ARCHIVED -  Transcript

This page has been archived on the Web

Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject to the Government of Canada Web Standards and has not been altered or updated since it was archived. Please contact us to request a format other than those available.

Providing Content in Canada's Official Languages

Please note that the Official Languages Act requires that government publications be available in both official languages.

In order to meet some of the requirements under this Act, the Commission's transcripts will therefore be bilingual as to their covers, the listing of CRTC members and staff attending the hearings, and the table of contents.

However, the aforementioned publication is the recorded verbatim transcript and, as such, is transcribed in either of the official languages, depending on the language spoken by the participant at the hearing.

 

 

 

 

 

 

 

              TRANSCRIPT OF PROCEEDINGS BEFORE

             THE CANADIAN RADIO‑TELEVISION AND

               TELECOMMUNICATIONS COMMISSION

 

 

 

 

             TRANSCRIPTION DES AUDIENCES DEVANT

              LE CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION

           ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES

 

 

                      SUBJECT / SUJET:

 

 

 

Proceeding on the Canadian Television Fund (CTF)

Task Force Report /

Instance concernant le rapport du Groupe de travail

du Fonds canadien de télévision (CTF)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HELD AT:                              TENUE À:

 

Conference Centre                     Centre de conférences

Outaouais Room                        Salle Outaouais

140 Promenade du Portage              140, Promenade du Portage

Gatineau, Quebec                      Gatineau (Québec)

 

February 5, 2008                      Le 5 février 2008

 


 

 

 

 

Transcripts

 

In order to meet the requirements of the Official Languages

Act, transcripts of proceedings before the Commission will be

bilingual as to their covers, the listing of the CRTC members

and staff attending the public hearings, and the Table of

Contents.

 

However, the aforementioned publication is the recorded

verbatim transcript and, as such, is taped and transcribed in

either of the official languages, depending on the language

spoken by the participant at the public hearing.

 

 

 

 

Transcription

 

Afin de rencontrer les exigences de la Loi sur les langues

officielles, les procès‑verbaux pour le Conseil seront

bilingues en ce qui a trait à la page couverture, la liste des

membres et du personnel du CRTC participant à l'audience

publique ainsi que la table des matières.

 

Toutefois, la publication susmentionnée est un compte rendu

textuel des délibérations et, en tant que tel, est enregistrée

et transcrite dans l'une ou l'autre des deux langues

officielles, compte tenu de la langue utilisée par le

participant à l'audience publique.


               Canadian Radio‑television and

               Telecommunications Commission

 

            Conseil de la radiodiffusion et des

               télécommunications canadiennes

 

 

                 Transcript / Transcription

 

 

 

Proceeding on the Canadian Television Fund (CTF)

Task Force Report /

Instance concernant le rapport du Groupe de travail

du Fonds canadien de télévision (CTF)

 

 

 

 

 

 

BEFORE / DEVANT:

 

Rita Cugini                       Chairperson / Présidente

Michel Arpin                      Commissioner / Conseiller

Michel Morin                      Commissioner / Conseiller

 

 

 

 

ALSO PRESENT / AUSSI PRÉSENTS:

 

Jade Roy                          Secretary / Secretaire

Shirley Ann Farley                Hearing Manager /

                                  Gérante de l'audience

Shari Faisher                     Legal Counsel /

Bernard Montigny                  Conseillers juridiques

 

 

 

 

HELD AT:                          TENUE À:

 

Conference Centre                 Centre de conférences

Outaouais Room                    Salle Outaouais

140 Promenade du Portage          140, Promenade du Portage

Gatineau, Quebec                  Gatineau (Québec)

 

February 5, 2008                  Le 5 février 2008

 


- iv -

 

           TABLE DES MATIÈRES / TABLE OF CONTENTS

 

 

                                                 PAGE / PARA

 

PRESENTATION BY / PRÉSENTATION PAR:

 

Rogers Communications Inc.                        311 / 1523

 

Union des Artistes - SARTEC                      381 / 1885

 

Groupe Réalisatrices Équitables                   435 / 2131

 

Documentary Organization of Canada                515 / 2572

 

Observatoire du Documentaire                      534 / 2656

 

 

 

 

 

 

 

 


Gatineau, Quebec / Gatineau (Québec)

‑‑‑ Upon commencing on Tuesday, February 5, 2008

    at 0900 / L'audience débute le mardi 5 février

    2008 à 0900

LISTNUM 1 \l 1 \s 15211521             THE SECRETARY:  Bonjour tout le monde.

LISTNUM 1 \l 11522             We will now hear the presentation from Rogers Communications Inc.  Please introduce yourself and your colleagues, and you will then have 15 minutes for your presentation.  Thank you.

PRESENTATION / PRÉSENTATION

LISTNUM 1 \l 11523             MR. LIND:  Good morning, Madam Chair and members of the Commission.

LISTNUM 1 \l 11524             My name is Phil Lind and I am Vice‑Chairman of Rogers Communications.  With me today, starting on my far left, are Susan Wheeler of Rogers Media; Diane Boehme of CityTV; Robin Mirsky, Rogers Telefund.  And on my immediate right, Ken Engelhart, Rogers Communications; Pam Dinsmore, Rogers Cable; Colette Watson, Rogers TV.


LISTNUM 1 \l 11525             As you can see from the composition of our panel, we are today wearing two hats; one, that of a cable company, one of the largest private contributors to the Canadian Television Fund, and that of a broadcaster, one ironically with the smallest CTF envelope of all the over‑the‑air broadcasters.

LISTNUM 1 \l 11526             In both these capacities we want the Fund to succeed.  We commend the task force for its willingness to recognize that a changing broadcasting environment needs an equally responsive funding mechanism for Canadian television programs.  As a broadcaster we are first to agree that there needs to be more Canadian programming that attracts a sizeable Canadian audience.

LISTNUM 1 \l 11527             And as a major contributor to the funding of such programming, we endorse the concept that there should be a return on our investment.  It is time to move towards a financing model that prioritizes audience success.

LISTNUM 1 \l 11528             Now, Rogers has been a long‑time proponent and supporter of the CTF.  Since its inception we have contributed approximately $315 million to the Fund for financing Canadian TV productions.


LISTNUM 1 \l 11529             Furthermore, our support goes beyond simply writing a cheque.  Rogers executives have been actively involved since the start, with the growth and the evolution of the fund.  I was the Chair of the CTF's predecessor, the Cable Production Fund.  I oversaw its launch and, more critically, I oversaw the transition into the public/private partnership with the Department of Canadian Heritage.  Robin Mirsky, Executive Director of the Rogers Group of Funds, is the longest serving CTF board member and a respected member of the executive committee.

LISTNUM 1 \l 11530             That being said, we realize now that changes must be made.  Rogers agrees with the central recommendation of the task force report, namely, to direct the funds contributed by BDUs to more market‑oriented popular television programs which will resonate with Canadian audiences.  We differ, however, with the task force on how this best can be achieved.  It is Rogers' recommendation that the BDU monies be directed to a separate fund rather than diverted to a separate funding stream within the CTF.


LISTNUM 1 \l 11531             From our perspective, it has become increasingly complex to harmonize a variety of government public policy objectives with those that resonate with the private sector funders.  When the Fund started out, quite simply, the Commission and all of us recognized that there was a need to provide additional funding to specific genres of Canadian programming in primetime.  It established the funding initiative and issued a concise six‑page notice setting out the fundamental operating principles and guidelines for the new Fund.

LISTNUM 1 \l 11532             These included sole‑sourced funding from the cable sector of approximately $300 million over five years, a 12‑member stakeholder board of directors reporting annually to the Commission and a two‑thirds/one‑third linguistic balance.

LISTNUM 1 \l 11533             Licence feel top‑ups were considered to be better for producers than equity investments.  Eligible productions needed to be eight out of 10 Canadian content points with all the producer functions being held by Canadians.  There were no supplementary special considerations of Canadianness, nor were there separate envelopes for the Aboriginal or regional production.


LISTNUM 1 \l 11534             Well, a whole lot has changed since 1996 when the once privately incorporated non‑profit cable production fund became a public/private partnership within the federal government.  Oversight was transferred from the Commission to the Department of Heritage.  A detailed contribution agreement spells out the objectives and the criteria not only for the public funds contributed by the Department, but also for the funds contributed by BDUs.  Increasingly, the Fund was viewed as a public policy instrument for the Canadian Government, which has included a number of specific cultural goals within the contribution agreement of the CTF.

LISTNUM 1 \l 11535             Now, we accept that public resources should be spent in support of government objectives.  We do not accept, however, that all monies, public and private, must be spent in the furtherance of such objectives.  This is especially true when sometimes public and private considerations are at odds with each other.

LISTNUM 1 \l 11536             So Rogers is pleased that the task force has recognized that the private sector funds be used to finance Canadian hits.  As we said earlier, the best way to achieve this, in our view, is to split the CTF into two separate and distinct funds.  In our opinion, a private sector market‑oriented fund with clearly defined objectives, yet simple and flexible programming guidelines, will help to achieve broad public policy objectives by building audiences for Canadian programs.  That is what we are here for.


LISTNUM 1 \l 11537             We agree with the task force, that eligible programs should be eight out of 10 points and broadcasts in primetime should reflect Canadian experiences.  However, if market forces are to be a critical determinant in which projects are financed, there needs to be more flexibility in terms of types of programming that are eligible for funding.

LISTNUM 1 \l 11538             While drama would continue to be given the most weight, we suggest that the programming categories be expanded to include those that are eligible for support through a CRTC certified independent production fund.  This would include all Canadian programming with the exception of news, sports, reporting and actualities.  So we agree, in principle, that audience success should be the key factor when determining which projects to support for continuing funding.

LISTNUM 1 \l 11539             While it is difficult to predict a hit show ahead of time, it makes sense to fund those programs which have been successful in the Canadian marketplace.  However, given the limited resources available for Canadian programming, we can't do everything.  We believe that the overriding objective of audience‑based measures should be to reward the delivery of mass audience Canadian programming in primetime.  This is consistent with the Commission's regulatory framework and policy objectives for building audience for Canadian programming.


LISTNUM 1 \l 11540             Given the scarcity of funding and the renewed focus on market‑oriented programming, funding priority should be given to the programs with a broad appeal that attract the largest audience.  So we support the underlying principle of assessing actual and potential return on investments when evaluating projects.  Our model would be that of 100 per cent equity investment rather than licence fee top‑ups.  This should provide a growth opportunity for the Fund.

LISTNUM 1 \l 11541             Rogers is confident that by establishing clear objectives and streamlined guidelines, expanding the range of Canadian content that is eligible for programming, lowering Canadian content requirements and aligning market preferences with funding criteria that privately‑funded market‑oriented fund will yield Canadian programming that generates large audiences.

LISTNUM 1 \l 11542             So our proposal is to split the CTF into two separate funds which would allow the public funding to continue to be spent in the furtherance of government objectives, including the 37 per cent dedicated envelope to the CBC/Radio‑Canada, and the financial support provided to the provincial and educational networks.  The public funds would continue to finance the special initiatives as identified by the Department of Canadian Heritage in the contribution agreement.


LISTNUM 1 \l 11543             The private market‑oriented fund would be financed by contributions from Canadian cable and satellite providers in accordance with the existing funding regime.  Their regulatory obligations would be maintained.

LISTNUM 1 \l 11544             The board of directors would include representation from the largest private funders, the CCSA, the broadcasting industry and the independent production community.  It would be kind of like the old days in a way.  The role of the board would be to monitor the mission and direction of the fund within the objectives set out by the CRTC.

LISTNUM 1 \l 11545             In order to minimize costs and maximize efficiencies, we propose that the day to day administration of the new fund, the back office stuff, would continue with the CTF.  The board would enter into a contract with the CTF as well as a services agreement with Telefilm Canada for the management of all application processing. The funds would be disbursed on the basis of two‑thirds/one‑third.

LISTNUM 1 \l 11546             The system of broadcaster performing envelopes would continue with three out of the four current performance factors phased out over the four years.  By year four audience success and return on investment would be the only two determinants in allocating broadcaster performance envelopes.


LISTNUM 1 \l 11547             But Rogers disagrees with the task force recommendation to divert a significant fund of CTF's funding to new media.  Such an initiative would be outside the CTF mandate, which is to support the creation and broadcast in peak viewing hours of high‑quality culturally‑significant Canadian television programming.  Diluting the CTF's limited resources in order to fund programs designed for unregulated new media platforms would impair the ability of the Fund to realize its core objectives.  Furthermore, it would not further the policy of the objectives of the Broadcasting Act.

LISTNUM 1 \l 11548             There are other sources for new media content, including the $14 million New Media Fund at Telefilm Canada.

LISTNUM 1 \l 11549             In closing, we want to address the issue of additional sources of funding for CTF, specifically the spectre of new or increased contributions being imposed on the BDUs.


LISTNUM 1 \l 11550             Let me be perfectly clear here.  Rogers will strenuously oppose any such move on the part of the Commission.  We have contributed significantly over the years to the underlying policy objectives set out in the Broadcasting Act of creating, producing and exhibiting Canadian TV programming while supporting the development of the independent production sector.

LISTNUM 1 \l 11551             Five per cent of our gross annual revenues go to Canadian programming.  Industry‑wide, this is hundreds and hundreds of millions of dollars a year.  More than half of this money goes to the CTF.  The balance is directed to community programming and Rogers' independent production funds.  Rogers Community Television produces an average of 15,000 hours of local original programming every year.  In some markets Rogers Television is the only TV media devoted to covering local news, sports and events.

LISTNUM 1 \l 11552             Last year we created over ‑‑ we trained over 2,000 volunteers and granted access to more than 20,000 community groups.

LISTNUM 1 \l 11553             Our independent production funds provide alternative sources of funding for thousands of hours of Canadian programming.

LISTNUM 1 \l 11554             Meanwhile our industry is undergoing profound changes.  We are operating in a highly competitive marketplace that requires heavy investments and advance platforms.


LISTNUM 1 \l 11555             The Commission understands that the BDUs are not money trees.  The regulated broadcasting system simply cannot compete against the unregulated system if we are constantly being subjected to new fees and costs.

LISTNUM 1 \l 11556             We thank the Commission for the opportunity to cough in front of you today.

‑‑‑ Laughter/Rires

LISTNUM 1 \l 11557             MR. LIND:  And we look forward to any questions that you may have for us.

LISTNUM 1 \l 11558             Thank you.

LISTNUM 1 \l 11559             THE CHAIRPERSON:  Thank you, Mr. Lind and your colleagues.

LISTNUM 1 \l 11560             Good morning.  Don't worry, those bouts of coughing don't count towards your 15 minutes, so not to worry.

LISTNUM 1 \l 11561             I am just going to start with your last point first where you strenuously oppose any increase in contribution.

LISTNUM 1 \l 11562             As you know, yesterday a number of people made the suggestion that the full five per cent of contribution from BDUs should go to the CTF, and you strenuously oppose that position as well?

LISTNUM 1 \l 11563             MR. LIND:  Yes.

LISTNUM 1 \l 11564             THE CHAIRPERSON:  And, obviously, you oppose the other suggestion which is that the contribution should increase from five to six per cent?

LISTNUM 1 \l 11565             MR. LIND:  Yes.


LISTNUM 1 \l 11566             THE CHAIRPERSON:  Okay.

LISTNUM 1 \l 11567             MR. LIND:  Do you want a further explanation of that?

LISTNUM 1 \l 11568             THE CHAIRPERSON:  Of course.

LISTNUM 1 \l 11569             MR. LIND:  Go ahead, Ken.

LISTNUM 1 \l 11570             MR. ENGELHART:  Thank you, Commissioner Cugini, and I'm going to ask Colette to talk about the adjustment that would see the two per cent currently devoted to the community channel going into the Fund.

LISTNUM 1 \l 11571             On the broader issue of increasing our contribution perhaps from five per cent to six per cent, the misapprehension I think that a lot of the interveners have is, as Mr. Lind said in his opening remarks, that cable is sort of an unending money tree that can just be picked.

LISTNUM 1 \l 11572             We have a number of challenges ourselves in coping with this new environment.  In fact, you know, if you go back 10 years to where satellite launched, cable had a penetration of about 85 per cent of the homes passed at that time; today we're down below 60 per cent of the homes passed because of competition.


LISTNUM 1 \l 11573             And we would be bankrupt today if we had just left our business model the same, but we spent billions of dollars, we got into the Internet business, we got into the telephone business, we re‑invented ourselves as a multi‑product communications company.

LISTNUM 1 \l 11574             And, so, we're here today, but it's not like those challenges are over.  We have to spend millions of dollars on switched video, millions of dollars on HD capacity expansion.  Huge amounts of money we spend on boxes every year, hundreds of millions of dollars.  So, our challenges continue.

LISTNUM 1 \l 11575             You load us up with more fees and it's going to become impossible for us to compete against the unregulated platforms, the Internet, the gray market, the black market and once cable's business model doesn't work any more, the whole regulated broadcasting system is going to crumble.

LISTNUM 1 \l 11576             So, we think it's misguided to try to impose a huge number of extra fees and costs on cable.  We think that the proposals that we've made will bring new money into the broadcasting system without imposing money on cable.

LISTNUM 1 \l 11577             But I'd like Colette to ‑‑

LISTNUM 1 \l 11578             MR. LIND:  Just before that, to sort of emphasize Ken's point, our five per cent rises every year, so that the government's 120 stays the same, but ours goes on rising year by year.


LISTNUM 1 \l 11579             MR. ENGELHART:  Because as our revenues go up the five per cent goes up and, so, we pay six per cent more into the Fund each year just by leaving our percentage the same.

LISTNUM 1 \l 11580             THE CHAIRPERSON:  It is the beauty of percentages.

LISTNUM 1 \l 11581             MR. ENGELHART:  Yeah.  Colette.

LISTNUM 1 \l 11582             MS WATSON:  Thank you.

LISTNUM 1 \l 11583             I guess I'm here to defend the funding of the community channel and its role in the broadcasting system.  It has a distinct and important role, as important as every other sector of the broadcasting system with respect to training the next generation of broadcasters, with respect to allowing volunteers to come, with respect to allowing the thousands ‑‑ tens of thousands of community groups to come and participate either by expressing an opinion, promoting a project or just debating issues within their communities.

LISTNUM 1 \l 11584             It's a vital and vibrant part of what we do at Rogers Television.  We like doing community TV and, you know, many of my staff will tell you they feel a little crunched on the funding side already.


LISTNUM 1 \l 11585             And, so, having that diminished would compromise what we think is a very successful model, anywhere from the 11‑year‑old host at "Kids Beat" in Barrie, to the 92‑year‑old political commentator who comes Monday to Friday for the last 40 years in York, these are people who contribute to the system and we'd hate to see the system affecting their contributions.

LISTNUM 1 \l 11586             THE CHAIRPERSON:  And I am sure we will hear more in April.

LISTNUM 1 \l 11587             MS DINSMORE:  I'll just add one more point though because very recently, last month, the Commission released its Diversity of Voices Decision and in that the Commission itself said that community programming is extremely important and they made the point that it's very important that it continue to receive stable funding.

LISTNUM 1 \l 11588             So, just for the record.

LISTNUM 1 \l 11589             THE CHAIRPERSON:  Trust me, no one has the intention of jeopardizing community television or of minimizing its importance.  This is a question of funding and where funds are best directed.

LISTNUM 1 \l 11590             Now, your position on the two streams of revenue, correct me if I'm wrong, but it differs slightly from your written submission.  You are taking much more of a definitive stance to this morning, because in paragraph 12 of your written submission:


"We support any policy initiatives which encourage the funding, production and exhibition of more marketable, more successful Canadian programming as this benefits the Canadian broadcasting system as a whole.  We believe this could either be achieved through separating the CTF into two separate funds with two separate Boards, or through establishing a separate funding stream for BDU contributions."  (As read)

LISTNUM 1 \l 11591             THE CHAIRPERSON:  There is an either/or in that sentence, whereas this morning you are much more definitive.

LISTNUM 1 \l 11592             MR. LIND:  Yes, yes.  It's not a conflict with what we said.

LISTNUM 1 \l 11593             THE CHAIRPERSON:  No, but like I said, you were much more definitive this morning.

LISTNUM 1 \l 11594             MR. LIND:  We've moved down the road a little bit because we've decided after looking at the CTF and looking intensively at the CTF that this is the way it ought to be.


LISTNUM 1 \l 11595             And we've got to consider a whole host of factors.  The outside environment.  We want all BDUs to be members of this thing, we want everyone to feel that they have some shape in this thing, and we think that's probably the best way to go.

LISTNUM 1 \l 11596             It is confusing to have the private funds and the public funds being ‑‑ and the public objectives, they are ‑‑ they bump into one another from time to time and, so, from our standpoint it's really ‑‑ if we're trying ‑‑ because we can't do everything, we can't do everything.

LISTNUM 1 \l 11597             So, we're trying to maximize Canadian audiences in prime time.  We've got to focus on that.  Can't focus on 15 things, so that's what we're focusing on and that's how we feel we can drive this thing best.

LISTNUM 1 \l 11598             THE CHAIRPERSON:  And in terms of market forces, we heard from the producers yesterday that production costs are increasing all the time.

LISTNUM 1 \l 11599             One example that they used to demonstrate how production costs are increasing is that broadcasters are demanding that their programming be in high definition.


LISTNUM 1 \l 11600             Isn't that just one example of how market forces are working in terms of the broadcasters demanding high definition programming, the producers are providing that because otherwise they're not going to et the work from the broadcaster.

LISTNUM 1 \l 11601             MR. LIND:  Mm‑hmm.

LISTNUM 1 \l 11602             THE CHAIRPERSON:  And the CTF is funding those programs.  Isn't that a clear example that market forces are working?

LISTNUM 1 \l 11603             MR. LIND:  Yes.

LISTNUM 1 \l 11604             THE CHAIRPERSON:  And, so, why is a separate funding stream required in order to meet the objectives?

LISTNUM 1 \l 11605             MR. LIND:  Well, there's certain things that are working.  No question, there's certain things that are working, but there's certain things that aren't working well enough and one of them is maximizing Canadian hours at night.  I mean, still not where it should be.  And, so, we want to focus on that.

LISTNUM 1 \l 11606             And we feel that it does get ‑‑ I mean, without being totally specific, it just gets confusing when everybody ‑‑ everybody has every ‑‑ you know, has their hand in the pie.  We want to direct this Fund into solely maximizing Canadian audiences in prime time and let the public ‑‑ you know, the social policy objectives be funded somewhere else by the public.


LISTNUM 1 \l 11607             THE CHAIRPERSON:  The CTF in its written submissions said that CTF‑funded programming make up only, I think it was 7.1 per cent             of prime time hours on over‑the‑air television, therefore, broadcasters are responsible for maximizing prime time hours and driving the audience to their programs for 93 per cent of the  time.

LISTNUM 1 \l 11608             So, why so much heat on the CTF, to be quite blunt?

LISTNUM 1 \l 11609             MR. LIND:  Well, it's interesting.  You know, we're ‑‑ I think the CTF is sort of the standard, the one everybody can hold up and criticize or praise, it's sort of the ‑‑ it sort of stands for Canadian television even though, as you point out, there's lots of things that go in that have nothing to do with CTF that appear on the TV screen.

LISTNUM 1 \l 11610             MR. ENGELHART:  Commissioner Cugini, as Mr. Lind said, you know, we're not here as one of those people who says, well, this Fund's not working and it needs radical surgery.

LISTNUM 1 \l 11611             We do think it's working, we do think it's done a good job, but as many people said yesterday, it's not perfect, no system designed by human beings is perfect.

LISTNUM 1 \l 11612             We think it is losing its way a bit and we think it can be refocused a bit so that it is more effective in the current environment.


LISTNUM 1 \l 11613             It's unbelievably complicated, you know.  As I started working on this file and learned all the rules of how the funding works I was and continue to be amazed by how complicated the current funding regime is.

LISTNUM 1 \l 11614             The governance of the Fund itself is very complicated.  You've got this huge Board and double majorities and this, that and the other thing.

LISTNUM 1 \l 11615             We think we can simplify the Board structure and we can simplify the objective  s of the Fund and make it more effective.

LISTNUM 1 \l 11616             There's no real synergies between the objectives that Canadian Heritage has imposed on the Fund and the objectives of maximizing audience outlined in the Task Force Report.  I don't see how having a common Board with two streams is a real help.  There's no economies of scope, as an economist would say.

LISTNUM 1 \l 11617             So, I think you get a simpler, cleaner, more effective management structure by having two separate Boards and each can keep its eye on the ball more effectively.


LISTNUM 1 \l 11618             And then when it comes to the objectives of the private sector Board, the Task Force Report emphasized audience and we think that works well.     Right now the envelopes are based on regional production, they're based on historic performance, they're based on contributions over a certain minimum and they're based on audience.  We think that could be changed to a system where the envelopes are based primarily on audience and also on return on investment.  Cleaner, simpler, easier to understand and not sort of wedded to this historical performance idea that keeps things sort of static.

LISTNUM 1 \l 11619             In terms of audience, as Phil said, we sort of like the way that the CTF currently looks at not just CTF‑funded shows, but CTFable shows.  And, so, yes the seven per cent gets CTF funding, but let's not just look at that when we're determining audience, let's look at CTFable and we would actually broaden the category to say, let's look at Canadian shows in prime time.  That's what we're really trying to drive,.

LISTNUM 1 \l 11620             The problem with Canadian television, you know, and I think some of the parties yesterday such as Mr. Stursberg for the CBC, he said, you know, we have a bit of a problem in that English Canadians are not watching enough English Canadian television in prime time.  Let's work on that.


LISTNUM 1 \l 11621             So, we think if you looked at that metric, Canadian television in prime time, and used that as the main metric for driving the size of the broadcaster envelopes you'd be addressing the problem that we're all trying to address, which is, getting those Canadian eyeballs watching those Canadian shows and then bringing in return on investment as well.

LISTNUM 1 \l 11622             So, we think we can have a simpler mechanism that drives the policy agenda, we can have a simpler Board structure that keeps its eye on the ball better.

LISTNUM 1 \l 11623             And it's not to say that the current Board couldn't be made to work with two streams, but why, why not make it simpler?

LISTNUM 1 \l 11624             THE CHAIRPERSON:  And you say you want to include all Canadian programming, excluding news, sports and you had a third category, new, sports, reporting and actualities would be excluded.

LISTNUM 1 \l 11625             MR. ENGELHART:  Correct.


LISTNUM 1 \l 11626             THE CHAIRPERSON:  What is ‑‑ again, just take me through the logic and including all the other categories of programming, because the CTF, its program guidelines include under represented categories which are, in essence, the most expensive, let's face it, perhaps with the exception of children's, but even some children's programming of all genres are the most ‑‑ those under represented categories are the most expenses.

LISTNUM 1 \l 11627             So, why would you include the less expensive programs?

LISTNUM 1 \l 11628             MR. ENGELHART:  Well, we're saying let's give the envelopes to the broadcasters with the bigger audiences for Canadian programming, let's reward the people who bring Canadian eyeballs to Canadian television in prime time, because that's what we're trying to do.

LISTNUM 1 \l 11629             THE CHAIRPERSON:  Regardless of the genre.

LISTNUM 1 \l 11630             MR. ENGELHART:  Regardless of the genre, as long as it is, as you say, other than news and sports which seem to be doing quite well.

LISTNUM 1 \l 11631             We would also expand the categories to receive the funding to the same groups while reserving 50 per cent for drama because drama is where we have the biggest problem.

LISTNUM 1 \l 11632             So, we're trying to give the broadcasters the flexibility to organize their programming to maximize audience, and then we're rewarding the broadcasters that bring the biggest audience to Canadian television.


LISTNUM 1 \l 11633             It's not to say that there aren't other valuable objectives, it's just there's only so much you can do with the CTF and right now we think the priority, as I believe the Task Force Report says, the priority should be in audience growth.

LISTNUM 1 \l 11634             MR. LIND:  With the 50 per cent for drama still.  We're holding that.

LISTNUM 1 \l 11635             COMMISSIONER ARPIN:  Which is currently the case.

LISTNUM 1 \l 11636             THE CHAIRPERSON:  Right.

LISTNUM 1 \l 11637             MR. ENGELHART:  Correct.

LISTNUM 1 \l 11638             THE CHAIRPERSON:  Now, I followed your logic, I understand your position, but you lost me when you said ‑‑ and I understand, you say:

"To minimize costs and maximize efficiencies, we propose that the day‑to‑day administration of the new fund would continue with the CTF."  (As read)

LISTNUM 1 \l 11639             THE CHAIRPERSON:  Quite simply, why?  Why do you need the administration of the Fund ‑‑ of the CTF in order ‑‑ why shouldn't this just be the CCE Fund?


