doute parmi les plus sophistiqués au Canada, sinon en Amérique du Nord.

LISTNUM 1 \l 156               Des outils qui apparaissent performants puisque nos trois réseaux de langue française cumulent quelques 35 millions d'heures d'écoute annuellement et sont fréquentées par près d'un Québécois sur deux, ce qui constitue un témoignage concret de l'appréciation du public.


LISTNUM 1 \l 157               C'est donc avec beaucoup de sérénité que nous abordons cette étape de renouvellement de licence.

LISTNUM 1 \l 158               Nous nous sommes comportés en diffuseurs responsables.  Nous avons respecté les règles du jeu ainsi que tous nos engagements.

LISTNUM 1 \l 159               Nous avons des pratiques exemplaires en matière de diversité musicale, de diffusion de nouveautés, d'encouragement et de promotion des artistes canadiens de langue française comme de programmation locale et de services à la communauté.

LISTNUM 1 \l 160               Nous sommes donc fiers de nos réalisations comme du chemin parcouru.  Un chemin que je vais maintenant demander à mes collègues de résumer brièvement.

LISTNUM 1 \l 161               M. BENOIT:  Lors de l'échange actif entre Astral et Corus, Astral Media Radio a pris plusieurs engagements dont celui de développer son propre service d'information totalement indépendant de celui de Radiomédia.


LISTNUM 1 \l 162               Cet engagement a été intégralement respecté, Monsieur le Président.  Aujourd'hui Astral Media Radio dispose d'un service d'information riche de quelques 34 journalistes qui constituent une voix éditoriale autonome et distincte des autres voix qui enrichissent la radio de langue française, celle de Radio-Canada, de Corus, de Cogeco, de Radio-Nord et de nombreux propriétaires indépendants.

LISTNUM 1 \l 163               Cette voix est aussi distincte de celle d'autres médias présents dans les mêmes marchés, que ce soit les stations locales de télévision, les quotidiens ou hebdomadaires qui appartiennent pour la plupart à Radio-Canada, Québécor Média, Cogeco, Radio-Nord, Gesca ou Transcontinental.

LISTNUM 1 \l 164               C'est là une contribution à la diversité des voix dont nous sommes particulièrement fiers.

LISTNUM 1 \l 165               Nous avons, tel que promis, maintenu le nombre d'heures hebdomadaires de nouvelles dans chacune des stations acquises dans le cadre de cet échange d'actifs.

LISTNUM 1 \l 166               Nous avons aussi respecté tous nos engagements en ce qui a trait aux outils à fournir à nos journalistes.

LISTNUM 1 \l 167               Nous avons abonné notre service d'information à plusieurs agences de presse nationales et internationales.


LISTNUM 1 \l 168               Nous avons mis sur pied un réseau intranet qui permet le partage de l'information en temps réel et la circulation de cette information dans tous les sens, des stations locales vers les tailles de réseau et inversement, ainsi que directement entre les stations locales.

LISTNUM 1 \l 169               Nous avons mis à la disposition de nos journalistes des outils de formation et organisons chaque année un forum qui permet de réunir tous les journalistes d'Astral Media Radio pour échanger aussi bien sur des questions de déontologie que de maîtrise des instruments mis à leur disposition.

LISTNUM 1 \l 170               Il en a résulté une équipe d'information soudée et dynamique qui ouvre avec professionnalisme et un grand respect des auditeurs.

LISTNUM 1 \l 171               A cet égard, nous nous réjouissons de constater que le Conseil de presse du Québec n'a reçu aucune plainte à l'endroit de l'une ou l'autre des stations en renouvellement aujourd'hui au cours des quatre dernières années et que le secrétaire général de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec cite Astral Media Radio en exemple d'un mode de fonctionnement décentralisé laissant une très grande autonomie aux salles de nouvelles en région.


LISTNUM 1 \l 172               Bien que nos stations soient toutes à prédominance musicale, elles ont assuré la couverture nationale de trois soirées électorales, une municipale, une provinciale et une fédérale, avec des détachements locaux fréquents pour livrer les résultats électoraux des municipalités et comtés de chaque région ainsi que des entrevues avec les candidats élus et défaits.

LISTNUM 1 \l 173               Notre service d'information contribue à renforcer notre engagement local puisqu'au moins 60 pour cent des nouvelles diffusées pour chaque station sont d'origine locale ou régionale.

LISTNUM 1 \l 174               Toutes nos stations en renouvellement ont respecté, et souvent très largement dépassé, les obligations en matière de programmation locale auxquelles elles étaient assujetties en vertu de la réglementation du Conseil ou de conditions de licence particulières à ces stations.

LISTNUM 1 \l 175               Une forte présence locale est la pierre angulaire de notre philosophie opérationnelle.  Elle se décline aussi bien en termes de nouvelles que de programmation musicale que mon collègue André Lallier va vous exposer.

LISTNUM 1 \l 176               M. LALLIER:  Lors de la transaction Astral Media, des inquiétudes ont été exprimées quant au risque que la propriété commune des réseaux Énergie et RockDétente puisse favoriser un chevauchement de répertoires musicaux entre ces deux réseaux et une réduction de la diversité des artistes ou pièces musicales qu'ils offraient à la population.


LISTNUM 1 \l 177               Les rapports annuels sur la diversité musicale que nous produisons depuis ont démontré que ces inquiétudes étaient absolument sans fondement.

LISTNUM 1 \l 178               Ces rapports démontrent en effet qu'année après année plus de 90 pour cent des pièces musicales canadiennes et/ou de langue française diffusées par chacun de nos trois réseaux sont exclusives à ce réseau.  Il y a donc très peu de chevauchement.

LISTNUM 1 \l 179               Ce positionnement différencié et complémentaire contribue à une très grande diversité et fait en sorte que nos réseaux diffusent chaque année près de 1 500 pièces musicales canadiennes différentes en provenance de près de 600 artistes canadiens différents.

LISTNUM 1 \l 180               Des études comparatives soumises dans le cadre du processus de révision de la politique sur la radio commerciale sont venues confirmer que la radio de langue française en général et les stations d'Astral Media Radio en particulier ont des pratiques exemplaires en matière de diversité comme de diffusion et de promotion d'artistes canadiens.

LISTNUM 1 \l 181               La radio de langue française joue 66 pour cent plus de contenu musical canadien que ce qui est exigé par la réglementation du Conseil.


LISTNUM 1 \l 182               Les têtes de réseau d'Énergie et de RockDétente se classent au premier rang des stations des grands marchés nord-américains de leurs formats respectifs en termes d'étendue de leur playlist.

LISTNUM 1 \l 183               Elles se classent également au premier rang en termes du plus faible nombre de répétitions hebdomadaires des pièces qui composent cette playlist.

LISTNUM 1 \l 184               Nous accordons en outre une grande importance aux nouveautés d'artistes canadiens de toutes les générations, y compris aux nouveautés d'artistes émergents de langue française.

LISTNUM 1 \l 185               Notre dernier rapport sur la diversité démontre qu'à RockDétente 30 pour cent des rotations de pièces musicales francophones sont consacrées à des nouveautés alors qu'à Énergie, qui s'adresse à un auditoire plus jeune et plus friand de découverte, cette proportion atteint les 48 pour cent.

LISTNUM 1 \l 186               Plus de 90 pour cent de ces nouveautés francophones proviennent d'artistes canadiens.  Au cours des quatre dernières années, nos directeurs musicaux comme nos directeurs des programmes, tant à Montréal qu'en région, ont été régulièrement mis en nomination aux rencontres de l'ADISQ à titre de directeurs de l'année et ont remporté ses prestigieux prix à six reprises.


LISTNUM 1 \l 187               Chez nous, la promotion des artistes canadiens n'est pas une activité ponctuelle ou occasionnelle, c'est notre pain quotidien.

LISTNUM 1 \l 188               En moyenne, chacune de nos 21 stations de langue française consacre 5 heures par semaine à la diffusion d'entrevues promotionnelles et de performances en direct d'artistes canadiens, et ce 52 semaines par année pour un total de près de 5 500 heures par année.

LISTNUM 1 \l 189               Nous gérons par ailleurs notre programmation musicale de façon à tenir compte des particularités de chaque marché dont le dynamisme de la scène musicale locale, la venue d'artistes en tournées de promotion ainsi que des concerts, festivals et événement qui s'y déroulent.

LISTNUM 1 \l 190               Bref, nous faisons déjà beaucoup en matière de diffusion et de promotion d'artistes canadiens, y compris d'artistes émergents que tout ce que le Conseil serait raisonnablement en droit d'exiger de la radio commerciale privée canadienne.

LISTNUM 1 \l 191               Nous entendons poursuivre dans cette voie sans qu'il soit nécessaire d'ajouter de nouvelles obligations contraignantes à celles déjà nombreuses qui sont imposées à la radio de la langue française.


LISTNUM 1 \l 192               M. RODRIGUE:  Je voudrais ajouter, Monsieur le Président, qu'au-delà de cette implication quotidienne dans la diffusion et la promotion des artistes canadiens, Astral Media Radio apporte un soutien financier direct non négligeable à l'industrie de la musique comme aux communautés locales.

LISTNUM 1 \l 193               Depuis qu'Astral Media est devenue propriétaire de stations de radio il y a à peine plus de sept ans, elle a pris des engagements totaux en matière d'avantages tangibles liés à des transactions de plus de 21 millions de dollars.

LISTNUM 1 \l 194               Nous avons aussi versé quelques 30 millions de dollars aux titres des redevances de droits d'auteurs et de droits voisins pour l'utilisation de la musique, et ce grâce à notre succès auprès du public puisque ces redevances sont établies en pourcentage de nos revenus.

LISTNUM 1 \l 195               Comme le Conseil a récemment décidé d'établir le montant des contributions au développement du contenu canadien, DCC, en pourcentage des revenus, nous prévoyons multiplier par quatre les montants annuels que nos stations de langue française vont collectivement verser à ce titre à compter de l'an prochain.


LISTNUM 1 \l 196               Plus la radio commerciale privée est populaire auprès du public et des annonceurs, mieux elle est en mesure de soutenir l'industrie de la musique et de s'engager auprès des communautés locales.

LISTNUM 1 \l 197               C'est pourquoi nous sommes fiers de notre réussite.  C'est pourquoi nous jugeons si essentiel de continuer de répondre d'abord et avant tout aux besoins, aux attentes et aux aspirations de nos auditeurs.

LISTNUM 1 \l 198               En vertu de la politique de 2006, les contributions au DCC pourront être mieux réparties entre soutien aux initiatives locales, régionales et nationales.  Elles pourront aussi mieux prendre en compte la diversité des talents qui contribuent à façonner la radio d'ici.

LISTNUM 1 \l 199               Des journalistes aux auteurs-compositeurs et artistes interprètes en passant par les animateurs qui jouent un rôle de plus en plus déterminant dans le succès et la définition de l'image de marque d'une station.

LISTNUM 1 \l 1100              Ces changements auront un effet très positif à notre avis pour tout le secteur de la création orale auquel nous prévoyons consacrer environ 20 pour cent de nos contributions annuelles totales au DCC, et ce sans pénaliser pour autant le secteur de la musique puisque notre contribution annuelle à MUSICACTION, par exemple, sera multipliée par 2.5 environ.


LISTNUM 1 \l 1101              A ces montants qui représenteront 60 pour cent de notre contribution au DCC s'ajouteront l'autre 20 pour cent de notre contribution globale qui sera consacrée à diverses initiatives dans le secteur de la musique.

LISTNUM 1 \l 1102              Nous appuyons également le développement de l'industrie de la musique à travers notre présence sur les nouvelles plateformes qui complémentent nos activités de radio traditionnelles, qu'il s'agisse de l'Internet, de la mobilité ou de la radio par satellite.

LISTNUM 1 \l 1103              Sur toutes ces plateformes, quelles soient ou non réglementées, nous accordons une grande attention à mettre de l'avant et à promouvoir les pièces musicales et les artistes de chez nous.

LISTNUM 1 \l 1104              Enfin, je voudrais mentionner qu'Astral Media Radio n'hésite pas à s'engager résolument auprès des communautés qu'elle dessert.  Ainsi, au cours de la dernière année, nous avons diffusé gratuitement des messages d'intérêt public ayant une valeur de temps d'antenne de plus de 8 millions de dollars.

LISTNUM 1 \l 1105              Le personnel de nos stations a consacré plus de 8 200 heures de bénévolat au bénéfice de diverses causes sociales et caritatives.


LISTNUM 1 \l 1106              Enfin, nos auditeurs ont contribué pour près de 4,5 millions de dollars à diverses collectes de fonds initiées par nos stations.

LISTNUM 1 \l 1107              Mme LAFLAMME:  Nous croyons avoir démontré, Monsieur le Président, qu'Astral Media Radio est une entreprise responsable, respectueuse de la réglementation du Conseil et qui se fait un point d'honneur de tenir ses engagements.

LISTNUM 1 \l 1108              Notre conviction à l'effet que la radio est d'abord un média d'enracinement local, comme notre désir sincère de diffuser et de promouvoir la musique des artistes d'ici, sont profondément inscrits dans notre philosophie opérationnelle.  Ils n'ont nul besoin d'une réglementation contraignante pour s'exprimer.

LISTNUM 1 \l 1109              Lors de la transaction qui devait nous conférer la propriété des trois réseaux pan-québécois alors existants, soit Énergie, RockDétente et Radiomédia, le Conseil a décidé de mettre en quelque sorte Astral sous surveillance et de lui imposer une série d'obligations particulières allant très au-delà de ce qui était exigé par règlement ou par conditions de licence des autres stations de radio de langue française.


LISTNUM 1 \l 1110              Par exemple, l'obligation de diffuser à l'antenne de certaines stations acquises 50 pour cent de plus de programmation locale que ce qui est exigé par règlement pour ce type de stations.

LISTNUM 1 \l 1111              L'obligation de maintenir à l'antenne de certaines stations acquises le nombre d'heures hebdomadaires de nouvelles diffusées au moment de leur acquisition.

LISTNUM 1 \l 1112              Avec pour résultat que nous nous retrouvons aujourd'hui avec des stations d'un même réseau dont certaines n'ont aucune obligation particulière et d'autres ont des obligations individuelles de diffusion de nouvelles qui varient de 1 heure 41 à 2 heures 49 par semaine.

LISTNUM 1 \l 1113              Nous nous retrouvons aussi en concurrence directe avec des stations de langue française de même format, dans le même marché, dont les obligations sont largement inférieures aux nôtres.

LISTNUM 1 \l 1114              Nous soumettons qu'il serait aujourd'hui approprié de mettre un terme au déséquilibre entre les obligations imposées respectivement à Astral Media Radio et aux autres groupes de propriété de stations de langue française de façon à recréer un espace de jeu plus équitable et plus respectueux du nouvel environnement concurrentiel, et ce pour plusieurs raisons.


LISTNUM 1 \l 1115              Rappelons d'abord que la transaction Astral/Télémédia, tel qu'approuvé par le Conseil, ne s'est jamais concrétisée en fait.

LISTNUM 1 \l 1116              Rappelons ensuite que depuis, Astral a démontré un comportement exemplaire et une volonté manifeste  de contribuer à l'atteinte des objectifs de la Loi sur la radiodiffusion et de la politique sur la radio commerciale.

LISTNUM 1 \l 1117              Depuis, les éditions 2003, 2004, 2005 et 2006 de nos rapports annuels sur la diversité ont démontré que toutes les inquiétudes qui avaient pu être exprimées à ce sujet se sont révélées sans fondement.  Si bien qu'Astral demande à être dégagée du fardeau administratif associé à la production de ses rapports.

LISTNUM 1 \l 1118              Depuis, l'environnement concurrentiel interne à la radio de langue française s'est raffermie avec une forte croissance des groupes concurrents comme Corus, Cogeco et Radio-Nord.

LISTNUM 1 \l 1119              Depuis, l'environnement concurrentiel tous médias s'est aussi raffermi avec l'accroissement de la propriété croisée multimédia et la multiplication de nouvelles plateformes de diffusion peu ou pas du tout réglementées.


LISTNUM 1 \l 1120              Compte tenu de notre comportement responsable et de nos accomplissements, nous croyons que le Conseil serait pleinement justifié de nous dégager de ces contraintes additionnelles qui, à notre avis, n'ont plus de raison d'être.

LISTNUM 1 \l 1121              Astral Media Radio a prouvé qu'elle n'a nul besoin de ces carcans pour contribuer pleinement, voire de façon exemplaire, à l'atteinte des objectifs de la loi et de la politique sur la radio commerciale tout en contribuant à dynamiser l'industrie de la radio.

LISTNUM 1 \l 1122              Nous espérons qu'aux termes du présent processus le Conseil partagera notre avis et acquiescera à nos demandes.

LISTNUM 1 \l 1123              Je vous remercie de votre attention.  Nous sommes maintenant disposés à répondre à vos questions.

LISTNUM 1 \l 1124              LE PRÉSIDENT:  Merci Madame, merci messieurs.

LISTNUM 1 \l 1125              Je vais conférer avec mes collègues un instant.

--- Pause

LISTNUM 1 \l 1126              LE PRÉSIDENT:  Merci.


LISTNUM 1 \l 1127              Nous notons que dans votre présentation orale vous avez modifié de manière substantielle les demandes de renouvellement puisque dans les formulaires, à la section 3.2 qui s'appelle * Mêmes modalités et conditions +, vous n'avez donné aucune réponse.

LISTNUM 1 \l 1128              Nous constatons dans la présentation orale que vous venez de faire que vous demandez d'être relevés d'un certain nombre d'engagements, notamment la production de rapports et de différentes obligations concernant la diffusion de nouvelles sur certaines des stations et d'émissions locales dans certaines autres instances.

LISTNUM 1 \l 1129              Ça aurait dû faire partie de la demande parce que divers intervenants auraient pu avoir des commentaires à faire sur ces demandes.

LISTNUM 1 \l 1130              Pour les fins du renouvellement, nous ne tiendrons pas compte de ces demandes-là.  Si les titulaires jugent approprié d'être relevées de ces conditions-là, elles devront faire une nouvelle demande qui sera traitée selon les processus habituels du Conseil.

LISTNUM 1 \l 1131              Je vais demander à madame Andrée Noël d'initier les questions de renouvellement des licences concernées.

LISTNUM 1 \l 1132              CONSEILLERE NOEL :  Sur la base de la section 3.2 où vous demandiez d'être renouvelés aux mêmes conditions et modalités.


LISTNUM 1 \l 1133              Mme LAFLAMME :  Oui, je comprends bien.

LISTNUM 1 \l 1134              En fait, ces demandes de renouvellements là ont été faites ça fait un bout parce qu'ils ont toujours été renouvelés de façon administrative, elles ont été faites bien avant que le Conseil institue son processus sur le renouvellement de...  en fait la nouvelle politique radio.  Donc ça fait déjà un bout de temps.

LISTNUM 1 \l 1135              Comme je vous dis, quand vous allez dans notre lettre de lacunes, celle du mois de janvier -- il faut que je la retrouve --

LISTNUM 1 \l 1136              CONSEILLERE NOEL:  Le 12 janvier peut-être?

LISTNUM 1 \l 1137              Mme LAFLAMME:  Oui, c'est ça, je la cherche dans mes affaires.

--- Pause

LISTNUM 1 \l 1138              Mme LAFLAMME:  Le 12 janvier.  Il y avait une question sur la programmation locale, j'essaie de la retrouver.

LISTNUM 1 \l 1139              Oui, à la question 7 et ce qu'on a répondu, c'est :

* Nous nous engageons à respecter les niveaux de programmation locale requis par la nouvelle politique. +  (Tel que lu)


LISTNUM 1 \l 1140              CONSEILLERE NOEL:  C'était une des questions que j'avais à vous poser, madame Laflamme, parce que je trouvais qu'il y avait comme une contradiction entre la demande de renouvellement déposée et la réponse que vous avez fournie à la lettre de lacunes du 22 décembre en date du 12 janvier.

LISTNUM 1 \l 1141              Mme LAFLAMME:  Vous avez raison.

LISTNUM 1 \l 1142              Comme les demandes ont été faites, comme je vous dis, ça fait très longtemps, dans la lettre de lacunes on a essayé, finalement, je dirais, de s'ajuster.

LISTNUM 1 \l 1143              CONSEILLERE NOEL:  C'est une contradiction que j'avais relevée.

LISTNUM 1 \l 1144              Écoutez, je ne suivrai pas le plan que j'avais suivi, tant qu'à être là-dedans on va passer à travers ce bout-là de l'opération, mais c'était la question que j'avais pour vous, c'était, effectivement, de nous expliquer... 

LISTNUM 1 \l 1145              Il faut que je me retrouve, par exemple.

--- Pause

LISTNUM 1 \l 1146              CONSEILLERE NOEL:  Alors c'est ça.  Je dis :


* Commençons donc par la programmation locale versus la programmation réseau pour le réseau RockDétente et ses stations affiliées.  Vous vous êtes engagés, et ces engagements ont été saisis dans des conditions de licence, à offrir un minimum de 63 heures de programmation locale par semaine.  Au paragraphe 3.2 des demandes de renouvellement, vous vous engagez à exploiter les licences selon les mêmes modalités et conditions que celles stipulées dans les licences actuelles, par contre en réponse à une lettre de lacunes du Conseil, vous répondez au paragraphe 7 de votre réponse du 12 janvier : * Nous nous engageons à respecter les niveaux de programmation locale requis par la nouvelle politique. +  (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 1147              CONSEILLERE NOEL:  Et je continuais :

* Est-ce que vous faites référence aux 63 heures des conditions de licence préexistantes dans le cas de CITÉ-FM et de CHEY-FM et de CJOI-FM Rimouski -- CHEY c'est Trois-Rivières et CITÉ c'est Montréal --ou aux 42 heures de la politique? +  (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 1148              Mme LAFLAMME:  Aux 42 heures de la politique, Madame la Conseillère.

LISTNUM 1 \l 1149              CONSEILLERE NOEL:  Écoutez, on va peut-être prendre une petite minute parce que l'affaire se corse.

--- Rires / Laughters

--- Pause


LISTNUM 1 \l 1150              CONSEILLERE NOEL:  On va prendre sous réserve cette demande de modifier les heures de programmation locale.  Je constate que dans le paragraphe 7 de votre lettre vous ne parlez que des heures de programmation locale, vous ne parlez pas des autres points que vous avez soulevés dans votre présentation de ce matin.

LISTNUM 1 \l 1151              Mme LAFLAMME:  C'est exact.

LISTNUM 1 \l 1152              CONSEILLERE NOEL:  Nous allons donc considérer, comme nous le disions tout à l'heure, que vous n'avez pas fait de demande de modification des conditions de licence pour ces points-là.  Vous verrez à les faire ultérieurement si vous avez envie de nous revoir.

LISTNUM 1 \l 1153              Disons que pour ce qui est des heures de programmation locale, compte tenu de la réponse que vous avez faite à une lettre de lacunes, nous allons prendre le tout sous réserve.

LISTNUM 1 \l 1154              Mme LAFLAMME:  Le but étant justement, cette lettre de lacunes était bien avant que la demande devienne publique.  Je crois bien que tous les intervenants ont eu la chance de la lire et de pouvoir constater notre demande.


