ARCHIVED -  Transcript

This page has been archived on the Web

Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject to the Government of Canada Web Standards and has not been altered or updated since it was archived. Please contact us to request a format other than those available.

Providing Content in Canada's Official Languages

Please note that the Official Languages Act requires that government publications be available in both official languages.

In order to meet some of the requirements under this Act, the Commission's transcripts will therefore be bilingual as to their covers, the listing of CRTC members and staff attending the hearings, and the table of contents.

However, the aforementioned publication is the recorded verbatim transcript and, as such, is transcribed in either of the official languages, depending on the language spoken by the participant at the hearing.

 

 

 

 

 

 

 

              TRANSCRIPT OF PROCEEDINGS BEFORE

             THE CANADIAN RADIO‑TELEVISION AND

               TELECOMMUNICATIONS COMMISSION

 

 

 

 

             TRANSCRIPTION DES AUDIENCES DEVANT

              LE CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION

           ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES

 

 

                       SUBJECT/SUJET:

 

 

 

VARIOUS BROADCASTING APPLICATIONS /

PLUSIEURS DEMANDES EN RADIODIFFUSION

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HELD AT:                              TENUE À:

 

Conference Centre                     Centre de conférences

Outaouais Room                        Salle Outaouais

Portage IV                            Portage IV

140 Promenade du Portage              140, promenade du Portage

Gatineau, Quebec                      Gatineau (Québec)

 

December 5, 2007                      Le 5 décembre 2007

 

 


 

 

 

 

Transcripts

 

In order to meet the requirements of the Official Languages

Act, transcripts of proceedings before the Commission will be

bilingual as to their covers, the listing of the CRTC members

and staff attending the public hearings, and the Table of

Contents.

 

However, the aforementioned publication is the recorded

verbatim transcript and, as such, is taped and transcribed in

either of the official languages, depending on the language

spoken by the participant at the public hearing.

 

 

 

 

Transcription

 

Afin de rencontrer les exigences de la Loi sur les langues

officielles, les procès‑verbaux pour le Conseil seront

bilingues en ce qui a trait à la page couverture, la liste des

membres et du personnel du CRTC participant à l'audience

publique ainsi que la table des matières.

 

Toutefois, la publication susmentionnée est un compte rendu

textuel des délibérations et, en tant que tel, est enregistrée

et transcrite dans l'une ou l'autre des deux langues

officielles, compte tenu de la langue utilisée par le

participant à l'audience publique.


               Canadian Radio‑television and

               Telecommunications Commission

 

            Conseil de la radiodiffusion et des

               télécommunications canadiennes

 

 

                 Transcript / Transcription

 

 

 

            VARIOUS BROADCASTING APPLICATIONS /

            PLUSIEURS DEMANDES EN RADIODIFFUSION

 

 

 

 

 

BEFORE / DEVANT:

 

Michel Arpin                      Président / Chairperson

Len Katz                          Commissioner / Conseiller

Michel Morin                      Commissioner / Conseiller

 

 

 

 

ALSO PRESENT / AUSSI PRÉSENTS:

 

Jade Roy                          Secretary / Secrétaire

Lyne Cape                         Hearing Manager /

                                  Gérante de l'audience

Jean-Sébastien Gagnon             Legal Counsel /

                                  Conseiller juridique

 

 

 

 

 

 

HELD AT:                          TENUE À:

 

Conference Centre                 Centre de conférences

Outaouais Room                    Salle Outaouais

Portage IV                        Portage IV

140 Promenade du Portage          140, promenade du Portage

Gatineau, Quebec                  Gatineau (Québec)

 

December 5, 2007                  Le 5 décembre 2007

 


- iv -

 

           TABLE DES MATIÈRES / TABLE OF CONTENTS

 

 

                                                 PAGE / PARA

 

PHASE I

 

 

PRÉSENTATION PAR / PRESENTATION BY:

 

Radio du Golfe inc.                                 4 /   22

 

 

 

PHASE II

 

 

INTERVENTION PAR / INTERVENTION BY:

 

Radio Gaspésie                                    111 /  826

 

Député Gaspésie - Îles-de-la-Madeleine            148 / 1030

 

Radio CHNC                                        171 / 1142

 

 

 

PHASE III

 

 

REPLY BY / RÉPLIQUE PAR:

 

Radio du Golfe inc.                               179 / 1182

 

 

 


- v -

 

           TABLE DES MATIÈRES / TABLE OF CONTENTS

 

 

                                                 PAGE / PARA

 

PHASE I

 

 

PRÉSENTATION PAR / PRESENTATION BY:

 

Radio CNHC                                        187 / 1235

 

 

 

PHASE II

 

 

INTERVENTION PAR / INTERVENTION BY:

 

CIEU-FM                                           266 / 1634

 

Radio du Golfe inc.                               278 / 1705

 

Radio Gaspésie                                    293 / 1791

 

 

 

PHASE III

 

 

REPLY BY / RÉPLIQUE PAR:

 

Radio CNHC                                        302 / 1854

 

 

 

 


                 Gatineau (Québec) / Gatineau, Quebec

‑‑‑ L'audience débute le mercredi 5 décembre 2007

    à 0930 / Upon commencing on Wednesday, December 5,

    2007 at 0930

LISTNUM 1 \l 11                LE PRÉSIDENT:  À l'ordre, s'il vous plaît.  Bonjour.

LISTNUM 1 \l 12                Mesdames et messieurs, bienvenue à cette audience publique.

LISTNUM 1 \l 13                Alors, je m'appelle Michel Arpin et je suis le vice‑président à la Radiodiffusion au CRTC.  Je présiderai l'audience en compagnie de mes collègues, monsieur Len Katz qui est vice‑président Télécommunications et monsieur Michel Morin, conseiller national.

LISTNUM 1 \l 14                L'équipe du Conseil qui nous assiste se compose notamment de la gérante de l'audience, madame Lyne Cape qui est aussi gestionnaire des Politiques et de l'analyse en matière de radio de langue française; de Jean‑Sébastien Gagnon, conseiller juridique et de Jade Roy, secrétaire de l'audience, auprès de qui vous pouvez vous renseigner sur toute question relative au déroulement de l'audience.


LISTNUM 1 \l 15                Au cours de cette audience, nous examinerons d'abord une demande présentée par Radio du Golfe Inc. qui touche l'obtention d'une licence pour exploiter une station de radio FM de langue française à Gaspé, au Québec, assortie d'un émetteur FM à Rivière‑au‑Renard.

LISTNUM 1 \l 16                Par la suite, le Comité se penchera sur une demande de Radio CHNC Limitée qui vise à convertir la station de Radio CHNC New Carlisle et son émetteur, CHGM Gaspé de la bande AM à la bande FM.

LISTNUM 1 \l 17                L'entreprise requérante propose également d'ajouter des nouveaux émetteurs FM à Carleton, à Chandler, à Percé.

LISTNUM 1 \l 18                De plus, le Comité discutera de questions diverses concernant Radio CHNC Limitée dont son non‑respect des exigences prescrites dans le Règlement de 1986 sur la radio.

LISTNUM 1 \l 19                Le Conseil avait prévu examiner à cette audience plusieurs demandes visant l'exploitation de stations de radio de la région d'Ottawa‑Gatineau.

LISTNUM 1 \l 110               Compte tenu de l'évolution récente concernant les limites techniques associées à l'utilisation des fréquences FM proposées, le Comité d'audition a décidé de reporter l'examen de ces demandes à une date ultérieure.

LISTNUM 1 \l 111               J'inviterais maintenant madame Jade Roy, secrétaire de l'audience, à expliquer la procédure que nous allons suivre.  Alors, madame Roy.


LISTNUM 1 \l 112               LA SECRÉTAIRE:  Merci, monsieur le président et bonjour à tous.

LISTNUM 1 \l 113               J'aimerais souligner quelques points d'ordre pratique qui contribueront au bon déroulement de cette audience publique.

LISTNUM 1 \l 114               Tout d'abord, lorsque vous êtes dans la salle d'audience, je vous demanderais d'éteindre vos téléphones cellulaires, télé‑avertisseurs et Black Berries.  Nous comptons sur votre collaboration à cet égard durant toute la durée de l'audience.

LISTNUM 1 \l 115               Please note that the Commission members may ask questions in either English or French.  You can obtain an interpretation receiver from the commissionaire sitting at the entrance of the Conference Centre.

LISTNUM 1 \l 116               Le service d'interprétation simultanée est disponible durant cette audience.  L'interprétation anglaise se trouve au canal 7 et l'interprétation française au canal 8.

LISTNUM 1 \l 117               L'audience durera une journée.  Une transcription des comparutions de la journée sera affichée sur le site internet du Conseil peu après la fin de l'audience.


LISTNUM 1 \l 118               Pendant la durée de l'audience, vous pourrez consulter les documents qui font partie du dossier public pour cette audience dans la salle d'examen qui se trouve dans la Salle Papineau située à l'extérieur de la salle d'audience, à votre droite.

LISTNUM 1 \l 119               Tel qu'indiqué dans l'Ordre du jour, le numéro de téléphone de la salle d'examen est le 819‑953‑3168.

LISTNUM 1 \l 120               Monsieur le président, nous débuterons maintenant avec la présentation de la requérante, Radio du Golfe.  Monsieur Jacques Vallée comparaît pour la requérante et il nous présentera sa collègue.  Vous disposerez ensuite de 20 minutes pour votre présentation.

LISTNUM 1 \l 121               Monsieur Vallée.

PRÉSENTATION / PRESENTATION

LISTNUM 1 \l 122               M. VALLÉE :  Merci beaucoup, madame Roy.

LISTNUM 1 \l 123               Monsieur Arpin, monsieur Katz, monsieur Morin, bonjour.  Je vous présente Françoise Martin qui est adjointe administrative.

LISTNUM 1 \l 124               Je vais prendre juste cinq secondes avant de commencer, si vous voulez bien, ce que j'ai à vous dire ce matin.


LISTNUM 1 \l 125               Voici un résumé de notre demande d'exploitation d'une entreprise de programmation de radio FM et commerciale de langue française dans le marché de Gaspé, afin de couvrir toute la RMC de la Côte de Gaspé.

LISTNUM 1 \l 126               Considérant que l'unique station du marché, CJRG, diffuse sous un format adulte contemporain et, considérant que les résidents de Gaspé désirant s'informer ou se divertir sous un autre format se voient dans l'obligation de capter les stations radiophoniques de marchés extérieurs, nous proposons d'offrir une formule : *Le succès populaire et opinion+.

LISTNUM 1 \l 127               Plusieurs aspects motivent notre volonté de s'implanter à Gaspé.  Nous estimons que la formule *Le succès populaire et opinion+ de la station proposée contribuera à la diversité de la programmation offerte à Gaspé.

LISTNUM 1 \l 128               En ce sens, nous croyons que la nouvelle station, par son ton et sa programmation, bonifiera l'offre déjà disponible en y ajoutant une voix complémentaire.

LISTNUM 1 \l 129               Le marché de la MRC Côte de Gaspé qui compte près de 18 000 habitants n'est présentement desservie qu'en partie par une seule entreprise de radiodiffusion, la station de radio communautaire CJRG‑FM.


LISTNUM 1 \l 130               Le fait que CJRG‑FM cumule les deux tiers des heures radio écoutées dans le marché de Gaspé démontre une faiblesse certaine sur le plan de l'offre radio dans ce marché.  Cette tendance illustre aussi un intérêt manifeste des résidents à l'égard de leur communauté.

LISTNUM 1 \l 131               Présentement, il y a une certaine problématique car les résidents de Murdochville, Grande‑Vallée, Petite‑Vallée et Cloridorme reçoivent le signal de notre station CJNC à Sainte‑Anne‑des‑Monts.

LISTNUM 1 \l 132               Nous savons que ces populations seront beaucoup plus attirées par Gaspé, que ce soit au point de vue politique, commercial ou économique, c'est une tendance naturelle, compte tenu qu'ils sont tous de la MRC Côte‑de‑Gaspé.

LISTNUM 1 \l 133               Avec l'acceptation du CRTC à notre demande, il serait plus logique pour nous de changer le service audio en provenance de Sainte‑Anne‑des‑Monts pour le remplacer par celui de Gaspé.  Ceci augmenterait le bassin publicitaire, considérant que nous serons la seule radio à couvrir les municipalités de Grande‑Vallée, Petite‑Vallée et Cloridorme.

LISTNUM 1 \l 134               Notre format musical proposé, *Succès populaire et opinion+, attirera assurément le groupe démographique des jeunes de 18‑34 ans.


LISTNUM 1 \l 135               Pour éclairer davantage le Conseil, nous avons fait préparer par la firme média Touché PHD une analyse potentielle d'écoute.  Nous avons été étonnés par les résultats qui démontrent que la clientèle cible des 18‑34 ans est présentement très mal desservie par la radio existante.  Selon nous, les jeunes délaissent la radio en partie parce que la radio les a trop longtemps ignorés.

LISTNUM 1 \l 136               Le rapport de Touché PHD démontre un réel besoin d'une station de radio pour un marché en pleine expansion.

LISTNUM 1 \l 137               À la suite de cette étude, nous sommes convaincus que le groupe cible des 18‑34 ans est présentement laissé pour compte.  Le format et la programmation que nous proposons s'adressent directement à cette clientèle toujours négligée dans le marché.

LISTNUM 1 \l 138               Le document conçu par Touché PHD démontre clairement que le marché de Gaspé souffre du peu d'offre radio.  Les résidents de Gaspé écoutent actuellement moins de radio que quiconque au Québec.  Avec ses 13,6 heures d'écoute hebdomadaire per capita, le marché se situe loin derrière certains marchés similaires.


LISTNUM 1 \l 139               Le retard de Gaspé s'explique justement par la faible consommation radio des 18‑34 ans, avec 9,1 heures par semaine per capita, les jeunes de Gaspé écoutent 47 pour cent moins de radio que ceux du reste de la province.

LISTNUM 1 \l 140               Considérant que la ville bénéficie d'une dizaine d'écoles en plus du Cégep de la Gaspésie qui accueille plus de 1 000 étudiants annuellement, il est crucial d'offrir aux jeunes de la région un format s'adressant directement à eux.

LISTNUM 1 \l 141               L'unique station actuelle du marché diffuse sous un format adulte contemporain.  Les résidents de Gaspé qui désirent s'informer ou se divertir sous un autre format se voient dans l'obligation de capter les stations radiophoniques des marchés extérieurs par le câble ou les canaux spécialisés.

LISTNUM 1 \l 142               En ce sens, nous croyons que la nouvelle station, par son ton et sa programmation bonifiera l'offre déjà disponible en y ajoutant une voie complémentaire.

LISTNUM 1 \l 143               Les trois quarts de la clientèle de CJRG sont âgés de 45 ans et plus.  Les auditeurs de 18‑34 ans sont présentement très mal desservis et c'est précisément cette clientèle que nous voulons récupérer, sans bouleverser la station déjà existante.


LISTNUM 1 \l 144               Selon le scénario réaliste, nous estimons que la nouvelle station de radio de Gaspé atteindra le cap des 60 000 heures d'écoute ou 23 pour cent des parts de marché une fois à maturité.

LISTNUM 1 \l 145               Le nombre peu élevé de stations existantes dans le marché milite en faveur d'une évolution rapide de CJBM.  La première année sera consacrée à la mise en marché de la station et au développement de sa notoriété chez les jeunes des 18‑34 ans.

LISTNUM 1 \l 146               On prévoit un certain ajustement de l'écoute radio chez les jeunes au cours de la deuxième année, ajustement de courte durée puisque CJBM constituera la seule station locale à développer un produit qui leur est directement destiné puisque l'écoute de la nouvelle station proviendrait principalement de nouvelles heures générées par CJBM et des stations de l'extérieur du marché.

LISTNUM 1 \l 147               Nous estimons que la nouvelle station CJBM atteindra sa maturité dans sa troisième année d'existence.   Les deux stations que nous possédons génèrent amplement de profit pour supporter la nouvelle station CJBM de Gaspé.

LISTNUM 1 \l 148               Nous aimerions rappeler au Conseil


que lors de la demande du 20 décembre 2006 de Radio Rimouski, le CRTC a donné dans sa décision une juste analyse de la radio communautaire de Rimouski, et je cite :

*Le Conseil n'est toutefois pas convaincu que la nouvelle station aura une incidence indue sur la station communautaire CKMN‑FM puisque les revenus publicitaires des stations de radio communautaire et les stations de radio commerciale proviennent généralement de sources différentes.+

LISTNUM 1 \l 149               Le Conseil ajoute que:

*Les radios communautaires ont également accès à d'autres sources de revenus, tels que les bingos, la contribution des membres et les dons qui ne sont pas accessibles aux radios commerciales.+

LISTNUM 1 \l 150               Je vous rappelle que monsieur Chartier a rendu public un portrait de la radiophonie communautaire du Québec citée dans notre demande sur le portrait démographie et économie de la Gaspésie produit par la firme Touché PHD.  Je cite :


*CJRG a connu une période difficile.  Les administrateurs ont été très prudents, ce qui a permis à CJRG d'accumuler une certaine réserve.+

LISTNUM 1 \l 151               Nous demandons donc au Conseil de nous donner les mêmes droits que la radio privée de Rimouski afin que notre entreprise obtienne toute la latitude nécessaire pour poursuivre le développement radiophonique de l'Est du Québec.

LISTNUM 1 \l 152               Nouveau service de l'information.  Avec l'implantation de CJBM Gaspé, nous misons sur un nouveau réseau d'information couvrant l'ensemble de la Gaspésie.  En fusionnant nos trois stations : CJNC, CFMV et CJBM nous venons de créer le seul réseau de l'information de l'Est du Québec qui profitera d'un journaliste dans chacune des stations : CJNC à Sainte‑Anne‑des‑Monts, CFMV à Chandler et CJBM à Gaspé.

LISTNUM 1 \l 153               Ces journalistes à temps plein seront appuyés sur l'ensemble du territoire par des pigistes à Port‑Daniel, Percé, Rivière‑au‑Renad, Murdochville et Grande‑Vallée.  Cette panoplie de collaborateurs est assistée par un lecteur de nouvelles qui livre l'information dans chacune de nos stations.


LISTNUM 1 \l 154               Grâce à ce réseau, nous diffuserons nos propres nouvelles locales, régionales, provinciales, nationales et internationales.

LISTNUM 1 \l 155               Advenant une réponse favorable du CRTC, nous diffuserons 24 heures sur 24 afin de diffuser les résultats sportifs de la soirée et nous aurons également de l'animation en direct de minuit à six heures du matin.  Nous serons la seule station de l'Est du Québec à être en onde 24 heures sur 24, ce qui est un très grand avantage pour les auditoires d'avoir une présence permanente.

LISTNUM 1 \l 156               Nous serons en étroit contact avec les activités qui se dérouleront en soirée et nous serons la seule station à diffuser en soirée et durant la nuit l'état des routes, la météo, les messages importants tout en accompagnant les travailleurs de soirée et de nuit de tout l'Est du Québec.

LISTNUM 1 \l 157               Nous en sommes à développer une radio avec le meilleur produit qui soit.  Nous nous adaptons présentement à une nouvelle technologie qui révolutionnera le monde de la radio.


LISTNUM 1 \l 158               Nous opérons présentement deux stations de radio avec neuf antennes de diffusion et nous réinvestissons continuellement nos profits dans le développement.  Selon nous, il est inadmissible qu'une communauté ne puisse avoir droit à un service radiophonique reflétant la réalité de la société d'aujourd'hui.

LISTNUM 1 \l 159               De son côté, n'ayant que quatre pour cent des parts de marché, la répétitrice de CHNC à Gaspé ne rejoint plus depuis longtemps la clientèle que nous voulons desservir.  La station CHNC située à plus de trois heures de route de Gaspé ne fait que rediffuser intégralement le signal venant de New Carlisle avec deux journalistes positionnés à Percé, à une heure de route de Gaspé.

LISTNUM 1 \l 160               Nous estimons que la fermeture de la station CHGN‑AM à Gaspé en faveur d'une répétitrice de faible puissance basée seulement au centre‑ville de Gaspé, CHNC abandonne une fois de plus son marché en ne couvrant plus les secteurs de Cloridorme, Grande‑Vallée, Petite‑Vallée et Murdochville, ce qui laisse encore une fois toute la place, étant la station à couvrir dans son entier la MRC Côte‑de‑Gaspé.


LISTNUM 1 \l 161               De plus, nous nous engageons à déménager à Gaspé afin d'administrer la station pour qu'elle soit à l'image de notre organisation.  Présentement, nous avons une gérance à Sainte‑Anne‑des‑Monts et nous envisageons une gérance à la station de Chandler avec le directeur des programmes Jean‑François Proulx qui travaille depuis plus de quatre ans pour  notre organisation.  En demeurant à Gaspé, nous serons mieux positionnés régionalement afin de superviser les trois stations.


LISTNUM 1 \l 162               En considérant que CJRG est une entreprise communautaire sans but lucratif qui présente des surplus budgétaires et qu'elle a accès à des subventions gouvernementales; que CHNC abandonne le marché de la MRC Côte‑de‑Gaspé en fermant sa répétitrice CHGM, le signal ne couvrant plus Murdochville, Grande‑Vallée, Petite‑Vallée et Cloridorme avec, bien entendu, l'accord du Conseil, nous serions la seule radio à couvrir dans sa totalité la MRC de la Côte‑de‑Gaspé; que nous serions les seuls à diffuser l'information à toute la MRC Côte‑de‑Gaspé avec notre journaliste à Gaspé et nos pigistes à Rivière‑au‑Renard, Murdochville et Grande‑Vallée; que nous serions avec le service d'information de Gaspé le seul réseau d'information couvrant toute la Gaspésie, avec des journalistes basés à Sainte‑Anne‑des‑Monts, Chandler ainsi que des pigistes couvrant Percé et Port‑Daniel; que nous sommes à réinventer la radio avec une nouvelle technologie afin que les auditeurs puissent avoir le meilleur produit et qu'avec cette nouvelle technique il nous sera possible de contrer la radio XN ainsi que les canaux spécialisés, nous demandons au Conseil de faire confiance à nos 30 ans d'expérience en radio afin de relancer le média dans un marché qui a trop longtemps été mal desservi, d'autant plus que nous avons toujours très bien collaboré face aux exigences du Conseil.

LISTNUM 1 \l 163               Nous rappelons au Conseil que nous sommes la seule radio privée en Gaspésie et nous croyons fermement que nous sommes en droit de développer notre entreprise au même titre que n'importe quelle entreprise privée canadienne.

LISTNUM 1 \l 164               Vous trouverez en annexe des cartes de rayonnement, cartes de réalisation et nos prévisions et projets dans sa totalité.  Je vous invite à regarder notre carte.

LISTNUM 1 \l 165               À la première carte, vous retrouverez la couverture de la MRC du Rocher Percé qui entrera en opération le 18 décembre prochain.


LISTNUM 1 \l 166               À la deuxième page, vous avez ce qu'on a ouvert depuis 1974 et, avec le temps, couvert la MRC de la Haute‑Gaspésie qui s'étend de Les Méchins jusqu'à Grande‑Vallée.  C'est ce que la MRC de la Haute‑Gaspésie avec notre antenne à Sainte‑Anne‑des‑Monts, nous avons des répétitrices à Les Méchins, Marsoui, Mont‑Louis, Murdochville, Gros‑Morne, Grande‑Vallée et Cloridorme afin de couvrir cette partie du territoire.

LISTNUM 1 \l 167               Vous retrouvez dans la troisième carte la demande de Gaspé avec CJBM.

LISTNUM 1 \l 168               Dans la quatrième carte, vous avez la demande de Rivière‑au‑Renard.

LISTNUM 1 \l 169               Sur la cinquième carte, vous avez la réalisation de CJBM en contournant les antennes de Grande‑Vallée, Murdochville et Cloridorme pour qu'ils puissent capter le signal de Gaspé, avec des pigistes à Grande‑Vallée, Rivière‑au‑Renard, Murdochville et un journaliste à Gaspé, ce qui va nous donner cette couverture du territoire.

LISTNUM 1 \l 170               Comme cinquième carte, vous avez le réseau de CJMC, CFMV, et CJBM, ce qui est notre organisation future pour... avec des journalistes à CJMC, CJBM et CFMV.

LISTNUM 1 \l 171               Et vous avez, à la dernière page, la présentation de CHNC Gaspé, au centre‑ville de Gaspé.

LISTNUM 1 \l 172               Oui, Monsieur?

LISTNUM 1 \l 173               LE PRÉSIDENT:  Vous avez complété votre présentation?

LISTNUM 1 \l 174               M. VALLÉE:  Oui.  Merci mesdames et messieurs les commissaire de m'avoir écouté ma demande au Conseil.


LISTNUM 1 \l 175               LE PRÉSIDENT: Parfait.  Je vais demander, maintenant, à mon collègue, monsieur Morin, de vous poser les premières questions.

LISTNUM 1 \l 176               M. VALLÉE:  Merci.

LISTNUM 1 \l 177               CONSEILLER MORIN:  Bonjour.

LISTNUM 1 \l 178               M. VALLÉE:  Bonjour, Monsieur Morin.

LISTNUM 1 \l 179               CONSEILLER MORIN:  Vous voulez vous attaquer au marché, disons, des plus jeunes et une des propositions que vous mettez de l'avant, c'est de favoriser les artistes émergeants.  Et vous placez la barre à 45 pour‑cent.  Quarante‑cinq pour‑cent, donc, de votre temps d'antenne, qui serait consacré aux artistes émergeants.

LISTNUM 1 \l 180               Est‑ce que vous avez d'autres exemples de radios qui auraient été aussi ambitieux, disons, dans leur proposition?