LISTNUM 1 \l 11640             MR. LIND:  Well, we could do it that way, but we think that the CTF has performed some great functions in back office terms, research and those kinds of things, the study of the effectiveness of where the money goes and the audience measurements, things like that.

LISTNUM 1 \l 11641             We could set up another group but CTF's already there.

LISTNUM 1 \l 11642             MR. ENGELHART:  One of the complaints, Commissioner Cugini, yesterday was that if we have two funds costs will go up.  So, this is an attempt by us to make sure that doesn't happen.      We have the same people in place doing the same things that they are today, they have a contract with this new Fund and they would, in turn, contract with Telefilm as they do today.  The costs won't go up.

LISTNUM 1 \l 11643             Where we can get synergies, we get them, but the directing will and mind, the Board of Directors, that we separate to ensure that it keeps its eye on the objective.

LISTNUM 1 \l 11644             THE CHAIRPERSON:  Well ‑‑

LISTNUM 1 \l 11645             MR. LIND:  And we're still holding on the objective of the five per cent, no more than five per cent in administrative costs overall.

LISTNUM 1 \l 11646             THE CHAIRPERSON:  So, you would never impose upon yourself an increase?

LISTNUM 1 \l 11647             MR. LIND:  Right.

LISTNUM 1 \l 11648             THE CHAIRPERSON:  Well, thank you.


LISTNUM 1 \l 11649             Like I said, you have been definitive, you have been very clear.  I have no further questions.  My colleagues may, perhaps.

LISTNUM 1 \l 11650             Vice‑Chairman Arpin.

LISTNUM 1 \l 11651             COMMISSIONER ARPIN:  Yes, thank you very much, Mrs. Chair.

LISTNUM 1 \l 11652             On the very last point, what will prevent the government to decide that they were no more to contribute 100‑million towards the CTF if we were to split the two funds the way you are proposing?

LISTNUM 1 \l 11653             You are proposing to have two different funds, but what will prevent the government to stop contributing its $120‑million towards Canadian production?

LISTNUM 1 \l 11654             MR. ENGELHART:  You're quite right, Commissioner Arpin, it is their decision to make.  We think that, or we hope that they will listen to your recommendations and that if they hear the industry proposing one market‑driven fund using cable and BDU contributions, another fund to accomplish cultural objectives and to fund the CBC, we think that they will agree.

LISTNUM 1 \l 11655             But you're absolutely right, there's no guarantee that they will.


LISTNUM 1 \l 11656             COMMISSIONER ARPIN:  No, there is no guarantee that they will either if the CTF was to remain, but they have been doing so for so many years, so somehow they have a commitment towards Canadian...

LISTNUM 1 \l 11657             In proposing two different funds, I guess that you are eliminating the opting solution proposed by Quebecor which is proposing to expand the role of its independent Quebecor Fund and which will be mainly financing TVA Group programming.

LISTNUM 1 \l 11658             I guess that you are not proposing to move the money to the Rogers' group of funds?

LISTNUM 1 \l 11659             MR. LIND:  Well, it's an attractive...

LISTNUM 1 \l 11660             In French Canada I think it's clear that there are reasons for Quebecor to favour this.  I don't think it's unanimous in the Province of Quebec, mind you.

LISTNUM 1 \l 11661             COMMISSIONER ARPIN:  Oh no.  I would say it's not.

‑‑‑ Laughter/Rires

LISTNUM 1 \l 11662             MR. LIND:  But I can see why Quebecor would propose that and it definitely has more resonance in the Quebec market, the French market than it does in the English market.

LISTNUM 1 \l 11663             COMMISSIONER ARPIN:  Okay.


LISTNUM 1 \l 11664             MR. LIND:  Totally different situations.

LISTNUM 1 \l 11665             COMMISSIONER ARPIN:  Now, you have said earlier that the government fund shall be financing not only the CBC and Radio‑Canada, but also the other public broadcasters and the special programs that they have, including aboriginal programming.

LISTNUM 1 \l 11666             But those that are the broadcasters, I will say the educational broadcasters and APTN, per se, the other initiatives are versioning and help the French producers outside Quebec, but those are not under the purview of the Federal Government, so the Federal Government could take the view that they are not their creatures, so these two groups of broadcasters could end up without having any place to go.

LISTNUM 1 \l 11667             What is your specific view on that potential scenario?

LISTNUM 1 \l 11668             MR. ENGELHART:  You're right, they might take the view that it's not their responsibility, but the point is that those are groups and organizations and broadcasters that don't have a mandate to increase audience size, they have a mandate to do different things, to accomplish ‑‑ to promote diversity and to prepare programming that serves under served or unserved groups.


LISTNUM 1 \l 11669             So, it seems appropriate to fund all of those broadcasters from that separate public agency.

LISTNUM 1 \l 11670             And Robin wants to add.

LISTNUM 1 \l 11671             MS MIRSKY:  I also just want to add that the aboriginal language envelope, French outside Quebec, versioning, all of those things have been identified in the contribution agreement as priorities.

LISTNUM 1 \l 11672             COMMISSIONER ARPIN:  Yes.  I understand that they are there now and even educational broadcasters in the last version of the contribution agreement has been identified as being a special initiative.

LISTNUM 1 \l 11673             I'm only saying that those could be easily removed in the next contribution agreement, I will say, that is why I'm asking the question.

LISTNUM 1 \l 11674             I understood what you said, but I'm only just making sure that we have an answer to that question.

LISTNUM 1 \l 11675             Now, if at the end of the day the Commission was to follow up on the suggestions made by the Shaw Communications and say, well, we'll repeal the regs, what ‑‑ obviously I can see you smiling from the cable side of the Company, but from the media side of the Company, how do these fit?


LISTNUM 1 \l 11676             MR. LIND:  Well, of course.  I mean, sure, if the Commission recommended that this whole thing be disbanded, fine, but we're not ‑‑ first of all, I don't think that's within the realm of possibility.

‑‑‑ Laughter/Rires

LISTNUM 1 \l 11677             MR. LIND:  Number two, even if it was, we're still doing a heck of a lot in terms of funding Canadian production.

LISTNUM 1 \l 11678             So, the point is I don't think that's going to happen and Rogers is on the page of working hard to develop and produce and fund Canadian television programming.

LISTNUM 1 \l 11679             COMMISSIONER ARPIN:  Well, gentlemen, those were my questions.

LISTNUM 1 \l 11680             Thank you very much, Madam Chair.

LISTNUM 1 \l 11681             THE CHAIRPERSON:  Will you fund third language programming with this new private sector stream?

LISTNUM 1 \l 11682             MR. LIND:  We are ‑‑

LISTNUM 1 \l 11683             THE CHAIRPERSON:  Your Company has come before us ‑‑

LISTNUM 1 \l 11684             MR. LIND:  Yeah, yeah, yeah.

LISTNUM 1 \l 11685             THE CHAIRPERSON:  ‑‑ many times.


LISTNUM 1 \l 11686             MR. LIND:  We're certainly the biggest third language producer and broadcaster in Canada, so, in that respect, yeah, we're very interested in how this thing gets funded, but ‑‑

LISTNUM 1 \l 11687             MR. ENGELHART:  We think that the third language funding should probably come from that public sector fund, because if we do an audience measurement on the private sector fund, by their very nature, the third language programming gets tiny audiences because it programs in third languages to very small groups.

LISTNUM 1 \l 11688             So, we don't think it would get a very big envelope from the private sector fund that we're talking about, we think that might be an appropriate objective for the public sector fund.

LISTNUM 1 \l 11689             THE CHAIRPERSON:  Okay.

LISTNUM 1 \l 11690             MR. LIND:  But first and foremost, we're dedicated to generating ‑‑ we want to generate interest in high ‑‑ in producing quality programming to attract mass audiences in prime time.  That's where we feel the major effort should be extended right now.

LISTNUM 1 \l 11691             THE CHAIRPERSON:  The key being mass audiences.

LISTNUM 1 \l 11692             Well, once again, thank you very much for your participation here this morning.

LISTNUM 1 \l 11693             We'll take a 10‑minute break.


LISTNUM 1 \l 11694             Thank you.

‑‑‑ Upon recessing at 0943 / Suspension à 0943

‑‑‑ Upon resuming at 0956 / Reprise à 0956

LISTNUM 1 \l 11695             LA SECRÉTAIRE : Nous entendrons présentement la présentation de l'APFTQ.

LISTNUM 1 \l 11696             S'il vous plaît, vous présenter, et vous aurez 15 minutes pour votre présentation.

LISTNUM 1 \l 11697             Merci.

LISTNUM 1 \l 11698             MME SAMSON : Merci.

      Madame la Présidente, Messieurs les Commissaires, bonjour.

LISTNUM 1 \l 11699             Mon nom est Claire Samson. Je suis présidente‑directrice générale de l'Association des producteurs de films et de télévision du Québec (APFTQ) et membre du conseil d'administration du Fonds canadien de télévision (FCT).

LISTNUM 1 \l 11700             Je suis accompagnée de Vincent Leduc, vice‑président production chez Zone 3 et président du conseil d'administration de l'APFTQ.

LISTNUM 1 \l 11701             Nous vous remercions d'abord d'avoir pris la décision de tenir des audiences publiques sur le Rapport du Groupe de travail sur le Fonds canadien de télévision.


LISTNUM 1 \l 11702             Comme vous l'avez lu dans notre mémoire, nous étions très inquiets de constater que le Conseil approuvait, même de façon préliminaire, les recommandations du Groupe de travail.

LISTNUM 1 \l 11703             Malgré le fait que ce groupe confirme l'importance du rôle du Fonds canadien de télévision et du secteur de la production indépendante dans la production d'émissions de télévision canadiennes de qualité, les conclusions de son rapport nous ont paru inadéquates et disproportionnées par rapport aux problèmes soulevés par les différents intervenants.

LISTNUM 1 \l 11704             Bien entendu, nous avons pris connaissance de la plupart des mémoires qui vous ont été présentés.

LISTNUM 1 \l 11705             Nous y avons constaté un consensus général à l'effet que le Conseil amende la réglementation des EDR pour exiger que ces dernières versent mensuellement leurs contributions au FCT.

LISTNUM 1 \l 11706             Il va sans dire que nous nous attendons à ce que le Conseil donne suite à cette recommandation, et ce, dans les meilleurs délais.

LISTNUM 1 \l 11707             Nous avons aussi pu constater que la recommandation substantielle faite par le Groupe de travail à l'effet d'utiliser les contributions des EDR pour créer un fonds dédié au secteur privé a été décriée par l'ensemble des associations de producteurs, de créateurs, de comédiens et des diffuseurs publics.


LISTNUM 1 \l 11708             Quant aux diffuseurs privés et aux EDR, ces derniers ont démontré qu'ils ne s'entendaient pas sur la façon dont devrait être administré ce fonds privé.

LISTNUM 1 \l 11709             L'APFTQ tient à réitérer au Conseil qu'elle a toujours été un partenaire important du FCT et qu'elle s'est toujours empressée à soumettre des propositions pour répondre aux attentes de ses différents partenaires.

LISTNUM 1 \l 11710             Elle a d'ailleurs été l'instigatrice du système d'enveloppes financières dédiées aux diffuseurs, pour leur permettre de composer leurs grilles de programmation sans avoir à se soumettre aux aléas des analyses de contenus, comme c'était la coutume depuis la création de Téléfilm Canada.

LISTNUM 1 \l 11711             Or, malgré le fait que le Groupe de travail affirme avoir rencontré les différents intervenants de l'industrie, l'APTFQ ne retrouve aucune de ses positions aux recommandations dans le Rapport du Groupe de travail et certainement pas celle qui veut que les contributions versées par les EDR soient considérées comme des sommes publiques qui contribuent au financement de la production d'émissions canadiennes prioritaires. C'est assez étonnant.


LISTNUM 1 \l 11712             Ce qui étonne aussi, ce sont certaines questions que veut examiner le Conseil concernant les définitions et les outils de mesure de l'éventuel volet de financement du secteur privé.

LISTNUM 1 \l 11713             Dans le présent avis public, le Conseil fait mention de la recommandation 19 du rapport où il informe que ‑ et je cite ‑ " des parties ont soulevé des préoccupations quant à la meilleure façon de définir des expressions telles que 'le succès auprès de l'auditoire' et 'rendement projeté sur les investissements'. Des parties se sont demandées, par exemple, s'il ne faudrait pas instaurer des paramètres différents en fonction des divers genres de programmation fournis par diverses entreprises de programmation. "

LISTNUM 1 \l 11714             Quand on lit les questions du Conseil concernant les succès d'auditoire et les différents outils de mesure qui devraient s'adapter aux différentes émissions, devons‑nous comprendre que le Conseil sous‑entend que les contributions des EDR sont de nature privée et peuvent servir au financement des émissions destinées  au secteur privé avec des critères uniques de rentabilité ?


LISTNUM 1 \l 11715             Si c'est le cas, l'APFTQ se joint aux nombreux intervenants qui ont déposé des mémoires pour dire qu'il ne doit pas y avoir qu'un seul fonds et que ses objectifs doivent répondre à des critères culturels qui peuvent aussi s'avérer rentables.

LISTNUM 1 \l 11716             On sait tous que les deux entreprises de distribution ‑ Vidéotron et Shaw ‑ qui ont déclenché tout ce processus, ne cautionnent même pas le rapport du Groupe de travail.

LISTNUM 1 \l 11717             Québecor Média affirme que le Groupe de travail n'a pas entendu sérieusement ses préoccupations et que, si le FCT est géré selon les propositions du Groupe de travail, TVA n'aura d'autres choix que de se tourner vers d'autres modèles de production et abandonner les genres d'émissions supportés par le FCT.

LISTNUM 1 \l 11718             Québecor Média souhaite que la contribution de Vidéotron au FCT soit envoyée au fonds Québecor pour soutenir de la production dédiée à TVA.

LISTNUM 1 \l 11719             Et cela, évidemment, sans aucune garantie envers la production indépendante ou la production d'émissions prioritaires.

LISTNUM 1 \l 11720             Mais pour ajouter l'insulte à l'injure, Québecor prétend que, grâce à sa filiale JPL ‑ et je cite ici monsieur Pierre‑Karl Péladeau : " Au lieu d'être des experts en financement, les producteurs indépendants devront devenir des experts en production. "


LISTNUM 1 \l 11721             Ça, c'est un peu comme nous traiter comme des producteurs de catégorie B.

LISTNUM 1 \l 11722             Fin de la citation.

LISTNUM 1 \l 11723             Quant à Shaw, il est en complet désaccord avec les conclusions du Rapport du Groupe de travail à l'effet que le FCT est le bon véhicule pour a promotion d'une programmation canadienne dans un environnement numérique.

LISTNUM 1 \l 11724             Évidemment, Shaw supporte l'idée d'un fonds privé pour la production d'une programmation qui répond à la demande des consommateurs, quelque en soit le genre.

LISTNUM 1 \l 11725             Shaw s'attend même à ce que le FCT devienne autosuffisant après une certaine période, de sorte que les EDR n'aient plus à contribuer à son financement.

LISTNUM 1 \l 11726             En résumé, les deux EDR récalcitrantes souhaitent que le FCT change fondamentalement la nature de son intervention.

LISTNUM 1 \l 11727             Fini les obligations de financement des émissions prioritaires.

LISTNUM 1 \l 11728             Si les consommateurs souhaitent des jeux‑questionnaires, des magazines ou des télé‑réalités, c'est ce que le système doit financer.


LISTNUM 1 \l 11729             Selon ces entreprises, qui ont pourtant largement bénéficié de la réglementation pour devenir aussi prospères, maintenant c'est le marché qui doit régir le contenu et son financement.

LISTNUM 1 \l 11730             En tant que Canadiens et citoyens responsables, devons‑nous adhérer à cette vision purement mercantile qui fait fi du bien commun, ou bien devons‑nous reconnaître que, sans réglementation et sans financement d'une production nationale prioritaire, notre culture aurait peu de chance de s'épanouir à l'antenne des diffuseurs canadiens ?

LISTNUM 1 \l 11731             Pour nous, poser la question, c'est y répondre.

      M. LEDUC : Bonjour, Madame la Présidente. Bonjour, Monsieur le Vice‑président. Monsieur le Commissaire.

      LA SECRÉTAIRE :  S'il vous plait, ouvrez votre micro, Monsieur.

      M. LEDUC : Ah, pardon.

      LA SECRÉTAIRE : Merci.

      M. LEDUC : Monsieur le Commissaire Morin.

      Le Conseil comprendra que nous ne commenterons pas les paramètres qui devraient définir le succès auprès de l'auditoire ou les outils qui devraient être utilisés pour différencier et évaluer les différents genres d'émissions.


LISTNUM 1 \l 11732             L'APFTQ croit plutôt que, dans le marché francophone, la mesure de succès auprès de l'auditoire devrait carrément être abolie.

LISTNUM 1 \l 11733             Les émissions de langue française connaissent un énorme succès auprès des auditoires et cela n'est plus à démontrer.

LISTNUM 1 \l 11734             On doit savoir que cette mesure de succès auprès de l'auditoire, qui sert à définir les enveloppes financières des diffuseurs, crée d'énormes pressions sur les services spécialisés et les télévisions éducatives.

LISTNUM 1 \l 11735             Ces télévisions, qui rejoignent une faible proportion des audiences, contribuent largement au financement de la production canadienne prioritaire.

LISTNUM 1 \l 11736             Nous pensons que la notion de succès auprès de l'auditoire ne reconnaît pas les spécificités de chacun des télédiffuseurs qui ne sont pas des télévisions généralistes ayant accès à un large auditoire et devrait être retirée des critères d'attribution des enveloppes des diffuseurs dans le marché francophone.

LISTNUM 1 \l 11737             Nous allons maintenant répondre à des questions connexes que le Conseil s'est posées.


LISTNUM 1 \l 11738             Or, concernant les sources additionnelles de financement pour le Fonds canadien, le Groupe de travail a reconnu que ses recommandations font en sorte que le Fonds canadien doit augmenter ses revenus.

LISTNUM 1 \l 11739             Il préconise deux façons d'y parvenir : des investissements en capital (PPC) de la part du FCT et des augmentations des licences de la part des télédiffuseurs.

LISTNUM 1 \l 11740             Si l'on a bien compris le message des télédiffuseurs conventionnels lorsqu'ils se sont présentés devant le CRTC lors de l'examen de la Politique sur la télévision en direct, ces derniers ont affirmé avoir besoin de redevances venant des EDR pour continuer à remplir leurs obligations de contenus canadiens.

LISTNUM 1 \l 11741             Ils ont même réitéré leurs demandes dan le cadre des audiences portant sur la réglementation des EDR et des services facultatifs.

LISTNUM 1 \l 11742             Vous comprendrez que nous doutons fortement que les télédiffuseurs augmentent leurs licences dans un tel contexte.

LISTNUM 1 \l 11743             Et quant aux investissements en capital, nous en avons longuement parlé dans notre mémoire, et il nous fera plaisir de répondre à vos questions sur le sujet, si vous le désirez.


LISTNUM 1 \l 11744             Si les recommandations du Groupe de travail visant à financer la production de multimédia et à retourner une partie des crédits d'impôt aux producteurs indépendants ne sont pas retenues, nous croyons que le Fonds canadien n'aurait pas besoin de financement additionnel sauf pour son indexation, ou par le biais d'une contribution fédérale équivalente à celle des EDR.

LISTNUM 1 \l 11745             Concernant la programmation éducative maintenant...

LISTNUM 1 \l 11746             Lorsqu'il a proposé un financement basé sur la rentabilité et les résultats d'audience, le Groupe de travail a‑t‑il pensé aux télévisions éducatives et aux services spécialisés ?

LISTNUM 1 \l 11747             Ceux‑ci seront sûrement pénalisés puisqu'ils n'obtiennent qu'une très petite part du marché de la radiodiffusion et n'auraient probablement plus accès, ou alors d'une façon bien marginale, au Fonds canadien de télévision.

LISTNUM 1 \l 11748             Or, les télévisions éducatives et culturelles, contrairement aux télédiffuseurs privés conventionnels, répondent à des mandats spécifiques et essentiels à notre identité culturelle et nationale, et non pas à des objectifs de rentabilité.


LISTNUM 1 \l 11749             Le Conseil se demande quelles mesures le Fonds canadien de télévision devrait prendre pour assurer une aide appropriée aux émissions auxquelles les télédiffuseurs éducatifs ont payé des droits de diffusion.

LISTNUM 1 \l 11750             Nous pensons que le Conseil devrait plutôt intervenir en octroyant aux télévisions éducatives, qui sont des services de télévision en direct, des redevances de distribution.

LISTNUM 1 \l 11751             Ainsi, ces services pourraient compter sur des revenus stables qui leur permettraient de remplir adéquatement leur mandat.

LISTNUM 1 \l 11752             De plus, cela leur permettrait d'augmenter leurs licences de diffusion, ce qui bonifierait leurs enveloppes de financement provenant du Fonds canadien de télévision.

LISTNUM 1 \l 11753             Évidemment, si le critère des résultats d'audience était retiré de l'évaluation des enveloppes du FCT, les télévisions éducatives bénéficieraient également de cet avantage.

LISTNUM 1 \l 11754             Pour ce qui est des producteurs indépendants, le Conseil se demande quels seraient les meilleurs moyens de maximiser l'apport du secteur de la production indépendante.


LISTNUM 1 \l 11755             Le Groupe de travail a indiqué ‑ et je cite ‑ " qu'il croyait aussi que la santé du secteur indépendant de la production est l'un des éléments clés du système canadien de radiodiffusion. Quand les producteurs indépendants se disputent l'accès aux grilles horaires des télédiffuseurs, les chances sont d'autant meilleures de bénéficier d'une excellente programmation et de réduire les coûts. "

LISTNUM 1 \l 11756             Les critères actuels du Fonds canadien de télévision maximisent l'apport du secteur de la production indépendante en limitant l'accès des entreprises liées à un diffuseur.

LISTNUM 1 \l 11757             Nous sommes d'avis que cette mesure doit continuer de s'appliquer puisqu'elle permet, entre autre, de rencontrer les objectifs de la Loi sur la radiodiffusion et permet un accès de la production indépendante au système de radiodiffusion.

LISTNUM 1 \l 11758             L'APFTQ devrait‑elle se réjouir que le Groupe de travail reconnaisse le savoir et l'expérience que les représentants des producteurs ont apportés au FCT ?

LISTNUM 1 \l 11759             Qu'il considère que ces avantages devraient être conservés et qu'il propose que le FCT veille à ce que les points de vue du secteur de la production indépendante continuent à faire partie des délibérations du Fonds canadien de télévision ?


LISTNUM 1 \l 11760             Nous croyons que les producteurs indépendants doivent continuer à être représentés au sein du CA du Fonds canadien de télévision pour s'assurer de la diversité du bassin de création et de l'accès des créateurs au système de radiodiffusion.

LISTNUM 1 \l 11761             Nous sommes d'avis que le Fonds canadien de télévision ainsi que ses programmes de financement correspondent en tout point aux objectifs de la politique canadienne définis dans la Loi sur la radiodiffusion.

LISTNUM 1 \l 11762             De plus, ses programmes sont révisés régulièrement pour répondre aux besoins exprimés par les différents intervenants qui composent le système de radiodiffusion tout en maintenant les objectifs initiaux énoncés par le CRTC et maintenus par le gouvernement canadien.

LISTNUM 1 \l 11763             Madame Samson ?

      MME SAMSON : Merci.

      En terminant, nous souhaitons que le Conseil exige des EDR qu'elles leurs contributions au Fonds canadien à chaque mois.


LISTNUM 1 \l 11764             Nous nous attendons aussi à ce que le Conseil et le gouvernement canadien reconnaissent l'importance de la production d'émissions canadiennes prioritaires à l'antenne de tous les diffuseurs et qu'ils maintiennent toute forme de réglementation visant la représentation de la culture canadienne à leurs antennes.

LISTNUM 1 \l 11765             Nous vous remercions et nous sommes, bien sûr, disposés à répondre à vos questions.

      LA PRÉSIDENTE : Merci, Madame Samson et Monsieur Leduc.

      Commissaire Morin ?

      CONSEILLER MORIN : Bonjour.

      J'aimerais d'abord avoir vos réactions vis‑à‑vis la proposition du Groupe Québecor de créer de toutes pièces un fonds Québecor et de se retirer du Fonds canadien de télévision.

      Et l'idée, c'est d'augmenter, finalement, le contenu canadien parce que Québecor nous propose, finalement, de pratiquement doubler le montant, qui passerait de près de 60 millions à plus de 100 millions de dollars.

      M. LEDUC : Premièrement, je vous dirais que, à l'instar de bien d'autres intervenants, nous sommes contre le retrait unilatéral du Groupe Québecor du financement du Fonds canadien de télévision.

      Nous pensons que c'est une mesure publique et que la formule de " opting out " présentée par Québecor n'a pas sa place.


                 Par ailleurs, c'est intéressant de constater que Québecor croit en la production canadienne, et nous aussi. Ça me semble être deux objets différents.

      La contribution de Québecor au Fonds canadien de télévision est issue de devoirs réglementaires, et la décision de Québecor Média Inc. d'investir plus largement dans un fonds Québecor ou dans un fonds autre est issue d'une décision d'affaires internes.

      L'un n'accompagne pas l'autre réglementairement. Il pourrait très bien augmenter sa contribution au fonds Québecor, il pourrait très bien augmenter sa contribution à JPL, et ainsi de suite, sans se retirer du financement du Fonds canadien.

      CONSEILLER MORIN : Mais il n'y est pas tenu. À ce moment‑là, Québecor s'engagerait à augmenter de façon considérable un fonds qui soit dédié aux productions canadiennes.

      C'est ça, la proposition de Québecor.

      C'est donc de sortir du système tel qu'on l'a actuellement, mais d'offrir en garantie une offre de contenu canadien beaucoup plus importante.

      Et, je vous pose la question, est‑ce que c'est les structures ou le contenu canadien qui vous intéresse ?

‑‑‑ Laughter/Rires

      M. LEDUC : Les deux, j'espère.


      Je pense que l'échafaudage de la structure du contenu canadien est composé d'un ensemble de réglementation et d'action. Et on ne peut pas, pensons‑nous, du moins, simplement retirer une pièce quand ça fait notre affaire pour la mettre de côté.

      En tous cas, je sais, ou je crois savoir, Monsieur Morin, que vous avez rénové des maisons dans votre vie. Il faut faire attention aux murs de soutènement à l'occasion avant de les enlever.

      Et, je vous répète, nous croyons au contenu canadien. Nous sommes des producteurs d'émissions canadiennes.

      Les succès en télévision francophone sont au nombre.

      Je prenais dernièrement la liste de Playback, qui est un magazine qui s'adresse aux communications, et puis ils disaient " Top 20 programs in English Canada ". Et ça partait, là, de Criminal Minds et puis ça finissait à Brothers and Sisters.

      Si on faisait les " Top 20 TV programs in Canada ", on enlèverait 10 programmes anglophones pour mettre 10 programmes francophones. Et de ces 10 productions francophones, il y en a neuf qui sont des productions canadiennes originales ‑ et dont plusieurs de TVA, bien sûr.


LISTNUM 1 \l 11766             Donc, les succès en télévision francophone sont exemplaires, et la volonté exprimée  par Québecor Média d'augmenter sa participation au contenu canadien est fort louable.

LISTNUM 1 \l 11767             On pense  que c'est plus à l'aise de le faire dans le système actuel. Et par ailleurs, ils peuvent très bien augmenter leur contribution au contenu canadien tout en contribuant au Fonds canadien de télévision.

LISTNUM 1 \l 11768             Monsieur Lind nous expliquait tantôt que Rogers tenait absolument mordicus à garder son système de télévision communautaire qui avait apporté beaucoup au système.

LISTNUM 1 \l 11769             Alors, visiblement, l'un n'empêche pas l'autre.

      CONSEILLER MORIN : Mais Québecor, s'ils investissaient 100 millions, je pense bien que ce ne serait pas pour avoir des baisses d'auditoires.

      Ce serait pour avoir des productions qui méritent un auditoire, qui gagnent un auditoire, comme c'est le cas actuellement avec certaines émissions financées pas le Fonds canadien de la télévision. Sauf que, ce qu'ils proposent, c'est d'en offrir plus.

