Séance d'information sur la Loi canadienne anti-pourriel

Vidéo

Visionnez la vidéo d’une présentation détaillée à propos de la Loi canadienne anti-pourriel.

Présentation détaillée à propos de la Loi canadienne anti-pourriel.
Transcription

Présentation

Téléchargez la présentation livrée lors de la session d’information.

Avis

Cette présentation a été préparée par le personnel de la Commission dans le but de fournir des informations générales à l’égard de la Loi canadienne anti-pourriel (LCAP). Ce matériel ne doit pas être considéré comme un avis juridique et il n'est pas contraignant pour la Commission elle-même. En outre, il ne reflète pas une interprétation de la LCAP et / ou de ses règlements d'application par le Commissariat à la protection de la vie privée, le Bureau de la concurrence ou d'Industrie Canada.

Objectif

D’offrir autant de prévisibilité et de transparence que possible, dans la limite de nos obligations de confidentialité. Cela nous permettra également d'être efficace dans l'accomplissement de notre mandat d'exécution.

Aperçu

  • Application de la Loi canadienne anti­pourriel
  • Règlements d’application de la LCAP
  • Bulletins d’information sur la LCAP
  • Documents d’information supplémentaires
  • Produits de communication

Application de la LCAP

Aperçu de la LCAP – Rôles juridiques

Administration Violations Objet
CRTC La Loi porte sur les violations suivantes :
  • l’envoi de messages électroniques commerciaux (MEC) sans consentement
  • la modification des données de transmission sans consentement dans le cadre d’une activité commerciale
  • l’installation d’un programme d’ordinateur sans consentement au cours d’une activité commerciale
  • Pourriels (article 6)
  • Réseaux de zombies (article 8)
  • Maliciels (article 8)
  • Réacheminement des données de réseau (article 7)
Bureau de la
concurrence (BC)
Elle modifie la Loi sur la concurrence de manière à inclure les infractions concernant :
  • les pratiques et indications fausses et trompeuses, y compris les en-têtes et les lignes de mention « objet » mensongers.
  • Indications fausses ou trompeuses en ligne (y compris les sites et les adresses Web)
Commissariat à la protection de la vie privée (CPVP) Elle modifie la Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques (LPRPDE) de manière à inclure les infractions concernant :
  • la collecte et l’utilisation sans consentement des renseignements liés à l’adresse personnelle
  • La collecte de renseignements personnels au moyen d’un accès illégal à un système informatique, ou par une utilisation ou une modification illégale d’un tel système
  • Collecte d’adresses
    (vol d’adresses électroniques)
  • Attaques de dictionnaire (découvrir systématiquement des adresses électroniques pour envoyer des pourriels)
  • Logiciels espions (renseignements personnels)

Protocole d’entente tripartite sur la LCAP

Entente conclue entre les trois organismes d’application de la LCAP

  • CRTC, Bureau de la concurrence et CPVP

L’objectif est d’établir un cadre concernant :

  • la coopération et la coordination entre les participants en ce qui a trait aux activités d’application de la LCAP;
  • le traitement des renseignements transmis entre les participants dans le but de faciliter les activités d’application de la loi.

Principaux éléments de la Loi

La Loi donne suite aux recommandations du Groupe de travail sur le pourriel à l’aide d’un régime de réglementation complet qui fait appel à des mesures économiques dissuasives plutôt qu’à des sanctions pénales afin de protéger le commerce électronique, et qui s’inspire des pratiques exemplaires internationales. Ce régime comprend :

  • de nouvelles violations
  • des sanctions administratives pécuniaires (SAP)
  • des mécanismes pour la collaboration nationale et internationale
  • une responsabilité étendue (suivre la piste de l’argent)

Mécanisme de soutien :

  • un centre de notification des pourriels

Processus d’application de la loi du CRTC

L’information est recueillie au moyen de multiples sources et stockée dans le Centre de notification des pourriels. Ces sources sont notamment : Plaintes, Données fournies par les pots de miel, Mémoires de l’industrie, Organismes internationaux. Une fois dans le Centre de notification des pourriels, l’information est triée et catégorisée. Les trois organismes d’application de la loi, le Bureau de la concurrence, le CRTC et le Commissariat à la protection de la vie privée, auront ensuite accès à l’information qui soutiendrait des enquêtes en ce qui a trait à leur mandat de mise en œuvre sous la Loi canadienne anti-pourriel.
Conformité et Enquêtes. Le CRTC procédera ensuite au triage de l’information et sélectionnera un outil de mise en application parmi les suivants : Enquête, Action conjointe, Avertissement, éducation et Alerte.
Les résultats de ces actions pourraient être, entre autres : Procès-verbaux de violation et sanctions administratives pécuniaires, Injonction, Engagement et Règlement négocié