LISTNUM 1 \l 181               M. VALLÉE:  Présentement, à...  Parce que la demande que vous... a été faite par notre directeur musical Jean‑François Proulx, qui est très attentif à tout ce qui vient des nouveaux talents canadiens.

LISTNUM 1 \l 182               Et présentement, à Chandler, je lui avais demandé de sortir un rapport comme ça et nous nous alignons dans ce pourcentage.  Avec tous les nouveaux artistes émergeants, on a un suivi constant.


LISTNUM 1 \l 183               CONSEILLER MORIN:  Donc, vous pensiez que vous auriez (pardon!)...  Donc vous pensiez que vous auriez le bassin nécessaire, au niveau des artistes émergeants?

LISTNUM 1 \l 184               M. VALLÉE:  Excusez‑moi, j'ai 45 pour‑cent sur l'échelle canadienne.  Tous les autres...

LISTNUM 1 \l 185               CONSEILLER MORIN:  Oui, oui, bien sûr.  Oui, oui.

LISTNUM 1 \l 186               M. VALLÉE:  Oui, oui, oui.  D'accord.

LISTNUM 1 \l 187               CONSEILLER MORIN:  Oui, oui.  Absolument.

LISTNUM 1 \l 188               M. VALLÉE:  Oui.

LISTNUM 1 \l 189               CONSEILLER MORIN:  De langue française et de langue anglaise?

LISTNUM 1 \l 190               M. VALLÉE:  Oui... oui.

LISTNUM 1 \l 191               CONSEILLER MORIN:  Est‑ce que ‑‑

LISTNUM 1 \l 192               M. VALLÉE:  Concernant...  Je veux dire, c'est qu'il y a beaucoup de gens qui composent et qui rentrent dans le marché habituellement, et puis, on...  je crois qu'on est une station qui rediffuse... qui diffuse continuellement.

LISTNUM 1 \l 193               CONSEILLER MORIN:  Mais ma question était :  Est‑ce qu'il y a d'autres stations, à votre connaissance, qui ont été aussi ambitieux?

LISTNUM 1 \l 194               M. VALLÉE:  Non...  Non, je ne crois pas.


LISTNUM 1 \l 195               CONSEILLER MORIN:  Non?  Et 45 pour‑cent, vous n'avez pas de noms à  nous donner, là, d'artistes émergeants?  Je regarde un peu... les artistes ‑‑

LISTNUM 1 \l 196               M. VALLÉE:  On n'avait produit une liste d'artistes émergeants, je crois?

LISTNUM 1 \l 197               CONSEILLER MORIN:  Oui.  Mais ça comprenait combien de noms?

LISTNUM 1 \l 198               M. VALLÉE: Je ne peux pas vous dire.  Malheureusement ‑‑

LISTNUM 1 \l 199               CONSEILLER MORIN:  Il me semble que ce n'est pas énorme, pour une programmation aussi importante et aussi favorable aux artistes émergeants.

LISTNUM 1 \l 1100              M. VALLÉE: Malheureusement, je n'ai pas le rapport sous la main.  C'est un rapport que j'avais demandé au directeur musical.

LISTNUM 1 \l 1101              CONSEILLER MORIN:  Qui n'est pas ici?

LISTNUM 1 \l 1102              M. VALLÉE:  Non.  Malheureusement, il n'est pas ici, non.


LISTNUM 1 \l 1103              CONSEILLER MORIN:  Vous affirmez dans...  Vous affirmez, dans le cadre de vos scénarios, que votre arrivée sur le marché va provoquer une hausse de 20 pour‑cent de l'écoute dans la région.  Et vous avez...  Dans votre présentation orale, vous avez démontré que finalement, la radio était laissée pour compte pour, notamment, au niveau de la population des 18 à 34 ans.

LISTNUM 1 \l 1104              Autrement dit, vous estimez que l'écoute moyenne va passer de 13.6 heures à 16.3 heures.  C'est une augmentation substantielle.  Comment vous expliquez que votre arrivée pourrait provoquer une hausse aussi substantielle de l'écoute dans la région?

LISTNUM 1 \l 1105              M. VALLÉE:  Suite à une analyse qu'on a fait faire, on arrive avec 75 pour‑cent de la clientèle qui...  Soixante‑quinze pour‑cent de la clientèle n'écoute pas CJRG, dans la clientèle cible qu'on a.

LISTNUM 1 \l 1106              On va aller récupérer des...  comme on disait, le marché dans des stations où les gens écoutent beaucoup de stations de l'extérieur.  On va aller chercher du Radio‑Canada et c'est ça, les marchés qui sont pour les jeunes.

LISTNUM 1 \l 1107              CONSEILLER MORIN:  Et en misant sur la...  Est‑ce que vous avez beaucoup de...?

LISTNUM 1 \l 1108              Je n'ai pas une très longue expérience au CRTC, mais ce que j'ai vu dans plusieurs applications jusqu'ici, c'est que généralement, on fait une enquête au niveau de la population cible, pour savoir un peu les goûts de la population, etc., sa capacité d'accueil pour différents formats musicaux.


LISTNUM 1 \l 1109              Est‑ce que vous avez fait ce genre d'enquête?  Est‑ce que vous avez sondé la population que vous voulez ‑‑

LISTNUM 1 \l 1110              M. VALLÉE:  Non, mais juste par écoute.  Juste avec l'écoute des deux stations que nous avons et la station que nous diffusons à Chandler avec le style de musique qu'on a, moi je considère qu'on a notre place à Gaspé, si je considère les autres stations qui sont là.  Juste par mon écoute et ma ‑‑

LISTNUM 1 \l 1111              CONSEILLER MORIN:  Mais cete...  Mais plus précisément, cette formule d'artiste émergeant, par exemple, est‑ce que vous avez tenté de la tester au niveau d'un sondage au niveau de la population?

LISTNUM 1 \l 1112              M. VALLÉE:  Mais c'est ce qu'on fait présentement à Chandler.  On a beaucoup d'artistes émergeants, beaucoup de gens qui commencent dans le métier.  On les lance, comprenez‑vous?

LISTNUM 1 \l 1113              CONSEILLER MORIN:  Quelle est la proportion à Chandler, d'artistes émergeants?

LISTNUM 1 \l 1114              M. VALLÉE:  Peut‑être 30 pour‑cent.

LISTNUM 1 \l 1115              CONSEILLER MORIN:  Trente pour‑cent?

LISTNUM 1 \l 1116              M. VALLÉE:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1117              CONSEILLER MORIN:  Mais en ce qui concerne le marché que vous convoitez, ça n'a pas été quelque chose que vous avez trouvé le ‑‑


LISTNUM 1 \l 1118              M. VALLÉE:  Non, ce n'est pas quelque chose ‑‑

LISTNUM 1 \l 1119              CONSEILLER MORIN:  Vous savez qu'aujourd'hui l'internet est très important...  Je pense que vous avez innové, d'une certaine manière...  Est‑ce que c'est à cela que vous faites référence quand vous dites, dans votre présentation orale, que nous sommes à réinventer la radio avec une nouvelle technologie?

LISTNUM 1 \l 1120              M. VALLÉE:  Oui.  On dit qu'internet s'en vient avec une...  Quand on regarde les rapports internet, on a...  Nous autres, on a doublé, depuis deux mois, avec notre nouvelle technologie, avec notre nouvelle procédure.

LISTNUM 1 \l 1121              Internet est parti de 1 100, on est rendu à 2 400 personnes, par mois qui écoutent.  C'est plus que marginal, il y a à peu près 100, 150 personnes, 200 personnes qui écoutent par jour.

LISTNUM 1 \l 1122              Ce que j'en viens, à ça, c'est qu'avec les expériences qu'on a eues avec les animateurs qui sont passés, on peut développer maintenant, avec l'internet, justement, une radio presque en direct, avec une qualité d'animateurs qui... pour faire une émission qui est vraiment * écoutable +.  Ce qui veut dire ‑‑


LISTNUM 1 \l 1123              CONSEILLER MORIN:  Vous parlez d'animateurs de la région ou à l'extérieur de la région?

LISTNUM 1 \l 1124              M. VALLÉE:  Oui, relativement ‑‑  On peut avoir des animateurs de la région.  Également, il peut y avoir des émissions avec des gens de l'extérieur de la région qui sont en direct.

LISTNUM 1 \l 1125              Soit, on prend le procédé comme Comrex ou, par le temps qu'on peut en arriver avec une radio en direct avec internet, même avec un animateur de l'extérieur, pour avoir un produit qui est adapté aux besoins d'aujourd'hui.

LISTNUM 1 \l 1126              CONSEILLER MORIN:  Mais le développement de la technologie internet, pour vous, ça veut dire quoi?  Est‑ce que c'est d'importer des gens de l'extérieur, des présentateurs de l'extérieur, des animateurs de l'extérieur ou si c'est pour travailler avec la population de chez vous?

LISTNUM 1 \l 1127              M. VALLÉE:  Oui.  Vous savez...  C'est sûr que c'est pour travailler avec la population, autant chez nous...  On a l'opportunité, maintenant, d'avoir un outil qui peut faire travailler...


LISTNUM 1 \l 1128              Vous savez, avec le temps, il y a des réseaux où on va laisser tomber beaucoup de ces animateurs qui ont beaucoup d'expérience et qui (comment tu leur donnerais 1 000 $ par semaine), ne pourraient pas venir travailler en région parce qu'ils ont monté leur travail chez eux et puis ils ont leur famille et tout ça.

LISTNUM 1 \l 1129              Ça fait que maintenant, depuis deux mois, j'ai développé une nouvelle technologie qui peut...  On peut aller chercher des animateurs d'expérience en faisant du direct, une partie de la journée.  Je ne dis pas à tous les jours, mais dans les créneaux les plus importants.

LISTNUM 1 \l 1130              On peut avoir les demandes spéciales, les gens, les entrevues, tout se fait en direct, mais avec des gens d'expérience, pour ne pas avoir des...  Il y a des émissions qui peuvent commencer avec des animateurs pour la relève et tout ça, mais dans les créneaux les plus importants, on se doit d'avoir un animateur d'expérience pour tenir notre clientèle.

LISTNUM 1 \l 1131              Les radios s'en viennent avec les radios XM et les radios satellites.  Avec internet, on se doit de garder notre marché tout en  restant local, mais avec des animateurs qui sont d'expérience, qu'on ne pourrait pas avoir dans ce cas‑là.


LISTNUM 1 \l 1132              CONSEILLER MORIN:  Pour l'instant, est‑ce que vos animateurs d'expérience, c'est la majorité de vos animateurs qui sont à l'extérieur de la région?

LISTNUM 1 \l 1133              M. VALLÉE:  Non.  Non, non.  Non, non, non.

LISTNUM 1 \l 1134              CONSEILLER MORIN:  Est‑ce que vous pourriez me faire le portrait d'une journée à Chandler, par exemple?

LISTNUM 1 \l 1135              M. VALLÉE:  On a présentement un animateur qui est de l'extérieur, qui fait l'émission du matin en direct.  Nous avons Caroline Cyr, qui est à Chandler, et qui fait son émission de dix heures.  L'émission est transférée de dix heures à midi.  Elle est transférée à dix heures moins dix, à peu près.

LISTNUM 1 \l 1136              CONSEILLER MORIN:  Elle, elle est de Québec, je pense?

LISTNUM 1 \l 1137              M. VALLÉE:  Elle est à Québec, oui.

LISTNUM 1 \l 1138              CONSEILLER MORIN:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1139              M. VALLÉE:  Mais c'est une fille qui vient de déménager à Québec.  Elle était à Chandler, avant.

LISTNUM 1 \l 1140              En après‑midi, on a Jean‑François Proulx toute la journée, jusqu'à quatre heures.  Et il y a Bob Péloquin qui ‑‑

LISTNUM 1 \l 1141              CONSEILLER MORIN:  Qui lui, est de la région?


LISTNUM 1 \l 1142              M. VALLÉE:  Oui.  Il est de la région, oui...  Oui.

LISTNUM 1 \l 1143              CONSEILLER MORIN:  Et après cela?

LISTNUM 1 \l 1144              M. VALLÉE:  Et j'avais Bob Péloquin qui est sur * le retour +.

LISTNUM 1 \l 1145              CONSEILLER MORIN:  Qui lui, est de Sherbrooke?

LISTNUM 1 \l 1146              M. VALLÉE:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1147              CONSEILLER MORIN:  Donc, ça fait trois sur quatre qui sont de l'extérieur?

LISTNUM 1 \l 1148              M. VALLÉE:  Oui.  Moi, je me dis que, si on veut offrir un produit de qualité, même les ventes ne sont...  On ne s'en est pas ressenti...  Vous savez?  Même les ventes ont continué à augmenter quand même.

LISTNUM 1 \l 1149              On a changé notre clientèle, la clientèle continue à nous écouter quand même, puis on a une nouvelle clientèle.  Si on dit qu'internet, même, a plus que doublé depuis deux mois avec cette nouvelle technologie, c'est parce qu'on met les personnes ressource.

LISTNUM 1 \l 1150              CONSEILLER MORIN: Et les gens apprécient que...?

LISTNUM 1 \l 1151              M. VALLÉE: Oui.  Oui, puis...

LISTNUM 1 \l 1152              CONSEILLER MORIN:  Et les annonceurs...?


LISTNUM 1 \l 1153              M. VALLÉE:  ... il est comme en direct, c'est un...  On peut se payer un gars de 15 ans d'expérience, qui a été (comme on peut dire) * tassé + par les grands réseaux.  Ces gars‑là sont disponibles, sur le marché.  Il ne peuvent pas déménager en région, mais avec notre nouvelle technologie, on parle à quelqu'un en direct le matin.

LISTNUM 1 \l 1154              Les voux de bonne fête, les nouvelles, les informations locales, tout est là.  Il s'agit juste d'avoir une collaboration avec le studio.  Les menus du jour... tout se fait.

LISTNUM 1 \l 1155              On a les demandes spéciales le matin, je peux vous expliquer un peu la technologie, mais c'est que les lignes sont transférées chez eux et ça sonne directement chez eux.  Lui, il le prend, il fait son enregistrement, et jamais...  Dans le temps que la pièce tourne, l'enregistrement est fait et tout de suite après, c'est rediffusé.

LISTNUM 1 \l 1156              CONSEILLER MORIN:  Hm‑hmm. Et la réaction de votre public est favorable?

LISTNUM 1 \l 1157              M. VALLÉE:  Oh!  Ils sont enchantés, oui.  C'est sûr qu'on avait un animateur, voilà deux mois, qui était de l'école de Québec, qui était l'image de monsieur Filion...

LISTNUM 1 \l 1158              CONSEILLER MORIN:  Mm‑hmm.


LISTNUM 1 \l 1159              M. VALLÉE: ... qui attirait beaucoup.  Alors en pleine émission, ce monsieur‑là nous a... s'est en allé.  Il a décidé, tu sais :  * choqué +.  Ça fait qu'il s'est en allé.  Il nous a laissé en plan avec une émission complète qu'il a fallu reproduire.

LISTNUM 1 \l 1160              Et on a engagé une personne sortant de l'école qui a encore * le même style que + et on a perdu deux semaines de notre temps avec un jeune étudiant qui n'avait pas la touche.  Tu sais, des fois on pense de... on étudie * à la Filion +, mais on arrive sur les marchés de la radio, puis on s'aperçoit que ce n'est pas cela du tout.

LISTNUM 1 \l 1161              Ça fait qu'on a pris...  Là, j'ai eu l'idée de prendre l'animateur, qui était Martin Bossé, l'après‑midi.  Il a dit :  * Je peux te faire du direct +.  Ça fait qu'on a fait une nouvelle...  C'est ça qu'on développe, là.  La nouvelle technologie de pouvoir aller chercher...

LISTNUM 1 \l 1162              Parce que lui, il s'est fait * tasser + par les réseaux...  Alors, le pouvoir d'aller chercher ces personnes‑là, puis faire du direct avec.


LISTNUM 1 \l 1163              On pourrait faire la même chose la nuit, à Gaspé, avec quelqu'un sur place.  On rediffuse, c'est‑à‑dire on transfère nos lignes de Sainte‑Anne‑des‑Monts et Chandler, afin de faire le réseau au complet et une personne de Gaspé pourrait animer dans les trois stations.  Mais...

LISTNUM 1 \l 1164              Oui, Monsieur?

LISTNUM 1 \l 1165              CONSEILLER MORIN:  La nuit, c'est important, mais ‑‑

LISTNUM 1 \l 1166              M. VALLÉE:  Oui... oui... oui.

LISTNUM 1 \l 1167              CONSEILLER MORIN:  Mais s'il arrive un gros événement, là, je ne sais pas, un accident quelconque, important pour la population, comment ‑‑

LISTNUM 1 \l 1168              M. VALLÉE:  Tout est prévu.  On a présentement quelqu'un à partir de 18 heures qui donne les résultats, justement, de trois ligues de hockey en direct.  De Rivière‑du‑Loup, tout le tour de la péninsule, nous avons trois ligues de hockey et ces résultats‑là sont donnés aux 15 minutes dans les deux stations de radio qu'on a.

LISTNUM 1 \l 1169              Cette personne‑là, on a envoyé un fax à la Sûreté du Québec, dans les hôpitaux et aux municipalités pour dire qu'à compter de 18 heures le soir, vous appelez à ce numéro‑là et automatiquement...

LISTNUM 1 \l 1170              Ça se fait automatique, on l'a fait, l'expérience.  Une route que...  L'autre fois on a traversé, la semaine passée, le parc de la Gaspésie était fermé.  On a téléphoné :  dix minutes après, c'était dans les deux stations.


LISTNUM 1 \l 1171              Alors, la personne, la nuit, de minuit à six heures du matin, qui sera basée possiblement à Gaspé, pourra animer dans les trois stations, pour faire du direct.  Les lignes seront transférées à Gaspé et la personne, s'il y a un bris ou quoi que ce soit à Sainte‑Anne‑des‑Monts ou à Chandler ou à Gaspé, bien les lignes sont transférées là et automatiquement ils en parlent.  Tout l'Est du Québec, peut avoir le suivi.

LISTNUM 1 \l 1172              CONSEILLER MORIN:  Donc, vous voulez faire un effort de cueillette sans précédent, dans la mesure où vous dites que vous serez le seul à être en opération 24 heures sur 24.  C'est bien ça?

LISTNUM 1 \l 1173              M. VALLÉE:  Oui...  Oui... oui, oui.  Bien, il y a peu de radios qui font 24 heures sur 24, je crois de Québec ‑‑

LISTNUM 1 \l 1174              CONSEILLER MORIN:  Dans votre région, il n'y en a pas?

LISTNUM 1 \l 1175              M. VALLÉE :  Non, non, non.  De Québec en ascendant, je ne crois pas qu'il y ait des...  Il y a des réseaux qui rediffusent un signal, mais des animateurs sur place?  Non, on n'a pas d'animateur sur place.


LISTNUM 1 \l 1176              CONSEILLER MORIN:  Alors, c'est paradoxal :  La nuit, pour des raisons d'urgence et tout ça, vous seriez desservis...?

LISTNUM 1 \l 1177              M. VALLÉE:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1178              CONSEILLER MORIN:  Localement?

LISTNUM 1 \l 1179              M. VALLÉE:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1180              CONSEILLER MORIN:  Au niveau du réseau d'information que vous voulez mettre sur pied?

LISTNUM 1 \l 1181              M. VALLÉE: Oui.

LISTNUM 1 \l 1182              CONSEILLER MORIN : Vous dites trois journalistes, si j'ai bien entendu?

LISTNUM 1 \l 1183              M. VALLÉE:  Oui...  oui.  Trois journalistes dans chacune des stations.  Pour la station de Chandler, qui va ouvrir le 18, on aura un pigiste à Percé et à Port‑Daniel comme dans la demande qu'on a eue, qu'on a été accordés l'année passée.

LISTNUM 1 \l 1184              Et également, on aura un pigiste à Rivière‑au‑Renard, à Grande‑Vallée et à Murdochville, avec un journaliste à Gaspé et un lecteur de nouvelles, qui fait la lecture des nouvelles dans toutes les stations.

LISTNUM 1 \l 1185              CONSEILLER MORIN:  Ça se trouve, des pigistes, à Grande‑Vallée?

LISTNUM 1 \l 1186              M. VALLÉE:  Oui, facilement.  Mais oui.

LISTNUM 1 \l 1187              CONSEILLER MORIN:  Oui?


LISTNUM 1 \l 1188              M. VALLÉE:  Oui.  Un pigiste...  Moi, je vois un pigiste, c'est quelqu'un... on en a aux sports.  C'est le gars qui sait tout dans la région, dans sa municipalité, une personne retraitée qui est là puis qui assiste à toutes les parties de hockey, qui assiste aux réunions de la ville.

LISTNUM 1 \l 1189              C'est facile à trouver, là.  Il y a toujours quelqu'un qui...  On lui donne un * jacket + de la station puis on le paie à la pige, puis c'est facile.

LISTNUM 1 \l 1190              CONSEILLER MORIN:  Et vous avez testé ça sur le terrain?  Vous avez des noms, et cetera?

LISTNUM 1 \l 1191              M. VALLÉE:  Oui, oui, c'est facile, ça.  Oui, c'est facile, ça.  On l'a déjà fait de toute façon.  On en a déjà.

LISTNUM 1 \l 1192              CONSEILLER MORIN:  Justement, en ce qui concerne l'information, vous annoncez six heures par semaine, hein?  Est‑ce que c'est de l'information pure, ça?  Des nouvelles pures ou si c'est des renseignements d'appoint, sur la météo, le sport, la circulation?

LISTNUM 1 \l 1193              M. VALLÉE: Non, non, non.  Non, à la radio, on reçoit beaucoup de communiqués différents.

LISTNUM 1 \l 1194              Moi, la radio, de puis nombre d'années, je dis aux journalistes :  * A moins d'avis contraire, que c'est important, très important. +


LISTNUM 1 \l 1195              Puis il faut dire... pour avoir une visibilité, parce que les maires des municipalités aiment bien avoir la radio locale de temps à autre.  Les régions sont grandes, si on prend une MRC au complet, alors, le jeune journaliste qui arrive veut couvrir tout le territoire.

LISTNUM 1 \l 1196              C'est impensable de prendre huit heures dans une journée ou quatre heures dans une journée pour aller faire une nouvelle de la MRC à l'autre bout du territoire.

LISTNUM 1 \l 1197              Alors, qu'est‑ce qu'il arrive, c'est que comme les journalistes qui vont dans, d'autres régions, le téléphone est là, puis il suit la nouvelle.  Après avoir lu le communiqué, il a le suivi de la nouvelle et il y a le reportage en ondes.

LISTNUM 1 \l 1198              Mais nos journalistes ne parcourent pas...  Sauf à Chandler, oui, on a une personne sur place qui fait la scène judiciaire et tout ça.

LISTNUM 1 \l 1199              CONSEILLER MORIN:  Mais ces six heures‑là...?

LISTNUM 1 \l 1200              M. VALLÉE:  Oui?

LISTNUM 1 \l 1201              CONSEILLER MORIN:  Elles seraient fabriquées par vos journalistes?

LISTNUM 1 \l 1202              M. VALLÉE:  Oui.


LISTNUM 1 \l 1203              CONSEILLER MORIN:  Puis ce serait vraiment de la nouvelle pure?

LISTNUM 1 \l 1204              M. VALLÉE:  Oui, de tout l'Est du Québec.

LISTNUM 1 \l 1205              CONSEILLER MORIN:  De la nouvelle...  Oui?

LISTNUM 1 \l 1206              M. VALLÉE:  Oui... oui.

LISTNUM 1 \l 1207              CONSEILLER MORIN:  Pas de météo, pas de sports...?

LISTNUM 1 \l 1208              M. VALLÉE:  Bien, il va y en avoir aussi.

LISTNUM 1 \l 1209              CONSEILLER MORIN:  Pardon?

LISTNUM 1 \l 1210              M. VALLÉE:  Il va y en avoir aussi, c'est sûr.

LISTNUM 1 \l 1211              CONSEILLER MORIN:  Mais dans les six heures?  Dans les six heures?

LISTNUM 1 \l 1212              M. VALLÉE:  Bien, on va les inclure dans les six heures, si vous voulez.

LISTNUM 1 \l 1213              CONSEILLER MORIN:  Il y aurait la météo?

LISTNUM 1 \l 1214              M. VALLÉE:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1215              CONSEILLER MORIN:  Alors, si on enlève la météo, on est à combien?  Si on enlève le sport, on est à combien... du six heures dont vous parlez?


LISTNUM 1 \l 1216              M. VALLÉE:  Cinq heures...  On est à cinq heures, à peu près.

LISTNUM 1 \l 1217              CONSEILLER MORIN:  Cinq heures, ça ‑‑

LISTNUM 1 \l 1218              M. VALLÉE:  A peu près, parce que si vous considérez qu'on a un bulletin de sports le matin, l'après‑midi, on a tous les résultats sportifs en soirée également.

LISTNUM 1 \l 1219              CONSEILLER MORIN:  Alors, ça serait peut‑être plus bas que ça, en termes de nouvelles sur les conseil municipaux...

LISTNUM 1 \l 1220              M. VALLÉE:  Je ne crois pas. Je ne crois pas parce que l'information qu'on donne...  On suit, à l'heure actuelle toute l'information sur tous les marchés, dans différents...  Là, on a le marché de Chandler seulement.  C'est garanti que le journaliste, il va couvrir juste Chandler.

LISTNUM 1 \l 1221              Il n'est...  Parce que le style de radio que je fais, ce n'est pas de la radio où est‑ce qu'il se passe une nouvelle à Bonaventure ou à Gaspé...  Je me dis qu'on doit s'intéresser aux gens de Chandler, présentement.  Alors, les bulletins d'information sont peut‑être plus court à Chandler, ils ont moins... c'est‑à‑dire pas * plus court +, mais moins... positionnés à moins de municipalités.  Ils vont couvrir de Percé jusqu'aux abords de Chandler du côté Est à Newport.


