Rapport de surveillance des communications 2016 : Secteur de la radiodiffusion

4.0 Secteur de la radiodiffusion

Infographique résumant la section 4.0 - Secteur de la radiodiffusion
Infographique résumant la section 4.0 - Secteur de la radiodiffusion
Description longue graphique

Cet infographique présente plusieurs indicateurs principaux du secteur de la radiodiffusion. Premier indicateur : ce graphique circulaire présente les revenus des fournisseurs de services de télévision et de radio ainsi que des EDR en pourcentage du total des revenus des services de radiodiffusion en 2015. Télévision : 16 % ; Radio : 10 % ; EDR : 50 % ; services facultatifs et sur demande : 24 % ; revenus des services de radiodiffusion : 17,9 milliards de dollars. Deuxième indicateur : revenus : 17,9 milliards de dollars, une diminution de 1,6 % par rapport à 2014. Troisième indicateur : bénéfices avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (BAIIDA) des entreprises de distribution de radiodiffusion (EDR) : 19,0 %. Quatrième indicateur : bénéfices avant intérêts et impôts (BAII) des services de radio commerciale privée : 18,9 %. Cinquième indicateur : bénéfices avant intérêts et impôts (BAII) des services de télévision traditionnelle privée : -8,0 %.

Le secteur canadien de la radiodiffusion consiste en des stations de radio (privée et SRC), des services de télévision traditionnels (privée et SRC), facultatifs et sur demande (payant, TVC et VSD et services spécialisés) et des entreprises de distribution de radiodiffusion (EDR), y compris les entreprises par câble, par satellite et de télévision sur protocole Internet (IPTV).Note de bas de page 1

Les revenus déclarés par le secteur canadien de la radiodiffusion ont reculé de 1,6 % en 2015, passant de 18,2 milliards de dollars en 2014 à 17,9 milliards de dollars. Les revenus provenant de la radiodiffusion représentent 27,3 % de tous les revenus des communications au Canada. Entre 2011 et 2015, les revenus globaux provenant de la radiodiffusion dans le secteur des communications ont augmenté en moyenne de 0,4 % par année.

Les revenus et la rentabilité du secteur de la radio privée sont demeurés relativement stables de 2014 à 2015, tandis que les revenus et la rentabilité du secteur de la télévision traditionnelle privée ont connu une baisse au cours de la même période. Les radiodiffuseurs privés ont déclaré des revenus de 1 603 millions de dollars et une marge BAII de 18,9 % en 2015, ce qui est semblable aux revenus de 1 614 millions de dollars et à la marge de BAII de 18,5 % de l'année précédente; tandis que les télédiffuseurs traditionnels privés ont déclaré des revenus de 1 757 millions de dollars et des marges de BAII de -8,0 % en 2015, ce qui représente une baisse de 2,6 % par rapport aux revenus de 1 804 millions de dollars et à la marge de BAII de -7,7 % de l'année précédente.

Les services facultatifs et sur demande reposent surtout sur les revenus tirés des abonnements tandis que les diffuseurs traditionnels dépendent principalement des recettes publicitaires.  En 2015, environ 92 % des revenus des diffuseurs traditionnels privés et 31 % des revenus des services facultatifs et sur demande provenaient de la publicité.

En 2015, les cinq plus grandes entreprises, en terme de revenus, ont généré 14,5 milliards $ en revenus en radiodiffusion et représentaient environ 81 % des revenus totaux de radiodiffusion. Les entités restantes ont déclaré des revenus combinés de 3,4 milliards $, soit 19 % des revenus totaux de radiodiffusion.

Cette année, les entreprises qui exercent leurs activités dans l’ensemble des marchés du secteur de la radiodiffusion (c.-à-d. services de radio, services de télévision traditionnels, facultatifs et sur demande, services d’EDR) ont généré environ 64 % des revenus totaux de radiodiffusion au Canada. Par comparaison, les entreprises qui exercent leurs activités dans un seul marché ont produit 6 % des revenus totaux de radiodiffusion au Canada.

i) Revenus

Tableau 4.0.1 Revenus de radiodiffusion (millions $)
Catégorie Sous-catégorie 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Radio Stations privées
commerciale AM
311 306 295 291 286 -1,7 -2,1
 Stations privées
commerciale FM
1 303 1 312 1 328 1 323 1 317 -0,5 0,3
Total-privée commerciale 1 614 1 618 1 623 1 614 1 603 -0,7 -0,2
 SRC - stations AM 80 73 58 53 49 -7,6 -11,6
SRC - stations FM 257 253 246 235 228 -3,0 -3,0
Total SRC 337 326 305 288 277 -3,9 -4,8
Total 1 951 1 944 1 927 1 902 1 879 -1,2 -0,9
Télévision traditionnelle Privée traditionnelle 2 139 2 038 1 944 1 804 1 757 -2,6 -4,8
SRC traditionnelle 1 339 1 369 1 247 1 328 1 107 -16,6 -4,6
Total-télévision traditionnelle 3 478 3 407 3 191 3 132 2 864 -8,5 -4,7
Services de télévision facultatifs et sur demande Services de télévision
facultatifs et sur demande
3 748 3 968 4 091 4 236 4 255 0,4 3,2
Total télévision Total 7 226 7 375 7 282 7 367 7 119 -3,4 -0,4
EDR Câble et IPTV 5 927 6 068 6 322 6 516 6 630 1,7 2,8
SRD/SRM 2 532 2 492 2 472 2 414 2 289 -5,2 -2,5
Total 8 459 8 561 8 794 8 930 8 918 -0,1 1,3
Tous les services de radiodiffusion Total 17 636 17 880 18 004 18 199 17 916 -1,6 0,4

Source: Données recueillies par le CRTC

Dans ce tableau, les revenus de radiodiffusion sont d’abord répartis par type de service et ensuite par composante de chacun afin d’illustrer les profils de croissance entre 2011 et 2015. Il donne également un taux de croissance annuelle composé (TCAC) pour chaque composante. Pour de plus amples détails, visitez la page des relevés financiers du CRTC au : http://www.crtc.gc.ca/fra/stats.htm

La diminution marquée des revenus générés par la télévision traditionnelle de la SRC est attribuable à la baisse des revenus provenant de la publicité et du Fonds pour l'amélioration de la programmation locale (FAPL). La baisse des revenus de publicité est liée en partie à la perte des droits de diffusion de la Ligue nationale de hockey, conjuguée à l'absence d'événements sportifs d'envergure comme les Olympiques et la Coupe du monde de la FIFA qui avaient généré des revenus de publicité supplémentaires en 2014.

Tableau 4.0.2 Répartition des revenus de services de radiodiffusion par région (milliards $)
Région 2014 2015 Pourcentage du
Total (%)
Croissance (%)
2014-2015
Atlantique 0,8 0,8 6,7 0,9
C-B et Territoires 1,5 1,5 13,0 -0,5
Ontario 4,5 4,3 37,9 -4,4
Prairies 2,1 2,1 18,2 0,8
Québec 2,7 2,8 24,2 0,2

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce tableau exclut les revenus en provenance des services de télévision facultatifs et sur demande, ainsi que les EDR par SRD car ces services exploitent une licence nationale.

ii) Caractéristiques de l’industrie

Tableau 4.0.3 Pourcentage des revenus de radiodiffusion générés par des entreprises exploitées dans des secteurs multiples
Nombre de secteurs
où les entreprises
offrent un service
Nombre de groupes ou
entreprises déclarants
exploités dans ces secteurs
% de revenus de radiodiffusion
générés dans ces secteurs
2013 2014 2015 2013 2014 2015
4 3 3 3 63 63 64
3 5 4 4 23 22 21
2 17 17 16 8 8 9
1 172 171 161 6 6 6

Source: Données recueillies par le CRTC

L’industrie de la radiodiffusion englobe quatre secteurs: la radio (1), la télévision traditionnelle (2), les services facultatifs et sur demande (3) et les EDR, incluant les services par câble, par satellite et l’IPTV (4). Si la plupart des entreprises n’exploitent qu’un seul secteur, quelques-unes sont présentes dans les quatre secteurs. Ce tableau donne le nombre d’entreprises en fonction des secteurs qu’elles exploitent et le pourcentage du revenu total qu’elles génèrent. Ensemble, les données démontrent que quelques entreprises actives dans plusieurs secteurs accaparent environ les deux tiers du total des revenus de l’industrie. Les sociétés mères comprennent leurs filiales.

Graphique 4.0.1 Pourcentage du total des revenus de radiodiffusion, par groupes d’entreprises

Graphique à barres de Graphique 4.0.1 : Pourcentage du total des revenus de radiodiffusion, par groupes d’entreprises
Description longue graphique

Ce graphique à barres présente les revenus de radiodiffusion des cinq plus grands groupes d’entreprises, des cinq suivants et le reste des entreprises pour les années 2013, 2014 et 2015. Cinq plus grands groupes d’entreprises : 81 %, 81 % et 81 % ; cinq suivants : 10 %, 10 % et 10 % ; le reste des entreprises: 9 %, 8 % et 9 %.

Source: Données recueillies par le CRTC

Ce graphique illustre le pourcentage combiné des revenus des cinq plus grands groupes de radiodiffuseurs canadiens (BCE, Shaw [y compris Corus], Rogers, Québecor et la SRC), des cinq groupes/entreprises suivants, ainsi que le reste des 175 groupes/entreprises de l’industrie. Les revenus des groupes comprennent ceux de leurs affiliées.

Graphique 4.0.2 Pourcentage des revenus totaux de la radio commerciale, par radiodiffuseur, 2015

Graphique circulaire de Graphique 4.0.2 : Pourcentage des revenus totaux de la radio commerciale, par radiodiffuseur, 2015
Description longue graphique

Ce graphique circulaire présente la répartition en pourcentage des revenus totaux des principaux radiodiffuseurs de la radio commerciale en 2015. Corus : 10 %, BCE : 26 %, Newcap : 10 %, Rogers : 15 %, Cogeco : 7 % et autres radiodiffuseurs : 32 %.

Source: Données recueillies par le CRTC

Les revenus des cinq plus grands radiodiffuseurs du secteur de la radio commerciale représentaient plus de 68 % du total des revenus de l’industrie en 2015.

Le calcul du pourcentage du revenu total est basé sur le revenu total déclaré pour chaque service contrôlé par le radiodiffuseur. Le contrôle effectif exercé est déterminé lorsque le radiodiffuseur détenait plus de 50 % des droits de vote directs et indirects au 31 août 2015.

Graphique 4.0.3 Pourcentage des revenus de la télévision par télédiffuseur, 2015

 Graphique circulaire de Graphique 4.0.3 : Pourcentage des revenus de la télévision par télédiffuseur, 2015
Description longue graphique

Ce graphique circulaire présente les pourcentages du revenu total que se sont appropriés individuellement en 2015 les principaux exploitants de la télévision par télédiffuseur. Québecor : 5 %, Shaw/Corus : 20 %, Rogers : 11 %, BCE : 31 %, SRC : 18 %, Remstar : 1 % et autres : 14%.

Source: Données recueillies par le CRTC

Les six plus grands télédiffuseurs représentaient 86 % des revenus totaux de l’industrie en 2015. Lors du classement des cinq plus grandes entreprises, les résultats de Shaw et de Corus ont été combinés.

Le calcul du pourcentage du revenu total est basé sur le revenu total déclaré pour chaque service contrôlé par le radiodiffuseur. Le contrôle effectif exercé est déterminé lorsque le radiodiffuseur détenait plus de 50 % des droits de vote directs et indirects au 31 août 2015.

Les revenus de la SRC incluent les recettes publicitaires, les abonnements, autres revenus commerciaux et les crédits parlementaires.

iii) Rendement financier

Graphique 4.0.4 Revenus totaux de la radiodiffusion par type de service (milliards $)

Graphique à barres empilées de Graphique 4.0.4 : Revenus totaux de la radiodiffusion par type de service (milliards $)
Description longue graphique

Ce graphique à barres empilées donne un aperçu global des revenus réalisés, en milliards de dollars, par les grands secteurs de la radiodiffusion pour les années radiodiffusion 2011 à 2015. Radio de la SRC : 0,3, 0,3, 0,3, 0,3 et 0,3 ; télévision traditionnelle de la SRC : 1,3, 1,4, 1,2, 1,3 et 1,1 ; radio commerciale privée : 1,6, 1,6, 1,6, 1,6 et 1,6 ; télévision traditionnelle privée : 2,1, 2,0, 1,9, 1,8 et 1,8 ; SRD/SRM : 2,5, 2,5, 2,5, 2,4 et 2,3 ; facultatifs et sur demande : 3,7, 4,0, 4,1, 4,2 et 4,3 ; câble et IPTV : 5,9, 6,1, 6,3, 6,5 et 6,6 ; revenus totaux combinés : 17,6, 17,9, 18,0, 18,2 et 17,9.

Source: Données recueillies par le CRTC

Ce graphique à barres indique les revenus totaux de l’industrie de la radiodiffusion et le total des revenus de chacun des sous-secteurs (EDR, télévision commerciale, radio commerciale et la SRC).

Graphique 4.0.5 Marges de BAII et BAIIDA par type de service (%)

Le graphique linéaire de Graphique 4.0.5 Marges de BAII et BAIIDA par type de service (%)
Description longue graphique

Ce graphique linéaire donne un aperçu global des BAIIDA et BAII par type de services pour les années de radiodiffusion de 2011 à 2015, en pourcentage. BAIIDA Câble et IPTV : 22,5 %, 20,3 %, 19,9 %, 15,8 % et 16,1%. BAII Service de télévision facultatifs et sur demande : 24,8 %, 23,0 %, 26,5 %, 23,8 %, et 20,8 %. BAIIDA SRD/SRM : 24,4 %, 30,1 %, 33,4 %, 32,0 % et 27,7 %. BAII Télévision traditionnelle privée : 7,3 %, 1,1 %, -0,1 %, -7,7 % et -8,0 %. BAII Radio traditionnelle privée : 19,3 %, 19,8 %, 20,2 %, 18,5 % et 18,9 %.

Source: Données recueillies par le CRTC

Le graphique linéaire indique les marges de BAII des services de radio et de télévision et les marges de BAIIDA des EDR, qui sont des mesures de rentabilité.

4.1 Secteur de la radio

Infographique résumant la section 4.1 – Secteur de la radio
Infographique résumant la section 4.1 – Secteur de la radio
Description longue graphique

Cet infographique présente plusieurs indicateurs principaux du secteur de la radio. Premier indicateur : ce graphique circulaire présente les revenus des services de radio par rapport à l’ensemble des revenus des services de radiodiffusion en 2015 (en pourcentage). Les revenus des services de la radio commerciale privée représentaient 9 % et la radio de SRC représentait 2 % de l’ensemble des revenus des services de radiodiffusion. L’ensemble des revenus des services de radiodiffusion s’élevait à 17,9 milliards de dollars. Deuxième indicateur : revenus totaux de la radio : 1,9 milliard de dollars, une baisse de 1,2 % par rapport à 2014. Troisième indicateur : nombre d’heures d’écoute : les Canadiens (de 12 ans et plus) ont écouté la radio 16 heures par semaine en moyenne. Quatrième indicateur : revenus de la radio commerciale privée : 1,6 milliard de dollars, une baisse de 0,7 % par rapport à 2014. Cinquième indicateur : revenus de radio SRC : 0,3 milliard de dollars, une baisse de 3,9 % par rapport à 2014.

Les Canadiens continuent d’avoir accès à une grande variété de choix musicaux ainsi qu’à diverses plateformes d’information à l’échelle locale, régionale et nationale avec plus de 1 100 services sonores et de radio qui diffusent partout au pays. Plus de 75 % des stations de radio commerciale privée en exploitation au Canada sont établies en Ontario, au Québec, en Alberta ou en Colombie-Britannique.

La Société Radio-Canada (SRC), diffuseur public national, exploite plus de 69 stations de radio en anglais et en français à la grandeur du pays. Les revenus du secteur radiophonique de la SRC ne cessent de fléchir. Ils sont passés de 337 millions de dollars en 2011 à 277 millions de dollars en 2015.  

On compte plus de 700 stations de radio commerciale privées au Canada. Elles sont exploitées dans des centaines de marchés différents et représentent plus des trois quarts du nombre total de stations de radio exploitées au Canada. Au cours des cinq dernières années, les stations de radio commerciale ont connu une légère baisse de revenus d’environ 0,2 %. En 2015, ces stations ont rapporté des revenus de 1 603 millions de dollars et des marges bénéficiaires de 19 %. Au cours de cette même période, les revenus des stations de radio AM ont chuté de 311 millions de dollars en 2011 à 286 millions de dollars en 2015. Cela est en partie attribuable à un déclin des ventes publicitaires. Les stations de radio FM ont déclaré une hausse annuelle des revenus de 0,3 % pour la même période.

Ensemble, les formules de musique country et contemporaine ont obtenu la plus importante part de l’écoute nationale. Depuis quelques années, ces genres gagnent continuellement en popularité sur la radio canadienne.

En 2015, le Conseil a émis 14 nouvelles licences, dont la moitié est constituée de stations de radio commerciale. Les stations de radio communautaires, de campus et autochtones jouent un rôle important dans les collectivités qu’elles desservent et dans l’ensemble du secteur de la radiodiffusion. En 2015, ces stations étaient au nombre de 187 et ont déclaré des revenus de 61 millions de dollars.   

Les Canadiens font de plus en plus appel à divers services de contenu sonore autres que la radio en direct. Selon l’Observateur des technologies médias (OTM), 23 % des Canadiens (18 ans et plus) écoutent la radio AM/FM en ligne et 55 % des Canadiens (18 ans et plus) regardent des vidéos de musique en continu sur YouTube, une hausse de 3 % par rapport à 2014. L’abonnement à la radio par satellite à la grandeur du pays est demeuré stable au cours de la dernière année selon l’OTM qui évalue encore à 16 % le nombre de Canadiens (18 ans et plus) abonnés à la radio par satellite. 

i) Revenus

En 2015, les 704 stations de radio commerciale en exploitation ont généré des revenus globaux de 1 603 millions de dollars, un montant qui n’a guère changé depuis 2011. Douze services FM de plus que l'année précédente étaient exploités en 2015, ce qui portait à 580 le nombre total de services FM. Ceux-ci ont déclaré avoir généré des revenus combinés totaux de 1,317 milliard de dollars. Les revenus des services FM ont connu une croissance de 0,3 % par année en moyenne depuis 2011.

En revanche, il y avait 3 stations de radio AM de moins qu'en 2014, soit 124 services en 2015. Les stations de radio AM éprouvent des difficultés depuis cinq ans, leurs revenus ayant connu une baisse de 2,1 % par année en moyenne depuis 2011 pour s'établir à 286 millions de dollars en 2015.

Au total, 23 services de radio offraient des émissions en langue tierce à l'échelle nationale en 2015; 12 d'entre eux diffusaient sur la bande AM et 11 sur la bande FM. Ces services ont généré des revenus combinés de 46,7 millions de dollars en 2015, soit une augmentation de 1,5 % par rapport à 2014. En fait, les revenus totaux des services de radio ethnique ont connu une croissance de 1,3 % par année de 2011 à 2015, tandis que les services de langue française et de langue anglaise ont enregistré une baisse de 0,1 % et de 0,3 % respectivement par année pour la même période.

Tableau 4.1.1 Revenus des stations de radio commerciale privées et nombre de stations ayant déclaré leurs résultats financiers, par langue de diffusion et bande de fréquences
Type de station 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Langue anglaise – AM 274,9 274,9 264,6 262,0 257,1 -1,9 -1,7
Langue française – AM 11,7 6,1 4,9 4,3 4,0 -6,2 -23,5
Langue tierce – AM 24,4 25,2 25,1 24,7 24,9 0,9 0,5
Total − AM 311,1 306,2 294,6 290,9 286,0 -1,7 -2,1
Langue anglaise – FM 1035,3 1040,1 1053,8 1042,7 1 040,1 0,2 0,1
Langue française – FM 247,7 251,9 253,2 259,2 254,7 -1,8 0,7
Langue tierce – FM 19,8 20,2 21,1 21,3 21,8 2,1 2,4
Total −  FM 1 302,8 1 312,2 1 328,0 1 323,3 1 316,6 -0,5 0,3
Total des revenus 1 613,8 1 618,4 1 622,7 1 614,2 1 602,5 -0,7 -0,2

Source: Données recueillies par le CRTC

Ce tableau indique l’évolution des revenus des stations de radio commerciale privées AM et FM, selon la langue de programmation anglaise, française ou tierce, entre 2011 et 2015 ainsi que la croissance annuelle pour 2014-2015 et pour l’ensemble de la période d’étude.

Les résultats des réseaux sont inclus; cependant, les services sonores payants et spécialisés ainsi que les services multicanaux par abonnement sont exclus.

Tableau 4.1.2 Nombre de stations ayant fait des rapports financiers, par langue et bande de fréquence
Type de station radio 2011 2012 2013 2014 2015
Langue anglaise – AM 115 111 109 109 105
Langue française – AM 7 6 8 6 7
Langue tierce – AM 12 12 13 12 12
Total − AM 134 129 129 127 124
Langue anglaise – FM 434 444 454 466 477
Langue française – FM 89 90 89 90 92
Langue tierce – FM 11 12 13 12 11
Total − FM 534 546 556 568 580
Nombre total de stations ayant fait un rapport 668 675 685 695 704

Source: Données recueillies par le CRTC

La Société Radio-Canada (SRC), diffuseur public du Canada, exploite 14 stations de radio AM et 55 stations de radio FM dans l'ensemble du pays.  Les revenus totaux de ces services ont reculé de façon constante, passant de 337 millions de dollars en 2011 à 277 millions de dollars en 2015. Cette baisse est principalement attribuable aux modifications apportées aux crédits parlementaires.

L'année 2015 était la deuxième année pour laquelle la SRC pouvait générer des revenus de publicité nationale sur les ondes d’Ici Musique et de Radio 2. La SRC a généré 1,4 millions de dollars en revenus publicitaires, soit une augmentation de 27,2 % par rapport à 2014. Néanmoins, les revenus de publicité demeurent une source de revenus modeste pour les services de radio de la SRC, représentant 0,5 % des revenus totaux de la radio du diffuseur en 2015.

Il convient de noter que le nombre de stations de radio exploitées par la SRC a diminué de 13 stations entre 2014 et 2015 pour s'établir à 69 stations. Cela s'explique par le fait que la SRC a terminé un projet pilote dans le cadre duquel elle diffusait du contenu local sur ces 13 stations, qui ont depuis retourné à leurs fonctions de retransmetteurs.

Tableau 4.1.3 Revenus des stations de radio de la SRC, par type de revenus (milliers $)
Revenus (milliers $) 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Revenus de publicité 0 0 0 1 074 1 366 27,2 s.o.
Crédits parlementaires 327 267 316 508 295 523 277 310 266 880 -3,8 -5,0
Vente/souscription d’émissions 859 952 1 087 1 328 1 816 36,8 20,6
Divers 8 803 8 432 8 145 7 924 6 480 -18,2 -7,4
Revenus totaux 336 928 325 892 304 756 287 636 276 542 -3,9 -4,8
Nombre de stations 78 78 81 82 69 -15,9 -3,0

Source: Données recueillies par le CRTC

Dans la Décision de radiodiffusion CRTC 2013-263, le Conseil a autorisé la diffusion de publicité nationale sur les ondes d’Ici Musique et de Radio 2. Les revenus de publicité de la SRC illustrés dans le tableau ci-dessus pour 2014 et 2015 représentent cette décision.

Tableau 4.1.4 Revenus des stations de radio commerciale, par taille du marché (millions $)
Type de marchés 2011 2012 2013 2014 2015 TCAC (%)
2011-2015
Marchés désignés 1 215,3 1 224,8 1 217,9 1 203,0 1 196,3 -0,4
Marchés non désignés 398,5 393,6 404,8 411,2 406,2 0,5
Tous les marchés 1 613,8 1 618,4 1 622,7 1 614,2 1 602,5 -0,2

Source: Données recueillies par le CRTC

Les marchés désignés génèrent environ 75 % de l’ensemble des revenus que déclarent les stations de radio commerciale, ils incluent les marchés précédemment désignés comme moyens, grands et majeurs en plus de marchés additionnels. Pour en savoir davantage sur les marchés désignés et non désignés, veuillez consulter les relevés financiers de radiodiffusion 2011-2015 du CRTC :
http://www.crtc.gc.ca/fra/publications/reports/branalysis/radio2015/radio2015.htm

Tableau 4.1.5 Revenus des stations de radio commerciale à caractère ethnique, par province (millions $)
Province 2011 2012 2013 2014 2015 TCAC (%)
2011-2015
Colombie-Britannique 14,2 15,2 15,2 14,7 14,6 0,7
Alberta/Manitoba 3,4 3,2 3,7 5,0 5,4 12,3
Ontario 23,3 23,6 23,7 23,1 23,5 0,2
Québec 3,3 3,3 3,5 3,2 3,1 -1,6
Total 44,2 45,4 46,2 46,0 46,7 1,5

Source: Données recueillies par le CRTC

Ce tableau présente les revenus déclarés par les stations de radio à caractère ethnique, par province, de 2011 à 2015. La Saskatchewan, les provinces de l’Atlantique et le Nord ne comptaient aucune station commerciale à caractère ethnique.

Les données dans les quatre graphiques qui suivent présentent les revenus des stations de radio commerciale privées AM et FM de langues anglaise, française et de langue tierce. Les données sur les revenus annuels moyens sont comparées aux bénéfices avant intérêts et impôts (BAII) pour donner une indication de la santé financière des groupes de stations de radio. Les données sur les stations AM et FM ainsi que sur la langue de diffusion sont réparties de façon à montrer les variations en fonction de chacune de ces caractéristiques.

Graphique 4.1.1 Revenus des stations de radio commerciale privées et nombre d’entreprises ayant fait un rapport

Graphique à histogrammes groupés de Graphique 4.1.1 : Revenus des stations de radio commerciale privées
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés présente les revenus, en millions de dollars, de la radio commerciale privée ainsi que le nombre d’entreprises ayant fait un rapport pour les années 2011 à 2015. Ce graphique présente aussi les résultats FM comme pourcentage du total. Les revenus des stations AM: 311, 306, 295, 291, 286 ; le nombre d’entreprises AM ayant fait un rapport : 134, 129, 129, 127, 124 ; les revenus des stations FM : 1 302, 1 314, 1 328, 1 323, 1 317 ; le nombre d’entreprises FM ayant fait un rapport : 535, 546, 556, 568, 580 ; les revenus des stations AM et FM : 1 614 1 620, 1 623, 1 614 et 1 603 ; le nombre d’entreprises AM et FM ayant fait un rapport : 669, 675, 685, 695 et 704. Revenus FM comment pourcentage du total : 81 %, 81 %, 82 %, 82 %, 82 % ; Le nombre d’entreprises FM comment pourcentage du total : 80 %, 81 %, 81 %, 82 %, 82 %.

Source: Données recueillies par le CRTC

Les données présentées dans les graphiques 4.1.1 à 4.1.3 comprennent les résultats des réseaux, mais excluent les résultats des services sonores payants et spécialisés ainsi que ceux des services sonores à canaux multiples par abonnement.

Graphique 4.1.2 Revenus des stations de radio commerciale privées de langue anglaise et nombre d’entreprises ayant fait un rapport

 Graphique à histogrammes groupés de Graphique 4.1.2 : Revenus des stations de radio commerciale privées de langue anglaise
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés présente les revenus, en millions de dollars, de la radio commerciale de langue anglaise ainsi que le nombre d’entreprises ayant fait un rapport pour les années 2011 à 2015. Ce graphique présente les résultats FM comme pourcentage du total. Les revenus des stations AM: 275, 275, 265, 262, 257 ; le nombre d’entreprises AM fait un rapport : 115, 111, 109, 109, 124 ; les revenus des stations FM : 1 035, 1 042, 1 054, 1 043, 1 040 ; le nombre d’entreprises FM ayant fait un rapport : 435, 444, 454, 466, 477 ; les revenus des stations AM et FM : 1 310, 1 317, 1 318, 1 305, 1 297 ; le nombre d’entreprises AM et FM ayant fait un rapport : 550, 555, 563, 575, 582. Le deuxième axe fait état des revenus FM comment pourcentage du total : 79 %, 79 %, 80 %, 80 %, 80 % ; Le nombre d’entreprises FM comment pourcentage du total : 79 %, 80 %, 81 %, 81 %, 82 %.

Source: Données recueillies par le CRTC

Graphique 4.1.3 Revenus des stations de radio commerciale privées de langue française et nombre d’entreprises ayant fait un rapport

Graphique à histogrammes groupés de Graphique 4.1.3 : Revenus des stations de radio commerciale privées de langue française
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés présente les revenus, en millions de dollars, de la radio commerciale de langue française ainsi que le nombre d’entreprises ayant fait un rapport pour les années 2011 à 2015. Ce graphique présente les résultats FM comme pourcentage du total. Les revenus des stations AM : 12, 6, 5, 4, 4 ; le nombre d’entreprises AM fait un rapport : 7, 6, 8, 6, 7 ; les revenus des stations FM : 258, 252, 253, 259, 255 ; le nombre d’entreprises FM ayant fait un rapport : 89, 90, 89, 90, 92 ; les revenus des stations AM et FM : 270, 258, 258, 263, 259 ; le nombre d’entreprises AM et FM ayant fait un rapport : 96, 96, 97, 96, 99. Le deuxième axe fait état des revenus FM comme pourcentage du total : 96 %, 98 %, 98 %, 99 %, 99 % ; Le nombre d’entreprises FM comment pourcentage du total : 93 %, 94 %, 92 %, 94 %, 93 %.