      MME SAMSON : D'en offrir plus. Maintenant, ce fonds‑là serait dédié à TVA.


      Et quand on parle de la contribution de Vidéotron, ou des abonnés de Vidéotron, devrait‑on dire, au Fonds canadien de télévision, les abonnés s'attendent à ce que leur contribution ‑ les gens ne s'abonnent pas au câble que pour regarder TVA. Ils regardent aussi RDS et Radio‑Canada et TQS et les chaînes spécialisées et Télé‑Québec.

      La contribution des abonnés par le truchement de Vidéotron devrait bénéficier à l'ensemble des joueurs du système, et non pas uniquement à un joueur.

LISTNUM 1 \l 11770             Mais, comme le dit Vincent, que Québecor souhaite investir 100 millions de plus dans la programmation canadienne, il n'y a personne qui va s'opposer à ça dans le système canadien ou au Québec. Naturellement pas.

LISTNUM 1 \l 11771             CONSEILLER MORIN : Hier, l'association des radiodiffuseurs canadiens a évoqué ici un problème, à savoir que, au Québec, plus de 50 pour cent des contributions du gouvernement canadien sont accaparés par les diffuseurs publics.

LISTNUM 1 \l 11772             Est‑ce que, pour vous, comme association, ça vous interpelle?  Est‑ce que vous trouvez qu'il y a un déséquilibre comme le prétend l'Association canadienne des radiodiffuseurs?


LISTNUM 1 \l 11773             MME SAMSON :  Si la proposition faite, formulée par ATEC, les télévisions éducatives au Fonds canadien de télévision était acceptée, il y a quelque chose comme 50 ou 52 pour cent en français, des sommes en français qui seraient attribuées à Radio‑ Canada et Téléquébec.

LISTNUM 1 \l 11774             Il faut se rappeler, il faut être conscient, c'est un fait il faut le reconnaître, mais il faut aussi reconnaître qu'il s'agit là de la part traditionnelle qu'ils sont allés chercher aux Fonds canadien de télévision depuis son existence à toutes fins pratiques et dans des genres d'émissions que beaucoup de diffuseurs privés ne font pas.

LISTNUM 1 \l 11775             M. LEDUC :  Mais si vous me permettez, monsieur Morin, je me sens mal à l'aise de commenter complètement ça, tu sais.  C'est une décision, je pense, de Patrimoine Canada que la contribution de ‑‑ pas la contribution, mais ce que Radio‑Canada devrait retirer du fonds est 37 pour cent.  Ça a été basé, je pense, sur son retrait historique des émissions de fonds canadiens.

LISTNUM 1 \l 11776             Moi, je n'ai pas d'opinion réelle, est‑ce que ça devrait être 37, 36, 35, 33, est‑ce que ça peut monter à 52 ou pas, tu sais, ça peut vite devenir très technique.


LISTNUM 1 \l 11777             Mais dans les faits, il s'agit ici d'une politique nationale eu égard aux émissions qui sont soutenues par le fonds, qui sont des émissions dramatiques, des émissions de variétés et des arts de la scène, des émissions documentaires et des émissions s'adressant à la jeunesse.  Alors, c'est ça dont il est question.

LISTNUM 1 \l 11778             Est‑ce qu'en documentaires et en jeunesse ce sont des émissions qui ont tendance à être plus des télévisions généralistes publiques que des émissions de télévisions généralistes privées?  Je vous dirais oui, effectivement, traditionnellement en tout cas, tu sais.

LISTNUM 1 \l 11779             CONSEILLER MORIN :  Le groupe de travail propose deux volets de financement dont un pour le privé avec des contributions des E.D.R.

LISTNUM 1 \l 11780             Évidemment, vous êtes contre, mais pour le consommateur, pour le contribuable, est‑ce qu'il n'y aurait pas avantage, finalement, à voir exactement d'où viennent les fonds et comment ils sont utilisés avec des mandats qui sont différents selon qu'il s'agit d'un mandat public comme les télévisions éducatives et Radio‑Canada et les entreprises et les télédiffuseurs privés.

LISTNUM 1 \l 11781             C'est un peu le sens de la proposition du groupe de travail.


LISTNUM 1 \l 11782             Est‑ce que, pour vous, l'information pour le consommateur, pour le contribuable c'est important parce que quand on regarde le rapport annuel du Fonds canadien de télévision, on a un bel amalgame, mais on n'a pas des objectifs précis, centrés sur des objectifs qui sont différents au fond entre le secteur privé et le secteur public.

LISTNUM 1 \l 11783             MME SAMSON : Vous avez abordé hier matin cette question‑là d'une façon assez exhaustive avec le président du Conseil du fonds et le personnel du Fonds canadien, tous reconnaissent que le Fonds canadien de télévision a des objectifs et des enjeux de communication importants et des défis importants à relever maintenant et dans l'avenir et c'est évident, sensibiliser le public à ce qu'est la machine du Fonds canadien de télévision, c'est un travail énorme et le fonds canadien devra s'y attaquer certainement.

LISTNUM 1 \l 11784             Mais je pense que le public, le consommateur, règle générale, je serais curieuse de faire un sondage pour voir quel pourcentage de la population comprend aussi ce qu'est le CRTC, comment ça fonctionne, ce que ça fait.


LISTNUM 1 \l 11785             Le Fonds canadien est un peu dans cette position‑là.  C'est un organisme intra industriel et culturel, c'est sûr que la... probablement que sur le radar de la notoriété, il n'apparaît pas.  Probablement que des audiences, bien que, là, on commence à en entendre parler davantage et les gens, dans les sondages, croient à leur télévision et ils en veulent une bonne.

LISTNUM 1 \l 11786             C'est une opportunité pour le Fonds canadien de relever ce défi‑là et, bien sûr, de mieux faire connaître sa contribution et il y aura toujours moyen d'améliorer la perception du Fonds canadien.  Là‑dessus, nous nous rendons aux observations que vous avez faites hier et que le Fonds canadien a reconnues.

LISTNUM 1 \l 11787             M. LEDUC :  Mais si vous me permettez également, monsieur Morin, mon vieux professeur de philosophie m'enseignait que la science est égale à la vertu.  Et c'est sûr qu'un citoyen bien informé est un meilleur citoyen.

LISTNUM 1 \l 11788             Mais, sincèrement, je doute beaucoup qu'un spectateur de télévision s'attarde longuement au générique d'une émission pour voir quel en est son financement et tout.


LISTNUM 1 \l 11789             Ceci dit, je pense que Claire identifie bien ce que veut le spectateur, le spectateur québécois francophone en tout cas, canadien francophone, il veut des émissions dans lesquelles il se reconnaît.  Il veut des émissions qui sont de qualité, des émissions qui, à la fois, l'élèvent et le divertissent et on espère humblement que les membres de notre Association contribuent à ces principes‑là

LISTNUM 1 \l 11790             CONSEILLER MORIN :  Mais la question de l'auditoire, particulièrement pour le fonds privé ou le volet de financement privé ‑‑ on verra si c'est un fonds distinct ou pas, comme l'a proposé ce matin Rogers ‑‑ mais est‑ce que dans le fond on n'aurait pas des objectifs très simples où tout le monde pourrait s'y retrouver?

LISTNUM 1 \l 11791             Actuellement, c'est difficile de s'y retrouver et de voir exactement qui finance qui et qui obtient les résultats.

LISTNUM 1 \l 11792             En fin de semaine, il y avait deux pages dans La Presse, il n'y avait aucune mention du Fonds canadien.  Il y en avait un qui était une série de TVA, l'autre... les deux autres de Radio‑Canada.  Donc, le secteur public obtient, a des gains.  On pense aux Lavigueur ‑‑ je ne sais pas si l'histoire est vraie ou pas ‑‑ mais ça semble assez bien fonctionner.

LISTNUM 1 \l 11793             M. LEDUC :  Il y a vraiment beaucoup de spectateurs en tout cas.


LISTNUM 1 \l 11794             COMMISSIONNAIRE MORIN :  Ça semble assez bien fonctionner en terme de cote d'écoute que de fixer des objectifs.  Est‑ce que c'est quelque chose qui vous heurte à ce point?

LISTNUM 1 \l 11795             M. LEDUC :  Ah! mon Dieu, plus à mon âge.  Mais je vous dirais, monsieur Morin, tantôt vous disiez que dans toute cette réglementation du Fonds canadien et de télévision, une chatte... *une chatte perdrait ses chats+, mais je vous assure, par expérience, que faites‑en un autre, faites‑en deux fonds différents, il y aura toujours des complications d'administration, il y aura toujours des complications d'admissibilité.

LISTNUM 1 \l 11796             Vous au CRTC si vous donnez des numéros aux émissions canadiennes, vous vous fixez des critères, des objectifs, et je suis sûr que vos excellents employés qui font tout ce classement‑là savent que la réglementation est une affaire compliquée en matière de radiodiffusion.

LISTNUM 1 \l 11797             Alors, oui, je veux que ça soit simple, je veux qu'on le comprenne, je veux que ça marche, mais je ne suis pas sûr que deux fonds, un privé, un public, va simplifier les choses.

LISTNUM 1 \l 11798             CONSEILLER MORIN :  Vous parliez d'administration.  Quel est votre point de vue sur la dimension du conseil d'administration?


LISTNUM 1 \l 11799             Est‑ce qu'un conseil d'administration composé de cinq représentants indépendants c'est quelque chose que vous verriez d'un oeil favorable par rapport à la situation actuelle où on a un conseil d'administration de près de 20 personnes sinon plus, dépendant... dépendant du fait où les producteurs resteront ou pas sur le conseil d'administration?

LISTNUM 1 \l 11800             M. LEDUC :  Mais, comme on l'a déjà écrit, dit tantôt, souligné à traits rouges et tout ce que vous voulez, comme on espère sincèrement que les représentants des producteurs indépendants continuent à siéger au conseil d'administration du Fonds canadien de télévision ou des conseils d'administration du Fonds canadien de télévision, s'il y a deux... ce qui est appelé des "streams" ou des deux différents conseils des nouveaux organismes que seraient les Fonds canadiens de télévision *splittés+, instinctivement c'est facile de dire : ah! bien, tu sais, cinq personnes, c'est bien plus simple, tu sais, trois d'un bord, deux de l'autre puis c'est tout.

LISTNUM 1 \l 11801             Mais il y a plusieurs représentants à ce système‑là et je pense que la lourdeur du conseil d'administration que vous évoquez, du Fonds canadien de télévision ne se transporte pas, heureusement, dans les pratiques de gens qui déposent des projets au Fonds canadien de télévision.


LISTNUM 1 \l 11802             Alors, c'est peut‑être lourd le conseil d'administration, je n'y ai jamais eu le plaisir de siéger et ce n'est vraiment pas quelque chose que je me souhaiterais, par ailleurs, mais, moi, comme producteur qui dépose des projets en demande de financement au Fonds canadien de télévision, je peux vous assurer qu'on ne sent aucune de ces lourdeurs‑là comme utilisateurs.

LISTNUM 1 \l 11803             CONSEILLER MORIN :  Une autre question;  vous dites dans votre mémoire que dans le marché francophone, la mesure de succès auprès de l'auditoire devrait être carrément abolie.

LISTNUM 1 \l 11804             Vous savez, il y a des succès inévitablement.  Il y en a du côté anglophone aussi, mais comme objectif, je suis un peu surpris que vous écriviez...

LISTNUM 1 \l 11805             M. LEDUC :  Ah!  On a l'air à contre‑courant hein!

LISTNUM 1 \l 11806             MME SAMSON :  Bien, c'est simplement que dans le marché francophone, le succès de la télévision canadienne est indéniable.  Depuis des années, ça marche et ça fonctionne très bien.


LISTNUM 1 \l 11807             En plus, depuis que dans la dernière entente de contribution Radio‑Canada s'est vue octroyer 37 pour cent de la part de l'enveloppe francophone, bien là, vous laissez la balance des sommes disponibles pour la production francophone, là, vous laissez TVA, TQS, les chaînes spécialisées et Téléquébec ‑‑ est‑ce que j'ai nommé TQS?

LISTNUM 1 \l 11808             CONSEILLER MORIN :  Oui.

LISTNUM 1 \l 11809             MME SAMSON :  Oui, TQS, bon.  Alors, là, vous laissez quatre diffuseurs compétitionner seuls puisque Radio‑Canada ne compétitionne plus, vous laissez quatre diffuseurs compétitionner seuls pour les sommes disponibles en français.

LISTNUM 1 \l 11810             Or, ce sont quatre diffuseurs qui opèrent dans un contexte... dans des contextes complètement différents et on ne peut pas s'attendre à ce que des chaînes spécialisées puissent compétitionner avec des réseaux traditionnels.

LISTNUM 1 \l 11811             Les gens au Québec, quand ils regardent la télévision le soir, ils regardent la télévision québécoise.  Marginalement ils vont regarder de la télévision étrangère, mais, essentiellement, pour la grande part d'écoute du public francophone au québec, les gens regardent leur télévision, que ce soit à Radio‑Canada, à Canal Vie ou à TQS ou à TVA ou à Téléquébec, ils regardent la télévision qui est faite pour eux et par nous.


LISTNUM 1 \l 11812             Alors, que l'auditoire soit à un endroit un soir puis le lendemain ailleurs, tout ça mis ensemble fait que nos stations de télévision ont une part de marché X, Y, Z, selon leur pouvoir d'attraction, mais à partir du moment où un des joueurs important, conventionnel qui est Radio‑Canada ne compétitionne plus avec les autres, ça devient impensable pour les quatre autres de se battre entre eux pour avoir la balance de la tarte dans des contextes qui n'ont absolument rien à voir les uns avec les autres.

LISTNUM 1 \l 11813             CONSEILLER MORIN :  Merci.

LISTNUM 1 \l 11814             THE CHAIRPERSON :  Vice‑Chairman Arpin?

LISTNUM 1 \l 11815             CONSEILLER ARPIN :  Bien, pour donner suite exactement à cette question‑là de mesure de succès, si je regarde l'écoute de la télévision de langue française actuellement, c'est très évident que les émissions canadiennes québécoises à la télévision généraliste, voire même à la télévision publique sont d'un grand attrait et tirent les plus grosses cote d'écoute.

LISTNUM 1 \l 11816             Est‑ce aussi vrai des canaux spécialisés?


LISTNUM 1 \l 11817             M. LEDUC :  Pas tous les canaux spécialisés.  Dans certains, oui.  Je dirais que dans certains des canaux spécialisés de services, nous, entre autres, comme maison de production on travaille chez Astral à Canal Vie et je crois que spécifiquement Canal Vie, ce sont les productions canadiennes qui ont le plus grand succès d'auditoires.

LISTNUM 1 \l 11818             Mais, évidemment, c'est intrinsèque à Canal Vie, tu sais, si on les compare à Dieu Merci! ou à Tout le monde en Parle, on va être loin du compte.

LISTNUM 1 \l 11819             CONSEILLER ARPIN :  À Série Plus ou à...

LISTNUM 1 \l 11820             M. LEDUC :  À Série Plus, je... écoutez, ils ont peu de productions originales francophones.  Il y a beaucoup de productions canadiennes qui sont en doublage.  Je crois que les productions originales francophones ont un bon succès.

LISTNUM 1 \l 11821             Sincèrement, je me sens incapable de répondre spécifiquement à votre question si... dans les... ils font Miss Météo actuellement, ils ont fait Françoise Série, ils ont fait Homme en quarantaine.

LISTNUM 1 \l 11822             Si, quand ils ont diffusé ces productions‑là, oui, ça marche, on le sait, on le connaît.  Si c'était spécifiquement ces productions‑là qui avaient leur plus gros succès d'auditoire, je serais incapable de vous répondre.

LISTNUM 1 \l 11823             Mais certainement qu'elles faisaient bonne figure.


LISTNUM 1 \l 11824             CONSEILLER ARPIN :  C'est sûr que je n'ai pas les données présentement avec moi.

LISTNUM 1 \l 11825             Je suis sûr que les gens d'Astral écoutent attentivement et quand ils vont venir nous rencontrer, ils seront en mesure de répondre à la question.  Mais c'est parce que vous dites qu'il faudrait abolir la mesure de succès.

LISTNUM 1 \l 11826             Je comprends très bien votre raisonnement quand j'écoute ce que madame Samson dit concernant la télévision hertzienne.

LISTNUM 1 \l 11827             M. LEDUC :  Oui.

LISTNUM 1 \l 11828             CONSEILLER ARPIN :  J'essaie de l'adapter ou de l'intégrer à la télévision spécialisée et...

LISTNUM 1 \l 11829             M. LEDUC :  Non, mais ce que...

LISTNUM 1 \l 11830             CONSEILLER ARPIN :  Je ne suis pas en mesure de tirer une conclusion à partir de votre énoncé.

LISTNUM 1 \l 11831             Si on abolissait la mesure de succès, vous la remplaceriez par quelque chose d'autre ou si vous laisseriez les autres critères et vous donneriez plus de poids à un autre critère ou quoi?


LISTNUM 1 \l 11832             MME SAMSON :  On pourrait rééquilibrer les autres critères.  On pourrait rajouter des critères.  Je suis convaincue qu'il y a... quand on a mis en place le système des enveloppes, on a réussi à obtenir un consensus chez tous les diffuseurs au Québec pour élaborer le système.

LISTNUM 1 \l 11833             Je suis convaincue que si on se rassoyait tout le monde ensemble, on va prendre une photo cette fois‑là parce que ça arrive peu souvent, c'est évident qu'on pourrait élaborer et identifier des critères.

LISTNUM 1 \l 11834             On sait que pour la FTQ, la production régionale est un critère important.  Maintenant, il faut être réaliste aussi et ne pas penser que 50 pour cent de la production va être faite en dehors du centre de production qui est Montréal, mais il y aurait moyen d'améliorer certainement la situation de la production régionale qui pourrait être davantage reconnue dans l'attribution des enveloppes.

LISTNUM 1 \l 11835             Certainement que la hauteur des licences qui sont payées, on pourrait certainement mieux reconnaître la contribution des diffuseurs qui prennent plus de risque soit dans le développement d'un nouveau concept, de nouvelles émissions ou dans la façon dont ils financent les émissions.


LISTNUM 1 \l 11836             Ça devrait être reconnu certainement qu'un diffuseur qui prend la peine d'investir davantage dans une structure de financement pour permettre un plus grand nombre de productions, ça mérite d'être encouragé aussi certainement.

LISTNUM 1 \l 11837             M. LEDUC :  Mais si vous me permettez une boutade, monsieur le vice‑président.  Je suis sûr que si on demande à quelqu'un de trouver des critères, ils vont en trouver.

‑‑‑ Rires

LISTNUM 1 \l 11838             CONSEILLER ARPIN :  Je n'ai pas de doute.

LISTNUM 1 \l 11839             M. LEDUC :  Vous n'avez pas de doute vous non plus, hein!

LISTNUM 1 \l 11840             CONSEILLER ARPIN :  Si... toute chose étant égale puis on élimine la mesure de succès, mais on conserve les mêmes critères au même poids qu'ils ont ou un nouveau poids qu'ils auraient parce que, évidemment, on élimine un des critères, mais sans les re‑balancer ou sans leur donner... sans en introduire des nouveaux, est‑ce qu'on ne créerait pas... on n'arriverait pas seulement qu'à accroître l'enveloppe qui va aux canaux spécialisés et ça, au détriment des généralistes qui sont déjà en perte de croissance?

LISTNUM 1 \l 11841             Ils sont en perte de croissance de l'écoute, d'une part, mais cependant ils sont les principaux déclencheurs de la production des dramatiques.


LISTNUM 1 \l 11842             Ce n'est pas... vous n'avez pas... ça ne vous inquiète pas d'éliminer la mesure de succès?  Parce que, actuellement, c'est clair que... c'est vrai que c'est à Radio‑Canada, mais ils marchent aussi quand même... ils ont quand même des enveloppes allouées aux différents genres.

LISTNUM 1 \l 11843             M. LEDUC :  Aux genres.

LISTNUM 1 \l 11844             CONSEILLER ARPIN :  C'est clair qu'avec Les Lavigueur, ça leur donne... ça ne nuira pas à leur enveloppe de dramatique pour l'année prochaine en tout cas.

LISTNUM 1 \l 11845             MME SAMSON :  Non.  Et l'enveloppe de Radio‑Canada pour l'année prochaine est déjà déterminée de toute façon.

LISTNUM 1 \l 11846             CONSEILLER ARPIN :  Oui, de toute façon, mais en tout cas, ou dans les années futures.

LISTNUM 1 \l 11847             MME SAMSON :  Il est évident que si on enlève la donnée ou la composante de l'auditoire, je vous donne l'exemple du documentaire, au Québec, il y a deux clients pour le documentaire : il y a Téléquébec, il y a les chaînes d'Astral.

LISTNUM 1 \l 11848             M. LEDUC :  Ah!  Puis il y a Radio‑Canada aussi.


LISTNUM 1 \l 11849             MME SAMSON :  Bien, Radio‑Canada aussi, mais je parle dans le système des enveloppes pour la compétition.  À partir du moment où Radio‑Canada ne compétitionne plus, Radio‑Canada et son enveloppe documentaire, si on enlève la composante auditoire pour ceux qui compétitionnent sur l'auditoire, au Québec il y a deux clients pour le documentaire essentiellement : un petit peu TFO, mais c'est essentiellement Téléquébec et les chaînes d'Astral.

LISTNUM 1 \l 11850             Il est évident qu'entre ces deux‑là, ils vont se partager l'enveloppe du documentaire qui va demeurer disponible, à moins que TQS décide de commencer à faire du documentaire, mais enfin...

LISTNUM 1 \l 11851             CONSEILLER ARPIN :  On verra ce qui arrivera.

LISTNUM 1 \l 11852             MME SAMSON :  ... c'est peu probable, en tout cas, à court terme.  Mais je ne pense pas, non, que... probablement que s'il y a une chose, si on enlève l'auditoire, ça permettrait à chacun des diffuseurs probablement d'avoir une meilleure projection ou une plus grande stabilité dans les ressources qui leur seraient rendu disponibles puisque l'accès traditionnel, mathématiquement, prendrait plus d'importance.


LISTNUM 1 \l 11853             Donc, ça risquerait uniquement d'avoir un peu moins de soubresauts d'une année à l'autre pour un diffuseur, quel qu'il soit.

LISTNUM 1 \l 11854             CONSEILLER ARPIN :  Ça deviendrait plus prévisible.

LISTNUM 1 \l 11855             MME SAMSON :  Ça deviendrait probablement plus prévisible.

LISTNUM 1 \l 11856             CONSEILLER ARPIN :  Parce que c'est sûr que si je regarde les dernières données qu'on peut trouver sur le site du Fonds canadien, on arrive facilement à la conclusion que les canaux spécialisés sont allés chercher des augmentations intéressantes, sinon impressionnantes et que les télévisions hertziennes, pas uniquement généralistes là, mais carrément hertziennes, ont subi au cours... dans le dernier cycle financier en tout cas, un recul qui...

LISTNUM 1 \l 11857             MME SAMSON :  Mais il faut reconnaître qu'il y a des diffuseurs qui sont plus habiles aussi et dans leur façon d'acquérir les émissions, certains vont adopter une stratégie où ils vont bonifier leur licence, ce qui va leur permettre d'améliorer leur enveloppe l'année suivante.

LISTNUM 1 \l 11858             Il y a des années où il y a probablement une offre plus alléchante qui provient des producteurs régionaux.  Ils vont faire plus d'acquisitions en région, ce qui vient aussi bonifier leur enveloppe pour l'année suivante.


LISTNUM 1 \l 11859             Mais certainement que le critère qui est le plus stabilisateur, c'est certainement l'accès traditionnel.

LISTNUM 1 \l 11860             CONSEILLER ARPIN :  Oui.  Dans un autre ordre d'idée, on a entendu ce matin Rogers et vous, madame Samson, vous siégez au conseil du Fonds canadien depuis plusieurs années, qui est venu dire... qu'il nous suggérait la création de deux fonds indépendants un de l'autre et dont un aurait une vocation de financement public qui comprendrait à la fois Radio‑Canada et des initiatives spéciales et la diffusion ethnique et l'autre qui viendrait essentiellement de... et/ou exclusivement d'argent qui émane de Patrimoine canadien et le deuxième fonds d'un financement provenant des E.D.R.

LISTNUM 1 \l 11861             Et on nous dit, on conserverait le CTF comme... et la relation avec Téléfilm pour faire l'administration courante.

LISTNUM 1 \l 11862             Est‑ce que vous avez un commentaire, une vue sur une proposition de cette nature?

LISTNUM 1 \l 11863             MME SAMSON :  Un; comme nous l'avons exprimé dans notre présentation, nous ne sommes pas d'avis que la création de deux streams est la solution à être adoptée dans le cas du Fonds canadien de télévision.


LISTNUM 1 \l 11864             Quant à la gouvernance de deux fonds distincts, tout est pensable, tout est faisable, mais ça ne serait certainement pas, à mon avis, sans augmenter les coûts d'opération, certainement pas.  Et on peut difficilement demander à du personnel...

LISTNUM 1 \l 11865             Prenons juste l'exemple des gens qui travaillent à temps plein au Fonds canadien de télévision, ces gens‑là n'ont pas tous des doubles personnalités là.  C'est difficile une journée d'avoir son chapeau pendant trois heures sur un fonds public, public avec des objectifs qu'on a qualifié de sociaux ou de culturels, puis deux heures après, de s'en aller dans un autre cheminement complètement.

LISTNUM 1 \l 11866             Ça ne serait certainement pas sans alourdir le système d'une façon importante.

LISTNUM 1 \l 11867             Et, oui, ce n'est pas facile et c'est un challenge incroyable pour le Président du conseil d'administration de gérer le conseil d'administration du Fonds canadien de télévision, c'est complexe, il y a des intérêts divergents, mais en même temps, il y a une dynamique là, il y a un échange qui ne se trouvent nulle part ailleurs dans l'industrie, sauf peut‑être lors d'audiences comme celles que le Conseil mène régulièrement pour des renouvellements de licence ou des dossiers plus globaux.


LISTNUM 1 \l 11868             Alors, il y a quand même une dynamique là qui est importante et c'est un défi.  Moi, personnellement, j'y suis au conseil d'administration depuis l'an 2000, je pense, ou 2001 et ce n'est pas facile.

LISTNUM 1 \l 11869             Ce n'est pas des conseils faciles, mais avec les années et avec la vigilance des gens qui ont dirigé le Conseil, il y a des mécanismes qui ont été pris en plan... qui ont été mis en place pour gérer les conflits d'intérêt et avant chaque début de réunion, je le sais d'avance parce qu'on me le dit, qu'à tel point de l'Ordre du jour dans mon cartable qui est ça d'épais, il faudrait que je chercher pour exprimer mon point de vue, mais je ne pourrai pas voter parce que je suis en conflit d'intérêt parce que je représente les producteurs.

LISTNUM 1 \l 11870             Et parfois, ce sont les diffuseurs qui se font sortir et ça nous donne un break, moi j'en profite pour fumer, il y en a qui font d'autre chose, mais c'est sûr que ce n'est pas une mécanique facile, mais cette industrie‑là n'est pas une chimie facile en soi.


LISTNUM 1 \l 11871             CONSEILLER ARPIN :  Monsieur Morin vous a posé des questions sur l'idée d'avoir un plus petit conseil, cependant on a entendu hier notamment des représentations du Directors' Guild, Writers'Guild et puis de l'ACTRA disant qu'ils devraient eux aussi avoir place à la table du conseil.

LISTNUM 1 \l 11872             Or, les producteurs ont quelle opinion sur...

LISTNUM 1 \l 11873             MME SAMSON :  Moi, je vous dirais honnêtement, monsieur Arpin, si je ne me trompe pas là, il y a projet pour qu'on ajoute un siège au conseil pour qu'il y ait une représentation des Guilds et des syndicats.

LISTNUM 1 \l 11874             Moi, la seule demande que j'ai faite, c'est que ce soit en alternance, qu'une année ça soit un représentant de la communauté anglophone, l'année suivante de la communauté francophone, pour qu'on voit tout ça.

LISTNUM 1 \l 11875             Mais, en théorie, sur le principe, et parce que l'APFTQ négocie au‑delà d'une douzaine de conventions collectives par année, il est dans mon intérêt de président de l'APFTQ et pour superviser ces négociations‑là, il est dans notre intérêt que le plus d'intervenants possibles du milieu comprennent l'industrie, son financement et sa mécanique.  C'est à notre avantage.