Conséquences d’une violation

Sanctions administratives pécuniaires

  • sanction maximale pour une personne physique = 1 000 000 $ par violation
  • sanction maximale pour une personne morale = 10 000 000 $ par violation

Responsabilité étendue, y compris en ce qui touche :

  • la responsabilité indirecte
  • la responsabilité des administrateurs et des dirigeants

Continuum de la conformité

Le CRTC a accès à plusieurs outils pour remplir son mandat. Application de la réglementation - Volontaire : Autres instruments de règlement, Entreprises Involontaire, Avertissements, Procès-verbaux de violation, sanctions administratives pécuniaires et injonctions. Surveillance des récidives - Encourager l’application de la réglementation - Communication et sensibilisation: éducation, Publications, Conférences et Sites Web. Promotion de l’autoréglementation: Codes volontaires et programmes de conformité. Défense: Consultations publiques, Politique et partenariats en recherche. Enquêter sur la non-conformité - Collecte d’Intel, Centre de notification des pourriels et Pots de miel. Techniques d’enquête:, Demandes de préservation de données, Demandes de renseignements, Avis de communication et Perquisition et saisie.

Approche axée sur les partenariats

Le CRTC a établi ou est en voie d'établir des partenariats avec les organisations suivantes : Organismes à but non lucratif, Fournisseurs de services de courriel, Fournisseurs de services de télécom, Fournisseurs de services de courriel et spécialistes du marketing, Fournisseurs de produits de protection de la réputation et de sécurité, Organismes gouvernementaux et alliances.

Qu’est-ce que la réussite?

Réussite directe :
  • accroissement de la conformité à la Loi;
  • modification de la réputation du Canada de manière à ce qu’il ne soit plus considéré comme un paradis pour les polluposteurs;
  • réduction du nombre d’appareils électroniques contaminés.
Réussite indirecte :
  • adoption de pratiques exemplaires communes;
    • utilisation de nombreuses nouvelles pratiques exemplaires dans l’industrie, et promotion en ce sens;
  • création de conditions équitables pour toutes les entreprises;
  • réalisation d’économies de coûts par les entreprises et les consommateurs;
  • réduction des pertes assumées par les consommateurs;
  • améliorations pour les consommateurs sur les plans de la protection, de l’habilitation et de la confiance dans le cybermarché.

Règlements d’application de la LCAP

Dans le cadre de la LCAP, il existe deux catégories de règlements :

  • les règlements du gouverneur en conseil (gérés par Industrie Canada);
  • les règlements du CRTC (dont la responsabilité revient au Conseil).

Les règlements émanant de chaque autorité ont été publiés dans la Gazette du Canada pendant une période de commentaires de 60 jours

  • Le Règlement du CRTC a été établi en mars 2012
  • Le Règlement du gouverneur en conseil a été établi en décembre 2013

Règlement d’application de la LCAP – CRTC

  • La version définitive du Règlement du CRTC a été établie le 28 mars 2012
  • Ce règlement a uniquement trait au mandat du CRTC dans le cadre du projet de loi C-28, à savoir les articles 6 à 8
  • Il porte notamment sur les points suivants :       
    • art. 2 : Renseignements à inclure dans les messages électroniques commerciaux (MEC)
    • art. 3 : Forme des MEC
    • art. 4 : Renseignements à inclure dans les demandes de consentement
    • art. 5 : Programme d’ordinateur effectuant des fonctions spécifiques

Bulletins d’information

Objet des bulletins d’information

Le CRTC a publié les deux bulletins d’information qui suivent afin d’aider les entreprises canadiennes à mieux comprendre la LCAP et à la respecter :

  • Certaines dispositions du Règlement sur la protection du commerce électronique (CRTC)
    (Bulletin d’information de Conformité et Enquêtes CRTC 2012-548)
  • Nécessité d’obtenir le consentement exprès de l’utilisateur en vertu de la LCAP lors de l’utilisation des cases d’activation
    (Bulletin d’information de Conformité et Enquêtes CRTC 2012-549)

Bulletin d’information concernant le Règlement sur la protection du commerce électronique (CRTC)