LISTNUM 1 \l 1155              CONSEILLERE NOEL:  Vous venez de me sabrer dans ma ligne de questions, ma chère madame, d'une façon absolument remarquable parce que la suite allait dans ce sens-ci.  Je disais :

* Qu'en est-il chez Énergie et Boom, certaines stations acquises de Corus avaient des conditions de licence de 42 heures alors que d'autres stations du réseau Énergie diffusent à l'heure actuelle 66 heures de programmation locale?  Quant à Boom, on constate que ces stations diffusent 45 heures de contenu local, mais en semaine seulement.  Il n'y a aucun contenu local le week-end. +  (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 1156              M. BENOIT:  Sur Énergie c'est pas mal plus aux alentours de 75 heures de programmation locale et les stations Énergie ne sont assujetties à aucun minimum autre que le 42 heures et on diffuse en moyenne 75 heures.

LISTNUM 1 \l 1157              CONSEILLERE NOEL:  La question est : si on décide de vous enlever les conditions de licence dans certaines de vos stations, allez-vous continuer de diffuser 75 heures de contenu local?

LISTNUM 1 \l 1158              M. BENOIT:  Dans le cas d'Énergie on n'est assujetti à aucune condition et on le fait déjà.

LISTNUM 1 \l 1159              CONSEILLERE NOEL:  Dans le cas de RockDétente?

LISTNUM 1 \l 1160              M. BENOIT:  Dans le cas de RockDétente on a 63 heures et on a une moyenne aux alentours de 64, 65 heures.


LISTNUM 1 \l 1161              CONSEILLERE NOEL:  Est-ce que vous prenez un engagement de continuer à le faire si on ne l'impose pas en condition de licence?

LISTNUM 1 \l 1162              M. BENOIT:  Je trouve que le plus bel exemple, encore une fois, qu'on peut vous apporter, c'est celui sur Énergie, on n'a aucun engagement et on le fait largement.

LISTNUM 1 \l 1163              M. SABBATINI:  Madame Noël, si je peux me permettre, peut-être pour le bénéfice de tous, il serait peut-être intéressant de résumer d'où on est parti et où on est rendu aujourd'hui.

LISTNUM 1 \l 1164              Quant on s'est présenté devant vous pour la transaction de Télémédia, et je pense qu'on le mentionne dans notre exposé oral, à ce moment-là on parlait de trois réseaux, incluant le réseau Radiomédia.

LISTNUM 1 \l 1165              La transaction ne s'est jamais concrétisée telle quelle, et à ce moment-là vous nous aviez demandé, afin de voir si on était des bons partenaires de la radio, de s'assurer... on a pris l'engagement de faire 63 heures de programmation locale sur les stations acquises de RockDétente, donc de Télémédia.


LISTNUM 1 \l 1166              La transaction ne s'est jamais concrétisée avec trois réseaux, comme vous le savez elle s'est concrétisée avec deux réseaux, et on a eu ces conditions de licence là.

LISTNUM 1 \l 1167              Quand on a fait l'échange d'actifs avec Corus pour le même genre de stations, donc on a une station CJOI RockDétente dans le marché de Rimouski, on a pris l'engagement de faire 63 heures aussi, mais vous ne nous avez pas imposé des conditions de licence.

LISTNUM 1 \l 1168              CONSEILLERE NOEL:  Je pense qu'on avait oublié de vous en imposer cette fois-là.

--- Rires / Laughters

LISTNUM 1 \l 1169              M. SABBATINI:  Ce qu'on amène ici ce matin, c'est que le contexte est différent en 2007 avec 12 nouvelles licences, avec d'autres réseaux que RockDétente et Énergie.

LISTNUM 1 \l 1170              Il y a un réseau Radiomédia qui ne nous appartient pas, qui est à Corus, qui s'en va sur le FM.  Il y a un réseau qui s'appelle Rythme FM qui a trois nouvelles stations et donc ils sont dans le quatre marchés.

LISTNUM 1 \l 1171              On a donc un paysage québécois avec 4 réseaux maintenant, 12 nouvelles stations de radio et un univers numérique qui est de plus en plus pressurisant sur les stations de radio.


LISTNUM 1 \l 1172              Tout ce que nous disons tout simplement ce matin, c'est que nous voudrions nous assurer d'avoir les mêmes conditions que les autres joueurs dans l'industrie de la radio au Québec.  C'est pour ça qu'on fait cette demande-là.

LISTNUM 1 \l 1173              Oui, nous allons continuer à faire de la programmation locale et énormément de programmation locale, au niveau du contenu et au niveau des nouvelles.  C'est ce qui fait notre succès et c'est notre philosophie opérationnelle.

LISTNUM 1 \l 1174              CONSEILLERE NOEL:  Est-ce que ça veut dire que demain matin on passe de 66 heures à 42 heures?  C'est surtout ça ma préoccupation.

LISTNUM 1 \l 1175              M. SABBATINI:  Pas du tout.  Charles vous l'a mentionné, sur Énergie on fait 75 et parfois 80 heures de programmation locale et nos conditions de licence sont à 42 heures.

LISTNUM 1 \l 1176              CONSEILLERE NOEL:  Ce matin j'écoutais RockDétente par hasard parce que l'appareil radio que j'ai dans ma chambre d'hôtel est d'une telle qualité que je n'étais pas capable de prendre Radio-Canada.  Désolée, mais...

--- Rires / Laughters

LISTNUM 1 \l 1177              M. SABBATINI:  C'est désolant d'entendre... vous me faites de la peine.  Vous nous écoutez par défaut.


LISTNUM 1 \l 1178              CONSEILLERE NOEL:  Mais j'ai accroché des mots français en essayant de faire rouler le syntonisateur, j'ai dit : * Au moins je vais me réveiller en français. +  Je n'avais aucune idée de la station que j'avais accrochée parce qu'il était trop tard le soir pour que j'écoute longtemps.

LISTNUM 1 \l 1179              Mais ce matin je me suis aperçue que c'était RockDétente et je dois dire que ça va peut-être enchaîner avec une autre série de questions que j'ai, c'est sur les rotations.

LISTNUM 1 \l 1180              Vous avez quelqu'un en ondes qui dit le matin comme ça : * C'est la radio au bureau qui se répète le moins dans toute la journée + ou je ne sais pas quoi.

LISTNUM 1 \l 1181              M. BENOIT:  Sans répétition.

LISTNUM 1 \l 1182              CONSEILLERE NOEL:  Donc, vous diminuez volontairement les rotations entre 09 h 00 et 05 h 00?  Est-ce que je peux comprendre ça?

LISTNUM 1 \l 1183              Mais je vais y revenir, je soulève ça pour seulement de façon anecdotique.

LISTNUM 1 \l 1184              M. BENOIT:  On veut vendre la plus grande variété musicale.


LISTNUM 1 \l 1185              CONSEILLERE NOEL:  Écoutez, plutôt que d'aller un peu n'importe comment, je vais essayer de reprendre mon plan.  Quand on arrivera à ce qu'on a déjà discuté, je passerai par-dessus.

LISTNUM 1 \l 1186              Vous nous avez mis ici une définition d'un artiste émergent, c'est pour notre édification personnelle, ça?  A la fin du document.

LISTNUM 1 \l 1187              Mme LAFLAMME:  C'est pour répondre aux attentes du Conseil.

--- Rires / Laughters

LISTNUM 1 \l 1188              CONSEILLERE NOEL:  Reprenons.  Je vais traiter des 11 stations qui sont en renouvellement en bloc, mais je vous invite à répondre de la façon qui vous convient le mieux et à faire les distinctions qui s'imposent.

LISTNUM 1 \l 1189              Je ne veux pas qu'on passe station par station, mais s'il y a des différences entre les stations qui sont affiliées à Énergie ou à RockDétente ou à Boom, j'aimerais que vous m'orientiez dans les différents réseaux.

LISTNUM 1 \l 1190              En gros nous allons traiter de la programmation locale.  Je pense qu'on vient d'en parler, je vais passer par-dessus pour le moment.


LISTNUM 1 \l 1191              On va parler des nouvelles et ça résulte de la transaction Astral/Corus qui a été autorisée en 2005.  A cette époque-là vous vous étiez engagés à créer de toute pièce un service de nouvelles parce que vous perdiez le bénéfice du réseau Radiomédia qui était la boîte de nouvelles de la transaction avortée avec Télémédia.

LISTNUM 1 \l 1192              Il y a eu des craintes à l'époque qu'il n'y aurait plus de nouvelles au Québec et que les effectifs journalistiques tomberaient au point minimum.  Je veux qu'on traite de ça.

LISTNUM 1 \l 1193              Quant au développement des contenus canadiens, je pense que votre lettre en réponse à notre lettre, votre lettre du 17 avril, madame Laflamme, était particulièrement limpide.

LISTNUM 1 \l 1194              Nous n'aurons pas de questions à vous poser, mais si vous avez des commentaires à nous faire, je vous laisserai le temps de les faire.

LISTNUM 1 \l 1195              Je pense que vous avez très très bien compris la mécanique derrière le nouveau programme de développement des contenus canadiens par rapport à l'ancien DTC, le Développement des talents canadiens, moi-même je commence à comprendre.

LISTNUM 1 \l 1196              Enfin, nous allons parler de la diversité et des pièces musicales et des artistes canadiens de langue française, des rotations et nous allons essayer de savoir ce que vous entendez par un artiste émergent.


LISTNUM 1 \l 1197              Je pense que vous avez devancé un petit peu mes questions, en tout cas je vais prendre deux minutes pour lire ça.

LISTNUM 1 \l 1198              Je voulais vous demander quand est-ce qu'on peut s'attendre à un consensus des radiodiffuseurs sur la définition d'un artiste émergent, je ne sais pas si c'est le résultat d'un consensus ou si c'est la position d'Astral.

LISTNUM 1 \l 1199              Vous me reviendrez là-dessus.

LISTNUM 1 \l 1200              Je pense que pour ce qui est des 63 heures, 66 heures, 42 heures, 45 heures, on a couvert le dossier et nous allons réfléchir à la possibilité d'enlever ce genre de condition de licence et vous assujettir strictement à la politique, tel que vous l'avez demandé par la bande dans une réponse à une lettre de lacunes.

LISTNUM 1 \l 1201              Maintenant on va parler du service des nouvelles et de vos actifs journalistiques.


LISTNUM 1 \l 1202              En 2005 dans le cadre de la transaction Astral/Corus, comme je vous l'ai dit tout à l'heure, vous vous êtes engagés à mettre sur pied votre propre service de nouvelles et vous nous avez convaincus que globalement il y aurait plus de journalistes à l'emploi des deux groupes, Astral et Corus, au Québec qu'avant la transaction, soit 34 pour Astral, 36 pour Corus, pour un total de 70 journalistes pour couvrir l'actualité au Québec dans les stations musicales et des stations d'information parce qu'il ne faut pas oublier que dans le cas de Corus ils ont des stations d'information.

LISTNUM 1 \l 1203              Vous avez également expliqué que vous construiriez des installations à la fine pointe de la technologie et que le nombre d'heures de nouvelles avec cette nouvelle structure serait maintenu.

LISTNUM 1 \l 1204              Vos engagements à l'époque étaient les suivants, et je vais vous les répéter.

LISTNUM 1 \l 1205              On parle des stations, qui ne sont pas nécessairement en renouvellement aujourd'hui, mais il y en a qui le sont, CJOI-FM à Rimouski qui est une station du réseau RockDétente, 2 heures 49 minutes de nouvelles dont 24 minutes le week-end et c'était des nouvelles locales.

LISTNUM 1 \l 1206              CIKI-FM Rimouski qui est affiliée au réseau Énergie, 2 heures 49 minutes dont 7 minutes le week-end.

LISTNUM 1 \l 1207              CJDM-FM Drummondville, également Énergie, 2 heures 49 minutes dont 7 minutes le week-end.

LISTNUM 1 \l 1208              CFZZ-FM Saint-Jean-d'Iberville, BoomFM, 2 heures 38 dont 18 minutes le week-end, et je retire ce que j'ai dit tout à l'heure, vous avez au moins 18 minutes de programmation locale le week-end.


LISTNUM 1 \l 1209              M. BENOIT:  Pour votre information, il y a plus que ça.

LISTNUM 1 \l 1210              CONSEILLERE NOEL:  Il y a plus que ça.

LISTNUM 1 \l 1211              M. BENOIT:  Les émissions du matin sur BoomFM sont locales.

LISTNUM 1 \l 1212              CONSEILLERE NOEL:  Il va falloir qu'on refasse nos calculs.

LISTNUM 1 \l 1213              CFVM-DM à Amqui également affiliée à BoomFM, 2 heures 38 minutes par semaine dont 18 minutes le week-end.

LISTNUM 1 \l 1214              Chez CITÉ-FM, la condition de licence prévoit 2 heures 49 minutes de nouvelles locales, tandis que chez CHEY à Trois-Rivières, on parle plutôt de 1 heure 41 minutes.

LISTNUM 1 \l 1215              M. BENOIT:  Je vous dirais que dans le cas de CHEY, ça a été harmonisé plus vers le haut pour suivre un peu plus CITÉ Montréal.

LISTNUM 1 \l 1216              CONSEILLERE NOEL:  On aime beaucoup ça vers le haut.

--- Rires / Laughters

LISTNUM 1 \l 1217              M. BENOIT:  De sorte qu'on est pratiquement à égalité avec CITÉ Montréal.

LISTNUM 1 \l 1218              CONSEILLERE NOEL:  La condition de licence c'est 1 heure 41, mais vous faites plus que ça.


LISTNUM 1 \l 1219              M. BENOIT:  On fait aux alentours de 2 heures 40 par semaine.

LISTNUM 1 \l 1220              La moyenne sur nos deux réseaux est de 2 heures 40.

LISTNUM 1 \l 1221              CONSEILLERE NOEL:  D'accord.

LISTNUM 1 \l 1222              Compte tenu que vous avez maintenant eu le temps de mettre en ouvre les engagements de 2005, pourriez-vous nous donner des détails concernant votre service de nouvelles?

LISTNUM 1 \l 1223              J'aimerais savoir comment ça fonctionne.

LISTNUM 1 \l 1224              M. BENOIT:  Absolument.

LISTNUM 1 \l 1225              CONSEILLERE NOEL:  Où les gens sont, comment ils sont organisés.  Je vous laisse parler.

LISTNUM 1 \l 1226              M. BENOIT:  Absolument, avec plaisir.

LISTNUM 1 \l 1227              Dans un premier temps vous dire qu'on est absolument très heureux et très fiers de la réalisation de ce service d'information là puisque vous voyez nos effectifs, on ne fait aucunement d'émissions d'affaires publiques ou d'information, nos réseaux sont avant tout à prépondérance musicale VS notre compétiteur Corus et on a à peu près les mêmes effectifs journalistiques, 34 pour nous, 36 pour eux.


LISTNUM 1 \l 1228              CONSEILLERE NOEL:  Ce sont vraiment les chiffres que vous nous aviez donnés en 2005 qui se sont maintenus.

LISTNUM 1 \l 1229              M. BENOIT:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1230              Et dépendant de l'actualité quand je pense à la couverture qu'on a faite sur les élections, que ce soit provinciales, fédérales ou municipales, on va même jusqu'à augmenter nos effectifs.

LISTNUM 1 \l 1231              Cela dit, ce sur quoi on est particulièrement fiers, c'est justement la création de ça, mais aussi tout notre réseau intranet qu'on a créé qui s'appelle Burly dont certains membres du Conseil ont pu voir les bénéfices.

LISTNUM 1 \l 1232              Chaque marché est relié par un service intranet qui permet à chacune des régions de voir l'actualité en temps réel qui se passe dans chacun des marchés.

LISTNUM 1 \l 1233              Chaque marché a la liberté de composer son bulletin d'information à partir des données qu'il voit dans chacun des marchés présents.

LISTNUM 1 \l 1234              Nous, ce que nous demandons à nos stations, c'est qu'il se produise un minimum de 60 à 70 pour cent d'information locale à l'intérieur de nos bulletins d'information.

LISTNUM 1 \l 1235              Le reste est composé de nouvelles régionales ou nationales, internationales.


LISTNUM 1 \l 1236              Mais nos journalistes le matin, si vous prenez un matin sur Énergie, RockDétente et BoomFM, il y a à peu près une quinzaine de journalistes en poste.

LISTNUM 1 \l 1237              Quand ils sont au pupitre, ils composent leurs propres bulletins d'information à partir de l'actualité locale qu'il y a, mais en même temps ils sont en mesure de voir dans chacun des autres marchés d'Astral Media ce qui se passe et de recueillir de l'information s'ils le veulent.

LISTNUM 1 \l 1238              En même temps qu'ils ont la possibilité de voir ça, tous les journalistes sont réunis ensemble et ont la possibilité de chater ensemble et d'échanger sur l'information du jour.

LISTNUM 1 \l 1239              Ça c'est notre fonctionnement à l'interne qui d'ailleurs a été soulevé dans le dernier numéro du magazine * Trente + de la FPGQ soulignant à quel point la façon de faire de chez Astral on était loin de la montréalisation des ondes, mais qu'on laissait plutôt le choix à nos marchés d'accentuer la nouvelle locale.

LISTNUM 1 \l 1240              CONSEILLERE NOEL:  Il va falloir s'assurer que ce mythe de la montréalisation...


LISTNUM 1 \l 1241              M. BENOIT:  Je vis avec à toutes les semaines, j'essaie de me défendre énormément contre ça parce que c'est l'inverse, quand on regarde les heures de programmation locale qu'on a dans chacun de nos marchés...

LISTNUM 1 \l 1242              CONSEILLERE NOEL:  Je dois dire que ce matin ils donnaient la température à Gatineau, pas à Montréal.

LISTNUM 1 \l 1243              M. BENOIT:  C'est sûr.

LISTNUM 1 \l 1244              CONSEILLERE NOEL:  Ils ont juste oublié le vent, par exemple.  Quand je suis sortie de l'hôtel, je pensais que la tête était pour m'arracher.

LISTNUM 1 \l 1245              M. BENOIT:  Mais on était 100 pour cent local, comme on sera 100 pour cent local  toute la journée jusqu'à 20 h 00 ce soir.

LISTNUM 1 \l 1246              Si vous réécoutez en sortant, vous allez encore bénéficier...

LISTNUM 1 \l 1247              CONSEILLERE NOEL:  Répétez-moi ça.  Votre programmation locale est 100 pour cent locale de?

LISTNUM 1 \l 1248              M. BENOIT:  Devant les grilles, mais généralement de 05 h 30 le matin jusqu'à 20 h 00 sur RockDétente.

LISTNUM 1 \l 1249              CONSEILLERE NOEL:  Entièrement locale.

LISTNUM 1 \l 1250              M. BENOIT:  Entièrement locale.

LISTNUM 1 \l 1251              CONSEILLERE NOEL:  Les bulletins de nouvelles...


LISTNUM 1 \l 1252              M. BENOIT:  Excusez-moi ce que je vous ai dit.  C'est parce qu'il y a des insertions locales.

LISTNUM 1 \l 1253              Dans le cas de RockDétente, il y a une émission qui s'appelle * La Vraie Vie + qui est diffusée sur l'ensemble de nos propriétés de 16 h 00 à 19 h 00 qui est en provenance de Montréal, mais vous allez retrouver, de quatre à six fois l'heure, des détachements locaux qui permettent aux stations de...

LISTNUM 1 \l 1254              CONSEILLERE NOEL:  Qui permettent d'insérer les nouvelles, la circulation, la météo.

LISTNUM 1 \l 1255              M. BENOIT:  Et les activités culturelles ou d'intérêt public.

LISTNUM 1 \l 1256              CONSEILLERE NOEL:  D'accord.

LISTNUM 1 \l 1257              Dans votre service de nouvelles, reliées par Intranet, je comprends qu'il y a des échanges de nouvelles automatisés, finalement, entre chacune...

LISTNUM 1 \l 1258              M. BENOIT:  La cueillette d'informations se fait local.

LISTNUM 1 \l 1259              CONSEILLERE NOEL:  On était là.  Comment se fait la cueillette?


LISTNUM 1 \l 1260              M. BENOIT:  La cueillette se fait par des journalistes qui sont en poste, soit par des entrevues téléphoniques, soit par la couverture de conférence de presse, soit par simplement la réception de communiqués, donc ça se fait là, c'est mis sur le système Burli, donc accessible à l'ensemble de tous les autres stations de nos réseaux.

LISTNUM 1 \l 1261              CONSEILLERE NOEL:  Pourriez-vous, juste pour le bénéfice de la traduction et de madame la sténographe, nous épeler ça?

LISTNUM 1 \l 1262              M. BENOIT:  Burli?

LISTNUM 1 \l 1263              CONSEILLERE NOEL:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1264              M. BENOIT:  B-U-R-L-I.

LISTNUM 1 \l 1265              CONSEILLERE NOEL:  D'accord.

LISTNUM 1 \l 1266              Est-ce que ça a une signification particulière?

LISTNUM 1 \l 1267              M. BENOIT:  Non.

LISTNUM 1 \l 1268              CONSEILLERE NOEL:  Ce n'est pas un acronyme?

LISTNUM 1 \l 1269              M. BENOIT:  C'est le nom du programme qui gère tout notre côté...

LISTNUM 1 \l 1270              CONSEILLERE NOEL:  Non, mais c'est parce que ça aurait pu être un acronyme, ici on ne vit, on ne dort et on ne mange que des acronymes.

LISTNUM 1 \l 1271              M. BENOIT:  Ça aurait pu, mais ça ne l'est pas.


LISTNUM 1 \l 1272              C'est une utilisation, somme toute, assez unique qui est faite au Canada, la façon qu'on a déployé ce système-là pour nos besoins, l'adapter spécifiquement à nos besoins, c'est unique.  On est bien content de ça.

LISTNUM 1 \l 1273              CONSEILLERE NOEL:  D'accord.

LISTNUM 1 \l 1274              Maintenant, vous avez vos reporters, vos journalistes sur le terrain qui font la cueillette d'une manière ou d'une autre, soit physiquement, soit par le fil de presse, soit par des communiqués.

LISTNUM 1 \l 1275              Comment est-ce que vous traitez cette information?

LISTNUM 1 \l 1276              Si je comprends bien, ces journalistes-là sont au service de vos trois réseaux.  Ou si je me trompe.

LISTNUM 1 \l 1277              M. BENOIT:  Non.  En fait, si vous prenez le matin dans chacune des émissions matinales, que ce soit sur Énergie, sur RockDétente, sur BoomFM, il y a un journaliste spécifique pour...

LISTNUM 1 \l 1278              CONSEILLERE NOEL:  A la station.

LISTNUM 1 \l 1279              M. BENOIT:  A la station.  Ce journaliste-là en principe répond du directeur de la programmation, donc formate son bulletin d'information en fonction du groupe cible et en fonction des intérêts, que ce soit Énergie ou RockDétente.

LISTNUM 1 \l 1280              CONSEILLERE NOEL:  Alors, ce n'est pas une information qui est centralisée et ensuite la voie est répétée là.


LISTNUM 1 \l 1281              M. BENOIT:  Non, pas du tout.

LISTNUM 1 \l 1282              CONSEILLERE NOEL:  Vous avez vraiment un journaliste par réseau, par station.

LISTNUM 1 \l 1283              M. BENOIT:  Dans nos émissions du matin, oui.

LISTNUM 1 \l 1284              CONSEILLERE NOEL:  Si vous avez deux stations à Saguenay, que dis-je, pas Chicoutimi...