Source: Données recueillies par le CRTC

Graphique 4.1.4 Revenus des stations de radio commerciale privées à caractère ethnique et nombre d’entreprises ayant fait un rapport

Graphique à histogrammes groupés de Graphique 4.1.4 : Revenus des stations de radio commerciale privées à caractère ethnique
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés présente les revenus, en millions de dollars, de la radio commerciale à caractère ethnique ainsi que le nombre d’entreprises ayant fait un rapport pour les années 2011 à 2015. Ce graphique présente les résultats FM comme pourcentage du total. Les revenus des stations AM: 24, 25, 25, 25, 25 ; le nombre d’entreprises AM ayant fait un rapport : 12, 12, 12, 12, 12 ; les revenus des stations FM : 20, 21, 21, 21, 22 ; le nombre d’entreprises FM ayant fait un rapport : 11, 12, 13, 12, 11 ; les revenus des stations AM et FM : 44, 45, 46, 46, 47 ; le nombre d’entreprises AM et FM ayant fait un rapport : 23, 24, 25, 24, 23. Revenus FM comment pourcentage du total : 45 %, 47 %, 46 %, 46 %, 47 % ; Le nombre d’entreprises FM comment pourcentage du total : 48 %, 50 %, 52 %, 50 %, 48 %.

Source: Données recueillies par le CRTC

Les revenus des stations de radio commerciale privées exploitées dans le cadre de la Politique relative à la radiodiffusion à caractère ethnique ont suivi une tendance à la hausse de 2011 à 2015.

Tableau 4.1.6 Revenus des stations de radio autochtones, communautaires et de campus (milliers $)
Type de stations Mesure 2011 2012 2013 2014 2015
Stations de radio autochtonesNote de bas de page 2 Nombre de stations de radio ayant fait un rapport 33 33 35 27 21
Revenus publicité 5 820 5 397 4 569 3 984 4 316
Revenus d’autre 12 450 10 772 11 203 8 731 8 847
Total des revenus 18 270 16 168 15 772 12 715 13 162
Publicité, en pourcentage des revenus totaux (%) 31,9 33,4 29,0 31,3 32,8
Marge de BAII (%) 0,5 -4,7 -14,6 11,1 0,1
Stations de radio communautaires Nombre de stations de radio ayant fait un rapport 107 110 112 111 113
Revenus publicité 15 201 15 512 15 223 14 973 15 816
Revenus d’autre 14 987 15 126 17 190 16 815 18 448
Total des revenus 30 188 30 638 32 412 31 787 34 264
Publicité, en pourcentage des revenus totaux (%) 50,4 50,6 47,0 47,1 46,2
Marge de BAII (%) 10,5 3,7 7,4 4,4 5,9
Stations de radio de campus Nombre de stations de radio ayant fait un rapport 48 49 47 47 47
Revenus publicité 1 082 1 019 889 1 337 907
Revenus d’autre 7 401 7 814 8 323 8 440 8 839
Total des revenus 8 483 8 833 9 213 9 777 9 746
Publicité, en pourcentage des revenus totaux (%) 12,8 11,5 9,7 13,7 9,3
Marge de BAII (%) 20,3 10,5 8,5 7,9 4,8

Source: Données recueillies par le CRTC

Ce tableau montre le nombre de stations ayant déclaré des revenus et les marges de BAII (BAII divisé par les revenus totaux) pour les stations de radio exploitées dans le cadre de la Politique en matière de radiotélédiffusion autochtone ainsi que les stations de radio communautaires et de campus pour la période  de 2011 à 2015. 

Pour les trois types de stations de radio, « Autre » comprend des levées de fonds et des contributions d’autres sources. Dans le cas des stations de radio autochtones seulement, « Autre » comprend des subventions et des contributions des conseils de bande.

ii) Rendement financier

Dans l'ensemble, la marge de bénéfices avant intérêts et impôts (BAII) de l'industrie de la radio commerciale s'est maintenue entre 18 % et 20 % au cours des cinq dernières années, les dépenses étant demeurées relativement stables en réponse aux revenus stagnants. En 2015, le secteur a déclaré une marge de BAII moyenne de 18,9 %, soit une augmentation de 0,4 % par rapport à 2014.

Les services de radio FM ont déclaré des marges de BAII supérieures à la moyenne. En 2015, leur rentabilité combinée s'est établie à près de 22 % (ou 286 millions de dollars), tandis que celle des services AM était de 6 % (17 millions de dollars).

Les données présentées dans les graphiques 4.1.5 à 4.1.12 comprennent les résultats des réseaux, mais excluent les résultats des services sonores payants et spécialisés ainsi que ceux des services sonores à canaux multiples par abonnement.

Graphique 4.1.5 Revenus annuels moyens et BAII par station − Stations de radio commerciale privées

Graphique à histogrammes groupés et courbé de Graphique 4.1.5 : Revenus annuels moyens et BAII par station − Stations de radio commerciale privées
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés et courbé présente les revenus annuels moyens et BAII de la radio commerciale par stations, en millions de dollars, pour les années 2011 à 2015. Revenus annuels moyens par station : Stations AM : 2,3, 2,4, 2,3, 2,3, 2,3 ; Stations FM : 2,4, 2,4, 2,4, 2,4, 2,3 ; Stations AM et FM : 2,4, 2,4, 2,4, 2,4, 2,3. BAII annuels moyens par station : Stations AM : 0,2, 0,3, 0,2, 0,1, 0,1 ; Stations FM : 0,5, 0,5, 0,5, 0,5, 0,5 ; Stations AM et FM : 0,5, 0,4, 0,4, 0,4, 0,5.

Source: Données recueillies par le CRTC

Graphique 4.1.6 BAII et marges de BAII des stations de radio commerciale privées

 Graphique à histogrammes de Graphique 4.1.6 : BAII et marge de BAII des stations de radio commerciale privées
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés présente les BAII, en millions de dollars, ainsi que les marges de BAII de la radio commerciale pour les années 2011 à 2015. Ce graphique présente aussi les BAII pour les stations AM et FM respectivement. Les BAII des stations AM : 32, 33, 25, 13, 17 et les marges de BAII des stations AM : 10,3 %, 10,7 %, 8,4 %, 4,5 %, 6,0 % ; les BAII des stations FM : 279, 288, 303, 285, 286 ; les marges de BAII des stations FM : 21,4 %, 21,9 %, 22,8 %, 21,5 %, 21,7 % ; les BAII des stations AM et FM : 311, 321, 328, 298, 303 ; les marges de BAII des stations AM et FM : 19,3 %, 19,8 %, 20,2 %, 18,5 %, 18,9 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

Les BAII et les marges de BAII de l’ensemble des stations de radio ont augmenté de manière générale entre 2010 et 2013, suivie par une diminution en 2014 et une légère augmentation en 2015.

Graphique 4.1.7 Revenus annuels moyens et BAII par station − Stations de radio commerciale privées de langue anglaise

Graphique à histogrammes groupés  et courbé de Graphique 4.1.7 : Revenus annuels moyens et BAII par station − Stations de radio commerciale privées de langue anglaise
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés et courbé présente les revenus annuels moyens et BAII de la radio commerciale de langue anglaise par stations, en millions de dollars, pour les années 2011 à 2015. Revenus annuels moyens par station : Stations AM : 2,4, 2,5, 2,4, 2,4, 2,1 ; Stations FM : 2,4, 2,3, 2,3, 2,2, 2,2 ; Stations AM et FM : 2,4, 2,4, 2,3, 2,2. Le deuxième axe fait état des BAII annuels moyens par station : Stations AM : 0,3, 0,3, 0,2, 0,1, 0,1 ; Stations FM : 0,5, 0,6, 0,6, 0,5, 0,5 ; Stations AM et FM : 0,5, 0,5, 0,5, 0,4, 0,4.

Source: Données recueillies par le CRTC

Les revenus moyens par station de radio AM et FM commerciale privée de langue anglaise ont diminué en 2015, bien que les marges de BAII des stations de radio AM aient légèrement augmenté en 2015.

Graphique 4.1.8 BAII et marges de BAII des stations de radio commerciale privées de langue anglaise

Graphique à histogrammes groupés de Graphique 4.1.8 : BAII et marge de BAII des stations de radio commerciale privées de langue anglaise
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés présente les BAII, en millions de dollars, ainsi que les marges de BAII de la radio commerciale de langue anglaise pour les années 2011 à 2015. Ce graphique présente aussi les BAII pour les stations AM et FM respectivement. Les BAII des stations AM: 31, 30, 22, 9, 13 ; les marges de BAII des stations AM : 11,2 %, 11,0 %, 8,3 %, 3,4 %, 5,2 % ; les BAII des stations FM : 239, 246, 263, 239, 240 ; les marges de BAII des stations FM : 23,1 %, 23,6 %, 25,0 %, 22,9 %, 23,1 %; les BAII des stations AM et FM : 270, 276, 285, 248, 253 ; les marges de BAII des stations AM et FM : 20,6 %, 20,9 %, 21,7 %, 19,0 %, 19,5 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

Graphique 4.1.9 Revenus annuels moyens et BAII par station − Stations de radio commerciale privées de langue française

Graphique à histogrammes groupés et courbé de Graphique 4.1.9 : Revenus annuels moyens et BAII par station − Stations de radio commerciale privées de langue française
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés et courbé présente les revenus annuels moyens et BAII de la radio commerciale de langue française par stations, en millions de dollars, pour les années 2011 à 2015. Revenus annuels moyens par station : Stations AM : 1,7, 1,0, 0,6, 0,7, 0,6 ; Stations FM : 2,9, 2,8, 2,8, 2,9, 2,8 ; Stations AM et FM : 2,8, 2,7, 2,7, 2,7, 2,6. Le deuxième axe fait état des BAII annuels moyens par station : Stations AM : -0,0, 0,0, -0,0, 0,1, 0,0 ; Stations FM 0,4, 0,4, 0,4, 0,5, 0,5 ; Stations AM et FM : 0,4, 0,4, 0,4, 0,5, 0,4.

Source: Données recueillies par le CRTC

Les revenus annuels moyens par station de radio commerciale privée de langue française sont demeurés pratiquement constants de 2011 à 2015. C’est surtout en raison de la hausse des revenus des stations FM. Les revenus des stations AM de langue française ont considérablement diminué depuis 2011.

Graphique 4.1.10 BAII et marges de BAII des stations de radio commerciale privées de langue française

Graphique à histogrammes groupés de Graphique 4.1.10 : BAII et marge de BAII des stations de radio commerciale privées de langue française
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés présente les BAII, en millions de dollars, ainsi que les marges de BAII de la radio commerciale de langue française pour les années 2011 à 2015. Ce graphique présente aussi les BAII pour les stations AM et FM respectivement. Les BAII des stations AM: -0,3, 0,2, -0,2, 0,5, 0,1 ; les marges de BAII des stations AM : -2,8 %, 3,7 %, -3,1 %, 10,7 %, 1,8 % ; les BAII des stations FM : 37,1, 39,4, 37,3, 43,6, 43,1 ; les marges de BAII des stations FM : 15,0 %, 15,6 %, 14,7 %, 16,8 %, 16,9 % ; les BAII des stations AM et FM : 36,8, 39,6, 37,2, 44,1, 43,2 ; les marges de BAII des stations AM et FM : 14,2 %, 15,4 %, 14,4 %, 16,7 %, 16,7 %.

Source: Données recueillies par le CRTC

Graphique 4.1.11 Revenus annuels moyens et BAII par station − Stations de radio commerciale privées à caractère ethnique

Graphique à histogrammes groupés et courbé de Graphique 4.1.11 : Revenus annuels moyens et BAII par station − Stations de radio commerciale privées à caractère ethnique
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés et courbé présente les revenus annuels moyens et BAII de la radio commerciale à caractère ethnique par stations, en millions de dollars, pour les années 2011 à 2015. Revenus annuels moyens par station : Stations AM : 2,0, 2,1, 2,1, 2,1, 2,1 ; Stations FM : 1,8, 1,8, 1,6, 1,8 et 2,0; Stations AM et FM : 1,9, 1,9, 1,8, 1,9, et 2,0. Le deuxième axe fait état des BAII annuels moyens par station : Stations AM : 0,1, 0,2, 0,3, 0,3, 0,3 ; Stations FM : 0,3, 0,3, 0,2, 0,3, 0,3 ; Stations AM et FM : 0,2, 0,2, 0,2, 0,3, 0,3.

Source: Données recueillies par le CRTC

Les revenus annuels moyens par station de radio commerciale privée à caractère ethnique ont varié autour des deux millions de dollars au cours des cinq dernières années. De 2011 à 2015, les revenus des stations AM ont dépassé ceux des stations FM, bien que l’écart se resserre.

Graphique 4.1.12 BAII et marge de BAII des stations de radio commerciale privées à caractère ethnique

Graphique à histogrammes groupés de Graphique 4.1.12 : BAII et marge de BAII des stations de radio commerciale privées à caractère ethnique
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés présente les BAII, en millions de dollars, ainsi que les marges de BAII de la radio commerciale à caractère ethnique pour les années 2011 à 2015. Ce graphique présente aussi les BAII pour les stations AM et FM respectivement. Les BAII des stations AM : 1,5, 2,1, 3,0, 3,7, 3,8 ; les marges de BAII des stations AM : 6,3 %, 8,4 %, 12,0 %, 14,8 %, 15,2 % ; les BAII des stations FM : 3,1, 3,4, 2,4, 3,1, 3,1 ; les marges de BAII des stations FM : 15,5 %, 16,2 %, 11,4 %, 14,8 %, 14,1 % ; les BAII des stations AM et FM : 4 6, 5,5, 5,5, 6,8, 6,9 ; les marges de BAII des stations AM et FM : 10,5 %, 12,2 %, 12,0 %, 14,8 %, 14,7 %.

Source: Données recueillies par le CRTC

Les BAII et la marge de BAII des stations AM de radio commerciale privées à caractère ethnique ont augmenté au cours des cinq dernières années. Les  BAII et marges de BAII des stations de radio commerciale privées à caractère ethnique FM sont demeurées relativement stables de 2014 à 2015, suite à une forte augmentation en 2014.

iii) Disponibilité des services de radio et des services sonores

Les Canadiens ont accès à différents services sonores comme la radio commerciale privée AM et FM, la radio non commerciale AM et FM, les services de radio par satellite par abonnement, et les services sonores payants et spécialisés.

En 2015, 1 120 services étaient autorisés à diffuser au Canada, d’où 14 services en direct de plus qu’en 2014 et un service payant/spécialisé de moins. Les stations de radio commerciale privées représentent les deux tiers de tous les services sonores au Canada, tandis que les stations communautaires, le deuxième type de service sonore en importance, représentaient 12 % de tous les services sonores en 2015.

Tableau 4.1.7 Nombre et type de services de radio et de services sonores autorisés à diffuser au Canada, par langue de diffusion
Type de station Langue
anglaise
Langue
française
Langue
tierce
Toutes les
langues
2014 2015 2014 2015 2014 2015 2014 2015
CBC Radio One/ICI Radio-Canada Première 39 39 21 21 0 0 60 60
CBC Radio 2/ICI Musique 14 14 14 14 0 0 28 28
Licences de réseaux de la radio de la SRC 2 2 2 2 0 0 4 4
Commerciale privée Stations AM 107 106 9 9 12 14 128 129
Commerciale privée Stations FM 482 482 92 93 16 19 590 594
Licences de réseaux AM et FM 0 0 1 1 0 0 1 1
Religieux (musique et création orale) 39 44 5 5 1 1 45 50
Communautaire 51 58 65 67 1 3 117 128
Stations en développement Communautaire 6 5 1 1 0 0 7 6
Stations axées sur le campus communauté 42 42 6 5 0 0 48 47
Stations d’enseignement campus 8 0 0 0 0 0 8 0
Services autochtones 41 41 5 5 3 3 49 49
Autres (tourisme/circulation, etc.) 9 11 1 2 0 0 10 13
Nombre total de services de radio canadiens en direct 840 844 222 225 33 40 1 095 1 109
Services de radio par satellite 2 2 0 0 0 0 2 2
Services sonores spécialisés (commercial/sans but lucratif,
régional/national)
4 2 0 0 5 5 9 7
Services sonores payants 0 0 0 0 1 2 1 2
Nombre total de services de radio et de services
sonores canadiens
846 848 222 225 39 47 1 107 1 120

Source: Base de données interne du CRTC

Ce tableau montre le nombre de services de radio approuvés par le CRTC mais ce ne sont pas nécessairement tous les services qui sont en ondes. Les services de radio en direct excluent les entreprises de distribution de radiocommunication, les réémetteurs et les services de radio exemptés des exigences relatives à l’attribution de licence. Il s’agit ici des informations en date du 31 décembre 2015.

Tableau 4.1.8 Nombre de services de radio publics et communautaires et de services de radio privés autorisés à diffuser en direct, par province et par langue de diffusion, 2015
Province/territoire Langue
anglaise
Langue
française
Langue
tierce
Total
Public
et
commun.
Privé Public
et
commun.
Privé Public
et
commun.
Privé Public
et
commun.
Privé
Colombie-Britannique 34 109 3 0 0 6 37 115
Alberta 8 113 4 0 0 3 12 116
Saskatchewan 8 52 2 0 0 0 10 52
Manitoba 7 39 3 0 0 1 10 40
Ontario 52 241 14 5 1 15 67 261
Québec 10 15 59 102 0 7 69 124
Nouveau-Brunswick 7 32 13 5 0 0 20 37
Nouvelle-Écosse 14 36 6 0 0 1 20 37
Île-du-Prince-Édouard 1 6 1 0 0 0 2 6
Terre-Neuve-et-Labrador 11 20 1 0 0 0 12 20
Le Nord 8 8 2 0 0 0 10 8
Canada 160 671 108 112 1 33 269 816

Source : Base de données interne du CRTC

Les services radiophoniques non commerciaux, d’information touristique et d’urgence, ainsi que les réémetteurs sont exclus. La langue tierce inclut les services de langue autochtone. Ce tableau montre le nombre de services de radio approuvés par le CRTC mais ce ne sont pas nécessairement tous les services qui sont en ondes.

Graphique 4.1.13 Types de services radiophoniques et sonores autorisés à diffuser au Canada, exprimés en pourcentage de tous les services du même type, 2015

Graphique circulaire de Graphique 4.1.13 : Types de services radiophoniques et sonores autorisés à diffuser au Canada, exprimés en pourcentage de tous les  services du même type, 2015
Description longue graphique

Ce graphique circulaire montre la répartition en pourcentage des services radiophoniques et sonores autorisés en 2015 : privés commerciaux : 64,9 %, communautaires : 12,0 % ; SRC/CBC : 7,9 %, religieux : 4,5 %, autochtones : 4,4 %, campus : 4,2 % ; autres : 1,2 %, satellite, services de radio à canaux multiples par abonnement et services sonores distribués par des EDR : 1,0 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

En 2015, les stations de radio commerciale privées représentaient plus des trois quarts du nombre total de stations autorisées à diffuser au Canada.

Tableau 4.1.9 Nombre de nouvelles stations de radio en direct ayant reçu une licence
Catégorie Sous-catégorie 2011 2012 2013 2014 2015 Total
Langue langue anglaise 27 26 20 24 10 107
langue française 2 1 5 2 3 13
langue tierce 1 1 0 3 1 6
Total 30 28 25 29 14 126
Catégorie de licence commerciale 11 18 12 20 7 68
communautaire 9 5 7 6 2 29
campus - - 0 1 1 2
autochtone 7 3 0 2 1 13
autre 3 2 6 0 3 14
Total 30 28 25 29 14 126
Type numérique autonome - - 0 0 0 0
radio numérique - - 0 0 0 0
fréquences AM 2 - 0 2 1 5
fréquences FM 28 28 25 27 13 121
conversions AM à FM
(incluses sous FM)
1 2 5 0 2 10
Total 30 28 25 29 14 126
Processus concurrentiel 1 7 0 5 1 14
non concurrentiel 29 21 25 24 13 112
Total 30 28 25 29 14 126

Source: Décisions du CRTC publiées du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2015

Les données de ce tableau montrent le nombre de stations approuvées ainsi que la langue de diffusion, la catégorie de licence, le type de service et le processus d’attribution de licence. 

Les services de radio suivants sont exclus de ces données : les entreprises de distribution de radiocommunication, les réémetteurs, les services sonores payants et spécialisés ainsi que les services multicanaux par abonnement. La rubrique « Autre catégorie de licence » inclut les stations sans but lucratif comme celles exploitées en anglais et en français par la CBC/SRC et Environnement Canada.

Graphique 4.1.14 Pourcentage des Canadiens qui ont écouté des services sonores en continu au cours du mois précédent, par groupe linguistique

Graphique à barres de Graphique 4.1.14 : Pourcentage des Canadiens qui ont écouté des services sonores en continu au cours du mois précédent, par groupe linguistique
Description longue graphique

Ce graphique à barres compare le pourcentage d’anglophones, de francophones et de l’ensemble des Canadiens qui ont déclaré avoir utilisé les services sonores en continu suivants au cours du mois précédant pour les années 2014 et 2015. Écoute de vidéos en continu sur YouTube : 2014 : 53 % (anglophones), 49 % (francophones), 52 % (national) ; 2015 : 56 % (anglophones), 51 % (francophones), 55 % (national); écoute de services sonores personnalisés en continu : 2014 : 19 %, 13 %, 18 % ; 2015 : 21 %, 17 %, 20 % ; écoute en continu de radio AM/FM : 2014 : 23 %, 19 %, 22 % ; 2015 : 23 %, 20 %, 23 % ; écoute de la baladodiffusion : 2014 : 22 %, 14 %, 21 % ; 2015 : 24 %, 15 %, 22 % ; Écoute de la radio régulier : 2014 : 88 %, 93 %, 89 % ; 2015 : 88 %, 94 % 89 %.

Source: OTM, 2015 (répondants canadiens de 18 ans et +)

Graphique 4.1.15 Abonnements à la radio par satellite, par groupe linguistique

Graphique à barres de Graphique 4.1.15 : Abonnements à la radio par satellite, par groupe linguistique
Description longue graphique

Ce graphique à barres illustre le pourcentage d’anglophones et de francophones abonnés à la radio par satellite de 2010 à 2015 : 2010 : 13 % (anglophones), 6 % (francophones), 11 % (national) ; 2011 : 15 %, 7 %, 13 % ; 2012 : 16 %, 7 %, 14 % ; 2013 : 17 %, 7 %,15 % ; 2014 : 19 %, 8 %, 16 % ; 2015 : 18 %, 9 %, 16 %.

Source: OTM, 2010-2015 (répondants canadiens de 18 ans et +)

iv) Mesure de l’auditoire

Non seulement ces informations sont importantes pour les membres de l’industrie qui les utilisent pour vendre du temps d’antenne aux publicistes, mais elles sont tout aussi importantes pour le CRTC; en effet, grâce à ces données sur la portée de la programmation dans l’ensemble du pays et parmi différents groupes de la population, le CRTC peut évaluer la pertinence et l’incidence de ses politiques. 

Tableau 4.1.10 Nombre moyen d’heures d’écoute hebdomadaire par habitant selon la tranche d’âge pour l’ensemble du Canada
Group d’âge 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
Cahiers PPM Cahiers PPM Cahiers PPM Cahiers PPM Cahiers PPM Cahiers PPM
Tous auditeurs de 12 ans+ 17,7 8,3 17,5 7,1 17,0 7,1 16,5 7,0 16,2 7,0 -1,8 0.0
Adolescents 12 – 17 7,3 4,0 6,9 3,7 6,5 3,7 6,0 3,7 5.8 3,3 -3,3 -10,8
Adultes 18 – 24 12,5 5,8 12,5 5,0 11,5 4,4 11,4 4,6 10,6 4,7 -7,0 2,2
25 – 34 16,8 6,5 16,6 5,8 16,0 5,7 15,4 5,8 15,0 5,9 -2,6 1,7
35 – 49 19,8 8,2 19,3 7,8 18,7 7,4 18,0 7,4 17,4 7,6 -3,3 2,7
50 – 54 21,3 9,5 20,9 8,8 21,1 8,5 19,8 7,6 19,8 8,0 0,0 5,3
55 – 64 20,0 9,5 19,9 7,6 19,4 8,2 18,9 8,0 18,5 7,7 -2,1 -3,8
65 + 19,4 12,0 19,1 9,1 18,8 9,3 18,4 9,1 18,3 9,1 -0,5 0,0

Source : Numeris

Ce tableau montre que pour la troisième année consécutive, tous les groupes d’âge, à l’exception des 65+, ont connu un taux de croissance négatif dans les marchés mesurés par cahiers d’écoute.Note de bas de page 3 La moyenne d’heures d’écoute hebdomadaire par habitant est obtenue en divisant le nombre total d’heures d’écoute par le nombre d’habitants.

Tableau 4.1.11 Part d’écoute de la radio au cours d’une semaine moyenne des stations de langue anglaise et de langue française des bandes AM et FM
Type de bande radio 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
Cahiers PPM Cahiers PPM Cahiers PPM Cahiers PPM Cahiers PPM Cahier PPM
Langue anglaise − AM 15,7 21,8 14,7 21,2 14,2 20,9 13,6 22,6 14,5 25,7 6,6 13,7
Langue anglaise − FM 57,0 55,0 57,5 54,3 58,4 55,4 59,1 56,5 57,2 54,1 -3,2 -4,3
Langue anglaise – total 72,7 76,8 72,2 75,5 72,6 76,2 72,7 79,0 71,7 79,8 -1,4 1,0
Langue française −AM 0,2 0,2 0,1 0,1 0,0 0,1 0.1 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0
Langue française −FM 20,3 22,8 21,3 24,1 20,9 23,2 21,0 20,6 20,7 19,8 -1,4 -3,9
Langue française – total 20,5 22,9 21,4 24,2 20,9 23,4 21,1 20,7 20,8 19,9 -1,4 -3,9
Autre 6,9 0,2 6,4 0,3 6,5 0,4 6,2 0,3 7,2 0,2 16,1 -33,3

Source: Numeris

Ce tableau retrace l’écoute de la radio par langue et par bande au cours des cinq dernières années.
« Autre » se compose surtout de l’écoute en direct des stations frontalières américaines (cahiers d’écoute). « Autre » inclut aussi l’écoute sur Internet de la radio autre que des stations canadiennes en direct, les services multicanaux par abonnement (radio par satellite), les services sonores payants et spécialisés, les services vidéo et en direct distribués par câble ou autrement.

Tableau 4.1.12 Moyenne d’heures d’écoute hebdomadaire par auditeur des stations de langue anglaise et de langue française des bandes AM et FM
Écoute 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
Cahier PPM Cahier PPM Cahier PPM Cahier PPM Cahier PPM Cahier PPM
Nombre moyen
d’heures d’écoute
par semaine
19,9 9,9 19,6 9,8 19,3 9,7 18,8 9,5 18,4 9,7 -2,1 2,1
Moyen d’heures
national total par
semaine (millions)
303,8 164,5 303,9 166,5 299,0 167,7 289,0 167,6 288,0 169,4 -0,3 1,1

Source: Numeris

Le nombre moyen d’heures d’écoute hebdomadaire par auditeur est calculé en divisant le nombre total d’heures par le nombre d’auditeurs, c’est-à-dire le nombre de personnes différentes qui ont syntonisé une station pour au moins un quart d’heure au cours d’une période, selon l’estimation de Numeris.

Tableau 4.1.13 Écoute (million d’heures) et part d’écoute (%) lors d’une semaine moyenne des principaux exploitants de radio commerciale privée  de langue anglaise au Canada
Exploitants en radio Mesure 2013 2014 2015
Cahier PPM Cahier PPM Cahier PPM
BCE Écoute 40,5 38,1 34,2 32,4 32,2 32,6
Part (%) 18,6 36,3 16,3 29,3 15,5 26,6
Cogeco Écoute - - - - - -
Part (%) - - - - - -
Corus Écoute 21,5 21,0 19,0 18,7 16,6 16,7
Part (%) 9,8 20,0 9,0 16,9 8,0 13,6
Harold R. Steele (Newcap) Écoute 18,8 2,6 19,2 10,5 18,5 13,2
Part (%) 8,6 2,5 9,1 9,5 8,9 10,8
Rogers Écoute 22,5 23,5 21,8 17,3 21,6 21,3
Part (%) 10,3 22,4 10,4 15,6 10,4 17,4
Total Écoute 218,2 104,8 210,4 110,6 207,2 122,6
Part (%) 100 100 100 100 100 100

Source: Numeris

Tableau 4.1.14 Écoute (million d’heures) et part d’écoute (%) lors d’une semaine moyenne des principaux exploitants de radio commerciale privée  de langue française au Canada
Exploitants en radio Mesure 2013 2014 2015
Cahier PPM Cahier PPM Cahier PPM
BCE Écoute 19,9 8,6 17,4 6,9 17,5 6,2
Part (%) 31,7 26,9 28,8 24,1 29,3 20,3
Cogeco Écoute 12,6 21,3 12,7 18,7 13,5 17,9
Part (%) 20,1 66,7 20,9 65,4 22,6 58,5
Total Écoute 62,7 31,9 60,9 28,6 59,8 30,6
Part (%) 100 100 100 100 100 100

Source : Numeris

Ces tableaux illustrent l’écoute des grands groupes de propriété de radio, par langue, de 2013 à 2015.

Dans la décision de radiodiffusion 2013-310, le CRTC a approuvé le changement de contrôle effectif de 63 stations de radio de langue anglaise et de 21 stations de radio de langue française d’Astral en faveur de BCE, à la condition que BCE se départisse de 10 stations de radio de langue anglaise (7 d’Astral et 3 de BCE) et transfère leur gestion et leur contrôle à un fiduciaire (Pierre Boivin), en attendant leur vente à des tiers;

D’autres grands exploitants de radio commerciale privée ont depuis acheté plusieurs des stations cédées par Pierre Boivin, ce qui explique la variation dans les heures d’écoute par exploitant (2013 et 2014).

Graphique 4.1.16 Écoute de la radio par type de station – Sondage par cahiers d’écoute, 2015

Graphique circulaire de Graphique 4.1.16 : Écoute de la radio par type de station – Sondage par cahiers d’écoute, 2015
Description longue graphique

Ce graphique circulaire montre la répartition en pourcentage des heures d’écoute consacrées en moyenne à la radio en direct et aux services sonores: privés commerciaux : 73 % ; SRC/CBC : 16 % ; communautaires et de campus 2 % ; ethniques et autochtones : moins de 1 % ; autres : 1 % ; États-Unis : 3 % ; services sonores : 4 %.