Renseignements à inclure dans un MEC (art. 2)

  • le nom de l’expéditeur
    • y compris celui des sociétés affiliées
  • l’adresse postale de l’expéditeur 
    • définition
    • doit être valide pendant 60 jours

Voici un exemple de mécanisme d’exclusion par courriel. Le courriel affiche le message suivant: « Je ne souhaite plus recevoir : », « Tous les messages de Société inc. », « Tous les messages promotionnels de Société inc. Je continuerai de recevoir les notifications comportant de l’information sur mon compte et mes achats. » Au bas du message, vous pouvez choisir de soumettre votre consentement.
Forme des MEC (mécanisme d’exclusion) – (art. 3)

Voici un exemple de mécanisme d’exclusion par message texte. Le message texte de Société inc. dit – « Offre spéciale! Rabais de 40 % sur tous les produits. Texter STOP pour cesser de recevoir ces messages. » Pour soumettre votre consentement, répondez au message texte en tapant le mot STOP.

Les renseignements à inclure dans une demande de consentement (« demande faite séparément ») – (art. 4)

Il s’agit d’une page Web indiquant les modalités nécessaires au téléchargement d’un programme informatique. La page Web vous donne l’option de choisir votre consentement en cochant les cases se trouvant à côté des déclarations suivantes :, « J’accepte les modalités. », « Je consens à l’installation du Produit A de Société inc. La fonction et le but du Produit A sont de… Pour demander le retrait ou la désactivation du programme informatique en vertu de certaines conditions, veuillez nous contacter à cette adresse électronique. » Le texte « certaines conditions » comporte un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée., « Je consens à recevoir la lettre d’information de Société inc., laquelle comprend des nouvelles, des mises à jour et des promotions concernant les produits de Société inc. Il est possible de retirer son consentement à tout moment. » « Pour de plus amples renseignements, consulter la Politique de confidentialité ou communiquer avec nous. » Les termes « Politique de confidentialité » et « communiquer avec nous » comportent un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée.

Il s’agit d’une page Web consultée à partir d’un appareil mobile, laquelle vous donne l’option d’indiquer votre consentement en cochant les cases se trouvant à côté des déclarations suivantes : « Je consens aux modalités de vente. » Le texte « modalités » comporte un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée., « Je consens à l’installation du Produit A de Société inc. La fonction et le but du Produit A sont de… Pour demander le retrait ou la désactivation du programme informatique en vertu de certaines conditions, veuillez nous contacter à cette adresse électronique. » Les termes « certaines conditions » et « adresse électronique » comportent un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée., « Je consens à recevoir des messages promotionnels concernant les produits et services de Société inc. Il est possible de retirer son consentement à tout moment. » En dessous des cases d’activation, le message suivant est affiché : « Pour de plus amples renseignements, consulter la Politique de confidentialité ou communiquer avec nous. » Les termes « Politique de confidentialité » et « communiquer avec nous » comportent un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée. Une fois que vous avez donné votre consentement pour installer l’application en cochant la seconde case, cliquez sur le bouton Installer au bas de la page, ou cliquez sur Fermer pour fermer la page.

Programme d’ordinateur effectuant des fonctions spécifiques (art. 5)

Il s’agit d’une page Web consultée à partir d’un appareil mobile, laquelle explique la fonction d’un programme informatique et sollicite le consentement pour installer cette fonction. Si l’on coche les deux cases, le programme s’installe. La page Web affiche le message suivant : « En cliquant sur le bouton INSTALLER, le Produit A de Société inc. s’installera sur votre appareil. La fonction et le but du Produit A sont de … » « Le Produit A permettra à votre appareil mobile de communiquer automatiquement avec le serveur de Société inc. afin d’enregistrer votre consentement ainsi que des données sur l’utilisation. »
« Il est possible de retirer son consentement à tout moment. Pour demander le retrait ou la désactivation du programme informatique en vertu de certaines conditions, veuillez nous contacter à cette adresse électronique. » Les termes « certaines conditions » et « adresse électronique » comportent un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée. « Pour de plus amples renseignements, consulter la Politique de confidentialité ou communiquer avec nous. » Les termes « Politique de confidentialité » et « communiquer avec nous » comportent un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée. Confirmez votre consentement en cochant les cases se trouvant à côté des déclarations suivantes : 
• « J’ai lu et compris ce qui précède et j’y consens. » • « Je souscris au contrat de licence. » Le texte « contrat de licence » comporte un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée. Une fois que vous avez coché les deux cases, cliquez sur le bouton Installer au bas de la page, ou cliquez sur Fermer pour fermer la page.