LISTNUM 1 \l 1285              M. BENOIT:  A Saguenay, à Gatineau.

LISTNUM 1 \l 1286              CONSEILLERE NOEL:  Vous avez deux journalistes en poste pour l'information en continu.

LISTNUM 1 \l 1287              M. BENOIT:  Si vous écoutez chacun des bulletins d'information, vous allez voir que l'ordre des nouvelles va être vraiment différent selon le public.

LISTNUM 1 \l 1288              CONSEILLERE NOEL:  Faites-vous encore un quart d'heure avant l'heure et après l'heure?  Non, ça c'était CKAC.

LISTNUM 1 \l 1289              M. BENOIT:  Non, c'était CKAC, l'information à 15 minutes plus tôt, 15 minutes avant tout le monde.  Non, on est à l'heure et à la demie dans  nos émissions de pointe.

LISTNUM 1 \l 1290              CONSEILLERE NOEL:  A l'heure et à la demie.  D'accord.


LISTNUM 1 \l 1291              Votre service de nouvelles, est-ce qu'il y a seulement les 34 journalistes ou s'il y a d'autre personnel de soutien qui travaille avec ces gens-là?

LISTNUM 1 \l 1292              M. BENOIT:  A part ça, dans les 34 personnes, on ne comprend pas les chroniqueurs à la circulation dans les marchés comme Montréal, on ne parle pas des journalistes sportifs ou des journalistes culturels qui viennent compléter nos bulletins d'information, ça c'est au-dessus de...

LISTNUM 1 \l 1293              CONSEILLERE NOEL:  Over and above.

LISTNUM 1 \l 1294              M. BENOIT:  Over and above.  Exactement.  On s'entend.

LISTNUM 1 \l 1295              CONSEILLERE NOEL:  Pour utiliser la langue de Shakespeare.

LISTNUM 1 \l 1296              M. BENOIT:  C'est cela.

LISTNUM 1 \l 1297              CONSEILLERE NOEL:  Je voulais vous demander, y a-t-il eu des changements par rapport aux prévisions de 2005, je pense que vous venez de me répondre que c'était exactement ça.

LISTNUM 1 \l 1298              M. BENOIT:  Honnêtement, c'est vraiment une très belle réalisation, on en est bien fier.


LISTNUM 1 \l 1299              Également depuis la création d'un service d'information, deux fois par année on crée ce qu'on appelle le FOJAR, le Forum des journalistes d'Astral Media Radio qui sont dédiés à la formation de nos journalistes, que ça soit en termes de déontologie professionnelle, que ce soit en termes de rédaction, que ce soit en termes de techniques d'entrevue.

LISTNUM 1 \l 1300              Évidemment, ça regarde tout ce qui peut tout ce qui peut toucher la diffamation.

LISTNUM 1 \l 1301              CONSEILLERE NOEL:  C'est important.

LISTNUM 1 \l 1302              M. BENOIT:  Absolument.

LISTNUM 1 \l 1303              On doit avoir une bonne moyenne puisque dans les dernières années...

LISTNUM 1 \l 1304              CONSEILLERE NOEL:  Vous avez eu des personnages colorés.

LISTNUM 1 \l 1305              M. BENOIT:  Dans une ancienne vie.

LISTNUM 1 \l 1306              CONSEILLERE NOEL:  Dans une ancienne vie.

LISTNUM 1 \l 1307              M. BENOIT:  Alors qu'on était un réseau à prépondérance verbale, oui.

LISTNUM 1 \l 1308              CONSEILLERE NOEL:  Avant de faire un échange avec Corus.

LISTNUM 1 \l 1309              M. BENOIT:  Oui.  La vie était différente.

LISTNUM 1 \l 1310              CONSEILLERE NOEL:  Dans une ancienne vie, il ne s'en rappelle pas.

LISTNUM 1 \l 1311              M. BENOIT:  On ne s'en ennuie pas vraiment.

--- Rires / Laughters


LISTNUM 1 \l 1312              CONSEILLERE NOEL:  Moi je me rappelle d'une prise de bec, Monsieur le Président, entre vous et la vice-présidente broadcasting de l'époque.  En latin.  Dans un renouvellement de licence pour Chicoutimi.

LISTNUM 1 \l 1313              Ah, mon Dieu!  C'était les belles années.

LISTNUM 1 \l 1314              Juste afin de compléter notre dossier de renouvellement pour ce qui est des nouvelles, j'aimerais que vous nous précisiez vos engagements en ce qui concerne les nouvelles locales.

LISTNUM 1 \l 1315              Si vous voulez faire ça sous forme d'un tableau, ce serait peut-être une bonne idée de remettre un tableau à la secrétaire à un moment donné, quelque part dans la journée.

LISTNUM 1 \l 1316              Vos engagements en matière de nouvelles locales par station, vos bulletins de météo locaux, les sports locaux, la promotion d'activités et des événements locaux, je veux avoir le temps dans chaque station qui est en renouvellement.

LISTNUM 1 \l 1317              M. BENOIT:  Pas de problème.  On va préparer des tableaux.

LISTNUM 1 \l 1318              CONSEILLERE NOEL:  Je pense que c'est peut-être plus simple de faire un petit tableau.


LISTNUM 1 \l 1319              Je suis sûre que vous avez ça sous la main, mais si vous me donnez tout ça verbalement, on va un peu perdre le fil.

LISTNUM 1 \l 1320              M. BENOIT:  En fait je l'ai dans ma tête, mais ce serait plus facile pour vous de le visualiser.

--- Rires / Laughters

LISTNUM 1 \l 1321              CONSEILLERE NOEL:  Maintenant, je ne sais pas si pour vous c'est plus facile de faire des regroupements par réseau, mais en autant qu'on voit l'information clairement.  On veut juste avoir le détail au niveau de la programmation de nouvelles, chacune des stations en renouvellement.

LISTNUM 1 \l 1322              Mme LAFLAMME:  O.K.  De ce qui se fait actuellement.

LISTNUM 1 \l 1323              CONSEILLERE NOEL:  Oui.  De ce qui se fait actuellement et ce que vous entendez faire.  Je suis sûre que vous voulez prolonger vos engagements.

LISTNUM 1 \l 1324              M. BENOIT:  Est-ce que vous voulez le temps cumulé sur chacune des antennes?  Ou vous voulez avoir un exemple de bulletins?

LISTNUM 1 \l 1325              CONSEILLERE NOEL:  Non, le temps par semaine.

LISTNUM 1 \l 1326              Mme LAFLAMME:  Le nombre de minutes.

LISTNUM 1 \l 1327              CONSEILLERE NOEL:  Oui, par activité.

LISTNUM 1 \l 1328              Mme LAFLAMME:  Correct.


LISTNUM 1 \l 1329              CONSEILLERE NOEL:  Ici j'ai pour CJOI Rimouski, 2 heures 49 minutes dont 24 le week-end.  Je veux savoir combien de ce 2 heures 48 minutes est de la nouvelle pure, du sport, de la météo, du trafic et de la promotion d'activités culturelles.

LISTNUM 1 \l 1330              M. BENOIT:  Dans le cas de Rimouski le trafic on n'en fait pas beaucoup, mais on va vous donner d'autres informations.

LISTNUM 1 \l 1331              CONSEILLERE NOEL:  Mais les gens de Rimouski ne seront pas d'accord avec vous parce que des fois il faut attendre plus qu'une minute et quart au coin de Jean-Brillant et je ne sais pas trop quoi.

LISTNUM 1 \l 1332              M. BENOIT:  Sur la 132?  On va vous fournir ça.

LISTNUM 1 \l 1333              CONSEILLERE NOEL:  Écoutez, ma mère vivait à Magog et elle me parlait du trafic à Magog, alors vous comprenez que...

LISTNUM 1 \l 1334              M. BENOIT:  Dans le cas de Magog, j'avoue que l'été c'est plus problématique avec la circulation.

--- Rires / Laughters


LISTNUM 1 \l 1335              CONSEILLERE NOEL:  Maintenant, le développement du contenu canadien, j'ai bien lu la lettre de madame Laflamme, c'est très très clair, mais est-ce qu'il y a quelque chose que vous voudriez ajouter à ce niveau-là?

LISTNUM 1 \l 1336              M. RODRIGUE :  Non, madame Noël.

LISTNUM 1 \l 1337              CONSEILLERE NOEL:  C'est la limpidité totale.

LISTNUM 1 \l 1338              M. RODRIGUE:  On a bien partagé le 40 pour cent qui reste, 20 pour cent à l'oral, en fait aux autres sortes de contenus.

LISTNUM 1 \l 1339              CONSEILLERE NOEL:  Vingt pour cent à l'oral, quand vous parlez de l'oral c'est probablement la formation de journalistes.

LISTNUM 1 \l 1340              M. RODRIGUE:  C'est journalisme, humour, animation, et 20 pour cent musique.

LISTNUM 1 \l 1341              CONSEILLERE NOEL:  D'accord.

LISTNUM 1 \l 1342              LE PRÉSIDENT:  Si vous me permettez, Madame.

LISTNUM 1 \l 1343              CONSEILLERE NOEL:  Oui, oui.

LISTNUM 1 \l 1344              LE PRÉSIDENT:  Est-ce que vous pouvez avoir des exemples plus spécifiques?  Avez-vous des idées en tête de la façon dont, effectivement, ces argents-là...

LISTNUM 1 \l 1345              Je comprends que pour les journalistes vous faites de la formation de différentes formes, mais pour les animateurs et pour l'humour, avez-vous des projets spécifiques?


LISTNUM 1 \l 1346              M. RODRIGUE:  La thématique de base, Monsieur le Président, c'était de profiter de cette opportunité-là et susciter un intérêt chez les jeunes Canadiens à éventuellement devenir des contributeurs.

LISTNUM 1 \l 1347              Donc, on cherche au niveau des écoles, collèges, radio étudiante, journalisme, formation.

LISTNUM 1 \l 1348              Le problème qu'on a ce matin, Monsieur le Président, c'est que comme nos ententes ne sont pas fermées avec les gens avec qui on a commencé à parler, vous allez comprendre que pour des raisons de stratégie, si je vous donne des noms et que mon contrat n'est pas fermé, ils vont m'attendre demain matin.

LISTNUM 1 \l 1349              Mais c'est évident qu'on a en tête notamment, et ça je pense que je peux le nommer parce que c'est un prolongement d'une entente que nous avions avec l'École nationale de l'humour, c'est probablement le plus bel exemple que je peux vous donner.

LISTNUM 1 \l 1350              Pour le reste, on profite aussi de cette opportunité-là pour aller en région, pour aller marché par marché voir qu'est-ce qui peut être un contributeur à long terme pour notre contenu et pour le contenu en général pour la radio.  Je dis * notre contenu +, pour la radio en général.


LISTNUM 1 \l 1351              M. SABBATINI:  Je pense que, Pierre, ce qu'il est important de mentionner aussi, c'est qu'on ne va pas nécessairement y aller au prorata de la contribution des marchés.

LISTNUM 1 \l 1352              S'il y a un marché qui a une bonne idée, on va peut-être mettre davantage d'emphase dans ce marché-là, justement parce que c'est une bonne idée.

LISTNUM 1 \l 1353              CONSEILLERE NOEL:  Ou une école de renom, je pense à Chicoutimi, par exemple.

LISTNUM 1 \l 1354              M. SABBATINI:  Absolument.

LISTNUM 1 \l 1355              CONSEILLERE NOEL:  Qui a un programme de journalisme qui...  A Jonquière.

LISTNUM 1 \l 1356              M. BENOIT:  Avec laquelle nous sommes déjà très impliqués.

LISTNUM 1 \l 1357              CONSEILLERE NOEL:  Mettons qu'on va parler du Saguenay.  De Saguenay.

LISTNUM 1 \l 1358              On va passer au dernier aspect que je voulais discuter avec vous.  C'est les fameux artistes émergents.

LISTNUM 1 \l 1359              Je vois que vous nous avez fourni une définition ici et je vous avertis tout de suite que les analyses qu'on a faites ne sont pas faites à partir de la même définition, alors on n'aura probablement pas les mêmes résultats.

LISTNUM 1 \l 1360              Vous nous dites :


* Un artiste canadien de langue française sera considéré comme un artiste émergent jusqu'à ce que l'un ou l'autre des seuils suivants ait été atteint : une période de six mois s'est écoulé depuis que les ventes de l'un de ses albums ont atteint le statut de disque d'or, soit 50 000 copies selon Soundscan. +  (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 1361              CONSEILLERE NOEL:  Pouvez-vous me dire ce que ça veut dire si on met ça à côté de * il était dans le Top 40 +?

LISTNUM 1 \l 1362              Est-ce qu'il y a des recoupements à faire ou si ce sont deux notions qui sont complètement aux antipodes?

LISTNUM 1 \l 1363              M. RODRIGUE:  Vous parlez du Top 40 division radio?

LISTNUM 1 \l 1364              CONSEILLERE NOEL:  De l'ADISQ.  Oui.

LISTNUM 1 \l 1365              M. RODRIGUE:  Ou vous parlez du Top 40 ventes?

LISTNUM 1 \l 1366              CONSEILLERE NOEL:  Bonne question.  Radio et ventes.


LISTNUM 1 \l 1367              M. RODRIGUE:  C'est sûr que si on parle de ventes, pour vendre 50 000 copies Soundscan, fatalement il aura fallu avoir été pendant plusieurs semaines dans le palmarès, à moins que ce soit une vente soudaine, c'est l'addition de plusieurs bonnes positions au palmarès de ventes qui, éventuellement, fait atteindre un disque d'or canadien, 50 000 copies vendues.

LISTNUM 1 \l 1368              CONSEILLERE NOEL:  Parce que le palmarès, le Top 40, par exemple, ce sont les ventes par semaine, c'est ça?

LISTNUM 1 \l 1369              M. RODRIGUE:  Exact.  A chaque semaine il y a un bulletin qui dit : * Voici quels ont été les meilleurs vendeurs la semaine dernière + et il y a un palmarès de dressé.

LISTNUM 1 \l 1370              En même temps, il y a aussi un palmarès des chansons les plus diffusées à la radio dans le territoire.  Là le recoupement, évidemment, il n'est pas automatique ou ça n'arrivera pas toujours qu'un artiste doive jouer à la radio pour vendre ou qu'un artiste, parce qu'il joue à la radio, vend.

LISTNUM 1 \l 1371              Il y a différentes sortes d'artistes, il y a des artistes qui ont moins besoin de radiodiffusion de leurs nouvelles ouvres pour vendre et il y en a d'autres, inversement, qui peuvent être très très longtemps dans les palmarès sans avoir un impact nécessairement sur les ventes.

LISTNUM 1 \l 1372              CONSEILLERE NOEL:  Si je comprends bien, votre notion d'artiste émergent n'est pas, elle, le reflet du nombre de diffusion, donc du palmarès de diffusion, mais du palmarès de ventes.


LISTNUM 1 \l 1373              M. RODRIGUE:  Comme vous pouvez le voir, parce que vous avez arrêté votre lecture après la première des éventualités.

LISTNUM 1 \l 1374              CONSEILLERE NOEL: 

* Une période de 48 mois. +  (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 1375              M. RODRIGUE:  Exact.

LISTNUM 1 \l 1376              CONSEILLERE NOEL:  Quarante-huit mois, 4 fois 12, c'est 4 ans.

LISTNUM 1 \l 1377              M. RODRIGUE:  Ce qu'on a fait, madame Noël, on s'est assis avec l'ADISQ dernièrement.

LISTNUM 1 \l 1378              CONSEILLERE NOEL:  Je vois ça.

LISTNUM 1 \l 1379              M. RODRIGUE:  Comme ça arrive souvent dans le processus de renouvellement ou de comparution devant le Conseil, on s'est assis avec l'ADISQ et on s'est dit : * Est-ce qu'on n'essaie pas ensemble de trouver une définition sur laquelle on s'entendrait? +

LISTNUM 1 \l 1380              Avec des ajustements de part et d'autre, on a accouché à la fin de la semaine dernière de cette définition sur laquelle on s'entend.

LISTNUM 1 \l 1381              Un artiste va être émergent jusqu'à la première des deux éventualités.

LISTNUM 1 \l 1382              CONSEILLERE NOEL:  O.K.


LISTNUM 1 \l 1383              M. RODRIGUE:  Quarante-huit mois après la sortie de son album, la première mise en marché de son premier album, ou six mois après le moment où l'artiste a vendu 50 000 copies selon les rapports de Soundscan.

LISTNUM 1 \l 1384              CONSEILLERE NOEL:  D'accord.

LISTNUM 1 \l 1385              Est-ce que, à part l'ADISQ et Astral, il y a d'autres radiodiffuseurs qui sont...

LISTNUM 1 \l 1386              Parce que dans la lettre de madame Laflamme, on parlait de discussion pour arriver à une définition commune pour le 1er septembre 2007, n'est-ce pas?

LISTNUM 1 \l 1387              Je veux savoir si en quelque part ça va pouvoir servir de base à une discussion éventuelle pour arriver à une définition commune d'un artiste émergent.

LISTNUM 1 \l 1388              Mme LAFLAMME:  Il y a eu quelques discussions avec l'ACR, mais disons que ce n'est pas une définition concertée par tous à ce jour.

LISTNUM 1 \l 1389              CONSEILLERE NOEL:  Est-ce que vous avez l'intention de vous asseoir avec vos collègues?

LISTNUM 1 \l 1390              Mme LAFLAMME:  Absolument.

LISTNUM 1 \l 1391              CONSEILLERE NOEL:  Parce que, je veux dire, la réalité du Québec et la réalité du reste du Canada, je pense qu'on parle de deux réalités différentes en termes de musique, pas seulement en termes de langues, mais en termes de radiodiffusion.


LISTNUM 1 \l 1392              Est-ce que vos collègues, vos co-radiodiffuseurs au Québec, est-ce que vous allez essayer d'avoir une position commune vis-à-vis l'ACR à ce niveau-là?

LISTNUM 1 \l 1393              Mme LAFLAMME:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1394              En fait, comme Pierre vous l'a expliqué, disons que l'entente avec l'ADISQ est arrivée la semaine dernière.

LISTNUM 1 \l 1395              CONSEILLERE NOEL:  Est arrivée la semaine dernière parce que c'était les journées de l'ADISQ.

LISTNUM 1 \l 1396              Mme LAFLAMME:  Enfin, vendredi pour être plus précis.  Alors, c'est sûr qu'on va continuer les discussions avec les autres radiodiffuseurs et avec l'ACR.

LISTNUM 1 \l 1397              M. RODRIGUE:  Madame Noël, si vous me permettez, je pense que l'ADISQ devrait, maintenant que c'est public... 

LISTNUM 1 \l 1398              Je les connais assez bien pour savoir qu'ils vont aller voir nos collègues...

LISTNUM 1 \l 1399              CONSEILLERE NOEL:  Ils sont juste derrière.

LISTNUM 1 \l 1400              M. RODRIGUE:  Je ne les ai pas vus parce que je suis assis...

LISTNUM 1 \l 1401              CONSEILLERE NOEL:  Je vois madame Solange en arrière.


LISTNUM 1 \l 1402              M. RODRIGUE:  Ah bon.  Vous avez une vue sur l'assistance.

LISTNUM 1 \l 1403              J'ai l'impression que l'ADISQ va communiquer cette définition-là aux autres radiodiffuseurs et éventuellement on pourrait s'entendre tous sur la même définition.

LISTNUM 1 \l 1404              Mais c'est celle à laquelle on en est arrivé dans nos conversations avec l'ADISQ.

LISTNUM 1 \l 1405              CONSEILLERE NOEL:  Disons qu'il y a un progrès.

LISTNUM 1 \l 1406              M. RODRIGUE:  Absolument.

LISTNUM 1 \l 1407              CONSEILLERE NOEL:  Étant donné que les représentants des artistes et un des gros radiodiffuseurs se sont entendus sur une définition, quand même.

LISTNUM 1 \l 1408              Mme LAFLAMME:  C'est exact.

LISTNUM 1 \l 1409              M. RODRIGUE:  Absolument.

LISTNUM 1 \l 1410              LE PRÉSIDENT:  Est-ce que je peux poser une question?

LISTNUM 1 \l 1411              CONSEILLERE NOEL:  Ah oui.


LISTNUM 1 \l 1412              LE PRÉSIDENT:  En demeurant sur ce sujet-là, et je vais prendre un exemple, ce n'est malheureusement pas une pièce neuve en langue française, mais au cours des six derniers mois, on a mis sur le marché un CD de Gregory Charles qui s'appelle * I Thought of You + et c'était son premier, à ma connaissance.

LISTNUM 1 \l 1413              Il se classe où dans votre définition dans les deux...  Parce que si j'ai bien compris, il s'est vendu 300 000 copies en dedans d'une semaine.

LISTNUM 1 \l 1414              M. RODRIGUE:  Selon la première définition, six mois après le moment où son album a eu le statut de disque d'or, ce qui est arrivé la première semaine de ses ventes, donc six mois plus tard il n'était plus un artiste émergent.  On ne le considérait plus un artiste émergent.

LISTNUM 1 \l 1415              LE PRÉSIDENT:  Mais pendant six mois il était un artiste émergent.

LISTNUM 1 \l 1416              M. RODRIGUE:  Absolument.

LISTNUM 1 \l 1417              LE PRÉSIDENT:  Mais si c'était déjà une personnalité fort connue, même par la chanson, mais c'était son premier disque.  Il était connu par spectacles et par la télévision, il n'était pas connu par l'enregistrement sonore.

LISTNUM 1 \l 1418              CONSEILLERE NOEL:  Je ne sais pas si c'est moi, mais moi j'ai un album de Gregory Charles qui date d'une couple d'années qui s'appelle * Noir et Blanc +.

LISTNUM 1 \l 1419              M. RODRIGUE:  C'est vrai.  Mais c'est un album qui était anglais.  Un album anglais.


LISTNUM 1 \l 1420              LE PRÉSIDENT:  * Noir et Blanc +, c'est un DVD.

LISTNUM 1 \l 1421              M. RODRIGUE:  Non, non, non, il y a eu un album aussi, un album gospel deux ans auparavant qui était, excusez-moi, un album qui était français et anglais, je pense.

LISTNUM 1 \l 1422              Il s'appelait comme son spectacle, mais il n'avait rien à voir avec, vous savez, par exemple, les gens qui demandent telle chanson, telle autre chanson.

LISTNUM 1 \l 1423              Mais, Monsieur le Président, c'est sûr que dans discussions avec l'ADISQ, une des premières choses qu'on a faites, on a dit : * Si on ne discute que des exceptions, on ne s'entendra jamais sur une règle +.

LISTNUM 1 \l 1424              Vous le savez, il y a Marie-Élaine Thibert, il y a des trucs comme ça.

LISTNUM 1 \l 1425              LE PRÉSIDENT:  C'est parce que j'essaie de comprendre...

LISTNUM 1 \l 1426              M. RODRIGUE:  Mais je vous explique.

LISTNUM 1 \l 1427              LE PRÉSIDENT:  La mécanique.  Parce que, effectivement, à escient j'ai choisi un grand succès pour voir qu'est-ce qui arrivait, parce que, effectivement, j'aurais pu prendre mon dernier CD.

--- Rires / Laughters

LISTNUM 1 \l 1428              M. RODRIGUE:  Ou le mien.