Sources: Numeris, 2015 et données recueillies par le CRTC

Ce tableau présente les différents types de stations de radio écoutées qui ont fait l’objet de sondages par cahiers d’écoute en 2015.

Les services audio incluent l’écoute des services multicanaux par abonnement (radio par satellite), des services sonores spécialisés et payants, des stations en direct, des services de vidéo par câble et sur Internet.

Tableau 4.1.15 Parts d’écoute – Formules des stations de radio de langue anglaise par cahiers d’écoute, 2015
Formules populaires Part de l’auditoire Nombre de stations
Country 16 % 103
CBC Radio One 15 % 34
Contemporain adulte 10 % 107
Contemporain adulte hot 10 % 85
Succès classiques 8 % 53
Album genre rock/rock grand public 8 % 41
Nouvelles/causeries 7 % 58
40 plus grands succès/grands succès contemporains 7 % 41
Rock classique 5 % 26
CBC Radio Two 3 % 9
Autres 8 % 128

Sources: Numeris, automne 2015 et données recueillies par le CRTC  

Autres formules complétant la totalité de l’écoute : rock moderne (12 stations, 2 %), communautaire/campus/tourisme (88 stations, 1 %), disques d’or/vieux succès (11 stations, 1 %), standards adultes (1 station, 1 %), rock alternatif (12 stations, 2 %), musique classique/beaux-arts (4 stations, 1 %).

Tableau 4.1.16 Parts d’écoute – Formules des stations de radio de langue française par cahiers d’écoute, 2015
Formules populaires Part de l’auditoire Nombre de stations
Contemporain adulte 24 % 36
Nouvelles/causeries 17 % 8
Contemporain adulte hot 14 % 15
40 plus grands succès/grands succès contemporains 13 % 19
Ici Radio-Canada Première 12 % 17
Communautaire 7 % 50
Ici Musique 4 % 10
Succès classiques 2 % 3
Musique classique/beaux-arts 2 % 1
Rock moderne et alternatif 2 % 2
Autres 2 % 4

Sources: Numeris, automne 2015 et données recueillies par le CRTC  

Autres formules complétant la totalité de l’écoute : musique alternative pour adultes (1 station, 1 %), disques d’or/vieux succès (3 stations, 1 %).

D’après les cahiers d’écoute, chez les auditeurs des stations de langue anglaise, plus de 50 % des heures d’écoute étaient consacrées à CBC Radio One ainsi qu’à des formules de musique country, contemporain adulte et contemporain adulte hot. Chez les auditeurs des stations de langue française, la formule de musique contemporain adulte récoltait plus du quart des heures d’écoute.

Tableau 4.1.17 Parts d’écoute de la radio – Formules des stations de radio de langue anglaise dans les marchés PPM, 2015
Formules populaires Part de l’auditoire Nombre de stations
Nouvelles/causeries 17 % 11
Contemporain adulte 15 % 10
CBC Radio One 13 % 5
40 plus grands succès/grands succès contemporains 10 % 10
Contemporain adulte hot 8 % 4
Succès classiques 8 % 7
Rock classique 6 % 4
Rock moderne et alternatif 6 % 7
Sports/causeries 5 % 7
Country 4 % 4
Autres 9 % 9

Sources : Numeris, 2015 et données recueillies par le CRTC

Autres formules complétant la totalité de l’écoute : CBC Radio 2 (5 stations, 4 %), standards adultes (2 stations, 4 %), jazz (1 station, 0.5 %) et communautaire/campus/tourisme (1 station, 0,5 %).

Tableau 4.1.18 Parts d’écoute de la radio – Formules des stations de radio de langue française dans les marchés PPM, 2015
Formules populaires Part de l’auditoire Nombre de stations
Contemporain adulte 32 % 3
Nouvelles/causeries 28 % 2
Grands succès contemporains 20 % 2
ICI Radio-Canada Première 12 % 4
Musique classique 4 % 1
ICI Musique 4 % 4

Sources : Numeris, 2015 et données recueillies par le CRTC

Autres formules complétant la totalité de l’écoute : circulation (1 station, 0 %).

v) Contributions et dépenses en matière de programmation

Le CRTC met à profit plusieurs moyens afin de réaliser les objectifs culturels, sociaux et économiques établis dans la Loi sur la radiodiffusion. Parmi ceux-ci, on compte les différents régimes de contributions et de dépenses.

Au cours de l’année de radiodiffusion 2014-2015, les exploitants de radio commerciale ont consacré 3 cents par dollar de revenu en soutien au développement du contenu canadien (DCC). Collectivement, ils ont versé presque 48 millions de dollars à ce titre, soit une baisse de 20 % par rapport à l’année précédente. Environ 55 % des sommes ont été versées en vertu des conditions de licence imposées aux nouvelles stations de radio ou lors de modifications à la propriété ou au contrôle effectif de stations existantes.

Que sont les avantages tangibles et les contributions au DCC?

En l’absence d’un processus concurrentiel d’attribution de licence lors d’un transfert de propriété ou de contrôle d’un service de radio ou de télévision, des avantages tangibles, qui sont des contributions financières proportionnelles à la valeur de la transaction (minimum de 6 % pour la radio et minimum de 10 % pour la télévision) faites au système de radiodiffusion, sont exigés de la part de l’acheteur d’un service de radio ou de télévision. Ces avantages sont généralement payables sur cinq à sept années de radiodiffusion consécutives. Les avantages tangibles sont un moyen qu’utilise le Conseil pour s’assurer d’obtenir la meilleure proposition possible du demandeur et pour s’assurer que l’approbation de la proposition est dans l’intérêt du public, conformément aux objectifs généraux de la Loi sur la radiodiffusion.

Les contributions financières au DCCsont celles effectuées par les radiodiffuseurs à un certain nombre de projets venant en aide au développement et à la promotion du contenu canadien musical et de créations orales pour diffusion. La majorité des demandeurs souscrivent à des engagements spécifiques à l’égard du DCC dans le cadre de demandes pour de nouvelles licences et en tant qu’avantages tangibles lors de transferts de propriété et de contrôle d’entreprises de programmation de radio. Toutes les stations commerciales et à caractère ethnique sont assujetties à des règlements exigeant des versements annuels au titre du DCC.

Les contributions financières des radiodiffuseurs favorisent notamment le développement du contenu canadien et l’avancement des carrières des artistes canadiens émergents; de plus, elles augmentent l’offre d’une musique canadienne de qualité dans toutes sortes de genres.

Diagramme 4.1.1 Structure de contributions de la radio au DCC

Diagramme 4.1.1 : Structure de contributions de la radio au DCC
Description longue graphique

Ce diagramme illustre la mesure dans laquelle les stations de radio commerciale ont soutenu le développement du contenu canadien (DCC). Les stations commerciales de radio versent des sommes annuelles au titre du DCC. Ces sommes ont servi à appuyer divers fonds et projets, notamment FACTOR, le Fonds Radiostar, MUSICACTION, le Fonds de la radio communautaire du Canada et divers autres projets admissibles. Au bout du compte, ces contributions ont permis d’appuyer des artistes canadiens, des associations de l’industrie de la musique, des projets de musique locaux, du nouveau contenu des créations orales, des festivals et des colloques, des écoles et établissements d’enseignement.

Les stations de radio commerciale apportent un soutien financier au DCC dans le cadre de trois processus réglementaires :

  • Une contribution annuelle de base;
  • Des contributions additionnelles qui excèdent la contribution de base (habituellement associées aux demandes de nouvelles licences);
  • Des contributions en relation avec les demandes de transfert de propriété ou de contrôle d’entreprises de radio (avantages tangibles).

Graphique 4.1.17 Contributions au DCC, par mesure réglementaire (millions $)

Graphique à barres empilées de Graphique 4.1.17 : Contributions au DCC, par mesure réglementaire (millions $)
Description longue graphique

Ce graphique à barres empilées présente les contributions annuelles au DCC par type de licence de l’année de radiodiffusion 2010-2011 à l’année de radiodiffusion 2014-2015. Modification de contrôle ou de propriété : 18, 22, 21, 31, 19 ; renouvellements : 8, 9, 15, 20, 22 ; nouvelles stations : 28, 24, 17, 8, 7.

Source: Données recueillies par le CRTC

Graphique 4.1.18 Contributions au DCC, par mesure réglementaire (pourcentage)

Graphique à barres empilées de Graphique 4.1.18 : Contributions au DCC, par mesure réglementaire (pourcentage)
Description longue graphique

Ce graphique à barres empilées présente les contributions annuelles au DCC en pourcentage par type de licence de l’année de radiodiffusion 2010-2011 à l’année de radiodiffusion 2014-2015. Modification de contrôle ou de propriété : 33,2 %, 39,9 %, 39,5 %, 52,6 %, 40,6 % ; renouvellements : 14,4 %, 16,5 %, 28,7 %, 34,2 %, 45,1 % ; nouvelles stations : 52,5 %, 43,6 %, 31,8 %, 13,2 %, 14,3 %.

Source: Données recueillies par le CRTC

Tableau 4.1.19 Résumé des contributions annuelles au DCC déclarées par les titulaires de stations de radio (milliers $)
Catégorie DCC 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 Croissance (%)
2013-14 à
2014-15
TCAC (%)
2010-2011 à
2014-2015
FACTOR 10 755 10 545 12 022 13 982 10 090 -27,8 -1,6
MUSICACTION 1 930 2 538 2 426 3 596 3 461 -3,7 15,7
Fonds canadien de la radio communautaire 346 1 509 1 722 2 922 2 954 1,1 71,0
Associations de l’industrie de la musique 4 360 3 754 4 334 3 168 3 591 13,4 -4,7
Projets de musique locale 10 833 13 777 10 538 10 731 10 552 -1,7 -0,7
Nouveau contenu de créations orales 1 340 943 253 292 75 -74,3 -51,3
Projets de contenu sonore 135 135 531 968 638 -34,1 47,5
Écoles et institutions scolaires 2 700 2 383 1 430 1 818 1 405 -22,7 -15,1
Radio Starmaker Fund/Fonds RadioStar 10 783 11 783 10 985 15 902 9 479 -40,4 -3,2
Autres projets de DCC admissibles 10 815 7 713 8 114 6 190 5 507 -11,0 -15,5
Total 53 996 55 080 52 356 59 567 47 753 -19,8 -3,0

Source : Données recueillies par le CRTC

Les contributions sont calculées en fonction des dépenses annuelles déclarées par les titulaires pour l’année de radiodiffusion (1er septembre au 31 août). Les données englobent les contributions versées aussi bien en vertu de l’ancien régime de développement des talents canadiens que de DCC. Les chiffres de 2012-2013 incluent les contributions par les services de radio payants. Les contributions des services de radio par satellite sont partagées selon qu’elles sont effectuées au cours de la période de licence initiale ou lors du renouvellement de licence (respectivement 25 % et 75 %), calculées en fonction d’un renouvellement de licence au 1er décembre.

Tableau 4.1.20 Contributions annuelles au DCC par les titulaires de nouvelles stations au cours de la période de licence initiale (milliers $)
Catégorie DCC 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 Croissance (%)
2013-14 à
2014-15
TCAC (%)
2010-2011 à
2014-2015
FACTOR 2 719 2 615 2 818 2 008 1 544 -23,1 -13,2
MUSICACTION 791 563 242 255 403 57,9 -15,5
Fonds canadien de la radio communautaire - 165 17 21 21 4,6 -
Associations de l’industrie de la musique 2 493 2 221 2 342 1 754 1 477 -15,8 -12,3
Projets de musique locale 7 485 9 106 5 524 3 275 2 446 -25,3 -24,4
Nouveau contenu de créations orales 1 139 545 192 171 - - -
Projets de contenu sonore - - 172 585 153 -73,9 -
Écoles et institutions scolaires 2 020 1 553 886 516 435 -15,8 -31,9
Radio Starmaker Fund/Fonds RadioStar 1 982 1 038 466 - - - -
Autres projets de DCC admissibles 9 714 6 195 3 986 352 355 0,8 -56,3
Total 28 342 24 001 16 644 8 935 6 833 -23,5 -29,9

Source: Données recueillies par le CRTC

Les contributions sont calculées en fonction des dépenses annuelles déclarées par les titulaires pour l’année de radiodiffusion (1er septembre au 31 août). Les données englobent les contributions versées aussi bien en vertu de l’ancien régime de développement des talents canadiens que de DCC. Les chiffres de 2012-2013 incluent les contributions par les services de radio payants. Les contributions des services de radio par satellite sont partagées selon qu’elles sont effectuées au cours de la période de licence initiale ou lors du renouvellement de licence (respectivement 25 % et 75 %), calculées en fonction d’un renouvellement de licence au 1er décembre.

Tableau 4.1.21 Contributions annuelles au DCC par les titulaires dans le contexte d’un renouvellement de licence (milliers $)
Catégorie DCC 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 Croissance (%)
2013-14 à
2014-15
TCAC (%)
2010-2011 à
2014-2015
FACTOR 2 629 1 971 3 152 4 156 4 847 16,6 16,5
MUSICACTION 808 727 1 414 1 681 1 695 0,9 20,3
Fonds canadien de la radio communautaire - 617 1 020 1 305 1 342 2,8 -
Associations de l’industrie de la musique 823 966 1 607 932 1 735 86,2 20,5
Projets de musique locale 1 947 2 381 3 352 4 417 5 665 28,2 30,6
Nouveau contenu de créations orales 201 398 61 121 35 -71,1 -35,4
Projets de contenu sonore - - - - 446 - -
Écoles et institutions scolaires 473 614 342 948 760 -19,9 12,6
Radio Starmaker Fund/Fonds RadioStar - 246 35 52 - -100,0 -
Autres projets de DCC admissibles 873 1 194 4 026 5 716 5 020 -12,2 54,9
Total 7 754 9 114 15 010 19 328 21 545 11,5 29,1

Source : Données recueillies par le CRTC

Les contributions sont calculées en fonction des dépenses annuelles déclarées par les titulaires pour l’année de radiodiffusion (1er septembre au 31 août). Les données englobent les contributions versées aussi bien en vertu de l’ancien régime de développement des talents canadiens que de DCC. Les chiffres de 2012-2013 incluent les contributions par les services de radio payants. Les contributions des services de radio par satellite sont partagées selon qu’elles sont effectuées au cours de la période de licence initiale ou lors du renouvellement de licence (respectivement 25 % et 75 %), calculées en fonction d’un renouvellement de licence au 1er décembre.

Tableau 4.1.22 Contributions annuelles au DCC par les titulaires dans un contexte de modifications à la propriété ou au contrôle (milliers $)
Catégorie DCC 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 Croissance (%)
2013-14 à
2014-15
TCAC (%)
2010-2011 à
2014-2015
FACTOR 5 407 5 959 6 053 7 818 3 699 -52,7 -9,1
MUSICACTION 331 1 248 770 1 660 1 362 -17,9 42,4
Fonds canadien de la radio communautaire 346 727 684 1 596 1 591 -0,4 46,5
Associations de l’industrie de la musique 1 044 567 386 482 379 -21,5 -22,4
Projets de musique locale 1 401 2 290 1 662 3 038 2 442 -19,6 14,9
Nouveau contenu de créations orales - - - - 40 - -
Projets de contenu sonore 135 135 359 383 40 -89,6 -26,2
Écoles et institutions scolaires 207 216 203 354 211 -40,4 0,4
Radio Starmaker Fund/Fonds RadioStar 8 801 10 499 10 483 15 580 9 479 -40,2 1,9
Autres projets de DCC admissibles 228 324 102 122 133 8,6 -12,7
Total 17 900 21 965 20 702 31 303 19 376 -38,1 -2,0

Source : Données recueillies par le CRTC

Les contributions sont calculées en fonction des dépenses annuelles déclarées par les titulaires pour l’année de radiodiffusion (1er septembre au 31 août). Les données englobent les contributions versées aussi bien en vertu de l’ancien régime de développement des talents canadiens que de DCC. Les chiffres de 2012-2013 incluent les contributions par les services de radio payants. Les contributions des services de radio par satellite sont partagées selon qu’elles sont effectuées au cours de la période de licence initiale ou lors du renouvellement de licence (respectivement 25 % et 75 %), calculées en fonction d’un renouvellement de licence au 1er décembre.

vi) Avantages tangibles

En 2015, 6 transactions ont été approuvées pour les services de langues anglaise et française résultant en avantages tangibles totalisant 7,9 millions de dollars, soit une baisse de 49% par rapport à 2014

Tableau 4.1.23 Nombre de transactions relatives à la radio, valeur de ces transactions et des avantages tangibles correspondants du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2015 (millions $)
Langue de service Mesure 2011 2012 2013 2014 2015 Total
Anglais Nombre de transactions 9 5 4 9 6 33
Valeur (M$) 316,2 80,4 756,7 257,7 55,1 1 446,1
Avantages ($M) 19,0 4,8 52,0 15,5 4,0 95,3
Française Nombre de transactions 3 2 1 - 6 12
Valeur (M$) - 1,5 357,7 - 54,6 413,8
Avantages ($M) - 0,1 25,0 - 3,9 29,0

Sources : Décisions et approbations administratives du CRTC 

La transaction de propriété BCE/CTVglobemedia Inc., conclue en 2011 (voir la décision de radiodiffusion 2011-163), a donné lieu à des avantages tangibles de 17,5 millions de dollars;
La transaction de propriété BCE/Astral, conclue en 2013 (voir la décision de radiodiffusion 2013-310), a donné lieu à des avantages tangibles de 71,5 millions de dollars. Environ 46,5 millions de dollars de cette somme ont été consacrés à des projets de langue anglaise et 25 millions de dollars à des projets de langue française. Dans sa décision, le CRTC a ordonné à BCE de se départir de 10 services de radio. L’achat de ces stations devrait représenter des avantages tangibles additionnels d’au moins 11 millions de dollars. En décembre 2013, le CRTC a approuvé l’achat de trois stations (CFQX-FM Selkirk et CHIQ-FM Winnipeg [Manitoba] et CKCE-FM Calgary [Alberta]) par Jim Pattison Broadcast Group Limited Partnership (Pattison) et cette dernière a souscrit à des avantages tangibles de 1,8 million de dollars.

vii) Programmation de grande qualité

La Loi sur la radiodiffusion prévoit que la programmation offerte par les entreprises de radiodiffusion devrait être de haute qualité. En plus du CRTC deux organismes traitent les plaintes en matière de programmation reliées aux radiodiffuseurs publics et communautaires, ainsi qu’aux entités qui ne sont pas membres du CCNR. Le CRTC s’occupe aussi des enjeux dépassant le cadre des codes administrés par le CCNR.

Le CCNR administre des codes de conduite spécifiques en matière de diffusion et fournit un moyen de recours pour les membres du public en ce qui a trait à l’application des normes énoncées dans les codes suivants :

Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) est un organisme indépendant créé par l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) afin d’administrer les normes établies par les radiodiffuseurs privés du Canada. Les membres du CCNR comprennent plus de 790 stations de radio et de télévision du secteur privé, des services spécialisés, des services payants et des réseaux de partout au Canada, de la programmation de langues française, anglaise et tierces.

Plus de renseignements au sujet du CCNR sont disponibles sur le site Web www.ccnr.ca.

Les Normes canadiennes de la publicité (NCP) sont l’organisme national d’autoréglementation à but non lucratif en matière de publicité. Le Code canadien des normes de la publicité est mis à jour régulièrement afin de veiller à ce qu’il demeure actuel et contemporain tout en suivant le rythme des consommateurs et des attentes sociétales.

L’organisme répond aux plaintes de consommateurs et de groupes de défense d’intérêts spéciaux à l’égard de la publicité pour tous les médias assujettis au Code canadien des normes de la publicité, l’instrument principal d’autoréglementation en publicité. De plus, les NCP entreprennent des fonctions de préapprobation dans cinq catégories d’industries, en se basant sur les lois, règlements, codes de l’industrie ou lignes directrices applicables.

Pour plus d’information sur les NCP, veuillez consulter le site Web www.adstandards.com/fr/.

Tableau 4.1.24 Nombre de communications au sujet de la radio reçues par le CRTC, par type de sujet
Période Décisions/
politiques
du CRTC
Facturation Qualité du
service/
prestation
Modalités Questions
touchant
l’accessibilité
Program-mation Intensité
sonore
Autre
2014-2015 847 3 41 3 0 802 9 227
2015-2016 695 4 33 0 0 456 13 46

Source : Système de suivi de la correspondance du CRTC

Tableau 4.1.25 Nombre de plaintes concernant la radio, par sujet
Type de plainte 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2015-2016
Plaintes
reçues
Référées au
CCNR
Plaintes
reçues
Référées au
CCNR
Plaintes
reçues
Référées au
CCNR
Plaintes
reçues
Référées au
CCNR
Plaintes
reçues
Référées au
CCNR
Propos haineux 38 3 64 32 32 8 46 16 39 12
Contenu pour adulte 14 6 9 3 5 1 4 1 10 2
Publicité en faveur des boissons alcoolisées 1 - 4 - 3 - 2 0 - -
Stéréotypes sexuels 5 4 1 - 2 1 2 1 2 -
Insultes ou injures 258 95 283 135 702 582 317 203 163 48
Langage vulgaire 22 9 50 14 31 13 41 16 27 9
Total 338 117 411 184 775 605 412 237 241 71

Source : Système de suivi de la correspondance du CRTC

Le CRTC et le CCNR reçoivent et traitent différentes plaintes relatives aux services de radio et de radio par abonnement. Ce tableau présente le nombre de plaintes reçues par le CRTC — et référées au CCNR — concernant différents enjeux dans divers marchés radiophoniques entre 2011-2012 et 2015-2016.

Le système de suivi de la correspondance du CRTC enregistre toutes les communications comme si elles étaient distinctes, y compris les multiples communications provenant d’un même client et concernant la même plainte. Le véritable nombre de plaintes reçues devrait donc être un peu moins élevé.

« Propos haineux » : la plainte allègue qu’on incitait à l’antenne à la haine ou au mépris à l’endroit d’un des groupes identifiés dans le Règlement de 1987 sur la télédiffusion ou le Règlement de 1990 sur les services spécialisés.

« Insultes ou injures »: la plainte allègue que l’on faisait de l’humour injurieux ou d’autres commentaires ne cadrant pas dans la définition des « propos haineux ».

« Langage vulgaire »: la plainte allègue que l’on diffusait de la musique ou des créations orales aux paroles offensantes.

Tableau 4.1.26 Plaintes en matière de radio traitées par le CCNR en 2015 par langue et origine nationale
Catégorie Sous-catégorie Radio Radio par abonnement
(satellite)
Total
Langue de diffusion de l’émission Anglais 212 4 216
Français 215 0 215
Langue tierce 8 0 8
Autre 0 0 0
Total 435 4 439
Origine nationale de l’émission Canadienne 415 1 416
Étrangère 13 2 15
Autre 7 1 8
Total 435 4 439

Source : Rapport annuel du CCNR (2014-2015)

Tableau 4.1.27 Plaintes traitées par les NCP
Statistiques 2011 2012 2013 2014 2015
Plaintes reçues par les NCP 1 809 1 310 1 310 1 274 1 774
Plaintes relatives aux publicités à la radio 85 55 84 64 94
Pourcentage du total des plaintes reçues 5 % 4 % 6 % 5 % 5%

Source : Rapports des NCP sur les plaintes

Ce tableau présente le nombre de plaintes reçues par les NCP concernant la publicité à la radio et le pourcentage du total des plaintes qu’elles représentent. En 2015, 5 % des plaintes concernaient des publicités à la radio.

viii) Groupes de propriété

Collectivement, les six principaux exploitants de radio commerciale au Canada ont réalisé près de 70 % des revenus de l’industrie de la radio commerciale entre 2013 et 2015. De plus, ils englobent environ 40 % des entreprises de radio au pays.

Tableau 4.1.28 Revenus de la radio de langue anglaise et de langue française et nombre d’entreprises qui ont fait un rapport − Principaux exploitants de la radio commerciale au Canada
Langue Exploitants de radio Revenus (milliers $) Nombre d’entreprises
de radio ayant fait un
rapport
Part du revenu
total (%)
2013 2014 2015 2013 2014 2015 2013 2014 2015
Toutes les langues BCE 422 708 414 116 410 835 109 107 106 26 26 26
Pierre Boivin (BCE en fidéicommis) 51 518 s.o. s.o. 10 s.o. s.o. 3 s.o. s.o.
Astral s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o.
Rogers 224 520 228 485 233 380 55 55 53 14 14 15
Corus 173 909 164 525 152 433 37 39 39 11 10 10
Harold R. Steele (Newcap) 122 365 156 289 152 471 62 69 67 8 10 10
Cogeco 106 613 109 943 106 718 13 13 13 7 7 7
Total pour les principaux exploitants
de radio commerciale
1 101 633 1 073 357 1 055 836 286 283 278 69 67 68
Total pour les exploitants
de radio commerciale
1 621 944 1 613 471 1 602 534 718 703 715 100 100 100
Langue anglaise BCE 313 998 306 288 305 905 88 86 85 24 23 24
Pierre Boivin
(BCE en fidéicommis)
51 518 s.o. s.o. 10 s.o. s.o. 4 s.o. s.o.
Astral s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o.
Rogers 223 364 227 267 232 096 54 54 52 17 18 18
Corus 173 909 164 525 152 433 37 39 39 13 13 12
Harold R. Steele (Newcap) 122 365 156 289 152 471 62 69 67 9 12 12
Total pour les principaux
exploitants de radio commerciale
de langue anglaise
885 164 854 367 842 906 251 248 243 67 65 66
Total pour les exploitants
de radio commerciale
de langue anglaise
1 317 706 1 304 965 1 297 201 595 583 593 100 100 100
Langue française BCE 108 710 107 828 104 930 21 21 21 42 41 41
Astral s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o. s.o.
Cogeco s.o s.o s.o. 12 12 12 s.o. s.o. s.o.
Total pour les principaux
exploitants de radio commerciale
de langue française
108 710 107 828 104 930 33 33 33 42 41 41
Total pour les exploitants
de radio commerciale
de langue française
258 025 263 513 263 513 98 96 99 100 100 100

Source : Données recueillies par le CRTC

Le nombre total des exploitants de radio privée (et le nombre total des exploitants de langue anglaise et de langue française) comprend les réseaux commerciaux et les stations de radio commerciale à caractère ethnique. De plus, le transfert de propriété ou de contrôle d’un service de radio appartenant à un groupe de propriété ou vers un tel groupe est réputé avoir eu lieu l’année de radiodiffusion pendant laquelle le transfert a été autorisé par le CRTC et non à la date de clôture de la transaction. La totalité des revenus annuels du service de radio est alors attribuée à la société réputée en être la propriétaire; Les revenus de Cogeco ont été retirés de la catégorie « Principaux exploitants de radio commerciale de langue française » en raison de questions demeurées en suspens à la suite de la clôture; Dans la décision de radiodiffusion 2013-310, le CRTC a approuvé la modification du contrôle effectif des 21 stations de radio de langue française et des 63 stations de radio de langue anglaise appartenant à Astral en faveur de BCE, sous réserve que BCE se départisse de 10 stations de langue anglaise (7 d’Astral et 3 de BCE) et qu’elle en transfère la direction et le contrôle à un fiduciaire (Pierre Boivin) jusqu’à ce qu’elles soient vendues à un tiers;

Les services détenus en fiducie par Pierre Boivin sont présentés séparément, mais sont inclus dans les données sur BCE pour l’année 2013.

4.2 Secteur de la télévision

Infographique résumant la section 4.2 – Secteur de la télévision
Infographique résumant la section 4.2 – Secteur de la télévision
Description longue graphique

Cet infographique présente plusieurs indicateurs principaux du secteur de la télévision. Premier indicateur : ce graphique circulaire illustre les revenus des services de télévision en pourcentage de l’ensemble des revenus des services de radiodiffusion en 2015. Les revenus des services de télévision représentaient 40 % de l’ensemble des revenus des services de radiodiffusion; les services facultatifs et sur demande étaient de 24 %, SRC télévision traditionnelle 6 % et la télévision traditionnelle privée 10 %. L’ensemble des revenus des services de radiodiffusion s’élevait à 17,9 milliards de dollars. Deuxième indicateur : revenus totaux de télévision : 7,1 milliards de dollars, une diminution de 3,4 % par rapport à 2014. Troisième indicateur : audience : les Canadiens (de deux ans et plus) ont regardé la télévision 27,2 heures par semaine en moyenne. Quatrième indicateur : revenus totaux de la télévision traditionnelle privée : 1,8 milliard de dollars, une diminution de 2,6 % par rapport à 2014. Cinquième indicateur : revenus totaux de la télévision traditionnelle de la SRC : 1,1 milliard de dollars, une diminution de 16,6 % par rapport à 2014. Sixième indicateur : revenus totaux des services facultatifs et sur demande : 4,3 milliards de dollars, une augmentation de 0,4 % par rapport à 2014.

Les Canadiens ont accès à plus de 600 services de télévision, canadiens et non canadiens. La plupart des gens regardent encore la télévision par l’intermédiaire des services traditionnels, qu’il s’agisse de la télévision en direct, par câble, par satellite ou par IPTV. Par contre, ils se tournent aussi vers les nouvelles plateformes et les appareils connectés à Internet pour combler leurs besoins en matière de visionnement.

D’après les données de mesure de l’auditoire de 2014-2015, les Canadiens de 2 ans et plus regardent en moyenne plus de 27 heures de télévision par semaine. Néanmoins, les groupes plus jeunes passent moins de temps devant le téléviseur. Par exemple, durant cette période, les 18‑34 ans ont regardé 19,7 heures de télévision par semaine, soit trois heures de moins qu’il y a cinq ans.