Bulletin d’information sur l’utilisation des cases d’activation

Qu’est-ce que les cases d’activation?
Le premier message n’est pas conforme, car la case est préalablement cochée. Il affiche : « Vous êtes sur le point d’acheter le Produit A pour 10 $. » La case est préalablement cochée et indique « Je consens à recevoir la lettre d’information de Société inc., laquelle comprend des nouvelles, des mises à jour et des promotions concernant les produits de Société inc. Il est possible de retirer son consentement à tout moment. » « Pour de plus amples renseignements, consulter la Politique de confidentialité ou communiquer avec nous. » Les termes « Politique de confidentialité » et « communiquer avec nous » comportent un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée. Au bas du message,  vous avez le choix de retourner à la page précédente ou de confirmer l’achat.
Le second message est conforme et dit « Vous êtes sur le point d’acheter le Produit A pour 10 $. » La case n’est pas cochée et indique « Je consens à recevoir la lettre d’information de Société inc., laquelle comprend des nouvelles, des mises à jour et des promotions concernant les produits de Société inc. Il est possible de retirer son consentement à tout moment. » « Pour de plus amples renseignements, consulter la Politique de confidentialité ou communiquer avec nous. » Les termes « Politique de confidentialité » et « communiquer avec nous » comportent un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée. Au bas du message, vous avez le choix de retourner à la page précédente ou de confirmer l’achat.
Le troisième message est conforme et dit « Rabais de 40 % sur tous les produits pour un temps limité seulement! Entrer votre courriel ci dessous pour recevoir la lettre d’information de Société inc., laquelle comprend des nouvelles, des mises à jour et des promotions concernant les produits de Société inc. Il est possible de retirer son consentement à tout moment. Pour de plus amples renseignements, consulter la Politique de confidentialité ou communiquer avec nous. » Les termes « Politique de confidentialité » et « communiquer avec nous » comportent un hyperlien vers une autre page Web où l’information peut être trouvée. Au bas du message, vous avez l’option d’entrer votre adresse courriel et de cliquer sur Soumettre.

Documents d’information supplémentaires

Liens familiaux ou personnels

  • L’article 6 de la LCAP ne s’applique pas à un MEC envoyé à une personne avec qui l’expéditeur a un « lien personnel ou familial », tel qu’il est défini dans le Règlement du gouverneur en conseil à l’alinéa 2b).
  • Un « lien personnel » comporte une communication directe, bidirectionnelle et volontaire.
    • Dans chaque cas, la liste non exhaustive de facteurs énoncée l’alinéa 2b) [p. ex. partage d’intérêts, fréquence de la communication, etc.] sera prise en considération.
  • Comme l’explique le Résumé de l’étude d’impact de la réglementation, la définition de « lien personnel » doit demeurer limitée aux liens étroits.
    • L’objectif est d’établir des limites et d’empêcher les polluposteurs potentiels d’exploiter ce concept afin d’envoyer des MEC sans le consentement du destinataire.
  • Un « lien personnel » est un lien qui existe entre des personnes.
    • Les personnes morales, comme les entreprises, ne peuvent pas avoir un tel lien. Une personne qui envoie un MEC au nom d’une entreprise ne peut pas affirmer avoir un lien personnel avec le destinataire.

Consentement exprès obtenu avant l’entrée en vigueur de la LCAP

  • Si vous avez obtenu un consentement exprès valide avant l’entrée en vigueur de la LCAP, vous pourrez continuer de compter sur ce consentement, et ce, même si la demande que vous aviez présentée à cet égard ne comportait pas tous les renseignements requis en ce qui touche l’identité et les coordonnées.
  • Tout MEC envoyé après l’entrée en vigueur de la LCAP devra comprendre l’ensemble des renseignements requis, être conforme à toutes les exigences relatives aux formulaires de demande de consentement exprès et comprendre un mécanisme d’exclusion.
  • La LCAP exige que l’expéditeur prouve qu’il a obtenu un consentement exprès valide.

Période de transition pour le consentement tacite

  • L’article 66 stipule que le consentement tacite est valide pour une période de 36 mois (sauf si le destinataire retire son consentement avant la fin de cette période).
  • Une relation d’affaires ou une relation privée doit être en cours.
  • La relation doit comprendre la communication par MEC.
  • Pendant la période de transition, pour déterminer si un consentement tacite existe, les définitions de relation d’affaires et de relation privée ne sont pas assujetties aux limites (six mois et deux ans) qui seraient autrement applicables en vertu de la LCAP.