LISTNUM 1 \l 1429              Mais c'est vrai qu'à chaque année, il y aura un ou deux artistes qui viendront un peu nous faire douter de la définition, mais quand on regardera 99 pour cent de son applicabilité, il me semble que c'est là, je pense, l'entente qui va rallier tout le monde, la définition qui va rallier tout le monde.

LISTNUM 1 \l 1430              Vous l'avez dit, madame Noël, si un groupe comme Astral peut s'entendre avec l'ADISQ, pour moi ça ne fait aucun doute que nos collègues radiodiffuseurs pourraient s'inspirer de cette entente-là et arriver au même genre de définition.

LISTNUM 1 \l 1431              CONSEILLERE NOEL:  Alors, si la définition survit, je pense qu'au moins on aura fait un pas en avant à savoir on parlera tous la même langue.

LISTNUM 1 \l 1432              Parce que la suite de mes questions, vous allez voir, partent d'une définition qui est un peu différente, notre définition qu'on a appliquée à vos rapports et on arrive avec des résultats qui sont également surprenants, mais il faut que vous compreniez qu'à défaut d'avoir une définition, on a utilisé la nôtre.

LISTNUM 1 \l 1433              Moi j'avais des questions, notamment sur Énergie et RockDétente.  Notre définition c'était qu'une fois qu'une chanson avait atteint le Top 40, l'artiste demeurait émergent pendant une année.


LISTNUM 1 \l 1434              On avait fait une exception à ça parce qu'il y a des artistes qui n'ont jamais fait le Top 40, qui roulent depuis toujours, ça aurait été le cas de notre ami Gregory Charles, qui roulent tout le temps, mais qui ne sont jamais sur le Top 40, nous, on les avait éliminés de la catégorie des artistes émergents.

LISTNUM 1 \l 1435              A partir de ça, on a fait une analyse détaillée en vue des audiences d'aujourd'hui, de vos rapports, des rapports que vous avez déposés depuis 2004 pour Énergie et RockDétente, et c'était des rapports qui avaient été présentés dans un format sur lequel vous aviez consulté et l'ADISQ et l'Uda à l'époque, en 2001, pour le montage du rapport.

LISTNUM 1 \l 1436              En faisant l'analyse, en tenant compte de ce que je vous ai dit sur la définition d'un artiste émergent, on a constaté une diminution des rotations de nouveautés et des artistes émergents sur les ondes d'Énergie, soit une diminution des rotations de nouveautés de sept pour cent entre la première année, 2004, et la troisième année, 2006.

LISTNUM 1 \l 1437              Compte tenu des caveats  que j'ai mis dans ma question, pouvez-vous nous dire à quoi c'est dû?


LISTNUM 1 \l 1438              M. RODRIGUE:  Juste un complément de question, madame Noël, est-ce que c'était moins de diffusion ou c'est juste en pourcentage?

LISTNUM 1 \l 1439              CONSEILLERE NOEL:  C'est le nombre de chansons par artiste émergent en rotation.

LISTNUM 1 \l 1440              M. RODRIGUE:  Mais est-ce que c'était, par exemple, le pourcentage de 2004, je dis n'importe quoi, était à 30 et là il est à 23?  Ou c'est en unités?

LISTNUM 1 \l 1441              CONSEILLERE NOEL:  Écoutez, si on regarde dans Énergie, il était, en 2004, à 61, ce n'est pas mauvais, 61 pour cent, et en 2006 il était tombé à 47 pour cent, une baisse de 14 pour cent.

LISTNUM 1 \l 1442              M. LALLIER :  Juste une question.  Est-ce que ça a été comptabilisé en termes de rotation ou seulement en termes de pièces?

LISTNUM 1 \l 1443              CONSEILLERE NOEL:  En termes de dans les nouveautés.

LISTNUM 1 \l 1444              M. LALLIER:  Parce que dans les nouveautés, dans le rapport, les rotations sont sur un trimestre.  Je vais vous donner un exemple.


LISTNUM 1 \l 1445              Si une pièce est ajoutée, mettons que le trimestre est de janvier à mars, si la pièce est ajoutée au mois de mars, vous avez seulement les rotations pour cette période-là, mais évidemment les rotations continuent au mois d'avril et au mois de mai et le rapport ne donne pas cette information-là.

LISTNUM 1 \l 1446              Cet aspect-là peut jouer, je pense, dans le résultat.

LISTNUM 1 \l 1447              CONSEILLERE NOEL:  Est-ce qu'il y aurait des perfections à apporter à votre rapport?

LISTNUM 1 \l 1448              M. LALLIER:  Non.

LISTNUM 1 \l 1449              CONSEILLERE NOEL:  Une amélioration à apporter à votre...

(HORS MICRO)

LISTNUM 1 \l 1450              CONSEILLERE NOEL:  Les chiffres que je vous donne, c'est fait avec le nombre d'artistes émergents et d'ouvres.

LISTNUM 1 \l 1451              M. LALLIER:  Des fois ça peut être une question de choix de programmation aussi.  Par exemple le week-end sur Énergie, on a une émission qui s'appelle * Le Party de 5 @ 8+ le samedi dimanche où on va plus vaste au niveau de l'étendue des années, au niveau musical, on y va plus dans un style musical qui est très party, mais pas nécessairement juste sur de la nouveauté, alors des fois un changement de programmation comme ça peut faire une différence.


LISTNUM 1 \l 1452              C'est quand même huit heures, en fait c'est six heures par semaine, donc six heures par semaine multiplié par le nombre de semaines dans une année, ça peut faire une différence au niveau du pourcentage.

LISTNUM 1 \l 1453              C'est vraiment au niveau de la programmation parce qu'au niveau de la stratégie générale de l'antenne, je vous dirais qu'il y a des émissions où on met beaucoup plus d'artistes émergents qu'on mettait avant.

LISTNUM 1 \l 1454              Je pense entre autres sur Énergie aux émissions de soirée à partir de 18 h 00 où on a évacué beaucoup de matériel plus vieux pour faire place aux artistes de la relève, il y a beaucoup d'artistes qui ont commencé dans ce bloc-là et les feedbacks qu'on avait de l'auditoire, en fait...

LISTNUM 1 \l 1455              CONSEILLERE NOEL:  Pendant que les vieux regardent la télévision, les jeunes écoutent la radio, c'est ça?

LISTNUM 1 \l 1456              M. LALLIER:  Les jeunes écoutent la radio le soir, absolument.

LISTNUM 1 \l 1457              M. SABBATINI:  Mais André, si je peux me permettre.

LISTNUM 1 \l 1458              D'une façon générale, ce n'est pas en ligne avec les discussions qu'on a à l'interne.


LISTNUM 1 \l 1459              Notre compréhension, c'est pour ça qu'on est étonné quand même, on voudrait vérifier les chiffres, mais nos compréhensions à l'interne, c'est qu'effectivement, depuis 2002, 2003, 2004 on joue beaucoup plus d'artistes émergents, beaucoup plus de nouveautés et donc on devrait voir une croissance et non pas une diminution.

LISTNUM 1 \l 1460              N'est-ce pas?

LISTNUM 1 \l 1461              CONSEILLERE NOEL:  Écoutez, vous avez une diminution d'après les calculs et selon la définition que nous avons retenue, vous avez une diminution chez Énergie, mais une croissance de 18 pour cent chez RockDétente.

LISTNUM 1 \l 1462              Peut-être qu'à un moment donné ce serait une bonne idée de vous asseoir avec les membres du personnel et qu'on s'entende sur la façon de comptabiliser les choses parce que je pense qu'on va avoir un dialogue de sourds ici si on ne s'entend pas sur la méthodologie.

LISTNUM 1 \l 1463              M. LALLIER:  Si on ne part pas des mêmes chiffres, c'est sûr.

LISTNUM 1 \l 1464              M. RODRIGUE:  Madame Noël, avec respect, la définition de prendre un artiste qui a été une fois dans le Top 40 radiodiffusé et que là il sort, je vais vous donner un exemple.

LISTNUM 1 \l 1465              Moi, je ne pense pas qu'un artiste cesse d'être émergent parce qu'il a eu une présence dans le Top 40.


LISTNUM 1 \l 1466              Dans mon ancienne vie, je peux vous dire que souvent le succès nous est arrivé au quatrième single.

LISTNUM 1 \l 1467              CONSEILLERE NOEL:  C'est sûr qu'à partir du moment où tout le monde marche sur la même définition d'un artiste émergent, on va savoir de quoi on parle.

LISTNUM 1 \l 1468              M. RODRIGUE:  Exact.  Pour reprendre vos chiffres, si un artiste, par exemple, a été en 35e position et que vous l'avez évacué et que nous, on l'a rentré pour deux autres singles, c'est sûr que les chiffres ne balancent plus.

LISTNUM 1 \l 1469              Il faudrait regarder votre méthodologie de travail, ce qui sera plus simple avec la nouvelle définition.

LISTNUM 1 \l 1470              CONSEILLERE NOEL:  Je vous invite fortement à parler avec les gens du personnel chez nous et peut-être qu'on en arrivera à avoir des chiffres qui sont comparables parce que là j'ai l'impression qu'on compare des pommes avec des oranges.

LISTNUM 1 \l 1471              Mme LAFLAMME:  Ça nous fera plaisir de participer à une discussion.

LISTNUM 1 \l 1472              CONSEILLERE NOEL:  Qui sont d'excellents fruits tous les deux, mais ce n'est pas la même chose.


LISTNUM 1 \l 1473              Écoutez, moi je n'ai pas vraiment d'autres questions parce que plus j'essaie de comprendre ou de comparer mes chiffres et vos chiffres, moins je trouve de points de comparaison.

LISTNUM 1 \l 1474              Je pense qu'il serait peut-être important, justement, que vous vous assoyiez avec les gens du Conseil, le personnel qui fait l'analyse, pour arriver à ce qu'on compare les mêmes choses.

LISTNUM 1 \l 1475              J'avais pris note du contenu de votre lettre du 12 janvier, madame Laflamme, au sujet des artistes émergents qui n'émergeraient pas de vos discussions avant le mois de septembre, je suis bien contente de voir qu'ils ont la tête hors de l'eau.

LISTNUM 1 \l 1476              Éventuellement, quand vous allez remettre ensemble tous vos efforts entre radiodiffuseurs, ils vont pouvoir monter sur le quai flottant.

LISTNUM 1 \l 1477              Monsieur le Président, je n'ai pas d'ai pas d'autres questions.

LISTNUM 1 \l 1478              Mme LAFLAMME:  Est-ce que je peux juste apporter une précision?  Parce qu'on était dans les rapports sur la diversité.  Juste sur la condition de licence.


LISTNUM 1 \l 1479              Parce que je comprends que vous voulez qu'on redépose des demandes pour modifier nos licences, mais la condition de licence qui traite du rapport sur la diversité, dans la transaction Télémédia, c'était prévu que c'était pour la durée des avantages tangibles.

LISTNUM 1 \l 1480              Donc c'est à partir de 2003 jusqu'au paiement final des avantages tangibles.

LISTNUM 1 \l 1481              Si on renouvelle les licences pour une période de sept ans, sûrement pas que la condition de licence devrait durer pour sept ans.  En tout cas ce n'est pas ça qui est écrit dans la décision avec Télémédia.

LISTNUM 1 \l 1482              Je voulais juste apporter cette précision.

LISTNUM 1 \l 1483              LE PRÉSIDENT:  On note votre commentaire.

LISTNUM 1 \l 1484              Mme LAFLAMME:  D'accord.  Merci.

LISTNUM 1 \l 1485              CONSEILLERE NOEL:  On a votre commentaire.

LISTNUM 1 \l 1486              Je ne vous lirai pas la dernière phrase que j'avais écrite ici...  Oui, oui, je vais vous la lire.

* Je prends pour acquis que vous continuerez de nous soumettre ces rapports. +  (Tel que lu)


LISTNUM 1 \l 1487              CONSEILLERE NOEL:  Que ce soit par condition de licence ou autrement, je dois vous dire que c'est important parce que ça permet de savoir où est-ce qu'on s'en va.

LISTNUM 1 \l 1488              C'est une note sur laquelle je voudrais vous laisser.  C'est important parce que ça permet de parler...

LISTNUM 1 \l 1489              Éventuellement on parlera tous la même langue quand on va parler nouveauté et de diversité.

LISTNUM 1 \l 1490              Mme LAFLAMME:  On prend bonne note de vos préoccupations et on ose croire que tous les autres radiodiffuseurs avec lesquels nous sommes en concurrence auront les mêmes conditions de licence parce que le but étant d'avoir tous les mêmes règles du jeu.

LISTNUM 1 \l 1491              CONSEILLERE NOEL:  Un petit point qui manquait dans vos rapports, c'est les heures de diffusion.  Si on pouvait avoir les heures de diffusion, ça nous permettrait de mieux comprendre aussi.

LISTNUM 1 \l 1492              Est-ce que dans vos rapports vous pouvez ajouter les heures de diffusion des artistes émergents?

LISTNUM 1 \l 1493              C'est un point qui fascine nos analystes, je dois vous dire.

LISTNUM 1 \l 1494              Mme LAFLAMME:  Ça devient un fardeau administratif quand même énorme.


LISTNUM 1 \l 1495              CONSEILLERE NOEL:  Énorme?

LISTNUM 1 \l 1496              C'est ce que je veux savoir, est-ce que c'est faisable ou si...

LISTNUM 1 \l 1497              M. BENOIT:  C'est énorme de recenser toutes les... à chaque fois qu'une pièce va être jouée, de vous recenser l'heure et tout, on va...

LISTNUM 1 \l 1498              CONSEILLERE NOEL:  Même madame Solange à l'autre bout me lance des regards désespérés.

LISTNUM 1 \l 1499              Alors, je pense que nos analystes vont devoir se contenter de ce qu'ils ont.

LISTNUM 1 \l 1500              M. BENOIT:  Je suggérerais peut-être qu'on organise peut-être une rencontre avec les analystes, faire visiter nos installations, voir la façon dont ça fonctionne pour que vous ayez une bonne compréhension.

LISTNUM 1 \l 1501              CONSEILLERE NOEL:  Ça c'est une excellente idée.

LISTNUM 1 \l 1502              M. BENOIT:  Parce que si on va à l'inverse...

LISTNUM 1 \l 1503              Mme LAFLAMME:  Il faudrait engager des analystes.

LISTNUM 1 \l 1504              CONSEILLERE NOEL:  On est là pour voir ce qui est faisable.

LISTNUM 1 \l 1505              Mme LAFLAMME:  C'est ça.

LISTNUM 1 \l 1506              CONSEILLERE NOEL:  Voilà.  Merci.


LISTNUM 1 \l 1507              Moi je vous remercie, je n'ai pas d'autres questions, Monsieur le Président.

LISTNUM 1 \l 1508              LE PRÉSIDENT:  Madame la conseillère Cram.

LISTNUM 1 \l 1509              CONSEILLERE CRAM :  Merci.

LISTNUM 1 \l 1510              Monsieur Sabbatini, vous avez dit que vous vouliez avoir les mêmes règles que les autres avec la programmation locale.

LISTNUM 1 \l 1511              Ce que ça veut dire pour moi est que vous allez diminuer votre programmation locale.

LISTNUM 1 \l 1512              Ce qui me concerne, qu'est-ce que vous allez faire avec la programmation directement aux localités de licence?

LISTNUM 1 \l 1513              Vous avez dit, monsieur Benoît, je pense que votre nouvelle est 70 pour cent locale et 100 pour cent quelquefois, est-ce que vous allez garder ces règles, votre nombre d'heures de programmation locale?

LISTNUM 1 \l 1514              M. BENOIT:  Notre intention, ce n'est pas de diminuer ces heures-là.  Au contraire, ce qu'on disait, c'était au même type que d'avoir les mêmes conditions que tous nos autres compétiteurs ou radiodiffuseurs.

LISTNUM 1 \l 1515              CONSEILLERE CRAM:  Mais vous voulez être capables de diminuer.


LISTNUM 1 \l 1516              M. BENOIT:  On n'a pas cette intention-là, encore une fois sur Énergie on n'a aucune condition de licence et on fait pratiquement le double de nos heures de programmation locale.

LISTNUM 1 \l 1517              C'est juste d'être harmonisés avec l'ensemble des autres radiodiffuseurs.  Telle est simplement notre intention.

LISTNUM 1 \l 1518              M. SABBATINI:  Madame Cram, comme je l'ai spécifié tantôt, madame Noël a utilisé le mot * crainte + tantôt.

LISTNUM 1 \l 1519              Quand on s'est présenté devant le Conseil en 2002 dans le cadre de la transaction Télémédia, il y avait des craintes qu'on puisse diffuser réseau, montréaliser les ondes.

LISTNUM 1 \l 1520              CONSEILLERE CRAM:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1521              M. SABBATINI:  Des craintes qui n'étaient pas justifiées.

LISTNUM 1 \l 1522              Notre philosophie est de faire une opération locale, c'est ce qui fait le succès de la radio contre la radio-satellite, contre la radio-Internet.  C'est pour ça qu'on a des bonnes cotes d'écoute, on l'a mentionné aussi tantôt, et nous sommes fiers de la performance de nos cotes d'écoute.

LISTNUM 1 \l 1523              A ce moment-là il y avait des craintes et il était justifié pour le Conseil de nous imposer des conditions.


LISTNUM 1 \l 1524              En fait, nous avions pris l'engagement, ces engagements-là sont devenus des conditions.

LISTNUM 1 \l 1525              Tout ce qu'on dit aujourd'hui, cinq ans plus tard avec un univers qui est tout à fait différent, avec 12 nouvelles stations de radio, il y a d'autres joueurs qui ont des réseaux qui n'ont pas ces conditions de licence là.

LISTNUM 1 \l 1526              Tout ce qu'on souhaite ici, c'est aujourd'hui, une fois qu'on a prouvé que les craintes étaient exagérées, qu'on est un bon joueur, qu'on est un excellent joueur de la radio, que nos cotes d'écoute sont performantes parce qu'on fait de la programmation locale en quantité fort importante, on souhaiterait tout simplement avoir les mêmes règles du jeu pour tous les radiodiffuseurs.

LISTNUM 1 \l 1527              Notre intention, encore une fois, n'est pas de diminuer nos heures locales.

LISTNUM 1 \l 1528              CONSEILLERE CRAM:  Merci.

LISTNUM 1 \l 1529              LE PRÉSIDENT:  Merci, Madame.

LISTNUM 1 \l 1530              Monsieur Sabbatini, dans votre présentation orale ce matin, je vous cite à la page 3, vous dites :


* Des outils qui apparaissent performants puisque nos trois réseaux de langue française cumulent quelques 35 millions d'heures d'écoute annuellement. +  (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 1531              LE PRÉSIDENT:  Je sais que BBM fait des données hebdomadaires, d'où tenez-vous votre donnée annuelle?

LISTNUM 1 \l 1532              M. SABBATINI:  En fait, je pense qu'on voulait plutôt mentionner que sur une base annuelle, en moyenne selon les sondages on réalise 35 millions d'heures d'écoute.

LISTNUM 1 \l 1533              Comme vous le savez, on a maintenant quatre sondages par année, en moyenne quand on totalise l'ensemble de nos réseaux, on a 35 millions d'heures à chaque sondage BBM.

LISTNUM 1 \l 1534              LE PRÉSIDENT:  Ça c'est basé sur les semaines sondées et non, évidemment, en élargissant et en disant : * Il y a 52 semaines par année, on a une moyenne de tant. +

LISTNUM 1 \l 1535              Ce 35 millions là d'heures représente quelque chose comme quoi, 7 fois 4, 28 semaines?

LISTNUM 1 \l 1536              M. BENOIT:  Je peux vous donner des données très précises.  Lors du dernier sondage, les réseaux Énergie, RockDétente et BoomFM ont cumulé 34 998 000 heures d'écoute.

LISTNUM 1 \l 1537              Aux sondages précédents, on en avait cumulé...


LISTNUM 1 \l 1538              LE PRÉSIDENT:  Ça c'était le sondage.

LISTNUM 1 \l 1539              M. BENOIT:  Tout à fait.

LISTNUM 1 \l 1540              LE PRÉSIDENT:  C'est un sondage, donc.

LISTNUM 1 \l 1541              M. BENOIT:  Exactement.

LISTNUM 1 \l 1542              LE PRÉSIDENT:  Par périodes de sondage, vous dites : * On maintient 35 millions d'heures. +

LISTNUM 1 \l 1543              M. SABBATINI:  C'est ça.

LISTNUM 1 \l 1544              Pour répondre à votre autre question, monsieur Arpin, la radio est de plus en plus complexe, on a maintenant quatre sondages par année qui sont de huit semaines chacune.  Alors, c'est 4 fois 8, 32 sur 52 semaines.

LISTNUM 1 \l 1545              LE PRÉSIDENT:  Je suis moins généreux que BBM.

LISTNUM 1 \l 1546              M. SABBATINI:  Avec BBM, on va maintenant être sondé 52 semaines par année à partir de janvier.

LISTNUM 1 \l 1547              LE PRÉSIDENT:  En janvier prochain.

LISTNUM 1 \l 1548              Vous avez dit aussi dans le paragraphe précédent que vous aviez développé :


* Des outils de recherche et de mesures d'appréciation du produit qui sont sans doute les plus sophistiqués au Canada et peut-être même en Amérique du Nord. +  (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 1549              LE PRÉSIDENT:  Est-ce que vous pouvez élaborer?  Ça intéresse le Conseil de savoir ce que...

LISTNUM 1 \l 1550              M. BENOIT:  D'une part nous avons à l'interne un service de recherche qui est ultra performant.

LISTNUM 1 \l 1551              En fait, tous les soirs de la semaine on a une équipe de sondeurs qui sondent la population au niveau de la musique, s'ils aiment les pièces musicales ou pas, s'ils les ont écoutées, s'ils les connaissent.

LISTNUM 1 \l 1552              Qui sonde également l'opinion de tous les Québécois sur ce qu'ils préfèrent à la radio en termes de contenus, en termes de préoccupations.

LISTNUM 1 \l 1553              On fait également affaire avec la maison CROP et chaque année on suit les tendances socioculturelles des Québécois.

LISTNUM 1 \l 1554              On fait également affaire avec une firme allemande, Brand Support, qui nous aide à focusser davantage sur nos formats musicaux.

LISTNUM 1 \l 1555              On fait des auditoriums testing six fois par année dans le marché de Montréal.

LISTNUM 1 \l 1556              On a toute la recherche sur Internet.


LISTNUM 1 \l 1557              On fait également affaire avec une firme de Los Angeles, Polack Media, pour nous guider dans nos choix de programmation.

LISTNUM 1 \l 1558              Je ne pense pas qu'il y ait d'autres radiodiffuseurs qui utilisent autant de ressources internes et externes pour, justement, adresser tous nos soucis à l'égard de notre programmation.

LISTNUM 1 \l 1559              LE PRÉSIDENT:  Maintenant, ma question va à monsieur Lallier.

LISTNUM 1 \l 1560              Encore à la page 9 de votre présentation orale, vous dites à la fin, au paragraphe :

* Notre dernier rapport de diversité montre que 30 pour cent des rotations de pièces musicales francophones sont consacrées à des nouveautés alors qu'à Énergie on parle de 48 pour cent. +  (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 1561              LE PRÉSIDENT:  Vous ne faites pas de distinction entre une nouveauté et un talent émergent.