En 2015, le secteur de la télévision traditionnelle privée a enregistré des revenus avoisinant les 1,76 milliard de dollars, comparativement à 4,3 milliards de dollars dans le cas des services facultatifs. Les cinq grands groupes de propriété de l’industrie de la télévision ont généré plus de 90 % des revenus du secteur.

Dans le marché de langue anglaise, le secteur de la télévision traditionnelle privée compte trois groupes de propriété principaux : BCE (CTV et CTV Two), qui détient une part des revenus de 49 %; Shaw (Global), qui détient une part des revenus de 28 %; et Rogers (City et OMNI) qui en détient une de 15 %. Dans le marché de langue française, le secteur de la télévision traditionnelle privée compte deux grands acteurs : Québecor (TVA) et Remstar (V), dont la part des revenus s’établit à 70 % et à 20 %, respectivement.

En 2015, le diffuseur public national, la CBC/SRC, a généré des revenus de 1,1 milliard de dollars, dont 68 % proviennent de crédits parlementaires.

Ensemble, les radiodiffuseurs ont consacré près de 3 milliards de dollars en dépenses au titre des émissions canadiennes (DÉC), dont 15 % à l’égard d’émissions d’intérêt national (ÉIN) en 2015. Durant l’année de radiodiffusion 2014-2015, pour chaque dollar de revenu, les services de télévision ont versé 45 cents au soutien de la programmation canadienne.

i) Revenus

Les revenus totaux générés par l'industrie de la télévisionNote de bas de page 4, services de télévision traditionnelle privée et de la SRC et services facultatifs confondus, ont reculé de 0,4 % par année de 2011 à 2015 pour s’établir à 7 118 millions de dollars en 2015.

Les services de télévision traditionnelle détenus par des opérateurs privés et la SRC ont généré 2 864 millions de dollars de revenus en 2015, soit une baisse de 8,6 % par rapport à 2014.

Les 93 stations traditionnelles appartenant à un intérêt privé en exploitation en 2015 ont généré des revenus 1 757 millions de dollars, soit un recul de 2,6 % (ou 46,6 millions de dollars) par rapport à 2014. L’abolition du Fonds pour l’amélioration de la programmation locale (FAPL) représente 21,7 millions de dollars des pertes d'une année à l'autre des stations traditionnelles privées.

Les 27 stations de télévision traditionnelle de la SRC ont déclaré des revenus totaux de 1,11 milliard de dollars en 2015, soit une diminution de 220,9 millions de dollars (ou 16,6 %) par rapport à 2014. La fin du FAPL a entraîné une perte de 17,6 millions de dollars pour la SRC en 2015 par rapport à l'année précédente.

Les revenus générés par les services facultatifs, tous types de services confondus, ont augmenté en moyenne de 3,2 % par année de 2011 à 2015 pour atteindre 4 255 milliards de dollars en 2015. Toutefois, ces services ont connu une croissance annuelle modeste de 0,4 % (19 millions de dollars) en 2015 par rapport à 2014. Il s'agit du plus faible taux depuis 2009 dans ce secteur.

Tableau 4.2.1 Revenus des services de télévision, par type de service (millions $)
Type Sous type 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Services de télévision
traditionnelle
Privée 2 139 2 038 1 944 1 804 1 757  2,6 -4,8
SRC (langues anglaise et française) 1 339 1 369 1 247 1 328 1,107 -16,6 -4,6
Sous-total 3 478 3 407 3 191 3 132 2 864 -8,6 -4,7
Services facultatifs Payants, TVC et VSD 856 837 799 788 738 -6,3 -3,6
Spécialisés 2 892 3 130 3 292 3 448 3 516 2,0 5,0
Sous-total 3 748 3 968 4 091 4 236 4 255 0,4 3,2
Tous les services Total 7 226 7 375 7 282 7 368 7 118 -3,4 -0,4

Source: Données recueillies par le CRTC

Ce tableau montre les changements dans les revenus de la télévision, par type de service, de 2011 à 2015.

La baisse des revenus des services de télévision traditionnelle est en partie attribuable à une baisse approximative de 300 millions de dollars pour les revenus publicitaires de la SRC. Également, le FAPL a été éliminé le 31 août 2014.

Graphique 4.2.1 Revenus des services de télévision, par type de service (millions $)

Graphique à histogrammes groupés et empilés de Graphique 4.2.1 : Revenus des services de télévision, par type de service (million $)
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés et empilés donne un aperçu global des revenues réalisés par la télévision privée traditionnelle, la télévision payantes, à la carte, VSD et spécialisés pour les années de radiodiffusion de 2011 à 2015, en millions de dollars. Le graphique présente aussi les revenus de publicité et d’abonnement pour les périodes. Les revenues de publicités réalisées par la télévision traditionnelle de la SRC sont aussi incluses. Les revenus totaux, en millions de dollars, pour les années de radiodiffusion de 2011 à 2015, réalisées par: les services payants, à la carte, VSD et spécialisés : 3 748, 3 968, 4 091, 4 236 et 4 254 ; la télévision privée traditionnelle : 2 139, 2 038, 1 944, 1 804 et 1 757 ; la télévision traditionnelle de la SRC : 1 339, 1 369, 1 247, 1 328 et 1 107 ; revenus totaux pour tous les services : 7 226, 7 375, 7 282, 7 368 et 7 118. Les revenus de publicité, en millions de dollars, pour les années de radiodiffusion de 2011 à 2015, réalisées par: les services payants et spécialisés : 1 234, 1 264, 1 297, 1 254 et 1 235 ; la télévision privée traditionnelle : 1 944, 1 832, 1 758, 1 642 et 1 626 ; la télévision traditionnelle de la SRC : 370, 373, 331, 475 et 220 ; revenus de publicité total pour tous les services : 3 548, 3 469, 3 386, 3 371 et 3 081. Les revenus d’abonnements, en millions de dollars, pour les années de radiodiffusion de 2011 à 2015, réalisées par les services payantes, à la carte, VSD et spécialisés : 2 419, 2 623, 2 725, 2 894 et 2 925.

Source : Données recueillies par le CRTC

Le total des revenus inclut d’autres revenus (revenus associés à une licence de radiodiffusion mais ne provenant pas d’activités de radiodiffusion comme des levées de fonds) et le financement du Fonds d’amélioration de la programmation locale (FAPL). Les revenus publicitaires incluent les infopublicités.

Graphique 4.2.2 Sources de revenus de la télévision traditionnelle privée (%), 2015

 Graphique circulaire de Graphique 4.2.2 : Sources de revenus de la télévision traditionnelle privée (%), 2015
Description longue graphique

Ce graphique circulaire présente une ventilation, en pourcentage, des sources de revenus de la télévision traditionnelle privée. Ventes de droits de diffusions : 1 %, autres : 6 %, vente de publicité locale : 19 %, vente de publicité nationale : 67 %, paiements des réseaux : 6 %, et infopublicités : 1 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

Graphique 4.2.3 Revenus de publicité des stations de télévision traditionnelle détenues et exploitées par la SRC

Graphique à courbe et à histogrammes groupés de Graphique 4.2.3 : Revenus de publicité des stations de télévision traditionnelle détenues et exploitées par la SRC
Description longue graphique

Ce graphique à courbe et à histogrammes groupés sur 2 axes démontre les recettes publicitaires, en millions de dollars, pour la télévision traditionnelle de la CBC et SRC pour les années 2011 à 2015. CBC/SRC, stations de langue anglaise : 246, 245, 200, 333 et 104 ; CBC/SRC, stations de langue française : 123, 127, 131, 141 et 116 ; total de CBC et SRC : 370, 373, 331, 475 et 220. Le pourcentage du total des stations de langue anglaise (axe secondaire) : 66,5 %, 65,7 %, 60,4 %, 70,1 % et 47,3 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

Tableau 4.2.2 Revenus (millions $) des stations de télévision traditionnelle détenues et exploitées par la SRC
Type 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Publicité - stations de langue anglaise 246 245 200 333 104 -68,9 -19,4
Publicité - stations de langue française 123 127 131 141 116 -17,7 -1,5
Total - publicité 370 373 331 475 220 -53,6 -12,2
Autres revenus 130 135 133 127 129 1,6 -0,2
Crédits parlementaires 839 861 783 726 758 4,4 -2,5
Revenus totaux 1 339 1 369 1 247 1 328 1 107 -16,6 -4,6

Source : Données recueillies par le CRTC

« Autres revenus » incluent les ventes de droits de diffusion et le financement du FAPL de 2011 à 2014.

Tableau 4.2.3 Revenus de publicité et autres revenus des stations privées de télévision traditionnelle, par langue de diffusion
Langue de diffusion Type de revenus 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)

2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Anglais Publicité 1 655 1 540 1 468 1 369 1 366 -0,2 -4,7
Autre 129 131 115 106 81 -23,6 -11,0
Sous-total 1 784 1 672 1 583 1 475 1 447 -1,9 -5,1
Français Publicité 289 291 290 273 260 -4,8 -2,6
Autre 66 75 70 56 50 -10,7 -6,7
Sous-total 356 367 361 329 310 -5,8 -3,4
Total Publicité 1 944 1 832 1 758 1 642 1 626 -1,0 -4,4
Autre 195 206 186 162 131 -19,1 -9,5
Sous-total 2 139 2 038 1 944 1 804 1 757 -2,6 -4,8

Source : Données recueillies par le CRTC

Les revenus des stations privées de télévision traditionnelle de langue anglaise incluent ceux des stations à caractère ethnique parce qu’une part importante de leurs revenus provenait de la programmation de langue anglaise. La catégorie « Autre » inclut le financement du FAPL de 2011 à 2014.

Tableau 4.2.4 Revenus des services facultatifs, par langue de diffusion
Type de services Langue Catégories Revenus (milliers $) BAII (milliers $) Marge de BAII (%)
2013 2014 2015 2013 2014 2015 2013 2014 2015
Spécialisés Langue
anglaise
Category A 1 376 935 1 409 549 1 368 309 495 284 469 288 475 284 36,0 33,3 34,7
Category B 373 721 375 938 376 558 111 385 112 605 113 814 29,8 30,0 30,2
Category C 850 891 968 017 1 010 483 218 905 211 780 218 527 25,7 21,9 21,6
Toutes les
catégories
2 601 547 2 753 504 2 755 350 825 574 793 673 807 625 31,7 28,8 29,3
Langue
française
Category A 296 800 288 126 302 735 91 640 74 712 76 210 30,9 25,9 25,2
Category B 37 418 42 983 51 755 -2 876 -4 533 29 837 -7,7 -10,5 57,7
Category C 269 679 282 522 327 938 49 354 34 815 -11 788 18,3 12,3 -3,6
Toutes les
catégories
603 897 613 346 682 428 138 118 104 994 94 259 22,9 17,1 13,8
Services
ethniques
et de langue
tierce
Category A 60 429 57 392 54 985 15 268 9 935 8 462 25,3 17,3 15,4
Category B 26 151 23 246 23 505 2 841 3 851 5 203 10,9 16,6 22,1
Toutes les
catégories
86 580 80 638 78 490 18 109 13 786 13 665 20,9 17,1 17,4
Total des
services
spécialisés
Category A 1 734 163 1 755 067 1 726 029 602 191 553 935 559 956 34,7 31,6 32,4
Category B 437 291 442 168 451 818 111 350 111 923 122 000 25,5 25,3 27,0
Category C 1 120 570 1 250 539 1 338 421 268 259 246 594 206 739 23,9 19,7 15,4
Toutes les
catégories
3 292 024 3 447 774 3 516 268 981 800 912 452 913 599 29,8 26,6 26,0
Services
payants
Toutes les
langues
N/A 444 785 435 350 423 950 99 297 110 667 63 643 22,3 25,4 15,0
TVC Toutes les
langues
N/A 99 652 101 326 95 149 10 543 8 336 -10 909 10,6 8,2 -11,5
VSD Toutes les
langues
N/A 254 532 251 336 219 226 -8 862 -31 603 -56 509 -3,5 -12,6 -25,8
Payants,
TVC et VSD
Toutes les
langues
N/A 798 969 788 012 738 325 100 978 87 400 -3 775 12,6 11,1 -0,5
Total Tous les
services
All Categories 4 090 993 4 235 786 4 254 593 1 082 778 999 852 909 824 26,5 23,6 21,4

Source : Données recueillies par le CRTC

Les services spécialisés de langue anglaise représentent la majeure partie du nombre total de services (62 %) ainsi que des revenus (64,9 %). Il s'agit également du groupe linguistique le plus rentable (marge de BAII moyenne de 29,3 %). Leurs revenus totaux se sont élevés à 2 755 millions de dollars en 2015, un montant relativement inchangé par rapport à 2014.

Les revenus générés par les services spécialisés de langue française se sont accrus de 11,3 % de 2014 à 2015 grâce à une augmentation de 50 millions de dollars en revenus provenant des abonnements. Plus particulièrement, TVA Sports, un service spécialisé axé sur les sports, a vu ses revenus quintupler, ses revenus provenant des abonnements ayant quadruplé en 2015 par rapport à 2014 puisqu'il diffusait les matchs de hockey de la LNH.

Les revenus générés par les services à caractère ethnique ou de langue tierce ont baissé de 2,6 % par rapport à 2014, représentant 1,8 % des revenus totaux (78,5 millions de dollars) en 2015.

Les services sur demande, notamment  la télévision à la carte et la vidéo sur demande, ont maintenu leur tendance à la baisse en 2015. Ces deux catégories de services confondues ont déclaré des revenus de 314 millions de dollars en 2015, soit une diminution de 38 millions de dollars (10,9 %) par rapport à 2014 et de 40 millions de dollars (11,2 %) par rapport à 2013.

Graphique 4.2.4 Classement par revenus des services facultatifs en ordre décroissant, 2015

Graphique linéaire de Graphique 4.2.4 : Classement par revenus des services facultatifs en ordre décroissant, 2015
Description longue graphique

Ce graphique linéaire classe le revenu total, en millions de dollars, en ordre décroissant de chacun des services facultatifs pour l’année de radiodiffusion 2014-2015. Ensemble, plus de 228 services sont présentés individuellement, avec le service le plus performant se situant dans le coin supérieur gauche et le service le moins performant se situant dans le coin inférieur droit.

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce graphique illustre les revenus totaux des services facultatifs en 2015, en ordre décroissant. Chacun des cinq services les plus importants en termes de revenus a récolté au moins 100 millions de dollars de revenus alors que les cinq services suivants en importance ont récolté entre 80 millions et 90 millions de dollars. Les 10 services ayant les revenus bruts les plus élevés représentaient 37,7 % des revenus totaux générés en 2015. Cinq d'entre eux étaient des services associés aux sports; deux d'entre eux appartenaient à BCE, deux à Rogers et un à Groupe TVA. S portsnet One et TVA Sports figuraient pour la première fois parmi les 10 services ayant les revenus bruts les plus élevés, leurs revenus ayant connu une croissance fulgurante grâce à la diffusion du contenu de la LNH.

Les 74 services suivants ont récolté des revenus qui dépassaient 10 millions de dollars et les 89 suivants des revenus qui dépassaient 1 million de dollars; les revenus des services restants n’atteignaient pas 1 million de dollars.

Graphique 4.2.5 Revenus des services privés de télévision traditionnelle et des services facultatifs de langue anglaise

Graphique à courbe et à histogrammes groupés de Graphique 4.2.5 : Revenus des services privés de télévision traditionnelle et des services facultatifs de langue anglaise
Description longue graphique

Ce graphique à courbe et à histogrammes sur 2 axes illustre, en millions de dollars, les revenues, ainsi que les revenus publicitaires en pourcentage du total des services privés de télévision traditionnelle, services spécialisés et les services de TVC et de VSD de langue anglaise pour les années 2011 à 2015. Revenus total des services privés de télévision traditionnelle privée : 1 788, 1 672, 1 583, 1 475 et 1 447 ; Revenus publicitaires en pourcentage du total : 93 %, 92 %, 93 %, 92 % et 94 % ; revenus totaux des services spécialisés de la catégorie A : 1 342, 1 348, 1 377, 1 410 et 1 368 ; revenus totaux des services spécialisés de la catégorie B : 295, 333, 374, 376 et 377 ; revenus totaux des services spécialisés de la catégorie C : 666, 795, 851, 969 et 1,010 ; revenus publicitaires en pourcentage du total pour tous les services spécialisés : 44 %, 42 %, 41 %, 36 % et 37 % ; et revenus totaux des services payants, de TVC et de VSD : 771, 750, 716, 704 et 665.

Source : Données recueillies par le CRTC

Les stations privées de télévision traditionnelle de langue anglaise englobent les stations traditionnelles à caractère ethnique puisqu’une part importante de leurs revenus provient de la programmation de langue anglaise. Les services facultatifs de langue anglaise comprennent les services bilingues.

La ligne dans le graphique démontre les recettes publicitaires en pourcentage du total des revenus pour les services privés de télévision traditionnelle et spécialisés (toutes catégories confondues)

Graphique 4.2.6 Revenus des services privés de télévision traditionnelle, spécialisés, payants, de TVC et de VSD de langue française

Graphique à courbe et à histogrammes groupés de Graphique 4.2.6   Revenus des services privés de télévision traditionnelle, spécialisés, payants, de TVC et de VSD de langue française
Description longue graphique

Ce graphique à courbe et à histogrammes sur 2 axes illustre, en millions de dollars, les revenues ainsi que les revenus publicitaires en pourcentage du total des services privés de télévision traditionnelle, services spécialisés et les services payants, de TVC et de VSD de langue française pour les années 2011 à 2015. Revenus total des services privés de télévision traditionnelle privée : 357, 367, 361, 329 et 311 ; revenus publicitaires en pourcentage du total : 79 %, 78 %, 80 %, 81 % et 82 % ; revenus totaux des services spécialisés de la catégorie A : 275, 277, 297, 288 et 302 ; revenus totaux des services spécialisés de la catégorie B : 20, 29, 37, 43 et 52 ; revenus totaux des services spécialisés de la catégorie C : 213, 266, 270, 283 et 328 ; revenus publicitaires en pourcentage du total pour tous les services spécialisés : 37 %, 34 %, 33 %, 29 % et 33 % ; et revenus totaux des services payants, de TVC et de VSD : 79, 84, 83, 84 et 73.

Source : Données recueillies par le CRTC

La ligne dans le graphique démontre les recettes publicitaires en pourcentage du total des revenus pour les services privés de télévision traditionnelle et spécialisés (toutes catégories confondues )

Graphique 4.2.7 Revenus des services spécialisés et payants à caractère ethnique et en langue tierce

Graphique à courbe et à histogrammes de Graphique 4.2.7 : Revenus des services spécialisés et payants à caractère ethnique et en langues tierces
Description longue graphique

Ce graphique à courbe et à histogrammes sur 2 axes illustre les revenues ainsi que les revenus publicitaires en pourcentage du total des services spécialisés et les services payants à caractère ethnique et en langues tierces pour les années 2011 à 2015. Revenus totaux des services spécialisés à caractère ethnique et en langues tierces : 87, 88, 87, 81 et 79 ; revenus publicitaires (spécialisés) en pourcentage du total : 43 %, 41 %, 36 %, 36 % et 33 % ; revenus totaux des services payants: 5, 4, 0,1, 0,1 et néant ; revenus publicitaires (payants) en pourcentage du total: 25 %, 25 %, 12 %, 12 % et néant.

Source : Données recueillies par le CRTC

En 2015, aucun service payant à caractère ethnique ou en langue tierce n’était en opération. De 2012 à 2014, les derniers services payants à caractère ethnique ou en langue tierce ont soit cessé leurs opérations ou changer de type de licence à spécialisé.

La ligne dans le graphique démontre les recettes publicitaires en pourcentage du total des revenus pour les services spécialisés (toutes catégories confondues ) et les services payants.

Graphique 4.2.8 Revenus collectifs des trois plus importants groupes de propriété de télévision traditionnelle privée de langue anglaise

Graphique à courbe et à histogrammes groupés de Graphique 4.2.8 : Revenus collectifs des trois plus importants groupes de propriété de télévision traditionnelle privée de langue anglaise
Description longue graphique

Ce graphique à courbe et à histogrammes groupés sur 2 axes démontre le revenu total, en millions de dollars, pour les stations privées traditionnelle de langue anglaise par groupe de propriété pour les années 2011 à 2015. BCE : 829, 803, 768, 728 et 716 ; Shaw : 522, 448, 419, 405 et 406 ; Rogers : 298, 289, 269, 224 et 219 ; revenus totaux des télévisions traditionnelles privées de langue anglaise : 1 788, 1 672, 1 583, 1 475 et 1 447 ; les revenus totaux des 3 plus importants groupes en pourcentage du total (utilisant l’axe secondaire) : 92 %, 92 %, 92 %, 92 % et 93 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce graphique illustre les revenus de chacun des trois plus grands groupes de propriété de télévision traditionnelle privée de langue anglaise, ainsi que leurs revenus totaux de la télévision traditionnelle pour chacune des années de 2011 à 2015. Il illustre également le pourcentage des revenus totaux des trois plus grands groupes par rapport au total des revenus de la télévision traditionnelle privée pour toutes les années indiquées. La télévision traditionnelle privée de langue anglaise inclut les stations traditionnelles à caractère ethnique puisqu’une part importante de leurs revenus provient de la programmation de langue anglaise.

Les revenus de chaque groupe sont basés sur les revenus totaux des stations contrôlées par le radiodiffuseur. Le contrôle est déterminé lorsqu’un radiodiffuseur a un droit de vote direct et indirect de plus de 50% au 31 août de l’année. Les revenus totaux comprennent le financement provenant du FAPL de 2011 à 2014.

Graphique 4.2.9 Revenus collectifs des deux plus importants groupes de propriété de télévision traditionnelle privée de langue française

Graphique à courbe et à histogrammes groupés de Graphique 4.2.9 : Revenus collectifs des deux plus importants groupes de propriété de télévision traditionnelle privée de langue française
Description longue graphique

Ce graphique à courbe et à histogrammes groupés sur 2 axes démontre le revenu total, en millions de dollars, pour les stations privées traditionnelle de langue française par groupe de propriété pour les années 2011 à 2015. Québecor (TVA) : 260, 257, 249, 229 et 214 ; Remstar (V) : 66, 73, 77, 67 et 67 ; revenus totaux des télévisions traditionnelles privées de langue française : 357, 367, 361, 329 et 310 ; et les revenus totaux des 2 plus importants groupes en pourcentage du total (utilisant l’axe secondaire) : 91 %, 90 %, 90 %, 90 % et 91 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

ii) Rendement financier

Les stations de télévision traditionnelle privées n'ont pas été rentables en 2015. La rentabilité, calculée en fonction de la marge de bénéfices avant intérêts et impôts (BAII), a reculé à -8.0 % en 2015, soit une baisse plus importante que celle de 7,7 % enregistrée en 2014. L'année 2015 était la troisième année consécutive au cours de laquelle les stations de télévision traditionnelle privées ont essuyé des pertes financières.

Les services facultatifs ont déclaré une marge de BAII moyenne de 20,8 % en 2015, soit 3 % de moins qu'en 2014. Les services spécialisés, notamment les services de catégorie A qui affichaient une marge de BAII de 32,4 %, étaient les plus rentables en 2015. Même si les services facultatifs sont demeurés rentables en 2015, et ce, malgré des revenus moins élevés, les services sur demande (télévision à la carte et vidéo sur demande) ont connu une importante baisse de leur rentabilité en 2015, leur marge de BAII combinée ayant reculé de 14,8 points de pourcentage de 2014 à 2015 pour s'établir à -21,4 %. Par conséquent, les services payants, de télévision à la carte et de vidéo sur demande ont obtenu ensemble une marge de BAII globale de -0.5 %, une baisse par rapport au 11 % de l'année précédente. Il s'agit de la première fois que cette catégorie n'est pas rentable.

Graphique 4.2.10 Marges de BAII combinées des services privés de télévision traditionnelle, payants, de TVC, de VSD et spécialisés des catégories A, B et C

Graphique à courbe et à histogrammes groupés de Graphique 4.2.10 : Marges de BAII combinées des services privés de télévision traditionnelle, payants, de TVC, de VSD et spécialisés des catégories A, B et C
Description longue graphique

Ce graphique à courbe et è histogrammes groupés donne un aperçu global des marges de BAII pour les années de radiodiffusion de 2011 à 2015 réalisés par : la télévision privée traditionnelle : 7 %, 1 %, 0 %, -8 % et -8 % ; les services payants, de TVC et de VSD: 16 %, 11 %, 12 %,11 % et -1 % ; les services spécialisés de catégorie A : 33 %, 35 %, 35 %, 32 % et 32 % ; les services spécialisés de catégorie B : 24 %, 24 %, 25 %, 25 % et 27 % ; et les services spécialisés de catégorie C : 18 %, 13 %, 24 %, 20 % et 15 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

Graphique 4.2.11 Marges BAII combinées des services privés de télévision traditionnelle et des services facultatifs de langue anglaise

Graphique à courbe et à histogrammes de Graphique 4.2.11   Marges de BAII combinées des services privés de télévision traditionnelle et des services facultatifs de langue anglaise
Description longue graphique

Ce graphique à courbe et à histogrammes sur 2 axes illustre les marges des BAII totaux pour les stations de télévision traditionnelle privée et les services facultatifs de langue anglaise pour les années 2011 à 2015. Télévision traditionnelle privée : marge de BAII : 6 %, 1 %, -2 %, -9 % et -10 % ; nombre d’entreprises ayant fait un rapport : 73, 72, 75, 75 et 73 ; services facultatifs : marge de BAII : 25 %, 24 %, 27 %, 25 % et 23 % ; nombre d’entreprises ayant fait un rapport : 150, 155, 157, 157 et 157.

Source : Données recueillies par le CRTC

Graphique 4.2.12 Marges de BAII combinées des services privés de télévision traditionnelle et des services facultatifs de langue française

Graphique à courbe et à histogrammes de Graphique 4.2.12 : Marges de BAII combinées des services privés de télévision traditionnelle et services facultatifs de langue française
Description longue graphique

Ce graphique à courbe et à histogrammes sur 2 axes illustre les marges des BAII totaux pour les stations de langue française de télévision traditionnelle privée ainsi que les marges BAII totaux des services facultatifs de langue française pour les années 2011 à 2015. Télévision traditionnelle privée de langue française : Marge de BAII : 11 %, 9 %, 9 %, 0 % et 0 % ; nombre d’entreprises ayant fait un rapport : 20, 20, 20, 20 et 20 ; services facultatifs de langue française : Marge de BAII : 25 %, 19 %, 24 %, 20 % et 11 % ; nombre d’entreprises ayant fait un rapport : 29, 31, 31, 32 et 31.

Source : Données recueillies par le CRTC

Graphique 4.2.13 Marges de BAII combinées des services spécialisés et payants à caractère ethnique et en langue tierce

Graphique à courbe et à histogrammes de Graphique 4.2.13 : Marges de BAII combinées des services spécialisés et payants à caractère ethnique et en langue tierce
Description longue graphique

Ce graphique à courbe et à histogrammes sur 2 axes illustre les marges BAII totaux des services spécialisés et payants à caractère ethnique et en langue tierce pour les années 2011 à 2015. Marge de BAII : 24 %, 24 %, 21 %, 17 % et 17 % ; nombre d’entreprises ayant fait un rapport : 38, 43, 47, 41 et 38.

Source : Données recueillies par le CRTC

iii) Disponibilité des services de télévision et de vidéo

Les Canadiens profitent de diverses sources et moyens leur permettant d’accéder à du contenu, de la radiodiffusion traditionnelle linéaire en direct jusqu’aux médias numériques sur Internet. Ce diagramme illustre les diverses catégories et les différents types de programmation et de plateformes.

Diagramme 4.2.1 Sources de programmation et plateformes

Diagramme 4.2.1 : Source de programmation et plateformes
Description longue graphique

Ce diagramme illustre les diverses sources et moyens permettant les Canadiens d’accéder à du contenu vidéo. Au centre du diagramme ce trouve les téléspectateurs canadiens. Le premier axe radial illustre des catégories de moyens d’accéder à du contenu vidéo : par large bande (services filiaire / sans fil); en direct; par EDR (cable / satellite / IPTV) ; et par accès physique. Le deuxième axe radial illustre les types de media qui peuvent être accéder par catégorie. Par large bande : BitTorrent (légal et illégal); location / Location-vente Blu-ray et DVD (Amazon); Office national du film; VSD; émissions de télévision payante* (ou le * indique que les services Authentifié et non-authentifié [p. ex. rattraper / “GO” / Télé Partout] sont inclus) ; émissions de services spécialisés*; et émissions en direct*. La catégorie en direct inclus les services parvenant du Canada et des États-Unis. Par EDR : services spécialises; télévision payante; télévision à la carte; EVP (enregistreur de vidéo personnel); et VSD. L’accès physique inclut : cinémas/théâtres et location-vente de Blu-ray et DVD (clubs vidéo, Redbox). Le VSD inclut : VSDP (vidéo sur demande avec publicité, p.ex. TouTV, Crackle, YouTube); VSDA (vidéo sur demande par abonnement, p.ex. NetFlix, LoveFilms); et VSDT (vidéo sur demande transactionnelle, p.ex. iTunes).

Pour les graphiques et tableaux dont la source est l’Observateur des technologies médias (OTM), veuillez noter :

Graphique 4.2.14 Pourcentage des Canadiens qui ont visionné des vidéos sur Internet et à la télévision et écouté de la programmation au cours du mois dernier, par langue et plateforme

Graphique à barres de Graphique 4.2.14 : Pourcentage des Canadiens qui ont visionné des vidéos sur Internet et à la télévision et écouté de la programmation au cours du mois dernier, selon la langue et plateforme
Description longue graphique

Ce graphique à barres compare le taux de pénétration des choix suivants de visionnement de vidéos et de télévision sur Internet, selon la langue et dans l’ensemble du pays en 2015 : évènements ou faits saillants sportifs en ligne : 23 % (francophones), 37 % (anglophones), 34 % (national) ; nouvelles en ligne ou émission de nouvelles : 34 %, 47 %, 44 %; écoute de films en ligne : 25%, 43 %, 39% ; écoute d’une émission de télévision de 30 ou 60 minutes en ligne : 29 %, 39 %, 37 % ; écoute la télévision sur Internet : 49 %, 57 %, 55 % ; visionnement de tout type de vidéo sur Youtube : 64%, 70%, 69% ; visionnement de tout type de vidéo sur Internet : 75 %, 82 %, 81 % ; télévision payante : 23 %, 22 % et 22 % ; et télévision : 98 %, 95 %, 96 %.