Commerce interentreprise

  • MEC envoyés par un employé, un représentant, un consultant ou un franchisé d’une organisation à :
    • un autre employé, représentant, consultant ou franchisé de l’organisation
      • Le message doit porter sur les activités de l’organisation.
    • un employé, représentant, consultant ou franchisé d’une autre organisation
      • Les organisations doivent avoir une relation en cours;
      • Le message doit porter sur les activités de l’organisation à laquelle il est envoyé.
  • Le consentement n’est pas requis pour envoyer le MEC.
  • Il n’est pas nécessaire d’ajouter des exigences en matière d’information et un mécanisme d’exclusion au MEC.

Prix/estimations par rapport aux demandes/plaintes

  • Si vous envoyez un MEC qui est une réponse à une demande ou à une plainte de la personne à qui vous envoyez le message, il n’est pas nécessaire de respecter l’article 6 de la LCAP. Ainsi, vous n’avez pas à obtenir le consentement de la personne, à respecter les exigences en matière d’information ou à ajouter un mécanisme d’exclusion au MEC.
  • Si vous envoyez un MEC qui donne, à la demande des personnes qui les reçoivent, un prix ou une estimation pour la fourniture de biens, produits, services, terrains ou droits ou intérêts fonciers, vous n’avez pas besoin du consentement (exprès ou tacite) de cette personne. Toutefois, vous devez tout de même respecter les exigences en matière d’information et ajouter un mécanisme d’exclusion au MEC.

Messages envoyés et reçus par l’intermédiaire d’un « service de messagerie électronique »

  • Si un service de messagerie, de par sa nature, fait en sorte que les renseignements requis en vertu de l’article 6 de la Loi soient facilement accessibles au destinataire, il serait redondant d’exiger que ces renseignements se retrouvent dans chaque message.
  • Ces renseignements doivent être facilement accessibles à partir du service de messagerie et non à partir de l’appareil utilisé pour accéder au message.
  • Dans ces circonstances, les messages envoyés peuvent être exemptés.

« Compte sécuritaire et confidentiel à accès restreint »

« envoyé à un compte sécuritaire et confidentiel à accès restreint, auquel les messages ne peuvent être envoyés que par la personne qui a fourni le compte à la personne qui reçoit le message »

  • Les seules personnes pouvant accéder à ce type de comptes sont la personne qui possède ou fournit le compte ainsi que le titulaire du compte.
  • De plus, avec ce type de comptes, la communication est unidirectionnelle : les messages peuvent seulement être envoyés par la personne qui possède ou fournit le compte. Le titulaire du compte ne peut pas envoyer de messages au propriétaire du compte.
  • Les portails, les services financiers et les services bancaires électroniques hébergés par des banques sont des exemples de ce type de comptes.

MEC envoyés à l’étranger

L’alinéa 3f) du Règlement du gouverneur en conseil soustrait certains MEC envoyés depuis le Canada à un pays étranger de l’application de l’article 6 de la LCAP (p. ex., exigences relatives au consentement et au mécanisme d’exclusion), si certaines conditions sont respectées :

  1. Le pays étranger en cause doit figurer sur la liste se trouvant à l’annexe 1 du Règlement. 
    • Le pays dispose de sa propre loi anti-pourriel.
  2. Le MEC doit respecter les dispositions de la loi de ce pays visant des comportements essentiellement semblables à ceux interdits par l’article 6 de la LCAP.
  3. L’expéditeur (ou la personne qui cause ou permet l’envoi du MEC) doit avoir des raisons de croire que le MEC sera récupéré dans un pays étranger figurant sur la liste à l’annexe 1.

Organismes de bienfaisance enregistrés

  • Les MEC envoyés par des « organismes de bienfaisance enregistrés » tels qu’ils sont définis au paragraphe 248(1) de la Loi de l’impôt sur le revenu ou en leur nom sont exemptés de l’article 6 de la LCAP.
  • Pour être exempté de l’article 6 de la LCAP, le MEC doit avoir comme principal objectif de recueillir des fonds pour l’organisme de bienfaisance.
  • Le consentement n’est pas requis pour envoyer le MEC.
  • Il n’est pas nécessaire d’ajouter des exigences en matière d’information et un mécanisme d’exclusion au MEC.