LISTNUM 1 \l 1562              Mme LAFLAMME:  Non, c'est vraiment basé sur le rapport qu'on fait actuellement qui parle de nouveautés, qui ne parle pas d'artistes émergents.

LISTNUM 1 \l 1563              LE PRÉSIDENT:  Donc c'est sur le rapport tel qu'actuel et non en vertu des nouvelles définitions que vous avez établi avec...

LISTNUM 1 \l 1564              Mme LAFLAMME:  Exactement.


LISTNUM 1 \l 1565              LE PRÉSIDENT:  Vous, madame Laflamme, à la page 15, ça commence en bas de la page 14 c'est-à-dire :

* Notre désir sincère de diffuser et de promouvoir de la musique d'artistes d'ici, sont profondément inscrits dans notre philosophie opérationnelle et n'ont nul besoin d'une réglementation contraignante pour s'exprimer. +  (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 1566              LE PRÉSIDENT:  C'est ce qui vous amène, je suppose, à la définition que vous avez déposée en annexe à votre présentation orale?

LISTNUM 1 \l 1567              Mme LAFLAMME:  C'est exact.

LISTNUM 1 \l 1568              LE PRÉSIDENT:  Est-ce que l'ADISQ a une copie de cette annexe-là?  Parce que je vois qu'elle apparaît sous le nom d'Astral Media Radio, mais pour qu'on s'assure, au moment où ils vont comparaître, que c'est bel et bien sur le même texte que vous vous êtes entendus?

LISTNUM 1 \l 1569              Mme LAFLAMME:  En fait ils ont une copie du texte parce qu'on a échangé sur le texte, mais sur cette annexe-là particulièrement, non.

LISTNUM 1 \l 1570              LE PRÉSIDENT:  Pendant la pause...

LISTNUM 1 \l 1571              Mme LAFLAMME:  On va leur donner.

LISTNUM 1 \l 1572              LE PRÉSIDENT:  Vous voulez leur donner, donc qu'on puisse s'assurer que...

LISTNUM 1 \l 1573              CONSEILLERE NOEL:  Qu'on parle tous la même langue.


LISTNUM 1 \l 1574              LE PRÉSIDENT:  Qu'on parle tous la même langue et au moment de la réplique, si ce n'était pas le même texte sur lequel vous vous entendiez, vous nous direz c'est quoi les différences.

LISTNUM 1 \l 1575              Avez-vous des émissions réseau qui proviendraient de d'autres localités que de Montréal?  Que ce soit sur un ou l'autre des réseaux, que Boom sûrement puisque forcément il faut que ça parvienne d'ailleurs que Montréal, il n'y a pas de station Boom à Montréal.

LISTNUM 1 \l 1576              Je restreins ma question à RockDétente et Énergie.

LISTNUM 1 \l 1577              M. BENOIT:  On l'a sur Énergie dans des émissions à réseau régional entre Rouyn et Val d'Or.

LISTNUM 1 \l 1578              On a déjà eu une émission en provenance de Québec, mais dans la grille actuelle...

LISTNUM 1 \l 1579              C'est à peu près tout ce qu'il y a entre Boom et Énergie Abitibi.

LISTNUM 1 \l 1580              LE PRÉSIDENT:  Est-ce qu'il y a des contraintes particulières au fait qu'il n'y a pas d'émissions qui proviennent de d'autres localités que de Montréal?  Est-ce que ce sont des contraintes d'ordre technologique?

LISTNUM 1 \l 1581              M. BENOIT:  Non, pas du tout.


LISTNUM 1 \l 1582              Les émissions, quand on parle des * Grandes Gueules + ou qu'on parle de * La Vraie Vie + sur RockDétente qui sont nos deux émissions en réseau, on les promène beaucoup vers l'extérieur, donc ils font des émissions notamment du marché de Québec, du marché de Gatineau.

LISTNUM 1 \l 1583              Mais non, on demeure toujours très ouverts à créer un produit qui puisse parvenir de l'extérieur.  On a toutes les facultés et facilités techniques pour réaliser ça.

LISTNUM 1 \l 1584              LE PRÉSIDENT:  Vous venez juste de mentionner * Les Grandes Gueules +, on a lu récemment dans les journaux que cette émission-là perdrait ses talents, à tout le moins principaux, je pense que vous n'êtes pas une entreprises sans réserve et que vous êtes déjà en train de plancher sur quelque chose, mais est-ce que ce sera des émissions locales ou ce sera une autre émission réseau?

LISTNUM 1 \l 1585              M. BENOIT:  Notre intention, c'est de conserver le créneau réseau.  Comme vous le savez, * Les Grandes Gueules +, qui quittent la radio après 15 ans, ont obtenu des scores incroyables en rejoignant près de 1 200 000 personnes par semaine dans ce créneau-là, c'est tout un défi pour nous.


LISTNUM 1 \l 1586              Mais notre intention c'est d'offrir une programmation de haut niveau, de grande qualité pour l'ensemble des marchés qu'on dessert.

LISTNUM 1 \l 1587              Quand je regarde la performance qu'on a atteinte en région avec * Les Grandes Gueules +, c'est tout à fait exceptionnel et dans plusieurs marchés on oscille entre le 75 et 80 pour cent de parts de marché.  Ce défi est d'autant plus grand.

LISTNUM 1 \l 1588              Là-dessus, les régions qui diffusent ça sont très à l'aise avec cette décision-là.

LISTNUM 1 \l 1589              LE PRÉSIDENT:  Évidemment, décision que vous ne contrôliez pas.  La décision de voir * Les Grandes Gueules + quitter l'antenne.

LISTNUM 1 \l 1590              M. BENOIT:  Non.  Malheureusement.

LISTNUM 1 \l 1591              Mais après 15 ans, je dois vous avouer que c'est un cycle quand même qui assez exceptionnel.

LISTNUM 1 \l 1592              LE PRÉSIDENT:  En radio.

LISTNUM 1 \l 1593              M. BENOIT:  En radio, oui.

LISTNUM 1 \l 1594              Mais je tiens à vous préciser encore une fois que malgré le fait que même si nous allons avoir un créneau, * Le retour à la maison + qui sera réseau, il y aura toujours des plans d'insertion locale à chaque heure dans notre émission.

LISTNUM 1 \l 1595              LE PRÉSIDENT:  Madame la conseillère.

LISTNUM 1 \l 1596              Me LAGACÉ :  Bonjour.


LISTNUM 1 \l 1597              La question s'adressera à monsieur Rodrigue.

LISTNUM 1 \l 1598              A la page 12 de la présentation, vous avez indiqué qu'Astral prévoyait multiplier par quatre les montants annuels à verser au titre du DCC.

LISTNUM 1 \l 1599              Je veux juste préciser, qu'est-ce que vous entendez par cette proportion et comment vous l'avez établie?

LISTNUM 1 \l 1600              M. RODRIGUE:  C'est une évaluation qu'on faisait à partir de nos revenus de l'année dernière si on compare avec le montant que nous versions auparavant.

LISTNUM 1 \l 1601              Me LAGACÉ:  Merci.

LISTNUM 1 \l 1602              LE PRÉSIDENT:  Je note que vous avez cité la FPJQ dans votre présentation orale avec une note de bas de page faisant référence au magazine * Le Trente +, est-ce que vous pourriez en laisser une copie au secrétariat, à la secrétaire de l'audience?

LISTNUM 1 \l 1603              Mme LAFLAMME:  Avec plaisir.

LISTNUM 1 \l 1604              LE PRÉSIDENT:  Merci beaucoup.

LISTNUM 1 \l 1605              Ceci termine la comparution d'Astral.  Nous procéderons à l'intervention suite à une pause de 15 minutes.

--- Suspension à 11 h 05 / Recess at 11:05a.m.

--- Reprise à 11 h 23 / Upon resuming at 11:23a.m.


LISTNUM 1 \l 1606              LE PRÉSIDENT:  Madame la secrétaire.

LISTNUM 1 \l 1607              LA SECRÉTAIRE:  Merci, Monsieur le Président.

LISTNUM 1 \l 1608              Nous procéderons maintenant à la deuxième phase au cours de laquelle les autres parties comparaîtront dans l'ordre indiqué dans l'ordre du jour afin de présenter leur intervention.

LISTNUM 1 \l 1609              Je demanderais à l'ADISQ de présenter son intervention.

LISTNUM 1 \l 1610              S'il vous plaît vous présenter.  Vous avez dix minutes pour faire votre présentation.

LISTNUM 1 \l 1611              Merci.

INTERVENTION

LISTNUM 1 \l 1612              Mme DROUIN:  Merci beaucoup.

LISTNUM 1 \l 1613              Je suis Solange Drouin, vice-présidente aux affaires publiques et directrice générale de l'ADISQ.

LISTNUM 1 \l 1614              Je suis accompagnée aujourd'hui de madame Annie Provencher, directrice de la recherche et de la radiodiffusion également à l'ADISQ.

LISTNUM 1 \l 1615              D'abord merci de nous avoir invités à comparaître devant vous aujourd'hui.


LISTNUM 1 \l 1616              Bien que ce soit loin d'être la première fois qu'on se présente devant vous pour des cas de renouvellements de licence, pour nous cette fois-ci revêt un caractère très particulier.

LISTNUM 1 \l 1617              Il s'agit en effet de la première audience où nous allons discuter de l'application de la toute nouvelle politique du Conseil sur la radio commerciale.

LISTNUM 1 \l 1618              Audience, je vous l'avoue, sur laquelle nous fondons beaucoup d'espoirs.  Je m'explique.

LISTNUM 1 \l 1619              Dans la dernière politique, le Conseil a choisi d'adopter sur certains aspects de contenus une méthode de réglementation nouvelle, soit le cas par cas.

LISTNUM 1 \l 1620              Je vous avouerai qu'une fois la surprise passée, pour ne pas dire la déception, mettons la surprise, nous nous sommes dit que cette façon de procéder démontrait de la part du Conseil de l'audace et du courage en nous invitant à poursuivre le dialogue dans chaque cas particulier de renouvellement de licence et en annonçant qu'il n'hésiterait pas à imposer des conditions de licence particulières lorsqu'il le jugeait approprié et nécessaire.


LISTNUM 1 \l 1621              Je ne vous cache pas que nous souhaitons, dans le cadre de cette audience, vous inciter fortement à poursuivre sur cette lancée et vous convaincre qu'il s'agit bien ici de cas de renouvellements de licence où des mesures particulières touchant les contenus sont nécessaires.

LISTNUM 1 \l 1622              Mais avant d'en arriver aux propositions concrètes des conditions de licence, deux mots encore sur ce fameux thème des nouvelles technologies et de leur impact sur la situation financière des radiodiffuseurs, évidemment en particulier celui d'Astral.

LISTNUM 1 \l 1623              Sur cet aspect, le Conseil semble avoir fait sien les arguments des radiodiffuseurs dans le cadre de la nouvelle politique.  Le CRTC a jugé que bien que la situation financière des radiodiffuseurs soit très saine, encore aujourd'hui, les entreprises étaient sur le point d'entrer dans une période trouble causée par une concurrence potentielle des nouvelles plateformes de diffusion.

LISTNUM 1 \l 1624              Cet état probable justifiait donc le Conseil d'éviter d'alourdir leur fardeau réglementaire.

LISTNUM 1 \l 1625              A ce sujet, je ne crois pas avoir besoin de vous rappeler à quel point nous divergeons d'opinion avec nos partenaires radio, surtout que les faits confirment les prévisions fort positives de ce secteur que nous avions présentées d'ailleurs dans le cadre de l'audience sur la révision de la politique.


LISTNUM 1 \l 1626              Plusieurs sources établissent en effet depuis même la décision sur la politique que les revenus des prochaines années continueront d'être en croissance dans le domaine de la radio.

LISTNUM 1 \l 1627              Qu'il suffise peut-être d'ajouter à cette liste déjà longue de sources déjà citées dans nos mémoires une étude de PricewaterhouseCoopers, étude même citée par Astral le 12 avril dernier, qui dit que le secteur de la radio présentera une croissance continue de quatre point sept pour cent par année jusqu'en 2010.

LISTNUM 1 \l 1628              Plus particulièrement, dans le cas d'Astral, l'optimisme envers la croissance de ses secteurs est évident.  Comme nous le citions dans notre mémoire, monsieur Parisien, le président d'Astral Media Radio, déclarait publiquement le 15 mars que la radio conventionnelle est et demeurera dynamique, pleine de potentiel pour plusieurs années.

LISTNUM 1 \l 1629              De plus, les résultats financiers d'Astral que nous présentons dans notre mémoire sont assez éloquents, qu'il suffise de citer la marge bénéficiaire BAIIA d'Astral Media Radio qui tourne autour des 35 pour cent, tant en 2005 qu'en 2006.


LISTNUM 1 \l 1630              Si on ajoute à tout cela l'achat annoncé en avril des stations de Standard par Astral au coût d'un point deux milliards de dollars, il va sans dire qu'Astral témoigne éloquemment d'une confiance certaine dans la solidité de ce secteur.

LISTNUM 1 \l 1631              Tout ce contexte fort positif pour les secteurs de la radio et en particulier pour Astral qui deviendra, sous réserve de votre approbation, le numéro 1 de la radio au Canada permet donc au Conseil d'envisager les demandes de renouvellement devant vous comme celles d'une entreprise pleinement en mesure de faire face à la concurrence, quelle qu'elle soit, et à des obligations réglementaires même accrues.

LISTNUM 1 \l 1632              Avant d'aller plus loin, nous aimerions prendre quelques instants pour défaire un mythe une fois pour toutes qui est encore soulevé, une menace qui est encore soulevée malgré le fait que les chiffres prouvent totalement le contraire, celui de la fameuse migration des francophones vers les stations musicales anglophones.

LISTNUM 1 \l 1633              A cet effet, nous avons déposé dans le cadre du document qu'on vous a transmis un document qui en fait état, il s'agit du document A.

LISTNUM 1 \l 1634              Vas-y, Annie.


LISTNUM 1 \l 1635              Mme PROVENCHER :  Pour vérifier s'il y avait effectivement une migration des francophones vers les stations musicales anglophones, nous avons utilisé les données de BBM et analysé l'écoute de cette population francophone de Montréal, les stations musicales commerciales anglophones et francophones, pour la période de 1998 à 2006 en utilisant comme indicateur les heures totales d'écoute pour la période de sondage de l'automne de chacune de ces années.

LISTNUM 1 \l 1636              Comme vous pouvez l'observer à partir du document A, il n'y a pas de tendance qui démontrerait que la population francophone délaisse les stations musicales francophones pour les stations musicales anglophones.

LISTNUM 1 \l 1637              En effet, la part des stations francophones dans les heures totales consacrées aux stations musicales n'a jamais fléchi en bas de 80 pour cent durant toutes ces années et a même connu une hausse de 2005 à 2006 pour atteindre 83,4 pour cent.  Ce taux est quasi identique à celui qu'on observait en 1998.

LISTNUM 1 \l 1638              Mme DROUIN:  Ceci étant dit, passons maintenant à l'analyse d'un problème non pas probable, mais bien réel, cette fois-ci, qui existe dans le monde de la radio et dans celui des stations en renouvellement devant vous, celui du problème de diversité et de nouveauté dans la programmation.


LISTNUM 1 \l 1639              Dans le cadre du processus de révision de la politique, nous avons déposé au Conseil de nombreuses analyses de la programmation des stations de radio démontrant un manque de diversité et de nouveauté dans leur programmation.

LISTNUM 1 \l 1640              Malgré l'abondance des données fournies dans certains cas, même sur une année complète de programmation, le Conseil n'a pas jugé bon de retenir nos recommandations.

LISTNUM 1 \l 1641              Par contre, le Conseil a reconnu en même temps l'importance d'étudier au cas par cas le dossier de chaque station et de mettre en place au besoin des mesures précises de temps d'antenne accordé aux artistes de la relève, ce que nous saluons.

LISTNUM 1 \l 1642              D'ailleurs, nous tenons à souligner aussi le sérieux de la démarche du Conseil à cet égard qui s'est traduite entre autres dans des questions précises sur ce sujet dans les questions supplémentaires adressées à Astral.

LISTNUM 1 \l 1643              Afin de vous démontrer également le sérieux de nos préoccupations et de nos recommandations dans le cas particulier des stations en renouvellement aujourd'hui, nous avons refait plusieurs de nos analyses déjà déposées dans le cadre de la politique radio, mais cette fois-ci avec les données de 2006.


LISTNUM 1 \l 1644              Évidemment, les données sur lesquelles nous nous fondions dans le document au soutien de notre mémoire pour la politique se fondaient sur les données de 2005, donc on a refait toutes nos analyses en vous donnant une année supplémentaire pour voir si oui ou non ce qu'on avait observé en manque de diversité et de nouveauté se confirmait aussi sur une autre année.

LISTNUM 1 \l 1645              D'abord, au niveau de l'offre disponible de musique pour diffusion à la radio.

LISTNUM 1 \l 1646              Annie.

LISTNUM 1 \l 1647              Mme PROVENCHER:  Nous avons employé la même...

LISTNUM 1 \l 1648              Mme DROUIN:  Le document B, peut-être.

LISTNUM 1 \l 1649              Mme PROVENCHER:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1650              Je vous réfère au document B.  Nous avons donc employé la même méthode pour le calcul de l'offre en 2006 que nous avions employée en 2005 pour la politique radio, soit l'addition des catalogues, des différents distributeurs reconnus et indépendants.  Avec cette méthode on s'assure qu'il n'y a pas de recoupement dans l'offre.  Ça inclut donc le catalogue aussi de la SOPREF.


LISTNUM 1 \l 1651              On compte donc, en 2006, 279 albums francophones originaux d'artistes québécois.  Ce total exclut les rééditions et les compilations, donc c'est du matériel original.

LISTNUM 1 \l 1652              Nous avons ensuite analysé la liste totale des titres diffusés en 2006 par les stations CKMF, CHIK et CITÉ et identifié les titres qui provenaient des albums de 2006.

LISTNUM 1 \l 1653              Cette analyse révèle que ces trois stations n'ont diffusé que 14 à 18 pour cent des pièces mises en marché en 2006 sur une disponibilité de trois titres par album.

LISTNUM 1 \l 1654              Mme DROUIN:  Autrement dit, contrairement à ce que peut affirmer Astral dans ses réponses aux questions supplémentaires du Conseil, l'offre d'albums est stable.

LISTNUM 1 \l 1655              D'ailleurs, cet argument-là de l'offre stable ou non vaudrait aussi pour les quotas de 65 pour cent de musique vocale de langue française.  Pourtant, les radios et Astral ne l'ont pas invoqué et le Conseil n'a jamais remis cela en question étant entendu que les quotas sont là aussi pour stimuler l'offre.

LISTNUM 1 \l 1656              Maintenant, au niveau de la diversité de la programmation.  Vous avez un document assez fouillé, le document C.  Je ne passerai pas à travers ce document-là, il y a plusieurs conclusions qu'on a mises au début du document.


LISTNUM 1 \l 1657              Seulement pour vous dire que les problèmes de diversité, les problèmes de concentration de diffusion sur un nombre très limité de titres que nous avions notés en 2005 sont exactement les mêmes que ceux rencontrés en 2006.

LISTNUM 1 \l 1658              Vous allez voir, chacune des analyses confirme, finalement, le constat de manque de nouveauté et de diversité que nous avions observé en 2005.

LISTNUM 1 \l 1659              Ça me fera plaisir d'en parler plus en détail avec vous au moment des questions.

LISTNUM 1 \l 1660              Passons au problème de la place accordée aux artistes de la relève ou émergents.

LISTNUM 1 \l 1661              Avant de passer la parole encore une fois à Annie, j'aimerais prendre quelques minutes pour vous signifier notre déception face au fait que le Conseil ait mis de côté l'ensemble de nos analyses et ne se soit inspiré que de sa propre étude faite sur une courte période de trois jours sur ce sujet pour justifier l'absence de mesures pour l'ensemble des stations.

LISTNUM 1 \l 1662              D'abord, comme nous l'avons démontré dans notre mémoire, l'interprétation que fait le Conseil de sa propre étude est trompeuse.


LISTNUM 1 \l 1663              Le Conseil évalue la place des artistes de la relève par marchés et non par stations.  Ceci a pour résultat qu'une station qui diffuse plus de nouveautés peut en racheter une autre sur le même marché.

LISTNUM 1 \l 1664              Il faut analyser les données par station et lorsque nous le faisons, à partir même des données du CRTC, de sa propre étude, on en conclut, en ventilant les données des stations de format adulte contemporain versus les stations grands succès, on en vient à la conclusion, et vous n'aurez pas le choix  d'arriver à la même conclusion que nous, que les stations grands succès diffusent plus de nouveautés et que les stations de format adulte contemporain.

LISTNUM 1 \l 1665              Contrairement à ce que le Conseil prétend, la situation de certaines stations ne s'est pas améliorée et nécessite donc l'imposition de mesures particulières pour augmenter le temps d'antenne aux artistes de la relève ou émergents.

LISTNUM 1 \l 1666              Pour fixer la mesure la plus adéquate possible, il faut bien sûr s'entendre sur une définition d'artistes émergents ou de la relève.

LISTNUM 1 \l 1667              A ce sujet, comme Astral vous l'a dit tout à l'heure, nous nous sommes entendus sur une telle définition à l'exception près, et j'ai eu d'ailleurs le loisir d'en discuter avec les gens d'Astral pendant la pause, que le premier paragraphe qui dit que :


* Un artiste sera considéré émergent pour une période de six mois suivant l'atteinte d'un statut de disque d'or. +  (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 1668              Mme DROUIN:  En précisant le 50 000 copies, ce n'était qu'à titre indicatif parce que je ne vous cacherai pas qu'ailleurs dans le monde il y a des discussions étant donné les baisses de ventes de disques importantes qu'on subit dans certains marchés qu'il y a des discussions que le nombre de ventes qui soit nécessaire pour atteindre le statut de disque d'or soit peut-être revu à la baisse.

LISTNUM 1 \l 1669              LE PRÉSIDENT:  Madame Drouin, pouvez-vous arriver à la conclusion?  Le dix minutes est dépassé.

LISTNUM 1 \l 1670              Mme DROUIN:  D'accord.

LISTNUM 1 \l 1671              Je trouve ça dommage, est-ce que vous me donnez un petit cinq minutes de plus?  Vu qu'on est les seuls intervenants?

LISTNUM 1 \l 1672              LE PRÉSIDENT:  Malheureusement...

LISTNUM 1 \l 1673              Mme DROUIN:  Non?

LISTNUM 1 \l 1674              LE PRÉSIDENT:  J'ai un agenda d'audience que je dois respecter.

LISTNUM 1 \l 1675              Mme DROUIN:  D'accord.


LISTNUM 1 \l 1676              Pour terminer, le fameux problème des montages qu'on a déjà soulevé, encore une fois dans les analyses qu'on vous présente dans le document C, c'est un problème tout aussi criant en 2005 qu'en 2006.

LISTNUM 1 \l 1677              J'aimerais là-dessus seulement dire que nous insistons sur cet aspect-là qui, selon nous, nous prive de dix pour cent de rotations francophones, ce n'est pas rien.

LISTNUM 1 \l 1678              Lorsqu'on voit qu'une station diffuse en moyenne à peu près 1 000 rotations par semaine, nous priver de dix pour cent de rotations francophones, c'est nous priver de 100 rotations francophones.