Source : OTM, 2015 (répondants canadiens de 18 ans et +)

Tableau 4.2.5 Type et nombre de services de télévision dont la diffusion est autorisée au Canada, par langue de diffusion
Catégorie Sous-catégorie Langue
anglaise
Langue
française
Langue tierce Toutes les
langues
2014 2015 2014 2015 2014 2015 2014 2015
Services canadiens
de télévision
traditionnelle
CBC/SRC (services
détenus et exploités)
14 14 13 13 0 0 27 27
Privés commerciaux 64 64 20 20 6 6 90 90
Religieux 8 7 0 0 0 0 8 7
Éducatifs 4 4 3 3 0 0 7 7
Services
canadiens
facultatifs
Services spécialisés
de catégorie A
44 44 16 16 5 5 65 65
Services spécialisés
de catégorie B
77 78 10 10 35 33 122 121
Services spécialisés
de catégorie C
8 5 5 4 0 0 3 9
Services payants 7 7 2 2 0 0 9 9
Services de TVC (par SRD et
terrestres)
10 12 0 0 0 0 10 12
Services de VSD 23 20 1 1 0 0 24 21
Autres services
canadiens
Canaux communautaires 11 11 2 4 0 0 13 15
Chambre des Communes
(CPAC)
1 1 1 1 0 0 2 2
Services non
canadiens
Tous les services 120 128 11 22 141 149 272 299
Total Total 391 395 84 96 187 193 662 684

Source : Base de données interne du CRTC

Ce tableau indique le nombre et les types de services de télévision dont la diffusion est autorisée au Canada et qui sont : les services de télévision traditionnelle, divers services facultatifs (spécialisés, payants, de TVC, de VSD), les canaux communautaires, la Chaîne d’affaires publiques par câble (CPAC) et les services non canadiens dont la distribution est autorisée au Canada.

Les données ne tiennent pas compte des entreprises de distribution de radiocommunication, des réémetteurs, des services de télévision exemptés et des services spécialisés dont l’autorisation est expirée. Quelques licences de réseau sont également exclues; les stations privées commerciales excluent les stations de télévision privées commerciales à caractère religieux; Les services spécialisés de catégorie B englobent uniquement les services en ondes qui ont déposé un rapport annuel au CRTC; les services payants englobent uniquement les services payants en ondes en date du 31 décembre 2012;les services de VSD englobent les services approuvés, mais pas nécessairement exploités. Le nombre de services a diminué à la suite de l’Ordonnance de radiodiffusion CRTC 2011-60 du 31 janvier 2011 intitulée Ordonnance d’exemption pour les petites entreprises de vidéo sur demande; la distribution des services non canadiens autorisés est à la discrétion de l’EDR. Voir l’annexe 2 de la Politique réglementaire de radiodiffusion CRTC 2015-27 du 30 janvier 2015 intitulée Liste de services de programmation non canadiens approuvés pour distribution – Compilation annuelle des modifications, pour obtenir la liste complète des services admissibles en date du 31 décembre 2014; les services bilingues sont regroupés sous la rubrique « langue anglaise » (anglais/français et anglais/autochtone). Les autres services canadiens n’englobent pas les canaux communautaires déclarés par les EDR titulaires.

Tableau 4.2.6 Nombre de services canadiens publics, communautaires, éducatifs et traditionnels privés dont la diffusion est autorisée, par province et langue de diffusion, 2015
Province/territoire Langue anglaise Langue française Langue tierce Total
Publics,
commu-nautaires
et éducatifs
Trad.
privés
Publics,
commu-nautaires
et éducatifs
Trad. privés Publics,
commu-nautaires
et éducatifs
Trad.
privés
Public,
commu-nautaires
et éducatifs
Trad.
privés
Colombie-Britannique 7 11 1 0 0 1 8 12
Alberta 3 16 1 0 0 2 4 18
Saskatchewan 2 6 1 0 0 0 3 6
Manitoba 2 4 1 0 0 0 3 4
Ontario 5 24 3 0 0 2 8 26
Québec 1 3 11 20 0 1 12 24
Nouveau-Brunswick 2 3 1 0 0 0 3 3
Nouvelle-Écosse 3 3 0 0 0 0 3 3
Île-du-Prince-Édouard 1 0 0 0 0 0 1 0
Terre-Neuve-et-Labrador 1 1 0 0 0 0 1 1
Le Nord 2 0 0 0 0 0 2 0
Canada 29 71 19 20 0 6 48 97

Source : Base de données interne du CRTC

À l’échelle du pays, les Canadiens ont accès à 97 services de télévision traditionnelle privés et à 48 services de télévision publics, communautaires ou éducatifs. Le Québec est en tête des provinces pour ce qui est du nombre de stations publiques, communautaires et éducatives (11); et l’Ontario occupe le premier rang au chapitre des stations privées de télévision traditionnelle (26).

iv) Mesures de l’auditoire

Non seulement ces informations sont importantes pour les membres de l’industrie qui les utilisent pour vendre du temps d’antenne aux publicistes, mais elles sont tout aussi importantes pour le CRTC; en effet, grâce à ces données sur la portée de la programmation dans l’ensemble du pays et parmi différents groupes de la population, le CRTC peut évaluer la pertinence et l’incidence de ses politiques.

Sauf avis contraire, toutes les mesures d’auditoire fournies par Numeris ont été recueillies par des audimètres portatifs sans fil (PPM) et non pas par des cahiers d’écoute;

Les données de Numéris présentées par marché linguistique divisent le Canada en deux parties : 1) l’ensemble du Canada moins les répondants francophones au Québec et 2) les répondants francophones du Québec uniquement;

Numéris a choisi les saisons de télévision suivantes :

Selon l’Observateur des technologies médias (OTM) dont sont tirés ces tableaux et graphiques :

Précisions au sujet des tableaux contenant des données sur les groupes de propriété :

Graphique 4.2.15 Moyenne d’heures d’écoute hebdomadaire de la télévision traditionnelle par les Canadiens (années de radiodiffusion 2010-2011 à 2014-2015) et de la télévision par Internet (de 2009 à 2015)

Graphiques à barres de Graphiques 4.2.15 : Moyenne d’heures d’écoute hebdomadaire de la télévision traditionnelle par les Canadiens (années de radiodiffusion 2010-2011 à 2014-2015) et de la télévision par Internet (de 2009 à 2015)
Description longue graphique

Ces 2 graphiques à barres illustrent la moyenne nationale des heures d’écoute hebdomadaire des Canadiens âgés de 18 ans et plus pour la télévision traditionnelle et la télévision par Internet. Pour la télévision traditionnelle (à la gauche) : 29,8 (2010-2011) ; 29,5 (2011-2012) ; 29,3 (2012-2013) ; 29,0 (2013-2014) et 28,6 (2014-2015). Pour la télévision par Internet (à la droite) : les utilisateurs hebdomadaires : 2,0 (2009) ; 2,4 (2010) ; 2,8 (2011) ; 3,9 (2012) ; 5,1 (2013) et 5,8 (2015) et l’écoute nationale : 0,5 ; 0,5 ; 0,7 ; 1,3 ; 1,9 et 2,7.

Source : Numeris, OTM (répondants canadiens de 18 ans et +)

Les graphiques illustrent la moyenne nationale des heures d’écoute hebdomadaire des Canadiens âgés de 18 ans et plus pour la télévision traditionnelle (excluant les médias numériques) et la télévision par Internet. Le graphique sur la télévision par Internet compare la moyenne d’écoute hebdomadaire des personnes qui regardent la télévision par Internet chaque semaine avec celle de l’écoute nationale de la télévision par Internet. Les données sur la télévision par Internet ne sont pas disponibles pour l’année 2014.

Tandis que les heures d'écoute hebdomadaires de la télévision traditionnelle ont baissé d'environ une heure au cours des cinq dernières années, celles de la télévision par Internet ont augmenté d'environ deux heures au sein de l'ensemble de la population et d'environ quatre heures  dans le cas des  utilisateurs typiques au cours de la même période.

Tableau 4.2.7 Moyenne d’heures d’écoute hebdomadaire de la télévision traditionnelle par les Canadiens, par groupe d’âge
Groupe d’âge Moyenne d’heures d’écoute hebdomadaire de la télévision traditionnelle Croissance (%)
2013-14 à 2014-15
2010-11 2011-12 2012-13 2013-14 2014-15
Tous auditeurs 2 ans et + 28,5 28,2 27,9 27,4 27,2 -0,7
Enfants 2 à 11 ans 22,7 22,2 21,6 20,6 21,4 3,9
Adolescents 12 à 17 ans 22,4 22,7 21,0 19,9 18,8 -5,5
18 à 34 ans 23,0 22,8 21,9 20,6 19,7 -4,4
35 à 49 ans 25,3 24,8 24,7 24,0 23,6 -1,7
50 à 64 ans 33,6 33,1 33,2 33,4 33,0 -1,2
65 ans et + 42,2 41,9 41,5 41,8 42,0 0,5

Source : Numeris

Ce tableau indique le nombre moyen d’heures d’écoute hebdomadaire par tranche d’âge pour l’ensemble du Canada et n’inclut pas les médias numériques. Pour la troisième année consécutive, l’écoute hebdomadaire moyenne a reculé chez tous les groupes d’âge, sauf les enfants de 2 à 11 ans et les 65 ans et plus, pour qui les résultats ont peu varié durant la même période.

Tableau 4.2.8 Part d’écoute des services de télévision canadiens et non canadiens, par langue et type de service dans l’ensemble du Canada, excluant le marché de langue française du Québec
Catégorie Sous-catégorie Part d’écoute (%) Croissance (%)
2013-14 à
2014-15
2010- 2011 2011- 2012 2012- 2013 2013- 2014 2014- 2015
Services canadiens
de langue anglaise
SRC 6,4 5,5 5,1 6,9 5,2 -24,6
Traditionnels privés 25,0 25,6 24,9 25,3 26,1 3,2
Services facultatifs et sur demande 49,3 49,6 51,1 50,3 52,0 3,4
Autres services 2,3 2,2 2,3 2,0 2,3 15,0
Total des services 83,0 82,8 83,4 84,5 85,6 1,3
Services canadiens
de langue française
SRC 0,2 0,2 0,1 0,1 0,1 0
Traditionnels privés 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0
Télé-Québec 0 0 0 0 0 s.o.
Services facultatifs et sur demande 0,4 0,4 0,4 0,4 0,3 -25,0
Total des services 0,8 0,8 0,7 0,6 0,5 -16,7
Services canadiens
d’autres langues
Traditionnels privés 1,3 1,1 0,9 0,6 0,4 -33,3
Facultatifs 1,2 1,0 0,9 1,0 0,9 -10,0
APTN 0,2 0,1 0,2 0,2 0,2 0
Total des services 2,6 2,3 2,0 1,8 1,5 -16,7
Total des services
canadiens
Services communautaires 0,3 0,3 0,3 0,3 0,3 0
VSD/TVC 0 0 0 0 0 s.o.
Total des services 86,7 86,1 86,4 87,2 87,9 0,8
Services non canadiens Traditionnels des É-U 5,3 5,4 5,0 4,5 4,8 6,7
Facultatifs des É-U 8,0 8,5 8,8 8,0 7,2 -10,0
Internationaux 0 0 0 0 0,1 s.o.
Total des services 13,3 13,9 13,7 12,5 12,1 -3,2
Tous les services Total des heures (millions) 713,2 720,0 712,0 710,7 704,7 -0,8

Source : Numeris

Tableau 4.2.9 Part d’écoute des services de télévision canadiens et non canadiens, par langue et type de service, dans le marché de langue française du Québec
Catégorie Sous-catégorie Part d’écoute (%) Croissance (%)
2013-14 à
2014-15
2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014- 2015
Services canadiens
de langue française
SRC 12,9 11,8 12,8 13,4 12,3 -8,2
Traditionnels privés 32,3 32,0 32,4 30,8 30,5 -1,0
Télé-Québec 3,0 2,9 3,0 3,0 3,4 13,3
TFO 0,1 0,1 0,1 0,3 0,3 0
Services facultatifs et sur demande 43,8 45,8 44,7 45,0 45,8 1,8
Total des services 92,2 92,7 93,0 92,5 92,3 -0,2
Services canadiens
de langue anglaise
SRC 0,5 0,6 0,4 0,8 0,6 -25,0
Traditionnels privés 1,9 1,7 1,7 1,7 1,9 11,8
Services facultatifs et sur demande 3,5 3,1 3,1 3,2 3,8 18,8
Autres services 0 0,1 0 0 0 s.o.
Total des services 6,0 5,5 5,2 5,7 6,3 10,5
Services canadiens
d’autres langues
Traditionnels privés 0,1 0,1 0,2 0 0 s.o.
Services facultatifs et sur demande 0 0 0 0 0,1 s.o.
APTN 0 0 0,1 0 0 s.o.
Total des services 0,2 0,2 0,3 0,1 0,1 0
Total des services
canadiens
Services communautaires 0,2 0,2 0,2 0,2 0,2 0
VSD/TVC 0 0 0 0 0 s.o.
Total des services 98,5 98,6 98,8 98,3 98,9 0,6
Services non canadiens Traditionnels des É-U 1,0 0,8 0,8 1,0 0,8 -20,0
Facultatifs des É-U 0,5 0,6 0,5 0,5 0,5 0
Internationaux 0 0,1 0,1 0,1 0 s.o.
Total des services 1,5 1,5 1,4 1,6 1,3 -18,8
Tous les services Total des heures (millions) 219,5 211,3 216,5 220,3 225,5 2,4

Source : Numeris

Tableau 4.2.10 Moyenne d’heures d’écoute hebdomadaire d’émissions canadiennes distribuées par des services de télévision canadiens, par marché linguistique, origine et catégorie de programmation
Catégorie de
programmation
Mesure Services de langue anglaise
et à caractère ethnique
Ensemble du Canada (sauf le
marché de langue française
du Québec)
Services de langue française
Marché de langue française
du Québec
2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015
Nouvelles
(catégorie 1)
Heures d’écoute (M) 76,7 84,7 84,8 82,2 29,8 30,7 26,4 27,1
% Canadien 100 100 100 99,9 98,8 98,8 98,7 98,1
% du total 13,3 14,6 14,2 13,6 15 15 13,2 13,4
Documentaires de
longue durée
(catégorie 2(b))
Heures d’écoute (M) 22,5 21,6 11,2 28,6 11,4 10,9 10,4 11,3
% Canadien 43,8 46,9 48,2 47,6 44,6 42,9 47 48,7
% du total 3,9 3,7 3,9 4,7 5,7 5,4 5,2 5,6
Autres émissions
d’information
(catégories 2 à 5,
excluant 2(b))
Heures d’écoute (M) 52,7 52,2 50,2 53,8 32,6 32,7 28,7 29
% Canadien 55,6 56,9 59,1 56,6 91,1 91,1 91,3 89,5
% du total 9,1 9 8,4 8,9 16,4 16 14,4 14,3
Sports (catégorie 6) Heures d’écoute (M) 84,5 70,9 95,5 93,8 13,4 10,7 17,7 18,6
% Canadien 72 65,9 72,9 67,3 82,1 67,8 75 70,5
% du total 14,6 12,2 16 15,6 6,8 5,3 8,9 7,7
Émissions
dramatiques et
comiques
(catégorie 7)
Heures d’écoute (M) 236,5 237,4 227,5 230,8 75,3 79,8 76 78,2
% Canadien 20,1 20 19,4 19,2 29,3 29,1 28,8 29,2
% du total 40,9 40,9 38,1 38,3 38 39,1 38,1 38,7
Musique, danse et
variétés
(catégories 8 et 9)
Heures d’écoute (M) 9,7 10,5 9 7,3 3,5 3,8 3,1 3,1
% Canadien 27,4 23,8 34,6 40,9 80,8 81,5 85,4 83,5
% du total 1,7 1,8 1,5 1,2 1,8 1,8 1,6 1,5
Jeux-questionnaires
(catégorie 10)
Heures d’écoute (M) 4,9 8,1 9,1 8,5 8,9 9,1 9 7,2
% Canadien 28,8 26,7 23,6 22,5 92,5 94,1 95,4 89,3
% du total 0,8 1,4 1,5 1,4 4,5 4,5 4,5 3,5
Divertissement
général/ intérêt
général/téléréalité
(catégorie 11)
Heures d’écoute (M) 91 94,6 97,6 97,4 23 25,9 28,1 30,4
% Canadien 27,7 29,7 31,7 32,1 71,9 68,9 68,2 65,4
% du total 15,7 16,3 16,3 16,2 11,6 12,7 14,1 15
Autres (catégories 12 à 15) Heures d’écoute (M) 0 0,1 4,1 4,1 0,4 0,4 18,6 0,4
% Canadien 98 96,4 61,5 81,1 98,2 91,6 67,8 98,3
% du total 0 0 0 0 0,2 0,2 0 0,2
Toutes les catégories Heures d’écoute (M) 578,6 580,1 596,8 602,5 198,2 204,1 199,5 202,3
% Canadien 43,8 43,4 46,1 44,8 63,2 61,4 61,5 59,9

Source : Numeris

Tableau 4.2.11 Moyenne d’heures d’écoute hebdomadaire d’émissions canadiennes distribuées par les services privés de télévision traditionnelle, par marché linguistique, origine et catégorie de programmation
Catégorie de
programmation
Mesure Services de langue anglaise
et à caractère ethnique
Ensemble du Canada (sauf le
marché de langue française
du Québec)
Services de langue française
Marché de langue française
du Québec
2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015
Nouvelles
(catégorie 1)
Heures d’écoute (M) 35,4 36,7 37,3 34,1 9,4 10,3 9,2 9,2
% Canadien 100 100 100 100 100 100 100 100
% du total 20,2 21,6 22,0 19,9 14,1 14,8 13,6 13,6
Documentaires de
longue durée
(catégorie 2(b))
Heures d’écoute (M) 1,0 1,5 1,8 1,8 0,3 0,3 0,2 0,4
% Canadien 91,9 95,2 89,2 96,6 76,4 90,5 79,9 80,2
% du total 0,6 0,9 1,1 1,0 0,4 0,4 0,4 0,6
Autres émissions
d’information
(catégories 2 à 5,
excluant 2(b))
Heures d’écoute (M) 11,0 10,4 10,5 11,5 15,1 14,5 12,3 12,3
% Canadien 58,3 62,2 65,8 67,2 99,6 100 99,8 99,3
% du total 6,3 6,1 6,2 6,7 22,5 20,8 18,3 18,2
Sports (catégorie 6) Heures d’écoute (M) 11,6 4,6 3,8 6,8 1,3 0 0,7 0,1
% Canadien 66,0 6,5 7,4 32,8 96,9 85,9 60,9 71,8
% du total 6,6 2,7 2,3 4,0 2,0 0,0 0,1 0,1
Émissions
dramatiques et
comiques
(catégorie 7)
Heures d’écoute (M) 67,1 64,9 65,3 66,4 23,7 26,9 28,4 29,4
% Canadien 10,5 10,3 10,0 7,7 23,9 22,7 22,5 22,2
% du total 38,3 38,1 38,6 38,8 35,3 38,7 42,2 43,5
Musique, danse et
variétés (catégories 8
et 9)
Heures d’écoute (M) 6,3 7,3 5,4 3,6 1,0 0,9 0,3 0,2
% Canadien 3,4 2,0 3,5 5,4 67,5 59,7 71,1 85,4
% du total 3,6 4,3 3,2 2,1 1,5 1,3 0,4 0,3
Jeux-questionnaires
(catégorie 10)
Heures d’écoute (M) 1,8 5,0 6,0 5,5 6,2 6,6 6,9 5,3
% Canadien 0 3,7 2,9 3,3 97,6 99,5 99,5 94,4
% du total 1,0 2,9 3,5 3,2 9,3 9,6 10,2 7,9
Divertissement
général/ intérêt
général/téléréalité
(catégorie 11)
Heures d’écoute (M) 40,9 40,0 39,1 41,5 9,7 9,7 9,9 10,4
% Canadien 23,7 22,9 29,0 37,7 80,2 81,5 85,9 85,5
% du total 23,4 23,5 23,1 24,2 14,5 14,0 14,8 15,4
Autres (catégories
 12 à 15)
Heures d’écoute (M) 0 0 0 0,3 0,4 0,3 0 0,4
% Canadien 0 0 0 95,3 100 100 0 100
% du total 0 0 0 0 0,6 0,5 0 0,5
Toutes les
catégories
Heures d’écoute (M) 175,0 170,1 169,2 171,1 67,1 69,4 67,2 67,6
% Canadien 38,5 35,9 38,0 39,1 69,3 66,9 64,9 63,2

Source : Numeris

Tableau 4.2.12 Moyenne d’heures d’écoute hebdomadaire d’émissions canadiennes distribuées par les services traditionnels de la SRC, par marché linguistique, origine et catégorie de programmation
Catégorie de
programmation
Mesure Services de langue anglaise
et à caractère ethnique
Ensemble du Canada (sauf le marché de langue
française du Québec)
Services de langue
française
Marché de langue
française du Québec
2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015
Nouvelles
(catégorie 1)
Heures d’écoute (M) 6,6 7,1 7,2 7,3 3,8 4,4 4,1 3,9
% Canadien 100 100 100 100 100 100 100 100
% du total 17,2 20,4 14,9 20,9 15,4 15,9 13,9 14,0
Documentaires de
longue durée
(catégorie 2(b))
Heures d’écoute (M) 1,5 1,6 1,3 1,6 0,3 0,3 0,3 0,4
% Canadien 96,1 96,6 98,4 89,8 98,8 93,0 98,7 97,7
% du total 3,8 4,7 2,8 4,2 1,2 1,1 1,0 1,4
Autres émissions
d’information
(catégories 2 à 5,
excluant 2(b))
Heures d’écoute (M) 2,2 2,9 2,1 2,3 4,0 3,6 2,8 3,0
% Canadien 100 99,9 100 100 100 99,9 99,9 100
% du total 5,6 8,3 4,3 6,5 16,0 12,9 9,6 11,0
Sports (catégorie 6) Heures d’écoute (M) 11,5 9,9 25,4 10,8 0,2 0,3 2,9 0,4
% Canadien 99,9 100 100 100 99,6 100 99,9 100
% du total 29,6 28,3 52,6 30,8 1,0 1,0 9,7 1,3
Émissions
dramatiques et
comiques
(catégorie 7)
Heures d’écoute (M) 11,5 9,4 8,6 10,9 7,4 9,0 8,4 9,6
% Canadien 42,6 54,1 56,0 63,4 73,1 70,0 70,0 66,0
% du total 29,6 26,9 17,8 31,1 29,7 32,4 28,6 34,9
Musique, danse et
variétés
(catégories 8 et 9)
Heures d’écoute (M) 0,2 0,1 0,1 0,1 1,1 1,4 1,5 1,5
% Canadien 36,2 100 100 51,1 99,4 100 100 100
% du total 0,5 0,2 0,2 0,4 4,4 5,1 5,1 5,4
Jeux-questionnaires
(catégorie 10)
Heures d’écoute (M) 2,5 0,2 0 0,2 1,8 1,7 1,5 1,2
% Canadien 0 0 0 100 100 100 100 100
% du total 6,6 0,5 0 0,4 7,3 6,2 5,1 4,2
Divertissement
général/ intérêt
général/téléréalité
(catégorie 11)
Heures d’écoute (M) 2,8 3,7 3,6 2,0 6,2 7,0 7,9 7,7
% Canadien 99,6 99,5 99,6 98,9 100 100 100 100
% du total 7,2 10,6 7,4 5,6 25,0 25,3 26,9 27,8
Autres (catégories 12
à 15)
Heures d’écoute (M) 0 0 2,2 0 0 0,0 0,3 0,0
% Canadien 0 0 100 100 100 100 100 100
% du total 0 0 0 0 0 0 0 0
Toutes les catégories Heures d’écoute (M) 38,8 35,0 48,3 35,0 24,8 27,6 29,5 27,6
% Canadien 75,9 86,9 92,1 87,9 92,0 90,2 91,4 88,1

Source:  Numeris

Tableau 4.2.13 Moyenne d’heures d’écoute hebdomadaire d’émissions canadiennes distribuées par les services canadiens facultatifs, par marché linguistique, origine et catégorie de programmation
Catégorie de
programamtion
Mesure Services de langue anglaise et
à caractère ethnique
Ensemble du Canada (sauf le
marché de langue française
du Québec)
Services de langue française
Marché de langue française
du Québec
2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015
Nouvelles
(catégorie 1)
Heures d’écoute (M) 35,1 41,2 40,3 40,8 16,5 16,0 13,1 13,1
% Canadien 100 100 99,9 99,8 97,8 97,7 97,5 96,3
% du total 9,8 11,2 10,6 10,3 16,5 15,9 12,8 14,0
Documentaires de
longue durée
(catégorie 2(b))
Heures d’écoute (M) 17,6 16,0 20,0 25,4 10,3 9,8 9,9 9,8
% Canadien 39,0 41,0 41,1 41,8 43,1 41,2 44,6 45,6
% du total 4,9 4,3 5,3 6,4 10,3 9,7 9,6 10,5
Autres émissions
d’information
(catégories 2 à 5,
excluant 2(b))
Heures d’écoute (M) 37,1 36,6 37,6 40,0 12,4 13,5 13,6 12,8
% Canadien 51,4 51,2 55,0 51,0 78,5 79,4 81,7 78,5
% du total 10,3 9,9 9,9 10,1 12,4 13,4 13,3 13,7
Sports (catégorie 6) Heures d’écoute (M) 61,5 56,5 66,3 76,2 11,9 10,4 14,8 14,2
% Canadien 67,9 64,7 66,3 65,7 80,1 66,9 70,2 69,8
% du total 17,1 15,3 17,5 19,2 11,8 10,4 14,4 15,2
Émissions
dramatiques et
comiques
(catégorie 7)
Heures d’écoute (M) 154,9 159,1 153,6 153,6 40,5 40,2 39,2 36,6
% Canadien 22,1 21,7 21,3 21,0 22,9 23,5 24,5 25,4
% du total 43,0 43,2 40,5 38,7 40,4 40,0 38,1 39,2
Musique, danse et
variétés
(catégories 8 et 9)
Heures d’écoute (M) 3,2 3,1 3,5 3,6 1,1 1,3 1,3 1,3
% Canadien 74,1 73,6 81,3 75,7 69,6 72,8 71,8 65,2
% du total 0,9 0,8 0,9 0,9 1,1 1,3 1,3 1,4
Jeux-questionnaires
(catégorie 10)
Heures d’écoute (M) 2,0 3,2 3,1 2,9 0,8 0,6 0,6 0,7
% Canadien 69,9 62,4 63,0 55,2 32,1 15,9 35,8 32,8
% du total 0,6 0,9 0,8 0,7 0,8 0,6 0,6 0,7
Divertissement
général/ intérêt
général/téléréalité
(catégorie 11)
Heures d’écoute (M) 48,7 53,1 54,8 54,0 6,8 8,7 10,2 11,5
% Canadien 26,1 28,7 29,1 25,3 32,9 28,0 26,4 27,1
% du total 13,5 14,4 14,5 13,6 6,7 8,7 9,9 12,3
Autres (catégories 12 à
15)
Heures d’écoute (M) 0 0 0,2 0 0 0 0,2 0
% Canadien 0 0 16,7 4,8 56,6 33,3 62,0 77,8
% du total 0 0 0 0 0 0 0 0
Toutes les catégories Heures d’écoute (M) 360,1 368,8 379,3 396,3 100,2 100,5 102,8 107,1
% Canadien 42,6 42,6 43,9 43,4 52,2 50,0 50,8 50,5

Source : Numeris   

Tableau 4.2.14 Part d’écoute des services canadiens de langue anglaise et de langue française, par groupe de propriété l’ensemble du Canada, sauf le marché de langue française du Québec
Propriétaire Langue Part d’écoute (%)
2012-2013 2013-2014 2014-2015
Traditionnelle Facultatifs Total Traditionnelle Facultatifs Total Traditionnelle Facultatifs Total
BCE Total 15,4 22,9 38,3 15,6 19,9 35,5 16,5 20,1 36,6
Français 15,4 22,7 38,1 15,6 19,7 35,2 16,5 19,9 36,4
Anglais - 0,2 0,2 - 0,3 0,3 - 0,2 0,2
Shaw Total 8,5 15 23,5 8,3 14,3 22,6 8,6 15,2 23,8
Français 8,5 15 23,5 8,3 14,3 22,6 8,6 15,2 23,8
Anglais - - - - - - - - -
Corus Total 0,3 12,8 13,1 1,7 11,7 13,3 1,6 11,3 12,9
Français 0,3 12,8 13,1 1,7 11,6 13,2 1,6 11,2 12,8
Anglais - 0 0 - 0,1 0,1 - 0,1 0,1
Rogers Total 4,6 4,7 9,3 4,5 5,2 9,7 4,4 6 10,4
Français 4,6 4,7 9,3 4,5 5,2 9,7 4,4 6 10,4
Anglais - - - - - - - - -
CBC-SRC Total 6,0 1,8 7,8 8,1 1,8 9,9 6,1 1,9 8,0
Français 5,9 1,8 7,6 8,0 1,8 9,7 5,9 1,8 7,8
Anglais 0,1 0,1 0,2 0,1 0,1 0,2 0,1 0 0,2

Source : Numeris

Tableau 4.2.15 Part d’écoute des services canadiens de langue anglaise et de langue française, par groupe de propriété en marché de langue française du Québec
Propriétaire Langue Part d’écoute (%)
2012-2013 2013-2014 2014-2015
Traditionnelle Facultatifs Total Traditionnelle Facultatifs Total Traditionnelle Facultatifs Total
Québecor Total 24,4 8,6 32,9 23,4 8,7 32,1 23,3 11,2 34,5
Français 24,4 8,6 32,9 23,4 8,7 32,1 23,3 11,2 34,5
Anglais 0 0 0 0 0 0 - - -
BCE Total 0,9 21,9 22,8 0,8 21,3 22,1 1 19,8 20,8
Français - 20,3 20,3 - 19,8 19,8 - 18,3 18,3
Anglais 0,9 1,6 2,5 0,8 1,5 2,3 1 1,4 2,4
SRC-CBC Total 13,4 5,1 18,5 14,4 4,9 19,3 13,1 4,6 17,7
Français 13,0 5,0 18,0 13,6 4,8 18,5 12,4 4,5 17,0
Anglais 0,4 0,1 0,5 0,8 0,1 0,8 0,6 0,1 0,7
Remstar Total 8,6 - 8,6 8 0,9 9 7,8 0,9 8,7
Français 8,6 - 8,6 8 0,9 9 7,8 0,9 8,7
Anglais - - - - - - - - -
Corus Total - - - - 8 8 0 7,8 7,8
Français - - - 0 7,7 7,7 - 7,4 7,4
Anglais - - - - 0,3 0,3 0 0,4 0,4

Source : Numeris

Dans les tableaux 4.2.14 et 4.2.15 :

Tableau 4.2.16 Total des heures d’écoute (millions) par marché
Marché Total des heures (millions)
2012-2013 2013-2014 2014-2015
Traditionnelle Facultatifs Total Traditionnelle Facultatifs ry Total Traditionnelle Facultatifs Total
Canada ( sauf le marché
de langue française du Québec)
237,5 368,3 605,8 238,1 362,5 600,7 229,8 369,5 599,3
Marché de langue française (Québec) 109,3 103,6 212,8 109,7 106,1 215,7 109,7 111,5 221,2

Source: Numeris

Ce tableau présente l’écoute totale par marché. L’écoute totale se fonde sur l’écoute de toutes les stations canadiennes de télévision traditionnelle (y compris les stations à caractère ethnique) et celle des services canadiens facultatifs (seulement la télévision spécialisée et payante, excluant les services de TVC et de VSD).

v) Dépenses en programmation

Les objectifs de politique de la Loi sur la radiodiffusion favorisent l’épanouissement de l’expression canadienne et font en sorte que chaque élément du système canadien de radiodiffusion contribue de la manière qui convient à la création et à la présentation de programmation canadienne. C’est ainsi que les radiodiffuseurs canadiens doivent consacrer une certaine partie de leurs revenus annuels de radiodiffusion à des dépenses au titre d’émissions canadiennes. Ces dépenses servent à créer des émissions canadiennes et à garantir une diversité de voix et d’intérêts dans notre système national de radiodiffusion.