LISTNUM 1 \l 11876             Les producteurs n'ont pas de secret à faire à personne et s'il y a une industrie qui est ouverte et transparente, c'est bien celle de la production.  Tout le monde voit les budgets de mes producteurs, tout le monde les connaît.  Il n'y a pas de secret pour personne.

LISTNUM 1 \l 11877             Ce sont tous des... ça vient essentiellement du financement public, de la SODEC, du Crédit d'impôt et tout ça sont des données publiques.

LISTNUM 1 \l 11878             Alors, pour nous ‑‑ et, là, je parle d'un point de vue très égoïste là, ça fait mon affaire, moi, que les gens avec qui on négocie des ententes de relations de travail soient le mieux informés possible de ce qui se passe dans l'industrie.  C'est dans notre intérêt, certainement.

LISTNUM 1 \l 11879             CONSEILLER ARPIN :  Alors, madame la présidente, monsieur, madame, merci pour vos réponses.

LISTNUM 1 \l 11880             Madame la présidente.

LISTNUM 1 \l 11881             LA PRÉSIDENTE :  Merci beaucoup.  Bonne journée.

LISTNUM 1 \l 11882             Madam Secretary.

LISTNUM 1 \l 11883             LA SECRÉTAIRE :  J'inviterais maintenant l'Union des artistes et SARTEC à faire leur présentation.

‑‑‑ Pause


LISTNUM 1 \l 11884             CONSEILLER ARPIN :  Si je comprends bien, vous n'avez pas de texte de présentation pour vous‑même.

PRÉSENTATION / PRESENTATION

LISTNUM 1 \l 11885             LA SECRÉTAIRE :  S'il vous plaît, vous présenter et présenter vos collègues et vous avez 15 minutes.

LISTNUM 1 \l 11886             M. LEGAULT :  Madame la président, messieurs les commissaires, je vous remercie de me permettre... de nous permettre de participer aux discussions ayant trait au Fonds canadien de télévision.

LISTNUM 1 \l 11887             Je suis Raymond Legault, président de l'Union des artistes.  À ma gauche, Marc Grégoire, président de la SARTEC, la Société des auteurs radio télévision et cinéma.  Voilà.

LISTNUM 1 \l 11888             Yves Légaré, directeur général de la SARTEC et Anne‑Marie Desroches qui est directrice des Affaires publiques à l'Union des artistes.

LISTNUM 1 \l 11889             Le dossier dont il est question aujourd'hui est d'une importance capitale en matière de politique publique.  En effet, le FTC, Fonds canadien de télévision, est le principal bailleur de fonds des émissions dites prioritaires lesquelles témoignent de notre identité culturelle.


LISTNUM 1 \l 11890             Comme vous avez sûrement pu prendre connaissance de notre mémoire écrit, on va limiter l'intervention aujourd'hui aux points principaux, mais on sera à votre disposition, évidemment, pour répondre à vos questions sur l'ensemble des sujets abordés.

LISTNUM 1 \l 11891             La scission en deux fonds.  Tout d'abord, le conseil recommande la scission du FTC en deux fonds : un privé et l'autre public.  Une pareille recommandation nous apparaît avaliser une fausse perception de la contribution des entreprises de distribution des EDR.

LISTNUM 1 \l 11892             Des contributions reliées à des obligations réglementaires, pour nous, ne sont pas des fonds privés.  Les EDR jouissent de privilèges en contrepartie desquels ils doivent contribuer au système de radiodiffusion, et ils ne peuvent prétendre à un droit de regard sur l'application des politiques rendues possibles par une contribution obligatoire.

LISTNUM 1 \l 11893             Que l'entente de contribution du ministère du Patrimoine influe sur l'utilisation globale des fonds nous semble plutôt contribuer à l'harmonisation des interventions publiques, alors que privilégier la mise en place de fonds distincts risque plutôt de remettre en question des politiques qui se sont avérées bénéfiques pour le système de radiodiffusion francophone.


LISTNUM 1 \l 11894             La scission aurait en quelque sorte pour but de permettre de créer un volet de financement du secteur privé plus axé sur le marché pour développer et encourager des succès des Canadiens, alors que le fonds alimenté par le ministère subventionnerait les émissions à contenu culturel plus significatif qui ne peuvent pas espérer attirer autant de téléspectateurs, de même que des projets spéciaux pour des productions autochtones hors du Québec, et caetera.

LISTNUM 1 \l 11895             Alors, pourquoi opposer des objectifs culturels et commerciaux?

LISTNUM 1 \l 11896             Un bon nombre d'émissions nationales sont justement couronnées de grand succès.  L'adhésion à une logique purement commerciale risque de se faire au détriment des émissions prioritaires comme les émissions pour enfants, par exemple.

LISTNUM 1 \l 11897             Le FCT permet d'assurer un financement à des émissions que les diffuseurs sont censés avoir du mal à financer et qui sont importantes pour le contenu à l'échelle nationale.  Il n'a pas été créé pour financer nécessairement des programmes commerciaux.  Qui plus est, affirmer que le Fonds canadien de télévision devrait aider les diffuseurs à concevoir de grands succès, c'est omettre qu'à l'heure actuelle, ils ont déjà pleinement en main les outils pour y arriver.


LISTNUM 1 \l 11898             M. GRÉGOIRE : Nous allons maintenant parler des principes directeurs.

LISTNUM 1 \l 11899             Les fonds distincts répondraient à des principes directeurs différents.  Parmi ceux évoqués, on retrouve l'abandon du pointage parfait et la recherche du succès d'auditoire.

LISTNUM 1 \l 11900             Dans le premier cas, on se demande pourquoi le CRTC devrait abonder dans le sens de ceux qui voient comme un problème que la teneur du contenu canadien de certaines émissions soit trop élevée.

LISTNUM 1 \l 11901             Signalons simplement que c'est l'abondance des demandes au Fonds canadien de télévision qui a fait en sorte de favoriser les projets au plus haut pointage.

LISTNUM 1 \l 11902             Soulignons également qu'il est difficile de concevoir en quoi une émission avec un pointage de huit sur 10 serait nécessairement plus populaire.

LISTNUM 1 \l 11903             Quant au succès d'auditoire, il ne faut pas oublier que le Fonds canadien de télévision privilégie déjà les cotes d'écoute dans le calcul des enveloppes aux diffuseurs.  Qu'est‑ce que veut y ajouter le CRTC?  La question se pose d'autant plus que l'impact de l'introduction de ces enveloppes n'a encore fait l'objet d'aucune véritable évaluation.


LISTNUM 1 \l 11904             On semble oublier que bâtir un auditoire ne relève pas de l'instantané.  Même une série à succès peut accuser une cote d'écoute moins élevée au début, et, en pareil cas, c'est au diffuseur d'en assumer le risque et de décider de maintenir ou non la série en question.

LISTNUM 1 \l 11905             Des séries de grande qualité comme " Vice caché " et " Minuit, le soir " ont ainsi connu un sort différent.  La première, " Vice caché ", a été retirée des ondes malgré un auditoire de plus d'un million de téléspectateurs, alors que la seconde a pu continuer et connaître maintenant un succès international.

LISTNUM 1 \l 11906             Alors, donc, juger des émissions avec comme seul critère le succès d'auditoire et le rendement sur l'investissement soulève, en fait, bien plus de questions que de solutions.

LISTNUM 1 \l 11907             Dans le contexte de la situation des dramatiques au Québec et de la crise des séries lourdes, quels sont les impacts que pareils critères auraient?

LISTNUM 1 \l 11908             Si d'autres catégories d'émissions s'avèrent moins coûteuses, donc, plus rentables, et obtiennent des cotes d'écoute appréciables, verra‑t‑on le problème s'amplifier?


LISTNUM 1 \l 11909             L'objectif de rendement sur l'investissement fera‑t‑il en sorte que les diffuseurs privilégieront de plus en plus les séries à petit budget?  En viendra‑t‑on un jour à financer sous prétexte de rendement des émissions que les diffuseurs auraient pu financer seuls?

LISTNUM 1 \l 11910             Les séries jeunesses, qui sont si difficiles à financer qu'elles ont fait l'objet d'une bonification des crédits d'impôt québécois en juin 2007, résisteront‑elles à l'application de ces nouveaux paramètres, alors qu'elles sont pourtant essentielles au développement de notre imaginaire télévisuel et de notre culture?  Et c'est aussi le bassin de tous les scénaristes qui vont éventuellement être en prime time.

LISTNUM 1 \l 11911             Nous ne voyons pas en quoi la création de fonds distincts et l'imposition de critères de rendement et d'auditoire pourraient contribuer à l'amélioration de notre système de radiodiffusion.

LISTNUM 1 \l 11912             Nous ne voyons pas davantage comment le fait de prendre une partie des fonds actuellement destinés à la télévision pour les consacrer aux nouveaux médias y concourraient.


LISTNUM 1 \l 11913             Bien sûr, il est essentiel de rendre accessible sur les nouveaux médias un contenu national de qualité, mais étant donné que les fonds actuels dédiés à la télévision sont déjà insuffisants pour répondre à la demande, le soutien à la création de contenu original sur les nouvelles plateformes doit passer par la création d'un autre fonds dans lequel les fournisseurs de services Internet et de services mobiles investiraient une partie de leur revenu.

LISTNUM 1 \l 11914             D'ailleurs, le Conseil abordera cette question lors d'un processus ultérieur.

LISTNUM 1 \l 11915             M. LEGAULT : En terminant, il nous semble que le rapport du Conseil soulève davantage de questions qu'il en résout.

LISTNUM 1 \l 11916             Ces recommandations pourront‑elles dénouer la crise des séries lourdes?

LISTNUM 1 \l 11917             Radio‑Canada serait‑elle la seule à pouvoir en présenter?

LISTNUM 1 \l 11918             Les émissions jeunesse seraient‑elles appuyées uniquement par les fonds publics?

LISTNUM 1 \l 11919             Qu'adviendra‑t‑il de la contribution des télédiffuseurs éducatifs et de services spécialisés?

LISTNUM 1 \l 11920             Un joueur dominant dans le marché se verra‑t‑il imposer un plafond pour les contributions du fonds auxquelles il aurait droit?


LISTNUM 1 \l 11921             Les décisions au fonds seraient‑elles prises par les EDR, qui, dans certains cas, sont en conflit d'intérêt?

LISTNUM 1 \l 11922             Le Conseil devrait modifier les règlements afin que les contributions des EDR soient payées mensuellement.  Voilà ce qui aurait dû être fait le plus rapidement possible, à notre avis.

LISTNUM 1 \l 11923             Quoiqu'il en soit, le processus du Conseil aura eu comme effet bénéfique de susciter un débat approfondi sur certains outils de soutien à la culture nationale.

LISTNUM 1 \l 11924             Merci.

LISTNUM 1 \l 11925             LA PRÉSIDENTE : Merci à vous.

LISTNUM 1 \l 11926             Commissaire Morin.

LISTNUM 1 \l 11927             CONSEILLER MORIN : Oui, bonjour.  Si on avait deux volets de financement, est‑ce que ça ne permettrait pas au fonds de respecter les objectifs qui sont propres au secteur privé et ceux qui sont préservés, pour les fins de la discussion, au secteur public?

LISTNUM 1 \l 11928             M. LEGAULT : Bien, comme je vous le soulignais, c'est parce qu'on met souvent en opposition les objectifs du secteur privé et du secteur public.

LISTNUM 1 \l 11929             CONSEILLER MORIN : De distinguer, pas de les mettre en opposition.


LISTNUM 1 \l 11930             M. LEGAULT : Alors, oui, je comprends, mais on ne les met pas en opposition, alors, pourquoi il faudrait qu'il y ait deux fonds distincts?  Parce qu'il y en a un, ce serait uniquement la rentabilité puis les auditoires, puis que l'autre...

LISTNUM 1 \l 11931             CONSEILLER MORIN : La recherche d'auditoire.

LISTNUM 1 \l 11932             M. LEGAULT : Pour moi, il n'y a personne qui fait une émission de télévision, peu importe ce que le public... que ça soit une information, que ça soit une émission jeunesse, avec l'idée qu'on va avoir le moins de téléspectateurs possibles.  Je ne pense pas qu'il y ait personne, ni du côté du public, ni du côté du privé, chacun.

LISTNUM 1 \l 11933             Évidemment, compte tenu du bassin de population de la... comment je dirais, du potentiel du bassin de téléspectateurs qui peuvent regarder une série, ça peut être variable d'un groupe à l'autre.  Autrement dit, une émission jeunesse ne peut pas espérer avoir autant de succès qu'une série lourde pour adultes ou, je ne sais pas moi, " Le Banquier. "  On ne peut pas, et c'est ça qui, pour moi... et ne peut pas être rentable de la même façon.


LISTNUM 1 \l 11934             Je pense que le Fonds canadien a été créé dans un but de créer de la télévision dans un large spectre, en couvrant plusieurs types d'émissions de télévision, et la contribution du privé... ce qu'on n'aime pas dans la façon, c'est que la contribution du privé devient quelque chose qui est privée, alors que c'est une contribution à la télévision de façon générale selon des objectifs qui sont supérieurs.  C'est ça qui nous achale dans le fait qu'il y ait deux fonds distincts et que les objectifs soient différents d'un à l'autre.

LISTNUM 1 \l 11935             MME DES ROCHES : Vous parliez d'objectifs, Monsieur Morin.  Un des objectifs que les radiodiffuseurs, qu'ils soient privés ou publics, ont, c'est de respecter leur condition de licence.  Alors, il y a un peu un échange, si vous voulez.

LISTNUM 1 \l 11936             Quand on parle des émissions prioritaires, les dramatiques, les émissions jeunesse, les émissions régionales, on dit : Vous devez en faire, tant d'heures par semaine.  Vous avez des obligations réglementaires, et là, il y a un fonds qui est créé, parce que c'est plus coûteux, parce que ce sont des catégories sous‑représentées, parce qu'elles n'attirent pas nécessairement les auditoires ou même si elles le font, on ne peut pas avoir un rendement sur l'investissement.  On va vous créer un fonds qui va vous permettre de remplir vos obligations réglementaires.


LISTNUM 1 \l 11937             Et c'est ça, finalement, l'objectif.  L'objectif du radiodiffuseur privé, bien sûr, c'est de faire de l'argent, mais c'est aussi de respecter ses obligations réglementaires.

LISTNUM 1 \l 11938             Alors, si on pose de dire que l'objectif est de faire de l'argent, bien, on vient de dire que le Fonds canadien de télévision devrait servir à faire faire de l'argent aux radiodiffuseurs.  On n'est plus là‑dedans là.  On n'est plus dans les objectifs premiers.  C'est ce paradigme là, je pense, qu'il faut regarder de cette façon là.

LISTNUM 1 \l 11939             CONSEILLER MORIN : Évidemment, le Fonds canadien ne contribue pas à financer toutes les émissions.  On parle d'une enveloppe qui serait partagée entre deux volets de financement, mais ça ne couvre pas l'ensemble de la programmation.

LISTNUM 1 \l 11940             MME DES ROCHES : Tout dépendant des projets qui sont sur la table.  Je pense que ce n'était peut‑être pas clair dans le rapport du Groupe de travail, est‑ce que ça serait toujours les émissions prioritaires.  Les suggestions qui ont été faites, que ça soit pour Quebecor ou ce matin par monsieur Lind de Rogers, étaient à l'effet que ça serait toute la programmation ou tous les genres de programmation.


LISTNUM 1 \l 11941             On n'a pas souvent nommé dans les fonds que privé... de fait, on n'a pas spécifié qu'il ne s'agirait que de la subvention ou du soutien aux émissions prioritaires.  On a un peu éluder la question.  Donc, pour nous, ce n'est pas clair.  Si c'est des émissions prioritaires, d'accord, mais ce n'est pas ce qu'on a entendu.

LISTNUM 1 \l 11942             M. LÉGARÉ : Vous avez souligné, d'ailleurs, que le contenu national est important.  On est tous, justement, d'ardents défenseurs du contenu national, mais le contenu national qui nécessite une intervention financière, c'est généralement les émissions prioritaires.

LISTNUM 1 \l 11943             Il est absolument... pour que le système de radiodiffusion puisse fonctionner, il doit concurrencer un marché, qui est le marché américain, qui nous alimente en profusion avec des émissions de qualité qui peuvent, effectivement, intéresser nos publics et qui l'ont intéressés par le passé.  C'est vrai au Canada anglais.  Ça été vrai au Québec dans les années soixante, où la production américaine doublée était très présente.


LISTNUM 1 \l 11944             Cette production, les diffuseurs ont de la difficulté, effectivement, à cause des moyens financiers qu'elle nécessite, à le faire d'eux‑mêmes.  De là, toutes les interventions.  De là, justement, la création d'un Fonds canadien de télévision.  Donc, c'est ce contenu national là qui doit toujours être alimenté et qui doit toujours être financé par des mesures spéciales.

LISTNUM 1 \l 11945             On ne parle pas, effectivement, des bulletins de nouvelles.  On ne parle pas des jeux télévisés ou des quiz.  On ne parle pas de concepts non plus étrangers qui auraient été adaptés ici.  Les diffuseurs doivent continuer à payer eux‑mêmes ces émissions là.  Là où l'aide leur est nécessaire, c'est les émissions prioritaires.

LISTNUM 1 \l 11946             CONSEILLER MORIN : Est‑ce que la... hier, l'Association canadienne des radiodiffuseurs nous a dit qu'au Québec, plus de 50 pour cent des émissions financées par le Fonds canadien ou, en tout cas, 50 pour cent des sommes dépensées par le Fonds canadien de télévision allaient aux diffuseurs publics.

LISTNUM 1 \l 11947             Est‑ce que, pour vous, ça vous interpelle, compte tenu des cotes d'écoute des diffuseurs publics au Québec?

LISTNUM 1 \l 11948             M. LÉGARÉ : Je pense que l'APFTQ, effectivement, vous a un peu répondu là‑dessus en disant qu'il y avait à l'heure actuelle un accès qui représentait à peu près 50 pour cent.


LISTNUM 1 \l 11949             Il est sûr que si on regarde, justement, les émissions qui sont faites par ces diffuseurs publics, elles sont culturellement essentielles.  Est‑ce que, par exemple, TVA fait des émissions pour enfants comme Télé‑Québec peut de permettre d'en faire?

LISTNUM 1 \l 11950             Il y a des choix qui ont été faits par ces diffuseurs publics qui, effectivement, au niveau de ce contenu national, de cette culture, que le système de radiodiffusion doit mettre de l'avant, sont essentiels, et c'est ça qui nous préoccupe.

LISTNUM 1 \l 11951             Au‑delà des questions de rendement, au‑delà des objectifs commerciaux, nous sommes préoccupés par les objectifs culturels de ce système de radiodiffusion, et les télédiffuseurs publics ont toujours joué un rôle d'émulation dans le système.  Radio‑Canada, en produisant des séries de qualité, a fait en sorte que les diffuseurs privés ont été obligés aussi de faire le choix d'une production nationale.

LISTNUM 1 \l 11952             Rien n'empêche, à l'heure actuelle, les diffuseurs privés de concurrencer Télé‑Québec au niveau des émissions pour enfants.  S'ils ne le font pas, c'est parce que, effectivement, les rendements n'y sont pas.  Ils ne visent que les revenus.


LISTNUM 1 \l 11953             Mais pour la culture, d'avoir que ça soit des " Passe‑Partout ", " Dans une galaxie près de chez vous ", maintenant ou d'autres émissions, ce sont des fondements essentiels à notre devenir collectif.

LISTNUM 1 \l 11954             M. GRÉGOIRE : Je voudrais ajouter quelque chose à ça.

LISTNUM 1 \l 11955             J'y reviens pour un scénariste.  Un scénariste en télévision, en cinéma, ne commence pas en général à travailler en prime time à TVA ou à Radio‑Canada.  La culture, notre culture de base fonctionne parce qu'il y a des Radio‑Québec, il y a des TéléTOON, il y a des émissions comme " Ramdam. "  Il y a eu des émissions de base où l'argent n'est pas là au départ nécessairement.

LISTNUM 1 \l 11956             Et ensuite, si un joueur qui est public dit, nous, nous voulons rentabiliser pour nos actionnaires, c'est très bien, mais ils vont prendre des auteurs, des scénaristes qu'ils vont emmener en prime time qui ont fait toutes leurs classes dans un système dit culturel, d'une part.

LISTNUM 1 \l 11957             D'autre part, notre identité culturelle en tant que francophones nord‑américains québécois a été bâtie, entre autres, sur les émissions jeunesse.  C'est de là que vient notre univers, qui fait notre identité nationale aussi et notre nation, et, dans ce sens là, c'est extrêmement important de ne pas brader tout ça pour des raisons purement commerciales.


LISTNUM 1 \l 11958             Donc, faire un système public, c'est un peu comme une équipe de la ligue nationale qui n'investirait pas dans ses filiales et qui iraient prendre les meilleurs joueurs d'ailleurs, la crème, pour dire, maintenant, nous faisons de l'argent avec vous.  Il y a quelque chose d'un petit peu aberrant dans ça.

LISTNUM 1 \l 11959             L'argent qui est mis dans les fonds est là pour défendre la culture canadienne.  Sinon, faisons de la télévision internationale et n'en parlons plus.  On ne sera pas là.  Voilà!

LISTNUM 1 \l 11960             CONSEILLER MORIN : Je sais que le Groupe de travail n'a pas beaucoup parlé des émissions pour enfants auxquelles vous venez de faire allusion, mais dans le volet de financement public, est‑ce que vous verriez une enveloppe dédiée aux émissions pour enfants, et quelle serait l'importance de cette enveloppe?

LISTNUM 1 \l 11961             M. GRÉGOIRE : Bien sûr, je suis ni un comptable, ni un gestionnaire, ni un financier, mais c'est évident que...  Pourquoi est‑ce que, par exemple, un joueur dans le public comme, par exemple, Quebecor ferait des émissions pour enfants, alors qu'ils n'en font plus depuis que ça n'est plus rentable?


LISTNUM 1 \l 11962             Dès que la publicité a été interdite pour les enfants, à ce moment là, Télé‑Métropole a arrêté de faire des émissions pour enfants, alors qu'il y avait un très gros marché.  Il y avait des émissions comme, si vous vous en souvenez, " Fanfan Dédé. "  Il y avait le " Capitaine Bonhomme. "  Il y avait... enfin, il y avait là des Olivier Guimond qui jouaient, des Gilles Latulippe.  Il y avait aussi une effervescence culturelle.

LISTNUM 1 \l 11963             Cette effervescence là est disparue dès que la rentabilité est rentrée en ligne de compte.  Pourquoi et qu'est‑ce qui nous prouve aujourd'hui que ça changé?  Quels sont les...  Est‑ce que TVA voudrait s'obliger à perdre de l'argent avec un fonds qu'il dit prendre de sa poche?  Enfin, moi, je n'ai pas la réponse, mais j'en doute.

LISTNUM 1 \l 11964             CONSEILLER MORIN : Mais globalement, en termes de politiques, est‑ce que vous verriez d'un bon oeil qu'il y ait un montant dédié obligatoirement dans le Fonds canadien pour les enfants?

LISTNUM 1 \l 11965             M. GRÉGOIRE : Bien, est‑ce que ce n'est pas déjà un peu, globalement, ce que font les émissions dites prioritaires?  Alors, est‑ce qu'on ne réinvente pas la roue qui tourne déjà?

LISTNUM 1 \l 11966             CONSEILLER MORIN : Donc, vous êtes satisfait de la situation actuelle...


LISTNUM 1 \l 11967             M. GRÉGOIRE : Globalement, comme je vous dis, je ne suis pas un gestionnaire.

LISTNUM 1 \l 11968             CONSEILLER MORIN : ...pour les enfants?

LISTNUM 1 \l 11969             M. GRÉGOIRE : Mais par rapport au fait que les créateurs que nous sommes ont accès à pouvoir déposer des projets et à faire des émissions, oui, on a beaucoup de projets en émissions pour enfants, et on pourrait dire la même chose pour le documentaire aussi.

LISTNUM 1 \l 11970             MME DES ROCHES : Il y a relativement un équilibre présentement dans le Fonds canadien en termes d'enveloppes, d'attribution des enveloppes.  C'est sûr que parfois, on trouve qu'il y a moins d'émissions jeunesse, mais on trouve aussi parfois qu'il y a des baisses dans les émissions dramatiques.

LISTNUM 1 \l 11971             Alors, bon, il faut garder un équilibre, puis je pense que le fait de garder une enveloppe dédiée aux émissions jeunesse, c'est déjà quelque chose qu'on veut sauvegarder, bien sûr, peut‑être augmenter selon les besoins, mais, somme toute, c'est relativement équilibré.


LISTNUM 1 \l 11972             CONSEILLER MORIN : Quebecor... j'ai posé la question à plusieurs groupes depuis hier.  Quebecor nous propose un fonds où le contenu canadien serait augmenté substantiellement au cours des trois prochaines années.  Je présume que vous en avez pris connaissance.  On passerait de 60 millions, disons, grosso modo, à plus de 100 millions en contenu canadien.

LISTNUM 1 \l 11973             Quelle est votre position là‑dessus?  Évidemment, on parle d'opting out en ce qui concerne le Fonds canadien de télévision pour Quebecor.

LISTNUM 1 \l 11974             M. LÉGARÉ : Bien, d'une part, dans la proposition de Quebecor, ça s'adressait à l'ensemble de ses filiales, à l'ensemble du réseau Quebecor.  Peu d'entre elles font des émissions prioritaires en tant que telles ou en diffusent, et donc, cet ajout serait théorique puisqu'il déborde les catégories actuellement couvertes par le fonds.

LISTNUM 1 \l 11975             Que Quebecor veut mettre de l'argent supplémentaire, libre à lui.  On pense que l'opting out n'est pas une bonne solution, parce que, encore là, accepter l'opting out, c'est accepter que cette contribution soit vue comme une philanthropie du privé, dont le privé peut se retirer à son bon vouloir.


LISTNUM 1 \l 11976             Pour nous, c'est une obligation réglementaire.  Les câblodistributeurs, une fois qu'ils ont donné, ont leurs commentaires à faire sur l'utilisation de ces fonds, comme l'ensemble des intervenants du secteur, mais cet argent ne leur appartient pas, d'une certaine façon.

LISTNUM 1 \l 11977             Il faut reconnaître, et c'est peut‑être aussi un des éléments importants du système actuel qui vit certains problèmes au niveau des émissions prioritaires, un manque d'argent chez les diffuseurs traditionnels, qui sont les principaux déclencheurs de ces émissions prioritaires.

LISTNUM 1 \l 11978             Peut‑être que ce n'est pas en jouant avec le Fonds canadien de télévision qu'on trouvera solution, mais en mettant des redevances d'abonnement, ce que nous avions suggéré en septembre 2006 et que le CRTC doit étudier bientôt.  La solution, c'est le problème de financement.  Elle est entre vos mains.  Elle n'est peut‑être pas, cependant, dans une modification de l'actuel Fonds canadien de télévision, qui, somme toute, a été bien reçu.

LISTNUM 1 \l 11979             M. LEGAULT : Juste rajouter que rien n'empêche Quebecor d'investir plus largement dans la diffusion.  Ce n'est pas nécessaire que ça soit à l'intérieur d'un fonds Quebecor.

LISTNUM 1 \l 11980             Juste faire un constat.  Il s'est passé beaucoup de choses en télévision.


LISTNUM 1 \l 11981             Quand TVA et Télé‑Métropole à l'époque et Radio‑Canada étaient à la fois producteur et diffuseur, il y avait un certain type d'émission, et on retrouvait à Radio‑Canada une certaine facture d'émission, et on retrouvait à TVA une certaine facture d'émission.

LISTNUM 1 \l 11982             Quand le Fonds canadien de télévision a été créé et a ouvert à la production indépendante l'accès à la diffusion, ce à quoi on a assisté, c'était à une plus grande, encore, variété de type d'émissions, de type de créations, et ça à tous les niveaux.

LISTNUM 1 \l 11983             Que ce soit du côté des dramatiques, en variété, ça amené une effervescence parce que les producteurs indépendants avaient une vision différente qui n'était pas nécessairement... et veut, veut pas, un moment donné, on essaie de couper, puis de ramasser, puis que ça soit les mêmes personnes qui prennent les mêmes décisions.