LISTNUM 1 \l 1679              Ce n'est pas pour rien que nous insistons beaucoup sur ce point-là et si le Conseil n'est pas satisfait de nos études, ça nous fera plaisir d'en discuter avec le personnel du CRTC également et il nous semble de notre devoir à nous et à vous et même à Astral de s'assurer que ce problème-là, s'il n'est pas véridique qu'on le prouve, mais s'il l'est de prendre les mesures appropriées.

LISTNUM 1 \l 1680              J'arrêterai ici et nous sommes prêtes à répondre à vos questions.

LISTNUM 1 \l 1681              LE PRÉSIDENT:  Merci, madame Drouin.  Merci, madame Provencher.

LISTNUM 1 \l 1682              J'ai beaucoup de questions dont certaines découlent de votre présentation orale que vous venez de faire.


LISTNUM 1 \l 1683              En fait, vous avez dit que la place de la relève, ça vous inquiétait qu'elle soit faite par marchés plutôt que par stations.  Cependant je vous rappelle que la loi parle même du système canadien de la radiodiffusion et quand on analyse même la question d'équilibre dans un marché, l'équilibre de programmation dans un marché, on regarde même l'ensemble des joueurs, y compris les stations publiques, les stations communautaires, les stations étudiantes et les stations commerciales.

LISTNUM 1 \l 1684              Je pense que la politique du Conseil, qu'elle soit surtout en matière de talents émergents, s'inspire de l'ensemble des choses qui sont disponibles dans le marché.

LISTNUM 1 \l 1685              Chacun des joueurs a son rôle et les stations de radio commerciale, de l'avis du Conseil, ont un rôle grand public, alors que des stations visent des auditoires plus complémentaires ou plus pointus.

LISTNUM 1 \l 1686              La politique sur la radio commerciale, elle reflète la vision du Conseil en matière de radio commerciale, effectivement, il faut regarder aussi l'ensemble des autres composantes pour avoir une vue d'ensemble.


LISTNUM 1 \l 1687              Dans le même ordre d'idée, vous parlez que la politique que le Conseil, dans sa décision de décembre dernier, dans son énoncé de décembre dernier, ramène le cas par cas.

LISTNUM 1 \l 1688              Plus spécifiquement il le fait dans le cas des talents émergents, mais c'est quand même dans le cadre d'un énoncé de politique globale.

LISTNUM 1 \l 1689              Oui, on s'est réservé des éléments au cas par cas, mais ce n'est pas l'ensemble des éléments de la politique qui est au cas par cas, ce sont des choses qui sont plus spécifiques qui sont des questions sur lesquelles le Conseil s'est penché peut-être pour la première fois ou dans une perspective nouvelle et comme on n'avait pas de données particulières, que l'audience n'avait pas permis au Conseil d'aller chercher des grands consensus, le Conseil a jugé approprié de laisser au temps de finaliser, peut-être de cristalliser des consensus.

LISTNUM 1 \l 1690              Un peu ce qui est arrivé ce matin quand Astral nous a présenté le résultat de son entente avec l'ADISQ concernant la notion des talents émergents, sa définition.

LISTNUM 1 \l 1691              Si vous me permettez, je vais aller directement avec ma première question.

LISTNUM 1 \l 1692              Mme DROUIN:  Est-ce que je peux répondre à votre préambule?


LISTNUM 1 \l 1693              LE PRÉSIDENT:  Vous avez pris 69 pages pour me le donner, votre préambule.

LISTNUM 1 \l 1694              Mme DROUIN:  Non, mais seulement le préambule de votre question en disant que votre analyse par marchés était aussi valable qu'une analyse par stations.

LISTNUM 1 \l 1695              J'aimerais seulement dire...

LISTNUM 1 \l 1696              LE PRÉSIDENT:  Vous dites que vous ne concourez à notre opinion à notre opinion, mais c'est notre décision.

LISTNUM 1 \l 1697              Mme DROUIN:  Si on veut vraiment identifier la diversité parce que les gens seulement, les gens écoutent une station à la fois, les gens n'écoutent pas un marché de stations à la fois.  Une personne va écouter une station à la fois et il me semble que dans la politique canadienne de radiodiffusion, à l'article 3.1.e que je n'ai pas devant moi, on dit que tous les éléments du système doivent contribuer de la manière qui convient à la présentation et à la... je ne sais pas, je ne me rappelle plus.

LISTNUM 1 \l 1698              Je pense que le fait de dire que le Conseil puisse avoir une analyse par marchés, ça n'exclut pas, selon moi, qu'on puisse avoir une analyse par stations.


LISTNUM 1 \l 1699              LE PRÉSIDENT:  Ce sont toutes les composantes du système.  Une des composantes du système, c'est la radio commerciale.  Ce n'est pas CKMF, ce n'est pas RockDétente, c'est la radio commerciale.  C'est une des composantes.

LISTNUM 1 \l 1700              Il y a la radio communautaire, il y a la radio publique aussi. La radiodiffusion communautaire, publique et commerciale sont les trois qui sont citées dans la loi.

LISTNUM 1 \l 1701              Le Conseil en a créé des nouvelles, en a ajouté, la radio de campus et la radio par satellite, ces choses-là, mais les trois qui sont mentionnées dans la loi, ce sont les composantes du système canadien de radiodiffusion.

LISTNUM 1 \l 1702              Évidemment, ce qu'on a fait au mois de mars 2006, c'est qu'on a regardé la composante du système de la radio commerciale.

LISTNUM 1 \l 1703              Ce qu'on fait aujourd'hui, on regarde un certain nombre de composantes francophones québécoises de cette même radio commerciale et vous avez, dans un texte de 69 pages, sans sommaire exécutif, sans rien, refait l'audience de mars dernier en bonne partie, donc jusqu'à un certain point, cette portion-là de votre mémoire, je me suis donné la peine de le lire, mais m'apparaît inutile.


LISTNUM 1 \l 1704              Je vous le dis clairement, mais ça n'empêche pas quand même d'avoir des questions qui vont être tirées directement de votre mémoire, mais ça je vais y venir.

LISTNUM 1 \l 1705              Je vais commencer par l'annexe qu'on trouve à la présentation orale d'Astral, et je comprends qu'on vous a remis au moins une copie de cette annexe-là puisque tantôt vous avez fait état de votre interprétation du premier point.

LISTNUM 1 \l 1706              Selon vous, ce premier point là devrait se lire comment?

LISTNUM 1 \l 1707              Mme DROUIN:  La seule différence, c'est que j'enlèverais la parenthèse où on précise 50 000 copies parce qu'aujourd'hui la mesure d'un disque d'or c'est 50 000 copies, mais demain ça peut être 40 000.

LISTNUM 1 \l 1708              C'est la notion d'un succès de disque d'or qui, elle, doit nous guider là-dedans et non nécessairement l'atteinte de 50 000 copies qui peut changer dans l'avenir.

LISTNUM 1 \l 1709              LE PRÉSIDENT:  Pour ce qui est de la définition, en soustrayant la référence à 50 000 copies, c'est une définition à laquelle l'ADISQ concourt.

LISTNUM 1 \l 1710              Mme DROUIN:  En effet.  Oui.


LISTNUM 1 \l 1711              LE PRÉSIDENT:  Maintenant, on a demandé à Astral, au moment de sa comparution, si elle parlait avec ses partenaires, elle a dit qu'elle avait parlé à l'ACR, elle a des partenaires commerciaux, c'était une chose à faire, je sais que l'ADISQ a des partenaires, est-ce qu'elle entend partager avec ses partenaires cette définition-là pour voir s'il y a un accord consensuel global?

LISTNUM 1 \l 1712              Mme DROUIN:  Si vous entendez par là nos partenaires de l'industrie de la musique, à savoir les auteurs, les artistes-interprètes...

LISTNUM 1 \l 1713              LE PRÉSIDENT:  Oui, les artistes-interprètes.

LISTNUM 1 \l 1714              Mme DROUIN:  L'Union des artistes.

LISTNUM 1 \l 1715              LE PRÉSIDENT:  Un de vos partenaires fréquents aux audiences parce que vous avez même souvent fait des comparutions en tandem, c'est effectivement l'Uda.

LISTNUM 1 \l 1716              Mme DROUIN:  Par contre, si vous faites référence à nos partenaires du reste du Canada comme CIRPA qui...

LISTNUM 1 \l 1717              LE PRÉSIDENT:  Non, non.

LISTNUM 1 \l 1718              Mme DROUIN:  Parfait.

LISTNUM 1 \l 1719              LE PRÉSIDENT:  On parle d'une définition qui concerne la radio de langue française.

LISTNUM 1 \l 1720              Mme DROUIN:  Tout à fait.


LISTNUM 1 \l 1721              Votre question est si on va tenter de discuter de tout ça avec nos amis de l'Uda, de la SPACQ aussi, des auteurs-compositeurs, bien évidemment.  Mais ce n'est pas fait à l'heure actuelle.

LISTNUM 1 \l 1722              LE PRÉSIDENT:  Ça n'a pas encore été initié.

LISTNUM 1 \l 1723              Je vais revenir, avant d'aller dans mes questions, quoique celle-là je...

LISTNUM 1 \l 1724              Je prends votre document B.  Vous parlez d'une relative stabilité, c'est quand même une diminution de sept pour cent.  Dans un petit univers, sept pour cent peut avoir sa signification.

LISTNUM 1 \l 1725              Cependant, vous parlez de 279 albums, basés sur un multiple de 3 titres par album qui seraient disponibles à des fins de radiodiffusion de 837 plages, mais est-ce que vous avez une distribution de ces albums-là par genres musicaux?

LISTNUM 1 \l 1726              Dans les 279, il y en a combien que c'est de la musique classique?

LISTNUM 1 \l 1727              Mme DROUIN:  Pas de la musique classique là-dedans.  C'est vraiment juste les albums francophones.

LISTNUM 1 \l 1728              LE PRÉSIDENT:  Francophones.

LISTNUM 1 \l 1729              Mme DROUIN:  Ce sont des chansons francophones.


LISTNUM 1 \l 1730              LE PRÉSIDENT:  Combien sont des ouvres musicales qui visent un auditoire d'enfants?

LISTNUM 1 \l 1731              Mme DROUIN:  Là-dessus, si vous voulez qu'on le ventile par genres, c'est possible de le faire.  C'est sûr que c'est une tâche ardue, mais on peut le faire.  On peut le faire, ça.

LISTNUM 1 \l 1732              LE PRÉSIDENT:  Ce serait certainement utile, pas juste pour le Conseil, ce serait utile pour l'ensemble des intervenants, c'est une question qui a été posée à l'audience de mars dernier pour laquelle vous nous avez répondu que c'était impossible à faire. Aujourd'hui vous me dites que si c'est utile, on peut le faire.

LISTNUM 1 \l 1733              Mme DROUIN:  Si je me rappelle bien, à l'audience c'était que c'était impossible à faire dans les délais que vous nous donniez.  Mais ce n'est pas impossible à faire objectivement.  Voilà.

LISTNUM 1 \l 1734              LE PRÉSIDENT:  Je pense que ce serait certainement un outil d'usage.  Encore là pour les besoins du Conseil, quand même, la période va être relativement courte.  Si vous êtes capable de le produire, on va vous donner une période déterminée, mais qui va être encore relativement courte, qui est susceptible de ressembler passablement à celle qu'on avait lors de l'audience sur la politique.


LISTNUM 1 \l 1735              Je vais laisser aux soins au personnel du Conseil de réfléchir sur la durée qui vous permettrait d'arriver à votre analyse et à nous fournir les renseignements.

LISTNUM 1 \l 1736              Cependant, si ce n'était pas impossible à réaliser dans un court laps de temps, je le suggère fortement que vous pensiez à avoir un système qui fait que, bon an mal an, vous soyez capables de produire ce type de données là qui nous apparaissent à nous...

LISTNUM 1 \l 1737              Vous avez besoin d'outils, vous nous le dites que vous avez besoin d'outils; vous demandez pour des rapports; je vais me permettre de vous en demander un.

LISTNUM 1 \l 1738              Mme DROUIN:  Si vous les maintenez pour les radiodiffuseurs, on va en faire, pas de problème.

LISTNUM 1 \l 1739              LE PRÉSIDENT:  Parce qu'eux aussi sont intéressés à connaître le résultat.

LISTNUM 1 \l 1740              Mme PROVENCHER:  Je voudrais vous faire part à ce sujet-là d'un projet qu'on a avec l'Observatoire de la culture et des communications, soit de coder par genre musicaux les 500 meilleurs vendeurs au Québec.


LISTNUM 1 \l 1741              C'est quelque chose qui est en cours et les données seront disponibles d'ici l'automne.

LISTNUM 1 \l 1742              LE PRÉSIDENT:  Parce que ça, c'est un projet de longue haleine.  J'étais membre de l'Observatoire et c'est un projet qu'ils ont entrepris, ça, il y a bien des années.

LISTNUM 1 \l 1743              Vous êtes optimistes que l'arbre porte son fruit à l'automne prochain.

LISTNUM 1 \l 1744              Mme DROUIN:  A l'ADISQ, on a un contrat de service avec eux.

LISTNUM 1 \l 1745              Mme PROVENCHER:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1746              Mme DROUIN:  C'est nous qui avons la charge de faire ça et on s'est commis pour le faire pour l'automne.  Pas l'ensemble des disques qui sortent, mais le Top 500 des meilleurs vendeurs, des artistes québécois dans le Top 500.

LISTNUM 1 \l 1747              Ça c'est fait, donc il y en a déjà plusieurs qui sont là-dedans, alors c'est clair qu'ils ne seront pas tous là, mais c'est un travail qui est déjà enclenché, donc c'est pour ça que je vous dis qu'il y a déjà une partie du travail de fait.

LISTNUM 1 \l 1748              LE PRÉSIDENT:  Madame la conseillère, voulez-vous...


LISTNUM 1 \l 1749              Me LAGACÉ:  Pour la ventilation par genres, est-ce que vous pouvez donner à tout le moins au conseillers ici une approximation du temps qui vous serait requis pour le faire?

LISTNUM 1 \l 1750              Mme DROUIN:  Je vais discuter de ça avec ma collègue après parce que c'est avec elle que je dois voir ça et on vous le dit à la fin de l'audience ou...

LISTNUM 1 \l 1751              Me LAGACÉ:  En autant qu'on puisse donner cette information-là sur le dossier afin qu'à tout le moins on puisse voir si les conseillers voudront en tenir compte.

LISTNUM 1 \l 1752              Mme DROUIN:  Parfait.

LISTNUM 1 \l 1753              Me LAGACÉ:  En compte pour les fins d'une décision.

LISTNUM 1 \l 1754              Mme DROUIN:  Parfait.

LISTNUM 1 \l 1755              LE PRÉSIDENT:  Maintenant je me réfère à votre document qui apparaît sous Annexe A.

LISTNUM 1 \l 1756              Un, je ne pense pas avoir entendu Astral faire quelques observations que ce soit sur la migration des auditeurs francophones vers les stations de langue anglaise, du moins dans le contexte de ce renouvellement-ci.

LISTNUM 1 \l 1757              Je ne dis pas que ce ne sont pas des choses qui les ont préoccupés, pour lesquelles ils n'avaient pas fait des déclarations antérieures, mais dans le cadre du renouvellement, je ne pense pas les avoir entendus.


LISTNUM 1 \l 1758              Cependant, pour les fins d'analyse, pouvez-vous nous donner les lettres d'appel des stations qui ont été mesurées?  Parce que vous dites que ce sont les stations à caractère musical, mais est-ce que vous auriez les lettres d'appel des stations qui ont été mesurées$

LISTNUM 1 \l 1759              Mme DROUIN:  Ça s'en vient.

--- Pause

LISTNUM 1 \l 1760              Mme PROVENCHER:  Je ne les ai pas devant moi, mais de mémoire il y avait trois stations musicales anglophones, CHOM, CKJM, CJAD.  Au niveau des francophones il y avait...

LISTNUM 1 \l 1761              LE PRÉSIDENT:  Vous voulez dire CFQR.

LISTNUM 1 \l 1762              Mme PROVENCHER:  CFQR, c'est ça.

LISTNUM 1 \l 1763              LE PRÉSIDENT:  Et CJFM.

LISTNUM 1 \l 1764              Mme PROVENCHER:  Il y en avait trois, ça c'est certain.

LISTNUM 1 \l 1765              LE PRÉSIDENT:  Parfait.

LISTNUM 1 \l 1766              Mme PROVENCHER:  Au niveau francophone, CKOI, CKMF, les stations de Montréal musicales, CITÉ, CFGL.  Il y a une station aussi de Saint-Constant, on a inclus le marché de Saint-Constant.

LISTNUM 1 \l 1767              LE PRÉSIDENT:  CJMS.


LISTNUM 1 \l 1768              Mme PROVENCHER:  CJMS, CFAV de Laval qui est une station...

LISTNUM 1 \l 1769              LE PRÉSIDENT:  CFAV.

LISTNUM 1 \l 1770              Mme PROVENCHER:  Je crois que le compte est bon.

LISTNUM 1 \l 1771              LE PRÉSIDENT:  Vous n'avez pas mis la station de Radio-Nord qui est CouleurFM.

LISTNUM 1 \l 1772              Mme PROVENCHER:  Oui.  Oui, je l'ai mise aussi, oui.  CKLX, CJPX aussi.

LISTNUM 1 \l 1773              LE PRÉSIDENT:  CJPX.  CouleurFM, oui.

LISTNUM 1 \l 1774              Mme PROVENCHER:  Ses stations musicales.

LISTNUM 1 \l 1775              LE PRÉSIDENT:  Couleur Jazz.

LISTNUM 1 \l 1776              Mme PROVENCHER:  Et la station classique de Jean-Pierre Coallier, CJPS.

LISTNUM 1 \l 1777              LE PRÉSIDENT:  Oui, ça c'est CJPS.

LISTNUM 1 \l 1778              D'accord.  Vous avez pris, quoi, les données... ce sont des heures d'écoute, évidemment, que vous avez puisqu'avec des données comme 24 millions, on parle d'heures d'écoute.

LISTNUM 1 \l 1779              Mme PROVENCHER:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1780              LE PRÉSIDENT:  Est-ce que c'est le sondage d'automne, de printemps, d'hiver?

LISTNUM 1 \l 1781              Mme PROVENCHER:  De l'automne.

LISTNUM 1 \l 1782              LE PRÉSIDENT:  A chaque fois c'est sondage d'automne.


LISTNUM 1 \l 1783              Mme PROVENCHER:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1784              LE PRÉSIDENT:  Ce qui s'appelle maintenant S4.

LISTNUM 1 \l 1785              Mme PROVENCHER:  C'est ça, oui.  C'est ce qu'on a pris pour les années.

LISTNUM 1 \l 1786              LE PRÉSIDENT:  Parfait.

LISTNUM 1 \l 1787              Mme PROVENCHER:  On retrouve quatre sondages maintenant.

LISTNUM 1 \l 1788              LE PRÉSIDENT:  Merci.

LISTNUM 1 \l 1789              Ma première question qui est basée sur votre mémoire...

LISTNUM 1 \l 1790              Ma première question, on vient d'y répondre.  Ma deuxième aussi.

LISTNUM 1 \l 1791              Au paragraphe 24 de votre mémoire, c'est là où mes questions concernant les genres musicaux, les différentes ouvres musicales, par genres, c'est dans ce paragraphe-là que vous en parlez, mais vous faites état qu'il y a des CDs sur lesquels aucune ouvre n'a été sélectionnée et qui ont fait l'état d'aucune diffusion.

LISTNUM 1 \l 1792              Est-ce qu'à votre avis les 279 albums dont vous traitez ici sont de qualité égale?


LISTNUM 1 \l 1793              Mme DROUIN:  Sûrement pas, mais quand on fait état  des albums qui n'ont eu aucune diffusion, ils faisaient quand même partie du Top 500 des meilleurs vendeurs.  C'est ce sur quoi on voulait apporter l'attention du Conseil, c'est de dire, oui, bien sûr ils ne sont pas tous de qualité égale, mais on s'étonnait que des albums qui font quand même partie du Top 500 vendeurs, donc qui ont le public, donc il y a des gens qui les ont achetés, que ces albums-là n'aient pas du tout de diffusion, on s'en étonnait.

LISTNUM 1 \l 1794              LE PRÉSIDENT:  Maintenant si je prends juste l'exemple du 500e album, il peut avoir combien de ventes?  Trois ou 5 000 ou...

LISTNUM 1 \l 1795              Mme DROUIN:  Le Top 500, il me semble le 500e c'est 3 000 à peu près.

LISTNUM 1 \l 1796              Annie?

LISTNUM 1 \l 1797              C'est à peu près ça, 3 000.

LISTNUM 1 \l 1798              LE PRÉSIDENT:  A peu près 3 000.

LISTNUM 1 \l 1799              Mme DROUIN:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1800              LE PRÉSIDENT:  Est-ce que ces 279 albums répertoriés étaient dans un des formats qui est exploité par Astral?  Est-ce qu'ils étaient tous dans des formats?

LISTNUM 1 \l 1801              Mme DROUIN:  Pour les deux formats, adulte contemporain et Énergie.

LISTNUM 1 \l 1802              LE PRÉSIDENT:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1803              Mme DROUIN:  Écoutez, pas tous, mais il y en a plusieurs, sûrement.


LISTNUM 1 \l 1804              Comme je vous dis, dans les genres, vu qu'on ne l'a pas fait, mais on pourrait faire cette...

LISTNUM 1 \l 1805              LE PRÉSIDENT:  Mais basé sur votre, comme on dit, educated guess, étant donné que vous êtes à la tête de l'association qui représente les producteurs de disques, basé, donc, sur votre connaissance intrinsèque, quelle proportion de ces albums-là pourrait être dans un ou l'autre des formats dont on parle ici, adulte contemporain et grands succès?

LISTNUM 1 \l 1806              Mme DROUIN:  Je vais laisser la parole là-dessus à mon amie Annie.  Elle a un more educated guess que moi en matière de musique, alors je vais la laisser répondre.

LISTNUM 1 \l 1807              Mme PROVENCHER:  Sans avoir fait de classification par genres, c'est un peu difficile, mais une très grande proportion de ces albums-là serait diffusable.

LISTNUM 1 \l 1808              Pour vous donner une indication, de ce 279 albums là, on en a repéré une quarantaine provenant de distributeurs indépendants de la SOPREF.


LISTNUM 1 \l 1809              On peut convenir que ces albums-là ne conviendraient pas nécessairement à une formule comme celle qui existe pour la radio RockDétente, mais ça on en enlève seulement 30, donc les artistes plus obscurs auxquels vous faites peut-être référence, on en compte une quarantaine.

LISTNUM 1 \l 1810              Mme DROUIN:  C'est que les autres sont en lien avec un distributeur qu'on appelle reconnu, un DEP, Select, Local, Fusion III, Outside, mais il y a un certain nombre qu'on chiffre à peu près à 40 qui sont des albums qui, finalement, c'est de l'auto-distribution ou presque.  Voilà.  C'est ce qu'on veut dire.

LISTNUM 1 \l 1811              Donc, notre educated guess, c'est que s'ils ont réussi à intéresser un distributeur à leur produit, c'est qu'il y a sûrement un marché.

LISTNUM 1 \l 1812              LE PRÉSIDENT:  D'accord.