LISTNUM 1 \l 1222              Tandis que le journaliste du côté Nord de la péninsule, lui, fait la MRC au complet et également l'extrême Est de l'autre MRC ou de Gaspé.

LISTNUM 1 \l 1223              CONSEILLER MORIN:  Donc, en termes de plage dédiée uniquement à l'information, hormis les sports et hormis la météo, on parle de quels chiffres pour un réseau, pour le premier réseau d'information de la Gaspésie avec trois journalistes permanents et...

LISTNUM 1 \l 1224              M. VALLÉE:  C'est cinq heures.

LISTNUM 1 \l 1225              CONSEILLER MORIN:  Pardon?

LISTNUM 1 \l 1226              M. VALLÉE:  Cinq heures.

LISTNUM 1 \l 1227              CONSEILLER MORIN:  Cinq heures?

LISTNUM 1 \l 1228              M. VALLÉE:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1229              CONSEILLER MORIN:  D'informations?

LISTNUM 1 \l 1230              M. VALLÉE: Oui.

LISTNUM 1 \l 1231              CONSEILLER MORIN:  Donc, s'il y avait un accident majeur ‑‑

LISTNUM 1 \l 1232              M. VALLÉE:  Facilement.

LISTNUM 1 \l 1233              CONSEILLER MORIN:  ... on a l'assurance, la nuit en particulier...


LISTNUM 1 \l 1234              M. VALLÉE:   Oui...  Jour et nuit. Dans toutes nos stations et jour et nuit, parce que la station qui est en opération, ou la personne qui donne les sports, son numéro est à la Sûreté du Québec, comme je vous disais, à la Ville, dans les hôpitaux, pour les urgences.

LISTNUM 1 \l 1235              Puis c'est cette technologie‑là qu'avec le temps, qu'on va faire une radio qui est * écoutable +.  Moi, une radio avec des hésitations et des * Euh + et des... j'ai bien de la misère avec ça.  Moi, je veux avoir un professionnel, puis les professionnels, ils sont très durs à venir travailler en région.

LISTNUM 1 \l 1236              Puis là, maintenant, avec la nouvelle technologie, on peut le faire, puis ça ne dérange pas l'auditoire.  L'auditoire aime...  On fait les réveils, le matin.  Le gars, il n'est pas sur place, mais il fait les réveils, le matin, il appelle des gens.  Tu sais, ça passe une minute après.  Mais seulement, on a toujours une personne qu'on peut écouter sans qu'il y ait de bavure.

LISTNUM 1 \l 1237              Et également, on n'a pas d'animateur qui va nous sacrer là en pleine émission, qui va dire :  * Bye‑bye, moi je m'en vais. +

LISTNUM 1 \l 1238              CONSEILLER MORIN:  Est‑ce vous, avec ce réseau‑là, vos expériences passées, est‑ce que les synergies...  Vous pensez réaliser un certain nombre de synergies au point de vue administratif ou à...?


LISTNUM 1 \l 1239              M. VALLÉE:  Oui, ça, c'est facile aussi.  Avec le système qu'on a, on peut gérer, à l'heure actuelle, si vous parlez de...  Pour faire les * logs + musicaux, on a une personne attitrée aux * logs + musicaux et une personne qui est attitrée au routage.  On peut gérer quatre stations avec le routage.

LISTNUM 1 \l 1240              Présentement, à deux, ça se fait très facilement.  C'est présenté présentement à Chandler, où il y a une fille qui est attitrée à ça, en fin d'après‑midi pour les contrats de la journée.  Elle ferme ses contrats de la journée puis dans chacune des stations, c'est :  le * mix + se fait entre la musique et les commerciaux, et c'est très simple.  Ça prend...  Même pas une heure et c'est fait.

LISTNUM 1 \l 1241              CONSEILLER MORIN:  Et au développement au niveau du marché, du développement du marché commercial et tout?

LISTNUM 1 \l 1242              M. VALLÉE:  Parlez‑vous du marché de Gaspé?

LISTNUM 1 \l 1243              CONSEILLER MORIN: Oui, l'ensemble.  L'ensemble de la région que vous allez couvrir, de votre réseau.

LISTNUM 1 \l 1244              M. VALLÉE:  Oui.  Pour le marché publicitaire, vous dites?

LISTNUM 1 \l 1245              CONSEILLER MORIN:  Oui.


LISTNUM 1 \l 1246              M. VALLÉE:  Oui, c'est facile.  Parce que nous autres, présentement ‑‑

LISTNUM 1 \l 1247              CONSEILLER MORIN:   Est‑ce que ça...  C'est un levier, pour vous, d'avoir une ‑‑

LISTNUM 1 \l 1248              M. VALLÉE:  Gaspé?  Oui.

LISTNUM 1 \l 1249              CONSEILLER MORIN:   ... région aussi large?

LISTNUM 1 \l 1250              M. VALLÉE:  Oui. C'est sûr, tout l'Est du Québec. Parce que là, on s'en vient avec une station, je vous ai dit, adaptée à la clientèle d'aujourd'hui, avec les informations de la Gaspésie au complet, chacune des informations locales.  On a les suivis sportifs à tous les soirs en direct, on a des animateurs d'expérience.

LISTNUM 1 \l 1251              Les fins de semaine, on est sur place, on a des J.O. à Gaspé, on avait prévu de mettre un J.O. à Gaspé pour aller couvrir les informations qui se passent et les activités toute la fin de semaine.  Pour être là dans les trois stations de l'Est du Québec, 24 heures sur 24.

LISTNUM 1 \l 1252              CONSEILLER MORIN:  Dans votre demande, vous présentez... là j'ai pas les chiffres devant moi, mais des relevés escomptés qui sont plus bas que les stations existantes?

LISTNUM 1 \l 1253              M. VALLÉE:  Oui.


LISTNUM 1 \l 1254              CONSEILLER MORIN:  ... de Chandler et de Sainte‑Anne‑des‑Monts.  Est‑ce que vous pourriez expliquer ça?

LISTNUM 1 \l 1255              M. VALLÉE:  Oui.  Présentement, je m'occupe de la promotion et publicité pour les deux stations.  Et je récupère... on a un marché et on a des gens qui vont sur le terrain pour les commerçants et tout ça.

LISTNUM 1 \l 1256              Et Gaspé, vu qu'il y avait déjà une station là, nous autres ont est... on rentre tout ça dans notre marché, c'est plus facile.  Je pense que les chiffres qui sont avancés là, avec le national, sont conservateurs.

LISTNUM 1 \l 1257              CONSEILLER MORIN:  Conservateur?

LISTNUM 1 \l 1258              M. VALLÉE:  Oui.

LISTNUM 1 \l 1259              CONSEILLER MORIN:  Autrement dit, vous pensez que vous pourriez ramasser ou ratisser plus de revenus à Gaspé que ce que vous alléguez dans votre présentation?

LISTNUM 1 \l 1260              M. VALLÉE:  Avec le marché de Gaspé...  On a déjà une clientèle de Gaspé qui annonce à Chandler par notre style musical, peut aller rejoindre cette clientèle‑là.


LISTNUM 1 \l 1261              Automatiquement, c'est sûr qu'on aurait la clientèle des représentants nationaux.  Également, toutes les promotions qu'on y fait.  Il y a beaucoup de promotions qu'on fait de commandites, également de...  Surtout des commandites, puis notre base, c'est ça.

LISTNUM 1 \l 1262              Et également, les nouvelles nationales...  Pardon!  Excusez‑moi!  * La publicité + nationale, qui amène, on avait dit, à peu près 150 000 $, 180 000 $.

LISTNUM 1 \l 1263              CONSEILLER MORIN:  Est‑ce que vous avez quand même ‑‑

LISTNUM 1 \l 1264              M. VALLÉE:  Tu sais que 18 000 $ par mois, c'est des sous, à aller chercher dans un marché, hein?

LISTNUM 1 \l 1265              CONSEILLER MORIN: 6 000 $...  De 6 000 $?

LISTNUM 1 \l 1266              M. VALLÉE:  Non, de quinze... de quinze à 18 000 $ par mois, là.

LISTNUM 1 \l 1267              CONSEILLER MORIN:  Quinze à 18 000 $?

LISTNUM 1 \l 1268              M. VALLÉE:  Tu sais, je trouve que c'est raisonnable.

LISTNUM 1 \l 1269              CONSEILLER MORIN: De qui vous allez...?  Où vous allez aller chercher ces revenus‑là?  De nouveaux annonceurs ou des... de la station existante ou des journaux?  C'est quoi, un peu?


LISTNUM 1 \l 1270              M. VALLÉE:  Bien, il y a un...  Oui, bien, il y a un peu de la station existante. Il y a les journaux, c'est sûr, de Quebecor, qui sont chargés de publicité.  Il y a également la représentation des gens aussi, qui... nos vendeurs, qui vont aller chez les commerçants.  Je veux dire...

LISTNUM 1 \l 1271              C'est :  il y a des gens qui ne sont pas capables dire non à...  Ils disent :  * Oui, oui, oui, oui, oui.  Oh! Oui. +  Ça fait qu'un deux...  Puis ça se fait comme ça, la vente de la publicité, je crois.  Avec un bon service qu'on va donner.

LISTNUM 1 \l 1272              CONSEILLER MORIN:  Est‑ce que vous pourriez nous donner une évaluation, même un peu grossière des revenus, auprès de qui vous allez aller chercher ces revenus‑là.

LISTNUM 1 \l 1273              M. VALLÉE:  Bien, Gaspé a deux centres d'achats, à l'heure actuelle.  Si vous prenez, comme en plus, qu'il y a des bases, le Tim Hortons est là, tu as Canadian Tire qui est là.  Il y a également, le marché de Gaspé, ou les annonceurs.

LISTNUM 1 \l 1274              Il ne faut pas oublier que nous serons la seule station à couvrir Petite‑Vallée, Grande‑Vallée, Murdochville et Cloridorme qui sont... qui sont tout de suite attirés par Gaspé.


LISTNUM 1 \l 1275              Alors un concessionnaire automobile, c'est sûrement avantageux d'annoncer chez nous.  Puis, en plus, il y a le marché de Chandler qui peut être, dépendant aussi si on veut lui vendre le marché de Chandler, qui couvre les deux parties qui sont intéressantes pour lui.

LISTNUM 1 \l 1276              Le marché de Sainte‑Anne‑des‑Monts intéressera moins le marché de Gaspé, mais Chandler, se déplace beaucoup aussi vers Gaspé, vu les deux gros centres d'achats qu'il y a là.  On peut facilement générer des profits dans les deux stations.  On le fait déjà à l'heure actuelle, parce qu'on a déjà des clients qui sont de Gaspé, et qui annoncent à Chandler, alors il serait facile pour nous autres de faire un combiné des deux stations....

LISTNUM 1 \l 1277              CONSEILLER MORIN:  Mais quelle est la partie qui viendrait de nouveaux annonceurs ou de nouvelles publicité dans les revenus?

LISTNUM 1 \l 1278              M. VALLÉE:  Excusez‑moi, je ne comprends pas votre question.

LISTNUM 1 \l 1279              CONSEILLER MORIN:  Les revenus que vous escomptez de la nouvelle station, quels sont les pourcentages de ces revenus‑là, qui proviendraient de nouveaux annonceurs ou de médias existants?

LISTNUM 1 \l 1280              M. VALLÉE:  Mais vous dites * de nouveaux annonceurs +...

LISTNUM 1 \l 1281              CONSEILLER MORIN:  Bien, le Canadian Tire, par exemple...


LISTNUM 1 \l 1282              M. VALLÉE:  Bien, oui.  Mais il y a des boutiques, il y a des commerces, il y a des commandites.  La commandite de l'horoscope, la commandite des nouvelles...

LISTNUM 1 \l 1283              CONSEILLER MORIN:  Mais votre vision du marché, c'est quoi, pour obtenir vos nouveaux revenus?  C'est beau de dire qu'ils vont être présents au rendez‑vous, mais dans quelle proportion ils vont être présents au rendez‑vous?

LISTNUM 1 \l 1284              Les nouveaux revenus seront générés par qui?  Est‑ce que vous avez une évaluation des revenus qui seraient...?  La provenance des nouveaux revenus que vous allez aller chercher.

LISTNUM 1 \l 1285              M. VALLÉE:  Je ne comprends...?

LISTNUM 1 \l 1286              CONSEILLER MORIN:  Bien, vous avez...  Vous connaissez votre marché?

LISTNUM 1 \l 1287              M. VALLÉE:  Oui, oui, c'est sûr.  Mais vous avez deux gros centres d'achat.  C'est sûr qu'en allant...  Forcément, comme le marché de Chandler et Sainte‑Anne‑des‑Monts, il va y avoir des...  Il y a des outils de travail de vente qui vont se faire automatiquement.  Et puis...  Excusez...  Ça va se faire automatiquement.  Je veux dire...

LISTNUM 1 \l 1288              LE PRÉSIDENT:  Monsieur Vallée?

LISTNUM 1 \l 1289              M. VALLÉE:  Oui?


LISTNUM 1 \l 1290              LE PRÉSIDENT:  Ce que monsieur monsieur veut savoir de vous...

LISTNUM 1 \l 1291              M. VALLÉE:  Oui?

LISTNUM 1 \l 1292              LE PRÉSIDENT:  Je veux dire, vous parlez des deux gros centres d'achats.  Ils sont probablement déjà en ondes, à la station de radio communautaire.  Il vous demande * des nouveaux annonceurs potentiels +.  Des boutiques, des commerces qui ne sont pas en ondes actuellement, à la station de Gaspé...

LISTNUM 1 \l 1293              M. VALLÉE:  Bien, ça va être dur pour moi‑‑

LISTNUM 1 \l 1294              LE PRÉSIDENT:  ... ou sur les ondes de CHNC.

LISTNUM 1 \l 1295              M. VALLÉE:  Non, non.  C'est dur pour moi de vous dire quel annonceur qui n'est pas en ondes présentement...

LISTNUM 1 \l 1296              LE PRÉSIDENT:  Non.  On ne vous demande pas des noms.  Mais vous nous dites que vous aurez des nouveaux annonceurs.  C'est quelle portion de vos revenus?  Vingt pour‑cent?  Quarante pour‑cent?  100 pour‑cent?


LISTNUM 1 \l 1297              M. VALLÉE:  Non. On peut mettre 20 pour‑cent, parce que si on considère toujours que Petite‑Vallée, Murdochville et Cloridorme sont un marché qui se déplace vers Gaspé, alors ça sera un outils de vente où on pourra aller chercher de nos annonceurs, alors 20 pour‑cent.

LISTNUM 1 \l 1298              LE PRÉSIDENT:  Parce que ce qu'on cherche à obtenir de vous, comme réponse, c'est :  de l'ensemble des revenus locaux que vous anticipez faire, quelle portion va venir de la station existante communautaire?

LISTNUM 1 \l 1299              Quelle portion va venir d'annonceurs qui, pour toutes sortes de motifs, sont dans les journaux... dans d'autres médias, mais ne sont pas à la radio.

LISTNUM 1 \l 1300              Et quelle...?  Troisième catégorie (et vous m'avez donné un chiffre de 20 pour‑cent...) de quelle autre...?  Quelle proportion d'annonceurs qui ne sont dans aucun média présentement, mais qui...  Parce qu'ils ne sont pas sollicités, parce que vous avez dit que les hebdos de Quebecor, c'est comme des catalogues et puis... donc, à un moment donné, il n'y a même plus assez de papier pour aller solliciter des nouveaux...


LISTNUM 1 \l 1301              C'est ce que j'ai compris.  Vous ne l'avez peut‑être pas dit comme ça, mais c'est ce que j'ai compris que vous nous disiez.  Donc...  on essaie donc de comprendre comment vous allez délimiter ce 100 pour‑cent de vos revenus que vous allez percevoir dans le marché de Gaspé.

LISTNUM 1 \l 1302              Puis, peut‑être qu'on peut ajouter, compte tenu des circonstances particulières, de la station de Chandler puis du rapatriement des réémettrices de Murdochville, Cloridorme et Grande‑Vallée, qu'est‑ce qui serait aussi des revenus qu'on pourrait qualifier * régionaux +?  Comment est‑ce qu'on peut arriver à 100 pour‑cent de vos revenus locaux?

LISTNUM 1 \l 1303              C'est une question, d'ailleurs, qui est dans le formulaire.  C'est une question qui a fait l'objet d'une lettre de lacune, d'une des questions de lacune, mais pour laquelle on n'a pas eu de réponse.

LISTNUM 1 \l 1304              M. VALLÉE: Okay.

‑‑‑ Pause

LISTNUM 1 \l 1305              LE PRÉSIDENT:  Écoutez, Monsieur Vallée...  On accepterait que vous déposiez une réponse par écrit...

LISTNUM 1 \l 1306              M. VALLÉE:  Oui.  Je pense que...

LISTNUM 1 \l 1307              LE PRÉSIDENT:  ... peut‑être dans les prochaines 24 heures ou...  Est‑ce que ça serait trop court?  Parce qu'il faut évidemment...

LISTNUM 1 \l 1308              M. VALLÉE:  Non, pas de problème.

LISTNUM 1 \l 1309              LE PRÉSIDENT:  D'accord.  Okay.

LISTNUM 1 \l 1310              M. VALLÉE:  Merci.


LISTNUM 1 \l 1311              CONSEILLER MORIN:  Comment pensez‑vous ouvrir de nouvelles stations, construire un nouvel émetteur alors que vous n'avez pas, semble‑t‑il, procédé à une modification technique qualifiée d'urgente à votre station de Chandler aux fins d'en augmenter la puissance?

LISTNUM 1 \l 1312              A l'époque, on disait que c'était dans le but d'offrir un meilleur service à la communauté...

LISTNUM 1 \l 1313              M. VALLÉE:  Monsieur, j'ai fait confiance à des gens de l'extérieur pour monter notre système qui nous a retardé et nous a coûté très cher.  On s'est fait arnaquer, en partie, ce qui a retardé toute l'histoire.  On a fallu...

LISTNUM 1 \l 1314              On a mis une tour à terre, on a reconstruit...  Ça a été assez pénible, merci.  Je suis le seul grand responsable de tout ça, de ce retard‑là.  Ce n'est pas...  C'est moi qui suis responsable, qui ai signé des ententes avec ces personnes‑là qui n'ont pas livré la marchandise à temps.


LISTNUM 1 \l 1315              Nous avions construit, l'été passé, une tour.  C'est toute l'histoire de tour, hein?  Nous avons construit, l'année passée une tour qui, quand les antennes sont arrivées, la structure de la tour...  Selon certains spécialistes, la structure de la tour était trop faible pour la grosseur des antennes.

LISTNUM 1 \l 1316              L'hiver est arrivé; au printemps on a recommencé.  Une firme a arrivé et a dit :  * Cette tour‑là ce n'est pas assez gros. +  On l'a mise à terre.  On a reconstruit une nouvelle tour avec des nouvelles installations, des nouvelles fondations et tout.

LISTNUM 1 \l 1317              Les messieurs d'Industrie Canada sont passés le mois passé et ils nous ont demandé un système de télémétrie.  Ils sont très, très, très exigeants depuis les derniers temps.  Ils nous demandent un système de télémétrie pour chaque émetteur qui... nos principaux émetteurs.  Il a fallu en commander un de la Californie.

LISTNUM 1 \l 1318              Présentement, ce matin, nous avons...  Bien, ils devait venir la semaine passée, puis je sais qu'avec la tempête, ils n'ont pas venu.  On a monsieur Gérard Gosselin de Québec, qui est sur place, ce matin, avec notre technicien, pour installer le système de télémétrie.  Et également, la deuxième fois que Monsieur, d'Industrie Canada est venu...  Bon, la première fois, c'était un disque qui nous... on pouvait tourner pendant...


LISTNUM 1 \l 1319              Là, ils ont décidé que c'était un système de liens STL que ça nous prenait.  Ça fait qu'il a fallu louer un système de liens STL pour rediffuser les deux stations en même temps.  Et messieurs Gosselin et Pelletier sont en train d'installer ça.

LISTNUM 1 \l 1320              J'ai pris rendez‑vous avec monsieur Bisson, on va le rappeler le 10 pour qu'il vienne mettre en ondes la station le 18 décembre prochain.

LISTNUM 1 \l 1321              Suite à ça, nous allons avoir un pigiste à Percé et nous allons avoir un pigiste à Port‑Daniel.  Les démarches sont faites, pour ça. Mais avant ça, je n'avais pas besoin de...  Tu sais?  C'est sûr que les travaux ont été retardés.  Je suis le grand responsable de ça, c'est sûr.

LISTNUM 1 \l 1322              CONSEILLER MORIN:  On est ici pour examiner votre demande.  Et je vois que des intervenants en votre faveur...  Il y a beaucoup d'opposants, mais il n'y a pas d'intervenants en votre faveur.  Comment vous expliquez ça?

LISTNUM 1 \l 1323              M. VALLÉE:  Bon, écoutez... Des intervenants en notre faveur...  Moi, plus un individualiste, je crois que le marché est là.


LISTNUM 1 \l 1324              Je ne crois pas que les intervenants, les...  Le marché, il existe présentement, si on parle * publicitaire +.  Je ne crois pas que des intervenants puissent changer grand' chose dans ce que...  C'est sûr qu'on a eu des interventions et c'est tout à fait normal.

LISTNUM 1 \l 1325              Mais les intervenants sont des associations qui ne font que passer.  Les radios restent.  Depuis 30 ans que je fais de la radio et j'ai vu bien des maires passer, j'ai vu bien des députés passer, mais ils ne sont là que pour passer, eux autres.  Les radios sont là pour rester et se développer.

LISTNUM 1 \l 1326              CONSEILLER MORIN : Mais c'est quand même avec tout ce monde là que vous allez travailler...

LISTNUM 1 \l 1327              M. VALLÉE : En partie, peut‑être trois mois, peut‑être un an.

LISTNUM 1 \l 1328              CONSEILLER MORIN : ...que vous pourriez travailler éventuellement si le Conseil décidait de l'octroi d'une licence.

LISTNUM 1 \l 1329              M. VALLÉE : Oui.  Oui.  Mais j'aime mieux prouver à ces gens là ce que je suis capable de faire que de dire, bien, on va aller s'installer chez vous, et puis on va... t'sais.

LISTNUM 1 \l 1330              CONSEILLER MORIN : Vous n'avez pas senti le besoin de...

LISTNUM 1 \l 1331              M. VALLÉE : Non.  Non.

LISTNUM 1 \l 1332              CONSEILLER MORIN : ...de les solliciter, de leur présenter votre projet?


LISTNUM 1 \l 1333              M. VALLÉE : Non.  Moi, j'ai un projet qui est rentable pour la station.  La vision de couvrir l'est du Québec, je l'ai.  Ça fait 30 ans que je construis des stations, des antennes et tout.  Si je présente un dossier à un président quelconque d'association, il est dépassé par les événements, il va dire, oui, oui.  Bon, t'sais.

LISTNUM 1 \l 1334              On l'a déjà fait, par exemple, pour Chandler, oui.  Mais pour Gaspé, non, je ne l'ai pas fait.  Puis c'est sûr que j'ai des oppositions.  C'est comme une partie de hockey, hein!  Il faut jouer ensemble.  On ne peut pas être tout seul pour jouer au hockey.

LISTNUM 1 \l 1335              Puis la demande aussi au CRTC, il ne faut pas oublier quelque chose, Monsieur Morin.  C'est comme une partie de chasse, hein!  Ça, c'est juste du papier là.  C'est quand on met un orignal à terre, puis il faut le sortir du bois, puis le débiter, c'est là que le trouble commence.  C'est là qu'il faut rentrer dans le jeu.  Ça, c'est juste du papier, ça.

LISTNUM 1 \l 1336              CONSEILLER MORIN : Il semble qu'il y ait une embolie au niveau de l'ensemble de la conjoncture économique en Gaspésie, particulièrement en Gaspé avec le développement de l'industrie éolienne, notamment.


LISTNUM 1 \l 1337              Comment vous voyez ça?  Est‑ce que c'est l'affaire d'un an ou vous voyez ça plus à long terme?

LISTNUM 1 \l 1338              M. VALLÉE : Le développement des éoliennes, ça commence, c'est un début.  De toute façon, il y a d'autres choses ici.  Il n'y a pas seulement les éoliennes.  La grosse usine est là.

LISTNUM 1 \l 1339              Moi là, ce que j'ai appris dans les 30 ans, j'ai appris à gérer la décroissance.  Pour moi, ça été simple comme bonjour de fermer la clé quand c'était le temps et de la rouvrir quand c'est le temps.

LISTNUM 1 \l 1340              A Sainte‑Anne‑des‑Monts en Haute Gaspésie, j'ai fermé la clé durant longtemps.  Chandler, on avait un espoir en s'installant là.  J'ai fermé la clé à Chandler parce que la situation économique, en attendant, elle est difficile, mais on réussit tant bien que mal à tirer de très bons profits de nos deux stations.

LISTNUM 1 \l 1341              Alors, pour Gaspé, avec le marché économique qu'il y a à Gaspé, c'est sûr qu'il existe une station présente sur place, mais avec le nouveau créneau qu'on va aller chercher, je suis sûr et certain qu'on peut développer un marché d'une radio qui n'existe pas en donnant un service 24 heures sur 24 à tout l'est du Québec.


LISTNUM 1 \l 1342              CONSEILLER MORIN : Vous avez fourni une liste d'organismes du Grand Gaspé...

LISTNUM 1 \l 1343              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1344              CONSEILLER MORIN : ...qui seraient susceptibles de recevoir les montants excédentaires du DCC là, le contenu canadien.

LISTNUM 1 \l 1345              En parcourant cette liste là, telle que le Comité folklorique de Rivière‑au‑Nord, l'École de Cirque de Gaspé...