LISTNUM 1 \l 11984             L'accessibilité aux diffuseurs ou à la diffusion pour les producteurs indépendants a amené une beaucoup plus grande variété, une plus grande richesse à la télévision, et moi, j'ai un peu... c'est‑à‑dire on a peu de crainte que s'il y avait un fonds Quebecor, donc, ce qui serait assuré, c'est principalement le financement des émissions.


LISTNUM 1 \l 11985             Oui, ils mettraient plus, mais ça ramènerait, probablement, peut‑être à une télévision plus... peut‑être moins... avec un spectre de variété peut‑être... je veux dire pas de la variété, mais une moins grande variété de type d'émission dans leur facture même.  Et ça, je pense qu'on l'a déjà expérimenté par le passé.

LISTNUM 1 \l 11986             Ce n'est pas quelque chose qui est à venir, sur lequel on ne sait pas... C'est quelque chose qui existait déjà, et avec l'avènement du Fonds canadien et du Fonds des câblos et l'ouverture aux producteurs indépendants, ça diversifié beaucoup le type d'émissions et beaucoup de richesses sur l'expression, puis en même temps, pas juste des richesses là au point de vue culturel dans un milieu extrêmement fermé, mais aller rejoindre de beaucoup, beaucoup les gens qui regardaient la télévision.

LISTNUM 1 \l 11987             M. GRÉGOIRE : Je voudrais juste ajouter aussi...  Je sais qu'on en a parlé... d'autres en ont parlé, mais il me semble qu'il y a quelque chose qui ne va pas.


LISTNUM 1 \l 11988             Vous avez Vidéotron qui est un câblodistributeur, qui appartient, bien sûr, à Quebecor, mais il ne distribue pas que les produits de Quebecor.  Il distribue un ensemble de produits.  On l'a dit, les gens qui sont abonnés à Vidéotron sont souvent obligés d'être abonnés à Vidéotron.  Ils ne peuvent pas s'abonner à Cogeco parce que ça été divisé.  C'est un des avantages du Fonds canadien de télévision.  C'est une contrepartie.

LISTNUM 1 \l 11989             À ce moment là, ce serait captif de Vidéotron, qui, lui, réinvestirait massivement dans les projets de Quebecor, et peut‑être que certains abonnés à Vidéotron écoutent très peu TVA peut‑être, ça peut arriver qu'ils écoutent d'autre chose, qu'ils écoutent la messe ou, je sais pas quoi, " Second regard. "  Donc, il y a quelque chose, pour moi, qui ne fonctionne pas.  À ce moment là, faisons un Vidéotron dédié à TVA, et puis payer en surplus pour tout le reste, et que le reste reste dans le fonds.

LISTNUM 1 \l 11990             Je veux dire, c'est comme le beurre et l'argent du beurre.  Il y a quelque chose là.  Enfin, ce n'est pas ma spécialité, mais il y a quelque chose qui me semble un petit peu aberrant, et puis...  Enfin, c'est ça.  Voilà!


LISTNUM 1 \l 11991             Donc, je trouve qu'on limite l'aventure culturelle télévisuelle à des projets et à des produits de plus en plus commercialisés qui rapportent de plus en plus d'argent, mais qui sont de plus en plus, je veux dire, standardisés à ce moment là, parce que, pour faire beaucoup d'argent, c'est comme en restauration, vous allez faire beaucoup plus de sous avec une multinationale que des restaurants très, très spécialisés.  Voilà!

LISTNUM 1 \l 11992             CONSEILLER MORIN : Merci.

LISTNUM 1 \l 11993             THE CHAIRPERSON:  Vice‑Chairman Arpin.

LISTNUM 1 \l 11994             CONSEILLER ARPIN : Sur le même sujet, Quebecor affirme que ce que Vidéotron contribue au Fonds canadien de télévision équivaut à ce que Groupe TVA et ses composantes peuvent recevoir, donc, qu'il n'y a pas de dollars, finalement, qui vont ailleurs que chez TVA, même si ce n'est pas la même source.  Quand on fait le bilan, les sommes sont équivalentes.  C'est ce qu'affirme Quebecor.  Je ne dis pas que c'est basé sur des données réelles, c'est ce qu'affirme Quebecor.

LISTNUM 1 \l 11995             Si c'est le cas, est‑ce que ça change votre perception?

LISTNUM 1 \l 11996             MME DES ROCHES : Bien, je pense que ça change la perception dans la mesure où quand il s'en va dans le Fonds canadien de télévision, il sert ensuite à soutenir des émissions prioritaires.


LISTNUM 1 \l 11997             Si on a un fonds Quebecor qui, je ne sais pas moi, va faire du banquier ou va faire des émissions de divertissement qui sont non pas admissibles au Fonds canadien, on se retrouve, finalement, à subventionner et à soutenir l'overhead, ce qu'on appelle le cost of doing business de TVA.  Puis encore là, c'est là qu'est la différence.

LISTNUM 1 \l 11998             C'est que l'argent, ce n'est pas juste de l'argent pour payer les gens qui travaillent à TVA.  C'est vraiment l'argent pour soutenir pas seulement une programmation canadienne, mais une programmation canadienne sous‑représentée qui a une certaine valeur et que la Loi sur la radiodiffusion dit de soutenir.  C'est là qu'est la différence.  Ce n'est pas un coût... ce n'est pas un dollar pour un dollar dans ce cas là.

LISTNUM 1 \l 11999             CONSEILLER ARPIN : Un autre sujet.  En fait, c'est des questions que j'ai posées à d'autres, dont certains dans la journée d'hier, et puis dans les mémoires, certains regroupements ont suggéré que le conseil d'administration du Fonds canadien soit réduit à peut‑être un nombre relativement minime de cinq à sept et que ce soit des administrateurs dits indépendants.

LISTNUM 1 \l 12000             En contrepartie, on a aussi entendu d'autres groupes, d'autres associations nous dire que non, le conseil d'administration du fonds devrait être élargi pour comprendre des entités comme les vôtres.


LISTNUM 1 \l 12001             M. LEGAULT : Bien, ça fait longtemps que nous, on demande qu'il y ait la présence au moins d'un artiste, peu importe d'où il vienne, qu'il soit auteur, en tout cas, des représentants d'association ou de syndicat au sein du Fonds canadien de télévision.

LISTNUM 1 \l 12002             Maintenant, sur la lourdeur d'un conseil d'administration, c'est extrêmement difficile pour nous de juger.  Je ne sais pas, à l'Union des Artistes, j'ai un conseil d'administration, personnellement comme président, de 21 personnes.

LISTNUM 1 \l 12003             Est‑ce que c'est trop lourd?  L'avantage, c'est que ça peut‑être... ça nous donne l'occasion d'avoir les points de vue de chacun, de plusieurs représentants de différents types.

LISTNUM 1 \l 12004             Est‑ce qu'il y a une surreprésentation à l'intérieur d'un conseil d'administration d'une catégorie d'administrateurs?  Je trouve ça extrêmement difficile de se prononcer parce que je pense que c'est une question que le conseil d'administration doit se poser lui‑même.

LISTNUM 1 \l 12005             J'ai été aussi... je suis président du Fonds d'investissement, Culture et Communications, et dernièrement, on a diminué le nombre d'administrateurs parce qu'on s'est rendu compte que ça serait peut‑être de façon plus efficace, mais pas la représentativité des différents groupes.


LISTNUM 1 \l 12006             Or, sur votre première question, je pense que ça fait des années que nous, on demande qu'il y ait la présence d'un artiste au sein du Fonds canadien de télévision, peu importe que ça soit un interprète, un auteur, de quelle langue il serait.

LISTNUM 1 \l 12007             Est‑ce qu'il y a trop de monde?  Je pense que c'est une question que le conseil d'administration doit se poser et comment il peut être efficace tout en assurant la représentativité des différents groupes.  Pour moi, c'est ça, et je ne pense pas qu'on puisse se prononcer plus loin là‑dessus, pour ma part.

LISTNUM 1 \l 12008             M. LÉGARÉ : Le paysage audiovisuel est très complexe, et je pense qu'il faut profiter de l'expertise qui existe dans le milieu et non pas recourir à des indépendants.

LISTNUM 1 \l 12009             Cette expertise là doit s'appuyer, cependant, sur des gens qui partagent un objectif commun, soit faire des émissions de grande qualité, en tant que telles des émissions nationales de grande qualité.


LISTNUM 1 \l 12010             Notre position a toujours été claire : Ça devrait être la base du partenariat privé‑public, des gens qui veulent mettre leur expérience ensemble pour améliorer le contenu.  L'expertise est d'autant plus importante qu'elle peut permettre d'éviter des erreurs.

LISTNUM 1 \l 12011             Il y a quelques années, le Fonds de télévision avait obligé les émissions à avoir des éléments manifestement canadiens, et cette pratique visait à empêcher qu'on fasse ici, au Canada anglais, des émissions destinées au marché américain.

LISTNUM 1 \l 12012             Mais au Québec, cette même directive avait fait en sorte qu'on se demandait si un télé‑roman était manifestement canadien ou si une émission comme " Dans une galaxie près de chez vous, " qui se passait, bien sûr, sur une autre planète, était manifestement canadienne, et il a fallu mettre des drapeaux canadiens sur les uniformes des gens de " Dans une galaxie près de chez vous. "

LISTNUM 1 \l 12013             Je pense que...

LISTNUM 1 \l 12014             CONSEILLER ARPIN : Il y en a d'autres qui ont été obligés de mettre des drapeaux canadiens sur des fusées.

‑‑‑ Rires / Laughter

LISTNUM 1 \l 12015             CONSEILLER ARPIN : Or, le Canada n'a jamais été...

LISTNUM 1 \l 12016             M. LÉGARÉ:  Effectivement.  Et donc, je pense qu'il est bien de profiter de l'expertise du milieu pour éviter ce genre de choses.  Encore que oui, ça peut se reproduire.


LISTNUM 1 \l 12017             Et il y a également des précédents.  Le cinéma est également un secteur délicat où les succès ne sont pas toujours faciles à obtenir.  Or, ces dernières années, on a mis sur pied un comité consultatif qui réunit l'ensemble des intervenants et où la SARTEC, l'Union des artistes et l'Association des réalisateurs sont présents avec les producteurs, les distributeurs, les exploitants de salles.

LISTNUM 1 \l 12018             Et ça fait consensus au niveau du fonctionnement mais je pense que tout le monde apporte des éléments qui permettent de bonifier le système.

LISTNUM 1 \l 12019             CONSEILLER ARPIN: Un comité consultatif, c'est ce que le rapport propose.  Quand le rapport dit que les producteurs ne devraient pas être membres du conseil d'administration, il dit également qu'il devrait y avoir des comités consultatifs dans lequel il serait intégré.  Donc‑‑

LISTNUM 1 \l 12020             M. LÉGARÉ:  Oui, mais les cablôdistributeurs seraient sur le conseil et les câblodistributeurs, du moins des câblodistributeurs comme Jim Shaw ne croient pas aux objectifs et là, ce qu'on vous dit, c'est que le partenariat doit s'appuyer sur une croyance de ces objectifs.


LISTNUM 1 \l 12021             On ne peut pas mettre sur un conseil d'administration quelqu'un qui voudrait abolir sa contribution, la récupérer et qui considère que les émissions canadiennes ne valent rien.  Cette personne‑là n'a pas à être sur un conseil d'administration qui s'occupe de financer des émissions de qualité.

LISTNUM 1 \l 12022             CONSEILLER ARPIN: On va donner à son crédit et dans le ‑‑ et au crédit de Quebecor qu'ils ont eut la décence de se retirer du conseil d'administration au même moment où ils ont arrêté leur contribution.

LISTNUM 1 \l 12023             Cependant, je ne ‑‑ fais ça pour ‑‑ Et depuis, il y a eu un nouveau conseil qui a été élu puis ils n'ont pas de ‑‑ même s'ils ont repris leur contribution, ils ne se sont pas retrouvés avec ‑‑ sur le conseil actuel.  L'avenir, bien ça sera le futur.

LISTNUM 1 \l 12024             Dans un autre ordre d'idée, j'ai posé comme question à plusieurs dans la journée d'hier ‑‑  Puis je l'ai posée également ce matin :  Quel serait l'impact selon vous, si le Conseil arrivait à la conclusion qu'il décide d'abroger son règlement sur les contributions des EDR au fonds.

LISTNUM 1 \l 12025             Je comprends qu'on a vu monsieur Lind sourire, mais il nous a donné quand même une réponse d'entreprise plus noble, mais ça serait ‑‑ Selon vous, quel serait l'impact de voir disparaître 140 millions?


LISTNUM 1 \l 12026             M. GRÉGOIRE: Écoutez, l'impact, c'est que :  Moi je disais à tous les scénaristes, achetez‑vous un " char " à portes puis faites du taxi parce qu'on ne travaillera plus.  C'est ça qui va arriver, tout simplement.

LISTNUM 1 \l 12027             MME DES ROCHES: C'est inconcevable.

LISTNUM 1 \l 12028             M. LÉGARÉ: Oui.  C'est inconcevable.  D'autant plus que le paysage audiovisuel a énormément évolué. On a multiplié les canaux.

LISTNUM 1 \l 12029             Il y avait auparavant effectivement des émissions canadiennes sur les deux ‑‑ quelques réseaux qui existaient.  Là, il y a plusieurs canaux et il faut avoir une offre d'émissions si on veut effectivement que notre culture télévisuelle survive sans l'apport financier des câblodistributeurs. Il serait impossible ‑‑

LISTNUM 1 \l 12030             Et déjà, présentement, il n'y a pas nécessairement suffisamment d'argent pour que l'ensemble des canaux spécialisés, par exemple, assure une production canadienne en grand nombre.

LISTNUM 1 \l 12031             M. GRÉGOIRE: En fait, il faudrait retrouver un autre système.  Il faudrait remettre de l'argent dans ça.


LISTNUM 1 \l 12032             Dans des réunions internationales avec des guildes de scénaristes à travers le monde, tous les pays, des plus gros aux plus petits, sauf peut‑être West Guild of America à Hollywood ont des systèmes pour faire en sorte que la culture nationale, que ça soit celle de l'Irlande ou du Mexique ou de la France ou de la Nouvelle‑Zélande ou de l'Australie, soit protégée.

LISTNUM 1 \l 12033             Donc, si on enlève tout ça ‑‑ Et encore là, c'est un système qu'il y a peut‑être lieu d'améliorer, bien sûr.  Mais si on enlève tout ça pour le remplacer par rien, il va falloir trouver d'autre chose.

LISTNUM 1 \l 12034             Donc, on réinvente la roue encore une fois pour, peut‑être pas une meilleure roue, peut‑être une roue un petit peu plus carrée qu'elle est maintenant.  Voilà.

LISTNUM 1 \l 12035             M. LÉGARÉ: Et d'une certaine façon, au niveau international, le Canada se fait un ardent défenseur de la diversité culturelle et de la nécessité d'avoir des politiques publiques et de les mettre à l'abri des traités commerciaux.

LISTNUM 1 \l 12036             Il y a des outils.  Le CRTC est un de ces outils, les investissements, les crédits d'impôt sont parmi ces outils.  Le fonds canadien est parmi ces outils.


LISTNUM 1 \l 12037             Si on commence à s'en départir, à les jeter par‑dessus bord, parce que les intérêts commerciaux de certains sont contradictoires avec ces politiques publiques, est‑ce qu'on n'est pas en train de faire le contraire de ce qu'on professe au niveau international?

LISTNUM 1 \l 12038             Est‑ce qu'on n'est pas en train, alors que nous servons d'exemple à beaucoup de pays, de saborder ce qui a permis que notre système de radiodiffusion francophone ait pareil succès?

LISTNUM 1 \l 12039             Il serait effectivement suicidaire pour nous que les contributions du fonds soient annulées.

LISTNUM 1 \l 12040             CONSEILLER ARPIN:  Madame, messieurs, ce sont mes questions.  Merci.

LISTNUM 1 \l 12041             LA PRÉSIDENTE:  Merci.

LISTNUM 1 \l 12042             We will take a 15‑minute break, now.  Thank you.

‑‑‑ Recessing at 11:20

‑‑‑ Resuming at 11:36

LISTNUM 1 \l 12043             LA SECRÉTAIRE: Nous entendrons maintenant la présentation de la Fédération des télévisions communautaires autonomes du Québec.  S'il vous plaît, vous présenter et vous avez 15 minutes pour votre présentation.  Merci.

LISTNUM 1 \l 12044             MME GAUTHIER: Merci.


LISTNUM 1 \l 12045             Alors, bonjour Madame la présidente, messieurs...  Je suis Marie‑Ève Gauthier, administratrice au sein du conseil d'administration de la Fédération des télévisions communautaires autonomes du Québec et également coordonnatrice à la télévision communautaire d'Argenteuil.

LISTNUM 1 \l 12046             La Fédération des télévisions communautaires autonomes du Québec apprécie grandement que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes accorde ce temps afin que nous puissions nous exprimer dans le cadre de cette importante instance.

LISTNUM 1 \l 12047             Créée en 1998, la Fédération regroupe actuellement 44 télévisions communautaires autonomes, constituées en corporations sans but lucratif, aussi nommées TVC autonomes.

LISTNUM 1 \l 12048             Les TVC autonomes membres sont réparties dans 17 des 19 régions administratives du Québec.  La Fédération est le regroupement qui représente et défend les intérêts des TVC autonomes. Nous suivons avec attention les événements liés au Fonds canadien de télévision, à son mode de financement et à son avenir.


LISTNUM 1 \l 12049             Notre intérêt envers le FCT porte plus particulièrement sur les contributions financières que lui versent les entreprises de câblodistribution.  Nous avions d'ailleurs abordé brièvement cette question lors de notre présentation à l'audience publique sur l'avenir de la télévision en directe à Gatineau en décembre 2006.

LISTNUM 1 \l 12050             Nous avons également rencontré le groupe de travail du CRTC sur le FCT au printemps 2007.  Encore là, nous avions exprimé nos inquiétudes quant à l'avenir du financement des canaux communautaires dans l'hypothèse où le Conseil permettrait à Quebecor Média de mettre en place son propre fonds privé.

LISTNUM 1 \l 12051             La proposition de Quebecor Média laissait sous‑entendre que l'entièreté de la contribution de sa filiale Vidéotron, soit le cinq pour cent des revenus brut provenant des activités de radiodiffusion, irait dans ce fonds.  Dans la perspective d'un tel scénario, la Fédération et les télévisions communautaires autonomes étaient en droit de se questionner sur le financement du canal communautaire chez Vidéotron.


LISTNUM 1 \l 12052             Si un tel fonds privé voyait le jour, il serait dès lors plausible que d'autres entreprises de distribution de radiodiffusion par câble qui, directement ou indirectement, possèdent des intérêts dans des entreprises privées de télévision seraient tentées de suivre l'exemple de Quebecor Média.

LISTNUM 1 \l 12053             Comment alors, les canaux communautaires seraient‑ils financés?  Nous avons constaté que les propositions du groupe de travail faisaient en sorte que demeuraient intacts les mécanismes réglementaires de l'article 29 du Règlement sur la distribution de radiodiffusion.

LISTNUM 1 \l 12054             Ces mécanismes régissent indirectement le financement le financement des canaux communautaires.  Du moins, ils demeureront intacts tant que le Conseil ne changera pas les règles du jeu avec l'actuelle révision des cadres réglementaires en distribution de radiodiffusion.

LISTNUM 1 \l 12055             Et puisque rien n'est acquis, nous croyons donc possible une précarisation du financement des canaux communautaires.  Dans notre intervention écrite, nous avions soumis une petite analyse de cas pour illustrer nos craintes.

LISTNUM 1 \l 12056             M. GAUTHIER: Bonjour, Gérald Gauthier, agent de recherche et développement à la Fédération des télévisions communautaires autonomes du Québec.


LISTNUM 1 \l 12057             Voici donc le rappel de ce cas.  Dans le cadre de l'avis d'audience publique 2007‑10, Quebecor Média inc. a fait une proposition de modification au règlement afin de corriger la différence appréciable du pourcentage de contribution à l'expression locale permise pour les titulaires de classe 1 de moins de 20 000 abonnés et ceux de plus de 20 000 abonnés.

LISTNUM 1 \l 12058             QMI a raison d'affirmer que la différence entre les deux côtés de 20 000 abonnés est radicale, soit deux pour cent des recettes brutes ou cinq pour cent des recettes brutes.  À première vue, la proposition de Quebecor semble très attrayante parce qu'il y aurait (si le Conseil acceptait de modifier le règlement en ce sens) plus d'argent disponible pour l'élément communautaire.

LISTNUM 1 \l 12059             Toujours en première analyse, la répartition graduelle que propose l'entreprise est justifiée et nous semble équitable.  Or, il serait difficile pour nos membres d'acquiescer à ce changement sans, dans un premier temps, exiger des garanties à l'effet que les TVC autonomes qui produisent une très grande partie de la programmation locale et d'accès puisse bénéficier de plus d'argent provenant de la nouvelle marge de manouvre qui serait dégagé par une distribution graduelle de la répartition des sommes consacrées pour les licences ayant moins de 100 000 abonnés.


LISTNUM 1 \l 12060             Il faudra donc, à cet égard que le Conseil puisse s'assurer qu'une partie importante des nouvelles disponibilités financières retourne vers les communautés pour la programmation d'accès.

LISTNUM 1 \l 12061             Dans un deuxième temps, un autre élément d'importance nous préoccupe.  Il a trait à un questionnement quant aux intérêts réels poursuivis par Quebecor Média avec cette proposition.

LISTNUM 1 \l 12062             En fait, la fédération a en tête l'autre proposition l'autre proposition faite par Quebecor, dans le cadre des consultations du groupe de travail sur le Fonds canadien de télévision et qui visent la création d'un fonds privé.  Quebecor renoncerait au Fonds canadien tout en s'engageant à constituer un fonds privé, le fonds Quebecor, alimenté entre autres par une contribution de cinq pour cent des revenus de Vidéotron Ltée et de ses filiales de distribution de radiodiffusion.


LISTNUM 1 \l 12063             La solution présentée par Quebecor au groupe de travail sur le Fonds canadien visait à répondre aux besoins de TVA.  Nulle part dans les documents de Quebecor il est fait part que le fonds Quebecor devrait aussi financer la programmation communautaire.  En se retirant du Fonds canadien, QMI, par le biais de sa filiale Vidéotron Limitée se retirerait aussi du financement des activités du canal communautaire.

LISTNUM 1 \l 12064             La fédération trouverait inacceptable la création d'un éventuel fonds Quebecor qui viendrait précariser le financement des activités du Canal communautaire et des TVC autonomes qui reçoivent actuellement une contribution à la programmation communautaire par Vidéotron Ltée.  Cette proposition faite au groupe de travail, à ce que nous sachions, est toujours sur la table.

LISTNUM 1 \l 12065             Aussi, dans les annexes six et huit soumises par Quebecor dans le cadre de l'instance de l'avis d'audience publique 2007‑10, l'entreprise rappelle à maintes reprises que la contribution à la programmation canadienne devrait bénéficier d'une plus grande souplesse et ne devrait pas être obligatoirement liée au FCT.

LISTNUM 1 \l 12066             Notamment, la position de Quebecor est très claire à cet effet, à la section 139 de l'annexe 8.  Le commentaire de l'entreprise est direct.  Toute la contribution devrait pouvoir être versée à un fonds indépendant.  À la lueur de tels commentaires, on est en droit de croire que l'entreprise n'a pas fait une croix sur sa proposition de créer un fonds Quebecor.


LISTNUM 1 \l 12067             La Fédération se demande si la proposition soumise à l'instance de l'avis d'audience publique 2007‑10 et que l'on retrouve aux paragraphes 169 à 172 de son annexe 11 serait tout simplement qu'un plan " B " pour se soustraire de la contribution à la programmation canadienne telle que décrite à l'article 29 du règlement dans le cas où le fonds Quebecor ne verrait pas le jour.

LISTNUM 1 \l 12068             Est‑ce que l'argent qui devrait aller à la programmation communautaire servirait entièrement à cette fin?  Pourrait‑on imaginer que QMI se serve de VOX, le nom générique pour son canal communautaire comme initiateur de projets d'émissions qui, une fois bien rodées, se retrouveraient dans la grille horaire de TVA?

LISTNUM 1 \l 12069             Serait‑il possible que des employés affectés aux activités du canal communautaire, donc payés à même la contribution à l'expression locale, soient utilisés à la production d'émissions de TVA?  Est‑ce que Vidéotron paie un loyer démesuré à TVA, qui sont deux entreprises liées, à même la contribution devant servir aux fins du canal communautaire.


LISTNUM 1 \l 12070             Nous nous posons ces questions et nous aimerions obtenir les réponses et assurances de QMI à l'effet que nous nous trompons sur ces situations hypothétiques ou d'autres qui auraient pour conséquence un détournement de l'argent dévolu au canal communautaire à d'autres fins.  En même temps, nous voulons attirer l'attention du Conseil qu'en théorie, les questions soumises sont réalistes.

LISTNUM 1 \l 12071             À cet effet, le Comité permanent du patrimoine canadien, dans son rapport " Notre souveraineté culturelle : le deuxième siècle de radiodiffusion canadienne " de juin 2003 s'était montré très préoccupé par l'absence de données sur les dépenses pour la télévision communautaire.

LISTNUM 1 \l 12072             Avant de faire une recommandation en ce sens, le Comité affirmait avoir été très contrarié de ne disposer d'aucunes données sur la télévision communautaire.  Et c'est avec consternation qu'il a constaté qu'il n'existe pratiquement aucune information sur le résultat des dépenses annuelles d'environ 75 à 80 millions de dollars engagées par les câblodistributeurs pour appuyer la télévision communautaire.

LISTNUM 1 \l 12073             C'est pourquoi il formulait la recommandation suivante, qu'on retrouve dans ce document sous le nom de " Recommandation 9.9 " :


" Le Comité recommande que le ministère du Patrimoine canadien, en collaboration avec le CRTC, soit tenu de produire un rapport annuel sur la télévision communautaire.  Ce rapport devrait contenir des renseignements sur la formation, l'accès et la participation d'employés et de bénévoles, les genres d'appuis ainsi que le nombre d'heures et la gamme de programmation produite. "

(Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 12074             Bien que cette recommandation remonte à 2003, force est de constater qu'elle n'a pas été retenue par Patrimoine canadien et le Conseil.

LISTNUM 1 \l 12075             MME GAUTHIER: Alors que la proposition que l'on retrouve à l'annexe 11 pouvait sembler très attrayante, voire souhaitable, lorsqu'elle est analysée à la lueur des débats actuels entourant le Fonds canadien de télévision, et le financement de la programmation canadienne, elle perd soudainement sa pertinence.

LISTNUM 1 \l 12076             La Fédération ne rejette pas du revers de la main les modifications proposées par Quebecor Média pour graduer la contribution à l'expression locale pour les licences de classe 1 de moins de 100 000 abonnés.


LISTNUM 1 \l 12077             Cependant nous exigeons, d'une part, qu'il y ait un retour d'argent supplémentaire pour la programmation locale et d'accès produite par les TVC autonomes, et d'autre part, que Quebecor Média abandonne définitivement l'idée de mettre sur pied le fonds Quebecor dans lequel aucun mécanisme n'assurerait le financement adéquat et stable de la programmation communautaire.

LISTNUM 1 \l 12078             Le financement de la production télévisuelle au Canada demande qu'on agisse avec prudence pour préserver l'équilibre de tous ses acteurs.  Puisque la télévision communautaire est l'une des composantes du système canadien, nous demandons au Conseil d'en tenir compte dans ses décisions qui impliquent le financement de la programmation canadienne.

LISTNUM 1 \l 12079             Nous vous remercions pour cette précieuse écoute.

LISTNUM 1 \l 12080             LA PRÉSIDENTE: Merci et bienvenue à cette audience publique.

LISTNUM 1 \l 12081             Vice‑président Arpin?

LISTNUM 1 \l 12082             CONSEILLER ARPIN: Merci Madame la présidente.  Pour peut‑être continuer avec votre paragraphe 16, je présume que vous avez pris note de notre avis public sur la diversité des voix où nous avons annoncé la tenue d'une consultation publique sur l'ensemble des médias communautaires, c'est‑à‑dire la radio et la télévision communautaires.


LISTNUM 1 \l 12083             Donc, je pense que le Conseil a, de ce côté‑là, pris la décision, effectivement, d'avoir une consultation élargie pour bien structurer la télévision communautaire notamment.