LISTNUM 1 \l 1813              Maintenant, si je vais à la page 16 de votre mémoire, autour des paragraphes 40 et 41, je pense qu'on a aussi couvert par la nouvelle définition qu'Astral a donnée, et ça nous amène, parce que ça couvre aussi une partie importante de votre mémoire, ça revient par après, même au paragraphe 65, c'est que pour vous, vous ne faites pas de distinction entre une nouveauté et un talent émergent, enfin, il n'y a pas de distinction entre une nouveauté et un talent émergent.

LISTNUM 1 \l 1814              C'est ça?


LISTNUM 1 \l 1815              Mme DROUIN:  La définition avec laquelle on s'est entendus avec Astral...

LISTNUM 1 \l 1816              LE PRÉSIDENT:  C'est parce que je pose ma question à partir du mémoire qui est là et non de la définition sur laquelle vous vous êtes entendus ce matin.

LISTNUM 1 \l 1817              Mme DROUIN:  C'est ça.  Mais là-dessus je pense que j'attirerais votre attention sur le fait que le mémoire qu'on a fait avec les analyses qu'on a faites, c'était avec notre définition de 24 mois.

LISTNUM 1 \l 1818              Mais dans le document -- c'est lequel document où on fait la différence -- le document D, si vous pouvez le prendre, le document D on a refait notre analyse de la diversité et des artistes avec notre nouvelle définition.  Ça, je pense que c'est important qu'on le regarde.

LISTNUM 1 \l 1819              LE PRÉSIDENT:  * Notre + étant la définition Astral/ADISQ.

LISTNUM 1 \l 1820              Mme DROUIN:  Oui.  Astral/ADISQ prime, je vous dirais, je vais vous expliquer pourquoi après, vous avez les analyses qu'on vous avait déjà déposées dans le cadre de notre mémoire avec notre définition avec CITÉ, CHIK et CKMF, vous voyez que vous l'avez, divisée entre périodes de grande écoute et sur la semaine de radiodiffusion.


LISTNUM 1 \l 1821              Dans le cas de CITÉ avec notre ancienne définition, on passe de 19 pour cent jusqu'à 7 pour cent aux heures de grande écoute.

LISTNUM 1 \l 1822              Avec la nouvelle définition de 48 mois moins les artistes qui ont atteint 50 000, ces proportions-là baissent à 7, 8 et 6 pour cent.  C'est une semaine.  On a regardé sur trois semaines, on a refait la même analyse.

LISTNUM 1 \l 1823              Pour la semaine de radiodiffusion pour CITÉ par exemple, c'était pour une semaine 17, l'autre 11, l'autre 10, tout ça tombe à 8 pour cent avec la nouvelle définition sur laquelle on s'est entendus.

LISTNUM 1 \l 1824              Pour CHIK, vous voyez les différences aussi, CHIK et CKMF, ça modifie un peu, mais ça reste un petit peu plus semblable.

LISTNUM 1 \l 1825              Mais il y a vraiment un impact important, au niveau de CITÉ il y a une baisse importante des nouveautés avec la définition sur laquelle on s'est entendus de la part de CITÉ.

LISTNUM 1 \l 1826              Ce qu'on comprend, c'est que CITÉ utilise beaucoup des artistes qui ont atteint 50 000.  Parce que si on les exclut, ça fait descendre beaucoup, évidemment, les proportions tandis qu'en les excluant, évidemment c'est beaucoup moins.


LISTNUM 1 \l 1827              Donc, pour nous la définition risque d'être fort intéressante sur laquelle on s'est entendus parce que ça va inciter CITÉ à jouer des artistes avant qu'ils atteignent 50 000, ce qui est intéressant.

LISTNUM 1 \l 1828              Le seul bémol que je donne de ce tableau-là, et là-dessus j'aimerais, si vous me laissez deux minutes, l'expliquer comme il faut, c'est que les albums qu'on a soustraits, ce sont les artistes qui ont atteint 50 000 albums.

LISTNUM 1 \l 1829              Par contre, dans la définition avec laquelle on s'est entendus avec Astral, c'est que bien qu'ils atteignent 50 000, ils sont considérés comme émergents encore pour une période de six mois.

LISTNUM 1 \l 1830              Étant donné qu'on s'est entendus sur cette définition-là vendredi à 02 h 15, donc, ça risque d'augmenter un peu les chiffres qui sont là pour CITÉ, mais on ne sait pas dans quelle mesure.


LISTNUM 1 \l 1831              A ce sujet-là, ce qu'on souhaiterait vous demander, c'est pour avoir une zone de confort plus importante, tant du côté d'Astral que pour nous, on souhaiterait que le Conseil nous donne la possibilité de faire ces analyses-là pour plus que trois semaines, nous, on aimerait pouvoir les faire sur 12 semaines, minimalement, et vous produire les résultats qu'on peut discuter, de la méthode et tout, la méthode qu'on a employée et qu'on puisse les produire au Conseil au plus tard le 1er juin.

LISTNUM 1 \l 1832              Parce que c'est clair que si les résultats sont confirmés là-dedans, vous vous rappelez que nous, nos demandes de quotas étaient d'exiger des quotas d'artistes émergents de 40 pour cent sur les heures de grande écoute et de 50 pour cent sur la semaine, on serait prêts à les moduler si ce sont les résultats qui s'adonnent avec notre nouvelle définition, mais sinon on va être obligés de maintenir notre demande de quotas aussi élevée.

LISTNUM 1 \l 1833              Voilà.

LISTNUM 1 \l 1834              LE PRÉSIDENT:  Évidemment, Astral, au moment de sa réplique, aura le bénéfice de nous dire si pour eux ils sont intéressés à ce que vous nous produisiez des données jusqu'au début du mois de juin.

LISTNUM 1 \l 1835              On va attendre leur réponse avant de statuer sur votre demande.

LISTNUM 1 \l 1836              Mme DROUIN:  Si je peux insister sur le fait qu'on fait cette demande-là au Conseil vraiment parce qu'on pense que trois semaines ce n'est pas assez pour vraiment voir quelles mesures pourraient être adaptées et si on peut le faire sur plusieurs semaines, on est prêts à moduler notre demande.


LISTNUM 1 \l 1837              Mais si on ne peut pas le faire, on va maintenir notre demande au même niveau.

LISTNUM 1 \l 1838              LE PRÉSIDENT:  On entendra ce qu'Astral nous dira en réplique.

LISTNUM 1 \l 1839              Je note que votre source, évidemment, et des analyses qui sont faites tirant de BDS, je veux juste m'assurer de la sécurité qu'on peut avoir dans ces données, de la sûreté des données, est-ce que toutes les ouvres du répertoire sont codées ou c'est possible qu'il y ait des ouvres qui soient diffusées et qui ne soient pas codées?

LISTNUM 1 \l 1840              Mme DROUIN:  Ce serait très surprenant, je vous dirais que les distributeurs, chacun d'eux, et chaque producteur voient de façon très intense à ce que leurs chansons apparaissent sur BDS.

LISTNUM 1 \l 1841              Là-dessus j'aimerais prendre le temps de répondre, peut-être que, madame Noël, vous avez mal interprété mon langage non verbal.  Quand je faisais * non non non + quand...

LISTNUM 1 \l 1842              CONSEILLERE NOEL:  Excusez, j'ai des petits problèmes d'interprétation ces jours-ci.

LISTNUM 1 \l 1843              Mme DROUIN:  Non, ça va.


LISTNUM 1 \l 1844              Quand monsieur Sabbatini disait ou, en tout cas, peut-être Charles Benoît, disait que de demander les heures de diffusion, mon Dieu, c'était énorme, je vous dirais que plutôt c'est très facile.  Avec BDS on le fait, nous, à l'ADISQ et c'est un outil qui répertorie, c'est un système informatique qui est très facile à mettre en place, on l'a mis en place nous-mêmes, on a dépensé de l'argent pour bien faire les rapports qu'il était important de faire pour nos dossiers, alors c'est tout à fait possible de le faire, BDS est évidemment aussi disponible pour les gens de la radio.

LISTNUM 1 \l 1845              Je vous dirais c'est d'autant plus vrai que les gens d'Astral m'ont fait visiter leur studio, certaines personnes d'Astral m'ont fait visiter leur studio à Québec et il n'y avait personne dans le studio parce que tout est informatisé.

LISTNUM 1 \l 1846              Alors, en même temps qu'on ne me fasse pas croire non plus que c'est difficile de produire des rapports quand il n'y a même pas personne dans un studio qui s'occupe de la programmation, c'est un ordinateur qui fait tout, il n'y a personne là.  Pas tout le temps, mais à certaines périodes où j'ai visité, le soir il n'y avait personne dans le studio.

LISTNUM 1 \l 1847              C'est tout informatisé, alors des rapports, à ce moment-là, c'est possible de les faire.


LISTNUM 1 \l 1848              Et l'heure de diffusion comme vous le souligniez, c'est vraiment un élément très important des rapports qui nous intéresse et qui vous intéresse sûrement.

LISTNUM 1 \l 1849              CONSEILLERE NOEL:  Je sens que madame Laflamme va vouloir vous répliquer là-dessus.

LISTNUM 1 \l 1850              LE PRÉSIDENT:  Évidemment, le Conseil pourrait aussi s'abonner à BDS.  Le Conseil pourrait également s'abonner à BDS.

LISTNUM 1 \l 1851              Mme DROUIN:  Ce serait une excellente idée.  On n'osait pas vous le proposer, mais ce serait merveilleux.

LISTNUM 1 \l 1852              LE PRÉSIDENT:  C'est à l'étude.

--- Rires / Laughters

LISTNUM 1 \l 1853              Mme DROUIN:  Ce n'est pas une dépense, c'est un investissement.

LISTNUM 1 \l 1854              LE PRÉSIDENT:  Le directeur général de radio m'a déjà dit que c'était à l'étude.  Mais des fois on étudie longtemps.

LISTNUM 1 \l 1855              Je vais maintenant aller au paragraphe 54 de votre mémoire qui lui se trouve à la page 37.

LISTNUM 1 \l 1856              C'est la production de rapports.  En fait c'est 54 et les suivants et c'est la production de rapports, et caetera.


LISTNUM 1 \l 1857              Vous avez entendu l'échange qu'on a eu ce matin avec Astral concernant la production de rapports, du moins je retiens de cet échange-là qu'Astral prend l'engagement de les maintenir jusqu'à la fin des paiements de bénéfices significatifs.

LISTNUM 1 \l 1858              Si j'ai bien lu vos paragraphes 57 à 60 inclusivement, j'en conclus probablement que votre vision va au-delà de cette période-là et que les rapports actuels ne sont pas suffisants.  C'est ce que j'ai compris de la lecture.

LISTNUM 1 \l 1859              Est-ce qu'on peut avoir un peu plus de spécificités?

LISTNUM 1 \l 1860              Mme DROUIN:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1861              Vous avez bien lu.  On conçoit quand même que les rapports qui sont soumis par Astral Media Radio, c'est un outil de qualité sur les termes sur lesquels on s'était entendus avec Astral et l'Union des artistes il y a plusieurs années.

LISTNUM 1 \l 1862              Mais à l'usure, je dirais, et de voir, justement, quelle utilisation on peut faire de ces rapports-là, c'est en le faisant qu'on le voit.

LISTNUM 1 \l 1863              LE PRÉSIDENT:  Est-ce l'usure ou l'usage?

LISTNUM 1 \l 1864              Mme DROUIN:  J'ai dit * à l'usure +?  Oui c'est ça, à l'usage, pardon.  Ça use, l'usage, des fois.


LISTNUM 1 \l 1865              Donc à l'usage on voit qu'il y a des rapports qui, finalement, ne présentent pas un portrait global, par exemple les heures de diffusion pour nous c'est quelque chose qui est très important de savoir si, justement, les artistes émergents sont là mais en soirée seulement ou est-ce qu'ils sont là aux heures de grande écoute, c'est un élément, je pense, important si on veut vraiment agir sur la diversité.

LISTNUM 1 \l 1866              Il y a des aspects qu'on souhaiterait, justement, voir ajoutés, bonifier ce rapport-là, bien entendu, et qu'il soit maintenu en tout temps.

LISTNUM 1 \l 1867              D'ailleurs, je vous dirais que comment le Conseil peut se satisfaire du respect de ses obligations si vous n'avez pas, de rapport, et vous n'êtes pas abonnés à BDS?

LISTNUM 1 \l 1868              Soit vous vous abonnez à BDS et vous faites vos propres rapports ou vous êtes capables de les obtenir des radiodiffuseurs qui peuvent avoir le fardeau, justement, de vous prouver qu'ils remplissent bien les obligations, il me semble, nous, on pense que ça devrait aller dans ce sens-là que le contraire.  Donc, la production de rapports.

LISTNUM 1 \l 1869              En plus vu que la situation pour Astral semble à ce point exemplaire, moi je n'aurais aucun problème à produire des rapports qui montrent que je fais bien mon travail.  Aucun problème.


LISTNUM 1 \l 1870              LE PRÉSIDENT:  Je suis content d'entendre votre conclusion parce que ça me permet de poser ma question suivante.

LISTNUM 1 \l 1871              Pourquoi on demanderait à Astral de faire des choses qu'on ne demande pas aux autres radiodiffuseurs québécois ou canadiens?

LISTNUM 1 \l 1872              Mme DROUIN:  Moi je vous dis commencez par Astral et demandez-le à tous les autres au moment de leurs renouvellements.

LISTNUM 1 \l 1873              D'ailleurs dans votre politique vous êtes prêts à agir au cas par cas, mais là pour l'instant ça s'adonne que les premiers renouvellements de licence sont ceux d'Astral, alors c'est le temps de montrer la bonne voie justement avec cette première décision-là.

LISTNUM 1 \l 1874              LE PRÉSIDENT:  Parce qu'en général le Conseil demande des rapports à des entreprises qui sont en situation d'infraction.

LISTNUM 1 \l 1875              Pour le cadre de ce renouvellement-ci, est-ce que vous êtes d'avis qu'Astral est en état d'infraction?

LISTNUM 1 \l 1876              Mme DROUIN:  Peut-on en être sûr?


LISTNUM 1 \l 1877              Moi je pense qu'Astral, de façon générale, est vraiment un citoyen exemplaire au niveau des respects des quotas qui sont là actuellement.  Nous, les analyses qu'on fait sont concluantes.

LISTNUM 1 \l 1878              On se demande comment le Conseil peut s'en assurer quand, dans certains cas de renouvellement qui sont à l'étude aujourd'hui, je ne me rappelle pas lesquels, il n'y a même pas une étude de rendement qui a été produite sur sept ans sur une semaine.

LISTNUM 1 \l 1879              Comment vous pouvez vous assurer qu'ils ne sont pas en infraction s'ils ne vous produisent pas de rapports?  Est-ce que vous en faites, des rapports, une fois par année?

LISTNUM 1 \l 1880              C'est qu'on n'a pas l'impression que dans le dossier public, au moins si on retrouvait au moment d'une analyse d'un dossier des études faites par le Conseil à tous les ans ou à tous les deux ans d'un nombre conséquent de semaines, là on se dirait : * Écoutez, au moins le CRTC fait en sorte d'avoir les moyens de s'assurer du respect des obligations. +


LISTNUM 1 \l 1881              Mais si personne ne le fait, comment vous pouvez en être sûrs?  On pense que dans ce cas-là c'est aux radiodiffuseurs de démontrer, c'est à eux d'avoir le fardeau et non aux associations comme nous qui devenons un organisme, pas de surveillance mais presque, c'est le Conseil qui doit permettre au public d'avoir dans le dossier public tous les outils pour faire des interventions éclairées auquel cas dans plusieurs dossiers on n'est vraiment pas capables de se faire une idée, à moins de les faire nous-mêmes.

LISTNUM 1 \l 1882              Ça, je pense que c'est une lacune importante, soit que le Conseil le fait lui-même ou demande aux radiodiffuseurs de le faire.

LISTNUM 1 \l 1883              LE PRÉSIDENT:  Au paragraphe 139 à la page 59 de votre mémoire, et ça revient à quelques endroits, mais je le prends à partir de celui-ci, vous dites que certaines des stations n'ont pas rencontré tous leurs engagements en vue des contributions au soutien au développement du contenu canadien, et vous avez soulevé une série de situations.

LISTNUM 1 \l 1884              Dans la réplique écrite qu'Astral vous a fait parvenir, Astral reconnaît, effectivement, que toutes ces situations-là sont antérieures à sa prise en charge de ces stations-là et s'est engagée à faire les paiements concernés.

LISTNUM 1 \l 1885              Est-ce que vous avez vérifié à savoir si ça avait été fait et est-ce que la réponse vous satisfait?

LISTNUM 1 \l 1886              Mme DROUIN:  On a pris connaissance du document d'Astral, mais on n'a pas vérifié depuis si les paiements avaient été faits à savoir si MUSICACTION a reçu les paiements, non, on n'est pas allés jusque là.


LISTNUM 1 \l 1887              LE PRÉSIDENT:  Vous n'êtes pas allés jusque là.

LISTNUM 1 \l 1888              Mme DROUIN:  Non.

LISTNUM 1 \l 1889              LE PRÉSIDENT:  Mais je pense qu'Astral est certainement de bonne foi, à moins que vous ayez des doutes là-dessus?  Non?

LISTNUM 1 \l 1890              Mme DROUIN:  Je pense qu'on va devoir... c'est à MUSICACTION aussi de s'en assurer.

LISTNUM 1 \l 1891              LE PRÉSIDENT:  Oui, oui, c'est sûr.

LISTNUM 1 \l 1892              Mais est-ce que vous êtes satisfaits de la réponse qu'ils vous ont...

LISTNUM 1 \l 1893              Mme DROUIN:  On est satisfaits de l'intention et du sérieux qu'ils ont apporté à cette demande-là et on pense que justement en l'ayant soulevée, Astral va faire ce qu'il faut pour les payer, ça on en est convaincus.

LISTNUM 1 \l 1894              LE PRÉSIDENT:  D'accord.

LISTNUM 1 \l 1895              Moi j'ai fini mes questions.

LISTNUM 1 \l 1896              La conseillère?  Madame la procureure?

LISTNUM 1 \l 1897              Je vous remercie beaucoup pour votre comparution.

LISTNUM 1 \l 1898              On va passer à la prochaine phase de l'audience.


LISTNUM 1 \l 1899              LA SECRÉTAIRE:  Merci, Monsieur le Président.

LISTNUM 1 \l 1900              Ceci complète la deuxième phase, soit la liste des intervenants comparants.

LISTNUM 1 \l 1901              Nous poursuivrons maintenant avec la troisième phase au cours de laquelle la requérante peut répondre à toutes les interventions soumises au sujet de sa demande.

LISTNUM 1 \l 1902              Nous demandons à Astral Media Radio de répondre à toutes les interventions relatives à sa demande.

LISTNUM 1 \l 1903              LE PRÉSIDENT:  On va prendre cinq minutes.

--- Suspension à 12 h 15 / Recess at 12:15p.m.

--- Reprise à 12 h 19 / Upon resuming at 12:19p.m.

LISTNUM 1 \l 1904              LE PRÉSIDENT:  Lorsque vous serez prêts, monsieur Sabbatini.

RÉPLIQUE / REPLY

LISTNUM 1 \l 1905              M. SABBATINI:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1906              On attend tout simplement notre collègue Claude Laflamme.  Claude Laflamme va vous faire part de nos commentaires et ensuite André Lallier va enchaîner.

LISTNUM 1 \l 1907              Mme LAFLAMME:  Merci.


LISTNUM 1 \l 1908              Pour faire suite à une demande que nous avons eue de la Conseillère Noël, nous nous engageons à déposer au Conseil d'ici vendredi un document qui fera état d'une moyenne hebdomadaire d'heures de nouvelles diffusées ainsi que du temps d'antenne dévolu en fonction des catégories de nouvelles : circulation, météo, sportives, culturelles, les nouvelles pures.

LISTNUM 1 \l 1909              Cependant, nous précisons qu'il s'agira d'un ordre de grandeur car, évidemment, c'est l'actualité dans chaque région ou localité qui détermine au jour le jour la répartition entre l'origine, locale, nationale, régionale, comme parfois entre les catégories de nouvelles.

LISTNUM 1 \l 1910              Si, par exemple, dans un marché donné il y a un festival très important, ça se peut qu'on mette un petit peu plus de temps sur la nouvelle culturelle que sur autres.

LISTNUM 1 \l 1911              S'il y avait une inondation, un ouragan, on mettrait plus d'accent là-dessus au profit de d'autres catégories de nouvelles.

LISTNUM 1 \l 1912              Alors c'est pour les nouvelles.

LISTNUM 1 \l 1913              Pour ce qui est du rapport sur la diversité musicale, nous proposons au Conseil de remplacer le rapport que nous faisons présentement sur la diversité musicale par un rapport relativement aux pièces musicales d'artistes émergents.


LISTNUM 1 \l 1914              Comme nous l'avons détaillé dans notre annexe ce matin à notre présentation orale, il y avait des inquiétudes fondées du Conseil sur la diversité qui, d'après nous, n'ont plus raison d'être, je crois qu'on a démontré qu'on faisait bien notre travail à ce niveau-là, alors on voudrait remplacer ce rapport par la musique émergente.

LISTNUM 1 \l 1915              Maintenant je laisserais André compléter davantage la musique.

LISTNUM 1 \l 1916              M. LALLIER :  Au niveau de ce qu'on disait un peu plus tôt au niveau des heures de diffusion, on comprend que les données sont accessibles par BDS et facilement accessibles.

LISTNUM 1 \l 1917              Maintenant c'est de compiler toutes ces données-là.  BDS nous donne un portrait global, donc la musique actuelle, mais les souvenirs, il n'y a aucune donnée qui est classée là-dedans, c'est ramasser ces données-là et les coller ou donner juste sur la musique émergente, c'est assez complexe et on n'a pas les ressources, actuellement, pour faire ça.

LISTNUM 1 \l 1918              Mme LAFLAMME:  Est-ce que je peux compléter, André?  Si tu veux.

LISTNUM 1 \l 1919              M. LALLIER:  Oui.


LISTNUM 1 \l 1920              Mme LAFLAMME:  Pour ce qui est de la durée du rapport, tout à l'heure l'ADISQ a parlé de monitoring sur 12 semaines.

LISTNUM 1 \l 1921              Nous proposons que ce rapport, c'est toujours un rapport annuel parce que le cycle de production musicale, la fluctuation peut varier, donc il faut se donner une année pour pouvoir vraiment évaluer la situation correctement.

LISTNUM 1 \l 1922              M. LALLIER:  Il y a vraiment des périodes dans l'année où il y a une large production de nouvelles productions, il y a des périodes où on a des périodes plus creuses, où il y a moins de nouvelle musique qui est distribuée.

LISTNUM 1 \l 1923              Alors, pour être juste, je pense qu'il faut le faire vraiment sur 12 mois.

LISTNUM 1 \l 1924              LE PRÉSIDENT:  L'ADISQ nous a présenté un tableau.  Je ne sais pas si vous avez les tableaux que l'ADISQ nous a déposés ce matin.

LISTNUM 1 \l 1925              Mme LAFLAMME:  Non.  On ne les a pas.

LISTNUM 1 \l 1926              LE PRÉSIDENT:  En fait, je fais état au document B, je ne sais pas si on pouvait remettre une copie du document B à...