Les fournisseurs de services de télévision ont versé 45 cents par dollar de revenu au soutien de la programmation canadienne au cours de l’année de radiodiffusion 2014-2015. Les dépenses en émissions canadiennes (DÉC) ont atteint 3 milliards de dollars, dont 15 % ont été consacrés aux émissions d’intérêt national (ÉIN).

Les dépenses stations de télévision traditionnelle privée en émissions non-canadiennes ont diminué de 60,9 M$ (-8,5 %), pour se situer à 656,1 M$ en 2015.

Les émissions d’intérêt national (ÉIN), telles que définies par le CRTC, englobent les émissions dramatiques et comiques, les documentaires de longue durée et les émissions canadiennes de remise de prix spécifiques qui rendent hommage à des créateurs et artistes canadiens. Pour les radiodiffuseurs de langue française, les ÉIN englobent aussi les vidéoclips et les émissions de variétés.

Aux fins du présent rapport, les dépenses au titre des ÉIN comprennent les dépenses au soutien de l’un ou l’autre de ces genres d’émissions :

Les données présentées dans cette section inclues toutes les dépense en ÉIN rapportées par les entreprises de radiodiffusion nonobstant s’ils ont des conditions de licence relatives aux ÉIN.

Le diagramme 4.2.2 illustre le flot des fonds utilisés pour financer la programmation canadienne. Un pourcentage des revenus d’abonnements des EDR est utilisé pour financer les services de programmation canadienne facultatifs (services de TVC et de VSD, services payants et spécialisés), aussi bien que l’expression locale (télévision communautaire), le Fonds des médias du Canada (FMC), le FAPL et divers fonds indépendants. Les services de programmation de télévision commerciale (services spécialisés, payants et privés de télévision en direct) et la SRC comptent sur les revenus provenant de la publicité. Le gouvernement accorde également de l’aide financière au FMC, à la SRC (par l’entremise des crédits parlementaires) et à divers fournisseurs de contenu indépendants.

Diagramme 4.2.2 Écosystème du financement au titre de la programmation canadienne

Diagramme 4.2.2 : Écosystème du financement au titre de la programmation canadienne
Description longue graphique

Ce diagramme illustre la façon dont les fonds sont utilisés pour financer la programmation canadienne. Plusieurs sources de revenus aident à financer les émissions canadiennes comme les revenus publicitaires, les revenus d’abonnement et divers fonds, dont certains reçoivent un financement des services de programmation du gouvernement et des services de programmation de télévision. Les fonds incluent l’expression locale, FMC et d’autres fonds Indépendants). De plus, le gouvernement accorde des fonds au FMC, à la CBC/SRC (par l’entremise des crédits parlementaires) et à divers fournisseurs de contenu indépendants.

Ce tableau donne un aperçu des principales sources de financement de programmes de télévision au Canada.

Graphique 4.2.16 DÉC de télévision, par type de service, 2015 (millions $)

Graphique circulaire de Graphique 4.2.16 : DÉC de télévision, par type de services, 2015 (million $)
Description longue graphique

Ce graphique circulaire présente les DÉC totales en pourcentage des DÉC totales du secteur de la télévision en 2015. Les services de TVC et de VSD : 38 millions de dollars, 1 % ; la télévision traditionnelle de la SRC : 557 millions de dollars, 19 % ; la télévision privée traditionnelle : 653 millions de dollars, 23 % ; autres services de télévision traditionnelle publics et sans but lucratif : 66 millions de dollars, 2 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce graphique présente les sommes et le pourcentage des DÉC que les radiodiffuseurs ont consacrés à la programmation canadienne, par type de service. Environ la moitié de ces dépenses ont été consacrées aux services payants et spécialisés.

À noter que ces montants englobent les dépenses associées à la diffusion des émissions de télévision canadiennes, à de la dépréciation dans le catalogue canadien, à la scénarisation et à la conceptualisation, aux pertes liées à des investissements dans des émissions canadiennes ainsi que les dépenses relatives aux avantages liés aux transferts de propriété (avantages tangibles) et aux engagements pris lors de l’attribution de licence. Ils excluent cependant les investissements complémentaires du FMC rapportés par les services traditionnels privés, les services spécialisés et payants et les services de TVC et de VSD. Les dépenses de la télévision traditionnelle de la SRC excluent les allocations indirectes et le coût des installations.

En 2015, les services facultatifs et les services sur demande (spécialisés, payants, télévision à la carte et vidéo sur demande) ont versé 1 637 millions de dollars en dépenses en émissions canadiennes (DÉC), soit une augmentation de 147,1 millions de dollars (9 %) par rapport à 2014. Par le passé, les services spécialisés représentaient au moins la moitié des dépenses en DÉC.

Graphique 4.2.17 Dépenses en émissions de télévision (4,2 milliards de dollars au total), ÉIN c. émissions canadiennes c. émissions non canadiennes, 2015

Graphique circulaire de Graphique 4.2.17 : Dépenses en émissions de télévision (4,2 milliards  de dollars au total), ÉIN c. émissions canadiennes c. émissions non canadiennes, 2015
Description longue graphique

Ce graphique circulaire présente les dépenses totales en programmation en 2015 en pourcentage de l’ensemble reportées par le secteur de la télévision. Programmation canadienne (excluant les ÉIN) : 54 % ; Émission d’intérêt national (ÉIN) : 15 % et programmation non canadienne : 31 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce graphique à secteurs présente les pourcentages des dépenses que les radiodiffuseurs ont consacrées aux émissions canadiennes (sauf les ÉIN), aux ÉIN et aux émissions non canadiennes. Environ 70 % des dépenses ont été consacrées aux émissions canadiennes (y compris les ÉIN). Le graphique ne tient pas compte des services de TVC et de VSD ni des autres services publics de télévision traditionnelle sans but lucratif.

Graphique 4.2.18 Dépenses en émissions par dollar de revenu

Graphique à barres de Graphique 4.2.18 : Dépenses en émissions par dollar de revenu
Description longue graphique

Ce graphique à barres présente les dépenses en programmation par dollar de revenu pour la programmation non canadienne, les émissions d’intérêt national (ÉIN) et la programmation canadienne (excluant les ÉIN) pour les années 2013 à 2015. Programmation non canadienne : 0,20 $, 0,20 $ et 0,20 $ ; les émissions d’intérêt national (ÉIN) : 0,09 $, 0,09 $ et 0,10 $ ; programmation canadienne (excluant les ÉIN) : 0,34 $, 0,34 $ et 0,35 $.

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce graphique présente les montants que les radiodiffuseurs ont consacrés aux émissions canadiennes (sauf les ÉIN), aux ÉIN et aux émissions non canadiennes, par dollar de revenu. Par exemple, on y voit que, pour chaque dollar de revenu réalisé par les radiodiffuseurs en 2015, ils ont dépensé 35 cents au titre des émissions canadiennes (sauf les ÉIN), 10 cents au titre des ÉIN et 20 cents au titre des émissions non canadiennes. Ce graphique ne tient pas compte des services de TVC et de VSD ni des autres services publics de télévision traditionnelle sans but lucratif.

Tableau 4.2.17 Dépenses au titre des ÉIN, par type de service et par catégorie d’émission (millions $)
Service Catégorie d’émission Dépenses en ÉIN
(millions $)
Croissance (%)
2014-2015
Dépenses en
ÉIN 2015
exprimées en
pourcentage
du total (%)
2013 2014 2015
Télévision
traditionnelle
privée
Documentaires de longue durée 7,9 6,3 7,3 15,9 1,2
Émissions dramatiques 66,0 65,8 55,3 -16,0 8,9
Musique, danse et variétés (en langue française seulement) 21,0 17,5 12,6 -28,0 2,0
Remises de prix (en langue anglaise seulement) 2,6 2,3 1,1 -52,2 0,2
Total des dépenses en ÉIN 97,5 91,9 76,3 -17,0 12,3
SRC
télévision
traditionnelle
Documentaires de longue durée 30,9 22,3 38,2 71,3 6,2
Émissions dramatiques 153,5 136,9 157,1 14,8 25,3
Musique, danse et variétés (en langue française seulement) 15,3 20,4 21,3 4,4 3,4
Remises de prix (en langue anglaise seulement) 3,1 3,1 3,6 16,1 0,6
Total des dépenses en ÉIN 202,8 182,7 220,2 20,5 35,5
Services
facultatifs
Documentaires de longue durée 112,3 107,4 113,3 5,5 18,2
Émissions dramatiques 200,5 224,1 194,3 -13,3 31,3
Musique, danse et variétés (en langue française seulement) 12,0 11,3 10,1 -10,6 1,6
Remises de prix (en langue anglaise seulement) 4,9 6,3 6,9 9,5 1,1
Total des dépenses en ÉIN 329,7 349,1 324,6 -7,0 52,6
Total Documentaires de longue durée 151,1 136 158,8 16,8 25,6
Émissions dramatiques 420 424 406,7 -4,1 65,5
Musique, danse et variétés (en langue française seulement) 49,3 49,3 44 -10,8 7,1
Remises de prix (en langue anglaise seulement) 10,6 11,7 11,3 -3,4 1,8
Total des dépenses en ÉIN 630 623,7 621,1 -0,4 100

Sources : Divulgation publique des données regroupées des rapports annuels des grands groupes de propriété et données recueillies par le CRTC

Ce tableau résume les dépenses au titre des ÉIN faites par la SRC, la télévision traditionnelle privée et les services facultatifs. La section sur la SRC comprend les services facultatifs qu’elle offre.

Tableau 4.2.18 Dépenses au titre des ÉIN par la SRC et les grands groupes privés de propriété (millions $)
Groupe de
propriété
Catégorie d’émission Dépenses en ÉIN
(millions $)
Croissance (%)
2014-2015
Dépenses en
ÉIN 2015
exprimées en
pourcentage
du total (%)
2013 2014 2015
SRC télévision
traditionnelle
Documentaires de longue durée 30,9 22,3 38,2 71,3 6,2
Émissions dramatiques 153,5 136,9 157,1 14,8 25,3
Musique, danse et variétés (en langue française seulement) 15,3 20,4 21,3 4,4 3,4
Remises de prix (en langue anglaise seulement) 3,1 3,1 3,6 16,1 0,6
Total des dépenses en ÉIN 202,8 182,7 220,2 20,5 35,5
BCE Documentaires de longue durée 43,2 47,0 54,9 16,8 8,8
Émissions dramatiques 99,1 96,2 77,3 -19,6 12,4
Musique, danse et variétés (en langue française seulement) 0 0 0,7 0,0 0,1
Remises de prix (en langue anglaise seulement) 7,3 8,3 7,1 -14,5 1,1
Total des dépenses en ÉIN 149,7 151,5 140 -7,6 22,5
Shaw Documentaires de longue durée 34,5 27,3 23,4 -14,3 3,8
Émissions dramatiques 33,7 25,9 26,3 1,5 4,2
Musique, danse et variétés (en langue française seulement) 0 0 0 0,0 0,0
Remises de prix (en langue anglaise seulement) 0 0 0 0,0 0,0
Total des dépenses en ÉIN 68,3 53,3 49,7 -6,8 8,0
Corus Documentaires de longue durée 5,0 5,8 6,4 10,3 1,0
Émissions dramatiques 36,8 71,7 91,2 27,2 14,7
Musique, danse et variétés (en langue française seulement) 0 0 0 0,0 0,0
Remises de prix (en langue anglaise seulement) 0 0 0 0,0 0,0
Total des dépenses en 41,8 77,5 97,6 25,9 15,7
Rogers Documentaires de longue durée 4,6 2,8 4,1 46,4 0,7
Émissions dramatiques 5,8 7,2 9,5 31,9 1,5
Musique, danse et variétés (en langue française seulement) 0 0 0 0,0 0,0
Remises de prix (en langue anglaise seulement) 0 0 0 0,0 0,0
Total des dépenses en 10,4 10,0 13,6 36,0 2,2
Total Documentaires de longue durée 151,1 136 158,8 16,8 25,6
Émissions dramatiques 420 424 406,7 -4,1 65,5
Musique, danse et variétés (en langue française seulement) 49,3 49,3 44 -10,8 7,1
Remises de prix (en langue anglaise seulement) 10,6 11,7 11,3 -3,4 1,8
Total des dépenses en ÉIN 630 623,7 621,1 -0,4 100

Source : Divulgation publique des données regroupées des rapports annuels des grands groupes de propriété

Tableau 4.2.19 DÉC des secteurs de langue anglaise et de langue française des services de télévision traditionnelle de la SRC, par catégorie d’émission (milliers $)
Catégorie d’émission 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
Nouvelles (catégorie 1) 191 924 196 688 212 876 207 331 190 937 -7,9
Documentaires de longue durée (catégorie 2(b)) 39 242 36 042 30 867 22 337 28 471 27,5
Autres émissions d’information (catégories 2 à 5, excluant 2(b)) 59 292 67 446 63 744 62 792 50 651 -19,3
Sports (catégorie 6) 157 190 158 698 127 730 258 029 35 940 -86,1
Émissions dramatiques et comiques (catégorie 7) 141 049 158 420 153 529 136 895 158 544 15,8
Musique, danse et variétés (catégories 8 et 9) 12 912 26 120 27 635 27 278 29 347 7,6
Jeux-questionnaires (catégorie 10) 11 900 16 217 12 933 9 300 5 449 -41,4
Intérêt général/remises de prix/téléréalité (catégorie 11) 94 059 73 063 70 337 64 807 56 742 -12,4
Intérêt général s.o. s.o. 58 411 49 545 44 785 -9,6
Remises de prix s.o. s.o. 7 467 7 725 8 008 3,7
Téléréalité s.o. s.o. 4 460 7 537 3 949 -47,6
Autres (catégories 12 à 15) 2 203 941 1 139 1 011 1 102 9,0
Total (catégories 1 à 15) 709 769 733 635 700 793 789 782 557 183 -29,5

Source : Données recueillies par le CRTC

À noter que ces montants englobent les dépenses associées à la diffusion des émissions de télévision, à de la dépréciation dans le catalogue canadien, à la scénarisation et à la conceptualisation, aux pertes liées à des investissements dans des émissions canadiennes ainsi que les dépenses relatives aux avantages liés aux transferts de propriété (avantages tangibles) et aux engagements pris lors de l’attribution de licence. Le classement Intérêt général/remises de prix/téléréalité (catégorie 11) » n’est disponible qu’à partir de 2013.

Tableau 4.2.20 DÉC des services privés de télévision traditionnelle, par catégorie d’émission (milliers $)
Catégorie d’émission 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
Nouvelles (catégorie 1) 316 922 353 646 355 287 361 050 369 570 2,4
Documentaires de longue durée (catégorie 2(b)) s.o. 16 600 7 894 6 261 7 288 16,4
Autres émissions d’information (catégories 2 à 5, excluant 2(b)) 55 033 32 150 30 923 29 339 30 026 2,3
Sports (catégorie 6) 848 68 485 6 490 1 123 21 450 1 810,1
Émissions dramatiques et comiques (catégorie 7) 58 322 59 169 66 164 65 759 55 289 -15,9
Musique, danse et variétés (catégories 8 et 9) 33 006 30 241 24 476 22 317 17 097 -23,4
Jeux-questionnaires (catégorie 10) 22 033 17 546 19 394 19 042 17 258 -9,4
Intérêt général/remises de prix/téléréalité (catégorie 11) 75 577 83 842 92 345 113 897 134 422 18,0
Intérêt général s.o. s.o. 72 953 84 669 86 737 2,4
Remises de prix s.o. s.o. 4 071 3 695 2 671 -27,8
Téléréalité s.o. s.o. 15 321 25 533 45 014 76,3
Autres (catégories 12 à 15) 1 173 905 2 444 516 361 -30,0
Total (catégories 1 à 15) 562 914 661 759 605 415 619 305 652 762 5,4

Source : Données recueillies par le CRTC

À noter que ces montants englobent les dépenses associées à la diffusion des émissions de télévision, à de la dépréciation dans le catalogue canadien, à la scénarisation et à la conceptualisation, aux pertes liées à des investissements dans des émissions canadiennes ainsi que les dépenses relatives aux avantages liés aux transferts de propriété (avantages tangibles) et aux engagements pris lors de l’attribution de licence. Le classement Intérêt général/remises de prix/téléréalité (catégorie 11) » n’est disponible qu’à partir de 2013.

En 2015, les DÉC des services privés de télévision traditionnelle sont équivalentes à 37,2 % des revenus du secteur.

Graphique 4.2.19 Répartition des DÉC des services privés de télévision traditionnelle, par genre d’émission, 2015

Graphique circulaire de Graphique 4.2.19 : Répartition des DÉC des services privés de télévision traditionnelle, par genre d’émission, 2015
Description longue graphique

Ce graphique circulaire présente la ventilation en pourcentage des dépenses admissibles consacrées à des émissions canadiennes par les stations privées traditionnelles en 2015, réparties par genre : nouvelles (cat. 1) : 57 %; autres émissions d’information (cat. 2-5) : 5 % ; sports (cat. 6) : 3 % ; émissions dramatiques et comiques (cat. 7) : 9 % ; musique, danse et variétés (cat. 8 & 9) : 3 % ; jeux-questionnaires (cat. 10) : 2 % ; divertissement général / intérêt général / téléréalité (cat. 11) : 20 % ; et autres (cat. 12-15) : 0 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce graphique illustre la répartition, selon le genre d’émission, des DÉC faites par les services privés de télévision traditionnelle en 2015.

Plus de la moitié des sommes a été consacrée aux émissions de nouvelles. Des sommes importantes ont aussi été dépensées pour des émissions de divertissement général (dont les émissions d’intérêt général et les remises de prix) et des émissions dramatiques et comiques.

Tableau 4.2.21 Dépenses en émissions non canadiennes – Services privés de télévision traditionnelle, par catégorie d’émission (milliers $)
Catégorie d’émission 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
Nouvelles (catégorie 1) 90 57 4 631 594 703 18,4
Documentaires de longue durée (catégorie 2(b)) s.o. 298 454 603 218 -63,8
Autres émissions d’information (catégories 2 à 5, excluant 2(b)) 16 522 15 034 9 750 10 975 20 039 82,6
Sports (catégorie 6) 17 916 17 877 20 269 19 953 28 747 44,1
Émissions dramatiques et comiques (catégorie 7) 480 114 488 652 483 024 516 267 473 296 -8,3
Musique, danse et variétés (catégories 8 et 9) 31 878 47 333 57 128 28 736 10 499 -63,5
Jeux-questionnaires (catégorie 10) 11 460 5 278 5 625 8 360 8 287 -0,9
Intérêt général/remises de prix/téléréalité (catégorie 11) 169 059 151 234 151 044 131 529 114 346 -13,1
Intérêt général s.o. s.o. 90 375 72 813 66 417 -8,8
Remises de prix s.o. s.o. 14 173 16 152 14 493 -10,3
Téléréalité s.o. s.o. 46 496 42 564 33 436 -21,4
Autres (catégories 12 à 15) 1 994 51 52 2 2 0
Total (catégories 1 à 15) 729 033 725 813 731 978 717 018 656 137 -8,5

Source : Données recueillies par le CRTC

Pour 2012 à 2015, les chiffres correspondant à « Autres émissions d’information (catégories 2 à 5, excluant 2(b)) » ne comprennent pas les dépenses au titre des « Documentaires de longue durée (catégorie 2(b)) ». Le classement « Intérêt général/remises de prix/téléréalité (catégorie 11) » n’est disponible qu’à partir de 2013. En 2015, les dépenses en émissions non canadiennes des services privées de télévision traditionnelle sont équivalentes à 37,3 % des revenus du secteur.

De 2014 à 2015, la diminution de la programmation non canadienne était la plus importante dans la catégorie ‘’Dramatique’’ qui démontre au cours de l’année une diminution 43 million (-8,3 %).

Tableau 4.2.22 Dépenses en émissions non canadiennes par les services privés de télévision traditionnelle et la SRC, par catégorie d’émission et marché linguistique (milliers $)
Catégorie d’émission 2014 2015 Croissance (%)
Langue
anglaise
Langue
française
Langue
anglaise
Langue
française
Langue
anglaise
Langue
française
Nouvelles (catégorie 1) 591 - 703 - 19,0 -
Documentaires de longue durée
(catégorie 2(b))
725 44 798 241 10,1 447,7
Autres émissions d’information
(catégories 2 à 5, excluant 2(b))
10 974 13 20 039 222 82,6 1 607,7
Sports (catégorie 6) 19 953 - 28 742 - 44,0 -
Émissions dramatiques et comiques
(catégorie 7)
495 007 30 584 440 173 29 798 -11,1 -2,6
Musique, danse et variétés
(catégories 8 et 9)
28 700 36 10 624 - -63,0 -
Jeux-questionnaires
(catégorie 10)
8 360 - 8 275 - -1,0 -
Intérêt général/remises de
prix/téléréalité (catégorie 11)
121 678 1 785 111 429 1 484 -8,4 -14,7
Intérêt général 64 243 1 757 63 520 1 464 -1,1 -16,7
Remises de prix 16 152 - 14 493 - -10,3 -
Téléréalité 41 283 29 33 416 20 -19,1 -31,0
Autres (catégories 12 à 15) 2 38 2 165 0,0 334,2
Total (catégories 1 à 15) 685 989 32 520 620 786 31 909 -9,5 -1,9

Source : Données recueillies par le CRTC

Les revenus des stations de télévision traditionnelles privées de langue anglaise incluent ceux des stations traditionnelles à caractère ethnique car une part importante de leurs revenus provenait de la programmation de langue anglaise .

Tableau 4.2.23 DÉC et dépenses en émissions non canadiennes rapportées par les services spécialisés, par langue de diffusion et par catégorie d’émission (milliers $) [Partie 1 de 2]
Langue de
diffusion
Catégorie d’émission DÉC Dépenses en émissions non
canadiennes
2014 2015 Croissance (%) 2014 2015 Croissance (%)
Anglais Nombre de services ayant rapporté des dépenses 127 127 0,0 127 127 0,0
Nouvelles (catégorie 1) 152 516 157 626 3,4 829 768 -7,4
Documentaires de longue durée (catégorie 2(b)) 74 625 77 118 3,3 31 725 32 897 3,7
Autres émissions d’information
(catégories 2 à 5, excluant 2(b))
102 077 87 927 -13,9 5 368 6 045 12,6
Sports (catégorie 6) 452 314 498 286 10,2 88 377 103 738 17,4
Émissions dramatiques et comiques (catégorie 7) 134 423 89 447 -33,5 129 624 142 783 10,2
Musique, danse et variétés (catégories 8 et 9) 15 070 11 285 -25,1 1 414 637 -55,0
Jeux-questionnaires (catégorie 10) 10 705 9 009 -15,8 1 154 1 056 -8,5
Intérêt général/remises de
prix/téléréalité (catégorie 11)
109 227 89 435 -18,1 68 762 70 603 2,7
Intérêt général 45 617 31 189 -31,6 43 666 44 417 1,7
Remises de prix 6 291 6 592 4,8 174 811 366,1
Téléréalité 57 319 51 653 -9,9 24 921 25 375 1,8
Autres (catégories 12 à 15) 21 488 46 148 114,8 1 203 10 543 776,4
Total (catégories 1 à 15) 1 072 445 1 066 280 -0,6 328 457 369 071 12,4
Français Nombre de services ayant rapporté
des dépenses
30 29 -3,3 30 29 -3,3
Nouvelles (catégorie 1) 80 750 74 476 -7,8 0 0 s.o.
Documentaires de longue durée
(catégorie 2(b))
28 391 30 808 8,5 7 238 5 489 -24,2
Autres émissions d’information
(catégories 2 à 5, excluant 2(b))
44 822 49 547 10,5 2 858 1 718 -39,9
Sports (catégorie 6) 90 508 190 428 110,4 10 631 13 033 22,6
Émissions dramatiques et comiques
(catégorie 7)
25 764 31 726 23,1 18 725 21 601 15,4
Musique, danse et variétés (catégories 8 et 9) 11 276 7 613 -32,5 897 514 -42,7
Jeux-questionnaires (catégorie 10) 3 540 4 100 15,8 0 0 0
Intérêt général/remises de
prix/téléréalité (catégorie 11)
13 767 20 889 51,7 5 728 4 631 -19,2
Intérêt général 11 227 15 204 35,4 1 176 1 145 -2,6
Remises de prix 494 0 -100,0 10 654 6 440,0
Téléréalité 2 046 5 685 177,9 4 542 2 832 -37,6
Autres (catégories 12 à 15) 6 287 6 892 9,6 469 1 171 149,7
Total (catégories 1 à 15) 305 106 416 478 36,5 46 546 48 157 3,5

Source : Données recueillies par le CRTC 

Tableau 4.2.24 DÉC et dépenses en émissions non canadiennes rapportées par les services spécialisés, par langue de diffusion et par catégorie d’émission (milliers $) [Partie 2 de 2]
Langue de
services
Catégorie d’émission DÉC Dépenses en émissions non
canadiennes
2014 2015 Croissance (%) 2014 2015 Croissance (%)
Langue tierce Nombre de services ayant rapporté
des dépenses
40 39 -2,5 40 39 -2,5
Nouvelles (catégorie 1) 3 920 3 978 1,7 1 525 1 493 -2,1
Documentaires de longue durée
(catégorie 2(b))
1 518 2 138 40,8 0 74 s.o.
Autres émissions d’information
(catégories 2 à 5, excluant 2(b))
2 671 2 792 4,5 554 445 -19,7
Sports (catégorie 6) 1 249 749 -40,0 1 241 900 -27,5
Émissions dramatiques et comiques
(catégorie 7)
3 256 3 021 -7,2 6 089 6 838 12,3
Musique, danse et variétés (catégories 8 et 9) 6 559 5 244 -20,0 1 302 1 046 -19,7
Jeux-questionnaires (catégorie 10) 705 499 -29,2 2 602 930 -64,3
Intérêt général/remises de prix/téléréalité
(catégorie 11)
4 505 4 175 -7,3 2 057 4 265 107,3
Intérêt général 4 241 3 902 -8,0 2 057 4 265 107,3
Remises de prix 264 272 3,0 0 0 0,0
Téléréalité 0 0 0,0 0 0 0,0
Autres (catégories 12 à 15) 2 081 1 844 -11,4 1 048 1 003 -4,4
Total (catégories 1 à 15) 26 463 24 450 -7,6 16 418 16 994 3,5
Toutes les langues Nombre de services ayant rapporté des dépenses 197 195 -1,0 197 195 -1,0
Nouvelles (catégorie 1) 237 185 236 090 -0,5 2 355 2 261 -4,0
Documentaires de longue durée (catégorie 2(b)) 104 534 110 065 5,3 38 963 38 459 -1,3
Autres émissions d’information
(catégories 2 à 5, excluant 2(b))
149 570 140 277 -6,2 8 779 8 208 -6,5
Sports (catégorie 6) 544 071 689 462 26,7 100 248 117 672 17,4
Émissions dramatiques et comiques
(catégorie 7)
163 442 124 194 -24,0 154 438 171 222 10,9
Musique, danse et variétés
(catégories 8 et 9)
32 905 24 142 -26,6 3 613 2 197 -39,2
Jeux-questionnaires (catégorie 10) 14 951 13 607 -9,0 3 757 1 986 -47,1
Intérêt général/remises de
prix/téléréalité (catégorie 11)
127 499 114 499 -10,2 76 547 79 499 3,9
Intérêt général 61 085 50 297 -17,7 46 899 49 827 6,2
Remises de prix 7 050 6 864 -2,6 185 1 465 691,9
Téléréalité 59 364 57 338 -3,4 29 463 28 207 -4,3
Autres (catégories 12 à 15) 29 856 54 885 83,8 2 721 12 717 367,4
Total (catégories 1 à 15) 1 404 014 1 507 218 7,3 391 420 434 222 10,9

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce tableau (Parties 1 et 2) présente le total des DÉC et des dépenses en émissions non canadiennes faites par les services de langue anglaise, de langue française et de langue tierce, selon le genre d’émission. Il indique aussi les taux de croissance annuelle entre les deux années examinées et le nombre de services de chaque groupe linguistique qui ont rapporté des dépenses à cet égard.