LISTNUM 1 \l 1346              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1347              CONSEILLER MORIN : ...ou la Fête du Quartier...

LISTNUM 1 \l 1348              M. VALLÉE : Mm‑hmm.

LISTNUM 1 \l 1349              CONSEILLER MORIN : ...ça ne semble pas être des activités admissibles au titre du DCC.

LISTNUM 1 \l 1350              Est‑ce que vous avez une nouvelle liste ou est‑ce qu'on pourrait s'assurer que les organismes qui recevront des argents de votre part satisferont aux critères du Conseil en tant que parties...

LISTNUM 1 \l 1351              M. VALLÉE : Moi, cette liste m'a été fournie par les Loisirs de Gaspé.  Si cette liste là n'est pas valide, on va en faire une autre.


LISTNUM 1 \l 1352              Présentement, on en a encore.  Cette semaine, on avait une école pour les jeunes à Sainte‑Anne‑des‑Monts.  On a remis un chèque.  On en a un autre à Chandler.  Ce sera facile.

LISTNUM 1 \l 1353              Mais je peux... est‑ce que je peux ouvrir une parenthèse sur les DCC?

LISTNUM 1 \l 1354              On a beaucoup de misère à faire un suivi pour pouvoir payer ces DCC là.  Il y a une personne qui nous a appelés.  On est en retard pour cette année ou l'année passée.  On n'a pas eu de suivi.  La personne était à contrat.  J'ai rappelé l'autre personne, et puis, on s'est perdu là‑dedans.  Il n'y a pas de facturation.  Vous savez, une compagnie là, ça prend une facture, ça prend quelque chose.

LISTNUM 1 \l 1355              Là, il y a une coupure en quelque part qui se fait, où on a de la difficulté ‑‑ en tout cas, pour moi là ‑‑ à pouvoir remettre le montant d'argent.  J'ai beau dire :  Regardes, j'ai cette personne là.  Si... parce que le retard que j'ai pris, est‑ce que je le donne à un organisme présentement?  Mettons, si je dois $1 200, je dois payer ça.  Je n'ai pas eu de nouvelles, parce que j'aimerais que...

LISTNUM 1 \l 1356              LE PRÉSIDENT : Pas de nouvelles de qui?


LISTNUM 1 \l 1357              M. VALLÉE : De la personne qui était à contrat.  Depuis l'année passée là, je n'ai pas eu de nouvelles, t'sais.  Puis là, il y a une autre personne qui m'a rappelé, puis on s'est reperdu.  Je travaille continuellement.

LISTNUM 1 \l 1358              Ça fait qu'on n'a pas de suivi, dire, regardes, vous devez ça, une facture, quelque chose, t'sais.  On a un petit e‑mail de temps en temps là, puis on se perd là‑dedans là, t'sais.

LISTNUM 1 \l 1359              Un meilleur suivi plus... parce que moi, je suis prêt à les payer.  Mais la dernière question que j'ai demandée, est‑ce que je peux la payer à un organisme pour cette... c'est‑à‑dire à plusieurs organismes de cette année?  Le $1 200, je vais le diviser en trois organismes pour cette année.  Il m'a dit : Je vous reviens là‑dessus.  Je n'ai pas eu de nouvelles.  Puis ce monsieur là est à contrat, puis je ne sais plus son nom, je n'ai plus rien, malheureusement.  Mais on est prêt à payer ça, faire un chèque.  T'sais, c'est normal.

LISTNUM 1 \l 1360              Mais si vos organismes de Gaspé, ça ne fait pas, le personnel du CRTC va nous le dire, puis on va faire les chèques aux bonnes personnes.  Moi, c'est cette liste là que Gaspé m'a fournie pour l'année.

LISTNUM 1 \l 1361              CONSEILLER MORIN : Bien merci, c'est tout pour moi.

LISTNUM 1 \l 1362              LE PRÉSIDENT : Monsieur Vallée...


LISTNUM 1 \l 1363              M. VALLÉE : Oui, Monsieur.

LISTNUM 1 \l 1364              LE PRÉSIDENT : ...il y en a un organisme, hein, qui s'appelle MUSICACTION, puis eux, ils vont vous envoyer une facture, puis vous allez l'avoir à toutes les années.

LISTNUM 1 \l 1365              M. VALLÉE : Oui, je comprends, mais je suis bien prêt à payer les organismes de la région avant, puis de donner la différence à MUSICACTION.

LISTNUM 1 \l 1366              Je comprends le principe, t'sais, mais moi, envoyer $500 à MUSICACTION quand je peux en donner $300 ou $400 à un organisme de la région, c'est ça que je voulais faire.  J'ai dit : Bon bien, est‑ce que je peux payer au moins cette année pour toutes les autres années, parce qu'on s'était perdu.

LISTNUM 1 \l 1367              LE PRÉSIDENT : C'est parce que vous me donnez l'impression que vous êtes peut‑être un commerçant à succès, mais que votre implication locale est minimaliste.

LISTNUM 1 \l 1368              M. VALLÉE : Bien non, arrêtez ça là.

LISTNUM 1 \l 1369              LE PRÉSIDENT : Parce que, normalement, quelqu'un qui est...

LISTNUM 1 \l 1370              M. VALLÉE : On ne pourrait pas faire de la radio, impliqué dans des régions comme ça si...


LISTNUM 1 \l 1371              LE PRÉSIDENT : Ça peut être votre personnel, pas nécessairement vous.  Je parle de vous là, Jacques Vallée.

LISTNUM 1 \l 1372              M. VALLÉE : Répétez‑moi ça, s'il vous plaît.

LISTNUM 1 \l 1373              LE PRÉSIDENT : J'ai dit : Vous m'apparaissez ne pas connaître les organismes culturels de votre région, et puis donc, pas savoir avec qui vous transigez.  Moi, j'ai été dans ce domaine d'activités là une bonne partie de ma vie, dans des grosses entreprises, puis qui ont de grosses stations de radio et de petites stations de radio, et nos gens connaissaient tout le monde.  Ils savaient... ce n'était pas compliqué.  Est‑ce qu'on peut nous donner des organismes à qui on peut envoyer, et puis il y avait toujours une liste.

LISTNUM 1 \l 1374              M. VALLÉE : Bien oui, mais je vous donne la liste de Gaspé qui m'a été fournie.  Moi, les organismes de Gaspé, je ne suis pas installé là, moi là, t'sais.

LISTNUM 1 \l 1375              LE PRÉSIDENT : Non, non, mais vous m'avez dit que vous aviez du retard.  Ce n'est certainement pas pour Gaspé.

LISTNUM 1 \l 1376              M. VALLÉE : On s'est perdu dans cette histoire là.

LISTNUM 1 \l 1377              LE PRÉSIDENT : Le retard que vous me dites, vous devez $1 200 là.


LISTNUM 1 \l 1378              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1379              LE PRÉSIDENT : C'est soit pour Chandler, soit pour Sainte‑Anne‑des‑Monts, hein?

LISTNUM 1 \l 1380              M. VALLÉE : C'est les deux, oui.

LISTNUM 1 \l 1381              LE PRÉSIDENT : Bien, c'est pour les deux.

LISTNUM 1 \l 1382              M. VALLÉE : Mais je vous l'ai dit pourquoi.  On s'est perdu, et écoutez, ce n'est pas à $1 200 près là.  Je suis prêt à le donner à un organisme de Sainte‑Anne‑des‑Monts et Chandler.  C'est ça que j'attends.  Je vous dis que ça été mal fait.  Le gars qui était à contrat, je n'ai plus eu de nouvelles.  C'est pour ça que je vous dis que je n'ai pas payé.

LISTNUM 1 \l 1383              LE PRÉSIDENT : Espérons que les organisateurs communautaires et culturels de Chandler et de Sainte‑Anne‑des‑Monts vous entendent, et puis qu'ils frappent à votre porte dès demain matin.

LISTNUM 1 \l 1384              M. VALLÉE : Je suis en étroit contact avec ces organismes là.  Même, je leur ai dit : Je vais vous payer un montant d'argent.  J'attends de régler ça.  J'ai Gospel de Sainte‑Anne‑des‑Monts.  Il y a le Centre de musique de Ste‑Anne, également, pour les jeunes.  Je les connais.  A Chandler, également, on les connaît là.


LISTNUM 1 \l 1385              Mais à Gaspé, il faut dire que c'est sûr que je ne connais pas le marché, mais j'ai demandé une liste.

LISTNUM 1 \l 1386              LE PRÉSIDENT : Oui, oui.  Ça, j'ai compris votre réponse.

LISTNUM 1 \l 1387              M. VALLÉE : D'accord.

LISTNUM 1 \l 1388              LE PRÉSIDENT : Écoutez, je vais revenir sur certaines des questions que monsieur Morin vous a posées, et j'en aurai d'autres moi‑même.

LISTNUM 1 \l 1389              Premièrement, on a parlé au tout début de talent émergent, et vous nous avez avancé des hypothèses là.  Cependant, pour toute sorte de motifs qui découlent de l'étude par le Conseil, au moment où on se parle, on en n'a pas de définition de talent émergent.  Donc, c'est entreprise par entreprise qui nous définissent leur notion de talent émergent.

LISTNUM 1 \l 1390              Pour votre groupe, c'est quoi un talent émergent?

LISTNUM 1 \l 1391              M. VALLÉE : C'est tout le nouveau talent qui revient au Canada, qui commence dans la chanson.

LISTNUM 1 \l 1392              LE PRÉSIDENT : Qui est à son premier disque, parce qu'il peut y avoir...

LISTNUM 1 \l 1393              M. VALLÉE : Non, il peut avoir plusieurs disques là.  Ça peut durer un certain temps un émergent là.  Ce n'est pas juste une pièce.


LISTNUM 1 \l 1394              Il y a même des groupes qu'on a été cherché à Montréal.  Le nouveau groupe là qui tourne là, l'animateur est allé le cherche, puis il s'est occupé lui‑même pour le mettre en ondes.  On est une des premières stations à le faire tourner, Tricot Machine, justement.

LISTNUM 1 \l 1395              C'est qu'on a une personne attitrée... la musique, c'est important.  Si on n'a pas de bon produit... le produit là en radio, ce n'est pas compliqué : une bonne musique, une bonne publicité pour que ton commanditaire soit satisfait, puis des bonnes interventions en ondes.  Avec ça, tu as de la radio pour faire un bon chemin.

LISTNUM 1 \l 1396              Si tu n'as pas de bonne musique, tu ne suis pas le courant de ce qui se passe présentement, si tu as des animateurs qui sont so‑so, puis de la publicité qui est so‑so, bien, tu n'iras pas loin.  Tu ne feras pas de business.  Tu ne développeras pas.

LISTNUM 1 \l 1397              LE PRÉSIDENT : On va recouper un peu de ces questions là dans quelques instants.

LISTNUM 1 \l 1398              Un peu plus tôt, vous nous avez dit quand on a parlé de l'information que vous en auriez à peu près cinq heures par semaine.


LISTNUM 1 \l 1399              Pouvez‑vous me faire une distribution entre la portion qui sera information locale par rapport à ce qui est régional, par rapport à ce qui est national et international?

LISTNUM 1 \l 1400              Par régional là, prenons le cas... puis je parle de Gaspé là.  Je ne parle pas de Chandler, puis Sainte‑Anne‑des‑Monts.  Vous les avez vos permis.  Mais par régional, je vais y inclure, pour les fins de la discussion, Murdochville, Grande‑Vallée, puis Cloridorme, qui seraient rattachés.

LISTNUM 1 \l 1401              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1402              LE PRÉSIDENT : Ils ne sont pas... ce n'est pas le marché local de Gaspé.

LISTNUM 1 \l 1403              Donc, comment est‑ce que c'est... quelle sorte de distribution...

LISTNUM 1 \l 1404              M. VALLÉE : Les bulletins d'information régionale commencent à 6 h 00 le matin par un lecteur de nouvelles des trois stations.  Le journaliste en base à Gaspé revient en ondes à 7 h 00 moins quart et aux demi‑heures avec l'animation du matin.  Et à toutes les heures, on a un bulletin d'information locale, et le régional qui suit.

LISTNUM 1 \l 1405              Les fins de semaine, on a le suivi des bulletins d'information.

LISTNUM 1 \l 1406              LE PRÉSIDENT : Et le bulletin de nouvelles, en moyenne, a quelle durée?

LISTNUM 1 \l 1407              M. VALLÉE : De cinq à sept minutes.


LISTNUM 1 \l 1408              LE PRÉSIDENT : Cinq à sept minutes à l'heure?

LISTNUM 1 \l 1409              M. VALLÉE : Oui.  Le local à Chandler, il est présentement...  Si vous parlez de Gaspé, il va être plus court.

LISTNUM 1 \l 1410              LE PRÉSIDENT : Oui.

LISTNUM 1 \l 1411              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1412              LE PRÉSIDENT : A Gaspé, il va être plus court?

LISTNUM 1 \l 1413              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1414              LE PRÉSIDENT : Cinq heures, c'est généreux en tout cas.  Les stations de Montréal ne font pas cinq heures de nouvelles par semaine, je peux vous dire ça.  Mais les circonstances de Gaspé font peut‑être qu'il y a suffisamment d'information.

LISTNUM 1 \l 1415              M. VALLÉE : Bien, si vous prenez les nouvelles régionales, les nouvelles nationales et internationales, les bulletins, si vous prenez l'information locale et le suivi information, puis toute l'information sportive de soirée.


LISTNUM 1 \l 1416              LE PRÉSIDENT : Mais là, on s'est entendu tantôt pour dire que du six heures, on en retranchait une heure pour enlever le sport, pour enlever la météo, puis les conditions routières.  Donc, je m'en tiens à ce qu'on appelle dans le jargon les nouvelles locales, régionales, nationales et internationales.

LISTNUM 1 \l 1417              De toute façon, l'international... on va commencer à l'inverse.  L'international, comment les chiffres...

LISTNUM 1 \l 1418              M. VALLÉE : C'est minime.

LISTNUM 1 \l 1419              LE PRÉSIDENT : Oui.  Mais êtes‑vous affilié à un service d'information comme la Presse canadienne ou vous allez les chercher dans les journaux ou sur l'internet?

LISTNUM 1 \l 1420              M. VALLÉE : Sur l'internet.

LISTNUM 1 \l 1421              LE PRÉSIDENT : Sur l'internet?

LISTNUM 1 \l 1422              M. VALLÉE : Les nouvelles du matin surtout, oui.

LISTNUM 1 \l 1423              LE PRÉSIDENT : Avez‑vous des systèmes de contre‑vérification ou bien si c'est publié sur Cyberpresse ou bien c'est...

LISTNUM 1 \l 1424              M. VALLÉE : Sur Cyberpresse.

LISTNUM 1 \l 1425              LE PRÉSIDENT : C'est acquis, vous ne faites pas de contre‑vérification?

LISTNUM 1 \l 1426              M. VALLÉE : Non, c'est sûr.

LISTNUM 1 \l 1427              LE PRÉSIDENT : Bon.

LISTNUM 1 \l 1428              Le national, vous procédez comment?

LISTNUM 1 \l 1429              M. VALLÉE : C'est la même chose.

LISTNUM 1 \l 1430              LE PRÉSIDENT : C'est la même chose.


LISTNUM 1 \l 1431              Le régional, vous procédez comment?

LISTNUM 1 \l 1432              M. VALLÉE : Bon bien, le régional, on a chacun...

LISTNUM 1 \l 1433              LE PRÉSIDENT : Parce que vous m'avez dit que votre journaliste était en studio...

LISTNUM 1 \l 1434              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1435              LE PRÉSIDENT : ...et que vous receviez des communiqués de presse; c'est ça?

LISTNUM 1 \l 1436              M. VALLÉE : Oui.  Mais il téléphone aussi aux organismes, qu'est‑ce qui se passe, t'sais, c'est sûr.  Chacun des journalistes dans chacune des stations couvre son marché de l'information.  Il fait son suivi avec des entrevues des personnes responsables.  Ça se passe de même présentement.

LISTNUM 1 \l 1437              LE PRÉSIDENT : Maintenant, j'ai vu que vous aviez des sites internet...

LISTNUM 1 \l 1438              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1439              LE PRÉSIDENT : ...et vous aviez de l'information aussi sur vos sites internet.

LISTNUM 1 \l 1440              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1441              LE PRÉSIDENT : C'est les mêmes journalistes qui font l'information sur l'internet?

LISTNUM 1 \l 1442              M. VALLÉE : Ils font une copie, oui.

LISTNUM 1 \l 1443              LE PRÉSIDENT : Huh?

LISTNUM 1 \l 1444              M. VALLÉE : Ils font la copie.


LISTNUM 1 \l 1445              LE PRÉSIDENT : Ils font du copier‑coller?

LISTNUM 1 \l 1446              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1447              LE PRÉSIDENT : Et ça, c'est une personne qui fait ça par station?

LISTNUM 1 \l 1448              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1449              LE PRÉSIDENT : Et...

LISTNUM 1 \l 1450              M. VALLÉE : C'est la personne responsable...

LISTNUM 1 \l 1451              LE PRÉSIDENT : Et dans le cas de Gaspé, il va en faire cinq heures par semaine?

LISTNUM 1 \l 1452              M. VALLÉE : La personne de Gaspé va redistribuer l'information sur l'internet, oui.

LISTNUM 1 \l 1453              LE PRÉSIDENT : Sur l'internet?

LISTNUM 1 \l 1454              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1455              LE PRÉSIDENT : J'espère que vous l'attachez après son bureau pour pas qu'il se sauve, parce que c'est beaucoup de travail.

LISTNUM 1 \l 1456              M. VALLÉE : C'est beaucoup.

LISTNUM 1 \l 1457              LE PRÉSIDENT : C'est beaucoup de travail pour un seul individu.  Pas d'après vous?


LISTNUM 1 \l 1458              M. VALLÉE : Bien, si mes calculs ne sont pas bons ou peut‑être ils sont exagérés, mais un animateur qui rentre avec l'information qui se fait, ils ont toujours eu un journaliste pour faire le travail dans chacune des stations, puis ça se fait très bien.

LISTNUM 1 \l 1459              LE PRÉSIDENT : Non, mais vous nous avez dit que votre station était une station qui jouait beaucoup sur les opinions aussi.  Donc, vos journalistes alimentent le secteur des opinions?

LISTNUM 1 \l 1460              M. VALLÉE : Un journaliste et l'animateur du matin également.

LISTNUM 1 \l 1461              LE PRÉSIDENT : Est aussi animateur le matin?

LISTNUM 1 \l 1462              M. VALLÉE : Non, non.  Non, non, non.  L'animateur du matin et un journaliste...

LISTNUM 1 \l 1463              LE PRÉSIDENT : Oui.

LISTNUM 1 \l 1464              M. VALLÉE : ...qui alimente... l'animateur du matin a les entrevues également avec les personnes responsables.

LISTNUM 1 \l 1465              LE PRÉSIDENT : O.K.  Et à votre avis, son volume de travail est satisfaisant et bien distribué?

LISTNUM 1 \l 1466              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1467              LE PRÉSIDENT : Puis vous avez dit qu'il y en avait en fin de semaine de l'information.  Il est couvert comment?


LISTNUM 1 \l 1468              M. VALLÉE : Bien, les personnes qui sont présentement... qui sont en poste en direct là couvrent l'information qui se passe en général et le suivi de l'information de la semaine.

LISTNUM 1 \l 1469              LE PRÉSIDENT : Il fait le suivi de l'information de la semaine?

LISTNUM 1 \l 1470              M. VALLÉE : Oui, en fin de semaine, il y a eu telle chose.

LISTNUM 1 \l 1471              LE PRÉSIDENT : Et ça, c'est l'animateur en direct?

LISTNUM 1 \l 1472              M. VALLÉE : En devoir, c'est ça, oui.

LISTNUM 1 \l 1473              LE PRÉSIDENT : En devoir.

LISTNUM 1 \l 1474              M. VALLÉE : En direct, oui.

LISTNUM 1 \l 1475              LE PRÉSIDENT : C'est ça.  Maintenant, s'il y a un événement majeur un samedi à Gaspé...

LISTNUM 1 \l 1476              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1477              LE PRÉSIDENT : ...il va le savoir comment l'animateur qui est en direct?

LISTNUM 1 \l 1478              M. VALLÉE : Quel événement majeur, comme...?

LISTNUM 1 \l 1479              LE PRÉSIDENT : Bien, on va commencer par un fait divers.

LISTNUM 1 \l 1480              M. VALLÉE : O.K.  D'accord.  On va être renseigné d'avance.  Si vous avez un spectacle ou activité quelconque...

LISTNUM 1 \l 1481              LE PRÉSIDENT : Mais ce n'est pas un fait divers, ça.


LISTNUM 1 \l 1482              M. VALLÉE : Non.  O.K.

LISTNUM 1 \l 1483              LE PRÉSIDENT : Un fait divers là, c'est qu'il y a une collision majeure avec...

LISTNUM 1 \l 1484              M. VALLÉE : Oui, bien, c'est comme j'expliquais tantôt là.

LISTNUM 1 \l 1485              LE PRÉSIDENT : Oui.

LISTNUM 1 \l 1486              M. VALLÉE : L'animateur en devoir, bien, s'il y avait quelque chose, il y a une route de bloquer ou quoi que ce soit, les numéros de téléphone sont...

LISTNUM 1 \l 1487              LE PRÉSIDENT : Ce n'est pas un fait divers, ça.  Le Ministère des transports va faire son suivi.

LISTNUM 1 \l 1488              M. VALLÉE : Bien, peut‑être deux jours après peut‑être.

LISTNUM 1 \l 1489              LE PRÉSIDENT : Je parle d'une collision là.

LISTNUM 1 \l 1490              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1491              LE PRÉSIDENT : Il y a une collision, puis il y a des blessés, et puis c'est de substance, ou il y a un feu.  C'est peut‑être encore plus facile.

LISTNUM 1 \l 1492              M. VALLÉE : O.K.

LISTNUM 1 \l 1493              LE PRÉSIDENT : Il y a un feu à l'hôpital.


LISTNUM 1 \l 1494              M. VALLÉE : Bien présentement, notre journaliste de Chandler fait le suivi les fins de semaine également.  Je ne vois pas pourquoi Gaspé ne le ferait pas également.  On a une personne qui est là tout le temps.  S'il arrive quelque chose, il est là les fins de semaine.  On l'appelle, puis il va sur place.  Oui, on a quelqu'un sur place les fins de semaine également.

LISTNUM 1 \l 1495              LE PRÉSIDENT : Donc, il y a des gens qui sont capables de se déplacer s'il y a des...

LISTNUM 1 \l 1496              M. VALLÉE : Oui.  Oui, c'est facile.

LISTNUM 1 \l 1497              LE PRÉSIDENT : On leur signifie, puis...

LISTNUM 1 \l 1498              M. VALLÉE : Oui, ils peuvent aller sur place.  On le fait présentement à Chandler et Sainte‑Anne‑des‑Monts, oui.

LISTNUM 1 \l 1499              LE PRÉSIDENT : Maintenant, si je reviens, en termes de pourcentage du temps consacré à l'information, êtes‑vous capable de me...

LISTNUM 1 \l 1500              Avez‑vous, comme dans le cas de la publicité locale, besoin d'y réfléchir, puis de nous revenir avec une réponse détaillée dans les prochaines 24 heures?

LISTNUM 1 \l 1501              M. VALLÉE : D'accord.  O.K.  Je vais reformuler... je vais re‑demander aux journalistes, et je vais revenir avec ça.  Merci.


LISTNUM 1 \l 1502              LE PRÉSIDENT : Vous parlez d'animation radiophonique.

LISTNUM 1 \l 1503              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1504              LE PRÉSIDENT : Vous nous avez parlé de programmation locale de style Filion.  Vous avez utilisé, d'ailleurs, vous‑même cette expression là.  Le style Filion a eu peut‑être des succès d'écoute mais a eu aussi des conséquences pour la station qui l'employait, et pour monsieur Filion lui‑même parce que ce n'est pas juste qu'il a perdu son emploi mais il a aussi fait l'objet de poursuite.

LISTNUM 1 \l 1505              Comment contrez‑vous ce type de difficulté?

LISTNUM 1 \l 1506              M. VALLÉE : Premièrement, on n'a plus de ce genre d'émission là.

LISTNUM 1 \l 1507              LE PRÉSIDENT : Bien là, vous n'en avez plus, puis vous en avez là.

LISTNUM 1 \l 1508              M. VALLÉE : Non, non, non, on n'en a plus.

LISTNUM 1 \l 1509              LE PRÉSIDENT : Vous avez dit que vous aviez du style Filion, puis là, vous n'en avez plus.


LISTNUM 1 \l 1510              M. VALLÉE : Non, non, excusez‑moi, vous ne m'avez pas compris tantôt.  J'ai dit qu'on a eu un style Filion.  On a eu une personne qui sortait de l'école de Québec, qui est venue deux semaines de temps, qui essayait de faire le style de Filion, et ça n'a pas fonctionné.  Deux semaines après, je l'ai mis à la porte.

LISTNUM 1 \l 1511              Et puis, j'ai pris l'animateur de l'après‑midi, qui est un animateur d'expérience, Martin Bossé, qui anime le matin, et on n'a plus ces problèmes là, parce que je suis très conscient qu'on aurait pu ou on a eu, par le Conseil de presse, des notes du Conseil de presse.

LISTNUM 1 \l 1512              Mais comme j'ai répondu, et je réponds toujours, au Conseil de presse, ce n'est pas un organisme qui a aucun pouvoir décisionnel.  Le seul organisme qui a le pouvoir décisionnel sur la radio, c'est le CRTC, et il y a une marche à suivre, une demande, qui est toujours la même depuis 30 ans, et puis, ce n'est pas le Conseil de presse qui va venir changer quelque chose.  S'il y a une plainte, ils ont seulement à prendre...

