Le CRTC publie les résultats financiers de 2012 concernant les services de télévision spécialisée, payante, à la carte et de vidéo sur demande

OTTAWA-GATINEAU, 11 avril 2013 — Aujourd’hui, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a publié les relevés statistiques et financiers concernant les services de télévision spécialisée, payante, à la carte et de vidéo sur demande.

Les recettes de ces services de télévision ont augmenté de 35,4 % au cours des cinq dernières années pour atteindre près de 4 milliards de dollars en 2012. Au cours de la dernière année, une portion importante de ces recettes, soit près de 1,4 milliard de dollars, ont été consacrées à la création d’une variété de programmation canadienne, ce qui a entraîné des milliers d’emplois dans le secteur de la production au Canada. En 2012, les services de télévision spécialisée, payante et à la carte et de vidéo sur demande ont créé 226 nouveaux emplois, directement employé 6 176 personnes et versé 487 millions de dollars en salaires.

Programmation canadienne

En 2012, ces services de télévision ont consacré 1,39 milliard de dollars à la programmation canadienne, ce qui représente une augmentation de 9,6 % par rapport à l’an dernier. Les dépenses au chapitre de la programmation canadienne incluaient 221 millions de dollars pour les émissions de nouvelles, 233 millions pour des émissions d’intérêt national (drames, documentaires de longue durée et émissions canadiennes de remise de prix), 486 millions pour les émissions de sport, 109 millions pour des émissions d’intérêt général et 241 millions de dollars million pour d’autres types d’émissions.

Parmi ces investissements, les services de télévision spécialisés ont versé 353 millions de dollars aux producteurs indépendants canadiens. Au cours de cinq dernières années, ces services ont dépensé plus de 1,6 milliard de dollars sur des productions indépendantes.

La création de ces émissions contribue à l’ensemble de l’économie canadienne en offrant des possibilités d’emplois à tous qui œuvrent dans le secteur de la production, y compris les comédiens, les scénaristes, les musiciens, les scénographes, les réalisateurs, les producteurs et les spécialistes de métiers de production.

De plus, les investissements dans la programmation étrangère ont augmenté, passant de 278 millions de dollars en 2011 à 293 millions de dollars en 2012.

Rentabilité

En 2012, les services de télévision spécialisée, payante, à la carte et de vidéo sur demande ont généré des recettes de 3,97 milliards de dollars, une hausse de 5,9 % au-dessus des 3,75 milliards de dollars engendrés l’année précédente. Les recettes de publicité nationale ont grimpé pour une troisième année consécutive pour atteindre un total de 1,23 milliard de dollars, bien que cette croissance de 2,4 % soit nettement inférieure aux 10,1 % enregistrés l’année précédente. De plus, les revenus d’abonnement ont dépassé 2,6 milliards de dollars.

Bien que les recettes aient poursuivi leur hausse, les dépenses en ont fait autant, enregistrant une augmentation de 2,7 milliards de dollars en 2011 pour atteindre le chiffre de 2,9 milliards de dollars en 2012. Par conséquent, les bénéfices avant intérêts et impôts (BAII) ont régressé légèrement, passant de 934,2 millions de dollars, avec une marge de BAII de 24,9 % en 2011, à 916,6 millions, soit une marge de BAII de 23,1 % l’an dernier.

Sources de recettes

Les recettes totales de 3,97 milliards de dollars provenaient des sources suivantes :

Les services en langue anglaise et bilingues ont rapporté des recettes de 3,2 milliards de dollars, alors que les services en langue française ont produit des revenus de 655,4 millions de dollars.

Revenus par secteur

Bien que, les services de télévision spécialisée ont continué de s’accaparer la part du lion des recettes totales, c’est-à-dire 3,1 milliards de dollars, leur marge de BAII a légèrement reculé par rapport à l’année précédente, passant de 27,4 % à 26,3 %.

Les services payants ont vu leurs revenus décroître de 2,4 % passant de 468,9 millions de dollars en 2011, avec une marge de BAII de 26,3 %, à 457,8 millions de dollars en 2012 avec une marge de BAII de 22,2 %.

Les services sur demande (à la carte et de vidéo sur demande) ont aussi connu une baisse de recettes, de 386,7 millions de dollars à $379,6 millions de dollars, ce qui représente une baisse du BAII de 4,4 % à -2,2 %.

Rapports du CRTC

Chaque année, le CRTC compile des données financières de l’industrie canadienne de la radiodiffusion et des télécommunications. Les données figurant dans les rapports publiés aujourd’hui proviennent des rapports annuels sur les services de télévision spécialisée, payante, à la carte et de vidéo sur demande.

Le CRTC a publié récemment les résultats financiers des compagnies canadiennes de câblodistribution et des entreprises de distribution par satellite. Ceux des stations de télévision traditionnelle et des stations de radio AM et FM suivront dans les prochaines semaines. Le CRTC publiera ensuite son édition annuelle du Rapport de surveillance des communications.

Ces rapports annuels permettent aux parties intéressées de se tenir au courant de la situation de l’industrie canadienne de la radiodiffusion.

Services spécialisés, payants, à la carte et de vidéo sur demande – Relevés statistiques et financiers 2008-2012

Services individuels spécialisés, payants, à la carte et de vidéo sur demande

Le CRTC

Le CRTC est un tribunal administratif qui réglemente et surveille la radiodiffusion et les télécommunications au Canada.

 

Ressources

Services spécialisés, payants, à la carte et de vidéo sur demande - Relevés statistiques et financiers 2008-2012

Services individuels spécialisés, payants, à la carte et de vidéo sur demande

- 30 -

 

Suivez nous sur Twitter @CRTCfra

Relations avec les médias :
communications@crtc.gc.ca
Tél. : 819-997-9403, télécopieur : 819-997-4245

Renseignements généraux :
   Tél. : (819) 997-0313, ATME : 819-994-0423, télécopieur : 819-994-0218
   No sans frais 1-877-249-CRTC (2782)
   ATME - No sans frais 1-877-909-CRTC (2782)
   Question à poser ou plainte à formuler?

Ces documents sont disponibles, sur demande, en média substitut.

Date de modification :