Les chiffres relatifs aux services de langue anglaise comprennent les dépenses en émissions bilingues et celles faites au titre d’avantages tangibles et d’engagements pris lors de l’attribution de licence, mais ne tiennent pas compte des investissements complémentaires du FMC rapportés par les services payants et spécialisés.

Les DÉC ont augmenté de 103,2 millions de dollars (7,3 %) en 2015 pour atteindre 1,5 milliard de dollars. De ce montant, 254 millions de dollars ont été dépensés pour des émissions d'intérêt national (ÉIN), soit une baisse de 27,6 millions de dollars (-9,8 %) par rapport à 2014. Il convient également de noter le montant de 689,4 millions de dollars (45,7 % de l'ensemble des DÉC) dépensé en émissions de sport, qui s'est accru de 145,4 millions de dollars (26,7 %) au cours de la dernière année, notamment en raison de l'acquisition des droits de diffusion de la LNH par Roger et Groupe TVA.

Les dépenses en émissions non canadiennes (DÉ  NC) ont augmenté de 43 millions de dollars (10,9 %) en 2015. Les DÉNC axées sur le sport ont connu une croissance de 17,4 millions de dollars (17,4 %).

 

Tableau 4.2.25 DÉC rapportées par les services de TVC et de VSD (milliers $)
Mesure 2011 2012 2013 2014 2015 TCAC (%) 2011-2015
Total pour les services de TVC et de VSD 16 838 16 280 17 317 24 890 37 574 22,2
Nombre de services ayant rapporté des dépenses 30 26 23 24 24 -5,4

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce tableau indique les DÉC totales faites par les services de TVC et de VSD entre 2011 et 2015, ainsi que le nombre de services qui ont rapporté des dépenses à ce titre et le taux de croissance annuelle.

Les dépenses des services de TVC et de VSD selon le genre d’émission ne sont pas disponibles. Les montants ne tiennent pas compte des investissements complémentaires du FMC rapportés par les services de TVC et de VSD, mais comprennent celles faites au titre d’avantages liés à des transferts de propriété (avantages tangibles) et d’engagements pris lors de l’attribution de licence.

Tableau 4.2.26 Données statistiques rapportées par certains services de VSD autorisés>
Catégorie Type de titres 2014 2015
Nombre de titres
sur les serveurs
Titres canadiens (anglais) 29 893 36 185
Titres canadiens (français) 16 667 18 918
Titres canadiens (langue tierce) 42 30
Total – Titres canadiens 46 602 55 133
Pourcentage de tous les titres 28 % 28%
Titres non canadiens (anglais) 94 855 120 988
Titres non canadiens (français) 21 834 20 960
Titres non canadiens (langue tierce) 670 1 182
Total – Titres non canadiens 117 359 143 130
Pourcentage de tous les titres 72 % 72%
Total (tous les titres) 163 961 198 263
Nombre de longs
métrages sur les
serveurs
Titres canadiens (anglais) 4 934 3 989
Titres canadiens (français) 1 645 1 788
Total – Longs métrages (titres canadiens) 6 579 5 777
Pourcentage de tous les longs métrages 10 % 10%
Titres non canadiens (anglais) 46 108 42 959
Titres non canadiens (français) 13 623 11 254
Total – Longs métrages (titres non canadiens) 59 731 54 213
Pourcentage de tous les longs métrages 90 % 90 %
Total (tous les longs métrages) 66 310 59 990
Nombre de
commandes
(gratuites et
payantes)
Titres canadiens (gratuits) 84 440 016 107 052 469
Titres canadiens (payants) 9 282 531 1 481 056
Total – Commandes (titres canadiens) 93 722 547 108 533 525
Pourcentage de toutes les commandes 27 % 31%
Titres non canadiens (gratuits) 164 669 690 200 866 982
Titres non canadiens (payants) 86 545 739 37 188 170
Total – Commandes (titres non canadiens) 251 215 429 238 055 152
Pourcentage de toutes les commandes 73 % 69%
Total (commandes gratuites) – Canadiens et non canadiens 249 109 706 307 919 451
Total (commandes payantes) – Canadiens et non canadiens 95 828 270 38 669 226
Total (commandes) 344 937 976 346 588 677
Montant remis (millions $) 5,8 4,3

Source : Données recueillies par le CRTC

Les données de 2014 rendent compte des chiffres provenant de 11 services de VSD autorisés et celles de 2015, des chiffres provenant de 12 services de VSD autorisés. Les données relatives aux titres et aux longs métrages sont tirées des données disponibles sur les serveurs le 31 août de l’année précisément. Les commandes correspondent à celles de l’année de radiodiffusion complète se terminant le 31 août. Le montant versé aux détenteurs des droits des longs métrages canadiens est fondé sur l’année de radiodiffusion complète se terminant le 31 août.

vi) Avantages tangibles

Aucune transaction résultant en un changement de propriété ou de contrôle effectif déclenchant des avantages tangibles n’a été approuvée en 2015.

Tableau 4.2.27 Valeur des transactions et des avantages tangibles correspondants dans le secteur de la  télévision du 1er janvier 2011 au 31 décembre 2015
Langue Mesure 2011 2012 2013 2014 2015 Total
Services de langue anglaise Transactions 5 4 4 2 - 15
Valeur (M$) 2 254,0 106,0 944,4 174,3 - 3 478,7
Avantages (M$) 224,2 18,6 94,4 17,4 - 260,2
Services de langue française Transactions - - 3 1 - 4
Valeur (M$) - - 1 512,8 22,9 - 1 535,7
Avantages (M$) - - 151,3 2,3 - 153,6

vii) Programmation de grande qualité

La Loi sur la radiodiffusion prévoit que la programmation offerte par les entreprises de radiodiffusion devrait être de haute qualité. En plus du CRTC deux organismes traite nt les plaintes en matière de programmation reliées aux radiodiffuseurs publics et communautaires, ainsi qu’aux entités qui ne sont pas membres du CCNR. Le CRTC  s’occupe aussi des enjeux dépassant le cadre des codes administrés par le CCNR.

Le CCNR administre des codes de conduite spécifiques en matière de diffusion et fournit un moyen de recours pour les membres du public en ce qui a trait à l’application des normes énoncées dans les codes suivants :

Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) est un organisme indépendant créé par l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR) afin d’administrer les normes établies par les radiodiffuseurs privés du Canada. Les membres du CCNR comprennent plus de 790 stations de radio et de télévision du secteur privé, des services spécialisés, des services payants et des réseaux de partout au Canada, de la programmation de langues française, anglaise et tierces.

Plus de renseignements au sujet du CCNR sont disponibles sur le site Web www.ccnr.ca.

Les Normes canadiennes de la publicité (NCP) sont l’organisme national d’autoréglementation à but non lucratif en matière de publicité. Le Code canadien des normes de la publicité est mis à jour régulièrement afin de veiller à ce qu’il demeure actuel et contemporain tout en suivant le rythme des consommateurs et des attentes sociétales.

L’organisme répond aux plaintes de consommateurs et de groupes de défense d’intérêts spéciaux à l’égard de la publicité pour tous les médias assujettis au Code canadien des normes de la publicité, l’instrument principal d’autoréglementation en publicité. De plus, les NCP entreprennent des fonctions de préapprobation dans cinq catégories d’industries, en se basant sur les lois, règlements, codes de l’industrie ou lignes directrices applicables.

Pour plus d’information sur les NCP, veuillez consulter le site Web  www.adstandards.com/fr/.

Tableau 4.2.28 Nombre de communications relatives à la télévision reçues par le CRTC, par sujet
Année Politique
et
décisions
du CRTC
Facturation Qualité du
service
/prestation
Modalités Questions
touchant
l’accessibilité
Programmation Intensité
sonore
Autre
2014-2015 1 182 0 132 4 132 2 437 595 337
2015-2016 1 356 105 390 19 271 1 357 592 54

  Source : Système de suivi de la correspondance du CRTC

Le tableau ci-dessous résume les communications reçues par le CRTC, lesquelles incluent des questions, des commentaires, des plaintes et autres types de communication, réparties par sujet.

En 2015-2016, le CRT a reçu 4 144 communications, une diminution de 14 % par rapport aux 4 819 communications de l‘année précédente.

Tableau 4.2.29 Plaintes relatives à la programmation de la télévision reçues par le CRTC et référées au CCNR, par secteur et sujet
Secteur de
marché
Type de
plainte 
2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2015-2016
Plaintes
reçues
Référées au CCNR Plaintes
reçues
Référées
au CCNR

Plaintes
reçues
Référées au
CCNR
Plaintes reçues Référées au
CCNR
Plaintes reçues Référées au
CCNR
Télévision
traditionnelle
Propos haineux 30 2 30 6 15 5 24 6 19 3
Contenu pour adultes 56 11 71 12 73 13 77 13 53 10
Publicité en faveur des
boissons alcoolisées
8 - 18 3 9 2 14 1 13 -
Stéréotypes sexuels 9 - 5 1 6 - 3 - 1 -
Insultes ou injures 217 43 233 62 164 63 171 25 113 23
Langage vulgaire 29 3 32 8 45 7 67 15 46 7
Violence à la télévision 76 14 54 8 61 11 68 9 37 4
Services
spécialisés
Propos haineux 1 - 5 2 2 - 10 6 14 4
Contenu pour adultes 23 12 16 9 19 10 19 7 15 3
Publicité en faveur des
boissons alcoolisées
- - 2 1 3 1 - - 2 -
Stéréotypes sexuels 1 - 1 1 - - 2 1 - -
Insultes ou injures 161 87 44 23 46 25 51 24 14 4
Langage vulgaire 7 5 11 7 15 8 8 4 10 6
Violence à la télévision 18 10 13 3 12 6 19 6 7 2
Services
payants et de
TVC
Propos haineux - - - - - - - - - -
Contenu pour adultes 3 - 2 1 1 - 6 1 2 1
Publicité en faveur
des boissons alcoolisées
- - - - - - - - - -
Stéréotypes sexuels - - - - - - - - - -
Insultes ou injures - - - - - - 1 1 - -
Langage vulgaire - - - - - - 1 - - -
Violence à la télévision - - - - 1 - 1 - - -
Total Total 639 187 537 147 472 151 542 119 346 67

Source : Système de suivi de la correspondance du CRTC

Le CRTC et le CCNR reçoivent et traitent une gamme de plaintes concernant les services de télévision traditionnelle et facultatifs. Ce tableau indique le nombre de plaintes reçues par le CRTC — et le nombre de celles qu’il a référées au CCNR — sur diverses questions des années financières 2011–2012 à 2015–2016 (1er avril au 31 mars). Entre avril 2015 et mars 2016, environ 19 % de toutes les plaintes reçues par le CRTC concernant la télévision ont été référées au CCNR.

Le système de suivi de la correspondance du CRTC enregistre toutes les communications comme si elles étaient distinctes, y compris les multiples communications provenant d’un même client et concernant la même plainte. Le véritable nombre de plaintes reçues devrait donc être un peu moins élevé. « Propos haineux » : la plainte allègue qu’on incitait à l’antenne à la haine ou au mépris à l’endroit d’un des groupes identifiés dans le Règlement de 1987 sur la télédiffusion ou le Règlement de 1990 sur les services spécialisés. « Insultes ou injures » : la plainte allègue que l’on faisait de l’humour injurieux ou d’autres commentaires ne cadrant pas dans la définition des « propos haineux ». « Langage vulgaire » : la plainte allègue que l’on diffusait de la musique ou des créations orales aux paroles offensantes.

Tableau 4.2.30 Plaintes relatives à la télévision traitées par le CCNR, par langue de diffusion et origine de programmation (2014-2015)
Catégorie Sous-catégorie Télé traditionnelle et spécialisée Télé payante Total
Langue de diffusion Langue anglaise 508 7 515
Langue française 104 4 108
Langue tierce 7 0 7
Autre 1 0 1
Total 620 11 631
Origine de programmation Canadienne 477 4 481
Étrangère 110 2 112
Autre 33 5 38
Total 620 11 631

Source : Rapports annuels du CCNR

La catégorie « Autre » dans les sections sur la langue de programmation et la source de programmation se rapporte aux plaintes qui ne comportaient pas suffisamment d’informations pour permettre au CCNR de déterminer la langue de programmation, pas plus que l’origine nationale de la programmation.

Tableau 4.2.31 Plaintes relatives aux annonces à la télévision et numériques traitées par les NCP
Catégorie 2011 2012 2013 2014 2015
Total des plaintes 1 809 1 310 1 310 1 274 1 774
Plaintes portant sur des annonces à la télévision 686 559 528 500 671
% du total des plaintes reçues 38 % 43 % 40 % 39 % 38 %
Plaintes sur des annonces numériques s.o. 280 240 289 348
%  du total des plaintes reçues s.o. 21 % 18 % 23 % 20 %

Source : Rapports de plaintes sur la publicité, NCP

viii) Groupes de propriété

Les tableaux suivants donnent un aperçu des différents groupes de propriété en radiodiffusion qui ont un contrôle sur divers types de services facultatifs en 2015. L’aperçu traite des types de service qu’ils offrent, dans quelle langue et précise leur nombre d’abonnés, les revenus, les BAII et les marges de BAII.

À noter :

Liste des abréviations utilisées dans les tableaux qui suivent :

Tableau 4.2.32 BCE – Participation importante dans des services facultatifs, 2015
Langue Service Type de
service
Nombre
d’abonnés
(000)
Revenus
($)
(000)
BAII
($)
(000)
Marge
de BAII
(%)
Anglais Animal Planet Sp. B 2 384 9 880 4 230 42,8
Bell TV On Demand (auparavant General Interest) VSD s.o. 5 946 1 287 21,6
Bell TV On Demand and Vu! (auparavant Bell) TVC** s.o. 34 069 4 938 14,5
Bell TV On Demand (auparavant Vu! On Demand) VSD s.o. 15 258 -5 792 -38,0
Book Television Sp. A 524 3 948 2 584 65,5
Bravo! Sp. A 6 361 51 363 26 354 51,3
Business News Network Sp. A 5 997 29 685 11 155 37,6
CablePulse 24 Sp. A 3 536 30 543 6 635 21,7
Comedy Gold Sp. B 776 4 477 2 936 65,6
CTV News Channel Sp. C 7 942 26 570 10 150 38,2
Discovery Channel Sp. A 7 202 97 372 23 402 24,0
Discovery Science Sp. B 1 648 5 857 1 509 25,8
Discovery Velocity (auparavant Discovery World) Sp. B 1 142 24 109 13 032 54,1
E! Sp. A 7 069 29 596 9 282 31,4
ESPN Classic Canada Sp. B 557 2 131 346 16,2
Fashion Television Channel Sp. A 681 4 423 2 673 60,4
Investigation Discovery Sp. B 1 426 11 066 6 838 61,8
Juicebox Sp. B 114 310 240 77,4
M3 Sp. A 5 831 19 228 2 859 14,9
MTV Canada Sp. A 5 800 18 704 -660 -3,5
MTV2 Canada Sp. A 1 029 5 531 2 611 47,2
MuchLoud Sp. B 111 260 163 62,7
Much (auparavant MuchMusic) Sp. A 9 049 34 907 4 034 11,6
MuchRetro (auparavant MuchMoreRetro) Sp. B 247 635 466 73,4
MuchVibe Sp. B 126 320 204 63,8
Northwestel VOD VSD s.o. 867 -353 -40,7
Space Sp. A 6 097 54 940 28 472 51,8
The Comedy Network Sp. A 5 418 56 594 30 010 53,0
The Movie Network Pay A 1 133 120 564 4 105 3,4
The Movie Network Encore Pay A 1 225 20 374 11 742 57,6
The Sports Network (TSN) Sp. C 8 798 442 840 116 227 26,2
Viewer’s Choice Canada TVC** 0 332 46 13,9
Français Câblevision du Nord de Québec inc. VSD s.o. 412 -3 -0,7
Canal D Sp. A 2 489 41 666 18 611 44,7
Canal D Investigation Sp. B 534 4 420 -641 -14,5
Canal Vie Sp. A 2 232 45 664 16 510 36,2
CINÉPOP Pay B 1 241 11 340 6 264 55,2
Le Réseau des Sports (RDS) Sp. C 3 149 162 477 19 298 11,9
RDS Info Sp. A 1 117 6 856 -4 831 -70,5
Super Écran Pay A 617 61 402 15 332 25,0
VRAK.TV Sp. A 2 108 26 127 6 206 23,8
Ztélé Sp. A 1 880 25 560 7 162 28,0

Sources : Registres de propriété du CRTC et données recueillies par le CRTC

Viewer’s Choice Canada a cessé ses activités le 30 septembre 2014.

Tableau 4.2.33 SRC – Participation importante dans des services facultatifs, 2015
Langue Service Type de
service
Nombre
d’abonnés
(000)
Revenus
($)
(000)
BAII
($)
(000)
Marge
de BAII
(%)
Anglais CBC News Network Sp. C 11 173 87 952 7 839 8,9
Documentary Sp. A 2 647 6 645 1 012 15,2
Français ARTV Sp. A 1 792 13 601 -1 064 -7,8
EXPLORA Sp. B s.o. 5 020 s.o. s.o.
RDI Sp. C 10 854 54 270 1 392 2,6

Sources : Registres de propriété du CRTC et données recueillies par le CRTC

Tableau 4.2.34 Cogeco – Participation importante dans des services facultatifs, 2015
Service Type de
service
Nombre
d’abonnés
(000)
Revenus
($)
(000)
BAII
($)
(000)
Marge
de BAII
(%)
Cogeco On Demand/Cogeco Sur Demande VSD s.o. 15 074 2 779 18,4

Sources : Registres de propriété du CRTC et données recueillies par le CRTC

Tableau 4.2.35 Corus – Participation importante dans des services facultatifs, 2015
Langue Service Type
de
service
Nombre
d’abonnés
(000)
Revenus
($)
(000)
BAII
($)
(000)
Marge
de
BAII 
(%)
Anglais ABC Spark Sp. B s.o. 11 758 s.o. s.o.
Cartoon Network Sp. B s.o. 3 438 s.o. s.o.
CMT Canada Sp. A 9 949 19 896 3 458 17,4
Cosmopolitan TV Sp. B s.o. 8 606 s.o. s.o.
Encore Avenue Pay A 1 997 18 389 10 885 59,2
EuroWorld SPORT Sp. B s.o. 21 s.o. s.o.
Movie Central Pay A 886 81 734 -6 821 -8,3
Nickelodeon Sp. B s.o. 5 818 s.o. s.o.
OWN Sp. A 6 067 28 601 4 087 14,3
Sundance Channel Sp. B s.o. 4 709 s.o. s.o.
TELETOON Network (auparavant TELETOON Retro) Sp. B s.o. 6 662 s.o. s.o.
TELETOON/TÉLÉTOON Sp. A 8 340 69 453 20 949 30,2
TreeHouse TV Sp. A 8 169 13 841 1 681 12,1
W Movies Sp. B s.o. 7 012 s.o. s.o.
W Network Sp. A 7 692 79 862 36 211 45,3
YTV Sp. A 11 118 73 411 30 788 41,9
Français Historia Sp. A 1 435 20 351 12 706 62,4
Séries+ Sp. A 1 435 29 838 17 958 60,2
La chaine Disney (auparavant TÉLÉTOON Rétro) Sp. B s.o. 1 621 s.o. s.o.
Langues-tierces Mediaset Italia Sp. B s.o. 1 778 s.o. s.o.
Sky TG24 Canada Sp. B s.o. 233 s.o. s.o.
Telebimbi Sp. B s.o. 1 s.o. s.o.
Telelatino Sp. A 4 158 14 799 5 967 40,3
Teleniños Sp. B s.o. 32 s.o. s.o.
Univision Canada Sp. B s.o. 1 424 s.o. s.o.

Sources : Registres de propriété du CRTC et données recueillies par le CRTC

Movie Central et Encore Avenue ont cessé leurs activités le 1er mars 2016.

Tableau 4.2.36 Québecor – Participation importante dans des services facultatifs, 2015
Langue Service Type de
service
Nombre
d’abonnés
(000)
Revenus
($)
(000)
BAII
($)
(000)
Marge
de BAII
(%)
Français addikTV Sp. A 1 358 12 132 1 877 15,5
ARGENT Sp. A 502 2 170 -475 -21,9
Canal Indigo TVC** 1 524 7 338 2 550 35,0
Casa Sp. B 1 163 9 729 985 10,1
Illico sur demande VSD s.o. 50 012 -5 483 -11,0
Le Canal Nouvelles (LCN) Sp. C 2 562 29 404 6 456 22,0
Moi&cie Sp. B 853 5 840 -1 192 -20,4
Prise 2 Sp. B 1 134 9 053 2 537 28,0
TVA Sports Sp. C 1 996 81 786 -38 934 -47,6
YOOPA Sp. B 667 4 035 -97 -2,4
Anglais Sun News Network Sp. C - 5 845 -5 401 -92,4

Sources : Registres de propriété du CRTC et données recueillies par le CRTC

Sun News Network a cessé ses activités le 13 février 2015.

Tableau 4.2.37 Rogers – Participation importante dans des services facultatifs, 2015
Langue anglaise Type de
service
Nombre
d’abonnés
(000)
Revenus
($)
(000)
BAII
($)
(000)
Marge de
BAII (%)
FX Canada Sp. B 4 671 14 363 1 584 11,0
FXX Sp. B 1 641 4 525 -1 733 -38,3
G4 Sp. A 1 458 4 527 1 966 43,4
OLN Sp. A 4 960 20 059 8 179 40,8
Rogers on Demand VSD s.o. 47 289 1 068 2,3
Sportsnet Sp. C 7 972 360 368 53 757 14,9
Sportsnet 360 Sp. A 5 694 35 101 -4 948 -14,1
Sportsnet One Sp. C 6 731 86 907 35 954 41,4
Sportsnet PPV TVC** 1 708 19 896 -17 589 -88,4
Sportsnet World Sp. B 82 11 167 335 3,0
The Biography Channel Sp. A 1 632 6 360 237 3,7

Sources : Registres de propriété du CRTC et données recueillies par le CRTC

Tableau 4.2.38 Shaw – Participation importante dans des services facultatifs, 2015
Service (Langue anglaise) Type de
service
Nombre
d’abonnés
(000)
Revenus
($)
(000)
BAII
($)
(000)
Marge de
BAII (%)
Action Sp. B 4 333 20 535 12 555 61,1
BBC Canada Sp. B 2 657 10 641 6 075 57,1
BC News 1 Sp. B 882 1 518 -4 781 -315,0
Crime + Investigation (auparavant Mystery) Sp. A 3 193 19 159 10 833 56,5
D.I.Y. Network Sp. B 3 249 11 496 7 242 63,0
DejaView Sp. B 1 506 7 992 4 606 57,6
DTOUR Sp. A 4 997 25 740 15 312 59,5
Food Network Canada Sp. A 6 033 67 131 29 923 44,6
FYI (auparavant Twist TV) Sp. A 2 063 8 176 3 300 40,4
H2 Sp. A 2 816 9 358 4 196 44,8
HGTV Canada Sp. A 7 128 72 121 30 753 42,6
History Television Sp. A 6 950 75 912 49 324 65,0
Independent Film Channel Canada Sp. A 1 302 9 449 3 938 41,7
Lifetime Sp. B 3 777 20 874 7 208 34,5
MovieTime Sp. B 4 247 16 004 10 193 63,7
NatGeo Wild Sp. B 2 748 5 824 -14 -0,2
National Geographic Channel Canada Sp. B 5 053 26 942 17 340 64,4
Shaw on Demand VSD s.o. 62 056 161 0,3
Shaw Pay-Per-View (auparavant Allarcom) TVC** s.o. 14 247 -2 896 -20,3
Shaw Pay-Per-View (auparavant Home Theatre) TVC** s.o. 6,294 383 6.1
Showcase Sp. A 6 490 72 927 40 715 55,8
Slice Sp. A 4 977 38 885 14 252 36,7

Sources : Registres de propriété du CRTC et données recueillies par le CRTC

4.3 Secteur de la distribution de radiodiffusion

Infographique résumant la section 4.3 – Secteur de la distribution de radiodiffusion
Infographique résumant la section 4.3 – Secteur de la distribution de radiodiffusion
Description longue graphique

Cet infographique présente plusieurs indicateurs principaux du secteur des services de distribution de radiodiffusion et comporte cinq sections. Premier indicateur : ce graphique circulaire illustre les revenus des services de distribution de radiodiffusion en pourcentage de l’ensemble des revenus des services de radiodiffusion en 2015. Les revenus des services de distribution de radiodiffusion représentaient 50 % de l’ensemble des revenus des services de radiodiffusion. L’ensemble des revenus des services de radiodiffusion s’élevait à 17,9 milliards de dollars. Deuxième indicateur : revenus : 8,9 milliards de dollars, une baisse de 0,1 % par rapport à 2014. Troisième indicateur : nombre d’abonnés : 11,2 millions, une baisse de 1,4 % par rapport à 2014. Quatrième indicateur : paiements d’affiliation : 88 % à des services canadiens. Cinquième indicateur : part des abonnés à un service de télévision par protocole Internet : 19 %, en hausse de 16 % par rapport à 2014.

Les entreprises de distribution de radiodiffusion (EDR) fournissent aux Canadiens un service de télévision par abonnement. Les EDR redistribuent surtout la programmation des stations de télévision en direct traditionnelles ainsi que des services de télévision facultatifs et sur demande. La présente section porte sur trois types d’EDR : les entreprises de câblodistribution, les fournisseurs de service de télévision par protocole Internet (IPTV) et les fournisseurs de services par satellite de radiodiffusion directe (SRD).

En 2015, les EDR ont rapporté 8,9 milliards de dollars en revenus, une baisse de 0,1 % par rapport à 2014. Ensemble, les cinq plus grandes EDR accaparent 87 % des revenus de la distribution de programmation.    

Les entreprises de câblodistribution et les distributeurs par SRD dominent le marché canadien de la distribution de radiodiffusion. Alors que le câble est en baisse, il demeure le principal type d’EDR avec plus de 60 % des parts de marché des abonnés. Cependant, les fournisseurs de services d’IPTV ont récemment étendu leurs réseaux de distribution et augmenté leur bassin de clientèle. En 2015, les fournisseurs de services d’IPTV ont affiché, pour la première fois, le nombre d’abonnés dépassant les 2 millions.

Plus de 78 % des ménages canadiens sont toujours abonnés à des EDR. Les Canadiens des centres urbains peuvent choisir entre trois et quatre fournisseurs ou types de service, alors que dans le Nord et les collectivités rurales, le choix est limité à moins de trois fournisseurs.

Les Canadiens annulent de plus en plus leurs abonnements à des services de télévision. De 2013 à 2014, le nombre d'abonnés des services d'EDR a reculé de 112 759 abonnés (0,98 %); de 2014 à 2015, il a reculé de 157 922 abonnés (1,38 %). Les services de vidéo en ligne fournissent aux Canadiens un choix accru d’émissions à consommer où quand et comment ils le veulent. Ces services comprennent des services payants et gratuits indépendants non affiliés comme Netflix et Youtube.

i)   Revenus

En 2015, les revenus des entreprises de câblodistribution, de distribution par protocole Internet et de distribution par satellite se sont établis à 8,918 millions de dollars, soit une baisse de revenus marginale de 0,1 % par rapport à 2014 et le premier recul au cours des cinq dernières années.Ces entreprises ont vu leurs revenus croître de 1,3 % par année depuis 2011.

Les revenus des entreprises de distribution par protocole Internet ont continué à grimper et totalisaient 1 557 millions de dollars en 2015. Il s'agit d'une hausse de 273 millions de dollars (21,3 %) depuis 2014 et de 1 235 millions de dollars depuis 2011. Par contre, les revenus des entreprises de distribution par satellite sont en baisse depuis 2011 et ont enregistré les plus importantes pertes au cours des deux dernières années. Ces entreprises ont généré des revenus de 2 289 millions de dollars en 2015, soit une baisse de 5,2 % par rapport à 2014.

Tableau 4.3.1 Revenus (millions $) des entreprises de distribution de radiodiffusion − Services de base et facultatifs
Type de service 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance
(%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Câble 5 605 5 483 5 397 5 232 5 072 -3,1 -2,5
IPTV 322 585 925 1,284 1 557 21,3 48,3
SRD et SDM 2 532 2 492 2 472 2 414 2 289 -5,2 -2,5
Total des revenus 8 459 8 561 8 794 8 930 8 918 -0,1 1,3

Source: Données recueillies par le CRTC

Ce tableau indique les revenus annuels des services par câble ainsi que des services d’IPTV et de SRD récoltés par les EDR de 2011 à 2015 ainsi que le taux de croissance annuel et le taux de croissance annuel composé (TCAC) pour toutes ces années. Les données portent sur une période de 12 mois se terminant le 31 août de chaque année. L’IPTV a eu une croissance remarquable des revenus comparativement aux autres services de distribution.