LISTNUM 1 \l 12084             M. GAUTHIER: Oui, effectivement, on en a pris connaissance, mais nous, on ne peut pas dissocier toutes les différentes instances que le CRTC tient, en ce sens que, lorsqu'on parle du Fonds canadien de télévision, la courroie, ce qui nous relie au Fonds canadien, c'est l'article 29 du Règlement de la distribution de radiodiffusion.

LISTNUM 1 \l 12085             Et actuellement, il y a aussi une instance qui fait la révision de la réglementation des distributeurs.

LISTNUM 1 \l 12086             CONSEILLER ARPIN: J'apprécie que vous le souligniez parce qu'effectivement le Conseil marche par instances et puis elles pourraient être indépendantes les unes des autres et puis alors, je comprends très bien que pour vous, elles sont toutes liées.

LISTNUM 1 \l 12087             Pour mes collègues et puis pour les fins de la culture générale du Conseil, qu'entendez‑vous par " des télévisions communautaires autonomes "?


LISTNUM 1 \l 12088             M. GAUTHIER: Bon, lorsqu'on parle de télévisions communautaires autonomes, c'est qu'au Québec, historiquement, il y a ‑‑ bon on le sait, le CRTC a accordé, dans les années '70, aux différents câblodistributeurs une obligation d'avoir un canal communautaire comme élément social, retour social vers les communautés.

LISTNUM 1 \l 12089             Au Québec, il s'est développé des télévisions communautaires qui émanent elles‑mêmes des communautés, qui ont créé des entités dites autonomes, donc sans but lucratif, avec leur propre charte, leur propre lettre patente et dans lesquelles les conseils d'administration sont élus parmi des membres de la communauté.

LISTNUM 1 \l 12090             Les comités de programmation sont souvent ‑‑ sont des gens qui sont des communautés qui proviennent de différents secteurs, soit de commissions scolaires, soit de municipalités, soit de groupes communautaires populaires, soit également du monde de développement économique comme les CLD.

LISTNUM 1 \l 12091             Et les émissions sont faites par des gens qui sont embauchés par la télévision communautaire autonome. Elles ne relèvent donc pas, en pratique des câblodistributeurs, mais elles utilisent le canal communautaire des câblodistributeurs pour la diffusion de leur programmation.


LISTNUM 1 \l 12092             CONSEILLER ARPIN: En somme, c'est que vous profitez d'accès que vous donne le câblodistributeur pour diffuser des émissions que vous produisez par vous‑mêmes.  Est‑ce que vous produisez vos émissions dans les locaux du câblodistributeur ou si vous êtes autonomes au point d'avoir vos propres facilités ou...?

LISTNUM 1 \l 12093             M. GAUTHIER: On a nos propres locaux.  Depuis quelques années, environ une dizaine d'années, les télévisions communautaires acquièrent leurs propres équipements de production.  C'est pour faciliter, évidemment, la participation du milieu parce que plus on se rapproche de la communauté locale, plus on est proche d'elle et avec elle, et plus il y a une participation, plus on sent une effervescence de travailler de concert avec les gens du milieu.

LISTNUM 1 \l 12094             CONSEILLER ARPIN: Et votre programmation se finance comment?  Il y a un appel aux bénévoles, mais je vois bien qu'il y a des permanents.  Il y a même une fédération donc, où il y a aussi un permanent.  Je présume que ce n'est pas tous des bénévoles.  Donc vous vous financez comment?


LISTNUM 1 \l 12095             M. GAUTHIER: Bon, pour vous donner un aperçu, on a mentionné tantôt ‑‑ ma collègue a mentionné qu'il y avait 44 télévisions communautaires qui étaient membres de la Fédération.  Il y en a environ une cinquantaine au Québec, au total.

LISTNUM 1 \l 12096             Et les revenus oscillent entre 50 000 et 300 000 dollars par télévision communautaire, tout dépendant de la richesse du milieu, de la volonté du câblodistributeur à contribuer à la programmation d'accès.  Également par des moyens d'autofinancement, la vente de commandites ‑‑ par exemple, de commandites de prestige, la tenue de séances de bingo.

LISTNUM 1 \l 12097             Il y a également des ‑‑  On fait des productions indépendantes qui permettent de ramasser de l'argent, mettons de la contribution (comment est‑ce que je pourrais expliquer ça)... de la production corporative pour des groupes qui ont besoin d'un vidéo.

LISTNUM 1 \l 12098             Puis cet argent‑là est ramassé et est réinvesti au niveau de la programmation communautaire et également au Québec, qui a une particularité : le gouvernement du Québec, via le ministère de la Culture, des Communications et de Condition féminine contribue, via un programme aux médias communautaires qu'on appelle dans notre jargon, nous, le PAMEC.

LISTNUM 1 \l 12099             Il contribue pour une somme qui équivaut à peu près à 10 à 15 pour cent des revenus des télévisions communautaires.


LISTNUM 1 \l 12100             CONSEILLER ARPIN: Maintenant, je vous ai entendu dire que les câblodistributeurs contribuaient au financement des télévisions autonomes, donc...  Et c'est cette portion du financement qui vous inquiète, quand vous nous présentez votre mémoire, aujourd'hui?

LISTNUM 1 \l 12101             M. GAUTHIER: En fait, oui, parce que le règlement permet aux câblodistributeurs de soit mettre l'argent au Fonds canadien ou de déduire un pourcentage, tout dépendant de la classe de licence pour le maintien des activités du canal communautaire.

LISTNUM 1 \l 12102             Plusieurs télévisions communautaires chez Vidéotron reçoivent une contribution pour leur programmation d'accès.  Et chez Vidéotron, actuellement, depuis 2002, ces télévisions sont quand même choyées.  Elles reçoivent environ trente à cinquante, soixante mille par année.  Donc, ça fait partie d'un budget important.


LISTNUM 1 \l 12103             Cependant, cette contribution‑là, elle n'est pas égale pour tous les câblodistributeurs.  Cogeco, l'autre câblodistributeur d'importance au Québec ne contribue à peu près rien pour la programmation locale d'accès. Ça peut s'expliquer peut‑être en raison des " classe 3 " qui ne génèrent pas d'argent pour le système.  Mais au moins, l'argent qui est disponible actuellement, on ne voudrait pas la perdre.

LISTNUM 1 \l 12104             Peut‑être que dans l'autre instance, celle qui va traiter plus particulièrement de la radiodiffusion communautaire, peut‑être qu'on va avancer qu'ils parlent de Fonds canadien avec deux volets.  Peut‑être qu'il faudrait aussi un fonds pour la radiodiffusion communautaire, pour la télévision communautaire à travers le Canada pour les communautés, pour essayer de valoriser davantage la programmation d'accès faite par les gens dans les communautés.

LISTNUM 1 \l 12105             Et à ce moment‑là, ça pourrait être un fonds ou toutes les EDR, qu'elles distribuent ou pas un canal communautaire ‑‑ Quand je dis toutes les EDR, ça comprend les : par satellite, les câblodistributeurs, les multipoints, qu'importe pourraient contribuer un pour cent de leur revenu brut dans un fonds indépendant dédié entièrement pour la radiodiffusion communautaire.


LISTNUM 1 \l 12106             Ça pourrait être une solution.  Mais actuellement, comme cette solution‑là n'est pas... bon, elle pourrait arriver ultérieurement ou on en parle depuis quelques années.  Comme actuellement, c'est l'article 29 du règlement qui permet de soustraire une partie des fonds qui iraient au Fonds canadien pour la programmation communautaire, bien c'est ce qu'on défend actuellement.

LISTNUM 1 \l 12107             CONSEILLER ARPIN: Donc, en fait, c'est en sorte une mesure défensive qui vous amène ici aujourd'hui.

LISTNUM 1 \l 12108             Vous avez posé un certain nombre de questions qui touchent les canaux VOX et qui touchent Vidéotron.  Évidemment on n'a pas encore entendu Vidéotron, donc, ils sont devant ‑‑ on les recevra jeudi matin.  Et je préviens les gens de Vidéotron qui suivent l'audience qu'on pourrait avoir des questions qui sont tirées de vos préoccupations donc on pourra peut‑être avoir certains éléments de réponse de leur part au moment de leur comparution.

LISTNUM 1 \l 12109             Quant à moi, je n'ai réellement pas d'autres questions.  Votre mémoire est clair, il est précis et puis on comprend votre préoccupation puis on aura l'occasion de se revoir dans les prochains forums parce qu'effectivement, vous avez raison de dire qu'il faut que vous suiviez chacune des instances.

LISTNUM 1 \l 12110             Merci, Madame la présidente.

LISTNUM 1 \l 12111             LA PRÉSIDENTE : Monsieur Morin?


LISTNUM 1 \l 12112             CONSEILLER MORIN : Une seule question.  La télévision communautaire, actuellement, que vous représentez, est‑ce qu'elle est en croissance?  Est‑ce qu'elle est en développement?  Est‑ce qu'elle marque des points?  Est‑ce que...avec les revenus dont elle dispose...

LISTNUM 1 \l 12113             M. GAUTHIER:  On va être franc.  Depuis 2002, depuis qu'on a quelques changements qui ont été faits avec le cadre stratégique pour les médias communautaires bien, les télévisions communautaires ont pu s'attarder davantage à leur développement qu'à leur survie.

LISTNUM 1 \l 12114             Elles le font par elles‑mêmes, elles le font parce que là, il y a quelques poignées réglementaires qui leur permettent d'avoir accès au canal pour un minimum d'heures.  Si elles demandent quatre heures par semaine pour de la programmation originale, le câblodistributeur doit offrir, ouvrir le canal communautaire pour ces heures‑là.

LISTNUM 1 \l 12115             Plus cette programmation‑là s'attarde aux préoccupations locales et plus elle connaît un succès d'écoute localement.  Et évidemment, le câblodistributeur y retrouve un intérêt, un avantage concurrentiel parce que les gens n'ont pas intérêt à se désabonner du câble parce qu'elles ont leurs émissions sur le câble et non pas sur les satellites.


LISTNUM 1 \l 12116             Évidemment, ça a une incidence.  Plus il y ‑‑ comme on dit, le syndrome de la saucisse :  plus les gens la regardent et plus ils s'impliquent et plus ils la regardent.  Donc oui, il y a une croissance.  Pas en termes de nombre de télévisions communautaires, mais en termes de qualité de programmation communautaire.

LISTNUM 1 \l 12117             CONSEILLER MORIN: Et en termes d'écoute, est‑ce que c'est la même chose?  Est‑ce que c'est généralisé?  Est‑ce que ‑‑ Parce qu'avec le développement de l'Internet et tout ça, les gens communiquent souvent différemment.

LISTNUM 1 \l 12118             Est‑ce que vraiment, au niveau des écoutes, la télévision communautaire est en croissance?

LISTNUM 1 \l 12119             M. GAUTHIER: Oui.  On a fait faire une étude par le Comité sectoriel de main‑d'ouvre, économie sociale, action communautaire, une étude sur la rentabilité sociale des télévisions communautaires et sur leur impact.

LISTNUM 1 \l 12120             Et au niveau de l'écoute, oui, elles sont écoutées.  C'est comme je vous mentionnais :  plus elle est locale, la télévision communautaire, et plus elle est écoutée.  En termes d'heures, évidemment, ce n'est pas des émissions à haute audience, là.  Et souvent, la programmation est répétée plusieurs fois dans la semaine, donc les gens vont la chercher au moment où ils sont disponibles.


LISTNUM 1 \l 12121             Mais oui, elle est écoutée, selon notre étude.  Soixante‑neuf pour cent des gens disent que ça répond à un véritable besoin; sept personnes sur dix l'écoutent régulièrement trois heures par semaine et il y a deux personnes sur dix qui l'écoutent environ une heure à deux heures et un pour cent, un sur dix qui l'écoute au moins une fois par mois.

LISTNUM 1 \l 12122             Ce qui fait que 70 pour cent des gens l'écoutent au moins trois heures par semaine, ce qui est quand même pour une télévision locale un bon... j'allais dire un anglicisme, un bon " score ", c'est quand même un bon pointage que nous on perçoit à ce niveau‑là.

LISTNUM 1 \l 12123             CONSEILLER MORIN:  Et cette étude‑là était basée sur un échantillon valable?

LISTNUM 1 \l 12124             M. GAUTHIER:  Oui.  On pourra vous laisser l'étude, qui est faite sur un échantillon valable et qui est reconnue.

LISTNUM 1 \l 12125             LA PRÉSIDENTE:  Merci beaucoup.  Oh?  Une autre?

LISTNUM 1 \l 12126             CONSEILLER ARPIN:  Effectivement, ça serait une bonne idée de faire parvenir l'étude au Conseil; peut‑être pas dans le cadre de l'audience, mais pour les fins de documentation et de préparation d'un avis public éventuel sur les médias communautaires.


LISTNUM 1 \l 12127             M. GAUTHIER:  On vous l'enverra sur version PDF puis on en a une copie disponible.

LISTNUM 1 \l 12128             CONSEILLER ARPIN:  Parfait.  Merci!

LISTNUM 1 \l 12129             THE CHAIRPERSON :  We will now take a break for lunch.  I am feeling generous today, so we will be back in an hour and a half.

‑‑‑ Upon recessing at 1201 / Suspension à 1201

‑‑‑ Upon resuming at 1339 / Reprise à 1339

LISTNUM 1 \l 12130             LA SECRÉTAIRE : Nous entendrons maintenant la présentation du Groupe Réalisatrices Équitables.  S'il vous plaît, vous présenter et présenter vos collègues.  Vous aurez 15 minutes pour votre présentation.  Merci.

PRÉSENTATION / PRESENTATION

LISTNUM 1 \l 12131             MME LEPAGE : Bonjour, Madame, messieurs.

LISTNUM 1 \l 12132             Je vous présente, à ma droite, Vania Rose; à ma gauche, Miriam Fougère.  Toutes les trois, nous sommes réalisatrices.

LISTNUM 1 \l 12133             LA PRÉSIDENTE : Et toi?

LISTNUM 1 \l 12134             MME LEPAGE : Marquise Lepage.  Pardon, je m'oublie.


LISTNUM 1 \l 12135             Réalisatrices Équitables est un groupe de pression mis sur pied l'année dernière, soit en janvier 2007, qui réunit une trentaine de réalisatrices du Québec de tous les âges et de toutes les catégories de réalisation.  De plus, 140 réalisatrices solidaires, de nombreuses sympathisantes et sympathisants nous appuient et suivent nos actions.

LISTNUM 1 \l 12136             Notre principal objectif est d'atteindre l'équité pour les femmes dans le domaine de la réalisation au Québec.  Nous désirons obtenir des mesures concrètes afin que les fonds publics destinés au cinéma et à la télévision soient accordés de façon équitable aux réalisatrices et qu'une place plus juste soit accordée à leurs préoccupations, à leur vision du monde et à leur imaginaire.

LISTNUM 1 \l 12137             Maintenant, on a cru nécessaire aussi de mettre une petite définition de ce que fait un réalisateur ou une réalisatrice, parce que le métier de la réalisation est méconnu, mais il est tout aussi essentiel à la concrétisation d'une oeuvre audiovisuelle que son écriture.


LISTNUM 1 \l 12138             Le réalisateur ou la réalisatrice, c'est l'équivalent en audiovisuel du metteur en scène en théâtre ou du chef d'orchestre.  Il dirige toutes les étapes de la création, et chaque décision de création lui revient.  Il met le scénario en image, en son, en musique, décide du traitement, du regard et de l'approche parmi les choix artistiques que cela implique.

LISTNUM 1 \l 12139             Nous allons, donc, vous parler avec cette préoccupation là, celle de réalisatrice.

LISTNUM 1 \l 12140             Vu l'importance de la télévision et de l'émergence d'une nouvelle plateforme de diffusion, on sait que le CRTC et aussi le FCT ont une grande influence non seulement sur le paysage audiovisuel canadien, mais aussi sur l'ensemble de la culture et de la société partout au pays.

LISTNUM 1 \l 12141             Comme les buts et objectifs de ces deux groupes sont de favoriser une production d'émissions de qualité reflétant tous les aspects de la population canadienne, nous pensons qu'il est d'une grande importance de vous faire part d'une série de constats, de préoccupations et de suggestions concernant la place des femmes dans la production et le financement d'émissions de télévision au Canada.

LISTNUM 1 \l 12142             Avec son enveloppe considérable, le FCT est devenu un organisme incontournable dont dépend un grand nombre de projets de qualité diffusés autant sur les chaînes publiques que sur les chaînes privées.


LISTNUM 1 \l 12143             Les règlements du CRTC, tout comme les règles et les principes directeurs du FCT sont clairement déterminants dans le choix que font les producteurs, télédiffuseurs et distributeurs des émissions qui seront financées et produites au Canada.

LISTNUM 1 \l 12144             Il est écrit dans le document du FCT 2009 que la raison d'être du Fonds est d'appuyer le rôle déterminant de la télévision en tant que véhicule de l'expression culturelle, et selon le CRTC, le système canadien devrait proposer une très large programmation qui traduise des attitudes, des opinions, des idées, des valeurs et une créativité artistique canadienne, répondre aux besoins et aux intérêts, et refléter la condition et les aspirations des hommes, des femmes et des enfants canadiens, en reconnaissant l'égalité sur le plan des droits, la dualité linguistique et le caractère multiculturel et multiracial de la société canadienne.

LISTNUM 1 \l 12145             Il est, donc, rassurant de constater que les deux organismes sont préoccupés par la représentativité de la réalité et par la créativité canadienne dans son ensemble.

LISTNUM 1 \l 12146             Il faut, cependant, constater que bien souvent, l'égalité de droit est loin de l'égalité de fait.  C'est pourquoi dans certains cas on a créé des programmes spéciaux pour rééquilibrer les forces et s'assurer que certaines communautés, certaines régions ou certains secteurs d'activité seront représentés de façon équitable.


LISTNUM 1 \l 12147             En ce sens, le FCT prévoit, fort à propos à notre avis, quelques volets pour financer et encourager les initiatives spéciales comme les productions autochtones et les productions de minorités linguistiques.

LISTNUM 1 \l 12148             Pourtant, malgré les mandats clairs du CRTC et du FCT et les initiatives dont nous venons de parler, nous constatons, à la lumière des données récentes provenant d'une étude menée par l'IREF, qu'une grande partie de la population canadienne est actuellement sous‑représentée et mal desservie par le FCT, et j'ai nommé les femmes.

LISTNUM 1 \l 12149             En effet, depuis quelques années, une autre forme d'acculturation se dessine au Canada : la sous‑représentation du regard des femmes au petit écran, particulièrement aux heures de grande écoute.

LISTNUM 1 \l 12150             Si de nombreuses femmes occupent des fonctions de scénaristes ou de productrices, très peu de femmes signent la réalisation des émissions et des films que nous voyons tous les jours.

LISTNUM 1 \l 12151             Si on se rapporte au tableau A, à la page 12 de l'Annexe A du présent document, on constate qu'entre 2002 et 2007, le Fonds canadien de télévision a accordé 994 millions à 1 540 projets à travers le Canada.


LISTNUM 1 \l 12152             En nombre de projets, cela signifie que 419 étaient réalisés par une femme, soit 27.2 des projets, ce qui est assez peu.  Mais ce qui est encore pire, c'est que si on rapporte ça en termes d'argent, les femmes dans les cinq dernières années ont reçu 97 662 435, soit seulement 10 pour cent des fonds accordés.

LISTNUM 1 \l 12153             Le tableau de l'Annexe B, lui, à la page 13...

LISTNUM 1 \l 12154             CONSEILLER ARPIN : Je présume que vous vouliez dire 97 millions, et non 97 milles?

LISTNUM 1 \l 12155             MME LEPAGE : Oui.  Millions, oui.  Rendu dans ces chiffres là, on se perd parce qu'on a tellement des petits budgets, nous, que 97 millions...

LISTNUM 1 \l 12156             CONSEILLER ARPIN : Non, mais c'est quand même pour le dossier là, parce que...

LISTNUM 1 \l 12157             MME LEPAGE : Oui, oui, oui.  C'est ça.

LISTNUM 1 \l 12158             CONSEILLER ARPIN : D'accord.

LISTNUM 1 \l 12159             MME LEPAGE : Excusez‑moi.  Vous avez tout... c'est tout à fait juste.


LISTNUM 1 \l 12160             Le tableau B... le tableau de l'Annexe B, lui, nous dévoile la courbe de tendance sur les cinq dernières années.  Elle nous indique clairement une situation de plus en plus défavorable à l'égard des réalisatrices.

LISTNUM 1 \l 12161             Le tableau C nous montre, quant à lui, le pourcentage des femmes qui ont réalisé les différents projets et la proportion des budgets selon les types d'émissions.

LISTNUM 1 \l 12162             Ici encore, le tableau est très éloquent.  Il confirme que les femmes réalisatrices sont sous‑représentées, qu'elles sont confinées à certains secteurs et qu'on leur attribue de plus petits budgets.

LISTNUM 1 \l 12163             Alors, ce tableau là est peut‑être plus difficile à comprendre, mais vous voyez, le premier chiffre, c'est 30.3 pour cent des productions avec 13.7 pour cent des budgets, 31 pour cent des productions pour 18 pour cent des budgets, 16 pour cent des productions pour 5 pour cent des budgets, 27 pour cent des productions pour 3 pour cent des budgets, et ça continue.  Il y a une exception dans les variétés.

LISTNUM 1 \l 12164             En d'autres mots, cela veut dire qu'elles sont en moyenne trois fois plus productives que leurs collègues masculins ou trois fois plus pauvres ou... bon, c'est un autre dossier.  Cela signifie surtout que le double standard existe encore aujourd'hui en télévision.


LISTNUM 1 \l 12165             Quelles qu'en soient les raisons, ces écarts en défaveur des femmes sont injustifiables en 2008 dans un pays comme le Canada, et qui plus est, dans un secteur si largement subventionné par l'état.

LISTNUM 1 \l 12166             Les chiffres de ces trois tableaux, parmi bien d'autres, confirment que les systèmes actuels défavorisent grandement les femmes et qu'ils alimentent une iniquité de revenu pour les réalisatrices.

LISTNUM 1 \l 12167             En conclusion, ces chiffres et ces tableaux nous démontrent clairement que si la tendance se maintient, le métier de réalisatrice est en voie de disparition.

LISTNUM 1 \l 12168             Certains avanceront que plusieurs femmes scénaristes ont souvent leurs oeuvres de fiction mises à l'écran.  On pourrait s'en réjouir si on ne constatait pas que la grande majorité des scénarios écrits par des femmes sont réalisés par des hommes, sans que l'inverse soit vrai.


LISTNUM 1 \l 12169             Le Fonds canadien de télévision a vu le jour, entre autres, par crainte qu'une surabondance de produits américains submerge nos ondes, particulièrement aux heures de grande écoute.  Cela ne supposait pas que les produits canadiens étaient moins attrayants ou de moindre qualité.  Cela signifiait plutôt qu'étant donné le contexte de plusieurs facteurs géographiques, culturels, linguistiques et démographiques, les productions canadiennes avaient besoin d'un coup de pouce pour rejoindre leur public et rivaliser avec leur puissant voisin.

LISTNUM 1 \l 12170             Les différents volets ou initiatives spéciales du FCT sont aussi nés parce qu'on craignait de ne pas avoir accès à une importante partie de notre culture, soit celle des minorités linguistiques, des Autochtones et des régions, comme on le disait plutôt.  On voulait s'assurer qu'une juste place serait faite aux citoyens de culture et de langue différente au pays.

LISTNUM 1 \l 12171             Ces différents programmes spéciaux servent à financer et rendre accessible à tous une plus grande diversité de regard et de réalité canadienne.

LISTNUM 1 \l 12172             La pluralité des voix et la concentration des médias sont des enjeux importants, comme le souligne le document du CRTC, parce que la présence d'une diversité de voix s'avère essentielle au bon fonctionnement d'une démocratie.  Le CRTC affirme aussi que la pluralité éditoriale se mesure en nombre de propriétaires dans un même marché.


LISTNUM 1 \l 12173             Nous croyons que la pluralité des regards, elle, se mesure par les différences de la singularité de chacun des créateurs et des créatrices qui oeuvrent à sa réalisation.  Une proportion plus élevée de femmes réalisatrices servirait directement cette diversité de regard si importante.  De plus, on pourrait ainsi stimuler une réelle variété de contenus et de points de vue dans tous les genres d'émissions.

LISTNUM 1 \l 12174             Il est fondamental de mettre de l'avant un contenu diversifié et fort.  La multiplicité des voix et des regards est essentielle au bon fonctionnement d'une société démocratique ouverte et égalitaire comme la nôtre.

LISTNUM 1 \l 12175             En ce sens, nous sommes d'accord avec les objectifs du CRTC quand il dit que la programmation devrait être de haute qualité, variée, répondant aux intérêts et aux goûts des Canadiens et Canadiennes, offrir la possibilité de prendre connaissance d'opinions diverses, voire contradictoires.

LISTNUM 1 \l 12176             Nous croyons que la vraie rentabilité d'une télévision forte pour un pays comme le Canada est d'encourager tous les acteurs de l'industrie à se rapprocher des objectifs précités.  Favoriser la cote d'écoute et la rentabilité se fait trop souvent en standardisant, en nivelant ou en abaissant les contenus.


LISTNUM 1 \l 12177             Le calcul des enveloppes de rentabilité des télédiffuseurs devrait, donc, tenir compte de nombreux facteurs plus importants et ne pas survaloriser la cote d'écoute.

LISTNUM 1 \l 12178             De plus, il ne faut pas oublier que, comme le souligne la chercheuse Francine Licari :

" La cote d'écoute sert à vendre de la publicité.  Cette mesure n'est certainement pas utile pour déterminer ce qu'est une émission de qualité.  La cote d'écoute n'est même pas une mesure fiable pour établir les émissions préférées du public puisque cela dépend en grande partie des cases horaires de diffusion de l'émission.  D'ailleurs, en Europe, on adopte de plus en plus d'autres méthodes pour évaluer la qualité, la cote d'amour et la pertinence des émissions diffusées. " (Tel que lu)

LISTNUM 1 \l 12179             Pour notre part, nous croyons fermement que l'appréciation et le financement d'une oeuvre ne devraient pas être assignables à une simple mesure commerciale.

LISTNUM 1 \l 12180             Par conséquent, le FCT ne devrait pas juger la " rentabilité " d'une émission seulement sur la base des impératifs de vente de publicité ou d'autres cotes mercantiles, à plus forte raison, comme on le soulignait plus tôt, dans le système canadien, où la grande majorité des émissions de télé sont financées par l'ensemble des contribuables.


LISTNUM 1 \l 12181             Dans ce contexte, le Fonds canadien de télévision devrait tout faire, comme il le propose dans ses objectifs, pour faciliter le partage, l'expérience et la construction d'une communauté, tout en reflétant nos différences.

LISTNUM 1 \l 12182             La recherche des cotes d'écoute à tout prix et la vente de publicité ne sert pas le public, ne vise ni le partage, l'expérience, ni la construction d'une communauté.

LISTNUM 1 \l 12183             Dans les tableaux des annexes A, B, C, il est clair que la production télévisuelle actuelle ne reflète pas la globalité canadienne.  Nous pouvons déjà constater les résultats dans le manque de diversité de regards.

LISTNUM 1 \l 12184             En faisant trop peu appel à la créativité des femmes, en ne reflétant pas suffisamment leur condition et aspirations et en sous‑finançant leurs projets, la production télévisuelle actuelle ne répond pas aux besoins et intérêts de plus de la moitié de la société.


LISTNUM 1 \l 12185             Selon un récent sondage réalisé par l'Association d'études canadiennes, 94 pour cent de la population canadienne affirme que l'égalité entre les sexes est une des priorités pour eux.  Aux yeux des citoyens canadiens, l'égalité entre les hommes et les femmes vient au deuxième rang des valeurs les plus importantes, tout de suite après la santé, et pour les Québécois, cette valeur vient même en première place.

LISTNUM 1 \l 12186             Puisque l'égalité des droits entre les hommes et les femmes fait partie des valeurs fondamentales les plus importantes de la société canadienne, nous déplorons que la production télévisuelle actuelle contribue insuffisamment à sa promotion.

LISTNUM 1 \l 12187             Le déséquilibre actuel ne fait pas seulement du tort aux femmes qui ont décidé de choisir la réalisation comme métier.  L'appauvrissement du contenu, le manque de diversité des regards et le rétrécissement d'imaginaire a évidemment des répercussions sur l'ensemble de la société.