LISTNUM 1 \l 1513              LE PRÉSIDENT : Est‑ce que vous êtes membre du Conseil canadien des normes de la radiodiffusion?

LISTNUM 1 \l 1514              M. VALLÉE : Non, trop cher.

LISTNUM 1 \l 1515              LE PRÉSIDENT : Trop cher?

LISTNUM 1 \l 1516              M. VALLÉE : Mm‑hmm.


LISTNUM 1 \l 1517              LE PRÉSIDENT : Puis le Conseil de presse, qui, lui, est gratuit?

LISTNUM 1 \l 1518              M. VALLÉE : Je ne suis pas... il n'y a... en tout cas, je ne respecte pas...

LISTNUM 1 \l 1519              LE PRÉSIDENT : Parce que le Conseil des normes, c'est des sanctions morales aussi, ce n'est pas...

LISTNUM 1 \l 1520              M. VALLÉE : Oui, mais on va où avec ça?

LISTNUM 1 \l 1521              LE PRÉSIDENT : Hein?

LISTNUM 1 \l 1522              M. VALLÉE : Je suis géré par le CRTC, je ne suis pas géré par le Conseil de presse, mon cher monsieur.

LISTNUM 1 \l 1523              LE PRÉSIDENT : Bien, écoutez, je ne veux pas prendre la défense...

LISTNUM 1 \l 1524              M. VALLÉE : Moi, quand j'ai demandé mon permis, le CRTC m'a dit : Si tu fais des accrocs, tu vas te faire pincer sur les doigts.

LISTNUM 1 \l 1525              LE PRÉSIDENT : Je ne veux pas prendre la défense du Conseil de presse.

LISTNUM 1 \l 1526              M. VALLÉE : D'accord.

LISTNUM 1 \l 1527              LE PRÉSIDENT : Ils sont assez grands pour s'occuper d'eux‑mêmes.  Mais je vous dirais quand même que si je prends Quebecor Media, ses journaux et ses stations de télévision, si je prends Cogeco, ses radios et ses stations de télévision...


LISTNUM 1 \l 1528              M. VALLÉE : Mm‑hmm.

LISTNUM 1 \l 1529              LE PRÉSIDENT : ...si je prends Astral, toutes ses stations de radio, si je prends Corus, toutes ses stations de radio, si je prends Radio‑Nord, toutes ses stations de radio, ils sont tous des adhérents et des contributeurs financiers au Conseil de presse.

LISTNUM 1 \l 1530              M. VALLÉE : Radio du Golfe ne l'est pas.

LISTNUM 1 \l 1531              LE PRÉSIDENT : Hum?

LISTNUM 1 \l 1532              M. VALLÉE : Radio du Golfe ne l'est pas.

LISTNUM 1 \l 1533              LE PRÉSIDENT : Radio du Golfe ne l'est pas, puis Radio du Golfe ne...

LISTNUM 1 \l 1534              M. VALLÉE : Ne le sera pas non plus.

LISTNUM 1 \l 1535              LE PRÉSIDENT : ...ne répond pas non plus.  Mais écoutez, je ne veux pas...  Le Conseil de presse, s'il y a des plaintes, ils vont continuer à dire que vous n'avez pas coopéré, c'est tout.  Et ça, c'est votre droit.  Je ne vous l'enlève pas.  Cependant...

LISTNUM 1 \l 1536              M. VALLÉE : Il y a une norme à suivre, Monsieur Arpin.

LISTNUM 1 \l 1537              LE PRÉSIDENT : Est‑ce que vous référez les gens qui...


LISTNUM 1 \l 1538              M. VALLÉE : Oui.  Excusez‑moi...

LISTNUM 1 \l 1539              LE PRÉSIDENT : Est‑ce que vous référez les gens qui se plaignent au CRTC ou vous dites au Conseil de presse : Moi, je ne vous réponds pas, c'est tout?

LISTNUM 1 \l 1540              M. VALLÉE : Non.  Bien, j'ai dit à la madame du Conseil de presse : Je suis géré par le CRTC.

LISTNUM 1 \l 1541              LE PRÉSIDENT : Oui.

LISTNUM 1 \l 1542              M. VALLÉE : Alors, faites référence au CRTC.

LISTNUM 1 \l 1543              LE PRÉSIDENT : Oui, d'accord.

LISTNUM 1 \l 1544              M. VALLÉE : Quand je reçois, par exemple, une lettre du Conseil de presse, comme j'ai déjà eu, je rencontre l'animateur, et on en discute, on en parle, parce que quand la lettre du Conseil de presse est arrivée, j'ai déjà eu des directives avec la personne en question.  C'est déjà fait ça.  Suite à ça, on en a discuté.  C'est ça.

LISTNUM 1 \l 1545              LE PRÉSIDENT : Vous parlez d'une radio d'opinions?

LISTNUM 1 \l 1546              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1547              LE PRÉSIDENT : Est‑ce que vous avez une politique de contenus verbaux, et si oui, pouvez‑vous nous la produire...

LISTNUM 1 \l 1548              M. VALLÉE : Non.


LISTNUM 1 \l 1549              LE PRÉSIDENT : ...et si non, vous avez besoin de combien de temps pour nous en produire une?

LISTNUM 1 \l 1550              C'est une question qu'on pose à tous les demandeurs qui veulent se spécialiser dans les contenus verbaux, et vous, vous dites, d'ailleurs, que vous êtes une radio d'opinions.

LISTNUM 1 \l 1551              Et puis cette politique là, évidemment, on va vous demander aussi de la publiciser, que les auditeurs sachent que vous avez une politique.  Peut‑être une façon de la faire connaître, ce serait de la mettre sur vos sites internet...

LISTNUM 1 \l 1552              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1553              LE PRÉSIDENT : ...pour que les gens puissent la connaître.  Et je comprendrais bien que dans votre politique, vous auriez une section qui dirait que les gens peuvent se plaindre qui ont à se plaindre et peuvent aussi le signifier au CRTC.

LISTNUM 1 \l 1554              M. VALLÉE : Oui.  Début de semaine prochaine.

LISTNUM 1 \l 1555              LE PRÉSIDENT : La semaine prochaine?

LISTNUM 1 \l 1556              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1557              LE PRÉSIDENT : Dans une semaine.  D'accord.


LISTNUM 1 \l 1558              M. VALLÉE : Il faut se rendre à la maison là.

LISTNUM 1 \l 1559              LE PRÉSIDENT : Oui, oui, je le sais, puis il faut prendre le temps de l'écrire.

LISTNUM 1 \l 1560              M. VALLÉE :  Oui.

LISTNUM 1 \l 1561              LE PRÉSIDENT:  Je vois que madame Martin prend des notes et puis c'est... il faut prendre le temps de l'écrire.

LISTNUM 1 \l 1562              Vous dites que...

LISTNUM 1 \l 1563              M. VALLÉE :  Mais je voudrais revenir sur un point.  Je vous disais que c'est trop cher.  Également, j'ai déjà fait partie de cette association‑là un nombre d'années et je n'en ai pas ressenti... tu sais, je n'ai pas eu rien pour, tu sais, je n'ai rien reçu pour.  Tu sais, payer quelque chose puis ne rien recevoir en échange, sauf des papiers là.

LISTNUM 1 \l 1564              LE PRÉSIDENT:  De quelle association parlez‑vous?

LISTNUM 1 \l 1565              M. VALLÉE :  Vous parliez de l'Association des radiodiffuseurs là.

LISTNUM 1 \l 1566              LE PRÉSIDENT :  Oui, mais moi, je vous ai parlé du Conseil des normes de la radiodiffusion.  Je n'ai pas parlé de l'Association canadienne des radiodiffuseurs.

LISTNUM 1 \l 1567              M. VALLÉE :  D'accord.


LISTNUM 1 \l 1568              LE PRÉSIDENT :  Mais pour être membre du Conseil des normes de la radiodiffusion, je reconnais qu'il faut être membre de l'Association canadienne des radiodiffuseurs parce que ça fait partie de la cotisation annuelle à l'Association qui est... c'est l'Association qui finance.

LISTNUM 1 \l 1569              M. VALLÉE :  Savez‑vous, monsieur Arpin, toute l'énergie que je mets là, je la mets dans une radio locale, régionale, dans mon développement à moi, O.K.

LISTNUM 1 \l 1570              LE PRÉSIDENT :  Non, non, puis c'est... je reconnais, ce sont des... mais c'est de la petite entreprise, ça, que vous avez là.  On ne peut pas...  et donc, il faut que vous soyez très attentif à la fois sur vos revenus et vos dépenses.

LISTNUM 1 \l 1571              M. VALLÉE :  Oui.  Ce qu'on vous demande également là, c'est 30 ans de ma vie à avoir monté ça là, antenne par antenne, tour par tour, pour ne pas déstabiliser les revenus publicitaires, hein!  On ne s'est pas embarqué dedans nous autres là... on fait ça dans trois mois là.  Tu sais, c'est 30 ans de ma vie que j'ai construit des tours et développé des marchés.


LISTNUM 1 \l 1572              Le marché, on est rendu au marché de Gaspé présentement, dans la suite logique de notre développement pour couvrir l'Est du Québec.  Nous croyons que le marché publicitaire...

LISTNUM 1 \l 1573              LE PRÉSIDENT :  Et quand je regarde votre carte de rayonnement là...

LISTNUM 1 \l 1574              M. VALLÉE :  Oui.

LISTNUM 1 \l 1575              LE PRÉSIDENT :  ... celle qui montre votre consolidation, je vois quand même que vous avez... il vous restera tout le secteur autour de Gaspé qui... ce qui s'appelle réseau CJMC, CFMV, CJBM

LISTNUM 1 \l 1576              M. VALLÉE :  Oui.

LISTNUM 1 \l 1577              LE PRÉSIDENT :  L'Est du Québec, bien là, on voit bien qu'entre CFMV et CJBM, il y a un trou là, éventuellement.  Ce sera la prochaine étape?

LISTNUM 1 \l 1578              M. VALLÉE :  On peut facilement mettre une répétitrice là, mais par la couverture qu'on a présentement, on va... il y a un débordement qui va se faire.

LISTNUM 1 \l 1579              LE PRÉSIDENT :  Non, mais c'est sûr que ces cartes‑là sont théoriques et ne sont pas des cartes pratiques.

LISTNUM 1 \l 1580              M. VALLÉE :  Également beaucoup... je me suis aperçu que beaucoup de gens sont câblés puis...

LISTNUM 1 \l 1581              LE PRÉSIDENT :  Mais le monde dans les automobiles, le câble, ça ne marche pas bien fort.


LISTNUM 1 \l 1582              M. VALLÉE :  Bien, dans les automobiles, vous allez rejoindre les deux ici là facilement.

LISTNUM 1 \l 1583              LE PRÉSIDENT :  Oui.

LISTNUM 1 \l 1584              M. VALLÉE :  Avec l'automobile, vous allez rejoindre facilement.  Le reste, les gens sont câblés puis ils nous écoutent sur le câble avec... il faut que tu passes par le câble automatiquement, ça fait que ça donne... c'est juste pour les automobiles en fin de compte puis le radio de table qui est sur le coin du salon là.

LISTNUM 1 \l 1585              Mais si la couverture n'est pas... si on n'est pas capable, c'est sûr qu'on peut mettre une répétitrice de faible puissance.

LISTNUM 1 \l 1586              LE PRÉSIDENT :  Monsieur Vallée, dans vos projections financières, comme vous avait reconnu d'ailleurs mon collègue, monsieur Morin, qu'elles étaient conservatrices, est‑ce que vous avez inclus les revenus potentiels qui viendront des marchés du territoire de Murdochville, Grande‑Vallée et Cloridorme?


LISTNUM 1 \l 1587              M. VALLÉE :  Non, il n'y a pas de marché assez potentiel pour...   Si vous prenez un vendeur qui va aller faire la tournée là‑bas pour aller vendre, on va prendre des... je le fais avec Sainte‑Anne‑des‑Monts puis le marché, je l'ai déjà fait.  J'ai déjà pris une journée pour aller vendre 300 $ à Grande‑Vallée là, c'est...  Tu sais, on fait un coup de téléphone de temps en temps le suivi là, mais c'est très marginal.

LISTNUM 1 \l 1588              LE PRÉSIDENT :  C'est marginal.  Donc, c'est...

LISTNUM 1 \l 1589              M. VALLÉE :  C'est plus la clientèle qui se déplace vers Gaspé.

LISTNUM 1 \l 1590              LE PRÉSIDENT :  Si le Conseil vous autorise puis vous permet de changer la source de programmation des émetteurs de Murdochville, Grande‑Vallée et de Cloridorme, ça n'a pas d'incidence économique sur votre projet de Gaspé.

LISTNUM 1 \l 1591              M. VALLÉE :  Non.

LISTNUM 1 \l 1592              LE PRÉSIDENT :  Et, en contrepartie, ça n'a pas d'incidence économique sur Sainte‑Anne‑des‑Monts.

LISTNUM 1 \l 1593              M. VALLÉE :  Non.

LISTNUM 1 \l 1594              LE PRÉSIDENT :  Maintenant, est‑ce que votre demande au Conseil...

LISTNUM 1 \l 1595              M. VALLÉE :  Bien, il y a une incidence économique, je parle de publicité.

LISTNUM 1 \l 1596              LE PRÉSIDENT :  Oui, oui, de revenus.

LISTNUM 1 \l 1597              M. VALLÉE :  Vous comprenez.  Mais je veux dire pas... c'est la clientèle qui va se déplacer vers Gaspé qui est importante.


LISTNUM 1 \l 1598              LE PRÉSIDENT :  Oui, mais... oui, oui.  Mais donc, effectivement, ce n'est pas la clientèle de Murdoch... les gens de Gaspé ne vont pas... ils vont peut‑être à Murdochville pour d'autres motifs que pour aller...

LISTNUM 1 \l 1599              M. VALLÉE :  Oui, peut‑être travailler, mais les gens... parce que quand on a commencé à avoir des antennes dans ce coin‑là c'est que Sainte‑Anne‑des‑Monts était plus fort que Gaspé pour attirer la clientèle.

LISTNUM 1 \l 1600              Maintenant, la clientèle est plus attirée vers Gaspé.  Murdochville est plus attirée vers Gaspé et du côté de Grande‑Vallée.  Avant ça c'était le contraire, mais maintenant c'est comme ça.

LISTNUM 1 \l 1601              LE PRÉSIDENT :  Et quels sont les phénomènes qui ont fait que ça s'est déplacé de Sainte‑Anne‑des‑Monts vers Gaspé?

LISTNUM 1 \l 1602              M. VALLÉE :  C'est le développement économique de Gaspé et...

LISTNUM 1 \l 1603              LE PRÉSIDENT :  Oui. C'est l'arrivée des... ce qu'on appelle en anglais les *Big Box+.

LISTNUM 1 \l 1604              M. VALLÉE :  Le boom économique.

LISTNUM 1 \l 1605              LE PRÉSIDENT :  Les grandes surfaces.


LISTNUM 1 \l 1606              M. VALLÉE :  Oui.  Puis le développement économique de Gaspé.  Les gens sont dynamiques et ont vu à leur développement tandis qu'à Sainte‑Anne‑des‑Monts, on a... on a traîné un peu puis on en a perdus avec le temps puis on n'a pas de centre d'achats, ça fait que les centres d'achats les gens sont plus attirés, c'est sûr.

LISTNUM 1 \l 1607              LE PRÉSIDENT :  Monsieur, vous nous parlez de Murdochville, Grande‑Vallée et...

LISTNUM 1 \l 1608              M. VALLÉE :  Oui.

LISTNUM 1 \l 1609              M. VALLÉE :  Mais vous n'avez pas déposé de demande pour rapatrier ces émetteurs‑là vers... sur Gaspé.  Ce que vous entendez, si le Conseil vous autorise votre station à Gaspé, est‑ce que...

LISTNUM 1 \l 1610              M. VALLÉE :  Oui.

LISTNUM 1 \l 1611              LE PRÉSIDENT :  Est‑ce qu'on peut prendre votre engagement que vous demanderez au Conseil pour changer la source de programmation?

LISTNUM 1 \l 1612              M. VALLÉE :  Oui, je me suis... oui, je l'ai même d'ailleurs marqué dans mes dossiers que je le ferais suite au consentement du Conseil.

LISTNUM 1 \l 1613              LE PRÉSIDENT :  Parce que ne prenez pas pour acquis qu'une décision favorable du Conseil entraînerait par la même occasion le réaménagement des sources de programmes pour Murdochville, Cloridorme et Grande‑Vallée.


LISTNUM 1 \l 1614              M. VALLÉE :  Je peux en faire, mais pas tout faire, bon.

LISTNUM 1 \l 1615              LE PRÉSIDENT :  Je ne vous demande pas de faire toute la même semaine là.

LISTNUM 1 \l 1616              M. VALLÉE :  C'est sûr.  Mais c'est quelque chose qui est simple hein!  Je veux dire, la programmation, il s'agit de le demander c'est sûr.

LISTNUM 1 \l 1617              LE PRÉSIDENT :  Oui.  Je reviens à la programmation puis à vos... est‑ce que vos animateurs comme monsieur Péloquin, madame Cyr, monsieur Bossé, vont aussi être en onde à Gaspé?

LISTNUM 1 \l 1618              M. VALLÉE :  Moi, je vais vous dire, Gaspé, on va prioriser.  On va faire un gros effort pour avoir des animateurs sur place, des créneaux.  Mais avec ce que je développe présentement puis laissez‑moi aller quelques années là‑dedans là, on va réussir à avoir des animateurs pas sur place; on est en train de développer quelque chose là, tu sais.

LISTNUM 1 \l 1619              On a quelque chose d'intéressant entre les mains à offrir à la population.  On va prioriser les gens sur place, c'est sûr, c'est très important.  Mais il y a des créneaux, s'il y a des animateurs qui nous frappent la porte et qui s'en vont et qu'il faut recommencer à zéro avec des animateurs sans expérience, et puis perdre du marché, là je n'embarque plus.


LISTNUM 1 \l 1620              LE PRÉSIDENT :  Vous m'avez dit tantôt, puis...

LISTNUM 1 \l 1621              Mme G. BEAUCHEMIN :  Si monsieur... excusez‑moi.  Si ça ne fonctionne pas, si... on ne vendra pas de publicité, on ne fonctionnera pas, tu sais, ça va...    Moi, ce que je veux, c'est de vendre de la publicité pour rentabiliser mon affaire, tu sais, alors, en réponse à votre question.

LISTNUM 1 \l 1622              LE PRÉSIDENT :  Oui.  Mais si... mettons que ça fonctionne pour les fins de l'hypothèse, comme base d'hypothèse pour ma prochaine question.

LISTNUM 1 \l 1623              M. VALLÉE :  Oui

LISTNUM 1 \l 1624              LE PRÉSIDENT :  Et ça s'applique présentement là, est‑ce que messieurs Péloquin, Bossé et Cyr sont aussi à Sainte‑Anne‑des‑Monts présentement ou s'ils sont seulement à Chandler?

LISTNUM 1 \l 1625              M. VALLÉE :  Ils sont à Chandler.  Péloquin est à Chandler et Sainte‑Anne‑des‑Monts; Martin Bossé est seulement à Chandler et Caroline Cyr est à Chandler.  Sainte‑Anne‑des‑Monts, ils ont leur animateur.


LISTNUM 1 \l 1626              LE PRÉSIDENT :  Maintenant, comment faites‑vous avec monsieur Péloquin pour... puis là, je parle de la mécanique pure et simple parce que vous avez dit que vous cherchiez quand même à avoir une saveur locale pour que monsieur Péloquin sache, pas juste les grands traits d'événements, mais c'est... il pleut aujourd'hui à Sherbrooke, mais il fait soleil à Chandler puis c'est du grésil à Sainte‑Anne‑des‑Monts, comment...

LISTNUM 1 \l 1627              M. VALLÉE :  Par internet c'est...

LISTNUM 1 \l 1628              LE PRÉSIDENT :  Comment monsieur Péloquin le sait?

LISTNUM 1 \l 1629              M. VALLÉE :  Par internet, c'est facile.  Si vous prenez comme exemple...

LISTNUM 1 \l 1630              LE PRÉSIDENT :  Par internet?

LISTNUM 1 \l 1631              M. VALLÉE :  Oui, bien, c'est facile en météo en direct, même on peut avoir une caméra, tu sais.

LISTNUM 1 \l 1632              LE PRÉSIDENT :  Bien oui, c'est ça.  Il est branché sur Météomédia, il est branché sur Cyberpresse, il est branché...

LISTNUM 1 \l 1633              M. VALLÉE :  Oui, mais il y a d'autre chose qui est fait.  C'est que...

LISTNUM 1 \l 1634              LE PRÉSIDENT :  ... sur le conseil de presse, je suppose.

LISTNUM 1 \l 1635              M. VALLÉE :  Mais, monsieur Arpin, le matin, le menu du jour disons... la météo là est enregistrée, O.K.  Elle passe continuellement.


LISTNUM 1 \l 1636              LE PRÉSIDENT :  Oui, mais si elle change pendant la journée?

LISTNUM 1 \l 1637              M. VALLÉE :  Bien, il va la changer, l'animateur local va la changer.  C'est l'information ça.

LISTNUM 1 \l 1638              LE PRÉSIDENT :  Donc, monsieur Péloquin...

LISTNUM 1 \l 1639              M. VALLÉE :  Excusez; il ne s'occupe pas de la météo, lui.

LISTNUM 1 \l 1640              LE PRÉSIDENT :  Il ne le fait pas.

LISTNUM 1 \l 1641              M. VALLÉE :  Lui, il s'occupe d'animer et de divertir les gens, c'est le retour pour les gens, tu sais.

LISTNUM 1 \l 1642              LE PRÉSIDENT :  Oui, c'est ça.

LISTNUM 1 \l 1643              M. VALLÉE :  L'émission du matin en tant que telle, ça serait peut‑être plus adéquat de vous dire comment ça fonctionne, O.K.  Je ne vais pas dire tous mes trucs‑là, mais les lignes sont transférées le matin chez... sur une voix locale et la météo est dite par le gars justement, avec qu'est‑ce qui se passe.


LISTNUM 1 \l 1644              Les employés qui rentrent au bureau, on donne toute l'information, les menus du jour, on donne tout... on transfère tout ce qu'il y a de dossiers pour lui, qu'il puisse en parler.  Il a toute l'information locale où il peut en parler.  Il y a l'information nationale et, également, il y a des gros sports qui rentrent, il y a les journalistes qui rentrent entre‑temps dans cette émission‑là.

LISTNUM 1 \l 1645              Les piliers sont là pour divertir.  Les piliers sont là pour divertir et les autres, c'est les journalistes du sport, les journalistes locaux, la météo, ça tourne autour de ça.

‑‑‑ Discussion hors dossier

LISTNUM 1 \l 1646              LE PRÉSIDENT :  On va prendre une pause de 15 minutes et puis on va revenir, j'aurai encore d'autres questions.

‑‑‑ Suspension à 1059 / Upon recessing at 1059

‑‑‑ Reprise à 1114 / Upon resuming at 1114

LISTNUM 1 \l 1647              LE PRÉSIDENT :  À l'ordre, s'il vous plaît.

LISTNUM 1 \l 1648              Monsieur Vallée, on va reprendre.  Vous avez fait allusion à plusieurs reprises, y compris dans votre présentation orale ce matin, que vous aviez adapté une...

LISTNUM 1 \l 1649              M. VALLÉE :  Une nouvelle technologie.


LISTNUM 1 \l 1650              LE PRÉSIDENT :  ... une nouvelle technologie qui va révolutionner le monde radiophonique.  Je suis sûr que tous les radiodiffuseurs veulent connaître votre nouvelle technologie.  Pouvez‑vous nous la décrire et nous éclairer sur ça?

LISTNUM 1 \l 1651              M. VALLÉE :  C'est un peu comme je disais tantôt, mais avec internet maintenant, avec les nouveaux logiciels qui sont disponibles, on peut faire une interaction régionale entre les stations.

LISTNUM 1 \l 1652              Alors, autant quelqu'un qui peut être en direct à Sainte‑Anne‑des‑Monts peut diffuser à Chandler, comme Chandler peut diffuser à Gaspé et Gaspé peut diffuser dans les deux autres stations, ça peut facilement se faire.  On a la technologie maintenant pour le faire.

LISTNUM 1 \l 1653              Internet va parler aussi aux gens au régional, tu sais.  C'est un outil de triangle entre les trois stations, en plus, c'est sûr, d'avoir des animateurs d'expérience, comme je vous ai dit, qui sont, eux, des... j'appelle ça les *piliers+ puis autour de tout ça vous avez les animateurs locaux qui font la nouvelle, les sports, la météo.

LISTNUM 1 \l 1654              LE PRÉSIDENT :  Mais vous avez aussi parlé au tout début de votre comparution de l'utilisation de ce qu'on appelle le *système Comrex+.

LISTNUM 1 \l 1655              M. VALLÉE :  Oui.


LISTNUM 1 \l 1656              LE PRÉSIDENT :  Vous le liez à des liens internet votre système Comrex ou à des lignes téléphoniques?

LISTNUM 1 \l 1657              M. VALLÉE :  Le système Comrex... c'est des lignes téléphoniques.  Le système Comrex, c'est une alternative.  C'est beaucoup plus dispendieux, mais ça fait encore plus direct.  Ça fait qu'au lieu d'avoir l'intervention après la pièce musicale, vous l'avez avant la pièce musicale.

LISTNUM 1 \l 1658              C'est une possibilité qu'on a regardée, mais avec l'expérience qu'on a depuis deux mois avec l'émission du matin, je ne crois pas qu'on puisse revenir sur le système Comrex.  C'était dans nos notes, mais...