Tableau 4.3.2 Pourcentage des revenus des entreprises de distribution de radiodiffusion (%) – Services de base et facultatifs
Type de service 2011 2012 2013 2014 2015
Câble 66,3 64,0 61,4 58,6 56,9
IPTV 3,8 6,8 10,5 14,4 17,5
SRD et SDM 29,9 29,1 28,1 27,0 25,7

Source : Données recueillies par le CRTC

Services de base et services facultatifs : 

Service de base est distribué dans une zone autorisée par une entreprise de distribution de radiodiffusion sous la forme d’un forfait de services de programmation dont la distribution est exigée par le Conseil. Un service facultatif est distribué dans une zone autorisée par une entreprise de distribution de radiodiffusion de services de programmation dont la distribution n’est pas exigée par le Conseil.

Système de distribution multipoint (SDM) : 

depuis le 1er septembre 2011, le Conseil n’attribue plus de licence de radiodiffusion de SDM. Dans le cadre de la vente aux enchères du spectre de la bande de fréquence de 2596 à 2686 MHz qui était utilisée par les titulaires de licence de SDM, Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) a converti plusieurs certificats de radiodiffusion émis à des entreprises de SDM en licences pour services radio à large bande (SRLB). Depuis le 1er septembre 2013, il n’y a plus d’entreprise de SDM en activité.

ii) Données relatives aux abonnés

Les entreprises de câblodistribution, de distribution par protocole Internet et de distribution par satellite comptaient 11,2 millions d’abonnés en 2015, soit une baisse de 1,4 % (157 922 abonnés) par rapport à 2014. Depuis son amorce en 2013, cette tendance à la baisse ne cesse de s’accélérer. Il convient de noter que le nombre d'abonnements aux services de distribution par protocole Internet a enregistré un taux de croissance à deux chiffres en 2015, ce qui n'a malheureusement pas suffi pour compenser les reculs enregistrés par les services de câblodistribution et de distribution par satellite.

Depuis 2011, la part des entreprises de distribution par protocole Internet a augmenté dans le marché des abonnés pour passer de 5,8 % à 19,2 % et comptait 2,2 millions d'abonnés en 2015. À l'inverse, la part des entreprises de distribution par satellite a baissé dans le marché des abonnés pour atteindre 21,1 % (2,4 millions d'abonnés), mais représente néanmoins 25,7 % de l'ensemble des revenus des entreprises de câblodistribution, de distribution par protocole Internet et de distribution par satellite.

Tableau 4.3.3 Nombre (en milliers) d’abonnés aux entreprises de distribution de radiodiffusion  – Services de base et facultatifs
Type de service 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Câble 7 862 7 701 7 445 7 062 6 707 -5,0 -3,9
IPTV 657 1 003 1 382 1 784 2 165 21,4 34,7
SRD et SDM 2 877 2 826 2 691 2 559 2 375 -7,2 -4,7
Total des abonnés 11 397 11 529 11 517 11 405 11 247 -1,4 -0,3

Source : Données recueillies par le CRTC

Tableau 4.3.4 Pourcentage du nombre d’abonnés aux entreprises de distribution de radiodiffusion  – Services de base et facultatifs
Type de service 2011 2012 2013 2014 2015
Câble 69,0 66,8 64,6 61,9 59,6
IPTV 5,8 8,7 12,0 15,6 19,2
SRD et SDM 25,2 24,5 23,4 22,4 21,1

Source : Données recueillies par le CRTC

Les tableaux 4.3.3 et 4.3.4 indiquent le nombre d'abonnés à des EDR pour des services de câble, d’IPTV  et de SRD de 2011 à 2015, ainsi que le taux de croissance annuel et le taux de croissance annuel composé (TCAC) pour les années combinées. Le nombre d'abonnés est en date du 31 août de chaque année.

Tableau 4.3.5  Nombre d’abonnés aux plus grandes EDR canadiennes (milliers)
Plus grandes EDR
canadiennes
2012 2013 2014 2015 2016 Croissance (%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
BCE 2 112 2 170 2 307 2 658 2 749 3,4 6,8
Shaw 3 168 3 044 2 883 2 760 2 513 -8,9 -5,6
Rogers 2 276 2 189 2 107 1 983 1 870 -5,7 -4,8
Vidéotron 1 854 1 849 1 811 1 771 1 722 -2,8 -1,8
Telus 550 712 842 937 1 016 8,4 16,6
Cogeco 873 853 816 780 755 -3,2 -3,6
Total 10 833 10 817 10 766 10 889 10 625 -2,4 -0,5
% de tous les abonnées 94,5 93,9 93,9 96,1 - - -

Source : Rapports trimestriels des sociétés

Les données de ce tableau indiquent le nombre d’abonnés à chacune des cinq plus grandes EDR canadiennes (en termes de revenus) dans leurs propres secteurs de marché.

Les données datent du 31 mars de chaque année, sauf pour Shaw et Cogeco dont les données sont colligées au 28 février. Les données incluent la distribution de services par câble, par IPTV et par SRD. Les données relatives à Shaw incluent Shaw Direct et celles de BCE incluent les activités de distribution de radiodiffusion de Bell Canada et de Norouestel (les données de Norouestel sont incluses depuis 2011). En raison de l’acquisition de Bell Aliant par BCE, les données relatives à BCE pour 2015 incluent les activités de distribution de radiodiffusion de Bell Aliant.

Tableau 4.3.6 Pourcentage des ménages abonnés aux EDR
Année Taux d’abonnement des ménages (%)
2011 82,6
2012 82,8
2013 82,0
2014 80,3
2015 78,5

Source : Données recueillies par le CRTC

Le taux d’abonnement est calculé en divisant le nombre d’abonnements aux EDR à la fin d’une période de 12 mois par le nombre total de ménages au Canada.

iii) Rendement financier

La marge de BAIIDA est une mesure métrique utilisée pour mesurer le rendement financier. Elle représente les bénéfices avant les intérêts, les impôts, la dépréciation et l'amortissement (BAIIDA) et est exprimée en pourcentage des revenus totaux.

En 2015, les entreprises de câblodistribution, de distribution par protocole Internet et de distribution par satellite ont déclaré leur marge de BAIIDA la plus faible en cinq ans, mais elle demeure satisfaisante à 19,0 %. La marge de BAIIDA des entreprises de câblodistribution, de distribution par protocole Internet et de distribution par satellite a connu une diminution relativement constante, passant de 22,5 % en 2011 à 16,1 % en 2015, et les dépenses de ces dernières ont augmenté presque deux fois plus rapidement que leurs revenus (avec des taux d'augmentation annuelle moyens de 4,9 % et de 2,8 % respectivement). Les entreprises de distribution par satellite ont obtenu de meilleurs résultats, puisque leur marge de BAIIDA a généralement augmenté au cours de la période, passant de 24,4 % en 2011 à  un sommet de 33,4 % en 2013, pour redescendre à 27,7 % en 2015.

Graphique 4.3.1 Marges de BAIIDA générées par les EDR − Services de programmation de base et facultatifs

Graphique courbé de Graphique 4.3.1: Marges de BAIIDA générées par les EDR − Services de programmation de base et facultatifs
Description longue graphique

Ce graphique courbé compare l’évolution des marges de BAIIDA dégagées par les activités liées aux services de programmation de base et facultatifs des fournisseurs de câble et d’IPTV, de SRD et de SDM de 2011 à 2015. BAIIDA des fournisseurs de câble : 22,5 %, 20,3 %, 19,9 %, 15,8 % et 16,1 % ; BAIIDA des fournisseurs de SRD et de SDM : 24,4 %, 30,1 %, 33,4 %, 32,0 % et 27,7 % ; BAIIDA pour l’ensemble des fournisseurs de câble, d’IPTV, de SRD et de SDM : 23,1 %, 23,1 %, 23,7 % 20,2 % et 19,0 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce graphique compare les marges de BAIIDA de 2011 à 2015 des fournisseurs de services de câble et d’IPTV avec celles des fournisseurs de services par SRD et SDM. Les marges des services de câble et d’IPTV ont baissé au cours de la période étudiée alors que celles des services par SRD et SDM ont augmenté. Les données portent sur une période de 12 mois se terminant le 31 août de chaque année.

iv)  Indicateurs de rendement 

Tableau 4.3.7 Revenus mensuels par abonné, par type d’EDR
Type d’EDR 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Câble 59,36 58,72 59,39 60,11 61,40 2,1 0,8
IPTV 49,88 58,78 64,65 67,61 65,72 -2,8 7,1
SRD et SDM 73,53 72,84 74,69 76,63 77,30 0,9 1,3
Toute les EDR ayant fait un rapport 62,51 62,24 63,60 64,93 65,62 1,1 1,2

Source : Données recueillies par le CRTC

Revenus mensuels par abonné :

Les revenus mensuels par abonné sont calculés en divisant les revenus annuels d’une EDR provenant des services de base et facultatifs, par le nombre moyen d’abonnés dans l’année. Le résultat est divisé par 12 pour obtenir le montant mensuel. Le nombre moyen d’abonnés est obtenu en divisant par deux le total des abonnés au début et à la fin de l’année.

v) Prix

Chaque année, le Conseil fait une enquête sur le prix du service de télévision de base dans divers centres urbains et diverses collectivités rurales. L’annexe 9 présente les collectivités choisies pour 2015. En 2015, les résultats de l’enquête, qui portent sur 24 grands centres urbains et un nombre précis de collectivités rurales, montrent que le prix du service de télévision de base et le nombre de chaînes comprises dans celui-ci, varient beaucoup d’un fournisseur à l’autre et selon le lieu, tant dans les centres urbains que dans les collectivités rurales.

Dans sa politique réglementaire 2015-96, établie à la suite de l'instance Parlons Télé, le Conseil a imposé aux distributeurs d'offrir un service d'entrée de gamme de 25 dollars à partir du 1er mars 2016. Les données figurant dans la présente section présentent les renseignements de l'année 2015, ainsi l'incidence de cette exigence sera illustrée dans le rapport de l'année prochaine.

Centres urbains

Le graphique 4.3.2 indique le prix du service de base de 2015 des EDR pour les Canadiens habitant 24 grands centres urbains. Généralement, ces Canadiens avaient le choix entre trois types de fournisseurs : câble, IPTV et SRD. Le prix mensuel du service de télévision de base varie de 30 $ à 37 $ pour les moins chers et de 38 $ à 58 $ pour les plus chers.

Graphique 4.3.2 Prix du service de base des EDR par grand centre urbain, 2015

Graphique à barres de Graphique 4.3.2 : Prix du service de base des EDR par grand centre urbain, 2015
Description longue graphique

Ce graphique à barres horizontales présente les prix mensuels en dollars les plus bas et les plus élevés du service de base offert par les EDR dans les centres urbains ainsi que le nombre de fournisseurs par centre. Vancouver : 3 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 42 ; Victoria : 3 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 42 ; Calgary : 3 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 42 ; Edmonton : 3 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 42 ; Saskatoon : 3 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 58 ; Regina : 4 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 58 ; Winnipeg : 3 fournisseurs, prix le plus bas 32, prix le plus élevé 45 ; Toronto: 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 41; Ottawa-Gatineau : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 41 ; Hamilton : 4 fournisseurs, prix le plus bas 35, prix le plus élevé 41 ; London : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 41 ; Kitchener-Waterloo : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 41 ; St Catharines – Niagara : 3 fournisseurs, prix le plus bas 35, prix le plus élevé 41 ; Windsor : 3 fournisseurs, prix le plus bas 35, prix le plus élevé 41 ; Oshawa : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 41; Montréal : 3 fournisseurs, prix le plus bas 30, prix le plus élevé 38 ; Québec : 3 fournisseurs, prix le plus bas 30, prix le plus élevé 38 ; Fredericton : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 57 ; Charlottetown : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 57 ; Halifax : 3 fournisseurs, prix le plus bas 35, prix le plus élevé 57 ; St. John’s : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 57 ; Whitehorse : 2 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 42 ; Yellowknife : 2 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 42 ; Iqaluit : 2 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 42.

Source : Données recueillies par le CRTC

Dans le graphique, la barre bleue représente le prix le plus bas alors que la barre rouge indique le prix le plus élevé. Pour chaque centre urbain, le nombre de fournisseurs de service est indiqué entre parenthèses. Par exemple, à Vancouver trois EDR fournissent le service; le prix le plus bas est 34 $ et le plus élevé, 42 $.

La composition d’un forfait de base pour des services de télévision varie de 27 à 170 chaînes selon le lieu et le fournisseur. Généralement, les services sont disponibles en format numérique et en haute définition et la programmation inclut des chaînes de télévision, de radio et de musique.

Centres ruraux

Graphique 4.3.3 Prix du service de base des EDR en zones urbaines et rurales par province, 2015

Graphique à barres de Graphique 4.3.3 : Prix du service de base en zones urbaines et rurales par province, 2015
Description longue graphique

Ce graphique à barres horizontales présente les prix mensuels en dollars les plus bas et les plus élevés du service de base offert par les EDR dans les zones urbaines et rurales selon la province. C.-B. rural : 3 à 4 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 60 ; C.-B. urbain : 3 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 42 ; Alb. rural : 3 à 4 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 61 ; Alb. urbain : 3 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 42 ; Sask. rural : 2 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 40 ; Sask. urbain : 4 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 58 ; Man. rural : 2 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 37 ; Man. urbain : 3 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 45 ; Ont. rural : 2 à 4 fournisseurs, prix le plus bas 27, prix le plus élevé 50 ; Ont. urbain : 3 fournisseurs, prix le plus bas 35, prix le plus élevé 41 ; Qc rural : 3 à 4 fournisseurs, prix le plus bas 22, prix le plus élevé 38 ; Qc urbain : 3 fournisseurs, prix le plus bas 30, prix le plus élevé 38 ; N.-B. rural : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 42 ; N.-B. urbain : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 57 ; Î.-P.-É. rural : 2 à 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 53 ; Î.-P.-É. urbain : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 57 ; N.-É. rural : 2 à 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 57 ; N.-É. urbain : 3 fournisseurs, prix le plus bas 35, prix le plus élevé 57 ; T.-N.-L. rural : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 60 ; T.-N.-L. urbain : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 57 ; Yn rural : 2 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 42 ; Yn urbain : 3 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 42 ; T.-N.-O. rural : 2 à 3 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 41; T.-N.-O. urbain : 2 fournisseurs, prix le plus bas 34, prix le plus élevé 42 ; Nt rural : 2 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 42 ; Nt urbain : 2 fournisseurs, prix le plus bas 37, prix le plus élevé 42.

Source : Données recueillies par le CRTC

Pour chaque province (zones urbaines et rurales sondées), le nombre de fournisseurs de service est indiqué entre parenthèses. À titre d’exemple, en Colombie-Britannique, de trois à quatre fournisseurs de zones rurales et trois fournisseurs de zones urbaines ont été sondés. Les prix les plus bas offerts par ces fournisseurs pour les services de base des EDR varient entre 22 $ et 37 $ par mois dans les collectivités rurales, et entre 30 $ et 37 $ dans les centres urbains.

Quelles collectivités ont été choisies?

Cinquante-quatre collectivités rurales ont été sélectionnées pour évaluer le prix du service de base des EDR (voir l’annexe 9) dans les collectivités rurales répondant aux critères suivants :

  • Ne pas faire partie de l’une des RMR des 24 principaux centres;
  • Avoir une densité de population inférieure à 400 personnes/km2 ou un centre de moins de 1 000 personnes;
  •  Le nombre de collectivités dans chaque province doit être proportionnel à la population provinciale;
  • Les collectivités ne doivent pas être regroupées.

vi) Environnement concurrentiel

Les entreprises de câblodistribution ont été les premières EDR au Canada. C’est au milieu des années 1990 que les services de SRD ont fait leur apparition sur le marché canadien, et plus récemment que l’IPTV est devenue disponible.

En 2015, les Canadiens des centres urbains pouvaient choisir entre trois types d’EDR : les entreprises de câblodistribution, les services d’IPTV et ceux par SRD. Dans les régions rurales, un peu plus de la moitié des ménages dépendaient généralement du service par SRD. Un peu moins de la moitié des ménages des régions rurales avaient accès à la fois à un fournisseur de services par câble et à un fournisseur de services par SRD.

Graphique 4.3.4 Pourcentage des revenus et des abonnés par type de plateforme de distribution, 2015

Graphiques circulaires de Graphique 4.3.4 : Pourcentage des revenus et des abonnés par type de plateforme de distribution, 2015
Description longue graphique

Ces deux graphiques circulaires présentent la part de marché des revenus et des abonnés par type de plateforme de distribution. Part des revenus : SRD et SDM : 26 %; câble : 57 % ; IPTV : 18 %. Part des abonnés : SRD et SDM : 21 %; câble : 60 %; IPTV : 19 %.

Source : Données recueillies par le CRTC

En 2015, les services SRD et SDM ont générés 26 % des revenus du secteur de la distribution avec 21% des abonnés, tandis que les services par câble avaient 60 % des abonnés et ont rapportés 57 % des revenus.

vii)  Communications avec les consommateurs 

Tableau 4.3.8 Nombre de communications relatives aux EDR reçues par le CRTC
Année Politiques/
décisions
du CRTC
Factu-
ration
Prix/
tarifs
Modalités Enjeux liés
aux
handicaps
Qualité du
service/
prestation
Concurrence Autre Total
2014-2015 755 1 298 223 313 62 480 110 2 300 5 541
2015-2016 1 456 652 154 180 58 352 60 279 3 191

Source : Système de suivi de la correspondance du CRTC

Le tableau ci-dessous résume les communications reçues par le CRTC, lesquelles incluent des questions, des commentaires, des plaintes et autres types de communication, réparties par sujet.

viii Services de télévision en ligne  

Graphique 4.3.5 Pourcentage des Canadiens qui regardent la télévision uniquement en ligne, à l’échelle nationale et par langue

Graphique à barres de Graphique 4.3.5 : Pourcentage des Canadiens qui regardent la télévision uniquement en ligne, à l’échelle nationale et par langue
Description longue graphique

Ce graphique à barres présente le pourcentage des Canadiens qui regardent la télévision uniquement en ligne à l’échelle nationale et par langue. Échelle nationale : 2012 : 4 % ; 2013 : 6 % ; 2014 : 8 % ; 2015 : 8 %. Anglophones : 2012 : 5 %; 2013 : 6 % ; 2014 : 9 % ; 2015 : 10 %. Francophones : 2012 : 2 % ; 2013 : 3 % ; 2014 : 4 % ; 2015 : 4 %.

Source : OTM, 2012-2015 (répondants canadiens 18 ans et +)

Graphique 4.3.6 Pourcentage des canadiens abonnés à Netflix, par région

Graphique à barres de Graphique 4.3.6 : Pourcentage des abonnés canadiens à Netflix, par région
Description longue graphique

Ce graphique à barres horizontales présente le pourcentage des Canadiens qui se sont abonnés à Netflix par région. Colombie-Britannique : 2014 : 41 %, 2015 : 46 % ; Alberta : 2014 : 49 %, 2015 : 55 % ; Manitoba et Saskatchewan : 2014 : 32 %, 2015 : 47 % ; Ontario : 2014 : 37 %, 2015 : 44 % ; Québec : 2014 : 15 %, 2015 : 23 % ; Atlantique : 2014 : 40 %, 2015 : 44 % ; Total : 2014 : 33 %, 2015 : 41%.

Source : OTM, 2014-2015 (répondants canadiens 18 ans et +)

Graphique 4.3.7 Pourcentage des abonnés canadiens à Netflix, par groupe d’âge

Graphique à barres de Graphique 4.3.7 : Pourcentage des abonnés canadiens à Netflix, par groupe d’âge
Description longue graphique

Ce graphique à barres présente le pourcentage des Canadiens qui se sont abonnés à Netflix par groupe d’âge. Groupe des 18+ : 2014 : 33 %, 2015 : 41 % ; groupe des 18-34 : 2014 : 51 %, 2015 : 61 % ; groupe des 35-49 : 2014 : 39 %, 2015 : 47 % ; groupe des 50-64 : 2014 : 25 %, 2015 : 31 % ; groupe des 65+ : 2014 : 11 %, 2015 : 15 %.

Source : OTM, 2014-2015 (répondants canadiens 18 ans et +)

Les Canadiens dans les groupes d’âge plus jeunes sont plus susceptibles de s’abonner à Netflix.

Graphique 4.3.8 Probabilité des Canadiens qui « couperaient le cordon » de leur abonnement à des services de télévision traditionnels dans les 12 prochains mois (pourcentage)

Graphique à barres empilées de Graphique 4.3.8 : Probabilité des Canadiens qui « couperaient le cordon » de leur abonnement à des services de télévision traditionnels dans les 12 prochains mois (pourcentage)
Description longue graphique

Ce graphique à barres empilées présente en pourcentage les diverses attitudes des Canadiens à l’égard de la décision de « couper le cordon » par rapport à leur abonnement actuel à des services de télévision traditionnels au cours des 12 prochains mois. Pourcentages par catégorie de réponse pour l’année 2013 : 7 % Très probablement, 9 % Plutôt probablement, 29 % Pas très probable, 51 % Totalement improbable et 3 % Ne sait pas. Pourcentages par catégorie de réponse pour l’année 2014 : 7 % Très probablement, 13 % Plutôt probablement, 26 % Pas très probable, 51 % Totalement improbable et 3 % Ne sait pas. 2015 : 7 % Très probablement, 14 % Plutôt probablement, 32 % Pas très probable, 44 % Totalement improbable et 4 % Ne sait pas.

Source : OTM, 2013-2015 (répondants canadiens 18 ans et +)

Tableau 4.3.9 Taux d’adoption et de croissance des diverses technologies vidéo au Canada
Technologies vidéo Langue du marché 2011 2012 2013 2014 2015
EVP Anglophones 35 43 46 50 49
Francophones 23 39 42 52 56
Télé sur Internet Anglophones 34 38 44 51 57
Francophones 38 39 44 42 49
Netflix Anglophones 12 21 29 39 47
Francophones 3 5 7 12 19

Source : OTM 2011-2015 (Répondants canadiens de 18 ans et + et qui ont utilisé ces technologies au cours du mois précédent)

Ce tableau indique le taux d’adoption des diverses technologies de vidéo et services chez les consommateurs canadiens âgés de 18 ans et plus de 2011 à 2015. L’OTM décrit « Télé sur Internet » comme le visionnement ou l’écoute en continu d’émissions de télévision ou de clips disponibles sur Internet.

ix)  Contribution à la programmation canadienne

Les entreprises de câblodistribution, de distribution par protocole Internet et de distribution par satellite sont tenues de verser l'équivalent de 5 % de leurs revenus annuels découlant de la radiodiffusion à la création et à la production d'émissions canadiennes. Il peut s'agir de contributions à divers fonds de production indépendants certifiés (FPIC), au Fonds des médias du Canada (FMC) ou à l'appui de diverses expressions locales qui visent la création et la distribution d'émissions communautaires. En outre, en 2009, le Conseil avait mis sur pied un fonds supplémentaire, le Fonds pour l'amélioration de la programmation locale (FAPL), dans le but de soutenir la programmation locale diffusée par les stations de télévision traditionnelle pendant une période financière difficile. Le FAPL a été aboli le 1er septembre 2014.

Si l'on exclut le FAPL, les contributions à la création et à la production d'émissions canadiennes de la part des entreprises de câblodistribution, de distribution par protocole Internet et de distribution par satellite se sont élevées à un total de 437 millions de dollars en 2015, un montant presque inchangé par rapport à celui de 2014. Les niveaux de contribution dans chaque catégorie de contribution, soit l'expression locale, les FPIC et le FMC, sont demeurés essentiellement inchangés par rapport à ceux de 2014, ce qui reflète la tendance des revenus à partir desquels ces niveaux sont calculés, revenus qui, comme il a été mentionné ci-dessus, sont demeurés constants de 2014 à 2015.

Graphique 4.3.9 Contributions à la programmation canadienne par type (millions)

 Graphique à histogrammes groupés de Graphique 4.3.9 : Contributions à la programmation canadienne par type (millions $)
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés présente les contributions des EDR, en millions de dollars, au FMC, au Fonds pour l’amélioration de la programmation locale (FAPL), à des fonds de productions indépendants et à l'expression locale (canaux communautaires) pour les années de radiodiffusion 2011 à 2015. Contributions au FMC : 205,8, 208,5, 219,3, 219,3 et 219,6 ; contributions au FAPL : 70,8, 73,8, 75,2, 39,9 et 0,0 ; contribution à des fonds de production indépendants : 62,3, 62,0, 61,1, 64,1 et 64,7 ; dépenses pour les canaux communautaires : 112,5, 112,2, 138,4, 151,6 et 152,6 ; contributions totales : 451,3, 456,5, 493,9, 474,9 et 436,9.

Source : Données recueillies par le CRTC

Le graphique montre les contributions faites par les EDR au FMC, au FAPL et à d’autres fonds de production indépendants ainsi que des dépenses pour l’expression locale (canaux communautaires) au cours de la période de 12 mois se terminant le 31 août de chaque année montrée. Les contributions des EDR comprennent les contributions déclarées par les fournisseurs de services par câble, par SRD et par SDM et les entreprises de distribution par relais satellite (EDRS).

Graphique 4.3.10 Contributions des EDR à la programmation canadienne par bénéficiaires

Graphique à histogrammes groupés  de Graphique 4.3.10 : Contributions des EDR à la programmation canadienne par bénéficiaires (millions $)
Description longue graphique

Ce graphique à histogrammes groupés présente les contributions des EDR à la création et à la production de programmation canadienne pour les années 2011 à 2015. Contributions au FMC : 47 %, 46 %, 45 %, 46 % et 50 % ; contributions au FAPL : 16 %, 16 %, 15 %, 8 % et 0 % ; contributions à l’expression locale : 25 %, 25 %, 28 %, 32 % et 35 % ; contributions aux autres fonds indépendants : 14 %, 14 %, 12 %, 14 % et 15 %. Les revenus totaux étaient de 451, 456, 494, 475 et 437 millions de dollars.

Source : Données recueillies par le CRTC

Le FAPL a été éliminé le 31 août 2014.

x)  Paiements d’affiliation

Pour pouvoir redistribuer les services de programmation facultatifs, les EDR paient un tarif d’affiliation à des entreprises affiliées (canadiennes et non canadiennes). Cette rémunération est appelée paiement d’affiliation et est basée sur le nombre d’abonnés de l’EDR recevant le service.

Les paiements aux affiliés canadiens ont augmenté de 4,3 % par an depuis 2011, alors que les paiements aux affiliés non canadiens ont augmenté de 4,9 %. Les données portent une période de 12 mois se terminant le 31 août.

Tableau 4.3.10 Paiements d’affiliation versés à des services canadiens et à des services non canadiens facultatifs déclarés par les EDR (millions $)
Catégorie Type de service 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Affiliés canadiens Câble et IPTV 1 809 1 930 2 024 2,193 2 322 5,9 6,4
SRD et MDS 735 726 700 716 685 -4,3 -1,7
Total 2 544 2 656 2 724 2 909 3 007 3,4 4,3
Affiliés non canadiens Câble et IPTV 263 265 285 298 316 6,0 4,7
SRD et MDS 81 86 94 93 101 8,6 5,7
Total 344 351 379 391 417 6,6 4,9
Tous les affiliés Tous les services 2 888 3 007 3 103 3 300 3 424 3,8 4,3

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce tableau donne une répartition détaillée de la valeur des paiements d’affiliation versés par les EDR (fournisseurs de services par câble et par IPTV et ceux par SRD et par MDS) pour des services facultatifs fournis par des affiliés canadiens et non canadiens, et ce, pour les années 2011 à 2015.

Tableau 4.3.11 Paiements d’affiliation reçus par des services canadiens et par des services non canadiens facultatifs déclarés par les EDR (millions $)
Catégorie Type de service 2011 2012 2013 2014 2015 Croissance (%)
2014-2015
TCAC (%)
2011-2015
Affiliés canadiens Payant, TVC et VSD 682 671 670 669 660 -1,3 -0,8
Spécialisés 1 862 1 986 2 054 2 240 2 347 4,8 6,0
Total 2 544 2 656 2 724 2 909 3 007 3,4 4,3
Affiliés non canadiens Payant, TVC et VSD 48 34 37 38 54 42,1 3,0
Spécialisés 296 317 342 353 363 2,8 5,2
Total 344 351 379 391 417 6,6 4,9
Tous les affiliés Tous les services 2 888 3 007 3 103 3 300 3 424 3,8 4,3

Source : Données recueillies par le CRTC

Ce tableau donne une répartition détaillée de la valeur des paiements d’affiliation reçus pour les services facultatifs  (services spécialisés, payants, de TVC et VSD) fournis par des affiliés canadiens et non canadiens, et ce, pour les années 2011 à 2015.

xi) Règlement de différends en matière de radiodiffusion

Le règlement des différends a été conçu dans le but de traiter et de résoudre plus efficacement les différends découlant d’une concurrence accrue dans l’industrie de la radiodiffusion. Les pratiques et procédures utilisées pour résoudre les différends qui relèvent de la portée réglementaire du Conseil sont énoncées dans Pratiques et procédures concernant la médiation assistée par le personnel, l’arbitrage de l’offre finale et les audiences accélérées, Bulletin de radiodiffusion et de télécommunication CRTC 2013-637.

Les différends se classent de manière générale comme suit : 1) différends entre entreprises de distribution de radiodiffusion et services de programmation concernant les modalités de distribution; 2) différends entre entreprises de distribution de radiodiffusion concurrentes concernant l’accès aux immeubles et aux utilisateurs finals; et 3) différends entre entreprises de programmation portant sur l’achat de droits et les marchés desservis.

Tableau 4.3.12 Nombre de dossiers relatifs à un différend en 2015-2016
Type Type d’intervention Nombre de dossiers
Formel Médiation assistée par le personnel 15
Arbitrage de l’offre finale 2
Informel Intervention informelle 133

Source : Données recueillies par le CRTC

Pour une période de 12 mois, c’est-à-dire du 1er avril 2015 au 31 mars 2016

Date de modification :