LISTNUM 1 \l 12188             En 2005, un groupe de comédiennes de l'UDA affirmait que :

" Revendiquer une place plus grande pour les femmes dans l'imaginaire collectif est une bataille essentielle pour la survie démocratique et économique de notre société.  La bataille de l'imaginaire est aussi importante que celle des salaires et du soutien à la famille. " (Tel que lu)


LISTNUM 1 \l 12189             La place insuffisante accordée aux femmes sur les écrans et derrière la caméra contribue grandement à influencer négativement la perception du public.  Cela perpétue l'idée que les femmes sont moins importantes que les hommes dans notre société.

LISTNUM 1 \l 12190             Les histoires et les préoccupations diffusées à la télé sont des modèles pour tous les jeunes Canadiens, filles ou garçons.  Par conséquent, et particulièrement pour nos enfants, nous devons construire et financer une télévision de haute qualité qui représente équitablement toute la société.  Elle doit donner autant de place aux filles et aux femmes du pays qu'elle en donne aux garçons et aux hommes.

LISTNUM 1 \l 12191             Dans un souci d'équité envers toutes les femmes et afin de répondre à une des priorités de la population canadienne, nous recommandons que le CRTC, tout comme le FCT, ajoute à ses principes directeurs et à ses objectifs l'égalité entre les hommes et les femmes.

LISTNUM 1 \l 12192             Nous demandons au CRTC et au conseil du FCT, qui ont le mandat de faire en sorte que la télévision canadienne soit un miroir de la société canadienne, de regarder attentivement ces données et de tout mettre en oeuvre pour stimuler le dépôt et le financement adéquat d'un plus grand nombre de projets réalisés par des femmes.


LISTNUM 1 \l 12193             Pour ce faire, nous demandons que le CRTC et le FCT mettent en place une série de mesures, et ce, conjointement avec les télédiffuseurs et tous les intervenants du milieu audiovisuel parce qu'il est essentiel que le regard de la moitié de la population ne reste pas dans l'ombre plus longtemps.

LISTNUM 1 \l 12194             Afin que le déséquilibre actuel soit rapidement comblé, un renforcement de principes dans le mandat s'impose, mais celui‑ci devrait aussi être accompagné de mesures concrètes.

LISTNUM 1 \l 12195             À court terme, nous recommandons au CRTC de mettre en place les mesures suivantes :

LISTNUM 1 \l 12196             Mettre sur pied, de toute urgence, un comité, dont les membres de Réalisatrices Équitables, idéalement, feraient partie, chargé d'élaborer et de conseiller le CRTC et le FCT sur des politiques et sur des mesures nécessaires pour redresser la situation le plus rapidement possible.

LISTNUM 1 \l 12197             Demander au FCT et aux télédiffuseurs de tenir des statistiques précises et détaillées selon le sexe afin de permettre une meilleure saisie de la situation des réalisatrices et de faire rapport annuellement pour vérifier l'évolution de la situation.


LISTNUM 1 \l 12198             Poursuivre les recherches pour identifier les obstacles à l'équité et les facteurs systémiques de discrimination pour les femmes réalisatrices.

LISTNUM 1 \l 12199             Créer un groupe de travail sur la situation des femmes en général dans l'industrie télévisuelle.

LISTNUM 1 \l 12200             Nous recommandons au FCT de mettre en place les principes et mesures suivantes :

LISTNUM 1 \l 12201             Refléter la culture et les valeurs canadiennes, ainsi que la diversité du pays, en tenant compte aussi de l'équité entre les hommes et les femmes du pays.

LISTNUM 1 \l 12202             Chercher l'équilibre dans le financement de la production et la diffusion des réalisations d'hommes et de femmes.

LISTNUM 1 \l 12203             Élaborer des mesures incitatives favorisant ouvertement la réalisation de projets de réalisatrices dans tous les secteurs de la production.

LISTNUM 1 \l 12204             Favoriser particulièrement leur présence dans les domaines où les réalisatrices sont sous‑représentées, dont les séries dramatiques.

LISTNUM 1 \l 12205             Mettre en place des mesures incitant les télédiffuseurs et les producteurs à renverser la tendance actuelle défavorable aux réalisatrices et que des objectifs précis et quantifiables soient fixés à cet effet.


LISTNUM 1 \l 12206             Élaborer des programmes spécifiques ou des volets particuliers et des mesures incitatives pour les réalisatrices.

LISTNUM 1 \l 12207             LA SECRÉTAIRE : Je suis désolée, mais est‑ce que vous pouvez conclure?  Votre 15 minutes est...

LISTNUM 1 \l 12208             MME LEPAGE : Oui, d'accord.

LISTNUM 1 \l 12209             LA SECRÉTAIRE : Merci.

LISTNUM 1 \l 12210             MME LEPAGE : En conclusion, à l'aube du 21e siècle, il est sûrement important de discuter des nouvelles technologies et du financement des télévisions.  Nous croyons, cependant, qu'il est encore plus urgent de se pencher sur cet important déséquilibre qui, à notre plus grand étonnement, s'est aggravé depuis 20 ans.

LISTNUM 1 \l 12211             Cela nous inquiète en notre qualité de réalisatrices, d'abord, mais cela nous touche également comme citoyennes et spectatrices, et je rajouterais, dans mon cas, en tant que mère.  La population de tous les âges s'identifie aux personnages et aux histoires diffusés dans les médias électroniques.


LISTNUM 1 \l 12212             Cette influence est encore plus marquée chez les jeunes générations.  Comment les jeunes femmes et les fillettes bâtiront‑elles leur identité si les modèles qu'elles puisent dans les personnages de la télévision sont la création d'un regard presque exclusivement masculin?

LISTNUM 1 \l 12213             Il est indéniable que le contenu des émissions diffusées à la télévision et sur les nouvelles plateformes jouent un rôle important dans l'élaboration des modèles d'une société.  Le manque de présence de l'imaginaire visuel féminin et le sous‑financement des oeuvres réalisées par des femmes est inadmissible en 2008.

LISTNUM 1 \l 12214             Nous prions le FCT et le CRTC d'agir de toute urgence et de façon diligente dans ce dossier, et soyez assurés, d'autre part, que nous sommes à votre entière disposition pour participer à des échanges et pour collaborer avec vous dans ce dossier.

LISTNUM 1 \l 12215             Merci beaucoup.

LISTNUM 1 \l 12216             LA PRÉSIDENTE : Merci à vous, et bienvenue à cette audience.

LISTNUM 1 \l 12217             Commissaire Morin.

LISTNUM 1 \l 12218             CONSEILLER MORIN : Bonjour.

LISTNUM 1 \l 12219             MME LEPAGE : Bonjour.


LISTNUM 1 \l 12220             CONSEILLER MORIN : Je suis particulièrement surpris des chiffres que vous nous présentez.  On n'est pas habitué à ce discours là des femmes.  C'est plutôt le contraire, habituellement.  De plus en plus, les femmes prennent leur place dans tous les secteurs, peut‑être pas au niveau où la plupart d'entre vous le souhaiterait, mais, à tout le moins, on voit une progression.

LISTNUM 1 \l 12221             Dans les secteurs de la santé, de l'ingénierie, les femmes semblent accéder à des positions auxquelles elles étaient interdites d'accès il y a à peine quelques décennies.  Et dans un modèle créatif comme celui du Fonds canadien, comme celui des émissions, les chiffres que vous nous donnez m'étonnent beaucoup.

LISTNUM 1 \l 12222             Ma première question : Est‑ce que vous avez trouvé dans votre enquête... je pense que vous avez été créée en janvier 2007.  Donc, ça fait quand même un peu plus d'un an.  Est‑ce que vous avez constaté, fait le constat de discrimination à l'égard des projets présentés par les femmes au Fonds canadien?

LISTNUM 1 \l 12223             MME LEPAGE : Bien, je pense que les chiffres sont éloquents en ce sens.  Alors, je ne peux pas... évidemment, ce n'est pas notre recherche mais bien la recherche de l'IREF, qui est un collectif à l'Université du Québec à Montréal qui a fait cette recherche là, et nous, on rapporte une partie des données, celles qui sont en lien avec le Fonds canadien de télévision.


LISTNUM 1 \l 12224             Mais toutes les autres données dans ce rapport là, qui va sortir le mois prochain, disent la même chose.  Les systèmes actuels... on ne sait pas nécessairement les raisons pour lesquelles, mais ils défavorisent les femmes, et la tendance, comme on voyait la courbe de tendance, continue à baisser, et cela nous inquiète beaucoup.

LISTNUM 1 \l 12225             Et pour revenir à votre étonnement, Monsieur Morin, j'étais moi‑même extrêmement étonnée quand, l'année dernière, on a commencé à me parler de ça, parce que je travaille beaucoup, je n'arrête pas, et ce n'est pas pour venir vous demander un boulot ou un projet que je suis ici, mais pour être porte‑parole de nombreuses réalisatrices de grand talent qui, effectivement, ne travaillent pas assez et dont les projets sont systématiquement refusés.

LISTNUM 1 \l 12226             Je ne veux pas faire du cas par cas, mais...  Et l'année dernière, lors d'une rencontre avec la grande cinéaste française Colleen Séreau, on était invité ‑‑ c'était plus comme une classe de maître ‑‑ à discuter, et on s'est mis à parler de la réalisation, du regard des femmes.  Puis, elle a demandé comment c'était la situation au Québec, et moi, je pensais que ça avait énormément augmenté depuis 20 ans, où j'ai commencé mes premiers films et où j'étais toute jeune.


LISTNUM 1 \l 12227             Et là, il y avait Lucette Lupien qui nous a tous cloués avec des chiffres qu'elle avait comme information.  Puis, j'ai dit : Bien non, ça ne se peut pas.  J'ai dit : Voyons donc.  Ça veut dire que c'est pire qu'il y a 20 ans.  Parce que, effectivement, il y a 20 ans, il y avait eu une recherche faite, et on atteignait des meilleures cotes.

LISTNUM 1 \l 12228             Et c'est amusant parce que, à l'époque, il y avait une bataille qui se passait au niveau du transport en commun, il n'y avait pas de chauffeurs d'autobus.  Et, en blagues, je disais que c'était un peu comme il y a 20 ans, qu'il fallait avoir plus de réalisatrices et plus de chauffeuses d'autobus, et j'ai appris qu'au transport en commun, elles sont rendues 35 pour cent.  Nous, on a baissé, mais elles, elles augmentent.  Alors, j'imagine qu'on peut aller chercher des trucs au transport en commun.

LISTNUM 1 \l 12229             Mais je ne sais pas quels sont... et c'est pour ça, une de nos recommandations, c'est de continuer la recherche pour savoir c'est quoi les facteurs systémiques.  Mais ce qui est clair, c'est qu'il n'y a pas une juste place actuellement par le système qu'il y a là.


LISTNUM 1 \l 12230             Et je ne veux pas sous‑entendre qu'il y a un complot contre les femmes.  Je ne pense pas, parce que moi‑même, j'étais étonnée parce que moi, j'ai un rapport avec l'industrie qui était très actif, et j'avais l'impression qu'un peu tout le monde était dans cet état là, et j'avais plutôt tendance à penser que les chiffres étaient en progression nette, et ils ne le sont pas.  Ce n'est pas du tout le cas.

LISTNUM 1 \l 12231             Alors, je m'étonne, et je trouve qu'il faut sonner une sonnette d'alarme en 2008 d'être devant des données comme celles‑là, qui sont très sérieuses, qui sont faites...

LISTNUM 1 \l 12232             Et on a déposé aussi au comité du patrimoine quelque chose spécifiquement sur la télévision d'état, et ce n'est pas très reluisant.  Il y a 1.5 pour cent des réalisations de dramatiques dans toute une année qui est fait par des femmes, tout l'imaginaire autre que... les émissions de services et tout ça, et ça aussi, c'est un autre peut‑être problème systémique.

LISTNUM 1 \l 12233             Il faudrait trouver collectivement les raisons et essayer de trouver aussi des solutions pour sortir de ces chiffres là alarmants.


LISTNUM 1 \l 12234             CONSEILER MORIN : Donc, même si vous n'êtes pas en mesure de nous présenter des raisons lourdes au niveau, par exemple, de la discrimination de projets présentés par les femmes, est‑ce que ça pourrait tenir aussi... surtout quand on regarde les chiffres au niveau des fonds accordés, est‑ce que ça pourrait tenir à la nature des projets présentés, qui seraient de plus petite taille, par exemple, qui font que, finalement, en bout de ligne, vous vous retrouvez avec un chiffre qui est étonnant, 10 pour cent des fonds accordés?

LISTNUM 1 \l 12235             MME LEPAGE : Je ne voudrais pas spéculer là‑dessus.  Ce que je peux vous dire, effectivement, c'est que je suis convaincue qu'il y a peut‑être une part de la " responsabilité " sur le dos des réalisatrices qui demandent peut‑être des plus petits budgets, mais je pense que ce n'est pas non plus...  Il faut aller plus loin dans le regard, puis il faut cherche une espèce d'équilibre dans tout ça.

LISTNUM 1 \l 12236             Je pense que ça ne sert à rien de dire c'est pour... il y a un projet.  Il faudrait faire un regard plus attentif des demandes et de ce qui a été donné aussi.  Peut‑être qu'on pourrait comprendre plus qu'il y a aussi des raisons, mais je pense que c'est de ça que je parle quand on dit aussi que c'est des raisons systémiques.  Qu'est‑ce qu'il y a dans le système qui fait que ça donne ça, quelle part à chaque étape?


LISTNUM 1 \l 12237             Moi, je pense qu'il y a beaucoup de filtres aussi des producteurs qui pensent que les projets de femmes, s'ils ne sont pas chers, ils vont peut‑être être acceptés, mais s'ils sont chers, ils ne le seront pas.

LISTNUM 1 \l 12238             Ça fait qu'il y a aussi... je pense que plus il y a de filtres dans le système, parce que dans l'étude qu'ils ont faite, qui est une étude sur tout le système audiovisuel, il y a des comparatifs aussi avec, mettons, le Conseil des Arts ou des trucs comme ça, et au Conseil des Arts, les proportions ne sont pas inversées, mais c'est beaucoup plus près du 50‑50.  Et moins il y a de filtres, plus la proportion...

LISTNUM 1 \l 12239             Quand je parle de filtres, c'est que pour avoir accès au FCT, il faut un producteur, un téléviseur, un distributeur.  Il y a bien du monde qui filtre les projets pour...

LISTNUM 1 \l 12240             CONSEILLER MORIN : Est‑ce qu'il y a beaucoup d'hommes là‑dedans?

LISTNUM 1 \l 12241             MME LEPAGE : Ah! Mais moi, je ne pense pas que c'est nécessairement le regard... Je ne sais pas qui...

LISTNUM 1 \l 12242             MME FOUGÈRE : Bien, il y a plus d'hommes partout.


LISTNUM 1 \l 12243             MME LEPAGE : Non, dans beaucoup de secteurs, il y a des femmes.  Je pense qu'on vit tous dans une société quand même un peu...  On vient de ce qu'on a vécu.  Donc, on a un passé catholique ou juif ou je ne sais pas quoi dans notre société.  Ça fait qu'on continue à reproduire des choses sans même souvent s'en rendre compte, malgré nous.

LISTNUM 1 \l 12244             Moi, j'ai déjà entendu une femme dire : C'est un gros budget, on ne peut pas le donner à une réalisatrice.  J'ai entendu ça, moi.  On ne parlait pas de moi, puis j'ai dit : Bien, mon Dieu, est‑ce qu'elle s'entend?  C'est une femme qui dit ça, puis c'est une super bonne gestionnaire, elle.  Elle est elle‑même une femme, puis elle parle d'une autre femme en disant : On ne peut pas lui donner un gros budget.  Je me disais : Mon Dieu, on répète des choses sans même se rendre compte parfois de nos réflexes conditionnés.

LISTNUM 1 \l 12245             MS ROSE:  And as a young filmmaker, I just would like to say that that also begins in film school, that attitude and that treatment of women directors, that very young women directors get treated unequally in film schools.  When they just get out of film school, you see that throughout, that treatment of women directors.

LISTNUM 1 \l 12246             MME LEPAGE : Merci.

LISTNUM 1 \l 12247             CONSEILLER MORIN : Et là, vous nous demandez de faire un peu de la micro‑gestion?


LISTNUM 1 \l 12248             MME LEPAGE : Mais moi, je pense que ce n'est pas de la micro‑gestion, c'est plutôt de renforcer des grandes politiques, des grands principes, un peu comme on avait fait en '91 quand on avait remis dans la loi qu'il fallait que les télédiffuseurs fassent appel à un plus grand nombre, un nombre important de producteurs indépendants.  On a vu une explosion de maisons de production apparaître.

LISTNUM 1 \l 12249             Et je pense que s'il y avait des règles comme ça qui demandent, soit par pointage ou je ne sais pas quoi, qu'il y ait une proportion ‑‑ je ne sais pas le terme ‑‑ comme ils ont dit pour les maisons de production, importante de films réalisés par des femmes, je suis sûre que soudainement, il y aurait une explosion de demandes, et les producteurs viendraient chercher plus et tenteraient...

LISTNUM 1 \l 12250             C'est tout un cercle, hein!  Puis je pense que le CRTC et le FCT étant des joueurs incontournables, quand ces gens là sont des modèles, des leaders pour la société... bien nous, effectivement, on pense que c'est l'argent de toute la société, et on regarde ça, puis on pense qu'il y a 51 pour cent de la population qui sont des femmes, et qu'on donne juste 10 pour cent aux regards de femmes, il me semble que ce n'est pas tout à fait équitable.


LISTNUM 1 \l 12251             C'est sûr qu'on ne peut pas, demain matin, imaginer que ça puisse être 50 pour cent, mais je pense qu'il faut que la courbe soit dans l'autre tendance, par contre, et faire clairement savoir par des politiques et des principes, juste, tac‑tac‑tac, les réitérer, les remettre à jour à partir de chiffres...

LISTNUM 1 \l 12252             MS ROSE:  And I think also because it is a vicious circle ‑‑ it's exactly what Marquise is saying, there is a vicious circle that does occur and I think the less women feel like their vision is being watched and being listened to, the less they are going to go into directing.  They just drop out.  You see them just dropping out one by one.

LISTNUM 1 \l 12253             Very young, they just start dropping out of the industry as filmmakers, as directors.  They end up becoming art directors, they end up becoming script girls, they end up becoming assistants, and slowly they drop out because they don't feel like their vision is being seen.


LISTNUM 1 \l 12254             Recently, we got an article that was recently published about Warner Bros. in the U.S. deciding that they were no longer going to make feature films with women as lead characters because it wasn't money‑making.  Like where will this end in terms of women's visions?

LISTNUM 1 \l 12255             CONSEILLER MORIN : Alors, si les femmes étaient plus présentes, quel genre de télévision, quel imaginaire on aurait?

LISTNUM 1 \l 12256             MME LEPAGE : Bien, en tout cas, les femmes sont aussi différentes que... il y a autant de points de vue différents, mais je pense qu'il y a des regards...

LISTNUM 1 \l 12257             Moi, je peux... je me trompe rarement quand je commence à regarder un film.  Je sais si c'est un homme ou une femme qui l'a réalisé.  Je sais si c'est un homme ou une femme qui l'a scénarisé à partir des dialogues.  Et c'est subtil, c'est nuancé parfois.  Des fois, je fais : Ah!  Ça m'est arrivé de...  Je pensais que c'était un homme, et, après ça, j'ai vu que c'était une co‑.

LISTNUM 1 \l 12258             En tout cas, bref, il y a parfois... mais on le sait, on l'intègre quand on devient spécialiste, avec un peu de recul, ces affaires là.  Mais sinon, effectivement, ça nous donnerait des visions différentes, des regards qui sont, je pense, importants.


LISTNUM 1 \l 12259             Je ne dis pas que toutes les filles réalisent pareil, puis tous les hommes réalisent pareil, mais ce qui est clair, c'est que quand on demande que des minorités linguistiques ou que des Autochtones fassent part de leur culture, de leur voix, de leur regard... et j'en suis très, très sensible, je travaille avec des Inuit, justement, actuellement.

LISTNUM 1 \l 12260             Mais je pense aussi que le regard qu'une femme pose sur la vie est différent que celui d'un homme, et c'est, heureusement... et je ne dis pas qu'il est meilleur, qu'il est moins bon, mais j'aimerais ça qu'il apparaisse un tout petit peu plus.

LISTNUM 1 \l 12261             Et je suis peut‑être un des arbres qui cache la forêt parce que je suis très productive, mais je trouve ça désolant, puis j'ai fait moi‑même ma petite enquête.  Quand je suis rentrée à l'Association des Réalisateurs et Réalisatrices, on était... 35 pour cent des membres étaient des femmes.  Actuellement, c'est 29 pour cent.  Donc, ce que disait Vania, c'est vrai.


LISTNUM 1 \l 12262             En plus, la quantité de réalisatrices n'augmente pas.  Elle a tendance à diminuer parce qu'elles se découragent.  Et pour avoir été prof à l'Université du Québec et à l'Université de Montréal, je vois mes étudiantes... même les plus brillantes rentrent comme scriptes ou autre chose au lieu de... parce qu'elles se découragent.  Il y a quelque chose dans le système qui fait en sorte qu'elles se disent, bien non, de toute façon, ça n'intéresse personne mon regard.

LISTNUM 1 \l 12263             CONSEILLER MORIN : Alors, dernière question en ce qui me concerne.

LISTNUM 1 \l 12264             Le chiffre que vous proposeriez, ça serait quoi?

LISTNUM 1 \l 12265             MME LEPAGE : Bien, à moyen terme, peut‑être qu'on peut se fier à un truc comme, justement, le membership de l'Association des Réalisateurs.  S'il y a peut‑être 29 pour cent du membership qui sont des femmes, peut‑être tendre à aller vers ça, en disant, bon... parce que je ne sais pas quoi...

LISTNUM 1 \l 12266             C'est sûr qu'à long terme, j'espère que ça serait comme la société, comme partout, c'est‑à‑dire 50 pour cent, que ça s'équilibrerait quand les forces du marché seraient...  Mais je ne sais pas, peut‑être qu'on peut se fier à un truc comme ça.  Comme ça, on n'a pas...


LISTNUM 1 \l 12267             On est tout à fait disposé, par contre, à en discuter plus longuement, puis à chercher comment on pourrait faire ça.  Mais je pense que, en tout cas, spontanément, moi, je me dis peut‑être qu'on pourrait essayer de regarder du côté de la représentativité du milieu professionnel, qui est l'Association des Réalisateurs et Réalisatrices.

LISTNUM 1 \l 12268             MS ROSE:  The more you give place for women in film and television, the more women will come.  It's a vicious circle.  The more you open the doors, like they will flood in.

LISTNUM 1 \l 12269             MME LEPAGE : C'est comme la saucisse que disait le monsieur tout à l'heure.

‑‑‑ Rires / Laughter

LISTNUM 1 \l 12270             CONSEILLER MORIN : Merci.

LISTNUM 1 \l 12271             MME LEPAGE : Merci à vous.

LISTNUM 1 \l 12272             THE CHAIRPERSON:  I would say that was a complimentary circle, not necessarily vicious.

‑‑‑ Laughter / Rires

LISTNUM 1 \l 12273             THE CHAIRPERSON:  Vice‑Chairman Arpin.

LISTNUM 1 \l 12274             CONSEILLER ARPIN : Merci, Madame.

LISTNUM 1 \l 12275             Vous êtes l'Association des Réalisatrices Équitables.  Qui vous embauche dans la réalité, c'est le producteur?

LISTNUM 1 \l 12276             MME LEPAGE : Dans Réalisatrices Équitables, on n'est pas embauché par personne.  Vous voulez dire les réalisatrices séparément?

LISTNUM 1 \l 12277             CONSEILLER ARPIN : Non, non, mais au moment où se fait une...

LISTNUM 1 \l 12278             MME LEPAGE : Oui, les producteurs.


LISTNUM 1 \l 12279             CONSEILLER ARPIN : En fait, si on regarde le cycle, le Fonds canadien alloue une enveloppe à un radiodiffuseur.

LISTNUM 1 \l 12280             MME LEPAGE : Mm‑hmm.  Mais en fait...

LISTNUM 1 \l 12281             CONSEILLER ARPIN : Le producteur a soumis un projet à une entreprise, l'entreprise l'accepte, le producteur constitue son équipe, et c'est lui qui choisit un réalisateur ou une réalisatrice, un scénariste masculin ou féminin...

LISTNUM 1 \l 12282             MME LEPAGE : Bien, c'est plus ou moins vrai.  Dans certaines conditions, ce que vous dites, c'est juste.  Excusez‑moi de vous... je sais que vous êtes un grand spécialiste.

LISTNUM 1 \l 12283             Dans le cas des réalisateurs, puis des réalisatrices pigistes, c'est souvent les réalisateurs qui vont voir une maison de production.

LISTNUM 1 \l 12284             CONSEILLER ARPIN : Ah! Oui.  Je comprends qu'il y a des interrelations entre...

LISTNUM 1 \l 12285             MME LEPAGE : Oui.  C'est parce que vous avez l'air de dire que c'est le producteur qui initie les projets.


LISTNUM 1 \l 12286             Dans 90 pour cent des cas, c'est des idées de réalisateurs ou de réalisatrices qui sont acceptées par le producteur, qui, après ça, va essayer de vendre à un télédiffuseur, avec qui ensuite il essaie de construire une structure de financement pour payer le projet ou la série ou tout ça.  Donc...

LISTNUM 1 \l 12287             CONSEILLER ARPIN : Il y a certainement des cas où le...

LISTNUM 1 \l 12288             MME LEPAGE : Oui, ça arrive.  Ça arrive souvent.

LISTNUM 1 \l 12289             CONSEILLER ARPIN : ...réalisateur ou la réalisatrice est également le producteur?

LISTNUM 1 \l 12290             MME LEPAGE : Ça arrive, oui.

LISTNUM 1 \l 12291             CONSEILLER ARPIN : Parce qu'il y a quand même des femmes productrices.

LISTNUM 1 \l 12292             MME LEPAGE : Il y en a énormément.  Il y en a énormément.  Mais ce qui est étrange, c'est autant, justement, les scénaristes ont augmenté le membership des femmes, les productrices aussi, mais pas les réalisatrices.

LISTNUM 1 \l 12293             C'est comme le centre de la création.  C'est vraiment là, comme on disait, que la mise en scène, la mise en image, la mise en son, la mise en musique de tout ça est fait.  C'est la réalisation, et cette espèce de prise de parole là, non seulement elle n'augmente pas au niveau des femmes, mais elle diminue.


LISTNUM 1 \l 12294             Et en tant que femme et citoyenne canadienne, moi, ça m'inquiète énormément.  Dans un système comme le nôtre, je me dis : Mon Dieu, dans un système où, en plus, c'est tous les contribuables qui paient, si on a ça.  Mon Dieu, si c'était un libre marché, où serions‑nous?  On n'existerait même pas.

LISTNUM 1 \l 12295             En France, qui est un libre marché, les chiffres sont mieux que ça.

LISTNUM 1 \l 12296             MS ROSE:  And to answer your question, when someone asks me who pays me and who do I work for, I say I'm a civil servant.  I say I work for the government.

‑‑‑ Laughter / Rires

LISTNUM 1 \l 12297             MME LEPAGE : Ce qui est vrai, d'une certaine façon.

LISTNUM 1 \l 12298             Moi, j'ai travaillé à Radio‑Canada, à l'ONF, et pour beaucoup de producteurs privés, et il y a des gens autour de moi qui me disent : Mais tu ne devrais pas déclarer ce contrat là.  Je dis : Bien, voyons donc, c'est tout le gouvernement, il n'y a personne qui va me signer un chèque de réalisation au noir.  Qu'est‑ce que tu racontes?  Je ne fais pas des...


LISTNUM 1 \l 12299             Et c'est tellement lié, tout ça, effectivement, c'est comme si je trav ‑‑ *Ah!  Tu travailles pour le gouvernement?+  *Bien oui, d'une certaine façon, oui.+  Mais les enveloppes passent par beaucoup de mains avant d'arriver aux réalisateurs, réalisatrices, scénaristes et techniciens et comédiennes, mais...

LISTNUM 1 \l 12300             CONSEILLER ARPIN: Maintenant, vous le soulevez, cette question‑là avec nous aujourd'hui, puis je pense que c'est bien fondé de le faire, mais est‑ce que vous en parlez également avec l'Association des producteurs, par exemple (avec l'APFTQ)?