LISTNUM 1 \l 1659              LE PRÉSIDENT :  Et quand vous parlez... évidemment, l'internet, vous parlez d'internet à très haute vitesse, je suppose?

LISTNUM 1 \l 1660              M. VALLÉE :  Oui, oui, c'est sûr.  Imaginez comme l'émission de nuit de Gaspé.  On parlait de nouvelle technologie puis, tu sais, de développer la radio régionale.

LISTNUM 1 \l 1661              L'animateur est là à partir de minuit le soir, les lignes sont transférées à Gaspé et les trois animateurs... les trois ordinateurs fonctionnent au quart de tour ensemble, la musique est toujours dans les trois... c'est comme ça que ça fonctionne.


LISTNUM 1 \l 1662              L'animateur en devoir rentre en onde...

LISTNUM 1 \l 1663              LE PRÉSIDENT :  C'est la même musique dans les trois stations?

LISTNUM 1 \l 1664              M. VALLÉE :  Oui, qui tourne, c'est ça.

LISTNUM 1 \l 1665              LE PRÉSIDENT :  O.K. donc.  Mais à partir d'une seule source.

LISTNUM 1 \l 1666              M. VALLÉE :  C'est ça.  Alors...

LISTNUM 1 \l 1667              LE PRÉSIDENT :  Donc, vous opérez en réseau

LISTNUM 1 \l 1668              M. VALLÉE :  C'est ça.  Et l'animateur peut, avec les lignes téléphoniques, prendre les demandes spéciales autant quelqu'un de Port‑Cartier que du nord du Nouveau‑Brunswick, de Chandler, de partout dans l'Est du Québec et faire le suivi en fin de compte de ce qui se passe la nuit puis tout ça.  Également, on peut le faire également en réseau les fins de semaine dans des émissions de demandes spéciales, également dans des émissions de nouvelles le matin où les journalistes peuvent se parler ensemble.


LISTNUM 1 \l 1669              Dans les ordinateurs, on l'a présentement, les journalistes du matin parlent avec le commentateur aux sports par internet pour avoir une qualité sonore et c'est comme s'ils étaient en direct là.

LISTNUM 1 \l 1670              LE PRÉSIDENT :  Mais c'est la qualité sonore de l'internet?

LISTNUM 1 \l 1671              M. VALLÉE :  Non, non, non.  Ça a une qualité... non, non, non.

LISTNUM 1 \l 1672              LE PRÉSIDENT :  Non, non, mais quand vous êtes sur les...

LISTNUM 1 \l 1673              M. VALLÉE :  Non, non, non.  C'est une très... c'est comme... c'est comme si ce serait...

LISTNUM 1 \l 1674              LE PRÉSIDENT :  Mais c'est en monophonie; ce n'est pas en stéréo?

LISTNUM 1 \l 1675              M. VALLÉE :  Non, non; c'est en stéréo, monsieur.

LISTNUM 1 \l 1676              LE PRÉSIDENT :  C'est en stéréophonie également?

LISTNUM 1 \l 1677              M. VALLÉE :  Oui, oui, oui.  Même que plus que... on a une émission country venant de Sainte‑Anne‑des‑Monts le samedi soir puis je vous dirais que sur internet, la qualité sonore des... parce qu'ils font tourner des CDs là‑bas qui passent par internet là puis la qualité sonore dans la stéréophonie, je crois qu'il y a une meilleure qualité sonore même.

LISTNUM 1 \l 1678              Non, non, ce n'est pas... je pense que ça a évolué.


LISTNUM 1 \l 1679              LE PRÉSIDENT :  Ce n'est pas un signal dégradé.  Les niveaux de compression...

LISTNUM 1 \l 1680              M. VALLÉE :  Je ne pourrais pas vendre de publicité si j'avais un signal dégradé hein!

LISTNUM 1 \l 1681              LE PRÉSIDENT :  Effectivement.  Je comprends ce que vous me dites.

LISTNUM 1 \l 1682              Monsieur Vallée, on va parler un peu de la capacité financière du marché de Gaspé et que, bon, vous avez fait faire une analyse par Touché PHD pour essayer de trouver un créneau qui vous... de programmation qui vous serait... qui pourrait vous distinguer par rapport à ce qui est disponible actuellement dans le marché.

LISTNUM 1 \l 1683              Une de vos hypothèses c'est que, actuellement, il y a une bonne partie des heures d'écoute du marché qui sont dévolues à des stations qui ne sont pas... qui ne diffusent pas à partir de Gaspé.  Ces stations‑là, est‑ce que vous êtes capable de les identifier?  Est‑ce que c'est des stations du Nouveau‑Brunswick?  Est‑ce des stations... parce que ce n'est pas dans l'étude de Touché.

LISTNUM 1 \l 1684              M. VALLÉE :  Bien, moi, c'est des stations comme des stations de Montréal et de Québec qui sont sur le câble, qui sont diffusées par le câble.  Vous avez une série de radios qui sont diffusées là.


LISTNUM 1 \l 1685              LE PRÉSIDENT :  Oui.  Qui sont?

LISTNUM 1 \l 1686              M. VALLÉE :  Il y a peut‑être une partie sur internet aussi, mais c'est marginal, internet.  Ce n'est pas encore développé pour...  On a les rapports de gens qui font de la radio sur internet là puis il y a 50 personnes par jour qui les écoutent.  Ce n'est pas assez... c'est tout à développer puis ce n'est pas une technologie, d'après moi.

LISTNUM 1 \l 1687              LE PRÉSIDENT :  Selon BBM, c'est 1.1 pour cent des heures d'écoute totales du Canada.

LISTNUM 1 \l 1688              M. VALLÉE :  O.K.  Mais, par exemple, comme je vous ai dit tantôt, on avait... je vais revenir, j'en ai parlé tout à l'heure avec un monsieur ici.  C'est qu'avec internet et la... le laisser‑aller sur internet des nouvelles stations de radio internet qu'on appelle ‑‑ je ne sais pas pourquoi on appelle ça *radio internet+; une caisse populaire, c'est une caisse populaire, une église c'est une église, une radio c'est une radio.  On ne vend pas de bière dans les caisses populaires puis il y a des lois pour tout le monde ‑‑ un animateur peut accrocher son manteau puis le lendemain matin partir une radio sur internet dans un même marché, vendre de la publicité dans le même marché sans qu'il soit... qu'il passe ici là, tu sais.


LISTNUM 1 \l 1689              Il va aller fouiller dans le marché, il va aller travailler le marché, mais il peut vous conter un paquet de menteries pour dire : ah! moi, je couvre 3 000, mais quand on regarde les rapports là, 40, 50 personnes qui l'écoutent, mais il va fouiller dans le marché quand même.

LISTNUM 1 \l 1690              LE PRÉSIDENT :  Oui.

LISTNUM 1 \l 1691              M. VALLÉE :  Puis c'est tout ce qu'on subit présentement.

LISTNUM 1 \l 1692              LE PRÉSIDENT :  En avez‑vous à Chandler?

LISTNUM 1 \l 1693              M. VALLÉE :  Oui.  Le dernier animateur qu'on a eu justement ‑‑ j'en viens à ça ‑‑ *Succès populaire et opinion+, opinion c'était la tangente qu'on avait avec notre dernier animateur du matin qui a décidé de s'en aller.  On voulait l'amener à Gaspé.  C'est garanti que depuis les deux derniers mois on n'a pas été dans l'option pour Opinion.

LISTNUM 1 \l 1694              On sait que vous ne gérez pas les structures de ça, mais j'aimerais vous faire part que peut‑être, selon moi, on devrait faire disparaître Opinion parce que ce n'est pas tellement la tangente qu'on va prendre dans les prochains mois avec l'expérience qu'on a eue de style de radio qu'on avait.  C'était plus succès populaire.


LISTNUM 1 \l 1695              LE PRÉSIDENT :  Le type adulte contemporain.

LISTNUM 1 \l 1696              M. VALLÉE :  Oui, parce que, justement, ces genres d'animateurs‑là, tu as beau les reprendre, les refaire, parce qu'il faut dire, je ne sais pas là, c'est... on dirait que les animateurs disent, à 11 h 00 le matin quand un animateur finissait de travailler, c'était le style de...

LISTNUM 1 \l 1697              L'animateur du matin finissait de travailler, s'il s'était passé des choses, on s'assoyait, on en discutait puis la veille qu'il est parti même, je suis allé à l'extérieur avec lui, je lui ai tout expliqué.  J'ai dit : regarde, si tu t'en allais dans une salle communautaire, on dirait : regarde, ce soir, c'est moi qui anime, tu aurais peut‑être bien du monde, mais au bout de la cinquième journée, tu n'en aurais plus  Alors, il faut que tu fasses attention.

LISTNUM 1 \l 1698              Puis le lendemain, c'était encore dérapé, ça fait qu'il n'y avait plus rien à faire.  Il est parti puis il s'est parti une radio internet.  Alors, comme je vous disais tantôt, on devrait enlever le... parce que, lui, il devait s'en aller en... on devrait enlever de notre mémoire Opinion.


LISTNUM 1 \l 1699              LE PRÉSIDENT :  Le volet Opinion.  Est‑ce que ça a une incidence sur votre... la possibilité de générer vos revenus anticipés?

LISTNUM 1 \l 1700              M. VALLÉE : Positive, je crois, parce que, avec l'animateur qu'on a le matin présentement, on a des interventions qui sont sensées, et sur internet, on a doublé la cote d'écoute présentement.  On est parti de mille quelque chose, 1 100, puis dans le dernier rapport, on était à 2 250 sur internet qui nous écoutaient, qui venaient dans le mois là, une fois.  On a eu également des bons commentaires.

LISTNUM 1 \l 1701              LE PRÉSIDENT : Puis vos messieurs Péloquin et Bossé...

LISTNUM 1 \l 1702              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1703              LE PRÉSIDENT : ...ne font‑ils pas de la radio d'opinion parce que...

LISTNUM 1 \l 1704              M. VALLÉE : Non.

LISTNUM 1 \l 1705              LE PRÉSIDENT : ...CIGR, qui est leur employeur de base, est dans la radio d'opinion?

LISTNUM 1 \l 1706              M. VALLÉE : Non.  Monsieur Bossé travaille seulement pour nous autres.  Il a son studio chez eux.  Il ne travaille plus pour... il a été remercié suite, justement, à l'achat de la station.  Ils ont mis monsieur...

LISTNUM 1 \l 1707              LE PRÉSIDENT : Bien, ce n'est pas encore acheté, mais en tout cas...


LISTNUM 1 \l 1708              M. VALLÉE : Oui.  Il a été remercié, de toute façon.  Il travaillait les fins de semaine là.  Alors, on peut avoir...

LISTNUM 1 \l 1709              LE PRÉSIDENT : La décision du Conseil n'est pas encore connue, mais j'espère bien que Corus, qui est une entreprise majeure, n'a pas fait d'infraction au Règlement.  En tout cas, j'en prends bonne note que vous me dites que ça été acheté, mais il y a une offre d'achat.

LISTNUM 1 \l 1710              M. VALLÉE : Bien, c'est ça, il y une offre d'achat, les employés ont été remerciés, monsieur Bossé travaille pour chez nous à plein temps le matin, et avec la nouvelle technologie, on peut avoir un pilier, comme je vous ai dit, mais avec tout le monde autour qui est régional pour aller chercher la meilleure cote d'écoute, pour que les gens aient une bonne radio là.

LISTNUM 1 \l 1711              LE PRÉSIDENT : Et c'est avec cette bonne radio que vous allez générer les revenus locaux que vous anticipez?

LISTNUM 1 \l 1712              M. VALLÉE : Oui.  Oui.

LISTNUM 1 \l 1713              LE PRÉSIDENT : Alors, vous dites que vous allez avoir une incidence négligeable sur Radio Gaspésie.


LISTNUM 1 \l 1714              M. VALLÉE : On parle de deux... excusez‑moi.

LISTNUM 1 \l 1715              LE PRÉSIDENT : Vous êtes arrivé à cette conclusion là en utilisant quelle hypothèse?

LISTNUM 1 \l 1716              M. VALLÉE : Avec le dossier de Touché! 75 pour cent de la clientèle n'écoutait pas CJRG... avec 45 ans et plus, excusez‑moi.  Je vais le retrouver ici.

‑‑‑ Pause

LISTNUM 1 \l 1717              M. VALLÉE : Officiellement, vous arrivez avec des heures d'écoute dans les 18‑34, où il y a très peu d'heures d'écoute dans les derniers sondages BBM.

LISTNUM 1 \l 1718              On dit que 75 pour cent de l'auditoire de CJRG‑FM est âgé de 45 ans et plus.  Alors, il reste de la place pour une autre station, je pense.

LISTNUM 1 \l 1719              LE PRÉSIDENT : D'accord.

LISTNUM 1 \l 1720              M. VALLÉE : On dit que le format de la station, le créneau est actuellement très mal desservi à Gaspé, 9 heures d'écoute radio chez les 18‑34.

LISTNUM 1 \l 1721              LE PRÉSIDENT : Mais comme ils sont la seule station du marché...

LISTNUM 1 \l 1722              M. VALLÉE : Oui.


LISTNUM 1 \l 1723              LE PRÉSIDENT : ...avec une présence locale...

LISTNUM 1 \l 1724              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1725              LE PRÉSIDENT : ...est‑ce qu'il n'est pas possible que les annonceurs, malgré que ça ne soit pas le créneau idéal pour eux, ne soient pas annonceurs à Radio Gaspésie, à CJRG.  Je pense, par exemple, à des bars qui vont être plus attirés par un format musical comme celui que vous proposez.

LISTNUM 1 \l 1726              M. VALLÉE : Mm‑hmm.

LISTNUM 1 \l 1727              LE PRÉSIDENT : Mais comme CJRG est tout seul présentement dans son marché, est‑ce que c'est pensable que ces annonceurs là soient à l'antenne de Radio Gaspésie ou ils ont opté pour annoncer dans les hebdos de Quebecor ou de ne pas annoncer du tout?

LISTNUM 1 \l 1728              M. VALLÉE : Si la clientèle cible...

LISTNUM 1 \l 1729              LE PRÉSIDENT : Sauf qu'un bar, s'ils annoncent pas, il y a moins..

LISTNUM 1 \l 1730              M. VALLÉE : Bien, c'est ça.

LISTNUM 1 \l 1731              LE PRÉSIDENT : ...ça amène moins de monde dans le bar.

LISTNUM 1 \l 1732              M. VALLÉE : Oui.  Présentement, ils vont travailler avec les outils qu'ils ont.  On va ouvrir...

LISTNUM 1 \l 1733              LE PRÉSIDENT : Donc, c'est pour ça.  J'essaie de mesurer cet impact là.


LISTNUM 1 \l 1734              D'après vous... vous avez étudiez le marché de Gaspé, vous voulez même aller vous y établir.

LISTNUM 1 \l 1735              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1736              LE PRÉSIDENT : Donc, vous avez étudié le marché de Gaspé.  Donc, d'après vous, quelle portion des revenus de publicité locale qui est actuellement en ondes à CJRG est susceptible de se déplacer vers chez vous?

LISTNUM 1 \l 1737              Parce qu'il est possible qu'il y a des clients qui vont décider... parce qu'il peut y avoir trois options : des clients qui vont carrément se déplacer; d'autres qui vont partager le budget; puis d'autres qui vont accroître le budget.

LISTNUM 1 \l 1738              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1739              LE PRÉSIDENT : Mais je commence par la première cible là.  Avez‑vous fait vous‑même une estimation?  Vous avez fait des projections?

LISTNUM 1 \l 1740              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1741              LE PRÉSIDENT : Vous dites que ça fait 30 ans que vous faites ça, puis que vous figurez comment vous allez générer vos revenus.  Donc, vous avez fait des projections financières, que vous avez déposées, évidement, mais elles sont consolidées.


LISTNUM 1 \l 1742              Mais j'essaie de savoir de vous c'est quoi l'impact réel anticipé... évidemment, peut‑être qui n'est pas réel.  Je vais enlever le mot * réel +.

LISTNUM 1 \l 1743              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1744              LE PRÉSIDENT : C'est quoi l'impact anticipé de votre nouvelle station sur la station locale CJRG?  Puis ne venez pas me dire qu'il n'y en aura pas, ça serait assez pour que je ne vous crois pas.

LISTNUM 1 \l 1745              M. VALLÉE : Moi, je me dis qu'on peut aller chercher 25 pour cent, 20‑25 pour cent.

LISTNUM 1 \l 1746              LE PRÉSIDENT : Vingt‑25 pour cent de leurs revenus?

LISTNUM 1 \l 1747              M. VALLÉE : Oui.  Puis à 20‑25 pour cent, je crois qu'on atteint déjà nos ventes annuelles.

LISTNUM 1 \l 1748              LE PRÉSIDENT : Vos ventes annuelles.

LISTNUM 1 \l 1749              M. VALLÉE : Mm‑hmm, à 20 pour cent.

LISTNUM 1 \l 1750              LE PRÉSIDENT : Je pose la même question par rapport à CHNC parce qu'on sait par le dossier de CHNC qu'ils vont en chercher eux autres aussi de l'argent en Gaspé.

LISTNUM 1 \l 1751              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1752              LE PRÉSIDENT : Maintenant, vous allez être dans... CHNC lui aussi s'adresse à un auditoire qui est plus âgée que vous.  Est‑ce que vous anticipez aller faire du déplacement publicitaire sur les annonceurs qui sont actuellement à CHNC?


LISTNUM 1 \l 1753              M. VALLÉE : Je connais plus les annonceurs qui annoncent à CHNC qui venaient de Gaspé, et je croirais plus que ces annonceurs là vont accroître leur marché, parce que ce que CHNC va chercher à Gaspé, c'est plus des garages comme... et également certains créneaux dans l'année, mais c'est très marginal.  Je m'attends plus que ça va être une augmentation, vu que notre station va couvrir Chandler également, dans ces marchés là.

LISTNUM 1 \l 1754              LE PRÉSIDENT : Maintenant, vous avez dit dans votre présentation que l'auditoire de Gaspé était, en terme d'heures d'écoute hebdomadaires, inférieure à la moyenne québécoise et que votre plan d'affaires était basé essentiellement sur le retour en ondes... ou à l'écoute, pardon, d'une partie, en tous les cas, de ces auditeurs.  Cependant, il doit y avoir une partie des auditeurs de CJRG et de CHNC que vous anticipez aller chercher.

LISTNUM 1 \l 1755              Est‑ce que vous avez une idée de ce que serait cette part d'écoute là?

LISTNUM 1 \l 1756              M. VALLÉE : On parle des parts du marché à peu près de 10 pour cent la première année, 20 pour cent la deuxième année, et 23 pour cent la troisième année, dans les heures totales, dans la clientèle qu'ils ont présentement.


LISTNUM 1 \l 1757              LE PRÉSIDENT : Oui.  Dans la clientèle actuelle des deux stations?

LISTNUM 1 \l 1758              M. VALLÉE : Oui.  Il ne faut pas se leurrer non plus.  Il faut dire que même si tu as 18 ans ou 30 ans, on écoute quand même CJRG, la seule station de radio locale.

LISTNUM 1 \l 1759              LE PRÉSIDENT : Puis dans les stations de Montréal ou de Québec qui sont disponibles sur le câble, quelle portion d'écoute anticipez‑vous aller récupérer?

LISTNUM 1 \l 1760              M. VALLÉE : On avait marqué...

‑‑‑ Pause

LISTNUM 1 \l 1761              M. VALLÉE : Moi, je dis un pourcentage au moins de 30 pour cent de ça, facilement, justement parce que là, présentement, on écoute une station et on n'a pas d'autre choix que d'écouter les autres stations dans notre créneau qui viennent de Québec ou de Montréal, sans aucune information locale.  Facilement 30 pour cent.

LISTNUM 1 \l 1762              On a vécu l'expérience à Sainte‑Anne‑des‑Monts également.  Avec une radio locale, il y a beaucoup moins de monde qui écoute les stations de Montréal et Québec dans un créneau.


LISTNUM 1 \l 1763              LE PRÉSIDENT : Maintenant, si je prends votre troisième année d'exploitation comme barème...

LISTNUM 1 \l 1764              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1765              LE PRÉSIDENT : ...je vois que vos revenus publicitaires anticipés sont inférieurs à ce que vous réalisez à Chandler.

LISTNUM 1 \l 1766              Est‑ce que c'est parce que le marché de Chandler est plus dynamique que le marché de Gaspé?

LISTNUM 1 \l 1767              M. VALLÉE : Le marché de Chandler est un marché qu'on a développé avec le temps.  On a des annonceurs qui sont là depuis X temps.  On travaille notre marché.  On est les seuls dans ce marché là, et on le travaille.

LISTNUM 1 \l 1768              Gaspé, c'est optimiste de trouver ce marché là.

LISTNUM 1 \l 1769              LE PRÉSIDENT :  Maintenant, Monsieur Vallée ‑‑ puis ça, je vais la poser cet après‑midi à CHNC, puis je vais la poser à CJRG aussi ‑‑ quelle incidence aurait, sur votre plan d'affaires, une décision du Conseil qui permettrait, qui vous autoriserait et qui permettrait à CHNC aussi de passer du AM et du FM, et éventuellement de devenir station locale?


LISTNUM 1 \l 1770              M. VALLÉE : Oui.  Moi, je vais vous dire, ils sont rendus là eux autres aussi.  Je n'ai rien contre, moi, qu'ils changent du AM au FM.  Il ne faut pas oublier que CHNC, en changeant leur émetteur AM de Gaspé qui couvrait tout le territoire, changer pour une petite antenne au centre‑ville de Gaspé, il n'y a plus de radio qui couvre le territoire de la MRC au complet.  Alors, nous serons la seule radio à couvrir les...

LISTNUM 1 \l 1771              LE PRÉSIDENT : Mais là, je parle en termes économiques.  Vous avez dit que Murdochville, Grande‑Vallée, puis Cloridorme, ça n'apportait rien en termes de revenus.

LISTNUM 1 \l 1772              M. VALLÉE : Oui, mais les auditeurs sont là.

LISTNUM 1 \l 1773              LE PRÉSIDENT : Ça fait que ça n'a pas d'incidence.

LISTNUM 1 \l 1774              M. VALLÉE : Moi, Monsieur...  Non, non, on ne parle pas de revenus, on parle de...  Il n'y a plus de radio là.  Les gens n'ont plus aucun contact avec ce qui se passe présentement avec la Gaspésie là.  Ça fait que CHNC sortir, CJRG n'est pas là, puis nous autres, on couvre Sainte‑Anne.  Ça fait qu'il n'y a plus personne qui a le contact avec Gaspé là.  On se retire, on abandonne des marchés.

LISTNUM 1 \l 1775              LE PRÉSIDENT : Ce n'est pas ça que je vous ai dit.

LISTNUM 1 \l 1776              M. VALLÉE : Non, O.K.


LISTNUM 1 \l 1777              LE PRÉSIDENT : J'ai dit, on vous autorise...

LISTNUM 1 \l 1778              M. VALLÉE : Oui, d'accord.

LISTNUM 1 \l 1779              LE PRÉSIDENT : ...à Gaspé...

LISTNUM 1 \l 1780              M. VALLÉE : Oui, c'est vrai, ce n'est pas ça que vous m'avez dit.

LISTNUM 1 \l 1781              LE PRÉSIDENT : ...et puis, on vous autorise éventuellement à changer la source de programmation de Murdochville, Grande‑Vallée et Cloridorme.  Vous êtes le seul à avoir tout ce territoire là parce que ce n'est pas la proposition qui est devant nous de la part de CHNC d'un côté, puis CJRG n'a pas cette couverture là non plus.

LISTNUM 1 \l 1782              Je vous demande c'est quoi l'incidence économique sur votre plan d'affaires que...

LISTNUM 1 \l 1783              M. VALLÉE : Aucune incidence.

LISTNUM 1 \l 1784              LE PRÉSIDENT : ...que tout ça se matérialise?

LISTNUM 1 \l 1785              M. VALLÉE : Aucune incidence.  Vous pouvez leur donner leur permis, mais seulement, il y a des... en tout cas, on verra après‑midi qu'est‑ce qu'ils ont à dire.  Mais on peut leur donner leur permis, c'est sûr.  Comme moi, j'en ai fait du AM, puis on est rendu là au FM.


LISTNUM 1 \l 1786              LE PRÉSIDENT : Bien non, on n'est plus au AM là, on est rendu au FM.

LISTNUM 1 \l 1787              M. VALLÉE : C'est ça, oui.  Quand ce n'est plus le temps de porter des culottes carreautées verte et rouge, on ne les porte plus, on met d'autre chose.

LISTNUM 1 \l 1788              LE PRÉSIDENT : Bon.

LISTNUM 1 \l 1789              M. VALLÉE : T'sais, c'est normal.  Donnez‑leur, pas de problème.  Je n'ai aucune misère avec ça, mais s'ils continuent dans ce créneau là, bien, ils auront leur station à rouler avec du FM, c'est tout à fait normal.

LISTNUM 1 \l 1790              LE PRÉSIDENT : Bon.  Écoutez, ça complète mes questions.

LISTNUM 1 \l 1791              Monsieur Katz.

LISTNUM 1 \l 1792              CONSEILLER KATZ : Non.

LISTNUM 1 \l 1793              M. VALLÉE : Pas de questions?

LISTNUM 1 \l 1794              LE PRÉSIDENT : Monsieur le conseiller juridique?

LISTNUM 1 \l 1795              Me GAGNON : Oui.  Écoutez, moi, je n'ai pas de questions comme telles.  Par contre, je voudrais juste confirmer les engagements que vous avez pris un peu plus tôt, pour les fins du dossier public.

LISTNUM 1 \l 1796              L'engagement numéro 1, ça serait de déposer le détail de vos sources de revenus.  Ça, ça vous va, dans les 24 heures?