LISTNUM 1 \l 1927              Dans leur mémoire, ils avaient déposé des données qu'on retrouve pour l'année 2005.  On retrouve ici les données pour l'année 2006 dans lesquelles il y a le nombre d'albums francophones d'artistes québécois qu'on établit à 279.


LISTNUM 1 \l 1928              L'ADISQ nous a demandé un délai pour être capable de nous donner une ventilation de ces albums-là.

LISTNUM 1 \l 1929              Est-ce que pour vous c'est acceptable qu'on donne un délai à l'ADISQ et quel ordre de délai pensez-vous qu'il serait souhaitable de leur donner?

LISTNUM 1 \l 1930              Mme LAFLAMME:  Effectivement, nous apprécions, nous saluons cette proposition de l'ADISQ.

LISTNUM 1 \l 1931              Pour ce qui est du délai, j'ai compris que ce serait -- est-ce que c'est moi qui ai mal compris -- ce serait à l'automne?

LISTNUM 1 \l 1932              Me LAGACÉ:  Je voudrais informer le Conseil et aussi les représentants d'Astral que durant la pause, l'ADISQ m'a confirmé qu'ils seraient en mesure de les déposer en juin de cet été.

LISTNUM 1 \l 1933              Mme LAFLAMME:  Ça nous convient.

LISTNUM 1 \l 1934              LE PRÉSIDENT:  Ça vous convient.

LISTNUM 1 \l 1935              Est-ce que avez des commentaires sur les données qu'on retrouve dans ce tableau-là?

LISTNUM 1 \l 1936              Mme LAFLAMME:  Le commentaire, c'est qu'effectivement, il faut le voir par catégories de musique parce qu'effectivement il y a de la musique pour enfants, il y a de la musique qui est plus alternative, qui n'est pas nécessairement viable pour nos formats de musique.


LISTNUM 1 \l 1937              Il va vraiment falloir mettre ça par catégories et voir le pourcentage qu'on tourne sur le produit disponible pour nos formats musicaux.

LISTNUM 1 \l 1938              M. RODRIGUE :  Monsieur le Président, avec respect je suis obligé de vous rappeler que pendant presque une dizaine d'années j'ai dirigé des maisons de distribution au Québec indépendantes, dont une a été mentionnée par madame Drouin, et je dois vous dire que dans ce nombre-là il y a de nombreux produits...

LISTNUM 1 \l 1939              Tantôt les oreilles m'ont frisé quand j'ai entendu que dans le Top 500 un album pouvait vendre jusqu'à 3 000 copies, la 500e à 3 000 copies, je pense qu'on aurait intérêt à réviser ces chiffres-là.

LISTNUM 1 \l 1940              Il y a énormément d'albums qui sont produits au Québec et qui, malheureusement, ne trouvent pas preneur, tant dans l'intérêt radiophonique dans l'intérêt de la presse écrite, que dans l'intérêt du public en général.


LISTNUM 1 \l 1941              Ça fait partie de la beauté de notre système, les entrepreneurs et les artistes peuvent proposer au public des albums qui, malheureusement, ne trouveront pas preneur.  Mais au moins ils ont la chance de le produire, de le financer par ailleurs, de le proposer et ce n'est pas vrai que tout le monde a droit à la même diffusion.

LISTNUM 1 \l 1942              LE PRÉSIDENT:  Les données, à savoir de ventes pour les 500 meilleurs albums, est-ce que ce sont des données publiques ou ce sont des données qui sont en la possession seulement d'un organisme qui serait l'ADISQ?

LISTNUM 1 \l 1943              M. RODRIGUE:  C'est à peu près le même de questionnement que les données BDS.  Jusqu'où les organisations acceptent la publication des chiffres?

LISTNUM 1 \l 1944              Soundscan remet ces chiffres-là à des gens qui s'abonnent au réseau, au service, les distributeurs, les producteurs, ultimement l'ADISQ qui fait un palmarès avec ces données-là.

LISTNUM 1 \l 1945              Mais est-ce que la maison Soundscan permettrait, pour des fins d'évaluation de marchés, d'accoler le nombre de copies vendues dans un cycle?  Je pense que oui, je pense que c'est une demande qui pourrait être faite à l'organisation et qui, ultimement, pourrait éclairer le Conseil et éclairer tous les joueurs de l'industrie là-dessus.

LISTNUM 1 \l 1946              LE PRÉSIDENT:  Évidemment, c'est une démarche que le personnel du Conseil pourrait faire.


LISTNUM 1 \l 1947              La question subsidiaire, et ça vous n'êtes pas en mesure d'y répondre, ce sont eux qui pourraient y répondre, mais est-ce qu'ils accepteraient que ces données-là deviennent des données publiques?  Parce que les données que le Conseil, habituellement, reçoit, elles sont déposées dans des dossiers publics.  Ça c'est Soundscan qui pourrait répondre à la question.

LISTNUM 1 \l 1948              Madame la conseillère Noël.

LISTNUM 1 \l 1949              CONSEILLERE NOEL:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1950              Une question, madame Laflamme, vous avez mentionné, et je veux être sûre que j'ai bien compris, vous nous demandiez de substituer un rapport sur les artistes émergents au rapport que vous déposez à l'heure actuelle, est-ce que c'est ce que j'ai compris en tout début de votre réplique?

LISTNUM 1 \l 1951              Mme LAFLAMME:  En fait, on veut substituer le rapport actuel par celui sur la musique émergente.

LISTNUM 1 \l 1952              CONSEILLERE NOEL:  Vous voudriez substituer une condition de licence de produire des rapports sur les artistes émergents à la condition de licence actuelle qui vaut encore jusqu'à l'épuisement des bénéfices tangibles sur les transactions en question.

LISTNUM 1 \l 1953              Mme LAFLAMME:  C'est notre demande.


LISTNUM 1 \l 1954              CONSEILLERE NOEL:  C'est ce que j'avais compris, je voulais juste m'assurer que j'avais bien compris.

LISTNUM 1 \l 1955              Mme LAFLAMME:  C'est exact.

LISTNUM 1 \l 1956              LE PRÉSIDENT:  Si on acceptait votre proposition d'un rapport sur les talents émergents, est-ce que c'est juste une substitution du mot * nouveautés + par * talents émergents + dans la définition qui a été donnée dans la décision autorisant l'acquisition des stations de Télémédia ou est-ce que c'est quelque chose que vous devrez aller renégocier avec les associations représentant l'industrie de la musique?

LISTNUM 1 \l 1957              Mme LAFLAMME:  Je pense que ce sont deux choses différentes.  Le rapport sur la diversité résultait d'une négociation dans le cadre de la transaction.

LISTNUM 1 \l 1958              LE PRÉSIDENT:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1959              Mme LAFLAMME:  Celui-là, on ne dit pas qu'on doive aller négocier, on s'est entendus sur une définition, nous avons déposé notre définition et le rapport sur la musique émergente, nous nous engageons à déposer un rapport sur la musique émergente qui fait état... je veux dire qui est suite...  Voyons, je perds mes mots.

LISTNUM 1 \l 1960              On ne s'engage pas à aller négocier avec l'industrie du disque le contenu d'un tel rapport.


LISTNUM 1 \l 1961              LE PRÉSIDENT:  Vous nous dites tout simplement, au Conseil : * Nous, on préférerait ce type de rapport là parce que c'est plus conforme à la nature de ce qu'on fait et de la discussion qu'on a et de la politique en place.

LISTNUM 1 \l 1962              Mme LAFLAMME:  C'est notre compréhension des attentes du Conseil à la lecture de la politique sur radio commerciale.

LISTNUM 1 \l 1963              LE PRÉSIDENT:  D'accord.

LISTNUM 1 \l 1964              J'aurais une question sur le mémoire du Conseil de presse.  A la dernière page du mémoire du Conseil de presse, on parle de l'implication d'Astral Media auprès du Conseil et on parle notamment de la place qu'Astral Media occupe dans l'association québécoise des télédiffuseurs et radiodiffuseurs.

LISTNUM 1 \l 1965              On soulève des problèmes de nature pécuniaire.

LISTNUM 1 \l 1966              Mme LAFLAMME:  En fait, quand j'ai vu ça, j'étais moi-même étonnée et effectivement on a reçu une facture depuis que nous nous sommes empressés d'acquitter, mais on n'avait aucune indication de quoi que ce soit, nous avons été facturés, je crois, mercredi passé.

LISTNUM 1 \l 1967              Voilà.

LISTNUM 1 \l 1968              LE PRÉSIDENT:  Parfait.


LISTNUM 1 \l 1969              Ça complète mes questions.

LISTNUM 1 \l 1970              CONSEILLERE NOEL:  Peut-être une petite question subsidiaire.

LISTNUM 1 \l 1971              En parlant de facture, est-ce que vous avez payé MUSICACTION?

LISTNUM 1 \l 1972              Mme LAFLAMME:  Bien sûr.

LISTNUM 1 \l 1973              CONSEILLERE NOEL:  Les 3 400 dollars pour la demi-douzaine de stations où on avait manqué des petits bouts de contributions.

LISTNUM 1 \l 1974              Mme LAFLAMME:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1975              CONSEILLERE NOEL:  Merci.

LISTNUM 1 \l 1976              LE PRÉSIDENT:  J'aurais une autre question.

LISTNUM 1 \l 1977              Si on reprend aussi dans le petit cahier, l'ADISQ nous a demandé une période de temps, ça concerne l'Annexe D, pour produire 12 semaines de données plutôt que 3.  Son document s'appelle * Analyse de la part des nouveautés francophones québécoises sur le total des pièces francophones québécoises +.

LISTNUM 1 \l 1978              J'avais d'ailleurs dit à l'ADISQ qu'on écouterait votre commentaire avant de déterminer si on acceptait que l'ADISQ produise 12 semaines de données.  Évidemment, pour produire 12 semaines de données, il faut que 12 semaines se passent.


LISTNUM 1 \l 1979              Mme LAFLAMME:  Écoutez, c'est ce qu'on a tenté de vous dire tout à l'heure, c'est que 12 semaines n'est pas une période suffisante pour analyser la situation puisque c'était la durée d'une année.

LISTNUM 1 \l 1980              LE PRÉSIDENT:  C'était donc au Conseil de s'abonner à BDS et à faire les études lui-même.

LISTNUM 1 \l 1981              D'accord.

LISTNUM 1 \l 1982              Ça complète votre comparution.  Nous vous remercions, madame Laflamme, messieurs Sabbatini, Benoît, Rodrigue et Lallier de votre présence.  Nous saluons monsieur Parisien également dans la salle qui a été assidu à toute cette comparution.

LISTNUM 1 \l 1983              Madame Roy.

LISTNUM 1 \l 1984              LA SECRÉTAIRE:  Merci, Monsieur le Président.

LISTNUM 1 \l 1985              Ceci complète l'examen des articles 1 à 11 à l'ordre du jour.

LISTNUM 1 \l 1986              J'aimerais mentionner qu'il y a aussi à l'ordre du jour un nombre de demandes qui ne comparaissent pas à cette audience et pour lesquelles des interventions ont été reçues.

LISTNUM 1 \l 1987              Le Conseil considérera ces interventions avec les demandes et publiera des décisions à une date ultérieure.

LISTNUM 1 \l 1988              Merci Monsieur le Président.


LISTNUM 1 \l 1989              LE PRÉSIDENT:  Nous interromprons l'audience pour une période de lunch.  Nous reprendront à 01 h 30 avec le premier item pour les demandes concurrentielles de Montréal.

--- Suspension à 1233 / Upon recessing at 1233

‑‑‑ Reprise à 1340 / Upon resuming at 1340

LISTNUM 1 \l 1990              LE PRÉSIDENT :  Je voudrais aussi, également, dire pour le bénéfice de tous les demandeurs de l'audience de Montréal que Aboriginal Voice Radio qui apparaît comme intervenant à la liste n'est pas un véritable intervenant puisqu'ils seront ici à la demande spécifique du Conseil. 

LISTNUM 1 \l 1991              Donc, oui, ils seront entendus à 8 h 30 mercredi matin où que l'on soit à l'intérieur de l'Ordre du jour de cette audience et nous les entendrons à ce moment-là.  Ils ne feront pas de présentation.  Ils viennent que pour répondre à des questions spécifiques de la part du Conseil.


LISTNUM 1 \l 1992              Only for those who are participating in the Montreal public hearing, Aboriginal Voice Radio which is listed as an intervener is not a real intervener per se because they are here at the request of the Commission.  They will be heard Wednesday morning, first thing in the morning, and there will be no formal presentation from their part.  They are coming to answer specific questions by the Commission and there will be a formal production of the purpose at the time of their appearance.

LISTNUM 1 \l 1993              So, for the next step, we will go to the secretary to introduce the first item.

LISTNUM 1 \l 1994              Madame la secrétaire, s'il vous plaît, pour présenter la première demande.

LISTNUM 1 \l 1995              LA SECRÉTAIRE :  Merci, monsieur le président.

LISTNUM 1 \l 1996              Nous entendrons maintenant l'article 12 qui est une demande présentée par Yves Sauvé, au nom d'une société devant être constituée en vue d'obtenir une licence visant l'exploitation d'une entreprise de programmation de radio FM commerciale de langue française à Vaudreuil-Dorion.

LISTNUM 1 \l 1997              La nouvelle station serait exploitée à la fréquence 106,3 mégahertz, Canal 292-A, avec une puissance apparente rayonnée moyenne de 1,100 watts; puissance apparente rayonnée maximale de 2,570 watts; hauteur de l'antenne de 52,5 mètres.

LISTNUM 1 \l 1998              Monsieur Yves Sauvé comparaît pour la requérante et nous présentera ses collègues.  Vous disposerez par la suite de 20 minutes pour faire votre présentation, mais avant, monsieur Mathieu, comme on nous a expliqué...


LISTNUM 1 \l 1999              LE PRÉSIDENT :  Monsieur Mathieu, j'aurais quelques questions à vous poser.

LISTNUM 1 \l 11000             M. MATHIEU :  D'accord.

LISTNUM 1 \l 11001             LE PRÉSIDENT :  Êtes-vous ingénieur?

LISTNUM 1 \l 11002             M. MATHIEU :  Je ne suis pas ingénieur professionnel.  Je suis membre de l'Association des consultants en radiodiffusion et je participe à tous les meetings de BETAC d'Industries Canada.

LISTNUM 1 \l 11003             LE PRÉSIDENT :  D'accord.  Donc, vous n'êtes pas membre de l'Ordre professionnel des ingénieurs?

LISTNUM 1 \l 11004             M. MATHIEU :  Je ne suis pas membre de l'Ordre du Québec.

LISTNUM 1 \l 11005             LE PRÉSIDENT :  Bon, de l'Ordre du Québec.  Compte tenu que tous les autres requérants à qui on a demandé de venir avec leurs ingénieurs, que ces derniers sont membres d'un ordre professionnel et qui, par voie de conséquence, sont assujettis à des règles spécifiques, on va... je vais demander à madame la secrétaire de vous assermenter.

LISTNUM 1 \l 11006             M. MATHIEU :  Je n'ai aucun problème avec ça.

LISTNUM 1 \l 11007             LE PRÉSIDENT :  D'accord.


LISTNUM 1 \l 11008             LA SECRÉTAIRE :  Donc, nous allons vous affirmer.  Est-ce que vous pouvez vous lever debout, s'il vous plaît?

LISTNUM 1 \l 11009             M. MATHIEU :  Sûrement, madame.

AFFIRMATION SOLENNELLE:  MICHEL MATHIEU

LISTNUM 1 \l 11010             LA SECRÉTAIRE :  Donc, monsieur Sauvé, vous avez 20 minutes pour votre présentation.

PRÉSENTATION / PRESENTATION

LISTNUM 1 \l 11011             M. SAUVÉ :  Merci.  Monsieur le président, mesdames et messieurs les commissaires et membres du personnel du CRTC, bonjour.

LISTNUM 1 \l 11012             Mon nom est Yves Sauvé, requérant pour la demande d'un nouveau FM commercial à Vaudreuil-Dorion.

LISTNUM 1 \l 11013             Je suis accompagné à ma droite par monsieur Michel Mathieu, conseiller en radiodiffusion émérite et, à ma gauche, par monsieur André Joly, journaliste de carrière qui a travaillé pour un journal il y a quelques années à Vaudreuil-Dorion et il est aussi requérant dans les présentes audiences.


LISTNUM 1 \l 11014             J'oeuvre dans le domaine de la radio depuis une trentaine d'années et je suis actuellement président de Sauvé Communications Marketing.  Natif de la région de Vaudreuil-Dorion où j'ai étudié.  Plusieurs membres de ma famille y habitent toujours et j'y compte de nombreuses relations avec le milieu des affaires et les décideurs.

LISTNUM 1 \l 11015             J'ai, à maintes fois au fil des ans, constaté la frustration des résidents de la région de Vaudreuil-Dorion qui ne pouvaient compter sur aucune station de radio pour parler de la région, une région en pleine expansion, un territoire sans station de radio, la possibilité d'utiliser la fréquence 106,3 FM à Vaudreuil-Dorion et le grand nombre d'appui de la part de tous les milieux : municipal, social, sportif, culturel et économique sont les principaux facteurs qui ont motivé notre demande.

LISTNUM 1 \l 11016             Incidemment, j'en profite pour remercier les très nombreux intervenants qui ont manifesté leur appui indéfectible à notre projet.  Vous trouvez leurs noms dans la liste en annexe à cette présentation.


LISTNUM 1 \l 11017             Maintenant parlons du projet d'une nouvelle station FM à Vaudreuil-Dorion.  Nous proposons une station de radio FM farouchement locale et j'opérerai cette station au quotidien.  La nouvelle station diffusera des bulletins de nouvelles locales et régionales, des bulletins de météo locaux, météo maritime, des nouvelles sportives locales et régionales consacrées aux sports amateurs, des émissions d'affaires publiques axées sur les nombreuses préoccupations des communautés desservies qui permettront aux populations de se faire entendre en émettant leurs opinions ainsi que les couvertures des séances des Conseils de Ville.

LISTNUM 1 \l 11018             De plus, des chroniques d'information portant sur différents sujets qui intéresseront les collectivités visées seront diffusées sur CJVD-FM.  CJVD-FM propose une radio locale en cas d'urgence, un média local quotidien lorsque les villes de la région de Vaudreuil-Dorion ont besoin de rejoindre leur population en temps réel.

LISTNUM 1 \l 11019             Exemple : pour diffuser un avis concernant l'eau potable, les diverses opérations de déneigement, des modifications avec un impact sur la sécurité routière et les mesures d'urgence à réaliser en cas de menace à la santé ou bien à la sécurité publique.


LISTNUM 1 \l 11020             Étant donné que les stations de radio de Montréal et celles de Valleyfield qui peuvent être entendues dans la région ne s'occupent aucunement de la région de Vaudreuil-Dorion qui ne fait pas partie de leur marché cible respectif, les villes de cette région orpheline se voient contraintes, en cas d'urgence, à recourir à des haut-parleurs installés sur une automobile qui circule dans les rues de la Ville pour informer les citoyens d'un problème d'urgence.

LISTNUM 1 \l 11021             Cette situation s'est produite à Vaudreuil-Dorion est confirmée par le maire en 2006 lors de problèmes d'aqueduc majeurs.

LISTNUM 1 \l 11022             Nous proposons une radio de proximité.  Le personnel de la station pourra compter pour le seconder de notre système d'automatisation en fonction sept jours par semaine.  En tout temps la population pourra rejoindre un membre du personnel de la station via un numéro de téléphone qui sera connu du public.

LISTNUM 1 \l 11023             De plus, un deuxième numéro de téléphone d'urgence cellulaire en fonction 24 heures par jour, sept jours par semaine, sera transmis aux collaborateurs réguliers de la station, maire, agent à l'information des villes desservies, commissions scolaires, corps policiers, pompiers, sécurité civile, et caetera.  Il y aura toujours à ce numéro d'urgence un membre du personnel de la nouvelle station afin d'y répondre.


LISTNUM 1 \l 11024             Sur le plan culturel et artistique, la nouvelle station de radio projetée propose de produire des émissions locales de grande qualité qui viendront soutenir et encourager les artistes et nombreux organismes culturels de la région en leur offrant gracieusement du temps d'antenne.

LISTNUM 1 \l 11025             Actuellement, le milieu culturel de la région de Vaudreuil-Dorion et ses villes soeurs ne disposent d'aucun média électronique pour en faire la promotion.  Nous nous engageons à combler ce grande vide.

LISTNUM 1 \l 11026             Précisons que le 106,3FM diffusera à chaque semaine l'émission arts et culture réalisée et produite en étroite collaboration avec le Conseil culturel de Vaudreuil-Soulanges.  Le but de cette émission, faire connaître les artistes et artisans de la région desservie.

LISTNUM 1 \l 11027             Les associations à but non lucratif et les organismes communautaires locaux et régionaux pourront compter sur le 106,3-FM pour la diffusion de leurs communiqués par le biais des chroniques *Ça se passe chez nous+ diffusée à l'intérieur de la programmation *Sept jours par semaine+.


LISTNUM 1 \l 11028             Au chapitre du contenu canadien, même si le marché de Vaudreuil-Dorion est un petit marché et que les exigences en cette matière ont été changées et diminuées pour les petits marchés comme celui que nous proposons de desservir dans le cadre de la politique de 2006 sur la radio commerciale Avis Public de radiodiffusion CRTC-2006-158 du 15 décembre 2006, nous dépassons très largement les exigences minimales du Conseil en proposant par condition de licence un montant de 67 000,00 $ en coûts directs pour la durée de la licence et un montant de 133 000,00 $ en coûts indirects pour les sept années de cette même licence.

LISTNUM 1 \l 11029             Pour ce qui concerne les artistes émergents canadiens, une proportion de cinq pour cent au cours d'une semaine de radiodiffusion leur sera consacrée.  En effet, une place de choix leur sera réservée au-delà de la diffusion des pièces musicales à l'intérieur de notre programmation musicale rétro.

LISTNUM 1 \l 11030             Nous allons offrir un pourcentage minimum de 40 pour cent de pièces musicales de catégorie 2 de contenu canadien et nous acceptons cet engagement comme condition de licence.

LISTNUM 1 \l 11031             D'autres nombreux moyens promotionnels tout aussi efficaces s'ajouteront afin d'appuyer ces artistes émergents, tel qu'expliqué et décrit dans notre réponse du 9 janvier dernier à une lettre de lacune du Conseil.


LISTNUM 1 \l 11032             Nous proposons d'offrir une formule musicale composée principalement de succès rétro, succès des années 60-90, une formule qui remporte beaucoup de succès à Québec et dans certaines stations au Québec comme à Saint-Jean-sur-Richelieu et Saint-Hyacinthe.

LISTNUM 1 \l 11033             Il va sans dire que ce format ajoutera à la diversité dans la région de Vaudreuil-Dorion et ses villes soeurs.

LISTNUM 1 \l 11034             Nous avons reçu un appui tangible à notre demande, un véritable cri du coeur de la part du Conseil culturel de Vaudreuil-Soulanges qui souligne la nécessité incontournable pour Vaudreuil-Dorion et ses villes soeurs de pouvoir enfin compter sur une nouvelle station FM locale afin de promouvoir les talents et la culture de cette région située entre Valleyfield et Montréal.

LISTNUM 1 \l 11035