LISTNUM 1 \l 12301             Est‑ce que c'est un sujet que vous débattez avec d'autres intervenants?  Est‑ce que vous en avez parlé déjà ‑‑

LISTNUM 1 \l 12302             MME LEPAGE: J'en ai parlé ‑‑

LISTNUM 1 \l 12303             CONSEILLER ARPIN: ‑‑ avec les gestionnaires du Fonds canadien de la télévision?

LISTNUM 1 \l 12304             MME LEPAGE: Non, parce que c'est ‑‑

LISTNUM 1 \l 12305             CONSEILLER ARPIN: C'est une présidente, elle devrait bien ‑‑

LISTNUM 1 \l 12306             MME LEPAGE: Non, mais je pense que ‑‑

LISTNUM 1 \l 12307             CONSEILLER ARPIN: ‑‑ accueillir votre propos.

LISTNUM 1 \l 12308             MME LEPAGE: Vous savez, Monsieur Arpin, je pense qu'il faut arrêter de mettre ça sur le dos des femmes.

LISTNUM 1 \l 12309             CONSEILLER ARPIN: Non, non, non, mais c'est parce que ‑‑


LISTNUM 1 \l 12310             MME LEPAGE: Non, non, mais c'est parce que c'est...   Non, non, je le dis ‑‑

LISTNUM 1 \l 12311             CONSEILLER ARPIN: ‑‑ mais je ne mets pas ‑‑

LISTNUM 1 \l 12312             MME LEPAGE: ‑‑ ce n'est pas agressif, ce que je dis.  Et je dis ‑‑

LISTNUM 1 \l 12313             CONSEILLER ARPIN: ‑‑ comme, je comprends ce que vous dites, mais ‑‑

LISTNUM 1 \l 12314             MME LEPAGE: ‑‑ c'est comme si l'équité dans la société, la démocratie dépendait juste d'un petit nombre.  Si...  Et je pense que ça dépend de nous tous, qu'on soit femme ou homme.

LISTNUM 1 \l 12315             Moi, j'ai du travail, actuellement.  Je ne dis pas:  *Ah!  Ce n'est pas grave que les femmes n'aient pas leur vision.+  Je trouve ça effrayant.

LISTNUM 1 \l 12316             J'ai une petite fille de 10 ans et je me dis:  Si dans 20 ans elle veut faire ça, qu'est‑ce qu'elle va me dire?  Elle va me dire:  *Bien moi ‑‑ il y a 20 ans, toi qui travaillais beaucoup, qui avait une certaine... potentielle influence, tu n'as rien dit?  Tu n'as rien fait?  Tu as laissé ça se dégrader alors que tu étais au courant?+


LISTNUM 1 \l 12317             Je me sens interpellée, même si dans mon cas personnel, alors ‑‑ puis il y a beaucoup d'hommes ‑‑ Quand on a commencé à parler de ça, le président de l'Association des réalisateurs, qui est un homme, il m'a appelée chez moi puis il a dit:  *Mais c'est incroyable!  Je ne savais pas ça, Marquise!  C'est vrai, ça?  My God!  Il faut en parler!  Il faut faire quelque chose à l'Association.+

LISTNUM 1 \l 12318             Vous voyez?  C'était ‑‑ c'est un homme...

LISTNUM 1 \l 12319             CONSEILLER ARPIN: Et cependant, jusqu'à aujourd'hui, l'Association n'a pas soulevé la question, en tout cas vis‑à‑vis ‑‑

LISTNUM 1 \l 12320             MME LEPAGE: Non, mais le groupe *réalisatrices équitables+ vient juste ‑‑

LISTNUM 1 \l 12321             CONSEILLER ARPIN:  ‑‑ De se créer.  Mais oui.

LISTNUM 1 \l 12322             MME LEPAGE:  ... ça fait un an.

LISTNUM 1 \l 12323             CONSEILLER ARPIN: Non, non.  Je ‑‑

LISTNUM 1 \l 12324             MME LEPAGE: Mais l'Association des réalisateurs nous soutient.  C'est eux qui, en partie, nous ont aidés à venir ici aujourd'hui, qui étaient là, avec nous, aussi, quand on a déposé au Patrimoine Canada un mémoire sur la condition des femmes à travers ‑‑ à Radio‑Canada.  Parce qu'ils considèrent que c'est important, puis il y a beaucoup d'hommes sur le conseil d'administration.


LISTNUM 1 \l 12325             Et vous savez quoi?  Je pense que les hommes ont une plus grande influence, souvent,  parce que les femmes n'osent pas.  Parce que justement elles ont l'impression ‑‑

LISTNUM 1 \l 12326             Il y a des femmes qui n'ont même pas ‑‑ qui nous disent qu'elles sont derrière nous mais qui n'osent pas mettre leur nom officiellement parce qu'elles n'ont tellement pas beaucoup de travail qu'elles ont peur des représailles.

LISTNUM 1 \l 12327             CONSEILLER ARPIN: Mais ce n'est pas...  Mais ça, je comprends ‑‑

LISTNUM 1 \l 12328             MME LEPAGE: Donc, alors que les hommes ‑‑

LISTNUM 1 \l 12329             CONSEILLER ARPIN: Je comprends que ‑‑

LISTNUM 1 \l 12330             MME LEPAGE: ‑‑ ça dit:  *Je peux défendre ça, parce que...+

LISTNUM 1 \l 12331             CONSEILLER ARPIN:  ‑‑ Je comprends que vous puissiez avoir des inquiétudes de ce côté‑là, mais ce n'est pas dans cette direction‑là que j'essaie d'aller, dans notre échange.

LISTNUM 1 \l 12332             MME LEPAGE:  Non, non ‑‑

LISTNUM 1 \l 12333             CONSEILLER ARPIN:  Premièrement, je note que c'est la première fois que le Conseil (en tout cas à ma connaissance) est saisi de la problématique.

LISTNUM 1 \l 12334             MME LEPAGE:  Mm‑hmm.


LISTNUM 1 \l 12335             CONSEILLER ARPIN: Deuxièmement, je constate qu'il y a une étude qui a été réalisée, déjà, au début de l'année 2007, mais elle ne s'est jamais rendue jusqu'à nous parce que ‑‑

LISTNUM 1 \l 12336             MME LEPAGE:  Non.  À la fin de 2007 et 2008.  Ils viennent juste de la terminer.  En fait, ce qu'on vous offre, c'est un *scoop+, parce qu'elle va sortir à la fin du mois.

LISTNUM 1 \l 12337             CONSEILLER ARPIN: Bien, pourtant, dans votre mémoire de juillet dernier, vous y faisiez allusion et que ‑‑

LISTNUM 1 \l 12338             MME LEPAGE:  Non, ce n'était pas à celle‑là.

LISTNUM 1 \l 12339             CONSEILLER ARPIN:  Ce n'est pas celle‑là, mais...

LISTNUM 1 \l 12340             Mais non.  Mais l'étude précédente ‑‑

LISTNUM 1 \l 12341             MME LEPAGE:  L'IREF?

LISTNUM 1 \l 12342             CONSEILLER ARPIN: ‑‑ ne s'est quand même jamais rendue jusqu'à nous de toute façon.

LISTNUM 1 \l 12343             MME LEPAGE:  Non, non.  Bien, c'est parce que ce n'est pas nous qui avons fait ces études‑là.  Mais par contre, maintenant, on a décidé justement ‑‑

LISTNUM 1 \l 12344             CONSEILLER ARPIN:  Mais ne soyez pas sur la défensive.  Vous n'avez pas besoin ‑‑

LISTNUM 1 \l 12345             MME LEPAGE:  Non, non.  Je ne suis pas sur la défensive, mais je vous dis juste ‑‑


LISTNUM 1 \l 12346             MS. ROSE:  It is going to be coming out the third of March.  The third of March, you will be hearing publicly the figures.

LISTNUM 1 \l 12347             COMMISSIONER ARPIN:  Until we get ‑‑ I will say that we are interested in knowing...

LISTNUM 1 \l 12348             MS. LEPAGE: Yes, sure.

LISTNUM 1 \l 12349             COMMISSIONER ARPIN: ‑‑ but if nobody sends a copy to the CRTC ‑‑

LISTNUM 1 \l 12350             MME LEPAGE:  On va se...  Croyez‑moi, on va le faire.  On va se faire un plaisir de vous l'envoyer, mais je veux dire je ne me sens pas du tout sur la défensive parce qu'avec ces chiffres‑là, comme vous voyez, on n'a pas grand chose à perdre, hein? (Rire) Ça peut juste, tu sais... disparaître.

LISTNUM 1 \l 12351             MS. ROSE: And to answer your question, we would love producers to be behind us.  We would love to meet with producers.  But I guess our basic feeling was that coming to you first would also help them realise.

LISTNUM 1 \l 12352             COMMISSIONER ARPIN: That it is a big issue.

LISTNUM 1 \l 12353             MS. ROSE:  Yes.

LISTNUM 1 \l 12354             COMMISSIONER ARPIN: Yes.


LISTNUM 1 \l 12355             MME LEPAGE:  Oui.  Bien, entre autres c'est ça.  Et il y a un réalisateur qui est fort sympathique, qui a dit en blague:  *Mais c'est sûr que si vous ne le demandez pas, puis vous n'allez pas plus haut que nous...  Nous autres, il y a neuf chevaux gagnants qui sont des chevaux noirs; est‑ce que je vais miser sur le blanc?+

LISTNUM 1 \l 12356             Puis c'est quelqu'un d'adorable, de pas sexiste pour deux sous.  Mais il faisait juste comprendre...  *Aide‑nous à changer les règles puis il va y avoir bien des gars qui vont aller chercher les réalisatrices.+

LISTNUM 1 \l 12357             Mais effectivement, actuellement, les règles ont l'air qu'effectivement, c'est juste les projets de gars, qui sont acceptés puis qui marchent.  Est‑ce que...?  Qu'est‑ce qu'il y a derrière ça?  Je n'en sais rien, je vous dis.  Je suis sûre que ce n'est pas un complot.  Je ne me sens pas du tout paranoïaque (rire), je ne me sens pas du tout espionnée.

LISTNUM 1 \l 12358             Mais il y a quelque chose qu'il faut découvrir, peut‑être, ensemble, puis trouver des solutions ensemble, puis réaffirmer cette importance‑là.  Et moi, je ne le sous‑estime pas.  Je vois mes enfants, à quel point ils sont branchés sur la télé, à quel point ça nourrit, que ça informe ou ça désinforme, à quel point ça fait poser des questions.


LISTNUM 1 \l 12359             Puis je trouve ça triste qu'il n'y ait pas assez de femme qui soit derrière ces émissions‑là, qu'ils puissent être influencés aussi par ce regard‑là.

LISTNUM 1 \l 12360             CONSEILLER ARPIN: Essentiellement, ce que vous nous demandez, c'est de dire au Fonds canadien (et on va demander au Fonds canadien de nous faire ses commentaires quand ils vont revenir en fin d'audience vendredi) d'avoir un critère de discrimination positive en faveur des femmes?

LISTNUM 1 \l 12361             MME LEPAGE: Qu'ils regardent ça.  Effectivement, je pense qu'on en est rendus là, qu'on est rendu à dix pour cent d'un budget comme ça.

LISTNUM 1 \l 12362             D'essayer de voir ‑‑ faire en sorte de comment faire enlever ça, de réaffirmer dans les... les critères, les pointages ou je ne sais pas comment on peut faire ça, mais faire en sorte d'avoir des buts, de dire:  *On veut atteindre... peut‑être un plan quinquennal.+  Dire:  *En cinq ans, il faudrait atteindre le 30 pour cent+ parce que ça nous semble...  En bas de ça, ça nous semble inéquitable.

LISTNUM 1 \l 12363             CONSEILLER ARPIN:  Maintenant, avez‑vous des discussions avec la *Directors Guild+?  Est‑ce que le problème est le même au Canada anglais?


LISTNUM 1 \l 12364             MME LEPAGE:  C'est pour *coast to coast+ parce qu'à Vancouver, ils viennent de sortir ‑‑ On a eu accès aussi, à une étude récente de Vancouver, des réalisatrices de Vancouver qui ‑‑

LISTNUM 1 \l 12365             CONSEILLER ARPIN: De la langue anglaise.

LISTNUM 1 \l 12366             MME LEPAGE: De langue anglaise, oui.

LISTNUM 1 \l 12367             CONSEILLER ARPIN: Oui.  C'est parce qu'il peut y avoir des réalisatrices de langue française, aussi, à ‑‑

LISTNUM 1 \l 12368             MME LEPAGE: Ah!  Je ne savais pas, mais ‑‑

LISTNUM 1 \l 12369             CONSEILLER ARPIN: Non, non.  Mais ‑‑

LISTNUM 1 \l 12370             MME LEPAGE: ‑‑ en tout cas, c'est en ‑‑ le document est en anglais, alors ‑‑

LISTNUM 1 \l 12371             CONSEILLER ARPIN: Bon, oui.

LISTNUM 1 \l 12372             MME LEPAGE:  ‑‑ c'est sûrement les réalisatrices anglophones qui faisaient part exactement de la même chose.

LISTNUM 1 \l 12373             En fait, c'était quasiment pire (si ça peut être pire).  Je pense qu'eux autres étaient huit pour cent du budget au niveau provincial.

LISTNUM 1 \l 12374             CONSEILLER ARPIN:  Parce que‑‑

LISTNUM 1 \l 12375             MME LEPAGE:  Puis quand on parle du FCT, c'est tout... c'est ça, ces chiffres‑là, c'est tout le Canada, ce n'est pas juste québécois.


LISTNUM 1 \l 12376             CONSEILLER ARPIN:  Oui.  Bon, d'accord.  Parce qu'hier, on avait quand même la *Directors Guild+ qui nous a fait une présentation.

LISTNUM 1 \l 12377             MME LEPAGE: Non.

LISTNUM 1 \l 12378             CONSEILLER ARPIN:  Puis elle n'a jamais fait allusion ‑‑

LISTNUM 1 \l 12379             MME LEPAGE: Non.

LISTNUM 1 \l 12380             CONSEILLER ARPIN: ‑‑ à cette problématique‑là, mais...

LISTNUM 1 \l 12381             MME LEPAGE: Mais comme nous on commence, finalement.  En plus d'être réalisatrices et mères, on travaille ‑‑ on essaie de travailler, ça fait que c'est évidemment juste du bénévolat:  écrire des mémoires, lire les documentations du FCT et de la CRTC.

LISTNUM 1 \l 12382             C'est passionnant, cela dit (rire).  Mais ça prend beaucoup, beaucoup de temps.  Donc on a essayé ‑‑

LISTNUM 1 \l 12383             CONSEILLER ARPIN: J'apprécie que vous trouviez ça passionnant.

‑‑‑ Laughter / Rires

LISTNUM 1 \l 12384             MME LEPAGE: Bien étonnamment... Étonnamment, je vous jure que j'ai trouvé ça intéressant.  Je ne réussissais même pas à m'endormir, alors que je me disais:  * Je vais tomber endormie sur ça.+  Mais j'ai trouvé ça passionnant parce que je vois des résultats concrets.


LISTNUM 1 \l 12385             C'est pour ça que j'insiste sur le fait qu'il y a des choses...  Quand on marque que le sous‑titrage, le doublage, ça a effectivement donné des résultats.  Les autochtones, ça a donné des résultats.  J'en connais des producteurs qui, sans ce volet spécial là du FCT, n'existeraient pas.

LISTNUM 1 \l 12386             MS. ROSE:  And we should know that women are not a minority.  Despite...

LISTNUM 1 \l 12387             MME LEPAGE: Oui...  Non...  Je ne dis pas ça.  Je dis juste que les règles... Les règles écrites sont importantes parce que les producteurs, comme je le disais, tout le monde, les télédiffuseurs sont sensibles à ça.  Ils disent:  *Ah!  On est tenu par les règles qui...+

LISTNUM 1 \l 12388             Le CRTC, ça a force de loi.  C'est formidable qu'il y ait ce leadership, cette espèce de protection, entre autres, contre l'envahissement de la culture américaine, mais aussi pour toutes sortes de choses:  protection des minorités linguistiques et tout ça.


LISTNUM 1 \l 12389             Et ce n'est pas non plus une manière de dire qu'on est comme une minorité, mais (c'est même le contraire, qu'on est)...   Mais de regarder, effectivement, les forces en présence et quand il y a des dangers de dérapages ou de manques, d'aller; de sentir qu'il est important d'intervenir et de dire:  *Bien là, non.  Ce type de...+

LISTNUM 1 \l 12390             On ne sait pas exactement pourquoi, mais il faut avoir des buts, comme on a eu à une époque, donc, à toutes sortes de façons pour les fonctionnaires de minorité ou je ne sais pas quoi, (des femmes chauffeures d'autobus) où on veut qu'il y ait ‑‑ que ça soit plus à l'image de la société.  Bien, on prend des mesures, on essaie de trouver et pourquoi et aussi des solutions (et comment les régler).

LISTNUM 1 \l 12391             CONSEILLER ARPIN: Écoutez, au cours des trois prochains jours, on va entendre d'autres... des entreprises de radiodiffusion, des associations de product‑‑ pas des associations de producteurs, on les a entendus, mais des producteurs.

LISTNUM 1 \l 12392             On va entendre, évidemment, les représentants du Fonds canadien, j'espère qu'on aura l'occasion avec eu d'entendre leur opinion sur cette question‑là parce que c'est une question d'intérêt public.


LISTNUM 1 \l 12393             MME LEPAGE:  Merci.  Je vais juste vous dire que comme je le disais, je pense qu'il y a beaucoup, aussi, au niveau de l'intermédiaire du filtre, du filtre des télévisions et le filtre des producteurs.  Donc, je ne remettrais pas tout le poids au FCT.  Peut‑être que pour eux...

LISTNUM 1 \l 12394             CONSEILLER ARPIN:  Et c'est pour ça que je l'ai partagé avec tout le monde.

LISTNUM 1 \l 12395             MME LEPAGE:  Oui, oui.  C'est ça.  Non, il faut.  Il faut effectivement le partager et regarder comme l'ensemble des joueurs, là‑dedans et se dire:  *Où c'est qu'il est le problème?  Est‑ce que c'est l'addition de tous ces filtres‑là qui donne ça?+

LISTNUM 1 \l 12396             CONSEILLER ARPIN:  Écoutez, je vous remercie pour vos réponses.

LISTNUM 1 \l 12397             MME LEPAGE:  Merci pour vos questions (rires).

LISTNUM 1 \l 12398             THE CHAIRPERSON: Thank you very much for your participation.  We have no more questions for you.

LISTNUM 1 \l 12399             MS. LEPAGE:  Thank you.

LISTNUM 1 \l 12400             THE CHAIRPERSON:  Madam Secretary?

LISTNUM 1 \l 12401             THE SECRETARY:  We will now hear the presentation from the Association of tele‑education Canada.

‑‑‑ Pause

LISTNUM 1 \l 12402             THE SECRETARY:  Please introduce yourself and you have 15 minutes for your presentation.  Thank you.

LISTNUM 1 \l 12403             MS. DE WILDE:  Thank you very much.


LISTNUM 1 \l 12404             Good afternoon, members of the commission.  On behalf of my fellow ATEC members, thank you for inviting us to participate in the public hearing phase of the commission's proceeding on the CTF task force report.

LISTNUM 1 \l 12405             We appreciate the opportunity to address the recommendations of the task force, recommendations that if implemented will have a major impact on the ability of educational broadcasters across the country to continue their unique public service role in Canadian television.

LISTNUM 1 \l 12406             My name is Lisa de Wilde.  I am the chief executive officer of TVO, but I am speaking to you today as the chair of ATEC, which is the association for tele‑education in Canada.

LISTNUM 1 \l 12407             Our association represents the designated provincial educational broadcasters in Canada: Knowledge Network in British Columbia, SCN which is the Saskatchewan communication's network, Ken Alecxe is with us today, TVO and TFO in Ontario and Télé‑Québec, Michel Fortin is with us today.


LISTNUM 1 \l 12408             In the case of TFO and Télé‑Québec, both of those French language services are also available on cable in New Brunswick, Access Television in Alberta has recently been acquired by CTV Globe Media as you well know and the new owner is currently in the process of determining a future course for this service and has therefore not participated in this submission.

LISTNUM 1 \l 12409             ATEC members help foster a vibrant independent documentary film and children's television production community in Canada.  We achieved this through a shared commitment to supporting the production, acquisition and distribution of high quality educational programming in Canada.

LISTNUM 1 \l 12410             And we would like to add these unique programs, many of which are only made possible through CTF funds are not available from other broadcasters in our country.

LISTNUM 1 \l 12411             All ATEC members share a common belief that educational television should be an accessible relevant and useful resource for learners of all ages and from all backgrounds.  We are focused on advancing the social objectives of diversity, equity and social inclusiveness in Canada.  Whether through broadcast or non‑broadcast technologies we help create better inform citizens and empower them to take an active role in public discourse.


LISTNUM 1 \l 12412             It is important to stress that ATEC members are inherently regional by nature.  And our mandates are first and foremost directed toward serving the educational programming needs of our respective provinces.  Our schedules place a strong emphasis on children's programming and on engaging and informing people of all ages with educational, cultural and regional programs.

LISTNUM 1 \l 12413             And we do this while connecting with a significant portion of the viewing audience, most importantly, we provide opportunities for a wide range of diverse voices to gain access to the Canadian broadcasting system.

LISTNUM 1 \l 12414             We are guided by our clear educational and cultural mandates and by our modest operating budgets.  We cannot overstate our concern that some of the key recommendations in the June 2007 report on the CTF do not support the unique and important role that Canadian educational broadcasters play.

LISTNUM 1 \l 12415             In fact, the recommendations will have a dramatically negative impact on our efforts to provide high‑quality content for our diverse regional audiences.


LISTNUM 1 \l 12416             Because of these factors, and others which we will speak to shortly, ATEC members oppose the two‑stream funding formula.  As set out in the Department of Canadian Heritage contribution agreement, the CTF is required to fund five special initiatives, one of which has not yet been addressed in any meaningful manner:  Supporting educational broadcasters.

LISTNUM 1 \l 12417             We therefore encourage the CRTC to confirm that the current envelopes of our members, averaged over the last 3‑4 years, should not decline.  This should be regardless of whether the proposed splitting of the CTF into two funding streams comes into effect or not.

LISTNUM 1 \l 12418             ATEC is concerned that directing all BDU monies to a seperate private funding stream would not leave enough money to adequately fund the public sector components, including the regional educational broadcasters.

LISTNUM 1 \l 12419             For example, in 2006‑07, the Department of Canadian Heritage contributed $120 million to the CTF, of which $96.7 million was for the CBC, APTN received $2.9 million and other special initiatives were $21.2 million, for a total of $120 million, or the entire amount of the Canadian Heritage funding.


LISTNUM 1 \l 12420             For that same period, the EdNet envelopes represented a further $13.2 million.  In addition, on this very point, there is the risk that the federal government won't financially support, directly, provincial broadcasters.

LISTNUM 1 \l 12421             The proposed two‑streamed approach to distributing CTF funds would, in fact, prejudice regional educational broadcasters.  Even if ATEC members would be permitted access to the private sector funding stream, we don't believe that this access would be fair and equitable.  This is due to the criteria suggested to be used to measure return on investment and audience success measurement.

LISTNUM 1 \l 12422             On the first point, though there are no stated criteria for return on investment, it is difficult to conceive of criteria that would not unfiarly prejudice ATEC members, since we are small, regional, public media organizations.

LISTNUM 1 \l 12423             And in terms of audience success, we'd like to note that the CTF's current audience success calculation system, which is really a system designed for broadcasters who serve a national audience, has already collectively decreased access to CTF funds for Canada's regional educational broadcasters, and for our smaller members, no BBM audience data is available.


LISTNUM 1 \l 12424             Moreover, our mandates are driven by criteria other than audience success, namely diversity and unique educational content.

LISTNUM 1 \l 12425             Aside from our concerns with the criteria for audience success and return on investment, ATEC is also solidly opposed to the proposal to allow the private sector funding stream to consider programs with the reduced CanCon requirements of only 8 out of 10 points.  We feel this will soften the CTF's focus on true 10 out of 10 Canadian content.

LISTNUM 1 \l 12426             Such a move, we believe, would only serve to dilute CanCon programming, while increasing demand where the CTF is already oversubscribed.

LISTNUM 1 \l 12427             Another serious concern for our association is the proposal to shift a significant amount of CTF funds into new media initiatives.  Like all broadcasters, we do recognize the value and the importance of new media in supporting and enhancing our activities.  However, we are concerned that the CTF is already oversubscribed for broadcast content without the added strain of new media content being factored in.


LISTNUM 1 \l 12428             The programming ATEC requires to fulfil our educational mandates, whether it's aimed at children or adults, is often not available for off‑the‑shelf acquisition, either in Canada or internationally.  Therefore, access to CTF funds is critical to our ability to deliver our unique content to the people of our provinces, and to support the independent production industry in Canada.

LISTNUM 1 \l 12429             Simply put, without CTF, a substatnial portion ‑‑ we believe it's in the neighbourhood of a third to a half of our Canadian schedule ‑‑ would just simply not get produced.  Needless to say, the effects would be felt throughout the industry.

LISTNUM 1 \l 12430             We come before you today with what we feel is an effective and fair solution to this funding imbalance.  ATEC has submitted a proposal to the CTF board which addresses our concerns with EdNet funding.  This proposal would put in place an EdNet special initiative funding stream, a stream which would effectively and consistently support edcucational programming.

LISTNUM 1 \l 12431             Michelle.

LISTNUM 1 \l 12432             MME FORTIN: Dans son avis public concernant ‑‑ le Conseil s'interroge sur les mesures que devrait prendre le Fonds canadien pour assurer une aide appropriée aux émissions auxquelles les télédiffuseurs éducatifs ont payé des droits de diffusion.


LISTNUM 1 \l 12433             L'ATEC remercie le Conseil de reconnaître la situation particulière dans laquelle se retrouvent ses membres et de souhaiter leur apporter une aide appropriée.

LISTNUM 1 \l 12434             L'ATEC elle‑même s'est penchée sur la question et a élaboré une proposition qu'elle considère juste et équitable à la fois pour ses membres et pour les autres partenaires du Fonds dans leur poursuite de leurs objectifs réciproques.  Même s'il existe sans doute d'autres avenues possibles, la proposition soumise par l'ATEC s'inscrit dans le cadre de deux pratiques déjà familières au Fonds.

LISTNUM 1 \l 12435             Premièrement, la mise en place d'une initiative spéciale, à l'instar de celle dont bénéficie déjà d'autres groupes.  Deuxièmement, la création d'enveloppes protégées à l'intérieur de chacun des fonds de langue française et de langue anglaise suivant le modèle déjà mis en place pour Radio‑Canada.

LISTNUM 1 \l 12436             Ces enveloppes s'appuieraient sur une base historique des quatre dernières années, c'est‑à‑dire depuis le début des enveloppes dédiées au Fonds, ajustées pour tenir compte des besoins particuliers des télévisions éducatives anglophones.


LISTNUM 1 \l 12437             Elles seraient réparties entre les télévisions en tenant compte de leur taille et de leur histoire.  Elles devraient provenir d'un fonds unifié et non seulement d'un financement public en provenance du gouvernement Fédéral, comme d'ailleurs toutes les autres initiatives spécifiques.

LISTNUM 1 \l 12438             Basées sur un pourcentage des fonds français et anglais, les enveloppes devraient croître ou décroître proportionnellement à l'évolution du fonds.  Concrètement, cette proposition attribuerait 15 pour cent du fonds français aux télévisions éducatives francophones, ce qui correspond au pourcentage alloué en moyenne au cours de la période considérée et au cours de la dernière année et deux pour cent du fond anglais aux télévisions éducatives de langue anglaise.

LISTNUM 1 \l 12439             Ce pourcentage est légèrement supérieur à la moyenne considérée, mais il est essentiel à ces télévisions pour remplir leur mandat, en particulier à ce qui a trait à la production régionale.  Les télévisions éducatives publiques ont appuyé cette proposition à l'unanimité et ont convenu entre elles d'un partage équitable entre les diverses chaînes.


LISTNUM 1 \l 12440             Cette proposition nous semble juste et raisonnable.  Elle permet de régler une fois pour toutes les questions reliées aux mandats et aux mesures d'auditoires des télévisions éducatives provinciales tout en respectant l'esprit et les modes de fonctionnement du fonds ainsi que l'ensemble des objectifs de la Loi sur la radiodiffusion.

LISTNUM 1 \l 12441             En contrepartie, cela permettrait au fonds de répondre aux exigences des télévisions priv