Partis politiques et candidats à des élections

  • Les MEC envoyés par un parti politique ou un candidat à une charge publique élective ou au nom de ce dernier sont exemptés de l’article 6 de la LCAP.
  • Le principal objectif du MEC doit être de demander une contribution, comme l’indique le paragraphe 2(1) de la Loi électorale du Canada.
    • Une « contribution » peut être monétaire ou non.
  • Certains termes figurant à l’alinéa 3h) du Règlement sont définis par la Loi électorale du Canada, comme « parti politique » et « candidat ».
  • Le consentement n’est pas requis pour envoyer le MEC.
  • Il n’est pas nécessaire d’ajouter des exigences en matière d’information et un mécanisme d’exclusion au MEC.

Recommandations de tiers

  • Le consentement n’est pas requis pour envoyer le premier MEC s’il est envoyé à la suite d’une recommandation d’une personne ayant une relation d’affaires, une relation privée, un lien familial ou un lien personnel.
  • La relation ou le lien doit exister avec la personne qui envoie le message ET avec la personne à qui le MEC est envoyé.
  • Le nom complet de la personne ayant fait la recommandation et un énoncé indiquant que le message est envoyé à la suite de cette recommandation doivent figurer dans le message.
  • Le message doit tout de même comprendre les coordonnées requises et un mécanisme d’exclusion.

Liens personnels et médias sociaux

  • Pour qu’un « lien personnel » existe, il est nécessaire que la véritable identité de la personne affirmant avoir un lien personnel soit connue de l’autre personne concernée par ce lien (contrairement aux situations dans lesquelles une identité virtuelle ou un pseudonyme est utilisé).
  • L’utilisation des médias sociaux ou le partage d’un même réseau ne constitue pas nécessairement un lien personnel entre des personnes.
  • La simple utilisation des boutons se trouvant sur les sites de médias sociaux – comme cliquer sur « J’aime » sur Facebook, voter pour ou contre un lien ou une publication sur Reddit, accepter une demande d’amitié sur Facebook et « s’abonner » à quelqu’un sur Twitter – sera généralement insuffisante pour constituer un lien personnel.

Programmes d’ordinateur précisés – sécurité du réseau

Seulement :

  • Si le programme d’ordinateur est installé à l’une des fins énoncées à l’article 6 du Règlement ainsi qu’à une autre fin, l’article 6 du Règlement ne s’applique pas.

Réseau :

  • Ce terme désigne le service de télécommunication [défini au paragraphe 1(1) de la Loi] qui est offert par le fournisseur de services de télécommunication à ses clients actuels.
    • Service — ou complément de service — fourni au moyen d’installations de télécommunication, notamment les routeurs et serveurs de réseau, que celles-ci ainsi que le matériel et les logiciels utilisés pour offrir le service de télécommunication appartiennent au télécommunicateur, soient loués par lui ou fassent l’objet d’un droit ou intérêt en sa faveur.

Défaillance :

  • Signifie que le programme d’ordinateur ne fonctionne pas correctement et ne correspond pas aux attentes du consommateur.

Relation privée existante – adhésion

  • Il est possible de se fonder sur une relation privée pour obtenir un consentement tacite dans le cas de membres d’une association, d’un club ou d’un organisme bénévole; toutefois, vous devez tout de même respecter les exigences en matière d’information et ajouter un mécanisme d’exclusion à vos MEC.
  • Vous devez vous assurer que vous envoyez les messages aux membres seulement.
  • On entend par « adhésion » le fait d’avoir été accepté en tant que membre d’un club, d’une association ou d’un organisme bénévole, conformément à ses exigences.
  • Vous devez vous assurer que votre association respecte les critères suivants :
    • le club, l’association ou l’organisme bénévole est une organisation sans but lucratif;
    • constituée et administrée uniquement pour l’exercice d’activités non lucratives, notamment des activités liées au bien-être social, aux améliorations locales et aux loisirs ou divertissements;
    • aucun de ses revenus n’est versé à ses membres, sauf si le membre est une organisation dont le but premier est de promouvoir le sport amateur au Canada.

Produits de communication

Documents d’information à venir

  • Séances d’information et présentation d’exposés dans l’ensemble du pays
  • Webinaires
  • Bulletins d’information
  • Documents d’information à l’intention du personnel
  • Foires aux questions publiées sur le site Web du CRTC
  • Infographiques et vidéos d’information