LISTNUM 1 \l 1797              L'engagement numéro 2, on vous demandait le pourcentage de vos nouvelles locales parmi le total de vos nouvelles.  Je pense le total des nouvelles, c'était six heures.  Donc, on aurait voulu avoir le...

LISTNUM 1 \l 1798              M. VALLÉE : Si on enlève les sports, ça fait cinq heures.

LISTNUM 1 \l 1799              Me GAGNON : O.K.  Donc, ça, c'est déjà répondu.

LISTNUM 1 \l 1800              M. VALLÉE : Par semaine, hein!

LISTNUM 1 \l 1801              Me GAGNON : Cinq heures par semaine?

LISTNUM 1 \l 1802              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1803              MME MARTIN : Vingt‑quatre heures, je trouve que c'est un délai qui est court.  Le temps de se rendre chez nous, Monsieur...

LISTNUM 1 \l 1804              Me GAGNON : Est‑ce que 48 heures, ça vous va?

LISTNUM 1 \l 1805              M. VALLÉE : Oui.

LISTNUM 1 \l 1806              Me GAGNON : Oui?


LISTNUM 1 \l 1807              MME MARTIN : Ça serait plus que ça.  Il faudrait nous donner... on arrive chez nous le lundi, on commence le dossier.  Ça fait qu'il faudrait aller comme... mercredi, on pourrait le rendre.  Parce qu'on est mercredi.  On part demain pour Chandler.  On a la route à faire.  On va arriver là le vendredi, samedi.  On va manquer d'information peut‑être à des endroits.  Le lundi, il faut commencer le dossier.

LISTNUM 1 \l 1808              Me GAGNON : Ça va.  Ça va pour mercredi.

LISTNUM 1 \l 1809              MME MARTIN : Mercredi?

LISTNUM 1 \l 1810              Me GAGNON : Oui.

LISTNUM 1 \l 1811              MME MARTIN : Merci.

LISTNUM 1 \l 1812              Me GAGNON : J'avais un troisième engagement aussi.  C'était pour une politique sur le contenu verbal, si vous pouviez nous en faire part.

LISTNUM 1 \l 1813              M. VALLÉE : Si j'enlève l'opinion, est‑ce que je dois quand même parler de verbal?  Je dois monter un dossier quand même si j'ai enlevé l'opinion dans mon dossier?

LISTNUM 1 \l 1814              Me GAGNON : Bien, à ce moment là, est‑ce que vous pensez toujours que vous auriez des lignes ouvertes ou quelque chose dans ce genre là?

LISTNUM 1 \l 1815              M. VALLÉE : Oui, oui, c'est sûr.  On avait parlé de ça déjà.

LISTNUM 1 \l 1816              Me GAGNON : O.K.  Donc, à ce moment là, je pense que ça serait peut‑être nécessaire quand même.

LISTNUM 1 \l 1817              M. VALLÉE : D'accord.  Merci.

LISTNUM 1 \l 1818              LE PRÉSIDENT : Monsieur Vallée, je vous remercie.  On va vous revoir en réplique.


LISTNUM 1 \l 1819              On va passer maintenant à la phase des interventions.

LISTNUM 1 \l 1820              M. VALLÉE : Merci beaucoup.

LISTNUM 1 \l 1821              LE PRÉSIDENT : Madame la Secrétaire.

LISTNUM 1 \l 1822              LA SECRÉTAIRE : Merci.

LISTNUM 1 \l 1823              Nous procéderons maintenant à la deuxième phase, au cours de laquelle les autres parties comparaîtront dans l'ordre indiqué dans l'ordre du jour afin de présenter leur intervention.

LISTNUM 1 \l 1824              Je demanderais à Radio Gaspésie de venir en avant.

‑‑‑ Pause

LISTNUM 1 \l 1825              LE PRÉSIDENT : Alors, messieurs, quand vous serez prêts.

INTERVENTION

LISTNUM 1 \l 1826              M. SOUCY : Merci, Monsieur le Président, et, messieurs les conseillers, bonjour.

LISTNUM 1 \l 1827              Je suis Achille Soucy, conseiller en communications, et j'accompagne ici monsieur Jacques Chartier, à ma droite, qui est directeur général de la station communautaire de Gaspé, CJRG‑FM, et à mon extrême droite, monsieur Ronald Martineau, consultant en mise en marché.


LISTNUM 1 \l 1828              L'opposition écrite de CJRG à la demande soumise par Radio du Golfe expliquait bien la situation d'un marché ne pouvant supporter la venue d'une station de radio additionnelle, selon nous.

LISTNUM 1 \l 1829              Radio Gaspésie a choisi de remettre ici en évidence uniquement les faits saillants de cette situation qui motivent sa position, et je laisserai à monsieur Jacques Chartier le soin de vous énumérer ces points.

LISTNUM 1 \l 1830              M. CHARTIER : Monsieur Arpin, Monsieur Morin, Monsieur Katz, bonjour.  Merci de nous donner l'occasion de vous rencontrer et de faire valoir nos points.

LISTNUM 1 \l 1831              Donc, de façon très ramassée, succincte, l'acceptation des demandes de CHNC...

LISTNUM 1 \l 1832              M. SOUCY : Ce n'est pas ce texte là, c'est l'autre.

LISTNUM 1 \l 1833              M. CHARTIER : Non, c'est celui là.  C'est la version finale, mon cher.

‑‑‑ Pause

LISTNUM 1 \l 1834              LE PRÉSIDENT : On vous écoute, Monsieur Chartier.

LISTNUM 1 \l 1835              M. CHARTIER : Merci.


LISTNUM 1 \l 1836              L'acceptation des demandes de CHNC et de Radio du Golfe modifierait de façon importante le marché de la MRC, Côte de Gaspé.  Radio Gaspésie n'a rien contre la concurrence dans la mesure où cette concurrence dessert mieux le marché, tout en permettant la viabilité des joueurs présents.

LISTNUM 1 \l 1837              Or, le marché n'a pas la taille suffisante pour assurer la rentabilité des médias qui y seraient présents plus activement qu'ils y sont déjà.  De plus, les consommateurs de la région bénéficient d'une offre de radio qui est déjà diversifiée.

LISTNUM 1 \l 1838              Nos principales préoccupations vont à l'encontre des demandes de Radio du Golfe.  Nous estimons que les informations soutenant leur demande tracent un portrait qui ne correspond pas à la dynamique concurrentielle et commerciale du marché.  Leur projet aura un impact important sur le marché publicitaire de la région, ce qui affectera particulièrement la rentabilité de notre station.

LISTNUM 1 \l 1839              Pour vous parler de la suite, j'invite monsieur Ronald Martineau.

LISTNUM 1 \l 1840              M. MARTINEAU : Bonjour.

LISTNUM 1 \l 1841              Dans notre demande d'intervention, nous avons résumé d'une façon assez détaillée les informations qui justifiaient nos motifs de position.  Ce qu'on aimerait faire maintenant, c'est plus adressé les faits saillants de ces motifs là.


LISTNUM 1 \l 1842              Le principal critère, c'est de mentionner que l'offre du marché de Radio Gaspésie est beaucoup plus dynamique que ce qui est prétendu par la requérante, et on y reviendra tantôt.

LISTNUM 1 \l 1843              Le deuxième point, c'est que le marché mature.  C'est un marché qui est difficile.  Il y a difficilement de croissance.  Il n'a pas de potentiel d'auditoire, d'une part, et commercial, de l'autre part, pour assurer la rentabilité des médias nouveaux et existants.

LISTNUM 1 \l 1844              Le troisième point.  On se questionne d'une façon assez particulière concernant les hypothèses de revenus et dépenses et les scénarios envisagés par Radio du Golfe pour présenter son plan d'affaires.  Ça nous apparaît beaucoup plus théorique que pratique.

LISTNUM 1 \l 1845              Enfin, le point saillant, c'est que les revenus générés par Radio du Golfe seront essentiellement issus de la cannibalisation des revenus des médias en place, incluant, évidemment, nous‑mêmes, et cette baisse de revenus là, qui s'avère assez importante de ce qu'on prévoit, va se traduire par une baisse du niveau de services, et c'est, malheureusement, la population de la région de Gaspé qui en souffrirait.


LISTNUM 1 \l 1846              L'autre point qui est important de mentionner, parce que tout l'argumentaire du document de Touché! ‑‑ qui est très bien fait, soit dit en passant ‑‑ se base essentiellement sur des BBM et des faits de Statistiques Canada.  Nous aussi, on utilise ces informations là.

LISTNUM 1 \l 1847              Ce qui est important de mentionner, par contre, c'est la région qui a été utilisée pour faire les projections de revenus par Touché! est une nouvelle région dans les BBM, puis vous savez que la région de Gaspé est un marché qui est éloigné.

LISTNUM 1 \l 1848              Les BBM sont davantage conçus pour des marchés urbains, et ils ont extrapolé... en fait, ils ont créé deux sous‑cellules, deux sous‑groupes, pour faire l'analyse de ce marché là, et en faisant ça, ça fait des questionnaires assez limités.

LISTNUM 1 \l 1849              Ils demandent la question à 350 personnes.  En fait, ils font parvenir des cahiers d'écoute à 350 personnes.  Il y en a 260 qui y répondent, de 12 ans et plus.  Alors, ces informations là permettent de dresser un portrait à une date donnée, mais n'expliquent pas le comportement et la satisfaction des auditeurs.


LISTNUM 1 \l 1850              Ce que la station a fait en avril 2006, on a fait une étude Geocom Design Marketing avec une approche beaucoup plus rigoureuse en termes de nombre.  Ça nous permettait de réduire les marges d'erreur, et en ciblant les 18 ans et plus.

LISTNUM 1 \l 1851              Mais vous constaterez... vous l'avez vu en regardant nos dossiers qu'on tire globalement les mêmes conclusions que les BBM.  Par contre, ça nous permet d'avoir une meilleure compréhension de la concurrence et du comportement des auditeurs.

LISTNUM 1 \l 1852              Cette étude là a été faite aussi pour la station pour comprendre comment elle pouvait mieux répondre aux besoins des auditeurs et évaluer d'une façon plus spécifique certains scénarios de programmation.

LISTNUM 1 \l 1853              Du point de vue de Statistiques Canada et de l'Institut de la Statistique du Québec, on utilise les mêmes données, évidemment.  C'est les seules données qui sont les plus fiables pour bien comprendre la dynamique de marché.

LISTNUM 1 \l 1854              La différence principale, c'est qu'on les analyse dans une perspective beaucoup plus historique et prévisionnelle que strictement en regardant ce qui s'est passé dans l'année 2006, 2005.  Alors, si on veut examiner un marché, il faut davantage le regarder dans une perspective d'ensemble que strictement à une date donnée.


LISTNUM 1 \l 1855              Revenons maintenant sur l'offre concurrentielle dans le marché de Gaspé.  Vous avez, je pense, eu une carte qui vous a été distribuée, qui n'est pas une carte rigoureuse sur le plan des techniques, pour bien comprendre les rayons de diffusion.

LISTNUM 1 \l 1856              Mais ce qui est important de mentionner...

LISTNUM 1 \l 1857              LA SECRÉTAIRE : Je suis désolée, mais nous n'avons pas la carte.

‑‑‑ Pause

LISTNUM 1 \l 1858              M. MARTINEAU : Je ne veux pas nécessairement perdre beaucoup de temps sur cette carte là, mais ce que cette carte là permet de voir, elle permet de voir le portrait média de la Gaspésie, et non seulement c'est les médias électroniques, mais c'est aussi les médias imprimés.

LISTNUM 1 \l 1859              Alors, comme vous le savez, les médias imprimés sont dominés par les publications de Quebecor.  Alors, vous les voyez très, très bien là : * Échos de la Baie +, le journal * Le Havre +, et caetera.  Et ce qui est important de mentionner, c'est particulièrement dans la région de Gaspé, alors, vous voyez les intersections des stations qui diffusent dans ce marché là.


LISTNUM 1 \l 1860              Alors, c'est évident... c'est certain, on ne renie pas que notre station Radio Gaspésie est dominante en terme de part de marché, mais qui dit dominance ne dit pas monopole.  Il y a quand même des stations qui diffusent dans ce marché‑là et BBM, les études déposées par Touché, ils en ont mentionné quelques‑unes, ils ne les ont pas toutes mentionnées parce qu'il y en a qui ne paient pas pour avoir les BBMs, mais l'approche que, nous, on a faite nous a permis d'avoir un portrait un petit peu plus total de ce qui se passe dans le marché et vous l'avez à la page 6 des tableaux qui sont là.

LISTNUM 1 \l 1861              Alors, comme vous voyez, alors Radio‑Canada est quand même là, CHNC‑AM est là, Radio du Golfe est aussi présent particulièrement dans le sud et les autres stations, toutes sortes de stations confondues, Montréal, Québec, et caetera, ont une portée sur semaine qui varie de 13 à 26.

LISTNUM 1 \l 1862              Alors, ce que vous voyez, c'est que, oui, effectivement, Radio Gaspésie détient une part dominante, mais cette part‑là varie selon les heures de la journée et selon la fin de semaine ou la semaine.

LISTNUM 1 \l 1863              Les conclusions de BBM GEOCOM sont similaires sur la majorité des points inclus notamment dans l'étude.  La portée hebdomadaire : 86 pour cent BBM, 86 pour cent GEOCOM, alors on arrive avec les mêmes conclusions.


LISTNUM 1 \l 1864              Par contre, les heures moyennes d'écoute, on voit 13.6 heures pour les 12 ans et plus alors que notre étude, l'étude GEOCOM démontrait un 14.6.  C'est effectivement inférieur à ce qu'on constate dans la moyenne.  Par contre, BBM évolue et modifie les conclusions qui ont servi à projeter les revenus de Radio du Golfe.

LISTNUM 1 \l 1865              Alors, vous avez les deux tableaux ici qui permettent de voir un contre‑jour important et c'est stratégique parce que les projections de revenus sont basées sur le fait, comme on l'a mentionné tantôt, qu'ils allaient hausser la valeur moyenne des heures d'écoute et qu'ils allaient chercher un pourcentage des heures d'écoute hors du marché.

LISTNUM 1 \l 1866              Alors, comme vous voyez, les derniers BBM qui ont été publiés lundi passé, mais démontrent que leur moyenne d'écoute hebdomadaire de la cellule 4029 n'est pas de 13.6 heures, mais de 16.9 heures maintenant.


LISTNUM 1 \l 1867              Et vous avez aussi ‑‑ j'ai fait un comparatif avec les autres marchés où on voit que tous les autres marchés ont aussi augmenté.  Et les heures d'écoute hebdomadaires totales, mais on voit Radio Gaspésie avait un chiffre qui frôlait le 142 000 heures, mais ce montant‑là est rendu maintenant 150 000 et dans le marché, le marché passait de 215 à 800.  La part de marché de Radio Gaspésie a baissé d'un point dans la même intervalle à l'intérieur d'un an sur une base comparable.

LISTNUM 1 \l 1868              Alors, ça démontre quand même (1), qu'il y a de la concurrence, (2) que si on le regarde dans une date donnée, effectivement les chiffres peuvent nous être défavorables, et quand je parle *nous+, je parle de la région de Gaspé.  Mais dans un autre contexte on s'aperçoit que ces chiffres‑là peuvent avoir augmenté.

LISTNUM 1 \l 1869              Alors, quand on inclut tout ça bien strictement... ou particulièrement aux marges d'erreurs là qu'on peut expliquer par un échantillon trop petit au niveau des BBM.

LISTNUM 1 \l 1870              Le profil de l'auditoire de Radio Gaspésie est moins âgé que montre l'analyse de Radio du Golfe.  Alors, évidemment, les statistiques qui ont été démontrées en allant chercher le 12 ans et plus, une conglutinée mathématique, ça permet de gonfler le pourcentage des gens qui sont âgés un petit peu plus vieux.


LISTNUM 1 \l 1871              La façon que GEOCOM a structuré le marché, toujours en se référant à la répartition de la population canadienne et la répartition des auditeurs avec un échantillonnage plus élevé, démontre que notre auditoire, finalement, n'est pas plus âgé que la moyenne.  On voit les index de 25 à 34 ans qui sont 139, 111 et 115 pour 45 ans et plus et 55 ans et plus on est même sous performants.

LISTNUM 1 \l 1872              Là où on a une certaine difficulté et *on+ étant aussi les stations de façon générale, pas juste Gaspé, c'est effectivement les 18 à 24 ans et c'est là qu'on admet que, effectivement, notre station, la station de Radio Gaspésie peut‑être ne répond pas à 100 pour cent à ces gens‑là, mais peut‑être que ces gens‑là ont d'autres comportement que d'écouter la radio aussi.

LISTNUM 1 \l 1873              Et quand on regarde les jeunes de 18 à 24 ans, les statistiques d'écoute de la radio démontre que, effectivement, ces gens‑là sont en chute libre... enfin, chute libre, depuis 2001 à 2006 ont perdu 2.7 heures moyennes d'écoute de la radio.  Alors jusqu'à quel point que c'est un problème ou pas, on constate qu'il y a une part là, mais c'est certain qu'en terme de potentiel de marché c'est moins évident.


LISTNUM 1 \l 1874              L'autre point qui était mentionné parce que l'étude faisait état beaucoup du potentiel de marché de la Côte‑de‑Gaspé qui est le marché principal de la Gaspésie, bien on constate qu'entre 2001 et 2006, ce marché‑là a connu une décroissance de population de moins huit pour cent, ce qui est presque deux fois plus que la population de la Gaspésie.

LISTNUM 1 \l 1875              Et quand on regarde les projections de croissance pour les années 2011 à 2026 bien là, faites par l'Institut de la statistique du Québec, on s'aperçoit que ce marché‑là va encore décroître de l'ordre de 19 pour cent par rapport à moins 15 pour cent des marchés de la Gaspésie.

LISTNUM 1 \l 1876              Alors, c'est évident qu'on ne parle pas d'un marché ici en croissance sur le plan des auditoires.

LISTNUM 1 \l 1877              Si on regarde maintenant au niveau du potentiel économique, à savoir le pouvoir d'achat de ces gens‑là, bien c'est un peu la même chose.  J'ai repris un peu un tableau qu'on avait utilisé dans notre démarche, mais on voit très bien que les taux d'emplois, les taux d'activités, le taux de chômage de la Côte‑de‑Gaspé performent un peu mieux que l'ensemble des autres régions de la région de Gaspé Îles‑de‑la‑Madeleine, mais sont quand même nettement en‑deça des moyennes provinciales.


LISTNUM 1 \l 1878              Et l'évolution du nombre d'emplois totaux et là on ne l'a pas strictement pour le marché de Gaspé, mais on voit que la Gaspésie et les Îles‑de‑la‑Madeleine ont une décroissance de 1.5 pour cent du nombre d'emplois.  Bref, de 33.9 à 33.4, on peut appeler ça finalement le statu quo alors que le Québec a obtenu pour la même période une croissance de cinq et demi pour cent.

LISTNUM 1 \l 1879              Ensuite, si on parle maintenant au niveau du potentiel des annonceurs, c'est quand même le nerf de la guerre, mais on s'aperçoit que le nombre d'établissements de la MRC de Gaspé, selon les statistiques compilés par Statistique Canada, le Registres des entreprises, bien on a constaté une baisse de neuf pour cent entre juin 2003 et juin 2007.  Alors, c'est quand même significatif.  C'est ces gens‑là qui sont des annonceurs.

LISTNUM 1 \l 1880              Et comme vous le savez, l'activité économique de la région est davantage basée sur des secteurs en décroissance : les pêcheries, la foresterie et saisonnier telle que l'industrie touristique, les secteurs en développement puis ici on parle de secteur énergétique, ils sont à en devenir puis ne semblent pas aussi générateurs d'emplois et de richesse économique que prévu, malheureusement.


LISTNUM 1 \l 1881              Il y a des chantiers qui se construisent puis il doit y avoir du monde qui y travaillent, mais après le nombre de personne qui travaillent à temps plein est *questionable+ à ce stade‑ci.

LISTNUM 1 \l 1882              Et pour en venir aux conditions de marché, bien on parlait d'environ 1 050 entreprises présentement.  On sait par expérience et on l'a constaté dans d'autres marchés, qu'il y a au moins 50 pour cent des entreprise qui ne sont pas des annonceurs télévision.  En fait, TV et écrit et électronique, tout média confondu, pour toutes sortes de raisons, parce qu'ils sont tout petits ou parce qu'ils ont une proximité de clientèle qui nécessite pas des investissements.

LISTNUM 1 \l 1883              Bref, on parle de beaucoup moins d'entreprises.  On parle d'un potentiel d'annonceurs de l'ordre de 600 et malgré qu'on a une structure commerciale qui est bien établie dans la région et on plafonne... nos revenus plafonnent depuis 2000, sauf lorsqu'il y a des événements spéciaux tels que des élections, tels que des événements majeurs qui font en sorte qu'il y a des annonceurs se mobilisent.  Mais si on enlève ces événements spéciaux‑là, on suit à peine le pourcentage d'inflation, malgré les efforts de ventes persistants.


LISTNUM 1 \l 1884              Alors, ça, c'est nos points au niveau de l'analyse de marché puis on peut répondre à des questions par après.

LISTNUM 1 \l 1885              Ensuite, on regarde le plan d'affaires déposé.  On ne veut pas adresser ici le contenu au niveau de la qualité de la programmation.  Je pense que vous avez adressé ces questions‑là ce matin.  Là où on se questionne davantage, c'est au niveau de l'argumentation, au niveau des 18‑34 ans, c'est un créneau qui est limité et il se présente à peine, même moins que 4 000 personnes dans le potentiel total de la région.

LISTNUM 1 \l 1886              Alors, ce qu'on se questionne puis on le sait puis on l'a vu tantôt que ces gens‑là écoutent de moins en moins la radio.  Et en plus, ce ne sont pas des gens qui sont ciblés au niveau de annonceurs; 34 ans peut‑être plus, mais 18‑24, ce n'est pas ces gens‑là qui ont le potentiel d'achat le plus élevé.

LISTNUM 1 \l 1887              Alors ce qu'on conclut, nous, c'est que les heures d'écoute vont provenir majoritairement des autres créneaux et pour atteindre les projections de revenus visés et nécessaires pour en assurer la rentabilité d'une nouvelle station.

LISTNUM 1 \l 1888              Alors, c'est certain qu'ils vont devoir avoir une programmation qui est beaucoup plus... satisfaire un peu tout le monde plus que cibler un groupe en particulier.


LISTNUM 1 \l 1889              Alors, la maturité du marché, on l'a mentionné tantôt, la manque de potentiel, le manque de croissance, à ce moment‑là ces revenus proviendront essentiellement des annonceurs existants, ce qui va affecter la rentabilité des médias desservant le marché.  Évidemment, comme on est là d'une façon plus dominante, ça va nous toucher plus.

LISTNUM 1 \l 1890              Et on ne croit pas que des annonceurs vont mettre plus d'argent parce qu'il y a des médias de plus, on est très perplexe face à cette argumentation‑là.  Ça va être plus un partage des médias existants.

LISTNUM 1 \l 1891              Et l'autre côté aussi, on a regardé du côté des revenus qui sont quand même assez élevés, on ne les questionne pas, on les prend comme ça, mais on regarde aussi les dépenses qui nous apparaissent sous‑évaluées particulièrement le coût des ventes.

LISTNUM 1 \l 1892              On pense aller chercher des chiffres de 166 000 $ à 215 000 $ de ventes avec un coût des ventes qui varie de 16 000 $ à 25 000 $ avec deux personnes, alors, on questionne beaucoup.


LISTNUM 1 \l 1893              Et maintenant le budget de programmation est faible par rapport à la volonté de développer le talent local, de participer à des événements culturels locaux, assurer une politique d'information locale, expérience que Radio Gaspésie a nécessite des coûts nécessairement supérieurs à ceux qui sont déposés dans leur plan d'affaires.

LISTNUM 1 \l 1894              On constate que malgré ces objectifs très optimistes de revenus avec des hypothèses d'aller chercher des heures d'écoute ou d'aller chercher des nouveaux budgets des annonceurs sont quand mêmes assez élevés, selon nous, et avec les dépenses qui sont malgré tout sous‑évaluées, selon nous, on constate que le plan d'affaires les amène à avoir un seuil de rentabilité après quatre ans d'opérations avec un léger revenu.  En tout cas, on est très sceptique.

LISTNUM 1 \l 1895              Alors, on peut présumer qu'il peut y avoir des synergies possibles.  On n'a pas eu accès à toutes les informations confidentielles, mais ces budgets‑là, malgré tout, nous apparaissent peu réalistes par rapport à nos propres coûts.


LISTNUM 1 \l 1896              Alors, nous, en conclusion, on s'interroge beaucoup sur la capacité de Radio du Golfe à implanter une station avec une programmation conforme au projet déposé.  On se questionne sur leur capacité à générer des revenus, mais on ne doute pas qu'il va y en avoir, c'est certain quand il y a quelqu'un, un joueur nouveau dans le marché, c'est certain qu'il y a des revenus qui sont partagés, mais on sait que Radio du Golfe s'en vient avec une hausse de leur capacité d'émission à Chandler qui va avoir augmenté le débordement vers Gaspé.

LISTNUM 1 \l 1897              Et on sait que CHNC qui s'en vient, bon, on ne veut pas présumer d'une décision du CRTC, mais on présume que, en tout cas, ça risque d'être favorable et c'est évident que les trois joueurs majeurs qui sont déjà là, je l'explique, Radio du Golfe est quand même là aujourd'hui dans le sud, mais ça va définitivement affecter nos ventes et, ultimement, la rentabilité de notre station.

LISTNUM 1 \l 1898              On peut avoir chiffré, mais on sait que si on prend un montant de 100 000 $ qui est nettement inférieur aux objectifs de ventes de Radio du Golfe et nettement aussi inférieurs aux objectifs de ventes de CHNC qu'on n'a pas eu accès, mais on l'a vu dans leur dossier, qu'ils avaient une hausse des revenus sur ce marché‑là, mais c'est certain que ça va affecter notre qualité et notre capacité de maintenir la qualité des services vis‑à‑vis la population de la région.


LISTNUM 1 \l 1899              LE PRÉSIDENT :  Ça complète votre présentation?  Messieurs, puis c'est ma question peut‑être à vous, monsieur Chartier, puis vous déterminerez qui devrait y répondre, à la toute fin de la comparution de Radio du Golfe a écrit comme hypothèse que le Conseil autorisait les deux requérants à aller desservir Gaspé.

LISTNUM 1 \l 1900              Je sais que monsieur Martineau, dans sa conclusion, en a fait une allusion puis peut‑être même en le chiffrant peut‑être à 100 000 $ comme impact financier, mais en terme d'écoute ça signifierait quoi pour CJRG que le Conseil autorise les deux demandeurs?

LISTNUM 1 \l 1901              M. CHARTIER :  En terme d'écoute?

LISTNUM 1 \l 1902              LE PRÉSIDENT :  Oui

LISTNUM 1 \l 1903              M. CHARTIER :  C'est certain que nous serions affectés, devoir d'établir un pourcentage, déjà l'amélioration, CHNC a déjà sa clientèle de développer sur leur territoire, ils sont même depuis... avant nous.  Ils ont des créneaux spécialisés et des auditeurs donc fidèles.

LISTNUM 1 \l 1904              On a étudié justement le dernier BBM et on a vu leur part de marché.  On a vu les heures d'écoute, ce qui démontre très bien qu'ils ont leur clientèle et une clientèle fidèle.  Donc, en passant au FM, on pourrait facilement arriver à la conclusion que cette clientèle pourrait augmenter.


LISTNUM 1 \l 1905              Et naturellement qu'on le voit déjà dans l'étude que nous avons réalisée avec TAO Marketing l'an passé, dans le secteur sud, Radio du Golfe va chercher une tranche d'auditeurs d'écoute, donc qui est quand même importante puisqu'ils étaient à faible puissance.

LISTNUM 1 \l 1906              Donc, avec une forte puissance, une antenne qui peut couvrir un grand territoire, probablement que... c'est difficile de mettre un pourcentage, mais c'est certain que nous allons perdre de l'auditoire.

LISTNUM 1 \l 1907              LE PRÉSIDENT :  Vous avez entendu ce matin monsieur Vallée décrire son mode de fonctionnement, l'utilisation d'animateurs extérieurs au marché, de l'interaction avec... entre ces animateurs‑là puis différents systèmes en place.  Si c'était un système semblable qui était implanté à Gaspé, quelle sorte d'impact que vous pourriez anticiper?

LISTNUM 1 \l 1908              Vous connaissez le marché, vous avez bien étudié, de toute façon, les tableaux que vous nous avez déposés ici parlent par eux‑mêmes, ils sont clairs et c'est l'évidence que vous le démarchez bien ce marché‑là, le succès de la station en est très apparents là.

LISTNUM 1 \l 1909              M. CHARTIER :  Merci.

LISTNUM 1 \l 1910              LE PRÉSIDENT :  Mais l'arrivée de *personnalités+ de l'extérieur?


LISTNUM 1 \l 1911              M. CHARTIER :  De l'extérieur, oui.

LISTNUM 1 \l 1912              LE PRÉSIDENT :  De l'extérieur, ça aurait quel...

LISTNUM 1 \l 1913              M. CHARTIER :  Jusqu'à quel point que ça pourrait nous affecter?

LISTNUM 1 \l 1914              LE PRÉSIDENT :  Oui.

LISTNUM 1 \l 1915              M. CHARTIER :  Au niveau de la cote d'écoute?

LISTNUM 1 \l 1916              LE PRÉSIDENT :  Bien oui.  Ça va après ça vous affecter dans les dollars.

LISTNUM 1 \l 1917              M. CHARTIER :  Oui, tout à fait.

LISTNUM 1 \l 1918              LE PRÉSIDENT :  Là, ce serait la question à monsieur Martineau, c'est lui l'expert.

LISTNUM 1 \l 1919              M. CHARTIER :  Oui, tout à fait.  Vous avez tout à fait compris.

LISTNUM 1 \l 1920              M. MARTINEAU :  Quand je regarde à la page 6, les portées sur semaine, les fins de semaine, les joueurs qui sont déjà là qu'on a mesurés, bien vous avez, par exemple CHNC au AM qui a une part d'écoute qui varie de sept à 14, évidemment là, vous ne l'avez pas dans le détail, mais ce n'est pas l'objectif, mais l'idée, ça démontre que quelque part dans le journée il y a des parts de marchés de CHNC qui sont de sept pour cent et qui va jusqu'à 14 pour cent.  Ça varie selon les émissions.


LISTNUM 1 \l 1921              Alors, c'est évident que plus une station de radio a des émissions qui vont chercher le maximum des intérêts des gens, ces chiffres‑là vont se réaliser.

LISTNUM 1 \l 1922              Alors, aujourd'hui, Radio Gaspésie a un pourcentage de 66 pour cent, on l'a vu tantôt, en totalité, mais quand on le regarde dans ses strates de jour, le maximum c'est 64.3 sur semaine et ça va à 69 pour cent les fins de semaine et le minimum c'est 51.

LISTNUM 1 \l 1923              Alors, moi, je pense qu'une nouvelle radio arriverait avec une part qui varierait entre cinq et 15 pour cent des marchés.  CHNC va définitivement, en passant au FM, accroître d'une façon substantielle, peut‑être pas du double, mais d'une façon substantielle sa part de marché existante.  Radio du Golfe aussi avec sa décision de faire fonctionner son émetteur à Chandler vers le sud va avoir des pourcentages qui vont être supérieurs au trois à neuf pour cent qu'on voit là.

LISTNUM 1 \l 1924              Alors, quelque part, il va y avoir des joueurs qui vont être là avec des parts de marchés qui vont varier entre cinq et 15 pour cent.  Il va y avoir autant de joueurs qui vont avoir des parts‑là et les perdants, évidemment, c'est Radio Gaspésie.


LISTNUM 1 \l 1925              Est‑ce que ça va aller chercher des débordements à l'extérieur?  Est‑ce que ça va inciter les gens à écouter plus la radio?  Personnellement, mon expérience que j'ai là‑dedans me rend sceptique par rapport à ça, mais ça part du business case.  Il est possible qu'il y en ait qui l'écoute plus, mais sur une longue haleine, ces chiffres‑là s'aplanissent et particulièrement si on vise les jeunes.

LISTNUM 1 \l 1926              LE PRÉSIDENT :  Maintenant, Radio‑Canada ne fait pas de programmation locale à Gaspé.  Par les lettres d'appel, je vois bien que c'est sa station de Matane ça?

LISTNUM 1 \l 1927              M. CHARTIER :  Oui. Ils ont quand même des journalistes sur place, oui.

LISTNUM 1 \l 1928              LE PRÉSIDENT :  Qui font des insertions locales

LISTNUM 1 \l 1929              M. CHARTIER :  Oui.

LISTNUM 1 \l 1930              LE PRÉSIDENT :  Ou si c'est... l'information est envoyée à Matane.

LISTNUM 1 \l 1931              M. CHARTIER :  À Matane, oui, elle est envoyée à Matane.

LISTNUM 1 \l 1932              LE PRÉSIDENT :  Mais c'est exclusif pour Gaspé parce qu'ils peuvent diffuser en étoile à un moment donné, ils peuvent... ou si ça passe aussi en même temps à Matane?


LISTNUM 1 \l 1933              M. CHARTIER :  Ça passe à Matane en même temps.  En même temps à Matane, oui.

LISTNUM 1 \l 1934              LE PRÉSIDENT :  Parce que quand même, on a vu dans les sondages de lundi que Radio‑Canada soudainement, très performant à travers tout le pays là.

LISTNUM 1 \l 1935              M. CHARTIER :  Hum‑hum!

LISTNUM 1 \l 1936              LE PRÉSIDENT :  Donc, c'est... est‑ce que c'est aussi vrai dans le marché de Gaspé?

LISTNUM 1 \l 1937              M. CHARTIER :  Tout à fait.  On voit Radio‑Canada a des parts qui varient entre 14 et 26 pour cent sur semaine et entre 13 et 19 pour cent les fins de semaine, alors c'est définitivement une station de radio qui est écoutée par les gens de la région.

LISTNUM 1 \l 1938              Est‑ce qu'elle est écoutée toute la journée, évidemment c'est... on le voit, ça varie de journée en journée, mais il y a définitivement des émissions qui répondent aux besoins de la population.

LISTNUM 1 \l 1939              LE PRÉSIDENT :  Et ce n'est pas un auditoire 18‑34.

LISTNUM 1 \l 1940              M. MARTINEAU :  Et ce n'est pas un auditoire 18‑34.

LISTNUM 1 \l 1941              LE PRÉSIDENT :  Peut‑être; peut‑être dans certains créneaux horaires là, mais certainement pas dans...


LISTNUM 1 \l 1942              M. MARTINEAU :  Sur une  base continue.

LISTNUM 1 \l 1943              LE PRÉSIDENT :  Sur une base continue.  Écoutez, personnellement, monsieur Morin aurait quelques questions.  Moi, vos tableaux parlent par eux‑mêmes et puis c'est... et ils sont éloquents.  Donc, je vais demander à monsieur Morin.

LISTNUM 1 \l 1944              CONSEILLER MORIN :  Oui.  La dernière phrase là, *une perte de 100 000 $) affectera notre capacité de maintenir la qualité ou le nombre+, est‑ce que vous en êtes à ce point‑là avec les surplus que vous avez engrangés avec toute votre historique?  Est‑ce que vraiment ce...

LISTNUM 1 \l 1945              M. CHARTIER :  Une perte de 100 000 $ de revenus?  Oui, oui.

LISTNUM 1 \l 1946              M. MORIN :  Oui, la dernière phrase de votre...  Oui?

LISTNUM 1 \l 1947              M. CHARTIER :  Mais le sens de votre question?

LISTNUM 1 \l 1948              M. MORIN :  Le sens, ce que vous dites que, conséquemment une perte de plus de 100 000 $ affectera notre capacité de maintenir la qualité ou le nombre de services offerts à la population de la région.  Est‑ce que vous n'êtes pas un peu dramatique?

LISTNUM 1 \l 1949              M. CHARTIER :  Non.  Écoutez...

LISTNUM 1 \l 1950              M. MORIN :  Alarmiste?


LISTNUM 1 \l 1951              M. CHARTIER :  Non.  On a vécu un peu l'expérience en 1997 où avec l'arrivée dans le marché d'un nouveau journal qui a tenté sa chance et de la télévision communautaire qui avec son bingo, sont venus déranger et bousculer un peu le marché et cette année‑là on avait connu une baisse de 10 pour cent de nos revenus.  Et donc, nous avions dû intervenir et restructure l'organisme et c'est dans ce sens‑là.

LISTNUM 1 \l 1952              Si on s'aperçoit que l'arrivée de ces nouveaux joueurs vient gruger annuellement 100 000 $, c'est un manque à gagner de 100 000 $.  On n'a pas de réserve.  La réserve représente à peine l'équivalent d'une année de la masse salariale, donc on n'a pas de réserve pour durer longtemps.

LISTNUM 1 \l 1953              M. MORIN :  Mais est‑ce que...

LISTNUM 1 \l 1954              M. CHARTIER :  C'est bien le sens de votre question.

LISTNUM 1 \l 1955              M. MORIN :  Oui, mais est‑ce qu'au niveau de la qualité ça se traduirait comment par les coupures que vous devriez faire?


LISTNUM 1 \l 1956              M. CHARTIER :  Écoutez, lorsque nous disons, nous sommes vraiment ouvert à la concurrence parce que nous la vivons et pour l'affronter, pour être capable de garder nos auditeurs, on réalise avec le temps qu'on doit avoir recours à de plus en plus de ressources humaines.  Il faut que... un animateur tout seul derrière son micro, en tout cas à Gaspé, ça ne fonctionne plus.  Il faut qu'il y ait plus de... ça prend naturellement la présence du journaliste mais de la co‑animation et il faut être présent.  Il faut organiser les trucs.

LISTNUM 1 \l 1957              Nous, on se dit toujours pertinence, participation, proximité.  Il faut être dans le milieu et vraiment s'impliquer dans le milieu, sinon pourquoi les gens nous écouteraient‑ils plutôt qu'une radio professionnelle de l'extérieur qui peut offrir tout finalement et qui n'aurait qu'à se brancher sur les bulletins d'information ou une émission d'affaires publiques.  Donc, on a besoin de plus de ressources pour affronter la concurrence.

LISTNUM 1 \l 1958              M. MORIN :  Puis, est‑ce que vous n'êtes pas au niveau de la conjoncture économique actuelle?

LISTNUM 1 \l 1959              Je me souviens quand monsieur Landry a annoncé, le Premier Ministre Landry, le développement éolien, c'était une expansion sans limite pour la Gaspésie.  Ce n'est pas la lecture que vous faites avec?


LISTNUM 1 \l 1960              M. CHARTIER :  Non, ce n'est pas la lecture que nous en faisons.  À titre d'exemple, le Parc de l'Anse à Valleau vient d'être inauguré.  Pendant sa construction, 350 travailleurs pendant la période de pointe.

LISTNUM 1 \l 1961              M. MORIN :  C'est un parc éolien?

LISTNUM 1 \l 1962              M. CHARTIER :  Un parc éolien, 67 éoliennes donc qui vient vendredi, inauguration officielle.  Mais une fois tout ça installé, c'est une dizaine à une vingtaine de personnes d'emplois qui vont être créés.  Ce n'est pas 350 là.  Et c'est vrai que l'usine de balle produit et fonctionne bien, mais il ne faut pas oublier que si nous avons eu tant d'assistance gouvernementale, c'est que nous avions traversé une crise vraiment difficile avec le moratoire sur les pêches avec la fermeture de Murdochville et c'était les salaires que nous avons perdus dans le marché, c'était d'excellents salaires.


LISTNUM 1 \l 1963              Ce n'est pas équivalent.  Les centres d'appels qui ont été installés sur place pour un peu faire travailler les gens de la grande région compensent au niveau de la statistique, mais au niveau total de l'économie qui circule...   Et dès que les parcs seront installés, dans le secteur de Gaspé déjà, c'est presque complet.  Murdochville a été complété.  L'Anse à Valleau le prochain, il est plus petit.  Il est dans le secteur de Cloridorme et ensuite on quitte la région pour aller dans le secteur de Carleton.

LISTNUM 1 \l 1964              Donc, on est... chez nous, le travail déjà d'implantation est fait.  Le gros de la masse sera donc l'usine qui est déjà en poste et qui fonctionne.

LISTNUM 1 \l 1965              M. MORIN :  Dernière question.  En tant que station communautaire, est‑ce que ça vous donne un signal là qu'un concurrent s'organise pour présenter ici une demande, de créer, de mettre sur pied un réseau d'information?  Est‑ce que ça vous... d'offrir le service 24 heures par jour pendant sept jours par semaine, ce qui ne semble pas que vous offriez vous‑même?

LISTNUM 1 \l 1966              M. CHARTIER :  Oui.  Vous avez raison et nous avons perçu le signal par deux points.  Déjà avec les collaborateurs, les autres radios communautaires de la grande région, vous pourriez poser la question à monsieur St‑Laurent de CUFM qui est ici également, nous sommes à mettre sur pied un réseau d'information parce que déjà nous collaborons.


LISTNUM 1 \l 1967              Chaque semaine les journalistes échangent des nouvelles, font un suivi de ce qui se passe et dans le secteur entre les deux à tour de rôle nous envoyons un journaliste pour aller à Chandler en fonction de disponibilités.  Donc, on se déplace sur le territoire pour avoir une couverture à peu près complète.  Chez nous, on travaille avec un minimum de deux journalistes et à CIEU également.

LISTNUM 1 \l 1968              Donc, on a perçu... on a perçu ce besoin‑là, ça chemine.  Le dossier a été déposé à la CRÉ, entre autres, pour avoir un petit complément, un petit soutien financier pour voir l'intérêt, pour créer peut‑être un poste ou deux pour après.

LISTNUM 1 \l 1969              CONSEILLER MORIN : Peut‑être...

LISTNUM 1 \l 1970              M. CHARTIER : S'achemine, et là, c'est aussi fonction de la décision que vous allez rendre.  On sent la menace.  La menace est à nos portes.  On ne veut pas engager l'organisation dans des dépenses et se retrouver avec l'impossibilité de livrer la marchandise.

LISTNUM 1 \l 1971              CONSEILLER MORIN : Mais je veux dire, votre projet, il est sérieux?

LISTNUM 1 \l 1972              M. CHARTIER : Il est sérieux.  Il est sérieux.

LISTNUM 1 \l 1973              CONSEILLER MORIN : A quel pourcentage vous pensez que vous pourriez réaliser ce...


LISTNUM 1 \l 1974              M. CHARTIER : Écoutez, je ne veux pas m'avancer pour mon confrère ou mes confrères de la Baie‑des‑Chaleurs et des Iles, mais il a été déposé parce qu'on voulait le réaliser d'ici, on s'est dit, il y a trois... on se donnait trois ans.  Nous sommes à peu près à mi‑parcours.

LISTNUM 1 \l 1975              Donc, on va revoir... de part et d'autre, ce dossier là est venu un peu ralentir nos efforts dans ce dossier, mais dès que nous aurons un peu l'art juste du développement des décisions du CRTC, nous serons en mesure de le faire progresser.  Je crois, moi, qu'on a 80 pour cent de chance que ça fonctionne.

LISTNUM 1 \l 1976              CONSEILLER MORIN : Combien?

LISTNUM 1 \l 1977              M. CHARTIER : Je dirais 80 pour cent de chance que ça fonctionne.

LISTNUM 1 \l 1978              CONSEILLER MORIN : Merci.

LISTNUM 1 \l 1979              M. CHARTIER : Et simplement pour ajouter.  C'est vrai que pour l'animation en soirée et la nuit, c'est vrai qu'il n'y a pas de service comme tel, sauf certaines soirées très achalandées quand il y a des matchs de hockey et qu'on sait que les gens vont circuler sur le territoire, il y a des animateurs en poste au moins jusqu'à minuit.


LISTNUM 1 \l 1980              Et pour ce qui est de l'information, vous savez, une radio communautaire, c'est un grand groupe, finalement.  Il y a toute l'équipe des administrateurs bénévoles.  Au total, on est 12 employés réguliers temps plein.  Il y a les employés, une demi‑douzaine qui sont réguliers temps partiel.  Donc, c'est un réseau tricoté serré, et dès qu'il y a quelque chose qui se passe sur le territoire, on a un coup de fil, et les journalistes sont toujours en standby à tour de rôle.

LISTNUM 1 \l 1981              CONSEILLER MORIN : Mais vous ne lisez pas nécessairement les dépêches...

LISTNUM 1 \l 1982              M. CHARTIER : Non, toute la nouvelle est traitée...

LISTNUM 1 \l 1983              CONSEILLER MORIN : ...la nuit, entre minuit et six heures?

LISTNUM 1 \l 1984              M. CHARTIER : S'il le faut.  On a une entente particulière avec le centre hospitalier.  Là, c'est très sérieux.  Donc, c'est certain que nous allons avoir quelqu'un en poste, s'il le faut, toute la nuit pour tout le moins au moins enregistré le bulletin, dès que possible le communiquer pour qu'il soit diffuser en boucle tant qu'il le faudra.

LISTNUM 1 \l 1985              LE PRÉSIDENT : Monsieur Martineau, j'aurais peut‑être une dernière question.

LISTNUM 1 \l 1986              Si le Conseil autorisait Radio du Golfe, vous anticipez quelle part d'écoute qu'il pourrait avoir, et est‑ce qu'une partie de cette part d'écoute là proviendrait de l'écoute d'auditeurs de CJRG?


LISTNUM 1 \l 1987              Le sens de la question, c'est que, évidemment, monsieur Vallée met une hypothèse, et Touché! fait la même chose, que l'auditoire cible visé consomme très peu de radio.  Vous en avez fait allusion, qu'avec le temps, ces choses là se rebalancent, et puis, ce n'est pas nécessairement...

LISTNUM 1 \l 1988              Mais vous‑même, à partir de votre propre expertise, vous attribueriez la perte d'heures d'écoute à CJRG à combien?

LISTNUM 1 \l 1989              M. MARTINEAU : J'ai un peu de difficulté à...

LISTNUM 1 \l 1990              LE PRÉSIDENT : Pouvez‑vous ouvrir votre micro, s'il vous plaît?

LISTNUM 1 \l 1991              M. MARTINEAU : J'ai un peu de difficulté à bien saisir la qualité de la programmation de Radio du Golfe.  Ce matin, il parlait d'une radio d'opinion.  Là, l'opinion est enlevée.  Je sais très bien, probablement... en tout cas.

LISTNUM 1 \l 1992              Quand on parle d'une radio d'opinion, on sait très bien que ça ne cible pas les jeunes, de façon générale, ça cible davantage la clientèle plus âgée, d'une part, et comme je le mentionnais tantôt, s'il cible essentiellement les jeunes, il n'aura pas le succès escompté à cause de la petitesse de cette strappe là.


LISTNUM 1 \l 1993              Donc, il va devoir modifier sa programmation pour se rapprocher de ce qui existe déjà, et en s'inspirant du modèle de Radio Gaspésie.  Et dans cette optique là, on peut présumer qu'ils peuvent, effectivement, avoir un succès, comme je le mentionnais tantôt, qui varie entre 5 pour cent dans une journée ou dans les émissions qui seront les moins proches des préoccupations des gens, jusqu'à 15 ou 20 pour cent, comme actuellement, on le voit avec Radio‑Canada ou qu'on le voit déjà avec CHNC ou AM qui obtient des scores de 14 pour cent.

LISTNUM 1 \l 1994              Donc, si on parle d'un score net confondu, ça peut être une part de marché nette de 10 à 15 pour cent, quelque part dans le temps.

LISTNUM 1 \l 1995              LE PRÉSIDENT : Monsieur Chartier, puis vous vivez à Gaspé...

LISTNUM 1 \l 1996              M. CHARTIER : Oui.

LISTNUM 1 \l 1997              LE PRÉSIDENT : ...monsieur Vallée affirmait que le CéGEP et les écoles ‑‑ je présume que vous avez parlé d'écoles secondaires ou d'écoles techniques là, ça n'a pas été spécifié ‑‑ mais ça pouvait représenter une clientèle de 1 000 auditeurs.

LISTNUM 1 \l 1998              Est‑ce que c'est une donnée qui vous apparaissait réaliste?

LISTNUM 1 \l 1999              M. CHARTIER : Mille auditeurs supplémentaires non‑répertoriés là?


LISTNUM 1 \l 11000             LE PRÉSIDENT : Non, non, non.  La clientèle du CéGEP et de 10 écoles, c'est ça qui est écrit dans son texte.

LISTNUM 1 \l 11001             M. CHARTIER : D'accord, oui.

LISTNUM 1 \l 11002             LE PRÉSIDENT : C'était 1 000 personnes.

LISTNUM 1 \l 11003             M. CHARTIER : Oui.  Déjà lorsqu'ils sont au CéGEP pour une bonne partie de la journée, il y a une radio étudiante à laquelle nous collaborons.  Il y a de nos animateurs... des animatrices qui vont superviser un peu, accompagnées les animateurs là‑bas pour leur apprendre le métier, partager.  Donc, sur place, ils sont en circuit fermé, ils écoutent la radio étudiante, et en soirée, bien, le iPod et le... écoutez...

LISTNUM 1 \l 11004             LE PRÉSIDENT : Évidemment, vous donnez... dans votre présentation de ce matin, vous avez une donnée à l'effet que cet auditoire là s'accumule à peu près 3 400 quelques personnes...

LISTNUM 1 \l 11005             M. CHARTIER : Oui.  Et plusieurs viennent...

LISTNUM 1 \l 11006             LE PRÉSIDENT : ...dont 1 000 seraient des étudiants.


LISTNUM 1 \l 11007             M. CHARTIER : Oui.  Et plusieurs... si vous me permettez.  Plusieurs viennent de l'extérieur...

LISTNUM 1 \l 11008             LE PRÉSIDENT : Oui.

LISTNUM 1 \l 11009             M. CHARTIER : ...et ont des habitudes de consommer déjà une radio différente, et c'est tellement facile de se brancher sur CKOI ou sur Sept‑Iles s'ils viennent de Sept‑Iles ou sur la Baie‑des‑Chaleurs ou sur les Iles‑de‑la‑Madeleine.  Maintenant, c'est facile de le faire par internet, et ces habitudes là...

LISTNUM 1 \l 11010             LE PRÉSIDENT : Ils le font par internet ou voire même par le câble.

LISTNUM 1 \l 11011             M. CHARTIER : Tout à fait!  Tout à fait!  C'est ce que...

LISTNUM 1 \l 11012             LE PRÉSIDENT : Comme l'affirmait monsieur Vallée, oui.

LISTNUM 1 \l 11013             M. CHARTIER : C'est ce que je veux préciser.  Nous avons une répétitrice à Murdochville...

LISTNUM 1 \l 11014             LE PRÉSIDENT : Oui.

LISTNUM 1 \l 11015             M. CHARTIER : ...et nous desservons via le câble, naturellement.  C'est pas la meilleure solution, mais nous desservons Grande‑Vallée, Petite‑Vallée, Cloridorme, où nous sommes très écoutés.

LISTNUM 1 \l 11016             LE PRÉSIDENT : Parfait!